L'Éveil de la Haute-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Éveil de la Haute-Loire
Image illustrative de l’article L'Éveil de la Haute-Loire

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Genre Presse départementale
Diffusion 10 735 ex. (2018)
Fondateur Louis Rabaste, André Allalain
Date de fondation 1944
Éditeur L'Éveil de la Haute-Loire S.A. (Centre-France)

Directeur de publication Jacques Lamoureux
Rédacteur en chef Christophe Darne
Site web leveil.fr

L'Éveil de la Haute-Loire est un quotidien départemental français, du Groupe Centre France, publié dans le département de la Haute-Loire et fondé en 1944 par Louis Rabaste[réf. nécessaire].

Il est vendu par le groupe Sud Communication au groupe Centre France en [1]. Sa diffusion en 2018 est de 10 735 exemplaires[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1944 ː Les deux quotidiens existants au Puy-en-Velay en 1944, la Haute-Loire et La liberté de la Haute-Loire ont continué de paraître durant la guerre, ils disparaissent après la libération du Puy-en-Velay, en [3]. La liberté de la Haute Loire, créée  le publie son dernier  numéro en date du . Le journal la Haute-Loire remonte à 1813 (mais au pour ce qu’il est en 1944). Le dernier numéro est également du . Le Comité départemental de Libération fait paraître un nouveau quotidien, l’Appel, devenu en La Voix Républicaine. Des personnalités se réunissent et décident d’un nouveau journal confié à Louis Rabaste. Ce journaliste du Nouvelliste de Lyon veut « un journal d'inspiration chrétienne, libéral, social ». Le premier numéro est du .
  • 1957 : disparition de La Voix Républicaine qui était devenue Le Quotidien
  • 1965 : la diffusion dépasse les 10 000 exemplaires
  • 1968 : Hubert Beuve-Méry, fondateur et directeur du Monde visite les locaux de l’Éveil. Au sein de la presse de province, le journal est reconnu comme une réussite exceptionnelle. Il partage avec Le Monde d'être un quotidien "du soir".
  •  : dernier éditorial de Louis Rabaste
  • 1993 : la diffusion dépasse les 15 000 exemplaires. Des groupes de presse proposent d''acheter le quotidien (groupe Hersant, Midi libre, Centre-France)
  • 1996 : achat du titre par Sud Communication (Groupe Fabre).
  • Années 2000 : le groupe passe au numérique. A l’instigation de son fondateur, le journal a toujours cherché à être à la pointe des techniques de création et d'imprimerie.
  •  : décès de Louis Rabaste
  • 2010 : le groupe Fabre met en vente L'Éveil. En juin départ d'Henri Merle, directeur général, administrateur et éditorialiste depuis 1997.
  •  : achat du titre par Centre-France par « logique territoriale »
  •  : Jacques Barrot est présent aux festivités des « 70 ans de l'Éveil », le dernier événement public en Haute-Loire pour l'ancien homme politique qui décédera subitement quelques semaines plus tard.
  •  : le titre est mis au standard de Centre France (passage au format tabloïd, suppression du site internet d’origine, utilisation des réseaux sociaux, etc.)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Montagne Centre France officialise le rachat du groupe l'Eveil », sur L'Express,
  2. « L'Eveil de la Haute Loire », Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (consulté le 16 novembre 2019)
  3. Pierre Feuerstein, Un journal des journaux : histoire, grandeur et servitudes d'un journal de province, Nonette 63340, Ediitons Créer, 240 p., p. 181

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Feuerstein, Un journal, des journaux : histoire, grandeur et servitudes d'un journal de province, Nonette, Éditions CRÉER, , 240 p. (ISBN 2-909797-20-1, lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]