Tennis Magazine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tennis Magazine
Image illustrative de l’article Tennis Magazine

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité bimestriel
Genre revue sportive et mode de vie consacrée au tennis
Prix au numéro
Diffusion ~ 18 000 ex. (2019[1])
Fondateur Jean Couvercelle
Date de fondation
Éditeur Tennis Team Agency
Ville d’édition Issy-les-Moulineaux

Propriétaire ALVABA Medias SAS
Directeur de publication Benjamin Badinter
ISSN 0396-6267
Site web http://www.tennismag.com

Tennis Magazine[2] est une revue mensuelle de la presse française consacrée au tennis et publiée depuis avril 1976. Il devient bimestriel en 2019.

Historique[modifier | modifier le code]

L'idée de la création de Tennis Magazine remonte à la fin de l'année 1975. Afin de proposer une alternative à Tennis de France, détenu par Philippe Chatrier depuis 1953, Jean Couvercelle (journaliste à France Soir) décide de réunir trois passionnés de tennis : Pierre Barret, ancien patron de L'Express et son associée Monique Helfenberger, ainsi que Denys Godin, chargé de la publicité à L'Express[3]. Le premier numéro, en date du , met en avant sur sa couverture François Jauffret. Racheté par Lagardère en 1982, Jean Couvercelle reprend ses parts en 1997.

Pendant environ quatre années dès 1979, Yannick Noah devient chroniqueur mensuel pour Tennis Magazine. Il redevient collaborateur régulier à partir de la fin des années 1990. Les ventes atteignent les 50 000 exemplaires lors de la finale de la Coupe Davis 1991 remporté par la France.

En 1996, à l'occasion de son vingtième anniversaire, le magazine passe à un nouveau format et change légèrement son logo[4]. En avril 2000, le magazine lance Tennis+, un bimestriel destiné aux plus jeunes. Le magazine change une nouvelle fois de logo et de maquette lors du no 392 de novembre 2008.

En 2014, le groupe Attractive-sport de Pascal Chevalier entre au capital à hauteur de 20 %[5]. En octobre 2015, Jean Couvercelle cède ses parts à Benjamin Badinter via sa société Alvaba Medias[6]. Une nouvelle formule plus orientée « mode de vie » est lancée en mai 2016 à l'occasion de Roland-Garros alors que la diffusion payante est à environ 27 000 exemplaires par numéro[7].

En difficultés financières depuis plusieurs mois, la direction licencie tous ses journalistes début 2019 alors que les ventes sont estimées à 18 000 exemplaires. Le magazine continue toutefois d'être publié sous la forme d'un bimestriel, édité par le Groupe Amaury et rédigé par les équipes de Journal du golf[1].

Principaux collaborateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Benjamin Badinter licencie toute la rédaction de Tennis magazine », La Lettre A, 31 janvier 2019
  2. À ne pas confondre avec son homonyme parfait américain Tennis Magazine
  3. 40 ans de tennis, sur so-tennis.fr, 23 février 2016
  4. On a tous en nous quelque chose de Tennis Mag', sur fr.sports.yahoo.com, 15 mars 2016
  5. « Tennis Magazine » prend un nouveau départ, lesechos.fr, 20 mai 2014
  6. Tennis Magazine racheté par Benjamin Badinter, Stratégies, 16 octobre 2015.
  7. « Tennis Magazine » à la relance juste avant Roland-Garros, Les Échos, 26 mai 2016/

Lien externe[modifier | modifier le code]