Réforme (hebdomadaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réforme.
Réforme
Image illustrative de l'article Réforme (hebdomadaire)

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité hebdomadaire
Format 42 cm
Genre Hebdomadaire protestant d'actualité
Prix au numéro 2,60 (éd. papier)
1,79 (éd. numérique)
Fondateur Albert Finet & Jean Bosc
Date de fondation 1945
Éditeur Dominique Guiraud
Ville d’édition Paris

Propriétaire Réforme
Directeur de publication Jean-Paul Willaime
Directeur de la rédaction Nathalie Leenhardt
Rédacteur en chef Nathalie de Senneville-Leenhardt
ISSN 0223-5749
OCLC 213511480
Site web https://www.reforme.net

Réforme est un hebdomadaire protestant, fondé à Paris en 1945[1]. Son nom fait référence à la réforme protestante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Réforme est actuellement le principal hebdomadaire protestant français[2]. Ce journal hebdomadaire fut fondé à la Libération, dans le contexte de la Résistance par Albert Finet, Jean Bosc, Denise Berthoud et Albert-Marie Schmidt. Son premier numéro paraît le 24 mars 1945[3]. Réforme a toujours cherché depuis lors à donner un regard protestant sur l’actualité, sur les événements du temps et l’évolution de la société, en France et à l'étranger. Le journal commente les événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire. Il soutient une inspiration protestante, tout en étant attentif aux exigences de l’œcuménisme, et loin de toute attitude strictement confessionnelle.

Réforme est indépendant des structures ecclésiales, tenant dans la presse nationale française une place atypique, depuis plus de 60 ans.

« Depuis 60 ans, Réforme continue de scander, baliser et donner un sens et une proportion aux choses. Ce regard-là n’est pas conservateur mais intégrateur, pas nostalgique mais disponible, pas opportuniste mais pluraliste. Une religion qui n’a pas peur du siècle, une spiritualité qui ne rejette pas la modernité : c’est la marque de Réforme. »

— Alain Duhamel

Il est principalement diffusé par abonnement et dans les grandes librairies religieuses, il comporte vingt pages et a une diffusion nationale. En 2007, Réforme affiche 22 000 lecteurs et 7 000 abonnés.

En 2007, le site internet de Réforme se modernise et devient un portail multimédia accessible à tous. Les abonnés bénéficient d’un accès privilégié à des dossiers spécifiques, et à l’intégralité du numéro de Réforme de la semaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Référence SUDOC
  2. Annette Becker, Annette Gugolot, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Écrire l'histoire du christianisme contemporain : autour de l'œuvre d'Étienne Fouilloux, Karthala, 2013, p. 303 (ISBN 9782811108403)
  3. Naissance du journal Réforme, article de Frédérick Casadesus

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Encrevé, « Réforme face à la première session du concile Vatican II », in Annette Becker, Annette Gugolot, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Écrire l'histoire du christianisme contemporain : autour de l'œuvre d'Étienne Fouilloux, Karthala, 2013, p. 303-317
  • Les Protestants face aux défis du XXIe siècle : actes du Colloque du cinquantenaire de l'hebdomadaire Réforme (Paris, 11 mars 1995), Labor et Fides, Genève ; Cerf, Paris, 1995, 168 p. (ISBN 2-8309-0790-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]