Les Nouvelles calédoniennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Nouvelles calédoniennes
Image illustrative de l’article Les Nouvelles calédoniennes

Pays Drapeaux de la Nouvelle-Calédonie Nouvelle-Calédonie
Langue Français
Périodicité Quotidien
Genre Presse régionale
Diffusion 31 000 ex. (2015)
Date de fondation 1971
Ville d’édition Nouméa

Propriétaire Investisseurs privés de Calédonie
Rédacteur en chef Olivier Poisson
ISSN 1148-0319
Site web www.lnc.nc

Les Nouvelles calédoniennes est un journal quotidien de la Nouvelle-Calédonie, qui paraît depuis le . Depuis la disparition de son concurrent La France Australe en 1979, c'est le seul journal de Nouvelle-Calédonie.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Nouvelles calédoniennes (LNC) est fondé en 1971 par Roger Brissaud (originaire de Haute-Savoie), Jean Paul Leyaud et Edouard Ventrillon (issus de deux familles calédoniennes). À cette époque, il est en concurrence avec un autre quotidien, La France Australe, édité par la Société Le Nickel (SLN)[1]. La France Australe disparaît en 1979, après 90 ans d'existence, et LNC devient le seul quotidien de Nouvelle-Calédonie[2].

Les Nouvelles calédoniennes est le seul quotidien d'informations générales du pays. Il ne parait pas le dimanche. Le journal a été marqué politiquement pour le Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR) jusqu'au début des années 2000[réf. nécessaire].

Il est ensuite devenu neutre, notamment de 2004 à 2008 lorsque Thierry Massé était directeur général et Philippe Minard directeur de la rédaction.[réf. nécessaire].

Le journal a quitté le giron de GHM (Groupe Hersant Média) le . Il a été acquis par des investisseurs de Nouvelle-Calédonie. 59 % des parts appartiennent à Jacques Jeandot et sa famille, un concessionnaire automobile incontournable sur l'île, également présent dans le monde bancaire, le marché de l'eau calédonien, etc. Le reste du capital se partage ainsi : 21 % pour la famille Montagnat, propriétaire de mines et 20 % pour Charles Lavoix, ancien propriétaire des magasins locaux des enseignes Casino, Géant et Leader Price[3].

Ce rachat a créé une inquiétude lourde parmi le personnel, les repreneurs étant supposés proches du pouvoir calédonien[4][Qui ?]. Dans le contexte de l'aboutissement des accords de Matignon et de Nouméa, les référendums sur une indépendance ou non de l'île cristallisent les passions localement. Pour leurs détracteurs, le rachat par les nouveaux actionnaires, a été vu comme une volonté de museler les organes d'expression avant les échéances capitales pour l'île[réf. nécessaire].

En avril 2021, le journal est placé en procédure de sauvegarde, ce qui provoque des inquiétudes sur sa possible disparition[5].

Parution[modifier | modifier le code]

Abonnements et tarifs[modifier | modifier le code]

Les articles sont disponibles partiellement (version gratuite soumise à quota mensuel) ou en intégralité (version payante) sur le site internet du journal, actualisé chaque jour à 04h locales (GMT +11) et tout au long de la journée pour la rubrique gratuite des Actualités en direct. Il est vendu 160 francs CFP l'exemplaire (1,34  environ) (le lundi, mercredi et samedi). 180 francs (1,51 ) le mardi et le jeudi (suppléments vendus avec) et 200 francs (environ 1,68 ) le vendredi (avec un magazine consacré aux programmes télévisés). Il offre aussi un service d'abonnement, avec livraison à domicile ou non tous les matins, pour un, trois, six mois ou un an. Il est possible aussi de s'abonner en Métropole (livraison une fois par semaine par vol prioritaire ou éco-aérien, les offres d'abonnements pour cette dernière solution portant sur trois, six mois ou un an), à Wallis-et-Futuna, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Vanuatu (abonnements pour un, trois, six mois ou un an, livrés par vol prioritaire), voire en Amérique, en Asie ou en Afrique (abonnements sur trois, six mois ou un an, livré par vol prioritaire). Le quotidien est également gratuitement proposé aux passagers d'Aircalin.

Rubriques[modifier | modifier le code]

Suppléments[modifier | modifier le code]

  • Tous les samedis paraît le supplément Emploi, le supplément des annonces emplois en Nouvelle-Calédonie. Le Coco TV Mag qui fournit le programme télévisuel de la semaine est distribué avec le quotidien du vendredi pour 200 Franc CFP.
  • Les Nouvelles Femmes est le magazine féminin des Nouvelles Calédoniennes.
  • Les Nouvelles calédoniennes font également paraître assez régulièrement des suppléments à propos de l'automobile et du nautisme (Auto & Moto & Bateau), de la décoration (Construire), de l'économie (Les Nouvelles de l'économie)... Traitant de faits d'actualité du territoire.
  • Le journal diffuse également des dossiers.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Nouvelles calédoniennes placées en procédure de sauvegarde », sur noumeaPost, (consulté le )
  2. « Le fantôme de la France Australe plane toujours », sur LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes, le Journal de Nouvelle Calédonie, (consulté le )
  3. « Le rachat du quotidien " Les Nouvelles Calédoniennes": Jacques Jeandot est le nouveau patron du groupe de médias calédonien », sur Nouvelle-Calédonie la 1ère, (consulté le )
  4. « Hersant/Tapie: les journalistes des Nouvelles-Calédoniennes écrivent à M.Ayrault », sur TAHITI INFOS, les informations de Tahiti (consulté le )
  5. « Le quotidien "Les Nouvelles calédoniennes" inquiet pour son avenir », sur Nouvelle-Calédonie la 1ère, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]