Dernières Nouvelles d'Alsace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dernières Nouvelles d'Alsace
DNA
Image illustrative de l'article Dernières Nouvelles d'Alsace

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste régional
Prix au numéro 1 €
Diffusion 164 692[1] ex. (2015)
Fondateur Heinrich Ludwig Kayser
Date de fondation 1877
Éditeur Dernières Nouvelles d'Alsace
Ville d’édition Strasbourg

Propriétaire BFCM
Directeur de publication Francis Hirn
Rédacteur en chef Dominique Jung
ISSN 0150-397X
Site web www.dna.fr

Les Dernières Nouvelles d'Alsace, usuellement appelées DNA, sont un quotidien régional français d'information en Alsace. Il a été fondé le sous le nom de Strassburger Neueste Nachrichten par Heinrich Ludwig Kayser, un imprimeur et éditeur allemand[2]. C'est aujourd'hui l'un des plus anciens titres de la presse quotidienne régionale en France.

Depuis janvier 2012, les DNA font partie du pôle presse du Crédit Mutuel[3]. La diffusion des DNA s'étend sur l'ensemble du territoire alsacien (Bas-Rhin et Haut-Rhin) et en fait le quotidien le plus lu par cette région, avec une audience de plus de 550 000 lecteurs en moyenne chaque jour[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La une du premier numéro du

Le premier numéro des Neueste Nachrichten fut créé en 1877 à Strasbourg par H.L. Kayser[5]. À l'origine, ce journal était un hebdomadaire allemand gratuit, puis est devenu, en 1878, un quotidien payant. L'impression du journal s'est faite en relief (typographie) jusqu'à l'installation de la première rotative en 1911.

Le siège des DNA est installé rue de la Nuée Bleue à Strasbourg depuis 1891. Sur la façade est installé un coq, célébration de la victoire française en 1918, poussant trois "cocoricos" chaque midi. Il sera démonté en 1939, puis posé à nouveau en 1944.

L'année 1921 marque la première édition française à Strasbourg et l'implantation des DNA dans le Haut-Rhin, à Colmar.

En 1939 et le début de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Strasbourg est vidée de sa population civile, de peur des bombardements allemands. Les machines rue de la Nuée Bleue sont réquisitionnées par les nazis pour publier un quotidien de propagande. Jusqu'en juin 1940, des journalistes des DNA publient à Bordeaux le Journal des Réfugiés. Ce dernier fut rapidement condamné par le gouvernement de Vichy, c'est alors depuis Montpellier que des hommes des DNA font paraître L'Echo des réfugiés, organe d'entraide des Alsaciens et Lorrains.

En 1952, une nouvelle loi oblige la presse à un jour de non parution par semaine. Ce fut alors l'occasion de créer un nouveau titre avec une coloration "sports" : les Dernières Nouvelles du Lundi. Dès 1962, les DNA commencent à développer des agences dans le sud de l'Alsace (Mulhouse, Saint-Louis, Thann et Altkirch). En 1977, le journal est imprimé pour la première fois en offset, grâce à un procédé chimique encre/eau. La composition au plomb disparaîtra complètement en 1989.

Les DNA sont l'un des premiers quotidiens régionaux français disponible sur Internet, dès 1995[6]. À cette époque, moins de 2% des foyers français sont alors équipés en accès internet. En 2006, une nouvelle rotative Wifag E371 est installée au siège du journal. Les travaux ont duré plus d'un an, pour un coût de 10 millions d'euros. S'en suivit une nouvelle maquette du journal en 2011 avec des cahiers en couleurs.

En janvier 2012, les DNA ont intégré le pôle Presse du Crédit mutuel composé de quotidiens régionaux de l'est de la France : les DNA, l'Alsace, l'Est républicain, Vosges Matin, Le Bien public, Le Journal de Saône-et-Loire, le Journal de la Haute-Marne, Le Dauphiné libéré, le Progrès, le Républicain lorrain.

Rédaction[modifier | modifier le code]

Environ 150 journalistes répartis en 20 rédactions collectent quotidiennement les informations régionales et un bureau parisien d'une dizaine de journalistes collecte l'information nationale et internationale. Des correspondants à l'étranger et des agences de presse généralistes et spécialisées viennent compléter les sources de l'information, au même titre qu'environ 1400 correspondants locaux.

Les informations sont hiérarchisées en fonction de leur thématique (région, économie, culture, société, sport) et de leur géographie (éditions régionales, départementales, locales). Les photographies venant illustrer l'information régionale proviennent des journalistes reporters-photographes, des journalistes en agence et des correspondants de presse. Des agences et sites spécialisés fournissent les photos relatives aux informations générales.

Contenus[modifier | modifier le code]

362 numéros des DNA paraissent chaque année, avec 48 pages quotidiennes réparties en 4 cahiers : informations générales, informations régionales, sports, informations locales. Il existe 17 éditions locales. Le format du journal est de type berlinois, soit 307,5 mm sur 470 mm. Selon ONE cumul 2013/2014, LNM OJD 2014, la diffusion des DNA est de 156 741 exemplaires par jour et l'audience est de 555 000 lecteurs par jour. Les DNA sont diffusées principalement par portage au domicile avant 7h le matin. Près de 86 % des lecteurs sont des abonnés portés, près de 3 % des lecteurs sont des abonnés postés et environ 11% des lecteurs achètent leur journal au numéro. Ainsi, l'Alsace est la 2e région de France, après la Bretagne, avec un taux de lecture proche de 50%. Chaque jour, les lecteurs ont un RDV thématique : TV Magazine, Version Fémina, DNA Emploi, DNA Immo, DNA Auto-moto, DNA Reflets pour les sorties du week-end.

Numérique[modifier | modifier le code]

Site internet : 6.1 millions de pages vues par mois, 2.4 millions de visites par mois[7]. Par jour, il y a 94 000 visites et 321 000 pages vues sur le site éditorial dna.fr[8]. Par jour, il y a 33 000 visites et 117 000 pages vues sur le site éditorial via les appareils mobiles[9]

Équipe de Direction[modifier | modifier le code]

  • Président : Michel Lucas
  • Directeur général, Directeur de la Publication : Francis Hirn
  • Rédacteur en chef : Dominique Jung

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Willy Bodenmuller, "DNA", 130 ans à la une 1877-2007 : toute l'actualité du monde et de l'Alsace à travers une sélection de unes des "DNA", La Nuée Bleue, Strasbourg/Straßburg, 2007, 159 p. (hors-série des DNA)
  • Jean-Pierre Kintz, « La diffusion des Dernières Nouvelles d'Alsace pendant les années 1970 », Éditions Panthéon-Assas, Paris, 2002 (tiré à part de La Distribution et la diffusion de la presse, du XVIIIe siècle au IIIe Millénaire sous la direction de Gilles Feyel, colloque organisé par l'Institut français de presse de l'Université Panthéon-Assas Paris II, les 12, 13 et 14 juin 2001)
  • Edmond Ponsing, Strasbourg 1940-1944 : notes prises dans les "Strassburger neueste Nachrichten", Archives municipales de Strasbourg/Straßburg, 1992, 157 p. (ISBN 2-85683-004-8)
  • Roselyne Ringoot et Jean-Michel Utard, « L’Europe vue par la presse quotidienne régionale. Les exemples comparés de Ouest-France et des Dernières Nouvelles d’Alsace », in Dominique Marchetti (dir.), En quête d’Europe. Médias européens et médiatisation de l’Europe, PUR, 2004, Rennes, p. 245-262
  • Dominique E. Wirtz-Habermeyer et Jacques Puymartin, Histoire des Dernières Nouvelles d'Alsace, La Nuée-Bleue, Strasbourg/Straßburg, 1987, 343 p.
  • Une province et son journal : "Les Dernières Nouvelles d'Alsace", publié par Les Dernières Nouvelles d'Alsace, 1973, 28 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :