Okapi (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Okapi (homonymie).
image illustrant la presse écrite
Cet article est une ébauche concernant la presse écrite.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Okapi
Image illustrative de l'article Okapi (magazine)

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Bimensuel
Genre Presse jeunesse
Prix au numéro 5,20 €
Diffusion 72 167 ex. (2012)
Date de fondation 1971
Ville d’édition Paris

Rédacteur en chef François Blaise
Site web OKAPI

Okapi est un magazine bimensuel du groupe Bayard Presse publié depuis 1971. À l'époque, il était destiné aux anciens lecteurs de Pomme d'api, une fois passé l'apprentissage de la lecture. Après la création d’Astrapi, Okapi s'est recentré sur le public des collégiens (10 - 15 ans). L'univers d'Okapi est en quelque sorte l'ancêtre de l'actuel Images Doc, journal documentaire du même groupe de presse.

Le numéro 1000 est sorti le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la lancée du succès rencontré par leur magazine Pomme d'api, fondé en 1966 pour les enfants de 3 à 7 ans, les dirigeants de Bayard Presse ont souhaité un titre complémentaire pour les 8-12 ans, afin de suivre le lecteur dans toutes les étapes de sa vie[1]. Divers projets sont élaborés jusqu'à la fin des années 1960 mais n'aboutissent pas, faute de rédacteur en chef. Yves Beccaria, directeur du département presse jeune de Bayard Presse, porte finalement son choix sur Denys Prache, qui crée le 15 octobre 1971 Okapi avec une dimension documentaire inédite sous la forme supplément encyclopédique détachable mais pourtant inséparable de l'identité du journal: l'« Univers d'Okapi »[2]. Partant de 18.700 pré-abonnés à sa parution, le magazine en compte 103.000 dès le no 7, ce qui en fait le premier périodique du genre[1]. Denys Prache travaille obstinément sur le rapport texte-image et l'illustration occupera ensuite une place privilégiée dans ses publications comme éditeur[3].

La diffusion est importante dans les années 1970 (à plus de 150 000 exemplaires). Les enfants y adhèrent au point de devenir des « Okapiens » et « Okapiennes », dont les attentes et interrogations font l'objet de toute l'attention de la rédaction, qui répond à toutes les lettres. Le journal, souvent par la plume de son leader Denys Prache, répond ainsi, au moment de la loi Veil, à plus de deux cents questions[1] posées par des filles de dix ans qui ne recevaient pas de réponse de leur mère.

Denys Prache dirige le journal pendant les 163 premiers numéros (sept ans). Passionné d'arts graphiques, il fait appel à des débutants prometteurs à la forte personnalité, qui doivent accepter des honoraires peu élevés. La rigueur documentaire[2] est associée à l'interprétation artistique et souvent humoristique des illustrateurs, dans un mélange créatif, qui fait rapidement référence. L'équipe rédactionnelle est très féminisée (Florence Terray, Florence Rosenstiehl, Leigh Sauerwein...) et le nombre de scénaristes et illustratrices remarquable : Colette Tournès, Anne-Marie Chapouton, Martine Jauréguiberry, Édith Raymond, Marie-Marthe Collin, France de Ranchin, Yvette Pitaud[1]... et bien sûr Nicole Claveloux, dont la créature Grabote est aussi minuscule que déterminée à prendre toute sa place.Ensuite, Bayard Presse a normalisé le contenu d'Okapi qui n'a guère conservé que son nom, tout en déplaçant la tranche d'âge concernée vers les 10-15 ans pour l'intégrer entre ses deux nouveaux titres Astrapi et Phosphore.

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Les lecteurs des années 1970 ont tous en mémoire les aventures de Grabote de Nicole Claveloux, des Barneidor de Colette Tournès et Philippe Kailhenn, de La Chouette de classe ou de Timoléon le jardinier. L'univers graphique y était alors confié aux talents de Claude Lapointe, Henri Galeron, Fernando Puig Rosado...

Le magazine a permis dans les années 1980 la création de la bande dessinée Gil et Georges du Belge Marc Wasterlain, de la série Tendre Banlieue de Tito. C'est également chez Okapi que Léo ou David B. ont fait leurs premières armes dans les années 1980-1990.

Les bandes dessinées paraissant actuellement sont MDR (Loïc Sécheresse), des strips sur les adolescents, Raph' et Potétoz (Youmi Dumont), l'histoire d'une adolescente (Raphaëlle) et de son chien parlant (Potétoz), Vous pouvez répétez la question ? (Dab's), un frère et une sœur essaye de répondre à une question mais cela tourne souvent mal et Flash actu, le reflet de l'actualité vu en un strip.

Diffusion[modifier | modifier le code]

La diffusion totale est en augmentation constante jusqu'en 2011 et diminue à compter de l'année suivante[4].

  • 2003 : 65 283 exemplaires
  • 2004 : 62 917 exemplaires
  • 2005 : 62 215 exemplaires
  • 2006 : 63 048 exemplaires
  • 2007 : 64 972 exemplaires
  • 2008 : 67 908 exemplaires
  • 2009 : 68 551 exemplaires
  • 2010 : 70 201 exemplaires
  • 2011 : 72 440 exemplaires
  • 2012 : 72 167 exemplaires

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Article historique sur le site "Vive Grabote et Vive Okapi...", rédigé avec les archives du journal et sous la direction de l'ex-rédacteur en chef Denys Prache [1]
  2. a et b Archives complètes des "Une" de tous les premiers numéros d'Okapi et de leur supplément [2]
  3. Biographie sur le site de l'éditeur Glénat [3]
  4. « Fiche d'Okapi », sur OJD

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]