So Film

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
So Film
Image illustrative de l'article So Film

Pays France
Langue français
Périodicité Mensuel
Genre Cinéma
Prix au numéro 4,90
Date de fondation 2012
Éditeur Capricci
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Farid Lounas
Directeur de la rédaction Thierry Lounas
Site web www.sofilm.fr

So Film est un magazine de cinéma français créé en 2012 dont le directeur de rédaction est Thierry Lounas.

Le magazine[modifier | modifier le code]

Le magazine est édité par Les Éditions Nantaises fondées par Capricci et So Foot et se veut l'équivalent de So Foot, mais dans le domaine du cinéma. De nombreuses personnes présentes sur le magazine de football exerce sur So Film. Le contenu s'en ressent, les rubriques interview décalée, jour après jours et légende reviennent et le magazine consacre ses numéros à des personnalités du cinéma indépendant laissant de côté le cinéma dit « mainstream » ou à des personnages de l'ombre, allant chercher le cinéma « ailleurs, là où on ne l'attend pas »[1]. So Film mène des enquêtes originales, comme un dossier sur le cinéma gay à Beyrouth dans le numéro 3[2].

Luc Moullet et Louis Skorecki y tiennent une chronique intitulée « Moullet vs Skorecki »[3].

Le magazine est divisé en plusieurs rubriques qui, pour les trois premiers numéros, sont toujours à peu près les mêmes : l'ouvreuse (avec plusieurs petites chroniques comme le jour après jour, l'expresso, l'affiche what if ou encore la séquence star), les entretiens, soit de longs interviews avec une personnalité ayant trait de près ou de loin au monde du cinéma, les reportages, le portrait, le cahier critique, la rencontre où deux personnes se rencontrent pour discuter, légende, extras et happy end (avec entre autres la rubrique « Moullet vs Skorecki »).

Couvertures[modifier | modifier le code]

Le magazine fait généralement poser des personnalités en couverture de chaque numéro sauf pour le numéro 11 qui contient une illustration des films les plus connus des frères Farrelly[4]. Parmi elles, on peut citer à titre d'exemples : Leos Carax, Willem Dafoe, Quentin Tarantino, Michel Houellebecq et Gérard Depardieu.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Édito », So Film, no 1,‎ , p. 4
  2. « Vers la fin des cinémas gay de Beyrouth ? », So Film, no 3,‎ , p. 14
  3. « Sommaire », So Film, no 1,‎ , p. 6
  4. http://www.sofilm.fr/anciens-numeros

Liens externes[modifier | modifier le code]