L'Éclipse (journal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éclipse (homonymie).
image illustrant la presse écrite
Cet article est une ébauche concernant la presse écrite.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L’Éclipse est un journal hebdomadaire satirique français fondé en janvier 1868, successeur de La Lune, et qui disparut en juin 1876.

Histoire[modifier | modifier le code]

Livraison du 17 avril 1870 avec une caricature de Léon Gambetta.

En 1865, François Polo, libraire républicain qui édite des pamphlets contre l’empereur Napoléon III fonde le journal La Lune, auquel André Gill fournit des caricatures. En décembre 1867, le journal est interdit par la censure à la suite d’une caricature de Napoléon III, le journal disparaît le .

La boutade « La Lune devra subir une éclipse » détermine le nom du successeur de La Lune : L’Éclipse. Le premier numéro paraît le et le dernier le . Au total, il y a 400 numéros, plus 36 numéros bis ainsi que 5 suppléments en 1870. Lui succédant, La Lune rousse paraît jusqu’en 1879.

Ces journaux sont à nombreuses reprises censurés ou interdits. André Gill invente alors le personnage d’Anastasie[1], femme revêche armée de ciseaux, censée personnaliser la censure.

Il comporte 4 pages dont la Une reproduisant systématiquement une gravure sur bois en couleurs. Le prix de vente est de 10 centimes.

La librairie Polo devient en 1875 la Librairie Jules Tallandier.

Contributeurs[modifier | modifier le code]

Les artistes suivants ont contribué aux lithographies ou aux illustrations de L’Éclipse et sont bien souvent les mêmes que ceux du journal Le Charivari.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Christian Delporte. « Anastasie » : L'imaginaire de la censure dans le dessin satirique (XIXe ‑ XXe siècles). in : Pascal Ory. La censure en France à l'ère démocratique (1848-…). Bruxelles : Éditions Complexe, 1997.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « La presse satirique illustrée entre 1860 et 1890 » par Philippe Roberts-Jones in Études de presse, nouvelle série, vol. 8, n° 14, 1956, p. 4-113 - préface de Julien Cain.
  • Claude Bellanger, Histoire générale de la presse française, tome 3 : De 1871 à 1940, Paris, Presses universitaires de France, 1972 (ISBN 978-2130321491).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]