Alternative libertaire (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alternative libertaire.
Alternative libertaire
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Organisation fédérale
But Instauration d'une société communiste libertaire, sans classes ni État. Autogestion économique et répartition planifiée de la production.
Zone d’influence France, Belgique
Fondation
Fondation 1991
Origine Militants de l'UTCL
Identité
Siège 92 rue d’Aubervilliers, Paris 19e
Structure Fédérale, autogestionnaire
Affiliation internationale Anarkismo.net
Méthode Plateformisme
syndicalisme révolutionnaire
Financement Cotisations des membres
Site web alternativelibertaire.org

Alternative libertaire est une organisation anarchiste française, principale formation de tendance communiste libertaire en France[1].

D'orientation néo-plateformiste et syndicaliste révolutionnaire[2], elle fut fondée en 1991 à l'issue d'un processus de recomposition associant, entre autres, le Collectif jeunes libertaires (CJL) et l'Union des travailleurs communistes libertaires.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Orientation[modifier | modifier le code]

Défilé traditionnel du 1er mai anarchiste (Paris 2008).

AL dit fonder sa politique « sur l'action directe des classes et groupes sociaux dominés, dans une finalité anticapitaliste, révolutionnaire et autogestionnaire ». Et de citer en référence de cette orientation :

Projet de société[modifier | modifier le code]

Alternative libertaire le 12 avril 2014, contre les politiques d'austérité du gouvernement socialiste.

Dans l'ouvrage collectif intitulé Un projet de société communiste libertaire[4], AL propose, en alternative au système capitaliste et étatiste :

  • la socialisation des moyens de production et d'échange ;
  • la redistribution des services et des richesses produites selon un mode soit communiste (de grands services publics libres et gratuits en matière de santé, éducation, transport, logement, culture), soit collectiviste, c'est-à-dire impliquant une régulation, pour les biens de consommation (eau, alimentation, vêtement, véhicules individuels...) ;
  • une démocratie directe, fondée sur le fédéralisme, avec des modalités adaptées aux différents échelons (local, régional, interrégional...) afin de valider les grands choix de société (modèle énergétique, aménagement du territoire...) ;
  • une planification autogérée de la production, indexée sur les besoins des populations et sur les limites de la planète, et non sur la quête de profit financier ;
  • l'autogestion des lieux de production par les travailleuses et les travailleurs eux-mêmes et la transformation radicale, par les premiers intéressés, des modalités du travail.

Organisation[modifier | modifier le code]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Alternative libertaire se veut une « organisation révolutionnaire autogérée », avec un fonctionnement « fédéraliste »[5].

Tous les deux ans, un congrès tranche les grandes questions d'orientation politique et mandate un collectif fédéral chargé d'animer la fédération dans ce cadre. Une coordination fédérale se réunit également trois fois par an[5].

En 2014, l'organisation indiquait que ses recettes provenaient des cotisations militantes (62 %), des ventes de son journal (15%), de l'association des Ami.e.s d'AL formée autour de son journal (16 %) et des éditions d'AL (7 %)[6].

Presse, web et éditions[modifier | modifier le code]

Alternative libertaire, numéro de décembre 2015.

Alternative libertaire dispose d'un mensuel éponyme, fondé en mars 1991 et d'un site web créé en 1998.

En 2000 a été fondée l'association des Ami.e.s d'Alternative libertaire, pour aider au financement du journal[7].

Dans un article publié à l'occasion de son 200e numéro, le journal a expliqué être réalisé par une équipe de bénévoles, pour la plupart non professionnels, et se revendiquait d'un « journalisme ouvrier à la Pierre Monatte »[8].

En novembre 2015, le mensuel Alternative libertaire était distribué à 10.000 exemplaires dans 2.550 kiosques en France. Il est vendu 3 euros en kiosque, mais 2 euros à la criée[9].

Les éditions d'Alternative libertaire éditent pour l'essentiel des livres, des affiches et des autocollants, accessibles en vente par correspondance sur le site des Éditions d'AL.

Réseau international[modifier | modifier le code]

Hors des frontières hexagonales, des groupes AL existent en Guyane et en Belgique.

À l'échelon international, AL a jadis été membre du réseau Solidarité internationale libertaire, et s'inscrit depuis 2005 dans le réseau communiste libertaire Anarkismo, qui se revendique à la fois du plateformisme et de l'especifismo.

Soutenant le mouvement zapatiste au Mexique, AL est également adhérente à la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone[10].

Historique[modifier | modifier le code]

Les années de formation (1989-1994)[modifier | modifier le code]

Le premier numéro du mensuel Alternative libertaire, en mars 1991, avant même la fondation de l'organisation.

Le coup d'envoi d'Alternative libertaire est donné par la publication, en mai 1989, de l'«Appel pour une alternative libertaire» dans Lutter!, périodique de l'Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL). L'appel rassemble une centaine de signataires indépendants ou issus de différentes organisations anarchistes-communistes[11].

L'année 1990 voit la formation, dans plusieurs régions, de collectifs pour une alternative libertaire (CAL) qui, à l'automne, participent au mouvement d'opposition à la guerre du Golfe.

En mai 1991, assemblée générale fondatrice d'Alternative libertaire, à Orléans. Deux organisations, l'UTCL et le Collectif jeunes libertaires, se dissolvent pour se fondre dans AL, qui tient son premier congrès en septembre, à Toulouse.

En 1992, les syndicalistes cheminots d'AL participent à l'organisation de la première eurogrève du rail. À Paris, les militants d'AL participent à la lutte des mal-logés du quai de la Gare, qui conduit à la fondation de Droit au logement[12]. Cette même année est marquée par le référendum sur le traité de Maastricht ; AL mène campagne contre le traité et appelle à voter contre.

En avril 1993 se tient le IIe congrès d'AL à Montreuil. À l'automne, AL participe au mouvement contre le projet de révision de la loi Falloux, visant à drainer davantage d'argent public vers l'enseignement privé.

En 1994, les militants d'AL participent à la création d'Agir ensemble contre le chômage (AC!)[13] et aux premières marches contre le chômage. Une nouvelle génération militante voit par ailleurs le jour à l'occasion de la lutte contre le projet de Contrat d'insertion professionnelle (« Smic-jeunes »).

Un nouveau cycle de luttes (1995-1999)[modifier | modifier le code]

L'année 1995 marque un renouveau du mouvement social qui va fortement marquer l'activité d'AL. À Paris, l'organisation soutient l'occupation, par les associations de mal-logés, d'un vaste immeuble de la Cogedim, rue du Dragon, qui devient pendant quelques mois un lieu de convergence des mouvements sociaux. En juin, le IIIe congrès d'AL, à Caen, prône un « front social » de l'ensemble des mouvements revendicatifs, autour d'un programme autonome. En novembre-décembre, les militants d'AL promeuvent l'auto-organisation des grévistes[14] dans le vaste mouvement qui paralyse la France en opposition au plan Juppé.

Le brûlant hiver a conduit à des ruptures au sein de la gauche de la CFDT, qui s'est opposée aux grèves et a soutenu le plan Juppé. Si bien qu'en 1996, les syndicalistes d'AL participent activement à la création des syndicats SUD. Durant l'été, soutien à l'occupation de l'Église Saint-Bernard, qui remet la question des sans-papiers sur le devant de la scène.

Le mouvement social de décembre est une des causes de la victoire de la coalition de « gauche plurielle » aux élections législatives de 1997. Contrairement à la LCR, Alternative libertaire ne soutient pas la victoire de la gauche, pronostiquant un rapide abandon des promesses électorales. L'organisation soutient les Marches européennes contre le chômage parties d'Espagne, et coanimées par les anarcho-syndicalistes de la CGT espagnole. En novembre, AL tient son IVe congrès à Besançon.

L'hiver 1997-1998 est marqué par un mouvement revendicatif des chômeurs et précaires qui occupent les agences Assedic et ANPE. Les militants d'AL, notamment ceux investis dans AC!, y participent activement. En août 1998, le PCF et la LCR s'efforcent d'agrémenter leurs listes aux élections européennes de figures des luttes sociales. AL s'y oppose, par refus de l'immixtion des mouvements sociaux dans les institutions, et plusieurs de ses militants participent à l'élaboration de l'« Appel pour l'autonomie du mouvement social », qui regroupe plusieurs dizaines de signataires[15]. L'Appel est publié dans Libération du 3 août 1998[16] et provoque une vive controverse au sein de la gauche radicale[17].

En 1999, AL soutient les secondes Marches européennes contre le chômage qui convergent à Cologne. En août, l'organisation participe au grand rassemblement sur le Larzac organisé par la Confédération paysanne, en soutien à ses militants (dont José Bové) mis en examen à la suite de l'affaire du démontage du McDo de Millau.

Le tournant vers la visibilité (2000-2003)[modifier | modifier le code]

À l'orée de son dixième anniversaire, Alternative libertaire fait le constat que son type d'activisme, en « immersion totale dans les mouvements sociaux », a nui à son apparition et à sa propre construction[11].

Aussi, en juin 2000, le Ve congrès d’AL, à Paris, décide un « tournant vers la visibilité »[18], qui va notamment se traduire par la création, autour du journal, de l'association des Ami.e.s d'Alternative libertaire, par le passage du journal en kiosque en avril 2001, la rénovation du site web et l'ouverture de locaux publics rue d'Aubervilliers, à Paris, en octobre 2003. L'organisation soutient la Seconde intifada en Palestine et participe au contre-sommet du FMI à Prague et au contre-sommet européen à Nice, qui marque le début du mouvement altermondialiste en France.

En 2001, AL soutient la lutte des salariés de Lu-Danone, Marks & Spencer, Pechiney et d'autres contre les licenciements, avec notamment le slogan d'un « droit de veto » des travailleurs sur les licenciements collectifs, et la réquisition/autogestion des entreprises qui sont fermées alors qu'elles font des profits. En avril, une délégation d'AL participe à la fondation, à Madrid, du réseau Solidarité internationale libertaire[19]. En mai, la première fête d'AL, pour son dixième anniversaire, rassemble un millier de personnes à la Flèche d'Or, à Paris. En juillet, l'organisation participe au contre-G8 de Gênes et, en décembre, elle est au contre-sommet européen de Bruxelles. Après les attaques djihadistes du 11 septembre 2001 aux États-Unis, AL s'oppose à la guerre de l'Otan en Afghanistan.

À l'occasion de la présidentielle de 2002, AL mène une campagne abstentionniste, interrompue par le « Choc du 21 avril » , AL appelle, pour dégonfler l'extrême droite, à un renouveau des luttes sociales et, dans l'immédiat, à ne pas voter pour « le milliardaire Le Pen »[20]. En juillet, AL est au contre-sommet européen de Séville, orchestré par la CGT espagnole, et à une rencontre du réseau SIL tenue à cette occasion. En novembre se tient le VIe congrès d'AL, à Orléans.

Au printemps 2003, le pays est secoué par un mouvement de grèves contre la réforme des retraites. AL estime qu'elle parvient alors, mieux qu'en décembre 1995, à concilier « l’action au cœur des luttes et l’expression publique la plus large »[11]. Cette même année, AL participe au mouvement planétaire d'opposition à guerre d'Irak. En juin, l'organisation prend part au contre-G8 d'Évian dans le cadre d'une coalition libertaire, la Convergence des luttes anti-autoritaires et anticapitalistes contre le G8 (Claaac-G8) regroupant AL, FA, No Pasaran, CGA, OCL et CNT. Avec environ 5000 participants, le cortège rouge et noir est le plus massif de la grande manifestation anti-G8. La Claaac-G8 a participé à la construction d'un « Village alternatif anticapitaliste et anti-guerres » (Vaaag) qui a accueilli plusieurs milliers de manifestants anti-G8 pendant une semaine. En novembre, en marge du Forum social européen, AL coanime le Forum social libertaire de Saint-Ouen, qui attire 5 000 à 6 000 visiteurs.

Une nouvelle jeunesse (2004-2006)[modifier | modifier le code]

En 2004, AL conteste l'exclusion des lycéennes voilées estimant que la loi de prohibition des signes religieux est une loi faussement féministe, faussement laïque, mais réellement raciste, montrant du doigt le statut de l'Alsace-Moselle pour souligner les contradictions de l’État. Cependant l'organisation refuse que cette opposition à la loi soit confondue avec une approbation du hidjab, considéré comme une « institution patriarcale et rétrograde »[21]. En novembre, le VIIe congrès d'AL se tient à Angers.

Alors que le réseau SIL s'est mis en sommeil, l'année 2005 voit la constitution du réseau communiste libertaire international Anarkismo, auquel s'affilie AL.Cette année-là, les jeunes d'AL sont actifs au sein des comités d'action lycéens[22], qui initient un mouvement qui met en échec la loi Fillon. L'un des animateurs du mouvement, Samuel Morville, militant d'AL, bénéficie d'une forte exposition médiatique[23],[24], qui ne lui évitera pas une arrestation ciblée et un procès pour « outrage à personne dépositaire de l'autorité publique ». AL dénoncera un « procès clairement politique » et, avec l'avocate Irène Terrel, les fautes de procédure et les manquements à la justice[25]. Condamné en correctionnelle à cinq mois avec sursis, sa peine sera ramenée en appel à un mois avec sursis[26]. Cette même année, AL mène une campagne « anticapitaliste et internationaliste »[27] pour le non au référendum sur la Constitution européenne. À l'automne, Alternative libertaire estime que les émeutes de banlieues sont calomniées, et les caractérise comme une « révolte contre l'injustice sociale »[28].

L'année 2006 est marqué par le Mouvement contre le contrat première embauche (CPE), qui est sans conteste le plus important mouvement de jeunesse depuis Mai 68. Plusieurs militants d'AL sont ciblés par la répression dans plusieurs villes[29] mais ne sont condamnés qu'à des peines légères, à la suite de la mobilisation de diverses organisations politiques et syndicales (CGT, SUD, CNT, LCR, CGA, FA, etc.). En octobre se tient le VIIIe congrès d'AL, à Agen.

Actualité (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Militants d'AL dans une manifestation contre la loi Travail (loi El Khomri) en avril 2016.

À l'occasion de l'élection présidentielle de 2007, AL ne donne aucune consigne de vote et fait campagne sur le thème « le changement s'imposera par les luttes »[30]. En octobre, le mensuel Alternative libertaire dévoile une nouvelle formule, entièrement remaniée avec de nouvelles rubriques et un prix en baisse[31].

L'année 2008 est marquée par les premières grèves de travailleurs sans papiers en Ile-de-France, organisées par la CGT, Droits devant!!, SUD et la CNT. Le IXe congrès d'AL à Saint-Denis prône la constitution de « fronts anticapitalistes » pour faire entendre une voix commune chaque fois que possible[32].

Après la Grève générale aux Antilles du premier trimestre 2009, publication du livre-témoignage Matinik Doubout aux éditions d’AL. L'organisation participe au contre-sommet de l'OTAN à Strasbourg[33].

Une nouvelle réforme amenuisant le droit à la retraite provoque, au printemps 2010, un mouvement social dans lequel s'illustrent notamment les ouvriers des raffineries. AL déploie alors une forte activité de propagande, son secrétariat Entreprises publiant une synthèse quotidienne de la situation[34]. Cette même année, avec les organisations européennes du réseau Anarkismo, AL mène campagne pour la liberté de circulation des migrants, avec notamment une affiche éditée en plusieurs langues[35]. En octobre, le Xe congrès d'AL, à Angers, fait le point sur le mouvement social du printemps.

Alternative libertaire salue le « Printemps arabe » de 2011, estimant que la révolution sociale doit talonner la révolution politique[36], et soutient l'apparition d'un courant libertaire dans les pays en révolution – notamment en Égypte et en Tunisie. En mars, c'est le drame nucléaire à Fukushima, qui relance le débat sur la sortie du nucléaire.

Lors de l'élection présidentielle de 2012, AL ne donne aucune consigne de vote, mais participe à la mise sur pieds de la première Foire à l'autogestion, à Montreuil. L'organisation s'engage également dans l'opposition au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique, et soutient la lutte contre la fermeture de l'usine PSA à Aulnay-sous-Bois

Bien que très critique sur l'institution du mariage, AL soutient, en 2013, le « mariage pour tous ou pour personne » au nom de l'égalité des droits[37]. Cette année-là, des fronts anticapitalistes se constituent à Toulouse[38], à Nantes[39] ou encore à Marseille[40] avec notamment la FA, le NPA et l'Organisation communiste marxiste-léniniste – Voie prolétarienne (OCML-VP).

AL participe, en 2014, au lancement d'une campagne libertaire antifasciste aux côtés aux côtés de la CGA et de la CNT[41]. Durant l'été, l'organisation proteste contre l'opération militaire israélienne à Gaza, et prend part à la manifestation du 19 juillet, interdite par le gouvernement français[42]. Quelques semaines plus tard, à l'occasion de la Bataille de Kobané en Syrie, elle s'engage dans le soutien à la gauche révolutionnaire kurde[43] avec l'ensemble du mouvement libertaire francophone[44]. Une campagne de soutien financier est mise sur pied pour épauler les milices YPG-YPJ en Syrie[45].

Alors que l'année 2015 est marquée par des attentats djihadistes en janvier et en novembre, AL critique fortement la rhétorique de l'« union sacrée »[46] et de la « guerre contre le terrorisme »[47] et dénonce la stigmatisation de la minorité musulmane. L'organisation participe à plusieurs manifestations interdites au nom de l'état d'urgence, dont celle du 29 novembre 2015[48],[49].

En 2016, Alternative libertaire participe activement à la lutte contre la loi El Khomri, et cinq de ses militants sont poursuivis en justice à Rennes, Douai et Montpellier[50]. Par ailleurs, plusieurs membres d'AL prennent part[51] au regroupement syndicaliste intitulé « On bloque tout »[52] cherchant à radicaliser l'action syndicale contre le gouvernement. À l'automne, l'organisation lance une campagne contre les violences faites aux femmes, « La peur va changer de camp »[53].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Capitalisme[modifier | modifier le code]

AL est hostile au capitalisme et « à ses fondements : l'exploitation du travail humain au profit de minorités dirigeantes et privilégiées ; la destruction progressive des ressources naturelles ; le développement mondial inégal et l'impérialisme ; l'aliénation de l'individu ; la domination étatique sur la société ». AL renvoie dos à dos le système du « capitalisme libéral » aujourd'hui dominant et celui du « capitalisme d’État » qui prévalait jadis dans le bloc soviétique[54].

Vis-à-vis du marxisme, AL a une attitude ouverte, estimant que le mouvement libertaire « a tout à gagner en intégrant, tout en le dépassant, le meilleur de Marx, du marxisme révolutionnaire et du conseillisme »[55].

Sur la mondialisation : AL refuse l'antagonisme protectionnisme/libre-échange qu'elle estime être « les deux faces d'une même monnaie » puisque tous deux maintiennent le « dogme de la propriété privée des moyens de production et de distribution ». En alternative, les communistes libertaires prônent l'« autonomie productive de chaque région du monde » qui suppose la « relocalisation des productions » et « des circuits d'échange courts ». Dans la mesure où cette autonomie productive « entrave les intérêts des capitalistes », elle ne pourra, selon AL, « advenir que contre eux, sous la pression des peuples et sous le contrôle des travailleuses et des travailleurs ». Ce concept d'autonomie productive est inspiré de celui de souveraineté alimentaire, défendu par l'internationale paysanne Via Campesina[56].

Lutte des classes[modifier | modifier le code]

Affiche éditée pour la lutte contre la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois, fin 2012.

Pour AL, « la lutte des classes s'exerce sous des formes nouvelles. La vision d'une classe uniquement ouvrière, minoritaire, avant-garde sociologique et unique force d'entraînement est un anachronisme qu'il faut remplacer... »[57].

AL, qui se revendique du « syndicalisme révolutionnaire », estime que « seules les luttes directes menées à la base peuvent imposer de véritables transformations contraires aux intérêts capitalistes »[58]. Les militantes et les militants d’AL sont généralement actifs à la CGT et à SUD, parfois à la FSU et à la CNT[59].

Dans une stratégie d'opposition extraparlementaire, AL prône une fédération des mouvements sociaux pour former un « front social »[60] qui constituerait « un acteur politique déconnecté des institutions républicaines donc tourné vers l’action directe des opprimé.es » doté d’un « projet de société qui lui soit propre, donc opposable aux projets institutionnels des partis de gauche »[61].

Dans les luttes contre les licenciements, AL défend les revendications de blocage des dividendes des actionnaires ; droit de veto des travailleurs sur les licenciements collectifs ; réquisition et autogestion des entreprises fermées alors qu'elles sont viables[62].

Sur la question du chômage et de la précarité, AL prône l'auto-organisation des précaires privés d'emploi dans les structures de leur choix (unions syndicales ou mouvements autonomes) et revendique la réduction du temps de travail à 32 heures/semaine avec embauches correspondantes, titularisations collectives, droit de veto des travailleurs sur les licenciements collectifs...)[63].

Féminisme et questions LGBT[modifier | modifier le code]

AL soutient qu’un mouvement féministe autonome est nécessaire, voyant dans le capitalisme et dans le patriarcat « deux processus différents mais imbriqués », dont l'abolition nécessite des combats spécifiques mais solidaires[64]. AL y voit une « une lutte fondamentalement mixte, ce qui n'exclut pas des cadres de non-mixité » si le besoin s'en fait sentir[65]. Sur la question de la prostitution, AL s'inscrit dans le courant abolitionniste[66] et est favorable à l’interdiction d’achat d’acte sexuel[67].

Sur les questions LGBTI, AL dénonce les discriminations, la « norme hétérosexuelle » et la « structuration binaire et manichéenne de la société : les hommes/les femmes, les hétéros/les homos... »[65]

Écologie[modifier | modifier le code]

Représentation nantaise d'Alternative libertaire le 27 février 2016 contre le projet d'aéroport sur le site naturel de zone humide de Notre-Dame-des-Landes.

AL estime qu'un combat écologiste conséquent « ne peut qu'être radicalement anticapitaliste. Il doit s'en prendre à la logique et à la nature même du système, et lui opposer un autre modèle de développement, une autre conception du travail et des technologies, une autre forme de consommation, et bien évidemment un autre rapport entre la société et la nature »[68].

Opposée à l'énergie nucléaire en raison de son caractère polluant, dangereux, centralisateur et antidémocratique, AL prône, en France, la sortie du nucléaire en cinq ans[69].

Logement[modifier | modifier le code]

Face à la crise du logement, AL prône une batterie de mesures immédiates, devant faire reconnaître le logement comme « un droit fondamental » : blocage des loyers, réquisition des logements vides, taxation des mètres carrés vides, application de la loi SRU. Cependant, l'organisation estime que « la véritable solution à la crise, c'est la socialisation des logements » et leur attribution par un service public dédié[70].

État et institution républicaines[modifier | modifier le code]

Anti-étatiste, AL dénonce le « mythe de l’État républicain, neutre, démocratique, au-dessus des intérêts particuliers » et estime que « l’État, c'est au contraire l'organisation de la violence politique des classes dirigeantes qui s'impose à la base de la société ». L'organisation lui oppose « un projet alternatif, pour une démocratie autogestionnaire et fédéraliste reposant sur la collectivisation des grands moyens de production »[71],[72].

Bien qu'anti-étatiste, AL s’oppose à la « privatisation des services publics, qui remet en cause toute logique d’utilité sociale ». L'organisation analyse en effet l’État moderne comme étant « l'enjeu de luttes et de tensions de classe contradictoires ». Il est à la fois l'instrument du pouvoir des classes dirigeantes et, malgré lui, le garant de droits sociaux et de services publics imposés par les luttes collectives[71].

Racisme et discriminations[modifier | modifier le code]

AL estime qu'« en plus de sa valeur intrinsèque pour l'émancipation en général, l'antiracisme est [...] vital pour la cohésion du prolétariat. Si on perd ce point de vue de classe, on peut vite dériver soit dans l'antiracisme identitaire, voire communautaire, soit dans l'antiracisme sentimental, voire paternaliste ».

En 2015, AL considère que « les agressions contre deux populations sont particulièrement remarquables : d'une part les populations musulmanes ; d'autre part les Roms ». AL dénonce l'islamophobie, mais utilise ce terme « avec prudence, car il est porteur d'ambiguïtés, dont certains religieux cherchent à jouer »[73].

Sur la question des migrations, AL dénonce le « mythe de l'invasion étrangère », prône la « liberté de circulation et d'installation » et la « régularisation de toutes et tous les sans-papiers »[35].

Sur la question de la visibilité, AL estime que dans les syndicats ouvriers, les associations de mal-logés, féministes, antiracistes, etc. « les rôles de coordination et de représentation publique sont [...] trop peu bigarrés » et que c'est un « problème que le mouvement social doit résoudre »[73].

Sur la question du droit de vote des étrangers, AL y est favorable au nom de l'« égalité des droits » et parce que cette revendication permet de « dissocier la citoyenneté de la nationalité, en la liant au lieu de vie plus qu'à l'origine »[73].

Religions[modifier | modifier le code]

Organisation athée, AL estime que « les religions comptent parmi les principaux vecteurs des aliénations »[74]. L'organisation critique les religions en tant que systèmes, mais se refuse à « contrôler les éventuelles croyances » de ses membres dès lors qu'elles s'exercent « dans un cadre privé » et « sans interférer avec le fonctionnement de l'organisation »[73].

Sur la laïcité : AL juge « nécessaire » ce concept qu'elle entend comme « l'éviction des religions des affaires publiques et l'affirmation sans ambiguïté de la supériorité de la démarche critique scientifique, et non pas comme la mise à égalité des religions »[75]. Il s'agit là pour elle d'une « laïcité authentique » et non d'une « laïcité dévoyée par l'extrême droite pour en faire une arme d'invisibilisation des musulman.e.s dans l'espace public »[73].

En 2004, AL a dénoncé la loi d'exclusion des lycéennes voilées, qui selon elle « méritait l'opposition de toutes les forces laïques et antiracistes », tout en affirmant que le foulard est « une institution patriarcale bien avant d'être une institution religieuse »[75].

Questions internationales[modifier | modifier le code]

Mensuel Alternative libertaire de novembre 2014.

AL prône « l'abrogation des accords de libre-échange qui assurent l'impérialisme occidental et asiatique sur l'Afrique et la rivent au sous-développement », ainsi que l« 'abrogation de la soi-disant dette des pays anciennement colonisés et le remboursement par tous les pays développés des sommes indûment extorquées à ces pays (par exemple à Haïti par la France) ». L'organisation réclame également le « retrait des troupes étrangères qui occupent l'Afrique ou le Moyen-Orient, souvent sous des prétextes humanitaires »[73].

AL dénonce « la Françafrique » et l'organisation considère que l’État français pratique, à l'égard de ses anciennes colonies, « une politique de dépendance économique (dette, inégalité des échanges), militaire (présence de l'armée française en Afrique) et politique (pressions exercées sur les pouvoirs africains pour bénéficier notamment de leurs suffrages dans les institutions internationales »[76].

Aux Antilles, en Guyane, à la Réunion ou en Kanaky, elle soutient les « mobilisations sociales, teintées d'anticolonialisme voire d'indépendantisme » et les organisations qui y participent, « quelle que soit la voie nationale qui leur semble la plus appropriée : indépendantisme, autonomisme ou lutte pour l'égalité des droits et le développement économique »[77].

Sur la Palestine, AL soutient la lutte du peuple palestinien pour ses revendications historiques et estime que la constitution d'« un pays unique, laïque et démocratique, qui ne pourrait avoir pour nom "Israël" [...] reste la seule solution politique à même d'assurer la paix et l'égalité », quitte à en passer par les étapes d'un « État palestinien » séparé et/ou d'une « fédération israélo-palestinienne »[78].

Sur le Chiapas, au Mexique, AL estime que la lutte menée par l'EZLN « avec des volontés internationalistes claires et des modes d'organisation de la lutte autogérés [...] est l'exemple type des luttes d'émancipation que devraient soutenir et impulser, là où ils le peuvent, les communistes libertaires »[77].

Sur le Kurdistan, AL apporte son soutien critique à la gauche révolutionnaire kurde, vue comme « une des rares forces politiques à proposer, au Moyen-Orient, un projet de société socialiste, écologiste, antipatriarcal et, d'une certaine façon, laïc ». L'organisation soutient la révolution politique au Rojava et « réclame le retrait du PKK de la liste des organisations terroristes »[43].

Controverses[modifier | modifier le code]

Sur l'antifascisme[modifier | modifier le code]

En 2002, lorsque le Front national a, pour la première fois, accédé au second tour de l’élection présidentielle, le slogan d’AL « Pas une voix ouvrière pour le milliardaire Le Pen ; agissons pour que son score soit le plus bas possible » a été qualifié de « langue de bois » par le journal Courant alternatif et d’appel déguisé à voter Chirac[79].

Sur l'Union européenne[modifier | modifier le code]

En juin 2005, dans la revue Sans patrie ni frontières, Yves Coleman a reproché à AL d’avoir fait campagne en faveur du Non au référendum sur la Constitution européenne, participant de fait à une campagne nationaliste et conservatrice[80]. Une réponse fut publiée dans le mensuel Courant alternatif[81].

Sur la laïcité[modifier | modifier le code]

En mai 2008, sur le site Riposte laïque, Jean-François Chalot, président de l’Union des familles laïques de Seine-et-Marne, a qualifié AL de « liberto-communautariste » pour avoir « rompu avec les traditions laïques »[82]. En mars 2009, il accusait l’organisation de n’avoir « pas hésité à s’allier aux islamistes »[83].

De son côté, AL reprocha à Riposte laïque un « glissement effroyablement rapide vers l’extrême droite »[84].

Sur la prostitution[modifier | modifier le code]

À l’automne 2010 le Syndicat du travail sexuel (Strass) a reproché à AL d’adopter, sur la prostitution, une position prohibitionniste de facto dans un dossier spécial « prosti-tueurs » de son journal[85]. Des militantes d’AL ont à l’époque répondu au Strass[86].

Sur le Kurdistan[modifier | modifier le code]

En septembre 2016, dans une lettre ouverte, AL a accusé Patrice Franceschi de desservir la cause kurde « en allant la défendre sur Radio Courtoisie, et en l’associant aux intérêts impérialistes de l’Occident »[87]. Celui-ci a répondu qu’il fallait « porter la cause des Kurdes absolument partout pour la décloisonner et l’élargir »[88].

Commentaires[modifier | modifier le code]

En 1996, Arianne Chemin écrivait, dans Le Monde : « Les libertaires d'AL sont très présents dans ces collectifs, disséminés dans toute la France, et dont les noms cinglent comme des gifles à la société capitaliste libérale : AC !, Droits devant !!, Droit au logement (DAL), RAP (Résistance à l'agression publicitaire), Ras l'front... »[13]. À la même époque, Ivan Sainsaulieu expliquait : « les militants d'Alternative libertaire ont joué un rôle important dans la formation de SUD-Rail »[89]. Quant à Denis Pingaud, il estimait que l'influence d'AL dans le mouvement social se jouait notamment « au sein de SUD-PTT », dans « la tendance « École émancipée » de la FSU » et, de façon « plus limitée, dans la gauche CFDT »[90].

Dans leur enquête sur l'extrême gauche, en 2000, Jean-Christophe Brochier et Hervé Delouche, en disaient : « Particularité de ce mouvement, en quelque sorte moderniste dans sa lecture de la réalité sociale, AL se nourrit de l’idée du dépassement des divisions et des anathèmes entre groupes et individus, longtemps terribles dans ce milieu. »[91]

Selon Isabelle Sommier et Xavier Crettiez, dans leur dictionnaire La France Rebelle, « AL se prononce pour une révolution par la « construction de contre-pouvoirs et la grève générale », ce qui la conduit à chercher à être présent sur tous les fronts de lutte : coordinations des années 1980, différents mouvements étudiants pour lesquels elle demande un salaire social, combat antimilitariste et pacifiste, antifascisme, etc. Favorable au rapprochement avec des organisations voisines, elle est souvent présente aux côtés des associations de "sans" et antiracistes »[12].

Selon Christophe Bourseiller, « La principale organisation anarchiste-communiste en France est aujourd'hui Alternative libertaire. Ce groupe, d'environ 300 membres, hérite d'une complexe généalogie, aux confins du marxisme et de l'anarchisme. Héritier indirect de la Fédération communiste libertaire de Georges Fontenis (1920-2010), il se distingue par son dynamisme, par son efficacité et par des prises de position qui rompent souvent avec l'anarchisme traditionnel. À bien des égards, Alternative libertaire n'est pas très éloigné des éléments du NPA les plus favorables au dépassement du léninisme. Il existe depuis longtemps des passerelles entre cette organisation communiste libertaire et les courants trotskistes modernistes. »[1]

Publications[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Adhérents

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christophe Bourseiller, L'extrémisme: Enquête sur une grande peur contemporaine, CNRS éditions, 2012, page 126.
  2. Jacques Leclercq, Ultras-gauches : Autonomes, émeutiers et insurrectionnels 1968-2013, Éditions L'Harmattan, 2013, page 8.
  3. « AL, qui sommes-nous », sur Alternativelibertaire.org (consulté le 14 janvier 2016).
  4. Un projet de société communiste libertaire, Éditions d'AL, , 160 p. (ISBN 9782914933193).
  5. a et b « Un fonctionnement fédéraliste », sur Alternativelibertaire.org (consulté le 14 janvier 2016).
  6. « Une totale indépendance financière », sur Alternativelibertaire.org (consulté le 14 janvier 2016).
  7. « Autour du journal : les Ami.e.s d’AL », sur Alternativelibertaire.org (consulté le 14 janvier 2016).
  8. « Anniversaire : Alternative libertaire, 200 claques au capital », Alternative libertaire, no 200,‎ (ISSN 1157-8661, lire en ligne).
  9. « Alternative libertaire mensuel plus près de chez vous », sur Alternativelibertaire.org, .
  10. "Les zapatistes, vingt ans après le soulèvement", coordination fédérale d'AL de septembre 2013.
  11. a, b et c « Les vingt printemps d'AL », Alternative libertaire,‎ (ISSN 1157-8661, lire en ligne).
  12. a et b Isabelle Sommier, Xavier Crettiez, La France rebelle, Michalon, , 697 p. (ISBN 978-2841863433).
  13. a et b Arianne Chemin, « La brise libertaire », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne).
  14. Jean-Michel Dauvel, Pascal Devernay, « « La grève, nous l’avions construite d’en bas » », Alternative libertaire,‎ (ISSN 1157-8661, lire en ligne).
  15. « Qu’est-ce que l’« autonomie du mouvement social » ? », Alternative libertaire,‎ (ISSN 1157-8661, lire en ligne).
  16. « Un appel de militants associatifs, syndicalistes, intellectuels, citoyens... Pour l'autonomie du mouvement social », Libération,‎ (lire en ligne).
  17. Christine Guionnet, Lionel Arnaud, Les frontières du politique : Enquêtes sur les processus de politisation et de dépolitisation, PUR, , 323 p. (ISBN 978-2753501133, lire en ligne), pages 45-49.
  18. Caroline Monnot, « Les anarchistes se réjouissent du progrès des idées libertaires », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne).
  19. « Rouge Noir », Regards, no 69-70,‎ , p. 4-5 (ISSN 1160-8056).
  20. « En entrevue avec Alternative libertaire », Ruptures, no 3,‎ .
  21. « Sur le voile, le féminisme, la laïcité et les lois d’exclusion », Alternative libertaire,‎ (ISSN 1157-8661, lire en ligne).
  22. Gwénaëlle Barzic et Martine Laronche, « Les comités d'action lycéens, des groupes à la pointe de la mobilisation », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne).
  23. « Samuel Morville, terminale option rue », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  24. « Sam, élève de terminale et «militant repéré» », Libération,‎ (lire en ligne).
  25. L’« affaire Samuel Morville » n’est pas close, déclaration publique d'AL, le 27 mai 2005.
  26. « Un mois avec sursis pour Samuel Morville », sur Tempsreel.nouvelobs.com, .
  27. « Constitution européenne : les capitalistes disent oui, nous répondons NON », argumentaire d'AL, 2005.
  28. « Une semaine de révolte contre l’injustice sociale », sur Alternativelibertaire.org, .
  29. « Alternative libertaire en butte à une répression inédite », coordination fédérale d'AL, juin 2006.
  30. « Riposte sociale : Le changement s’imposera par les luttes », argumentaire AL, 2007/ .
  31. « Du lourd pour pas cher », Alternative libertaire,‎ (ISSN 1157-8661, lire en ligne).
  32. « Quels fronts anticapitalistes pour quels objectifs ? », IXe congrès d'AL, 2008.
  33. Isabelle Mandraud, Sylvia Zappi, « La ville de Strasbourg transformée en bunker pour le sommet de l'OTAN », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne).
  34. « Mouvement social de 2010 », sur Alternativelibertaire.org (consulté le 21 janvier 2016).
  35. a et b « Une seule solution : la liberté de circulation pour les migrant.e.s », sur Alternativelibertaire.org, .
  36. « Tunisie : après le dictateur, les profiteurs », Alternative libertaire,‎ , couverture (ISSN 1157-8661, lire en ligne).
  37. « Le mariage pour personne », Alternative libertaire,‎ (ISSN 1157-8661, lire en ligne).
  38. « Face au capitalisme et sa crise, débattons d’un front anticapitaliste (...) - OCML Voie Prolétarienne », vp-partisan.org.
  39. « "La saga des Conti - au cœur d’une révolte ouvrière" », vp-partisan.org.
  40. « Assemblée-Débat du Collectif de résistance aux attaques du Capital (...) - OCML Voie Prolétarienne », vp-partisan.org.
  41. « CGA - La Campagne Libertaire Antifasciste », c-g-a.org.
  42. « Les flics du PS n’ont pas réussi à museler la rue ! », sur Alternativelibertaire.org, (consulté le 21 janvier 2016).
  43. a et b « Soutien critique des communistes libertaires à la gauche révolutionnaire kurde », coordination fédérale d'AL, janvier 2015.
  44. « Anarchistes solidaires du Rojava : Qui sommes nous? », sur Rojavasolidarite.noblogs.org (consulté le 19 janvier 2016).
  45. « Kurdistan syrien : Des fonds pour la révolution ! », sur Alternativelibertaire.org, (consulté le 21 janvier 2016).
  46. Charlie Hebdo : la tristesse et la colère, communiqué d'AL, 7 janvier 2015.
  47. « Guerre-terrorisme-guerre-terrorisme... Sortir de l’engrenage », tract AL, 7 décembre 2015.
  48. « Ce que l’on sait des débordements place de la République à Paris », sur Lemonde.fr, .
  49. « Paris, 29 novembre : un autre récit des événements », sur Alternativelibertaire.org, (consulté le 19 janvier 2016).
  50. « Dossier loi Travail », sur Alternativelibertaire.org, (consulté le 14 février 2017)
  51. Théo Rival, « Appel "On bloque tout": Un premier bilan », Alternative libertaire,‎ juillet-août 2016 (ISSN 1157-8661, lire en ligne)
  52. « On bloque tout. L'appel des syndicalistes contre la loi Travail », sur Onbloquetout.org (consulté le 14 février 2017)
  53. « Campagne La peur va changer de camp », sur Alternativelibertaire.org, (consulté le 14 février 2017)
  54. Un combat anticapitaliste, Manifeste pour une alternative libertaire, 1991).
  55. Un courant politique nouveau, Manifeste pour une alternative libertaire, 1991.
  56. Contre le libre-échange : l’autonomie productive, XIe congrès d’AL, 2012.
  57. Un combat de lutte de classes, Manifeste pour une alternative libertaire, 1991.
  58. Une stratégie reposant sur les luttes sociales et leur autogestion, Manifeste pour une alternative libertaire, 1991.
  59. Caroline Monnot, « La nouvelle jeunesse des idées communistes libertaires », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne).
  60. Fédérer la gauche sociale. Pour un front de la solidarité et de l’égalité, IIIe congrès d’AL, 1995.
  61. Une « gauche de la rue » réelle, vivante, mais dispersée, VIIe congrès d’AL, 2004.
  62. De la crise économique, sociale et écologique à la nécessité d’une rupture avec le capitalisme, Xe congrès d'AL, 2010.
  63. Quelle organisation pour les précaires?, XIe congrès d’AL, 2012.
  64. Nos orientations de base pour lutter contre le patriarcat, Xe congrès d’AL, 2010.
  65. a et b Antipatriarcat, antisexisme, féminisme, VIIIe congrès d’AL, 2006.
  66. Dossier Prosti-tueurs, sur Alternativelibertaire.org.
  67. Sur la loi de « lutte contre le système prostitutionnel », coordination fédérale d’Alternative libertaire d’octobre 2015.
  68. Un combat écologiste, Manifeste pour une alternative libertaire, 1991.
  69. Pour une sortie, la plus rapide possible, du nucléaire, coordination fédérale de septembre 2011.
  70. Logement : Refusons la spéculation !, XIe congrès d’AL, 2012.
  71. a et b Un combat anti-étatiste, Manifeste pour une alternative libertaire, 1991.
  72. Pouvoir populaire contre pouvoir d’État, IXe congrès d’AL, 2008.
  73. a, b, c, d, e et f La lutte antiraciste est une lutte sociale, XIIe congrès d’AL, 2015.
  74. Un combat contre toutes aliénations, Manifeste pour une alternative libertaire, 1991.
  75. a et b Religions, racisme et mouvements sociaux, VIIIe congrès d’AL, 2006.
  76. Alternative libertaire et la lutte contre le colonialisme, VIe congrès d’AL, 2002.
  77. a et b Les communistes libertaires et les luttes de libération nationale, Xe congrès d’AL, 2010.
  78. Contre le colonialisme en Palestine, Pour une Palestine laïque et démocratique, VIe congrès d’AL, 2002.
  79. « Edito », Courant alternatif,‎ (lire en ligne)
  80. Yves Coleman, « La triste farce de la "victoire" du Non », Sans patrie ni frontières,‎ (lire en ligne)
  81. Guillaume Davranche, « Réponse à Yves Coleman », Courant alternatif,‎ (lire en ligne)
  82. « De biens curieux libertaires, qui traitent les laïques de racistes », sur ripostelaique.com, (consulté le 25 juillet 2017)
  83. « Jean-François Chalot, président de l’Ufal de Seine-et-Marne », sur ripostelaique.com, (consulté le 25 juillet 2017)
  84. Guillaume Davranche, Cuervo, « Riposte laïque : Et petit-Blanc deviendra brun », Alternative libertaire,‎ (lire en ligne)
  85. « Prosti tuées », sur Strass-syndicat.org (consulté le 25 juillet 2017)
  86. « Réponse d’AL à la réponse du Strass du 24 août 2010 », Alternative libertaire,‎ (lire en ligne)
  87. « Kurdistan, impérialisme et extrême droite : lettre ouverte à Patrice Franceschi », sur Alternativelibertaire.org, (consulté le 25 juillet 2017)
  88. « Kurdistan, impérialisme et extrême droite : Patrice Franceschi répond à AL », sur Alternativelibertaire.org, (consulté le 25 juillet 2017)
  89. Ivan Sainsaulieu, La Contestation pragmatique dans le syndicalisme autonome. La question du modèle SUD-PTT, L'Harmattan, , 294 p. (ISBN 978-2738476166).
  90. Denis Pingaud, La Gauche de la gauche. Contre-enquête, Seuil, , 153 p. (ISBN 978-2020380713).
  91. Jean-Christophe Brochier, Hervé Delouche, Les Nouveaux Sans-culottes, enquête sur l’extrême gauche, Grasset, , 286 p. (ISBN 978-2246588818).