Le Nain jaune (journal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Nain jaune.

Le Nain jaune
Image illustrative de l’article Le Nain jaune (journal)
Première page du no 360 du 10 avril 1815.

Pays France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Date de fondation
Date du dernier numéro 1876
Ville d’édition Paris

Le Nain jaune sert de titre à plusieurs journaux politiques ou satiriques en France comme en Angleterre, dont le premier est le journal libéral de Cauchois Lemaire en 1814. Aurélien Scholl tenta de le ressusciter en 1863 en faisant davantage un journal littéraire.

Le Nain jaune de Cauchois-Lemaire (1814-1815)[modifier | modifier le code]

Le Nain jaune, ou Journal des arts, des sciences et de la littérature, est un journal satirique paru du au .

Ses rédacteurs, Cauchois-Lemaire, Étienne, Étienne de Jouy, Harel, Merle, Dirat[1] s'en prenaient aux tenants de l’Ancien Régime en les désignant sous le terme de Chevaliers de l'Éteignoir. Sous les Cent-Jours, le journal soutient Napoléon et se moque des revirements de carrières en inventant l'Ordre des Girouettes[2].

Le Nain jaune est supprimé sous la seconde Restauration. Cauchois-Lemaire publie Fantaisies politiques pour protester contre cette suppression arbitraire, puis ressuscite en septembre 1815 Le Journal des arts, lui aussi supprimé au bout de quelques semaines. Il s'exile alors en Belgique et rédige Le Nain jaune réfugié en 1816. Ouvertement dirigé contre Louis XVIII et Decazes, il doit lui aussi s'interrompre à la fin de l'année. Au Nain jaune succède Le Nain tricolore en 1816 à Paris. Ses auteurs et éditeurs, Émile Babeuf, Pierre Joseph Spiridon Duféy de l'Yonne, Laurent Beaupré et Georges Zenowietz sont condamnés à la déportation en 1816[3],[4].

Le Nain jaune d'Aurélien Scholl (1863-1876)[modifier | modifier le code]

Ce journal s'inscrit dans la lignée satirique du précédent mais le nouveau format se veut plus un journal littéraire qu'un journal politique, il se positionne comme un concurrent du Figaro. Aurélien Scholl, qui y contribue sous le pseudonyme de Balthazar, s'entoure pour sa création de Charles Monselet, Lambert-Thiboust, Théodore de Banville, Henri Rochefort, Francisque Sarcey, Victor Cochinat, Théodore de Langeac[5].

Barbey d'Aurevilly y contribue de 1863 à 1865, puis de 1867 à 1869 [6]. Il y publie Le Chevalier Des Touches (1864), Les quarante médaillons de l'Académie (1864, sous le pseudonyme d'Old Noll) et Les Trente-sept Médaillonnets du Parnasse contemporain (1866). C'est aussi dans ce journal qu'il publie la plupart de ses critiques littéraires y éreintant les grands noms du moment : Victor Hugo, Émile Zola

Le premier numéro paraît le . Le journal subit de nombreuses vicissitudes et change de directeur plusieurs fois : Aurélien Scholl, Théophile Silvestre (qui le mène à la faillite) et Ulysse Pic (1864), Aurélien Scholl (de nouveau), Castagnary et Gregory Ganesco (1866-1869), Gabriel Hugelmann… Il paraît avec quelques éclipses, au moins jusqu'en 1876[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dirat sera nommé dans l'ordonnance du 24 juillet 1815.
  2. Sur Le Nain Jaune, les Chevaliers de l'Éteignoir et la contribution de Jouy, voir Michel Faul, Michel Faul (préf. Jean Tulard), Les Aventures militaires, littéraires et autres de Étienne de Jouy, de l’Académie française, Biarritz, Séguier, , 198 p., 19 cm (ISBN 978-2-84049-556-7, OCLC 318092297, lire en ligne).
  3. Jean Baptiste Auguste Imbert et Benjamin Louis Bellet, Biographie des condamnés pour délits politiques depuis la restauration des Bourbons en France, jusqu’en 1817, Bruxelles, , 1 v. ; 8° (OCLC 715512393, lire en ligne), p. 239.
  4. Le Nain tricolore, Paris, (lire en ligne).
  5. a et b Jean de Palacio, Isabelle Krzywkowski, Sylvie Thorel-Cailleteau, Anamorphoses décadentes - Recherches actuelles en littérature comparée, Presses Paris Sorbonne, 2002, p. 125
  6. Olivier Bivort, Verlaine, notice sur Barbey d'Aurevilly, p. 458