Socialter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Socialter
Image illustrative de l’article Socialter

Pays France
Zone de diffusion France
Langue Français
Périodicité bimestriel
Format Magazine papier 100 pages, site web
Genre Écologie, économie sociale, démocratie
Prix au numéro 6,50 €
Diffusion 45 000[1] ex.
Fondateur Olivier Cohen de Timary
Date de fondation 2013
Éditeur Socialter SAS
Ville d’édition Paris

Directeur de la rédaction Olivier Cohen de Timary
Rédacteur en chef Philippe Vion-Dury
ISSN 2270-6410
Site web https://www.socialter.fr/

Socialter est un magazine bimestriel français créé en septembre 2013 par Olivier Cohen de Timary[1] qui traite principalement des thématiques écologiques, démocratiques et de l'économie sociale[2]. Il est diffusé à 45 000 exemplaires[1].

Historique[modifier | modifier le code]

À l’origine, Socialter est un blog, né d’un voyage effectué en 2010 par Olivier Cohen de Timary et Alban Leveau-Vallier, qui entendait donner la parole à des « acteurs du changement » qui contribuent à créer une « économie plus juste et durable »[1].

En 2013, à la suite d'un financement participatif[3], Socialter devient un magazine bimestriel et adopte pour slogan « Le magazine de l’économie nouvelle génération ».

En novembre 2017, Philippe Vion-Dury, ancien journaliste à Rue89, est nommé rédacteur en chef.

En avril 2018, à l’occasion d’une nouvelle formule, le slogan devient « Le magazine des transitions ». Le magazine multiplie les parutions spéciales (8 entre début 2018 et fin 2020) en se consacrant chaque fois à une thématique (les low-tech, la collapsologie, la démarche zéro déchet, les imaginaires…).

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Selon sa charte éditoriale, Socialter entend « repolitiser le débat avec une question en tête : comment faire évoluer la société vers plus de justice, plus de démocratie, dans le respect des équilibres écologiques ».

Dans ses dossiers, Socialter s’est particulièrement intéressé aux courants de l’écologie, la technocritique, les inégalités sociales dans les politiques de transition écologique, aux imaginaires politiques, aux low tech[4], à l’engagement et aux radicalités[5], au militantisme[6], aux modèles agricoles[7] et à la gestion des espaces naturels, à la transformation des institution démocratiques ou encore à l’artisanat.

Pour ses derniers hors-séries, Socialter a invité des personnalités intellectuelles ou artistiques à prendre la rédaction en chef sur des thématiques spécifiques : Alain Damasio pour « Le réveil des imaginaires »[8] et Baptiste Morizot pour « Renouer avec le vivant »[9].

Modèle économique[modifier | modifier le code]

Socialter est un média indépendant dont la majeure partie du chiffre d’affaires provient des ventes et abonnements, le reste provenant de la publicité, de sponsoring et de missions de communication et d’accompagnement éditorial. Du fait de l'appui de sa communauté et de préventes en ligne, le magazine est assez peu dépendant de la publicité[10].

En novembre 2018, à l’occasion d’une parution hors-série sur la collapsologie, Socialter commence à financer ses hors-série en préventes sur les plateformes de financement participatif[11], avant de les distribuer en kiosques et librairies. Suite au succès de cette campagne, ce modèle de pré-financement sera reconduit pour les parutions hors-série suivantes et constitue une part importante du modèle économique du journal[10].

Contributeurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « « Socialter », pour une économie positive », sur La Croix, (ISSN 0242-6056, consulté le 17 février 2021)
  2. Camille Neveux, « L’économie sociale a son magazine », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 17 février 2021)
  3. Jean-Christophe Bourdillat, « "Socialter" : le magazine de l'économie nouvelle génération », sur Franceinfo, (consulté le 17 février 2021).
  4. « Socialter, hors-série n°6 : L'avenir sera low-tech », sur France Culture, (consulté le 17 février 2021)
  5. « La revue “Socialter” s’engage “pour un tournant radical” », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 17 février 2021)
  6. « Socialter », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 17 février 2021)
  7. « Avec Philippe Vion-Dury du magazine Socialter », sur franceinter.fr, (consulté le 17 février 2021)
  8. « Le réveil des imaginaires », sur Libération, (consulté le 17 février 2021)
  9. Virginie Larousse, « La revue « Socialter » invite à « renouer avec le vivant » », sur Le Monde.fr, (consulté le 17 février 2021)
  10. a et b Les Clés de la presse, n°1284, vendredi 16 octobre 2020, page 3.
  11. Nathalie Kleczinski, « Et si tout s’effondrait ? Le hors série de Socialter », sur NeozOne, (consulté le 18 février 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]