Épipaléolithique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Épipaléolithique est la phase finale du Paléolithique, succédant au Paléolithique supérieur il y a environ 14 000 ans, et précédant le Mésolithique qui commence il y a 11 700 ans, à la fin de l'ère glaciaire. La définition de l'Épipaléolithique est complexe et fait intervenir des éléments climatiques, environnementaux, sociaux et techniques.

Contexte climatique[modifier | modifier le code]

L'Épipaléolithique commence il y a environ 14 000 ans au cours d'une phase de radoucissement climatique relatif, mais se poursuit entre 13 000 et 11 700 ans avant le présent avec le dernier retour des temps glaciaires, au cours du Dryas récent.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Le mode de vie des groupes humains de l'Épipaléolithique s'inscrit dans la continuité de ceux du Paléolithique et leur économie est toujours celle de groupes de chasseurs-cueilleurs. Toutefois, les changements environnementaux conduisent à un certain nombre d'adaptations techniques (généralisation de l'arc, plus adapté à la chasse dans les forêts renaissantes, et donc production d'armatures en silex de dimensions réduites mais toujours aux dépens de lames) ou comportementales (développement de la chasse individuelle, à l'affût).

L'usage de la chaux comme colle est découvert à cette époque, pour la fabrication de petits outils[1].

Cultures[modifier | modifier le code]

À la culture magdalénienne, stable et répandue sur une grande partie de l'Europe de l'Ouest, aisément identifiée par son industrie et son art pariétal et mobilier spectaculaire, succèdent des cultures matérielles plus localisées et changeant plus rapidement. Les expressions artistiques se font nettement plus discrètes (galets striés ou peints) et sont rarement figuratives.

En Europe, les principales cultures épipaléolithiques sont l'Azilien (ex-Tourassien), l'Ahrensbourgien, le Valorguien, le Swidérien, les groupes de la Long Blade Technology (dont le Belloisien), le Laborien, la culture de Bromme, le Tjongérien et la culture Komsa.

Mésolithique[modifier | modifier le code]

À partir de 11 700 ans avant le présent, les cultures mésolithiques (Sauveterrien, Tardenoisien, Montadien, Castelnovien, Maglemosien, Kongemosien, la culture Fosna-Hensbacka, la culture de Kunda) succèdent aux groupes épipaléolithiques locaux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [Coutelas 2016] Arnaud Coutelas, « La chaux dans les enduits pré-romains de Gaule septentrionale : présence accidentelle ou intentionnelle ? », actes de la table-ronde organisée au Centre d’Études des Peintures Murales Romaines (coord. S. Groetembril, Soissons, le 4 mars 2014) « Le décor pré-romain en Gaule »,‎ , p. 13-15 (lire en ligne [sur academia.edu]), p. 13.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Barbaza, Les Civilisations postglaciaires. La vie dans la grande forêt tempérée, Histoire de la France préhistorique, La Maison des Roches, 1999, 128 p., 76 fig.

Voir aussi[modifier | modifier le code]