Bataille d'Alep

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille d'Alep
Description de cette image, également commentée ci-après

Situation actuelle à Alep :

  •      Zones contrôlées par le régime syrien et ses alliés
  •      Zones contrôlées par les rebelles
  •      Zones contrôlées par les YPG
  •      Zones contrôlées par l'État islamique
  •      Zones disputées (en combats ou sans contrôle) à la date de la présente carte
Informations générales
Date
(4 ans, 5 mois et 3 jours)
Lieu Alep (Syrie)
Issue Victoire des loyalistes
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne Drapeau de l'Iran Iran
InfoboxHez.PNG Hezbollah
Harakat Hezbollah al-Nujaba
Brigade des Fatimides
Organisation Badr
Asaïb Ahl al-Haq
Kataeb Hezbollah
Brigades de l'imam Ali
Liwa Zainebiyoun
Saraya al-Khorasani
Junud al-Mahdi
Fawj al-Imam al-Hujja
Drapeau de la Russie Russie
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre Flag of Ahrar ash-Sham.svg Ahrar al-Cham
Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Flag of Jabhat Fatah al-Sham.svg Front Fatah al-Cham
Flag of the Army of Mujahedeen (Syria).png Armée des Moudjahidines
Harakat Nour al-Din al-Zenki
Flag of the Sham Legion.svg Faylaq al-Cham
Logo of Jaysh al-Islam.jpg Jaych al-Islam
Emblem of the Ansar al-Deen Front.svg Front Ansar Dine
Flag of Ajnad al-Sham.png Ajnad al-Cham
Logo of Jaysh al-Sunna.png Jaych al-Sunna
Liwa al-Haq
Front de l'authenticité et du développement
Alwiya al-Furqan
Kataeb Thuwar al-Cham
Flag of the Turkistan Islamic Party in Syria.svg Parti islamique du Turkestan
Flag of katibat al tawhid wal jihad.png Katiba al-Tawhid wal-Jihad
Liwa Ansar al-Khalifah
(et autres)
Flag of Syrian Kurdistan.svg PYD

Flag of Jaysh al-Thuwar.svg Jaych al-Thuwar

Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Drapeau de la Syrie Zaid Saleh[1]
Drapeau de la Syrie Souheil al-Hassan
Drapeau de la Syrie Maher el-Assad
Drapeau de la Syrie Hassan Zeino Berri
Drapeau de l'Iran Qasem Soleimani
texte= Abdul Jabbar al-Oqaidi
Flag of Syria 2011, observed.svg Abd al-Qader Salah
Flag of Syria 2011, observed.svg Adnan Bakour
Flag of Syria 2011, observed.svg Abdelaziz Salameh
texte= Yaser Abdulrahim
texte= Abdel Nasser Ferzat
texte= Kassem Saadedine
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Abou Jaber
texte= Abou Souleïman al-Masri †
texte= Abou Omar Saraqeb
texte= Mahdi al-Harati
texte= Nujin Derik Drapeau de l'État islamique Haji Bakr
Forces en présence
20 000 hommes[2]
(en août 2012)

30 000 à 40 000 hommes[3],[4]
(en 2016)
5 000 à 9 000 hommes[5],[6],[7],[8]
(juillet-septembre 2012)

6 000 à 20 000 hommes[9],[10],[11],[4]
(à l'intérieur de la ville, en 2016)
inconnues inconnues
Pertes
inconnues inconnues inconnues inconnues
Civils : 21 500 morts au moins[12]

Guerre civile syrienne

Batailles

1re Deraa · Homs · Banias · Telkalakh · 1re Rastane · Talbiseh · 1re Jisr al-Choghour · 1re Jabal al-Zawiya · 1er Hama · Lattaquié · 2e Rastane · 1er Zabadani · Douma · 3e Rastane · 2e Zabadani · 1er Qousseir · 2e Deraa (en cours) · 1re Azaz · 1re Idleb · Taftanaz · 4e Rastane · Nobl et Zahraa · Tremseh · Damas · Ghouta orientale (en cours) · Alep · Al-Tel · Menagh · 1er Régiment 46 · 1re Maarat al-Nouman · Cheikh Souleimane · 2e Taftanaz · 2e Hama · 1re Al-Chaddadeh · 1re Raqqa · 2e Qousseir · Ras Al-Aïn · Daraya · 1re Maaloula · 2e Azaz · Mahin et Sadad · 1re Tall Hamis · 2e Raqqa · 1re Jarablus · Al-Manajir · Otaybah · Yabroud · Markada · Kessab · Rankous · 1re Boukamal · Tall al-Jabiyah · 1re Deir ez-Zor · 1re Kobané · Ras al-Maara · 2e Deir ez-Zor (en cours) · Al-Chaer · Division-17 · 1re Tabqa · Djezaa · 2e Kobané · Mabrukah · 2e Jabal al-Zawiya · Wadi al-Deïf · 2e Tall Hamis · Tall Tamer · 2e Régiment 46 · Bosra · Cheikh Hilal · 2e Idleb · Foua et Kafraya (en cours) · Bousra al-Harir · Qalamoun · 2e Jisr al-Choghour · 1re Palmyre · Al-Amr · 1re Tall Abyad · Suran · 1re Hassaké · Brigade 52 · Aïn Issa · 2e Hassaké · 3e Zabadani · Sarrine · Sahl al-Ghab · Malkiyé · Al-Qaryatayn · 1re Marea · Abou Douhour · 3e Hama · Al-Hol · Tichrine · Cheikh Meskin · 1re Tall Rifaat · 2e Al-Chaddadeh · Khanasser · 2e Tall Abyad · 2e Palmyre · 2e Maarat al-Nouman · 1re Tasil · Qamichli · 2e Tall Rifaat · Khan Touman · 3e Raqqa · 2e Marea · 1re Manbij · 2e Tabqa · 2e Boukamal · 3e Hassaké · Opération Bouclier de l'Euphrate · 2e Jarablus · 4e Hama · 4e Raqqa · 3e Palmyre · Al-Bab · Wadi Barada · 4e Palmyre · 1re Poche d'Idleb · 2e Tasil · 5e Hama · 3e Tabqa · Badiya (en cours) · al-Tanaf (en cours) · Aqareb et Maboujé · 5e Raqqa (en cours) · 2e Poche d'Idleb · Al-Soukhna · Ouqayribat · 3e Deir ez-Zor (en cours)



Massacres de la guerre civile syrienne

Houla · Al-Koubeir · Daraya · al-Bayda et Baniyas · Barouda · Ghraneidj et d'al-Keshkeyyi · Kobané · Khan Cheikhoun



Attaques chimiques de la guerre civile syrienne

Ghouta · Uqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar · Khan Cheikhoun



Attentats de la guerre civile syrienne

1er Damas · 2e Damas · 3e Damas · Jaramana · 4e Damas · 5e Damas · 1er Homs · 2e Homs · Hassaké · Tall Tamer · 1er Sayyida Zeinab · 3e Homs · 2e Sayyida Zeinab · Tartous et Jablé · Qamichli · Azaz · Soussiane · 4e Homs · 6e Damas · 7e Damas · Rachidine



Débordements du conflit

Incidents frontaliers Syrie-Turquie · Incidents frontaliers Syrie-Israël · Conflit au Liban · Crise russo-turque de 2015



Interventions internationales

Intervention de l'Iran · Coalition arabo-occidentale · Opérations aériennes de la coalition · Intervention de la Russie · Opération Inherent Resolve · Opération Chammal · Opération Impact · Bombardement de la base aérienne d'Al-Chaayrate


Coordonnées 36° 13′ nord, 37° 10′ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille d'Alep

La bataille d'Alep a lieu de 2012 à 2016 lors de la guerre civile syrienne, dans l'ancienne capitale économique et deuxième ville de Syrie. La bataille débute le par une offensive des rebelles qui s'emparent rapidement des quartiers est, mais échouent à emporter toute la ville. Pendant quatre ans, Alep se retrouve divisée entre sa partie ouest, tenue par le régime, et sa partie est, contrôlée par l'opposition. Les combats se déplacent en périphérie, chaque camp cherchant à encercler l'autre, les rebelles y parvenant brièvement à l'automne 2013.

De multiples factions prennent part à la bataille. Le camp loyaliste se compose de l'armée syrienne, de milices pro-gouvernementales — avec principalement les Forces de défense nationale, le Liwa al-Quds et les Brigades du Baas — et de l'Iran qui engage le Corps des Gardiens de la révolution islamique, son armée régulière et surtout plusieurs milices islamistes chiites irakiennes, libanaises et afghanes — essentiellement le Hezbollah, le Harakat Hezbollah al-Nujaba et la Brigade des Fatimides. Le camp rebelle rassemble quant à lui une multitude de brigades[13], pour la plupart affiliées à l'Armée syrienne libre — la plus importante à Alep étant jusqu'en 2014 le Liwa al-Tawhid — de groupes islamistes sunnites indépendants comme Ahrar al-Cham, ou salafistes djihadistes comme le Front al-Nosra. En 2015, la plupart des groupes de l'opposition se rassemblent au sein de la coalition Fatah Halab. Apparu en 2013 à Alep, l'État islamique combat d'abord aux côtés de la rébellion avant d'entrer en conflit avec elle début 2014. Chassé d'Alep en janvier 2014 par les rebelles, l'État islamique poursuit cependant les combats aux abords de la ville. Les Kurdes des YPG tiennent quant à eux un quartier au nord d'Alep, ils suivent leurs propres objectifs et s'allient tantôt avec le régime et tantôt avec les rebelles.

Fin 2015, l'intervention militaire de la Russie finit par faire pencher la balance en faveur du camp loyaliste. Alep-Est est définitivement encerclée en septembre 2016 et en novembre 2016 les défenses rebelles s'effondrent. Acculés dans une ultime poche de résistance, les rebelles capitulent le . Au terme d'un accord, les derniers insurgés et civils assiégés sont évacués vers le gouvernorat d'Idleb entre le 15 et le 22 décembre 2016.

La bataille d'Alep est la plus importante et la plus sanglante de la guerre civile syrienne. Elle cause la mort d'au moins 21 500 civils, essentiellement dans des bombardements commis par les deux camps, mais d'une ampleur supérieure côté loyaliste. Les frappes menées par le régime syrien et la Russie ayant visé intentionnellement les populations civiles, les hôpitaux et la Défense civile syrienne, avec notamment l'utilisation de barils explosifs largués par hélicoptère, d'armes à sous-munitions et d'armes chimiques.

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

Avant le conflit, Alep est peuplée de 2 à 2,5 millions d'habitants — plus que la capitale Damas : les sunnites arabes sont majoritaires et représentent 65 % de la population, les Kurdes 20 %, les chrétiens 10 %, les alaouites 5 %, sans compter une petite minorité de druzes et d'ismaéliens. C'est une ville industrielle et commerçante, véritable capitale économique de la Syrie. Le quartier historique d'Alep, appelé le Vieil Alep, avec sa Grande Mosquée, sa citadelle et son souk, est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Les quartiers de l'ouest et du centre, avec notamment Chahba et Haleb el-Jedid (le Nouvel Alep), sont les plus riches, habités par la bourgeoisie, les chrétiens et les Alépins d'origine. Les quartiers est, comme Sakhour, Chaar, Salheen et Hanano, sont les plus modestes, peuplés par une population originaire des campagnes. Le quartier d'Hamdaniyé, au sud-est, est celui des fonctionnaires, là où les alaouites sont également les plus présents. Les Kurdes occupent quant à eux principalement le quartier de Cheikh Maqsoud, au nord[14],[15],[16],[17],[18],[19].

Depuis 2011, la ville est le théâtre de manifestations contre le régime de Bachar el-Assad, bien qu'elle ne soient pas les plus massives du pays[20]. Les habitants conservent aussi le souvenir d'un premier siège de la ville, qui avait eu lieu en 1980 et 1981, lors de l'insurrection des Frères musulmans en Syrie, et de la répression qui avait suivi[16],[20],[21].

Le 10 février 2012, un double attentat à la voiture piégé frappe un bâtiment de la sécurité militaire et un siège des forces de l'ordre. L'attaque est revendiquée par le Front al-Nosra, elle fait 28 morts et plus de 230 blessés[22],[23],[24].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

La rébellion[modifier | modifier le code]

Rebelles de l'Armée syrienne libre à Alep en .

À l'été 2012, l'ensemble de la région au nord d'Alep passe aux mains de l'opposition. Les localités sont prises les unes après les autres ; Jerablus le 17 juillet[25], puis Azaz le 19 juillet[26], Manbij le 20 juillet, ainsi que Marea et Al-Bab[27].

Le , la plupart des groupes insurgés ayant participé à cette campagne se rassemblent au sein du Liwa al-Tawhid, affilié à l'Armée syrienne libre (ASL) et dirigé par Abd al-Qader Salah, chef militaire, et Abdelaziz Salameh, chef politique. Dés le lendemain, le nouveau groupe rebelle lance l'offensive sur la ville d'Alep. Contrairement à la bataille de Damas, déclenchée au même moment à la demande des soutiens arabes et occidentaux de l'opposition qui espèrent ainsi provoquer une chute rapide du régime, l'offensive d'Alep se fait sans soutien étranger. Elle se fait également contre l'avis du « Conseil militaire d'Alep », dirigé par le colonel Abdul Jabbar al-Oqaidi, mais faute d'autorité réelle sur le Liwa al-Tawhid, ce dernier est contraint de soutenir l'opération[28],[29].

Forces loyalistes[modifier | modifier le code]

Du côté loyaliste, quelques centaines de soldats et de policiers étaient postés dans la ville avant l'offensive des rebelles. Les rebelles ont d'abord la maîtrise des combats grâce à leur progression militaire rapide. Mais à partir du 26 juillet, un convoi militaire de 2 000 soldats entre en ville transportés par 100 chars et 400 véhicules blindés pour garder la mainmise sur la ville[30]. Les forces spéciales sont également présentes à Alep à partir de cette date[8]. Au total, près de 10 000 hommes, dont 1 500 miliciens, seraient alors amassés dans la ville et dans les alentours[30]. Pour minimiser ses pertes, l'armée utilise, l'artillerie, des hélicoptères et des avions de chasse pour bombarder et mitrailler les quartiers sous mainmise des rebelles, ce qui cause de très lourdes pertes civiles[31],[8],[32],[7].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Offensive des rebelles en juillet 2012[modifier | modifier le code]

Un rebelle de l'Armée syrienne libre à Alep, en 2012.

Le , les rebelles attaquent la ville d'Alep depuis les campagnes au nord de la ville[28],[33],[34],[35],[36]. Ils parviennent à pénétrer dans la cité sans rencontrer de résistance et s'emparent dans les premiers jours d'une dizaine de quartiers, dont ceux de Salaheddine, Sahrour, Tariq al-Bab, Chaar, Nasaken Hanano et cheikh Najjar[37],[38],[39],[35],[40],[41],[42]. Peu nombreux et mal armés, les rebelles emploient des tactiques de guérilla dans les combats de rue à l'intérieur de la ville[20]. Plutôt que de tenir des positions, ils privilégient alors la mobilité, mais ils prennent aussi à l'armée des chars et des armes lourdes[20],[43].

Cependant les manifestations anti-régime à Alep n'avaient pas été les plus massives observées dans le pays, la population est divisée[20]. Les habitants des quartiers ouest, plutôt bourgeois, ainsi que les commerçants aisés, ne se solidarisent pas avec la rébellion et restent défiants vis-à-vis des insurgés, dont la plupart sont alors plutôt originaires des localités rurales environnantes[11],[44]. Ces derniers s'implantent davantage dans les quartiers sunnites de l'est et du sud[45],[44], où des manifestations anti-Assad se poursuivent[46].

La nuit du 23 au 24 juillet, une mutinerie éclate dans la prison centrale, au nord de la ville, et est réprimée au prix de la mort de huit détenus[47]. Le 24 juillet, les bombardements loyalistes s'intensifient à Alep alors que les combats se poursuivent dans les quartiers de Soukkari et à la périphérie de Salaheddine[48].

Le 25 juillet, l'armée syrienne envoie depuis Damas des renforts vers Alep. En route, les rebelles mènent au moins deux attaques contre les convois militaires, afin de ralentir leur arrivée. L'ASL envoie également de son côté des troupes supplémentaires à Alep ; 1 500 à 2 000 hommes qui viennent renforcer 2 000 combattants déjà présents selon les déclarations à l'AFP d'un responsables du régime[49],[8],[50]. L'armée commence ensuite à se déployer autour de la ville[51],[44].

Le même jour, à l'intérieur d'Alep, les rebelles s'emparent du commissariat du quartier de Chaar après trois jours de siège, six policiers sont tués au combat et plusieurs dizaines sont faits prisonniers[44]. Le 27 juillet, des combats ont lieu à al-Jamiliyé, dans le centre[52]. Le même jour, une centaine de soldats et de miliciens sont capturés par les rebelles aux abords d'Alep[53],[54]. Les rebelles se préparent également à l'offensive du régime en barricadant les rues et en installant des centres de soins dans les sous-sols des écoles et des mosquées[45]. De leur côté, les civils fuient en masse les combats[45].

Première contre-offensive du régime[modifier | modifier le code]

Des soldats de l'armée syrienne à Alep en 2012.

À la date des 28 et 29 juillet, l'Armée syrienne libre est implantée d'ouest en est dans la Nouvelle-Alep, les quartiers de Salaheddine, Seïf al-Dawla, Soukkari, Boustane el-Kasr, Jamiliya, la vieille ville, Qadi Askar, Zahraa, Sakhour, Haidariya et Hanano[55]. Le nord et l'ouest de la cité restent essentiellement aux mains des loyalistes[56].

À partir de fin juillet, les combats les plus intenses se concentrent à Salaheddine, dans le sud-ouest d'Alep[43]. Après avoir rassemblé ses forces au nord et à l'ouest de la ville, l'armée syrienne lance le 28 juillet au matin une première offensive contre le quartier de Salaheddine. Les rebelles du Liwa al-Tawhid repoussent l'assaut, au moins 11 civils, 10 soldats loyalistes et 8 rebelles sont tués selon l'OSDH. L'AFP constate la destruction de trois chars et deux blindés, ainsi que la mort de six militaires et quatre rebelles. Des combats ont également lieu le même jour et le lendemain dans les quartiers de Hamdaniyé, Bab al-Nasr, Bab al-Jadid, Zahraa, Arkouba, Nasaken Hanano et Sahrour[57],[58],[53],[5],[59],[56],[60]. Le soir du 29 juillet, les loyalistes repartent à l'assaut, et le 30, l'armée syrienne déclare avoir repris une partie de Salaheddine. Mais le colonel Abdul Jabbar al-Oqaidi, chef du conseil militaire d'Alep, dément, il affirme que les forces gouvernementales n'ont « pas avancé d'un seul mètre », que leur assaut a été repoussé pendant la nuit et que quatre de leurs chars ont été détruits. Pour l'OSDH, l'armée syrienne n'est entrée que dans la périphérie du quartier[61],[62],[63],[5].

Le 30 juillet, après trois jours de combats, les rebelles parviennent à prendre le poste d'Anadane, situé au nord de la ville, ce qui leur permet de disposer d'une voie de ravitaillement reliant Alep à la frontière turque[64].

La nuit du 30 au 31 juillet, les rebelles attaquent le siège du tribunal militaire d'Alep. Le 31 des combats ont également lieu près du siège des renseignements aériens à al-Zahra, à l'ouest, et près d'une branche du parti Baas. Enfin, l'ASL s'empare de trois commissariats à Salhine et Bab Nairab, dans le sud-est d'Alep. Selon l'OSDH, 40 policiers sont tués dans ces derniers assauts. Le même jour des miliciens du clan des Berri interviennent dans la bataille aux côtés des forces du régime[65],[66],[67],[55].

Un rebelle de l'Armée syrienne libre à Alep, le 6 octobre 2012.

Le 31 juillet, sept shabiha sont fusillés par le Liwa al-Tawhid. Parmi les morts figurent Hassan Zeino Berri, commandant des shabiha d'Alep, mais aussi un des chefs du clan sunnite pro-régime des Berri, haï par une bonne partie de la population pour ses exactions. La vidéo de la fusillade est mis en ligne sur youtube, provoquant un fort retentissement international. Mais selon Amnesty International, d'autres exécutions non filmés sont commises, au total 14 membres du clan ont été sommairement exécutés, certains ont notamment été pendus. Les auteurs affirment avoir mené ces représailles car les combattants du clan des Berri avaient violé leur promesse de rester neutre dans le conflit et les avaient attaqué sur leurs arrières, provoquant la mort de quinze de leurs hommes. Cependant plusieurs hauts commandants de l'Armée syrienne libre condamnent officiellement ces tueries et le 2 août, les Comités de coordination locaux (CCL) mettent en place un « Code d'honneur des membres de l'Armée syrienne libre ». De son côté le clan des Berri promet de se venger et dés le 1er août, des affrontements opposent ses combattants aux rebelles dans le quartier Bab Nairab, dans le sud-est de la ville[68],[69],[70],[71],[72],[73],[74].

Article détaillé : Siège de l'aéroport de Menagh.

Le 2 août, les rebelles commencent le siège de l'aéroport de Menagh, situé à 30 kilomètres au nord-ouest d'Alep. Cette base aérienne est alors la dernière position du régime syrien entre la ville et la frontière turque, c'est principalement de là que décollent les avions et les hélicoptères du régime qui bombardent Alep[75],[43].

La nuit du 3 au 4 août, les rebelles attaquent le bâtiment de la télévision d'État à Alep, mais ils sont bombardés par l'aviation et doivent se retirer. Les combats se poursuivent également dans les quartiers de Salaheddine et Seïf al-Dawla[76],[77]. Le calme demeure cependant dans les quartiers de Chaar, Soukkari, Sakhour et Hanano, conquis par l'ASL, où les manifestations anti-régime se poursuivent malgré quelques bombardements[78]. Les forces du régime tiennent quant à elles l'essentiel des quartiers ouest et le centre historique[78]. La citadelle d'Alep est occupée par 500 à 1 000 soldats selon les estimations rebelles, les forces du Liwa al-Tawhid cherchent alors à encercler ce bastion en s'emparant des quartiers périphériques[78].

Le 4 août, l'armée syrienne pilonne intensément Alep[79]. Le 5 août, les 20 000 hommes de l'armée syrienne arrivés en renfort achèvent leur déploiement autour de la cité. Le journal pro-régime Al-Watan estime alors le nombre des « terroristes » entre 6 000 et 8 000 à l'intérieur de la ville et affirme que plusieurs centaines ont déjà été tués ou blessés[6].

Le 7 août, l'ASL attaque le quartier général de l'Armée populaire, qui regroupe des supplétifs de l'armée, dans le quartier d'Achrafiyé, au nord-ouest de la ville. L'attaque échoue et les assaillants se replient. Achrafiyé est alors tenu principalement par les miliciens kurdes des YPG, ces derniers autorisent les rebelles à traverser leur quartier, mais ils leur interdisent d'y rester, de peur d'être bombardé par l'aviation du régime[80]. D'autres affrontements ont également lieu le même jour dans les quartiers d'Antakia, Aziziya, Bab Jénine, Sabah Bahrat, et près du palais de justice, à l'ouest[81].

Offensive loyaliste à Salaheddine et Seïf al-Dawla, août 2012[modifier | modifier le code]

Char de l'armée syrienne détruit à Alep, le 6 octobre 2012.

Début août, les rebelles affirment contrôler la moitié d'Alep, au moins 20 000 soldats du régime syrien sont déployés en renfort dans la ville, tandis que les insurgés déclarent compter environ 7 000 hommes, dont 2 000 dans le quartier de Salaheddine[82],[43],[83].

Le 8 août, à l'aube, l'armée syrienne passe à l'offensive à Salaheddine en entrant par l'ouest et par l'est avec des chars et des blindés. Les loyalistes progressent et annoncent la prise du quartier en début d'après-midi, ce que l'ASL conteste. Les rebelles annoncent ensuite avoir lancé une contre-attaque et repris trois des cinq rues perdues après avoir reçu les renforts de 700 hommes venus des quartiers de Soukkari, Bustan al-Qasr, Chaar et Hanano. En fin de journée, l'armée bat en retraite et les insurgés reprennent le quartier. Le Liwa al-Tawhid revendique la destruction de cinq chars. Mais le 9 août, dés 3 heures du matin, l'aviation loyaliste bombarde intensivement Salaheddine, au moins 40 rebelles sont tués et 40 immeubles détruits. À midi l'Armée syrienne libre annonce qu'elle se retire de Salaheddine et se replie sur Soukkari, au sud-est[84],[83],[85],[86],[87],[88]. Le 10 août, l'ASL lance une contre-attaque pour reprendre Salaheddine[89],[90],[91],[92],[93],[94]. Les combats se poursuivent dans ce quartier pendant plusieurs jours[95],[96]. Le 13 août, l'armée syrienne entre dans le quartier de Seïf al-Dawla, situé à l'est de Salaheddine[97],[98],[99].

Sur d'autres fronts, le 10 août les rebelles tentent une attaque contre l'aéroport international d'Alep qui échoue[100]. Le soir du 18 août, des hélicoptères larguent des tracts pour appeler les rebelles à se rendre[101]. Le 20 août, des combats éclatent dans le quartier Souleimane al-Halabi[96].

Pendant ce temps, Alep est continuellement bombardée. Le 16 août, des obus d'artillerie tombent près de la boulangerie Al-Zarra située, à Qadi Askar, alors que des centaines de gens qui font la queue pour acheter du pain. Selon Human Rights Watch, au moins 60 personnes sont tuées et 76 blessées. Un autre attaque similaire, le 21 août, fait au moins 23 morts[102].

Des rebelles de l'Armée syrienne libre à Alep, le 19 octobre 2012.

Le 21 août, le colonel Abdul Jabbar al-Oqaidi, chef de l'Armée syrienne libre à Alep, déclare que les rebelles contrôlent plus de 60 % de la ville, soit une trentaine de quartiers, dont ceux de Seïf al-Dawla, Hanano et Sakhour, ainsi que 50 % du quartier de Salaheddine[103]. L'armée syrienne dément et affirme au contraire que les rebelles reculent[103]. Elle déclare également que Salaheddine est entièrement sous son contrôle depuis le 9 août, l'AFP confirme début septembre que ce quartier est effectivement tenu essentiellement par le régime[104],[103].

Le 23 août, l'armée affirme avoir repris le contrôle des quartiers chrétiens de Telal, Jdeidé et Sleimaniyé, situés dans le centre-ville[105],[106].

Fin août, les rebelles progressent à Qastal Al-Harami et arrivent en vue de la citadelle d'Alep, aussi bien par le nord que par le sud. L'Armée syrienne libre affirme également contrôler alors 90 % de la vieille ville[107]. Les rebelles tiennent toujours plusieurs quartiers, dont ceux de Sakhour au nord-est, Chaar à l'est et Salhine au sud[108]. Le quartier de Seïf al-Dawla, théâtre de nombreux affrontements, est quant à lui tenu au nord par les loyalistes et au sud par les rebelles[104],[108],[109],[110],[111],[112].

Nouvelle offensive rebelle (2012)[modifier | modifier le code]

Rebelle de l'Armée syrienne libre à Alep, le 6 octobre 2012.

Après les affrontements de juillet et août, la bataille d'Alep évolue vers une guerre d'usure où aucun camp ne semble en mesure de prendre l'avantage[113],[114].

Le 5 septembre, les loyalistes reprennent le pont Barkoum, à 20 kilomètres au sud d'Alep, qui était tombé aux mains des rebelles trois semaines plus tôt[115].

Le 7 septembre, plus de 100 hommes de l'Armée syrienne libre attaquent la caserne d'Hanano, à l'est de la ville, abritant la police militaire, la police anti-émeutes et un centre de conscription. Les rebelles ont d'abord l'avantage, ils parviennent à s'emparer d'une partie de la caserne, récupèrent des armes et délivrent 350 prisonniers après un assaut qui fait quatre morts dans leurs rangs contre 18 chez les loyalistes selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Mais les loyalistes contre-attaquent avec des chars et des hélicoptères et repoussent finalement les assaillants après 20 heures de combats. Au moins 20 soldats du régime capturés pendant les affrontements sont emmenés puis fusillés par les rebelles de la Brigade des Faucons d'Alep, membre de l'ASL[116],[117],[118],[119],[120],[121],[122],[123],[32].

Victimes civiles de la guerre syrienne convoyées à l'hôpital d'Alep, le 5 octobre 2012.
Véhicules détruits à Alep le 6 octobre 2012.

Le 9 septembre, une voiture piégée explose près de l'hôpital Al-Hayat et de l'hôpital central, faisant au moins 30 morts et 64 blessés parmi les civils, dont des femmes et des enfants. Le jour suivant l'Armée syrienne libre revendique l'attentat en affirmant que les hôpitaux étaient utilisés par l'armée syrienne[124],[125]. Selon l'agence Sana, trois autres civils sont tués le même jour, dont une fille de 10 ans, et six blessés par une autre voiture piégée[126].

Les combattants rebelles ont eux annoncé avoir avancé dans le quartier contesté de Midane qui ouvre la voie vers la place principale d'Alep[127], selon un résidant, les insurgés seraient entrés dans une rue du quartier de Midane[128]. Les combats à Midane continueront le jour suivant avec des combats autour de deux commissariats de police qui seront pris par les insurgés mais d’où ils seront chassés par une contre-attaque de l'armée[129], selon Sana l'armée aurait pris position autour de l'Institut Sportif et l'Hôpital de Maternité dans le quartier Hreitani où seront tués plusieurs insurgés dont un sniper libyen[130]. Lors de nouveaux combats dans le quartier de Midane les insurgés sont entrés dans l'église de Gregory qu'ils ont transformée en camp retranché avant d'en être délogés par l'armée[131].

Tard dans la nuit, une unité de la garde républicaine a repris la mosquée Ansar que les rebelles avaient transformée en QG dans le quartier Arqoub situé devant la base militaire de Hanano, lors de l'assaut, plusieurs insurgés auraient été tués[131].

Le 15 septembre, après une semaine de combats l'armée tenait toujours la quasi-totalité du quartier de Midane à l'exception de quelques rues à la frontière du quartier Bostan Pasha and Arkoub tenus par les insurgés, pour la première fois, l'armée a installé des points de contrôle dans le quartier de Midane tandis que des heurts continuaient près de l’entrée de Bostan Pasha[132] tandis que de nouveaux bombardements touchaient le commissariat de Hanano[133]. Armenpress annonce que des dizaines de rebelles ont été tués lors des combats dans Midane qui est un quartier peuplé essentiellement d'Arméniens[134]. Dans les combats dans le quartier de Al-Firdous, Sana annonce la mort de plusieurs rebelles[135]. 21 véhicules armés appartenant aux rebelles auraient été détruits tout au long de la journée selon sana[136].

Le 16 septembre, les insurgés tentent de reprendre pied à Midane en passant par le mur d'une église orthodoxe arménienne grâce à des RPG, après être entrés dans la cour de l'église, ils se sont heurtés à une unité de l'armée syrienne qui les a forcés à battre en retraite[137]. Plus tard dans la journée, l'armée annonce que le quartier Midane était totalement sous contrôle[138]. Cette annonce fut ensuite confirmée par un reporter de l'AFP bien que d'après lui, des snipers isolés rebelles seraient toujours actifs dans le quartier, il dit aussi avoir vu les cadavres de neuf rebelles dans une rue de la quatrième zone du quartier[139]. Le même jour, l'armée fera une avancée dans le quartier Arkoub tenu par les insurgés[137].

Le 18 septembre, le régime affirme avoir repris le contrôle du quartier de Midane, situé dans le centre-ville, après une semaine de combats acharnés[140],[141].

Continuité des combats (2012)[modifier | modifier le code]

La place Saadallah al-Djabiri, après l'explosion de trois véhicules piégés, le 3 octobre 2012.

En raison d'un manque d'armes les rebelles à Alep doivent utiliser des armes faites maison, l'un des obusiers, appelé "Dadool" tire avec des obus faits maison mais l'arme menace d'exploser à chaque utilisation ce qui nécessite un périmètre de 20 mètres pour tirer en sécurité[142].

Le 20 septembre, l'armée syrienne lance une offensive pour reprendre le quartier Bustan al-Qasr[143], rebelles et armée étaient aussi engagés dans des combats de rue dans le quartier Al-Halabi qui est adjacent à Midane[144]. Selon des activistes à Alep 37 civils auraient été tués lors d'un bombardement sur la ville[145].

Pendant ce temps, les forces insurgées à Alep tentent de se regrouper sous un même commandement afin de mieux coordonner leurs attaques contre les positions de l'armée[146].

Dans la nuit du 20 au 21 septembre, des combats éclatent près de la base militaire d'Hanano selon l'OSDH, le quartier Bustan Al-Qasr était toujours attaqué par l'armée tandis que le quartier Shakour tenu par les rebelles était lui aussi attaqué pendant la journée[147].

Le 25 septembre, une source dans l'armée syrienne annonce à l'AFP que les opérations militaires dans le quartier Al-Arqoub étaient terminées et que l'armée fouillait maintenant les maisons du quartier à la recherche d’insurgés cachés; cependant pour l'OSDH les heurts continuent à Al-Arqoub[148].

L'AFP a fait un rapport sur une réunion de tous les commandants des brigades rebelles engagées dans la Bataille d'Alep lors de laquelle ils jugent manquer d'armes et de munitions bien qu'ils aient réussi à récupérer 5 000 fusils d'assauts et 2 500 lanceurs de roquettes lors de leur assaut contre la base militaire d'Hanano[149].

Offensive rebelle de septembre 2012[modifier | modifier le code]

Médecins soignant des blessés rebelles et civils dans un hôpital d'Alep, le 5 octobre 2012.

Selon plusieurs sources, les insurgés lancent le 27 septembre une nouvelle offensive dès « l'heure H » pour le début d'une « bataille décisive », afin de s'emparer de la ville[150]. Un commandant rebelle annonce que l'offensive avait été décidée pour surprendre l'armée syrienne qui grignotait leurs positions dans les quartiers du sud de la ville. Ce commandant déclare que Liwa al-Tawhid commandait l'opération en engageant 6 000 combattants et que d'autres brigades comme Al-Fatah et Ahfad Al-Fatiheen participaient également. Selon lui, le plan était « ultra-secret » et avait été établi une semaine auparavant. De plus, il affirme que les armes et munitions utilisées durant l'offensive étaient celles saisies au cours du raid sur la base d'Hanano[151].

Le gouvernement envoie aussitôt des messages sur les téléphones portables d'Alep mettant en garde les insurgés: « Vous avez deux choix, être tués en faisant face à l’État ou l’État vous tuera...La partie est terminée...Maintenant c'est le début du compte à rebours pour expulser tous les membres de milices venues des pays voisins »[152].

Le deuxième jour de l'offensive, des tensions apparaissent entre les milices kurdes des YPG et les brigades de l'ASL qui a des doutes sur les liens entre les milices kurdes et le gouvernement. Abd al-Qader Salah, commandant de Liwa al-Tawhid, demande à la milice kurde de déposer les armes et de ne pas s'engager dans une bataille qui « n'est pas leur combat », les forces de la Brigade al-Tawhid ont ensuite essayé d'entrer dans le quartier de Cheikh Maqsoud qui est tenu par les Kurdes et y ont capturé huit miliciens d'une milice pro-gouvernementale[153].

À la suite de cette incursion, la milice kurde soutenue par l'armée gouvernementale engage le combat contre les insurgés à Cheik Maqsoud[154].

Entre-temps, des combats avaient lieu au centre et au sud de la ville, le centre étant avec les quartiers de Hamidiya et Midan les principaux objectifs de l'offensive[150]. Les résidents des quartiers où se déroulaient les combats parlaient d'affrontements d'une ampleur « sans précédent »[155]. Au sud, les rebelles disent avoir avancé dans les quartiers d'Izaa, Saïf al-Dawla et Soukkari. Un commandant rebelle, Abou Fourat déclare alors que les insurgés ont pris une base dans Salaheddine et que vingt-cinq soldats avaient été tués, toutefois il précise que ses troupes ont dû reculer à la suite d'une contre-attaque de l'armée. Vingt rebelles auraient été tués et soixante blessés[156],[157]. Les forces de l'armée syrienne libre subissent de lourdes pertes dans le quartier Bdama où un commandant de brigade est tué[158], les insurgés annoncent ensuite qu'une de leurs unités a été encerclée pendant les combats, tandis que d'autres auraient quitté la ligne de front ou d'autres encore n'ont pas participé aux combats[153].

Le président de l'OSDH, Abdel Rahman, déclare que « ni le régime, ni les rebelles ne peuvent gagner un avantage décisif » dans l'offensive[157].

Les rebelles revendiquent la prise d'une station d'émission gouvernementale, tandis que l'aviation syrienne bombarde la banlieue de la ville. Un feu majeur se déclare dans les souks médiévaux d'Alep, détruisant 700 à 1 000 magasins qui étaient une attraction majeure de la ville et le marché à ciel ouvert le plus grand du Moyen-Orient. Les rebelles imputent le feu au bombardement de l'armée[159]. Selon l'agence Sana, des heurts ont lieu dans les quartiers d'al-Kalissah, al-Firdous, Bab al-Nairab, Bab al-Hadid et de Boustan al-Qasr[160]. Selon l' Irish Times, l'offensive rebelle s'était dissoute dans un combat de rue après que l'armée syrienne eut tenu ses positions. L'agence Reuters et l' Irish Times rapportent que des brigades rebelles sont encerclées et que d'autres reculent jusqu’à la sortie de la ville[161]. Selon l'agence Sana, l'armée reprend le contrôle d'al-Amiriyah et de la plus grande partie de Tal az-Zarazir[160].

Au troisième jour de l'offensive, un rebelle déclare sur la chaîne américaine CNN que les milices rebelles islamistes se sont emparées de quatre quartiers et qu'elles tirent sur l'aéroport militaire d'al-Nayrab, endommageant deux hélicoptères et une piste principale[162]. Le gouvernement syrien dément ces informations qui sont pour lui une tentative de redresser le moral des insurgés[163].

Les combattants du Liwa al-Tawhid revendiquent la prise partielle du rond-point Jandoul dans le nord d'Alep tuant quinze soldats et détruisant trois chars[152].

Cependant, l'offensive rebelle est stoppée, les insurgés luttent pour garder leurs positions sous les bombardements de l'armée[164]. Les rebelles imputent cet échec a un manque de munitions et à une puissance de feu inférieure à celle de l'armée syrienne[165].

En représailles, le 3 octobre 2012, trois bombes humaines dans des attentats-suicides à la voiture provoquent la mort d'une quarantaine de civils sur la place Saadallah al-Djabiri[166].

Combats d'usure et progression des rebelles (2012-2013)[modifier | modifier le code]

La Grande Mosquée d'Alep, en 2013, après la destruction de son minaret.

Fin octobre, des combats éclatent entre les YPG et l'ASL dans le quartier d'Achrafiyé, après que des rebelles aient essayé d'y entrer[167]. Les affrontements font au moins une trentaine de morts selon l'OSDH[167].

Entre novembre 2012 et avril 2013, le front à Alep s'enlise.

En janvier 2013, le ministre syrien des Affaires économiques, Qadri Jamil (en) déclare que la situation est comparable au siège de Léningrad pendant la Seconde Guerre mondiale, admettant que toutes les voies d'approvisionnement de l'armée à Alep ont été coupées par l'opposition[168].

Le 15 janvier 2013, une double explosion à l'université d'Alep (en zone loyaliste) fait plus de 87 morts, principalement des étudiants, les rebelles et les loyalistes s'accusant mutuellement du massacre[169].

Du 6 au 8 février, les combats entre les villes de Sfireh et Khanasser, au sud-est d'Alep, font au moins 112 morts dans les rangs rebelles selon l'OSDH[170].

À la mi-janvier, selon l'OSDH et l'AFP, les corps d'au moins 68 civils, la plupart âgés d'une vingtaine d'années, sont retrouvés dans la rivière Quoueiq, dans le quartier de Boustane el-Kasr. Les corps sont exhumés par les rebelles qui accusent les forces loyalistes[171]. Selon Human Rights Watch, au moins 147 cadavres seront découverts dans la rivière d’Alep entre janvier et mars. Selon cette ONG : « les informations recueillies sur les lieux où ont été aperçues les victimes pour la dernière fois, indiquent que les exécutions ont très probablement eu lieu dans des zones contrôlées par le gouvernement, bien que les auteurs et leurs motivations ne soient pas connus »[172].

Le 28 février, les rebelles s'emparent de la Grande Mosquée d'Alep[173].

Fin février et début mars, de violents combats ont lieu pour le contrôle de l'académie de police de Khan Al-Assal; Celle-ci tombe aux mains des rebelles le 3 mars, selon l'OSDH environ 120 loyalistes et 80 rebelles sont tués en huit jours de combats[174].

En avril 2013, un retournement de situation a lieu dans le quartier de Cheikh Maqsoud, les Kurdes des YPG qui jusqu'à présent avaient plutôt appuyés le régime, combattent pour la première fois aux côtés des rebelles[17]. En représailles, le régime bombarde le quartier kurde à partir du 6 avril et le 13, une attaque au gaz sarin tue trois personnes — une mère et ses deux fils — et fait 17 blessés. C'est une des premières attaques chimiques du conflit syrien[175],[17],[176],[177],[178],[179].

Le 15 avril 2013, les rebelles parviennent cependant à prendre contrôle de la totalité de l'entrée nord de la ville.

Le 16 avril, un cessez-le-feu temporaire est déclaré, permettant à la Croix-Rouge de retirer 31 corps en décomposition de personnes tués au cours des mois de combats dans le quartier pauvre de al-Sakhour situé dans le nord d'Alep[180].

La base aérienne de Mennagh, dans la banlieue d'Alep, est prise par les rebelles le 24 avril après des mois de siège[181]. Les Tchétchènes de Jaych al-Muhajireen wal-Ansar menés par Abou Omar al-Chichani jouent un rôle déterminant au cours des ultimes assauts[182]

Le 24 avril, le minaret de la Grande Mosquée d'Alep, datant du XIe siècle, est détruit dans les combats[173].

Le 16 mai, l'armée syrienne repousse un assaut rebelle contre une prison à Alep. L'attaque rebelle visait à déloger les forces gouvernementales et à libérer 4 000 détenus politiques[183]. Les rebelles sont contraints de battre en retraite après que des frappes aériennes aient causé d'importantes pertes dans leurs rangs.

Opération Tempête du Nord de l'armée gouvernementale (2013)[modifier | modifier le code]

Offensive du régime au sud-est d'Alep en octobre 2013.

À partir du dimanche , les forces loyalistes lancent une importante contre-offensive dans la périphérie d'Alep, déjà désignée comme la seconde bataille d'Alep[184].

Le 12 juin, les rebelles de l'ASL affirment avoir tué 40 soldats loyalistes et miliciens du Hezbollah dans une embuscade entre les villages d'al-Bouz et de Khanasser[185].

Le 17 juin, un attentat à la voiture piégée aurait tué jusqu'à 60 soldats pro-Assad près de l'aéroport international de la ville selon l'opposition[186].

Le 21 juin, l'ASL affirme que 13 de ses brigades auraient lancé une nouvelle offensive à Alep[187].

Le 23 juin, 12 soldats loyalistes sont tués dans un attentat à la voiture piégée et 6 rebelles sont tués dans les échanges de tirs[188].

Le 24 juin, les rebelles affirment avoir repoussé une attaque gouvernementale. Le lendemain, les rebelles percent le front de Rashideen et progressent dans l'ouest d'Alep[189].

Début juillet, le siège des villages chiites de Zahraa et Nobl se renforce, tandis que la rébellion islamiste, forte de sa récente victoire à Rachidine, entre dans le quartier de la Nouvelle-Alep et vise la zone des stades de Salaheddine.

Le 22 juillet, les rebelles s'emparent de la localité de Khan Al-Assal dans la banlieue d'Alep. Selon l'OSDH, plus de 150 soldats du régime sont tués, dont 50 exécutés par balles après avoir été capturés. L'OSDH attribue ces exécutions au Front al-Nosra et à Liwa Ansar al-Khalifah[190],[191],[192].

Le 23 août, les rebelles s'emparent de treize villages au sud et à l'est d'Alep[193]. Le 26, ils prennent Khanasser, au sud-est d'Alep, et coupent la ligne de ravitaillement des loyalistes[194].

Début octobre, l'armée syrienne lance une offensive au sud d'Alep. Elle reprend Khanasser le 3 octobre, puis As-Safirah le 1er novembre, et parvient à percer les lignes rebelles et à établir une voie d'accès reliant Alep au gouvernorat de Hama. Des dizaines de combattants sont tués dans les deux camps[195].

Le 10 octobre, des combats éclatent entre des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant et des rebelles de la brigade Ababil de l'Armée syrienne libre. Les affrontements ont lieu à Inzarat, Boustane Al-Bacha et Massaken Hanano, au nord et à l'est de la ville. Ils tournent à l'avantage de l'EIIL qui s'empare des sièges de la brigade de l'ASL et installe ses propres barrages dans les trois secteurs. Selon l'OSDH, au moins trente hommes de l'ASL et quatorze hommes de l'EIIL sont tués[196].

Le 10 novembre, l'armée syrienne reprend la base 80, près de l'aéroport international d'Alep. Les combats ont duré trois jours et, selon l'OSDH, vingt-trois soldats et miliciens du régime, quarante-trois rebelles islamistes, vingt djihadistes de l'EIIL et du Front al-Nosra et un nombre inconnu de combattants du Hezbollah ont été tués[197],[198].

Le 20 décembre 2013, le Front al-Nosra et le Front islamique prennent l'hôpital d'al-Kindi, au nord d'Alep[199].

Le 22 janvier 2014, après une rapide progression, l'armée gouvernementale[200] reprend possession de l'aéroport international d'Alep qui est aussitôt rouvert par le gouvernement syrien[201].

Insurrection rebelle contre l'État islamique, en janvier et février 2014[modifier | modifier le code]

Dans les premiers jours de , l'assassinat d'un commandant d'Ahrar al-Cham par des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant déclenche un nouveau conflit[202],[203]. À Alep, les rebelles du Front islamique, de l'Armée des Moudjahidines et le Front révolutionnaire syrien passent à l'offensive le 3 janvier. Le 8, ils s'emparent de l'ex-hôpital pour enfants, dans le quartier de Qadi Askar, qui servait de quartier général de l'EIIL. Le groupe djihadiste est chassé de la ville mais il exécute 42 prisonniers — 21 rebelles et 21 civils — détenus dans son quartier-général avant de prendre la fuite[204],[205],[206],[207].

Le 23 février, Abou Khaled al-Souri, ancien compagnon de route d'Oussama Ben Laden, membre d'Ahrar al-Cham, est tué dans un attentat à Alep. Il avait été désigné par Ayman al-Zawahiri, le chef d'Al-Qaïda, pour servir de médiateur dans le conflit entre le Front al-Nosra et l'État islamique en Irak et au Levant. Mais le 23 février, cinq kamikazes de l'EIIL équipés de ceintures explosives s'introduisent dans un quartier-général d'Ahrar al-Cham et se font exploser, provoquant la mort d'Abou Khaled al-Souri et de six combattants rebelles[208],[209].

Poursuite des combats entre loyalistes et rebelles en 2014[modifier | modifier le code]

Situation à Alep en mars 2014.

Les 1er et 2 février, des hélicoptères du régime larguent de nombreux barils d'explosifs dans les quartiers rebelles, faisant au moins 121 morts selon l'OSDH. Au moins dix djihadistes du Front al-Nosra sont tués, mais la grande majorité des victimes sont des civils, parmi lesquels figurent au moins 26 enfants[210].

Le 6 février 2014, des combattants du Front al-Nosra et d'Ahrar al-Cham attaquent la prison d'Alep à l'aide d'un camion piégé contenant 12 à 20 tonnes d'explosifs[211]. L'Armée syrienne parvient à faire exploser le camion à environ 100 m du mur d'enceinte de la prison à l'aide de plusieurs tirs de RPG. L'attaque échoue et un chef du Front Al-Nosra, le Tchétchène Sayfullah al Shishtani, est tué[212].

Le 24 février 2014, l'Armée gouvernementale continue sa progression dans Alep, notamment dans la zone industrielle de Cheikh Najjar[213] et n'est plus qu'à 3 km de la prison d'Alep.

Le , les troupes du Front Al-Nosra et du Front islamique lancent un assaut sur la caserne Hanano, au centre d'Alep. Selon l'OSDH, au moins 27 militaires et miliciens loyalistes sont tués, ainsi que 20 rebelles, dont un commandant[214].

Début mai 2014, dans le Gouvernorat d'Alep, l'armée syrienne, qui tient l'aéroport d'Alep, reprend les localités d'Al-Ameriya et d'Al-Ramoussa (au sud-est d'Alep). Puis elle progresse et prend aussi la localité stratégique d'Al-Brij, au sud de la prison centrale d'Alep (en zone rurale au nord de la ville d'Alep et à l'ouest de la cité industrielle de Cheikh Najjar). Afin de préparer l'assaut final qui dégagera la prison, les loyalistes prennent position à moins d'un kilomètre de celle-ci. Le 22 mai 2014, l'armée gouvernementale brise le siège de la prison d'Alep[215].

Le 22 et , six enfants ont péri dans des bombardements de l'armée syrienne sur le village de Wahchiyé situé dans le nord de la province d'Alep tenue en majorité par les rebelles islamistes[216].

Le 13 août, près de quarante combattants ont péri dans les violents affrontements opposant rebelles et djihadistes de l'État islamique dans la province septentrionale d'Alep[217].

En octobre 2014, d'importants combats ont lieu au nord d'Alep. L'armée syrienne tente alors d'encercler la ville en prenant le contrôle de la route dite de « Castello », principale voie de ravitaillement des rebelles[218],[219],[220].

Le 29 novembre, les rebelles du Front islamique et du Front al-Nosra parviennent à prendre la colline d'Agoub, dans la zone d'Al-Brej[221]

Le 14 décembre, les loyalistes progressent à Alep ; à l'est ils s'emparent des fermes d'Al Malah et avancent au sud et à l'ouest d'Handarat, une hauteur siuée au nord de la ville. Au moins trente-quatre rebelles et neuf soldats sont tués selon l'OSDH[222],[223].

Offensive loyaliste au nord d'Alep en février 2015[modifier | modifier le code]

Le 17 février 2015, après avoir reçu des renforts les loyalistes s'emparent des localités de Bachkoy et Sefat, à 7 kilomètres au nord d'Alep, et progressent vers la route d'approvisionnement reliant la ville à la Turquie[224]. Selon l'OSDH, 48 personnes, dont 13 rebelles faits prisonniers, des civils, 5 femmes et 10 enfants sont exécutés à Rityan par des combattants du Hezbollah et des miliciens pro-régime étrangers[225],[226] et au moins 90 loyalistes, 80 rebelles et 14 civils sont tués les 17 et 18 février, dans les combats au nord et à l'intérieur de la ville[227],[228],[229],[230]. Les loyalistes parviennent à couper la route d'approvisionnement mais leur percée est limitée et les rebelles conservent des routes de traverse, de plus ces derniers parviennent à reprendre la localité de Rityan. Le lendemain de l'offensive, Bachar el-Assad s'engage auprès du émissaire de l'ONU Staffan de Mistura à suspendre les bombardements pendant six semaines en vue d'un cessez-le-feu local[231], cependant l'offre de cessez-le-feu sera rejeté par les rebelles deux semaines plus tard[232]. Le même jour, les rebelles reprennent presque tous les terrains perdus la veille[233], 32 soldats et miliciens loyalistes sont faits prisonniers à Rityan[234] et au total les rebelles capturent 51 loyalistes, dont des membres du Hezbollah[235]. De leur côté, les loyalistes ont également fait 40 prisonniers[227]. Le 19, les rebelles reprennent la localité de Hardtanine, depuis le début de l'offensive seule Bachkoy reste aux mains des loyalistes[236]. Le 20 février, les rebelles avancent dans la zone d'al-Mallah, les combats, qui s'engagent dans la nuit, font 23 morts chez les loyalistes et 15 du côté du Front islamique et du Front al-Nosra[237],[238],[239]. Au 22 février, le bilan des combats est selon l'OSDH d'au moins 152 morts chez les loyalistes, dont 28 miliciens du Hezbollah, et 116 du côté des rebelles[225],[240],[241],[242].

Article détaillé : Bataille du Régiment 46.
Situation à Alep, le 12 avril 2015.

Le 28 février, de nouveaux combats éclatent pendant la nuit à l'ouest d'Alep entre le Front al-Nosra et le Mouvement Hazm dans la zone de la base du régiment 46. Celle-ci est prise par les djihadistes qui perdent au moins 30 hommes contre 50 du côté des rebelles modérés selon l'OSDH[243],[244],[245],[246],[247],[248]. Les djihadistes font également 24 prisonniers et les rebelles du Mouvement Hazm capturent six hommes du Front al-Nosra, les prisonniers sont échangés le 4 mars[249].

Le 4 mars, les rebelles déclenchent une charge explosive souterraine sous le bâtiment des bureaux du service de renseignement de l'armée de l'air. L'explosion et l'assaut qui suit, lancé par les rebelles, font au moins 20 morts chez les loyalistes et 14 du côté des assaillants selon l'OSDH[250],[251]. Le 9 mars, les rebelles prennent le village d'Handarat, au nord de la ville[252].

À partir du 10 avril, les bombardements rebelles sur les quartiers ouest s'intensifient et atteignent une ampleur encore jamais vue. La cathédrale maronite d'Alep et l’évêché de la communauté melkite sont partiellement détruits[253]. Le 11 avril, les tirs des deux camps tuent au moins 35 civils, puis le 12 une école est bombardée par le régime, au moins neuf personnes sont tuées, dont cinq enfants[254],[255].

Le 14 avril, les rebelles et le Front al-Nosra font sauter une grosse charge explosive devant le siège des renseignements de l'armée de l'air à Zahra, dans la partie ouest d'Alep. Les rebelles lancent ensuite un assaut qui fait au moins 13 morts dans leurs rangs et 20 du côté de l'armée[256],[257].

Le 21 mai, au moins 40 rebelles sont tués par un baril d'explosif et un obus tirés par le régime sur un QG dans le quartier de Chaar dans l'est d'Alep[258]. Le 15 juin, les rebelles tirent plus de 300 obus dans des zones loyalistes. Ces bombardements font 23 à 34 morts civils et environ 200 blessés[259].

Offensives rebelles en été 2015[modifier | modifier le code]

Carte de la ville d'Alep
Rouge: Zones loyalistes
Jaune : Zone défendue par les Kurdes
Vert : Zone aux mains des rebelles.
Dernière mise à jour : 4 juillet 2015

Le 26 avril, plusieurs groupes rebelles forment une coalition appelée Fatah Halab (« Conquête d'Alep »), qui regroupe principalement le Front du Levant, Faylaq al-Cham, Ahrar al-Cham, plusieurs brigades de l'Armée syrienne libre, le Harakat Nour al-Din al-Zenki, l'Armée des Moudjahidines, Fastaqim Kama Umirt, Alwiya al-Furqan et le Front de l'authenticité et du développement. Selon Thomas Pierret, maître de conférences à l'université d'Edimbourg, son « centre de gravité est plutôt du côté des islamistes modérés, apparentés aux Frères musulmans »[260],[261]. Le , 13 groupes djihadistes annoncent à leur tour la formation d'une coalition dans le gouvernorat d'Alep baptisée Ansar al-Charia. Elle regroupe principalement le Front al-Nosra, Ahrar al-Cham, le Front Ansar Dine, le Harakat Mujahidin al-Islam et quelques groupes mineurs[262],[263]. Dès le lendemain cette coalition mène une offensive sur l'ouest de la ville d'Alep. La majeure partie des combats se focalise sur la ligne de front à Djamiyat al Zahra[264],[265]. Cette offensive est considérée comme la plus importante depuis le début de la bataille en juillet 2012. La coalition Ansar al-Charia attaque le quartier de Zahra au nord-ouest, où se trouve le QG des Service de Renseignement de l’Armée de l’Air, tandis que la coalition Fatah Halab (Conquête d'Alep) s'empare d'un centre de recherches scientifiques transformé en une caserne près du quartier Halab al-Jadida, dans la nuit du 3 au 4 juillet[266],[267]. Cependant sur l'ensemble de la ville d'Alep, l'armée syrienne tient le choc et repousse la plupart des assauts[268].

Le 6 juillet, selon l'OSDH, 25 soldats et miliciens loyalistes sont tués par un kamikaze du Front al-Nosra dans la zone d'Al Zahra[269]. Le 12 juillet, une section des remparts de la citadelle d'Alep s'effondre après une explosion. L'agence Sana déclare que les rebelles ont fait sauter un tunnel pendant la nuit dans la vieille ville d'Alep mais selon l'OSDH si le tunnel a bien été creusé par les rebelles ce sont les loyalistes qui l'ont fait exploser pour empêcher les insurgés de progresser vers une position de l'armée[270].

Le soir du 31 juillet, un assaut rebelle contre une base militaire de fortune à la périphérie ouest de la ville est repoussé par l'armée syrienne. Selon l'OSDH, au moins 9 soldats loyalistes et 25 rebelles sont tués, dont trois commandants[268].

En août, l'État islamique assiège la base aérienne de Koueiris, tenue par les loyalistes à l'est d'Alep. Un premier assaut a lieu du 9 au 12 août, puis un autre survient le 22. Le 24, l'OSDH déclare qu'au moins 51 loyalistes et 62 djihadistes ont été tués dans ces combats[271]. De nouveaux affrontements ont lieu près de la base dans les villages de Tal Riman et al-Salhiyya, du 16 au 19 septembre, aux moins 35 djihadistes et 17 loyalistes ont été tués selon l'OSDH[272].

Début octobre, l'État islamique prend aux rebelles quelques villages au nord d'Alep pendant des combats qui font des dizaines de morts et arrive à moins de deux kilomètres des lignes loyalistes. Puis le 7 octobre, le général iranien Hossein Hamadani, membre des Force Al-Qods, est tué près d'Alep[273],[274],[275],[276]. Le 11, une contre-attaque d'Ahrar al-Cham contre l'EI échoue au nord d'Alep, tandis qu'à l'est les loyalistes attaquent l'EI dans plusieurs villages près de l'aéroport militaire de Kweires (ou Koueiris) afin de desserrer l'étau autour de cette base assiégée depuis le mois de mai par les djihadistes[277].

Le 14 octobre, l'État islamique poursuit les combats contre les rebelles au nord de la ville d'Alep et s'empare des localités d'Ahras et de Tel Djabine situées 12 kilomètres au nord d'Alep, avant d'en être délogés[278]. Selon l'OSDH, au moins 13 rebelles et 24 djihadistes sont tués dans cet affrontement[279].

Offensives loyalistes au sud d'Alep en automne 2015[modifier | modifier le code]

Carte des offensives loyalistes dans le gouvernorat d'Alep de novembre 2015 à début février 2016.

Le , les loyalistes lancent une offensive au sud d'Alep, appuyés par les forces aériennes russes, ainsi que 2 000 soldats iraniens, combattants du Hezbollah et miliciens irakiens chiites[280]. En 24 heures, les forces loyalistes s'emparent de cinq villages au sud de la ville et s'approchent de la localité clé d'Al-Hader; selon l'OSDH au moins 17 rebelles et 8 soldats du régime sont tués[281],[282]. Les combats provoquent la fuite d'au moins 35 000 civils, principalement des habitants de Hader et de Zerbeh, dans les faubourgs sud-ouest d'Alep[283].

Le 23 octobre, l'État islamique parvient à couper la route reliant Alep à Hama, au moins 16 djihadistes et 30 soldats loyalistes sont tués ou blessés selon l'OSDH[284],[285]. La route est reprise par les forces du régime le 4 novembre, après quatre jours d'intenses combats, mais l'armée syrienne stoppe pendant quelques jours son offensive contre les forces de l'EI à l'est d'Alep[286],[287].

Le 24, Abou Suleiman al-Masri, chef du Front al-Nosra à Alep, est tué par les Kurdes[288]. Le 25, le général loyaliste Yassin Muhiyy ad-Din est tué par l'EI dans des combats à l'aéroport de Kweires[289], le 4 novembre les medias iraniens annoncent la mort à Alep d'Ezzatollah Souleimani, colonel dans la Force Al-Qods[290].

Le 10 novembre, en fin d'après-midi, l'armée syrienne parvient à briser le siège de l'aéroport de Koueires, encerclé depuis deux ans (d'abord par les rebelles d'avril 2013 à janvier 2014, puis par l'État islamique). Selon l'OSDH, les combats ont fait environ 100 morts dans les deux camps. Le camp loyaliste remporte alors sa plus importante victoire depuis le début de l'intervention militaire russe en Syrie[291],[292],[293].

Au sud-ouest d'Alep, les loyalistes s'emparent de la localité d'Al-Eiss et ses environs, ainsi que de la petite ville d'Al-Hader, le plus grand QG des forces rebelles de la région, situé à 25 kilomètres au sud-ouest d'Alep[294],[295]. Le 20 décembre, la localité stratégique de Khan Touman est prise à son tour[296].

Offensives loyalistes au nord et à l'est d'Alep en février 2016[modifier | modifier le code]

Évolution à Alep et ses environs en février 2016.

Le 25 décembre, les rebelles lancent un assaut à Bachkoy, au nord d'Alep, précédé par l'envoi d'un véhicule-suicide. Selon l'OSDH au moins 33 loyalistes et 38 insurgés sont tués dans cet affrontement et les rebelles parviennent à progresser sur plusieurs points à Bachkoy[297].

Le 25 janvier, 19 combattants d'Ahrar al-Cham et quatre civils sont tués selon l'OSDH dans un attentat au camion piégé à l'intérieur d'Alep[298].

Le , une offensive est lancée au nord d'Alep par 10 000 hommes de l'armée syrienne, des Forces de défense nationale, du Hezbollah libanais, de l'Organisation Badr, des Kataeb Hezbollah, du Harakat Hezbollah al-Nujaba, de la Brigade des Fatimides, de la Force Al-Qods et d'unités de l'armée iranienne, appuyés par les spetsnaz et l'aviation russe[299],[300],[301]. Le 1er février, les loyalistes prennent le contrôle de deux villages ; Dweir el-Zeitoun et celui, stratégique, de Tall Jbine. Le lendemain, ils poursuivent leur progression vers l'ouest et se rapprochent des villages chiites de Nobl et Zahraa, assiégés depuis juillet 2012 par les rebelles[302],[303]. Le 3 février, l'armée syrienne brise le siège de Nobl et de Zahraa et coupe par la même occasion la route d'approvisionnement des rebelles au nord d'Alep. Pour le régime syrien, c'est une des avancées militaires et stratégiques les plus importantes depuis le début de la bataille[304],[305],[306],[307],[308],[309],[310],[311],[312]. Selon l'OSDH, au moins 100 rebelles et 64 loyalistes (dont 22 soldats, 20 miliciens des Forces de défense nationale et 14 Iraniens) sont tués dans ces combats[313],[314]. Un général iranien de la Force Al-Qods, Mohsen Ghajriyan, et un officier du Hezbollah, le commandant Haïdar Fariz Merhi, figurent parmi les morts[315],[316]. L'Iran reconnaît la mort de 45 hommes du Corps des Gardiens de la révolution islamique le 9 février[317]. L'offensive provoque également la fuite de 70 000 habitants, dont 20 000 en direction de la Turquie, au poste-frontière de Bab al-Salama, 10 000 vers Afrin et 5 000 à 10 000 vers Azaz[318],[319],[310]. Le 5 février, les loyalistes prennent les villages de Rityane, Kafr Naya et Mayir[320], les rebelles parviennent cependant à reprendre la moitié de Rityane le même jour, lors de combats qui font environ 60 morts dans chaque camp selon l'OSDH[321],[318]. Le 10 février, l'OSDH affirme que les dix premiers jours de l'offensive ont fait plus de 500 morts, dont au moins 143 loyalistes, 274 rebelles — 169 Syriens et 105 étrangers — 89 civils — dont 23 enfants — 14 Iraniens et 3 miliciens du Hezbollah libanais[322],[323],[324].

Article détaillé : Bataille de Tall Rifaat (2016).

Les Kurdes profitent également du recul des rebelles pour passer à l'offensive depuis le canton d'Afrin, au sud d'Azaz et au nord-ouest d'Alep. Le 8 février, les rebelles abandonnent les villages de Merenar, Aqlamiya et Deïr Djamal, qui sont pris par les YPG après de courts combats[325],[326]. Le 10 février, après plusieurs jours de combats contre Ahrar al-Cham, les Kurdes prennent le village de Menagh et la plus grande partie de sa base aérienne, avec le soutien de l'aviation russe[324],[327],[328],[329]. Le 13, l'artillerie turque postée à la frontière intervient et bombarde les positions kurdes dans le district d'Azaz[330]. Malgré cela, les YPG prennent Tall Rifaat le 15 février[331]. Plusieurs groupes rebelles — la Division Sultan Mourad, Ahrar al-Cham, la 16e division, le Liwa al-Fatah, Fastaqim Kama Umirt, la 13e division, la Division du Nord et le Harakat Nour al-Din al-Zenki — attaquent alors les positions des YPG à Cheikh Maksoud, le quartier d'Alep tenu par les Kurdes[332]. Les rebelles tirent 250 obus et roquettes[333].

Vers le 15 février une nouvelle alliance rebelle, appelée les « Révolutionnaires d'Alep » ou « Jaych Halab », est fondée pour contrer les avancées des loyalistes et des YPG. Elle regroupe, Ahrar al-Cham, Fastaqim Kama Umirt, des brigades de l'Armée syrienne libre — la 16e et la 101e division d'infanterie et Liwa Suqour al-JabalAl-Fauj al-Awwal, le Harakat Nour al-Din al-Zenki et la Brigade Muntasir Bellah. Elle est placée sous le commandement d'Abou Jaber, l'ancien chef d'Ahrar al-Cham[334],[335],[336].

Article détaillé : Bataille de Khanasser.

Le 15 février, à l'est d'Alep, l'armée syrienne reprend la centrale électrique d'Alep tombée aux mains de l'État islamique en 2014[337]. Le 21 février 2016, les forces loyalistes, notamment les Forces du Tigre, remportent une importante victoire en mettant fin à la bataille de la plaine de Safira et en prenant le contrôle des villages entre la ville d'Alep et l'aéroport de Kweires. Les 700 hommes de l'EI sont obligés de se replier au nord-est à al-Bab[338]. Au moins 50 djihadistes sont tués dans ces combats selon l'OSDH[339]. Mais la nuit du 21 au 22 février, les djihadistes de l'État islamique et de Jound al-Aqsa contre-attaquent plus au sud coupent au niveau de la ville de Khanasser la route de ravitaillement qui relie Alep au gouvernorat de Hama[340],[341]. Khanasser est prise le 23 février par l'État islamique, puis reprise le 25 par les forces du régime et ses alliés[342].

Cessez-le-feu négocié en février 2016[modifier | modifier le code]

Le , un cessez-le-feu conclu cinq jours plus tôt par les États-Unis et la Russie entre en vigueur en Syrie. Les affrontements diminuent en intensité mais se poursuivent ponctuellement et l'accord ne concerne pas l'État islamique ni le Front al-Nosra[343]. Malgré la trêve, des affrontements ont lieu en périphérie du quartier Cheikh Maksoud entre les rebelles et les Kurdes. Selon l'OSDH, au moins 32 combattants Kurdes des YPG et 27 rebelles islamistes sont tués dans des affrontements à Cheikh Maksoud entre le 27 février et le 27 mars[344]. Le 6 mars des tirs de mortiers rebelles tuent au moins neuf civils, dont deux femmes et quatre enfants, et font des dizaines de blessés[345],[346]. Le 6 avril, des bombardements rebelles tuent 18 civils à Cheikh Maksoud, dont une femme enceinte et trois enfants[347]. Selon Amnesty International, les bombardements rebelles de la coalition Fatah Halab sur Cheikh Maksoud font au moins 83 morts, dont 30 mineurs, et 700 blessés parmi les civils, de février à avril 2016[348].

De leur côté, les djihadistes du Front al-Nosra et de Jound al-Aqsa attaquent et prennent la localité d'Al-Eis, au sud-ouest d'Alep, le 1er avril. Selon l'OSDH au moins 25 combattants pro-régime sont tués, dont au moins 12 du Hezbollah, ainsi qu'au moins 16 rebelles[349],[350],[351]. Le 5 avril, un avion du régime syrien est abattu dans la même zone par Ahrar al-Cham et son pilote est capturé par le Front al-Nosra[352],[353],[354]. Selon l'OSDH, au moins 19 djihadistes et rebelles et 16 loyalistes sont tués dans les combats du 9 avril au sud d'Alep[355],[356],[357]. Les combats se poursuivent dans la zone d'Al-Eis, puis ils éclatent dans la zone d'Hendarat au nord d'Alep et atteignent à nouveau les environs de Khanasser au sud-est[358]. Selon l'OSDH, les affrontements dans le gouvernorat d'Alep font plus de 200 morts du 10 au 15 avril : soit au moins 50 loyalistes et 61 rebelles et djihadistes tués dans la zone d'Al-Eis, 14 loyalistes et 20 rebelles et djihadistes tués dans la zone d'Hendarat et 18 loyalistes et 10 djihadistes de l'État islamique tués dans la zone de Khanasser[359]. En deux jours, au moins 30 000 civils fuient pour aller se réfugier en Turquie, mais ils restent bloqués à la frontière que les Turcs refusent d'ouvrir[360]. Avec la reprise de ces combats, la trêve à Alep semble alors bel et bien enterrée[361].

Selon l'OSDH, du 22 au 30 avril, au moins 253 civils, dont 31 femmes et 49 enfants, sont tués à Alep par les bombardements, dont 153 par les loyalistes et 100 par les rebelles[362],[363],[364]. La nuit du 27 au 28 des frappes aériennes visent un hôpital et un bâtiment résidentiel dans le quartier de Soukkari, elles tuent 54 personnes, dont 27 médecins et patients dans l'hôpital al-Qods[365],[366],[367],[368]. Le 3 mai, la coalition rebelle Fatah Halab passe à l'offensive dans plusieurs quartiers, selon l'OSDH ces combats sont « les plus violents à Alep depuis plus d'un an »[369]. Le 4 mai, les États-Unis et la Russie s'accordent sur la mise en place d'un cessez-le-feu à Alep, le régime syrien annonce l'entrée en vigueur d'une trêve de 48 heures la nuit du 4 au 5 mai, les rebelles s'engagent également à la respecter, elle est ensuite prolongée jusqu'à la nuit du 9 au 10 mai[370],[371],[372].

Offensives rebelles au sud-ouest d'Alep en mai et juin 2016[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Khan Touman.

Cependant le 5 mai, le Front al-Nosra, Ahrar al-Cham, Jaych al-Nasr, l'Armée des Moudjahidines, Jound al-Aqsa, le Parti islamique du Turkestan, Ajnad al-Cham, Liwa al-Haq et Jaych al-Sunna lancent une offensive sur la localité de Khan Touman, au sud-est de la ville, défendue par l'armée syrienne, le Corps des Gardiens de la révolution islamique, la Brigade des Fatimide, le Hezbollah et le bataillon al-Najbah[373],[374],[375],[376]. Des combats très violents ont lieu pendant la nuit, le matin du 6 mai Khan Touman est aux mains des rebelles, au prix d'au moins 43 morts dans leurs rangs contre 30 tués du côté des loyalistes[377],[378],[379]. Selon des médias iraniens, 13 membres du Corps des Gardiens de la révolution islamique sont tués et 21 blessés dans ces combats[380],[381]. Le 7 mai, le bilan de l'OSDH pour les combats à Khan Touman monte à 67 morts du côté des loyalistes — dont 20 Iraniens, 15 Afghans, 6 Libanais du Hezbollah et 8 Irakiens du bataillon al-Najbah — et 57 morts du côté des rebelles[382],[383]. Le 3 juin, les rebelles font une nouvelle poussée près de Khan Touman en prenant deux autres villages[384]. Le 10 juin, les rebelles du Harakat Nour al-Din al-Zenki capturent pour la première fois un char T-90 livré par la Russie à l'armée syrienne[385]. Le 15 juin, les villages de Zeitan et Khalassa, toujours au sud-ouest d'Alep, sont pris par les rebelles, puis repris par les loyalistes[386], et à nouveau repris par les rebelles la nuit du 17 au 18 juin, ainsi que le village de Burnah[387],[388],[389]. Du 14 au 18 juin, selon l'OSDH les combats font au moins 186 morts, dont 100 rebelles et 25 hommes du Hezbollah[390]. Le 24 juin, Hassan Nasrallah admet que son mouvement a perdu 26 hommes tués au combat, un fait prisonnier et un disparu, mais il déclare que le Hezbollah « allait augmenter sa présence à Alep car la plus grande bataille, celle qui est réelle et stratégique, est celle pour la ville et la région d'Alep »[391],[392],[393].

Début juin 2016, une nouvelle arme artisanale loyaliste serait apparue à Alep en remplacement ou en complément des barils explosifs : le largage de longs tuyaux souples explosifs. Des tuyaux de lances à incendie (5 mètres jusqu'à 100 mètres de long) emplis de TNT ou de C-4 auraient été largué par hélicoptère pour détruire des objectifs ennemis ou propulsés depuis le sol par des missiles, des tanks ou de véhicules de déminage pour nettoyer des champs de mines. Ces tuyaux auraient causé la mort de 30 personnes et blessé plusieurs dizaines de civils dans le secteur d'Alep[394].

Offensive loyaliste au nord-ouest d'Alep et encerclement de la ville, en juin et juillet 2016[modifier | modifier le code]

Situation à Alep le 31 juillet 2016.

Le 25 juin, les forces loyalistes engagent une nouvelle offensive au nord-ouest de la ville d'Alep, afin de couper la route dite du « Castello ». Cette autoroute est la dernière voie d'approvisionnement pour les rebelles retranchés dans les quartiers nord-est d'Alep qui sont menacés d'encerclement. Les combats se concentrent dans la zone agricole d'Al-Maleh — dite aussi fermes de Mallah[395].

Le 30 juin, la forte progression initiale des forces pro-Assad est stoppée par les combattants d'Ahrar al-Cham, de Faylaq al-Cham, du Front al-Nosra, et d'autres groupes rebelles. Selon l'OSDH, au moins 30 militaires et miliciens pro-Assad et 39 rebelles sont tués dans les affrontements des 29 et 30 juin[396],[397].

Le 3 juillet, les loyalistes lancent un nouvel assaut[398]. Le 6 juillet, le régime syrien annonce une trêve de 72 heures en raison de l'Aïd el-Fitr[399],[400]. Mais cette annonce s'avère être une ruse, dés le lendemain, l'armée syrienne repasse à l'offensive au nord-ouest d'Alep[401]. Elle avance et parvient à prendre une position rebelle stratégique située à un kilomètre de la route du Castello[402]. Cette dernière voie d'approvisionnement rebelle surnommée ‘route de la mort’ se retrouve à portée de tir des loyalistes et est coupée de facto[403],[404].

Le 8 juillet, en représailles, les rebelles bombardent les quartiers loyalistes, faisant une quarantaine de morts et 200 à 300 blessés parmi les civils[405]. Le soir du 9 juillet, Faylaq al-Cham, le Front al-Nosra, le Harakat Nour al-Din al-Zenki et plusieurs autres groupes insurgés lancent une contre-attaque pour tenter de rouvrir la route Castello, mais cette dernière échoue et les rebelles y laissent au moins 29 morts[406]. Ils repartent à l'assaut le 11 juillet, y compris dans la vieille ville, mais ils sont à nouveau repoussés[407],[408].

Le 17 juillet, les forces loyalistes progressent à nouveau vers le sud en direction de Sheikh Maqsoud, quartier contrôlé par des unités alliées kurdes. Elles atteignent finalement l'autoroute du Castello et s'y installent[409]. Les quartiers rebelles sis au nord-est d'Alep sont alors totalement assiégés et coupés du monde extérieur[410],[411].

Le 21 juillet, l'ONU appelle à un accord sur des trêves de combats de 48 heures par semaine, aux fins d'apporter aides aux 200 000 à 300 000 habitants bloqués en secteur rebelle d'Alep[412],[413],[414]. Mais le même jour, dans le quartier de Bab Jneine, dans le Vieil Alep, les rebelles font exploser un tunnel qu'ils ont creusé à cet effet sous une position loyaliste. Au moins 38 soldats syriens et combattants prorégime perdent la vie sous l'immeuble effondré[415].

Le 24 juillet, quatre hôpitaux et une banque de sang sont bombardés dans le quartier al-Chaar (est d'Alep), en zone rebelle assiégée depuis le 17 juillet. Un nouveau-né est décédé pendant ces bombardements. Cinq hôpitaux restent encore opérationnels dans la zone, selon l'Association des médecins indépendants (IDA)[416]. Le 26 juillet, les loyalistes capturent la zone des garages de Layramoun puis entrent dans le quartier industriel de Layramoun, au nord-ouest de la ville[417]. Le 27, pendant que les Kurdes du quartier de Cheikh Maqsoud prennent une zone de logement pour mineurs (Youth housing) et progressent vers le nord jusqu'à l'autoroute M5 Castello, l’armée arabe syrienne loyaliste s’empare de toutes les usines de Layramoune (nord-ouest Alep). Puis par messages texto, elle informe les habitants de l'est d'Alep que des couloirs sûrs sont à leur disposition pour évacuer les quartiers rebelles encerclés[418].

Le 28 juillet, après avoir bombardé et mise en panne une installation électrique d'Alep, les rebelles fuient de nuit le quartier de Beni Zaid quasiment encerclé et aussitôt investi par les troupes loyalistes[419]. Une partie des insurgés négocient leur reddition et sont évacués vers le gouvernorat d'Idleb[420]. Le même jour, par décret législatif 2016/15 d'une durée de trois mois, le Président syrien Bachar al-Assad offre amnistie générale à toute personne armée fugitive de la justice ou pour qui aurait enlevé une personne et la relâcherait sans dommage[421],[422]. Dans le même temps, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, annonce que trois couloirs humanitaires sont mis en place conjointement avec les forces gouvernementales « pour les civils pris en otage par les terroristes ». Et que « pour les combattants souhaitant déposer les armes » un quatrième couloir est ouvert sur l'autoroute M5 du Castello[423]. À cet effet, des cartes de la ville avec points de passages humanitaires sont larguées sur les quartiers est d'Alep[424]. Mais selon OSDH, seulement un petit nombre d'habitants d'Alep peuvent sortir d'Alep-Est, car les rebelles mettent en place des barrages pour empêcher les civils d'accéder aux couloirs humanitaires[425].

Offensive rebelle au sud-ouest d'Alep, en août 2016[modifier | modifier le code]

Situation à Alep en août 2016. Le siège est brisé du 6 août au 4 septembre 2016.

Le 31 juillet, les rebelles repassent à l'offensive dans la banlieue de Ramoussah, au sud-ouest d'Alep, avec pour objectif de faire une percée dans les lignes loyalistes et ouvrir une nouvelle route d'approvisionnement. Cette attaque est menée depuis l'extérieur de la ville par une vingtaine de groupes rebelles ; principalement le Front Fatah al-Cham, Ahrar al-Cham, Liwa Suqour al-Jabal, Faylaq al-Cham, Ajnad al-Cham, Liwa al-Haq, Jaych al-Sunna, Jaych al-Islam, la Division du Nord et le Parti islamique du Turkestan. Ces forces sont regroupées pour la plupart au sein de l'Armée de la conquête, tandis que les troupes rebelles assiégées le sont au sein de la coalition Fatah Halab. À Ramoussah, le camp loyaliste engage quant à lui principalement des troupes étrangères ; le Hezbollah, le Harakat Hezbollah al-Nujaba, la Brigade des Fatimides, et d'autres milices chiites épaulées par des unités de l'armée iranienne et de l'armée syrienne[426],[427],[428],[414],[429],[430],[431],[432],[433],[434],[3].

La nuit du 1er au 2 août, l'aviation russe intervient et freine la progression des rebelles. Les forces loyalistes peuvent reprendre cinq des huit positions conquise par les rebelles depuis le 31 juillet[435]. La nuit du 2 au 3 août, elles reprennent encore deux villages et deux collines au sud-ouest[436].

Les combats mobilisent des milliers d'hommes, environ 4 000 à 9 000 côté rebelle et 5 000 côté loyaliste[432],[437],[438],[413],[414]. Selon l'OSDH, du 31 juillet au 6 août, plus de 700 combattants des deux camps et 130 civils sont tués dans les combats à Alep[439]. Au moins cinq généraux syriens sont tués[440]. Les affrontements du 6 août font à eux seuls 200 morts[439]. Ce jour-là la situation bascule ; les rebelles d'Ahrar al-Cham et du Front Fatah al-Cham annoncent qu'ils sont parvenus à faire une percée dans la banlieue de Ramoussah et à faire leur jonction avec les combattants de la coalition Fatah Halab assiégés dans la ville[414],[441],[442]. Trois positions militaires, dont deux académies, sont prises[437]. Dés le 7, les rebelles peuvent faire passer un premier convoi de nourriture[437]. Les quartiers ouest contrôlés par le régime, où vivent encore entre 1 et 1,5 million de personnes, se retrouvent alors à leur tour menacé d'encerclement[438],[414],[437]. Selon l'OSDH, 2 000 soldats et miliciens syriens, iraniens, irakiens et libanais arrivent en renfort dans les quartiers ouest en passant par la route du Castello[443],[444]. Le Harakat Hezbollah al-Nujaba annonce également l'arrivée de 2 000 hommes supplémentaires à Alep[432],[445]. Les rebelles de l'Armée de la conquête reçoivent aussi des renforts depuis le gouvernorat d'Idleb[443],[444].

Dans les semaines qui suivent, les combats sont indécis[446]. Le 10 août, une attaque chimique au chlore fait au moins quatre morts et des dizaines de blessés civils dans des quartiers rebelles[447],[448]. Selon l'OSDH, du 31 juillet au 31 août, au moins 613 civils, dont 78 femmes et 139 enfants, sont tués par les bombardements et les tirs d'artillerie commis par les deux camps[449]. Le 18 août, la photo d'un enfant syrien blessé, Omran Daqneesh, 5 ans, rescapé d'un bombardement loyaliste ou russe dans le quartier de Qaterji, fait le tour du monde[450],[451],[452],[453].

Mais en août, entre 1 000 et 5 000 rebelles de l'Armée syrienne libre sont retirés du front d'Alep pour être redéployés en Turquie afin de prendre part à l'Opération Bouclier de l'Euphrate contre l'État islamique et les Forces démocratiques syriennes[454],[455],[456]. Après une crise en 2015, un rapprochement entre la Turquie et la Russie s'est opéré au détriment des rebelles d'Alep et des Kurdes des YPG[457],[9]. En retirant des troupes de l'ASL à Alep, Ankara dégarnit la défense de cette ville[457]. En contrepartie la Russie laisse carte blanche aux Turcs dans leur lutte contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, et ce en dépit des relations entretenues par ces derniers avec Moscou[457],[458]. Dés début septembre, les loyalistes regagnent du terrain dans la zone des académies militaires au sud d'Alep. L'école de l'armée de l'air est reprise, suivie le 4 septembre par l'école d'armement et l'école d'artillerie. Le régime reprend alors le contrôle de la banlieue de Ramoussah et rétablit le siège des quartiers rebelles d'Alep[459],[460],[461]. Des centaines de milliers de civils — 250 000, dont 100 000 enfants selon l'ONU, 326 000 selon le Comité civil d'Alep-Est — et plusieurs milliers de combattants rebelles — 8 000 selon l'ONU, dont 900 du Front Fatah al-Cham, et 20 000 selon l'opposition — se retrouvent ainsi encerclés par les troupes du régime et ses alliés[462],[11],[463],[10],[464],[465]. Pour Luc Mathieu, grand reporter de Libération, les rebelles assiégés sont environ 6 000 : la plupart appartiennent à des groupes de l'Armée syrienne libre — surtout le Front du Levant, Fastaqim Kama Umirt et Faylaq al-Cham — le Harakat Nour al-Din al-Zenki compte 800 hommes ; le Front Fatah al-Cham, 150 à 200 ; et les bataillons Abou Amarah, quelques dizaines[9]. Georges Malbrunot, grand reporter pour Le Figaro, parle quant à lui de 10 000 rebelles, dont 2 000 d'Ahrar al-Cham et 1 500 à 2 000 du Front Fatah al-Cham[466]. La Russie estime pour sa part que le nombre des combattants du Front Fatah al-Cham se situe entre 1 000 et 1 500[467].

L'Armée de la conquête cherche alors à mener une contre-offensive pour briser à nouveau le siège d'Alep, mais son chef, Abou Omar Saraqeb, est tué le 8 septembre par une frappe aérienne lors d'une réunion à Kafr Naha[468]

Échec de la trêve de septembre 2016[modifier | modifier le code]

Situation à Alep le 10 septembre 2016.

Le 10 septembre, un nouvel accord de trêve est conclu entre les États-Unis et la Russie, et entre en vigueur le 12 septembre. L'accord prévoit des corridors sûrs pour les opérations humanitaires — avec notamment la démilitarisation de la route du Castello — et des actions coordonnées contre le Front Fatah al-Cham. L'accord est salué par l'ONU, la Turquie, la France et le Royaume-Uni. Le régime syrien l'accepte, tandis que les réactions des groupes rebelles alternent entre méfiance et rejet[469],[470],[471],[472],[473]. Mais pendant toute la durée de la trêve, les camions de l'ONU chargés de nourriture et de médicaments sont bloqués à la frontière turco-syrienne[474]. Malgré l'accord, aucune aide humanitaire n'arrive à Alep[474]. Le 18 septembre, Alep est touchée par des frappes aériennes pour la première fois depuis le 12 septembre[475]. Le soir du 19 septembre, l'armée syrienne annonce la fin de la trêve[476]. Deux heures plus tard, l'aviation du régime reprend ses bombardements, en visant les quartiers de Soukkari, d'Amariya, Sakkour, Mahaadi et Chaar[477],[478],[479]. Plus de 40 civils sont tués pendant la nuit[477]. Dans la soirée, un convoi d'aide humanitaire de 31 camions de l'ONU et du Croissant-Rouge est frappé par un raid aérien mené par le régime syrien et la Russie près d'Orum al-Koubra, dans la région d'Alep, 18 camions sont détruits ou endommagés et au moins 20 bénévoles et conducteurs de camions sont tués[480],[477],[481],[482],[483],[484],[485]. La nuit du 20 au 21 septembre, un autre raid aérien sur Khan Touman, au sud d'Alep, tue quatre membres syriens de l'Union des organisations de secours et de soins médicaux (UOSSM), une ONG médicale basée en France, ainsi que neuf membres de l'Armée de la Conquête qui travaillent dans le centre médical[486],[487].

Offensive loyaliste dans les quartiers est d'Alep, septembre et octobre 2016[modifier | modifier le code]

Évolution à Alep, du 22 septembre au 15 octobre 2016. Les zones reconquises par le régime sont délimitées en violet.

Le 22 septembre, l'armée syrienne annonce le lancement d'une nouvelle offensive dans les quartiers est de la ville[488],[489]. Les quartiers rebelles sont alors intensément bombardés[490],[491],[492]. Selon l'OSDH, les bombes larguées par le régime et les Russes font au moins 128 morts du 22 au 26 septembre, en grande majorité des civils dont 20 enfants et 9 femmes[493],[494]. Mais selon le docteur Hamza al-Khatib, directeur d'un hôpital des quartiers rebelles, le bilan est encore plus élevé, les bombardements des 23 et 24 septembre font à eux seuls plus de 179 morts[463]. Pour le Centre de documentation des violations en Syrie, 377 Alépins sont tués par les raids aériens menés du 20 au 26 septembre, dont une très grande majorité de civils[495]. L'OMS évoque de son côté au moins 342 morts en une semaine, dont 106 enfants, et 1 129 blessés[496],[11],[497]. Selon le docteur Hamza Al-Khatib, ces frappes ont été « les plus dures de ces cinq dernières années »[495]. Pour la première fois, l'aviation russe emploie des bombes « Bunker buster »[495],[498]. Des bombes à sous-munitions, des bombes au phosphore blanc et des bombes incendiaires sont également utilisées[499],[500],[498],[501]. Trois des quatre centres des casques blancs de la Défense civile syrienne sont touchés par les bombes et deux d'entre-eux sont détruits[502]. La station d'extraction d'eau de Bab Al-Nayrab est également ciblée et mise hors service, un quart des quartiers rebelles se retrouvent ainsi privés d'eau courante[495]. Le 28 septembre, les deux plus grands hôpitaux des quartiers est sont bombardés[503]. Le 1er octobre, l'hôpital M10, le plus grand d'Alep-Est, est bombardé pour la deuxième fois par au moins deux barils d'explosifs[496]. Le 3 octobre, après de nouvelles frappes, il est désormais détruit et inutilisable[504]. Il ne reste alors plus dans les quartiers est que 30 médecins et six hôpitaux fonctionnant partiellement, dont un seul capable de traiter les grands blessés[505],[506]. À l'automne 2016, le régime syrien et la Russie font alors l'objet d'accusations de crimes de guerre de la part des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni, de l'Union européenne et d'Amnesty International[507],[508],[500]. Le 8 octobre, la France propose un texte devant le Conseil de sécurité des Nations unies exigeant la cessation des bombardements ; onze membres du quinze votent pour, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, mais la Russie oppose son veto, tandis que le Venezuela vote contre et que la Chine et l'Angola s'abstiennent. La Russie propose un autre texte réclamant une cessation des hostilités — mais sans appeler à la fin des bombardements aériens — qui est à son tour rejeté par neuf membres sur quinze, dont les États-Unis, la France et le Royaume-Uni[509],[510].

Au sol, les forces loyalistes tentent également de progresser. Elles mobilisent au moins 6 000 hommes pour l'assaut, dont 5 000 miliciens chiites[511],[512]. Au sud-est d'Alep, 3 000 combattants russes d'une société militaire privée auraient également été déployés à al-Safira[463]. Au nord d'Alep, les miliciens palestiniens du Liwa al-Quds parviennent à s'emparer du camp d'Handarat le 24 septembre, mais les rebelles contre-attaquent et le reprennent le 25[513],[514]. Le 27 septembre, l'armée syrienne et ses alliés reprennent Farafira, un petit quartier au nord-ouest de la citadelle d'Alep[515],[516],[495]. Le 29 septembre, les loyalistes reprennent Handarat pour la seconde fois[517], puis l'hôpital de Kindi le 30[518]. Le 2 octobre, ils poursuivent leur progression au nord en attaquant les quartiers de Souleimane al-Halabi, Boustane al-Bacha et Sakhour[519],[520],[521]. Ils attaquent ensuite le quartier de Cheikh Saïd au sud et s'emparent le 8 octobre du quartier d'Ouwayja, dans la périphérie nord[522].

Après une accalmie de plusieurs jours annoncée par l'armée syrienne, les raids aériens sur les quartiers est de la ville reprennent les 11 et 12 octobre faisant 145 morts selon Ammar al Selmo, le responsable du service de la protection civile sur place[523]. Entre le 16 et le 17 octobre, les raids aériens font au moins 45 morts selon l'OSDH[524], qui recense au total 430 morts à Alep-Est entre le 22 septembre et le 18 octobre[525]. Human Rights Watch donne de son côté un bilan de plus 440 civil tués, dont plus de 90 enfants, pour la même période[499].

Le 18 octobre, l'armée russe annonce un arrêt immédiat des raids aériens sur Alep pour pouvoir préparer une pause humanitaire le 20 octobre[526],[527],[528],[529]. Cette nouvelle trêve est un nouvel échec, huit couloirs sont aménagés, mais en trois jours ils ne sont empruntés que par huit rebelles blessés et sept civils selon le général Sergueï Roudskoï, haut responsable de l'état-major russe, tandis que les Nations unies, invoquant des conditions de sécurité insuffisantes, ne peuvent évacuer 200 blessés et malades qui avaient besoin d'être soignés en urgence[530],[531],[532]. La trêve s'achève le 23 octobre et les combats reprennent aussitôt[531].

Offensive rebelle à l'ouest d'Alep, octobre et novembre 2016[modifier | modifier le code]

Situation à Alep au cours de l'offensive, du 28 octobre au 12 novembre 2016.

Le 28 octobre, les forces rebelles situées à l'extérieur d'Alep lancent une deuxième offensive pour tenter de briser le siège de la ville par l'ouest[533],[534]. L'offensive est lancée par le Front Fatah al-Cham et Ahrar al-Cham[535], suivis par au moins une vingtaine d'autres groupes : le Front du Levant, l'Armée des Moudjahidines, Fastaqim Kama Umirt, le Front de l'authenticité et du développement, le Harakat Nour al-Din al-Zenki, la 16e division d'infanterie, Jaych al-Tahrir, Al-Fauj al-Awwal, la Division Sultan Mourad, Jaych al-Ezzah, le Liwa Ahrar al-Sunnah, l'Armée libre d'Idleb, Jaych al-Islam, Faylaq al-Cham, le Liwa al-Haq, le Parti islamique du Turkestan et Ajnad al-Cham[536],[537]. Les rebelles tirent des centaines de roquettes, notamment sur l'aéroport militaire de Nayrab et l'aéroport international d'Alep, puis, précédés par plusieurs véhicules-suicides, ils attaquent les quartiers ouest tenus par les loyalistes sur un front de 15 kilomètres[538],[534],[539],[540]. En quelques heures, les rebelles prennent plus de la moitié du quartier de Dahiyet al-Assad[539],[541], ils tentent ensuite d'avancer vers l'académie militaire, la zone des « 3 000 appartements » et la zone des « 1 070 appartements », à l'ouest du quartier d'Hamdaniyeh[542],[543]. Mais le 30 octobre, les loyalistes parviennent à freiner leur progression[543]. Le même jour, Damas accuse les rebelles d'avoir utilisé du gaz chloré, ce qu'ils démentent[544],[540]. Le 5 novembre, les loyalistes reprennent le quartiers des 1 070 appartements qui avait été en partie envahi par les rebelles[545],[546]. L'offensive rebelle se solde finalement par un échec. Le 12 novembre, les loyalistes reprennent le quartier de Dahiyat Al-Assad et le village de Minyane, faisant ainsi perdre aux rebelles tous leurs gains des jours précédents[547],[548]. Selon l'OSDH, entre le 28 octobre et le 12 novembre, les combats ont fait au moins 152 morts côté loyaliste — dont 28 Libanais du Hezbollah et 41 Iraniens et Irakiens — et 260 morts côté rebelle, plus une centaine de civils, dont 29 enfants, tués par les tirs d'artillerie de l'opposition[549],[545],[547].

À l'intérieur d'Alep, des combats éclatent également le 3 novembre entre des groupes rebelles : le Harakat Nour al-Din al-Zenki et les bataillons d'Abou Amarah d'un côté et Fastaqim Kama Umirt de l'autre. Les premiers remportent la victoire, font des dizaines de prisonniers et s'emparent des dépôts d'armes et de nourriture de leur rival[535],[550],[551],[9].

Fin novembre, des tractations ont lieu à Ankara, l'opposition demande à la Russie un arrêt des combats et une livraison d'aide humanitaire à Alep-Est en échange du départ du Front Fatah al-Cham, sans succès[552].

Offensive loyaliste et chute d'Alep-Est, novembre et décembre 2016[modifier | modifier le code]

Après l'échec de l'offensive rebelle à Alep-Ouest, les forces loyalistes reprennent leurs opérations dans les quartiers assiégés. Leur objectif est de rendre Alep-Est invivable, par les bombardements et la famine, afin d'obtenir la reddition des forces rebelles[498],[553],[554]. Le 13 novembre, l'armée syrienne lance un ultimatum aux rebelles et leur laisse 24 heures pour déposer leurs armes et quitter la ville avant le lancement d'une nouvelle offensive[555]. Côté loyaliste, des dizaines de factions armées sont mobilisées pour l'assaut : les Forces du Tigre du général Souheil al-Hassan, le Liwa Suqour Al-Sahara, les Brigades du Baas, le Liwa al-Quds, le PSNS, la 4e division blindée et la Garde républicaine[556],[557],[558]. Déployés principalement sur le front sud, le Corps des Gardiens de la révolution islamique et les milices chiites pro-iraniennes pourraient représenter jusqu'à la moitié des effectifs totaux, avec notamment les Libanais du Hezbollah, les Afghans de la Brigade des Fatimides, les Syriens de Fawj al-Imam al-Hujja, du Junud al-Mahdi, de la Brigade Imam al-Baqir, les Pakistanais du Liwa Zainebiyoun et les Irakiens du Harakat Hezbollah al-Nujaba, d'Asaïb Ahl al-Haq, des Brigades de l'imam Ali, du Harakat al-Abdal et des Brigades Dir’al-Wilaya[556],[559],[558],[560]. Toutes ces forces sont soutenues par l'aviation et l'artillerie russe[556].

Situation à Alep, le 28 novembre 2016.

Après un mois d'accalmie, les raids aériens intensifs reprennent le 15 novembre[561]. Tous les quartiers d'Alep-Est sont bombardés[553]. Des hélicoptères larguent à nouveau des barils de gaz de chlore[562],[553],[456]. Selon Human Rights Watch, les forces du régime répandent du chlore à au moins huit reprises à Alep-Est entre le 17 novembre et le 13 décembre, provoquant la mort de neuf personnes, dont quatre enfants, et faisant 200 blessés parmi les civils[563],[564]. D'après l'OSDH, les frappes font plus de 120 morts en quatre jours[535]. Selon la Casques blancs, les bombardements font 289 morts, 950 blessés et des dizaines de disparus entre le 15 et le 19 novembre[565]. Le 18 novembre, les bombardements détruisent complètement le quartier-général de la Défense civile syrienne du quartier de Bab al-Nairab et une partie de l'hôpital d'Omar Ben Abdelaziz, dans le quartier de Maadi, qui est mis hors de service[566],[562]. Le même jour, le dernier hôpital pédiatrique d'Alep-Est est évacué après avoir été frappé deux jours plus tôt par deux barils d'explosifs[553],[565]. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la direction sanitaire locale annoncent alors que plus aucun hôpital d'Alep-Est n'est en service[535],[567],[565],[568],[498]. L'OSDH indique que certains hôpitaux peuvent encore continuer à prodiguer des soins, mais que les habitants n'osent désormais plus s'y rendre[567]. Selon l'OMS, seules quelques petites cliniques peuvent encore dispenser des soins[565].

Au sol, le Hezbollah, le Harakat Hezbollah al-Nujaba et d'autres milices pro-iraniennes passent à l'offensive dans la nuit du 17 au 18 novembre sur le quartier de Cheikh Saïd, au sud de la ville[569],[562],[570],[571],[560]. Le 20 novembre, l'armée syrienne et le Liwa al-Quds entrent dans le quartier de Massaken Hanano, au nord-est d'Alep, puis réalisent une percée le lendemain dans les lignes rebelles[572],[570],[573]. Le quartier d'Hanano est considéré comme facilement défendable avec ses hauts immeubles, à la vue bien dégagée[456]. Il est tenu principalement par les hommes de Fastaqim Kama Umirt, mais ce groupe est affaibli après les combats livrés quelques jours plus tôt contre le Harakat Nour al-Din al-Zenki et le Front Fatah al-Cham[456]. À court de munitions, les forces de Fastaqim Kama Umirt battent en retraite[456]. Le 22 novembre, un tiers du quartier de Hanano est aux mains des loyalistes[574],[571]. Puis 60 % le 25 novembre[575]. Le 26 novembre, l'armée syrienne reprend entièrement le quartier de Hanano, qui était le plus grand de la ville occupé par les rebelles et qui était sous leur contrôle depuis 2012[576],[577]. Le 27 novembre, les loyalistes attaquent ensuite les quartiers voisins de Sakhour et Haydariyé et s'emparent des quartiers de Jabal Badro, Bab al-Haid et Baadine[578],[579],[580]. Les défenses rebelles au nord d'Alep-Est s'effondrent[581],[582]. Le 28 novembre, les loyalistes s'emparent en quelques heures de Sakhour, Haydariyé, Cheikh Khodr et d'une partie de Boustane al-Bacha, tandis que les YPG profitent de la débâcle des rebelles pour s'emparer de Cheikh Fares et d'une autre partie de Boustane al-Bacha[583],[580],[584],[585],[580],[586],[455],[587]. En quelques jours, les rebelles perdent ainsi 30 à 40 % du territoire qu'ils occupaient à Alep-Est[584],[585] et laissent au moins 134 morts dans les combats entre le 15 et le 26 novembre selon l'OSDH[588].

La population, paniquée, tente de fuir[589]. Du 26 au 30 novembre, selon l'OSDH environ 50 000 civils parviennent à quitter les quartiers assiégés, 30 000 d'entre-eux fuient vers le quartier Cheikh Maqsoud, tenu par les Kurdes des YPG, et 20 000 autres vers les zones gouvernementales[590],[591],[592]. Staffan de Mistura, l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, affirme de son côté le 30 novembre que 8 000 habitants ont trouvé refuge à Cheikh Maqsoud et 18 000 autres en secteur loyaliste[593]. D'autres habitants refluent vers les zones encore tenue par les insurgés[581],[594],[595],[596]. Damas et Moscou accusent les rebelles de retenir les populations en otages, tandis qu'Amnesty International rapporte que des habitants d'Hanano et Jabal Badro restent terrés chez eux par craintes de représailles de la part des soldats du régime[581],[580]. Plusieurs centaines de civils sont arrêtés par les services de Renseignement de l'Armée de l'Air, d'autres auraient été enrôlés de force dans l'armée[590],[597],[598],[599],[600],[601]. Des exécutions sommaires sont également commises par les loyalistes selon Brita Hagi Hassan, le président du conseil d'Alep-Est et des témoignages recueillis par The Guardian[594],[601]. Le 29 novembre, à Bab Al-Nayrab, un groupe de civils est pris pour cible par un avion qui tue 28 personnes[598]. Le 30 novembre, dans Jub Al-Kubbah, un quartier du vieil Alep, plusieurs familles essayant de franchir la ligne de démarcation se retrouvent pris sous des tirs d'artillerie du régime qui font 45 morts selon la Défense civile syrienne[598]. Les Casques blancs sont alors à court d'essence et se retrouvent contraints de transporter les morts et les blessés sur des charrettes à bras[598]. Selon Brita Hagi Hassan, le président du conseil d'Alep-Est, 790 civils ont été tués au cours du mois de novembre, dont 71 femmes et 118 enfants, 1 550 bombardements ont été effectués par le régime et les Russes, 750 barils explosifs ont été largués par hélicoptères et le gaz chlore a été utilisé à cinq reprises[602].

Le 30 novembre, Damas affirme avoir reconquis le quartier de Cheikh Saïd[603]. Cependant, le 2 décembre, les rebelles contre-attaquent et reprennent le contrôle de 70 % de Cheikh Saïd, en revanche les loyalistes capturent une partie du quartier de Tariq al-Bab et atteignent celui de Chaar[604]. Les rebelles reculent également à Maasaraniyah et Karm al-Jazmati[605]. Dans la nuit du 2 au 3 décembre, Tariq al-Bab est entièrement reconquis par le régime[606]. La nuit du 4 au 5 décembre, le petit quartier de Qadi Askar tombe à son tour[607]. Puis le 6 décembre, le régime reprend encore Dahret Awwad, Jouret Awwad, Karm Al-Jabal, Karm Al-Beik et surtout Chaar, le plus grand quartier résidentiel d'Alep-Est[608],[609]. À cette date, 70 % d'Alep-Est est retombé aux mains des forces loyalistes[608]. Le matin du 7 décembre, les rebelles abandonnent sans combattre la Vieille ville, ainsi que trois quartiers proches : Bab al-Nayrab, Maadi et Marjé[610],[611]. Le même jour, alors que 80 % d'Alep-Est est retombé aux mains des forces pro-régime, plusieurs groupes rebelles demandent un cessez-le-feu de cinq jours et l'évacuation des civils et de 500 blessés graves vers le nord du gouvernorat d'Alep, dans la zone contrôlée par l'Armée syrienne libre et l'armée turque[610],[612],[611],[613]. En revanche selon le HCDH, d'autres groupes rebelles, comme le Front Fatah al-Cham, Ahrar al-Cham ou les Bataillons Abou Amarah, empêchent les civils de quitter les quartiers est, allant parfois jusqu'à tirer sur les fuyards[600],[614],[568]. L'ONU estime alors à environ 100 000 le nombre des civils à Alep-Est[600]. Alors que la Russie et la Chine opposent une nouvelle fois leur veto le 5 décembre à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Canada et l'Italie continuent de réclamer une cessation des hostilités dans un appel lancé le 7 décembre[612]. Mais le régime de Bachar el-Assad refuse et exige la reddition des « terroristes »[612].

Situation à Alep, le 13 décembre 2016.

Le 11 décembre, les loyalistes attaquent à l'est de la poche rebelle et s'emparent du petit quartier d'Assila et de la grande majorité du quartier de Maadi, environ 10 000 civils parviennent à s'enfuir[615]. À cette date, le régime a repris le contrôle de 85 % d'Alep-Est, et selon l'OSDH 120 000 civils ont pu fuir depuis la mi-novembre, dont 90 000 vers les quartiers gouvernementaux et 30 000 vers ceux tenus par les Kurdes[615]. Puis la nuit du 11 au 12 décembre, les milices chiites et l'armée syrienne finissent par reprendre l'important quartier de Cheikh Saïd, au sud, occupant ainsi 90 % d'Alep-Est[616],[617]. Selon Moscou, 728 rebelles se sont rendus et 13 346 civils ont fuis lors de cette attaque[617]. Les insurgés perdent ensuite Salhine dans la journée du 12 décembre et se retirent de six autres quartiers, dont ceux de Ferdous, Kallassé, et Boustane al-Qasr, qui était le plus fortifié[618]. Ils se replient sur la rive est de la rivière Quoueiq et ne tiennent alors plus que les quartiers de Soukkari et al-Machad, ainsi qu'une petite partie de Salaheddine et quelques autres secteurs à al-Ansari, Ard al-Sabbagh et Amriya[618],[619],[620],[621],[622]. Les quartiers abandonnés sont repris par les loyalistes dans la nuit du 12 au 13 décembre, le général Zaïd Saleh annonce alors que la reconquête d'Alep « entre dans sa phase finale », et le directeur de l'OSDH déclare que « la bataille d’Alep touche à sa fin »[623]. Alors que la victoire du régime semble imminente, quelques manifestations de joie ont lieu dans la nuit à Alep-Ouest, filmées par la télévision d'État, mais au même moment la progression des loyalistes à Alep-Est s'accompagne de massacres contre des civils[624],[568],[619],[625],[626],[627]. Selon des activistes locaux et des témoignages d'habitants, au moins 79 civils sont exécutés sommairement à Fardous et Salihine[623],[625],[628],[629]. Certains auraient été tués à l'arme blanche, et d'autres brûlés vifs[624]. Dans la nuit du 12 au 13 décembre, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'alarme des nombreuses informations faisant état d'atrocités commises contre « un grand nombre » de civils[630]. Selon l'ONU, au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants ont été tués dans quatre quartiers — Boustane al-Qasr, Kallassé, Ferdous et Salhine — par des troupes pro-régime, et notamment par des miliciens chiites irakiens du Harakat Hezbollah al-Nujaba[631],[632],[633].

Selon l'OSDH, au moins 465 civils, dont 62 enfants, sont tués à Alep-Est et 142 autres, dont 42 enfants, à Alep-Ouest entre le 15 novembre et le 15 décembre[634]. Au total, selon la Russie, 2 200 rebelles auraient été faits prisonniers et 100 000 civils se seraient enfuis d'Alep-Est à la date du 12 décembre[622]. De plus, selon le Réseau syrien des droits de l'homme, au cours du mois de décembre 1 897 personnes ont été soumises par les loyalistes à des disparitions forcées, dont 47 femmes et 21 enfants[498],[635].

Capitulation et évacuation d'Alep-Est, décembre 2016[modifier | modifier le code]

Des démineurs de l'armée russe dans les ruines d'Alep, le 21 décembre 2016.

Le soir du 13 décembre, les rebelles capitulent[620]. Ils ne tiennent alors plus qu'une poche d'environ deux kilomètres carrés[633]. Un accord de cessez-le-feu est conclu sous la houlette de la Russie et de la Turquie, prévoyant l'évacuation des combattants et des civils vers le gouvernorat d'Idleb ou le nord du gouvernorat d'Alep[620],[636],[637]. Environ 100 000 civils sont toujours assiégés à cette date selon Médecins du Monde[638], l'ONU chiffre le nombre des civils entre 40 000 et 50 000, ainsi que 1 500 à 5 000 combattants rebelles[639]. Mais alors que les opérations d'évacuations doivent débuter le 14 décembre, les combats et les bombardements reprennent[633]. Les deux camps s'accusent mutuellement d'avoir rompu le cessez-le-feu[638]. L'Iran, le Hezbollah et les milices chiites rejettent l'accord russo-turc, qu'ils estiment insuffisant, et réclament en contrepartie la levée du siège et une évacuation de Foua et Kafraya, deux villages chiites du gouvernorat d'Idleb tenu par le Hezbollah et assiégé depuis 2015 par les rebelles[637],[640],[641],[642],[643],[9]. Un nouvel accord est conclu et l'évacuation vers la province d'Idleb commence le 15 décembre, cependant un premier convoi de blessés est la cible de tirs de soldats syriens ou de miliciens chiites et est contraint de rebrousser chemin après avoir eu un mort et trois ou quatre blessés, dont Bebars Mesha'al, le chef local des Casques blancs[644],[643],[645]. Le même jour, un avion syrien bombarde un site près des bus, provoquant un début de panique parmi les civils[637]. Mais les évacuations reprennent ensuite dans la journée et se déroulent sans incident, selon le CICR 3 000 civils quittent Alep dans trois convois qui traversent la ville par le quartier de Ramoussah[639],[643],[646],[647],[648]. Les évacuations se poursuivent pendant la nuit mais au cours de la journée du 16 décembre, alors que 8 000 à 9 500 personnes, dont 3 000 à 4 500 combattants et 250 à 337 blessés, ont pu quitter Alep-Est, le Hezbollah et des milices chiites coupent la route d'évacuation à Ramoussah et interceptent un convoi qu'ils obligent à rebrousser chemin[649],[650],[651],[9],[652]. L'Iran et ses milices exigent alors la levée intégrale du siège de Foua et Kafraya et obtiennent gains de cause[649],[467]. Les évacuations reprennent le soir du 18 décembre, des milliers de civils sont transférés par bus d'Alep-Est à Khan al-Assal, tandis que plusieurs centaines d'habitants commencent également à quitter Foua et Fafraya[653],[654],[655]. Le 19, le Conseil de sécurité des Nations unies vote l'envoi d'observateurs pour superviser l'opération sur le terrain[654]. Le 22 décembre, l'évacuation s'achève : 4 000 à 6 000 rebelles quittent Alep-Est avec leurs armes légères sous les regards des soldats syriens et des miliciens pro-Iraniens et sous la supervision des soldats russes et d'une trentaine d'observateurs de l'ONU arrivés sur place[656],[467].

Au total, 34 000 civils et rebelles ont pu quitter d'Alep-Est entre les 15 et 22 décembre, et plus de 1 000 personnes ont pu quitter Foua et Kafraya selon le Comité international de la Croix-Rouge[657]. La Turquie chiffre de son côté à 44 000 le nombre des insurgés et des civils s'étant retirés des quartiers d'Alep-Est[658]. L'Observatoire syrien des droits de l'homme donne quant à lui le nombre de 27 000 évacués, dont 7 000 combattants[659]. Depuis la ville de Cilvegözü, dans la province de Hatay, face au poste-frontière de Bab al-Hawa, la Turquie envoie de l'aide humanitaire pour les déplacés — repas, tentes, médicaments, vêtements épais — mais refuse de les laisser entrer sur son territoire, à l'exception des blessés[660],[661]. Certains civils passent alors clandestinement, mais la plupart s'établissent dans l'ouest du gouvernorat d'Alep, toujours tenu par les rebelles[662]. L'ancien maire d'Alep-Est, Brita Hagi Hassan, se réfugie pour sa part en France[663].

Dans la soirée du 22 décembre, les soldats syriens et les miliciens du Hezbollah entrent dans la dernière poche de résistance des rebelles, l'armée syrienne affirme alors dans un communiqué avoir entièrement repris Alep[657],[634],[664],[665],[666]. Seule la zone de Cheikh Maqsoud demeure aux mains des YPG, l'armée syrienne demande alors aux miliciens kurdes de l'évacuer avant le , sans succès[667]. À l'issue de plus de quatre années de combats, Alep est détruite ou endommagée à 40 %, dont 60 % pour la Vieille ville[668]. Plusieurs monuments historiques ont été endommagés : notamment la Grande Mosquée d'Alep, fortifiées par les rebelles et dont le minaret a été détruit ; le Hammam al-Nahassin ; et le Souk d'Alep, totalement dévasté lors de combats de 2012 et 2013[669].

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Dans un rapport publié le 24 octobre 2014, le Réseau syrien des Droits de l'Homme affirme que 1 286 civils ont été tués à Alep par des snipers du régime syrien[670].

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 1 963 civils, dont 567 enfants et 283 femmes, ont été tués entre début janvier et le 29 mai 2014 par les barils d'explosifs et les bombes larguées par les avions du régime[671]. Pour la période de juillet à novembre 2014, l'OSDH comptabilise au moins 203 civils tués à Alep, ainsi que 700 autres blessés[672].

Pour l'ensemble de l'année 2014, Amnesty International dénonce les attaques aux barils d'explosifs largués par des loyalistes, qui ont fait plus de 3 000 morts parmi les civils dans l'ensemble du gouvernorat d'Alep, et les tirs de mortiers et de roquettes effectués par les rebelles qui ont tué au moins 600 civils[673],[674]. En fin juillet 2014, Human Rights Watch affirmait que le nombre de secteurs frappés par les barils d'explosifs aurait presque doublé en cinq mois, faisant près de 1 700 morts[675].

Selon l'OSDH, pour la période du 22 avril au 22 décembre 2016, au moins 2 872 civils ont été tués à Alep dans les bombardements, dont 330 femmes et 630 enfants, plus de 16 000 autres ont été blessés[676] :

  • Les bombardements aériens loyalistes et russes sur les zones rebelles ont causé la mort d'au moins 1 607 civils, dont 139 femmes et 300 enfants[676] ;
  • Les tirs d'artillerie loyalistes sur les zones rebelles ont causé la mort d'au moins 282 civils, dont 24 femmes et 60 enfants[676] ;
  • Les tirs d'artillerie rebelles sur les zones loyalistes ont causé la mort d'au moins 923 civils, dont 158 femmes et 255 enfants[676] ;
  • Les tirs d'artillerie rebelles sur les zones kurdes ont causé la mort d'au moins 40 civils, dont 4 femmes et 9 enfants[676].
  • Les tirs d'artillerie kurdes ont causé la mort d'au moins 8 civils[676].

Selon Brita Hagi Hassan, président du Conseil local d'Alep-Est, 1 475 civils ont été tués et 5 000 blessés entre le début du siège, début septembre, et début décembre 2016[677].

Selon les Casques blancs, 304 attaques ont été menées « très probablement » par la Russie à Alep et sa région entre juillet et décembre 2016 et ont causé la mort de 1 207 civils dont 380 enfants[678].

Selon le Centre de documentation des violations en Syrie, 3 497 civils ont été tués à Alep entre juin et décembre 2016[498],[679].

Au total, entre mars 2011 et le 21 décembre 2016, l'OSDH affirme avoir recensé la mort d'au moins au moins 21 452 civils dans le gouvernorat d'Alep, dont 2 777 femmes et 5 261 enfants[680],[681],[12].

Plusieurs journalistes sont tués à Alep au cours de la bataille, dont la Japonaise Mika Yamamoto, tuée le [682] ; le Syrien Tamer Al-Awam, tué le [683],[684] ; le Syrien Yusuf Ahmed Deeb, tué le [684] ; le Syrien Souhail Mahmoud Ali, tué le [684],[685] ; le Franco-Belge Yves Debay, tué le [686],[684], le Syrien Molhem Barakat, tué le [199] ; et le Syrien Khaled al-Essa, tué le [687].

Importance géopolitique[modifier | modifier le code]

Des experts de la géopolitique proche-orientale relèvent que la chute des rebelles à Alep permet à l'Iran de disposer d'un axe direct pour alimenter en armes le Hezbollah, qui est son allié au Liban[688].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Souhaïl Belhadj, La Syrie de Bashar Al-Asad : anatomie d'un régime autoritaire, Paris, Belin, , 464 p. (ISBN 978-2-701-16467-0).

Rapports[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Cartes des combats[modifier | modifier le code]

Cartes des principales batailles d'Alep réalisées par Agathocle de Syracuse :

  1. Du 3 octobre 2014 Offensive loyaliste à partir du secteur de l'autoroute Castello (Nord Alep) en direction des villes assiègées de Nobl et Zahraa;
  2. Du 11 octobre 2014 Offensive rebelle à partir du secteur de Banan (Sud Alep) en direction de la base militaire loyaliste de Safirah;
  3. Du 30 novembre 2014 Offensive rebelle à partir du secteur d'Anadan (Nord-est Alep) en direction des villes assiègées de Nobl et Zahraa;
  4. Du 14 décembre 2014 Offensives rebelles pour la prise de quartiers situés dans le nord et le sud d'Alep (Contre-attaque loyaliste dans le nord);
  5. Des 18 et 21 mars 2015 Offensive loyaliste à partir du secteur de la Base de défense aérienne (Nord Alep) en direction des fermes de Mallah;
  6. Des 16 oct. et 10 nov. 2015 Offensive loyaliste à partir du secteur de Safirah (Sud-est Alep) en direction de l'aéroport de Kweires (Fin de siège)
  7. Des 10, 14 et 21 décembre 2015 Offensive loyaliste à partir du secteur de Heder (Sud-ouest Alep) en direction de l'autoroute M5 (Alep-Damas);
  8. Du 16 février 2016 Offensive loyaliste de la ZI d'Alep (Nord-ouest Alep) en direction des villes assiègées de Nobl et Zahraa (Fin de siège)
  9. Du 10 mars 2016 Offensives rebelle et État islamique à partir des secteurs de Murayjat et du lac Jabbal (Sud Alep) en direction de Khanasser;
  10. Carte interactive du 16 juillet 2016 ► Offensive loyaliste en direction des fermes de Mallah (Nord Alep), avant la prise de l'autoroute du Castillo et le siège des quartiers rebelles d'Alep dans les jours suivants.

Cartes de la bataille d'Alep (siège) de juillet 2016 réalisées par Peto Lucem :

  1. Du 28 juin 2016 Offensive loyaliste à partir de Handarat (au nord d'Alep) en direction de Ard al Mallah et de la ferme nord de Mallah.
  2. Du 7 juillet 2016 Offensive loyaliste à partir de la ferme nord de Mallah (au nord d'Alep) en direction de la ferme sud de Mallah.
  3. Du 13 juillet 2016 Offensive loyaliste à partir de la ferme sud de Mallah (au nord d'Alep) en direction de l'autoroute M5 à hauteur du Castillo.
  4. Du 17 juillet 2016 Offensive loyaliste à partir de l'autoroute M5 en direction de la ZI d'Al Layramoun (Début siège de l'est rebelle d'Alep)
  5. Du 26 juillet 2016 Offensive des loyalistes basés au sud de l'autoroute Castello en direction de la zone des garages de Al Layramoun (au nord).
  6. Du 27 juillet 2016 Double offensive loyaliste et kurde. Les Kurdes capturent Youth housing, puis atteignent l'autoroute. De nuit, les rebelles bombardent la centrale électrique d'Alep. Courant coupé, ils fuient du District Bani Zeid pris en étau entre loyalistes (ouest, nord et sud)) et Kurdes (est).
  7. Du 28 juillet 2016 Offensive loyaliste et kurde en vue d'effectuer une jonction complète entre zones de Cheik Maqsoud et Youth housing (Kurdes), et les zones de Tell Jabenja, ZI de Al Layramoun et la dernière zone conquise de Bani Zeid (loyalistes).
  8. Du 31 juillet 2016 Offensive rebelle massive à partir de Al Ansari (au sud-ouest d'Alep) en direction de Ramouseh et des quartiers rebelles assiégés (est d'Alep).
  9. Du 02 août 2016 Contre-offensive loyaliste à partir de la Base d'artillerie (au sud-ouest d'Alep) en direction de Al Ansari (avec visualisation des fronts du 31 juillet au 02 août).
  10. Du 03 août 2016 Contre-offensive loyaliste à partir de la zone reprise des logements du Projet 1070 et avancées sur deux autres secteurs en direction de l'ouest.

Reportages et témoignages[modifier | modifier le code]

Photographies[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zen Adra, AMN’s exclusive interview with SAA’s supreme military commander in Aleppo, Al Masdar news, 30 septembre 2016.
  2. Syria conflict: Troops 'mass for Aleppo assault', BBC, 5 août 2012.
  3. a et b Syrie: Alep, une bataille de longue haleine, AFP, 10 août 2016.
  4. a et b Paul Khalifeh, Syrie: comment les rebelles ont perdu la bataille d’Alep, RFI, 2 janvier 2017.
  5. a, b et c Laure Beaulieu, Alep, la bataille décisive pour les rebelles en Syrie, Le Monde, 30 juillet 2012.
  6. a et b Syrie : la ville d'Alep entre pilonnage et combats avant la bataille décisive, Le Huffington Post avec AFP, 5 août 2012.
  7. a et b Jean-Philippe Rémy et Laurent Van Der Stockt, A quoi servent les mots face au massacre d'Alep ?, Le Monde, 12 septembre 2012.
  8. a, b, c et d Syrie : les troupes d'Assad autour d'Alep, Washington craint un massacre, Le Parisien, , consulté le
  9. a, b, c, d, e et f Luc Mathieu, Alep : l’histoire cachée d’une chute, Libération, 12 mars 2017.
  10. a et b Syrie : Alep-Est pourrait être « totalement détruite » d’ici à la fin 2016, selon l’ONU, Le Monde avec AFP, 6 octobre 2016.
  11. a, b, c et d En Syrie, Alep assiégée et bombardée : retrouvez les réponses à vos questions, Le Monde, 4 octobre 2016.
  12. a et b L'armée de Bachar el Assad contrôle Alep, Le Figaro avec Reuters, 22 décembre 2016.
  13. Bachir El-Khoury, « Qui sont les rebelles syriens ? : Une rhétorique religieuse qui transcende les clivages », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  14. Agnès Rotivel, Pourquoi l’opposition syrienne veut s’emparer d’Alep, La Croix, 24 juillet 2012.
  15. Alep, capitale économique de la Syrie, dans la tourmente de la guerre, OLJ avec AFP, 28 juillet 2012.
  16. a et b Syrie - Alep dans la tourmente de la guerre, Le Point avec AFP, 28 juillet 2012.
  17. a, b et c Amara Makhoul-Yatim, "Les Kurdes de Syrie jouent un jeu trouble", France 24, 17 avril 2013.
  18. Marie Kostrz, Syrie : pourquoi la bataille d’Alep est décisive pour Assad, Rue 89, 28 juillet 2012.
  19. Anne-Aël Durand et Gary Dagorn, A quoi ressemblait la ville d’Alep avant la guerre ?, Le Monde, 15 décembre 2016.
  20. a, b, c, d et e Adrien Jaulmes, À Alep, les rebelles syriens défient l'armée du régime, Le Figaro, 24 juillet 2012.
  21. Adrien Jaulmes, Syrie : à Tal Rifaat, nul n'a oublié le massacre de 1982, Le Figaro, 27 juillet 2012.
  22. Syrie : Alep rattrapée par la violence, au moins 28 morts, Le Figaro, 10 février 2012.
  23. Syrie : réunions à la Ligue arabe, pas de répit sur le terrain, Le Monde avec AFP, 12 février 2012.
  24. Laura Raim, Armer l'opposition syrienne, une option risquée, Le Figaro, 1er mars 2012.
  25. La frontière avec la Turquie, enjeu stratégique pour la rébellion, Le Monde, 23 juillet 2012.
  26. Julie Schneider, REPORTAGE. Azaz, ville syrienne "libérée", Le Point, 16 août 2012.
  27. Synthèse des évènements dans le gouvernorat d’Alep, syrianfacts, 3 décembre 2012.
  28. a et b Baczko, Dorronsoro et Quesnay 2016, p. 115-116.
  29. Baczko, Dorronsoro et Quesnay 2016, p. 136-141.
  30. a et b (en) Syria: Battle for Aleppo - Sunday 29 July, The Gardian, , consulté le
  31. Syrie : le point sur les combats à Alep, TF1, , consulté le
  32. a et b Jean-Philippe Rémy, Alep : la bombe vient de pulvériser un immeuble, des fantômes émergent de la poussière, Le Monde, 8 septembre 2012.
  33. Adrien Jaulmes, Syrie: les rebelles lancent des raids jusqu'au cœur des villes, Le Figaro, 20 juillet 2012.
  34. Benjamin Barthe, Syrie : les rebelles poursuivent leur travail de sape, Le Monde, 20 juillet 2012.
  35. a et b Adrien Jaulmes, Dans Alep, avec les insurgés syriens, Le Figaro, 23 juillet 2012.
  36. VIDEOS. Syrie : des combats d'une violence sans précédent à Damas, Le Parisien, 20 juillet 2012.
  37. Syrie: Alep, champ de bataille décisif entre l'armée et l'opposition, AFP, 25 juillet 2012.
  38. Les rebelles syriens affirment contrôler plusieurs quartiers d'Alep, AFP, 23 juillet 2012.
  39. Adrien Jaulmes, Pourquoi la bataille d'Alep s'éternise, Le Figaro, 13 août 2012.
  40. Syrie: batailles pour le contrôle de Damas et Alep, principales villes du pays, AFP, 23 juillet 2012.
  41. Renforts militaires à Damas, combats à Alep, bombardements à Homs, Le Monde, 23 juillet 2012.
  42. Les combats à Alep en douze dates, Libération, 8 août 2012.
  43. a, b, c et d Syrie : les rebelles bombardent l'aéroport militaire d'Alep, Le Monde avec AFP et Reuters, 2 août 2012.
  44. a, b, c et d Adrien Jaulmes, Les révolutionnaires d'Alep bientôt face aux chars d'Assad, Le Figaro, 26 juillet 2012.
  45. a, b et c Gary Assouline, Alep mitraillée avant l'assaut des forces de Bachar el-Assad, Le Figaro, 27 juillet 2012.
  46. Syrie : Alep, prochaine ville martyre ?, Le Point, 27 juillet 2012.
  47. Mutinerie dans la prison d'Alep : 8 morts, AFP, 24 juillet 2012.
  48. Syrie : les bombardements s'intensifient sur Alep et d'autres villes, AFP, 24 juillet 2012.
  49. Syrie : les deux camps s'organisent à Alep pour une "bataille décisive", Le Point avec AFP, 25 juillet 2012.
  50. Les combats en Syrie se focalisent sur Alep, AFP, 25 juillet 2012.
  51. Une offensive imminente sur Alep, AFP, 26 juillet 2012.
  52. Syrie: la "guerre de libération" à Alep, AFP, 27 juillet 2012.
  53. a et b Benjamin Barthe, L’assaut contre les insurgés d’Alep a commencé, Le Monde, 28 juillet 2012.
  54. A Alep, les rebelles disent avoir capturé une centaine de soldats pro-régime, Libération, 27 juillet 2012.
  55. a et b La rébellion syrienne revendique des victoires à Alep, Le Monde avec AFP, 31 juillet 2012.
  56. a et b Adrien Jaulmes, Syrie : les insurgés d'Alep sous le feu de l'armée du régime, Le Figaro, 30 juillet 2012.
  57. Syrie : le régime lance sa contre-offensive à Alep, Le Figaro, 29 juillet 2012.
  58. Syrie: les combats reprennent à Alep, AFP, 29 juillet 2012.
  59. La bataille d'Alep au cœur du conflit syrien, AFP, 29 juillet 2012.
  60. Syrie: déluge de feu sur le quartier rebelle de Salaheddine à Alep, AFP, 28 juillet 2012.
  61. Un quartier d'Alep au centre du combat, AFP, 30 juillet 2012.
  62. Georges Malbrunot, Armée et rebelles se disputent un quartier clé d'Alep, Le Figaro, 31 juillet 2012.
  63. Syrie - Bataille d'Alep : l'armée gagne du terrain, Le Point avec AFP, 30 juillet 2012.
  64. En Syrie, les insurgés d'Alep s'assurent un passage vers la Turquie, Le Monde avec AFP et Reuters, 30 juillet 2012.
  65. Syrie: combats près du siège des renseignements aériens à Alep, L'Express avec AFP, 31 juillet 2012.
  66. Pierre Prier, À Alep, les rebelles attaquent les symboles du pouvoir, Le Figaro, 31 juillet 2012.
  67. Alep, épicentre des batailles syriennes, L'Express, 1er août 2012.
  68. SYRIE. La vidéo d'exécution qui fait scandale, Le Nouvel Observateur avec AFP, 2 août 2012.
  69. Pierre Haski, Syrie : la vidéo qui accuse l’armée rebelle de « crime de guerre », Rue89, 2 août 2012.
  70. Pierre Prier, Syrie : les rebelles critiqués après l'exécution de loyalistes, Le Figaro, 2 août 2012.
  71. A Alep, la rébellion dispose désormais d'armes lourdes, Le Monde avec AFP, 1er août 2012.
  72. Hala Kodmani, Syrie: la vidéo qui dérange, L'Express, 3 août 2012.
  73. Cordélia Bonal, Syrie : sous les tirs, la guerre des images, Libération, 3 août 2012.
  74. Syrie : les conclusions de l'enquête de l'ASL sur les homicides "doivent être remises à la Commission d’enquête de l'ONU" Amnesty International, 6 août 2012.
  75. Plusieurs chars rebelles ont pilonné l'aéroport syrien de Menagh, toujours assiégé, RFI, 3 août 2012.
  76. Syrie : les rebelles attaquent la télévision d'État à Alep, Le Point, 4 août 2012.
  77. L'armée syrienne contrôle tout Damas, combats intenses à Alep, AFP, 4 août 2012.
  78. a, b et c Luc Mathieu, Alep suspendu entre la vie et l’assaut final, Libération, 5 août 2012.
  79. Syrie : Alep sous le feu de l'armée syrienne, AFP, 4 août 2012.
  80. Bombardements et accrochages entre l'armée et les rebelles à Alep, AFP, 7 août 2012.
  81. Shahzad Abdul et Aziz Oguz, Syrie : Assad est déterminé à "purger le pays des terroristes", Le Monde, 8 août 2012.
  82. Syrie. Déluge de feu sur la ville d'Alep, Francetv info avec AFP, 5 août 2012.
  83. a et b Syrie : à Alep la bataille fait rage, les versions divergent, Le Parisien, 8 août 2012.
  84. Syrie : la bataille d'Alep fait rage, Libération, 8 août 2012.
  85. Shahzad Abdul et Aziz Oguz, Alep déchirée par les combats entre rebelles et loyalistes, Le Monde avec agences, 8 août 2012.
  86. Les rebelles syriens évacuent le quartier de Salaheddine à Alep, La Croix avec AFP, 9 août 2012.
  87. Martin Chulov, Syria rebels claim upper hand as battle for Aleppo grinds towards stalemate, The Guardian, 8 août 2012.
  88. Alep : retrait partiel des rebelles syriens, AFP, 9 août 2012.
  89. Syrie: les rebelles se réorganisent, AFP, 10 août 2012.
  90. SYRIE. Nouveaux accrochages dans le quartier de Salaheddine à Alep, Le Nouvel Observateur avec AFP, 13 août 2012.
  91. Syrie : intenses bombardements sur Alep, Le Figaro, 12 août 2012.
  92. SYRIE. Clinton en Turquie pour préparer le "jour d'après" Assad", Le Nouvel Observateur avec AFP, 13 août 2012.
  93. Syrie : les États-Unis s'engagent à "accélérer la fin du régime Assad", Le Monde avec AFP et Reuters, 11 août 2012.
  94. Syrian rebels plan push to regain ground in Aleppo, Reuters, 10 août 2012.
  95. Damas mis au ban du monde musulman, AFP, 16 août 2012.
  96. a et b En Syrie, de nouveaux combats éclatent à Damas et Alep, La Croix avec AFP, 20 août 2012.
  97. Des rebelles syriens appellent à l'aide, AFP, 13 août 2012.
  98. Alep: un 2d quartier investi par l'armée, AFP, 13 août 2012.
  99. Les États-Unis "encouragent" les cadres syriens à faire défection, Le Monde avec AFP et Reuters, 14 août 2012.
  100. Alep: l'armée conserve l'aéroport, AFP, 10 août 2012.
  101. A Alep, l'armée largue des tracts appelant les rebelles à se rendre, AFP, 19 août 2012.
  102. Syrie : Attaques du gouvernement contre des civils qui faisaient la queue pour acheter du pain, Human Rights Watch, 30 août 2012.
  103. a, b et c Les rebelles affirment contrôler près des deux-tiers d'Alep, AFP, 21 août 2012.
  104. a et b Un général syrien prédit la reprise d'Alep sous 10 jours, Le Point avec AFP, 3 septembre 2012.
  105. Alep: les quartiers chrétiens contrôlés, AFP, 23 août 2012.
  106. Ruth Sherlock et Carol Malouf, Christians tale up arms for first time Syria: Christians take up arms for first time, The Telegraph, 12 septembre 2012.
  107. Jean-Philippe Rémy, Dans la vieille ville d'Alep, à l'heure de la "guerre floue", Le Monde, 30 août 2012.
  108. a et b Violents combats de rues à Alep, AFP, 25 août 2012.
  109. Khaled Yacoub Oweis et Oliver Holmes, Syrian army batters parts of Damascus, 47 killed, Reuters, 22 août 2012.
  110. Snipers versus tanks in Syria's Aleppo, AFP, 25 août 2012.
  111. L'armée syrienne engagée dans la guerre urbaine à Alep, AFP, 6 septembre 2012.
  112. Joseph Eid, EN IMAGES. Alep, ville fantôme, APF, 6 septembre 2012.
  113. Jean-Philippe Rémy, Des quartiers d'Alep violemment bombardés dimanche, AFP, 2 septembre 2012.
  114. Alep : "On n'oubliera jamais qu'on ne nous a pas aidés", Le Monde, 3 octobre 2012.
  115. Syrie: violents combats à Homs, Alep et Damas, Poutine inflexible, AFP, 6 septembre 2012.
  116. Syrie: pénurie d'eau potable à Alep après destruction d'une canalisation, L'Express avec AFP, 8 septembre 2012.
  117. Syrie: une vingtaine de soldats sommairement exécutés par les rebelles, L'Express avec AFP, 10 septembre 2012.
  118. Jean-Philippe Rémy, A Alep, Damas tente d'isoler les rebelles, Le Monde, 10 septembre 2012.
  119. David K. Kirkpatrick, Syrian Rebels Say They Freed 350 Prisoners, as Others Appeal for Unity, The New York Time, 7 septembre 2012.
  120. Rebel fighters prepare for battle in Aleppo, AFP, 7 septembre 2012.
  121. Summary executions overshadow clashes in Aleppo, The Daily Star avec agences, 11 septembre 2012.
  122. Syrie: attaques rebelles meurtrières à Alep et Idleb, AFP, 11 septembre 2012.
  123. [vidéo] Syrie : exécution sommaire de 20 soldats à Alep, Euronews, 11 septembre 2012.
  124. Syria conflict: Aleppo car bomb 'kills 17', BBC, 10 septembre 2012.
  125. Syria raises death toll in Aleppo blast to 30, The Daily Star, 10 septembre 2012.
  126. Scores reported dead in new Syria clashes, CNN, 11 septembre 2012.
  127. http://main.omanobserver.om/node/109576
  128. http://www.middle-east-online.com/english/?id=54353
  129. http://www.dailystar.com.lb/News/Middle-East/2012/Sep-14/187836-fighting-rages-for-control-of-aleppos-midan-neighborhood.ashx#axzz26XEsdeKN
  130. http://sana.sy/eng/337/2012/09/14/441496.htm
  131. a et b http://www.emirates247.com/news/region/religious-buildings-in-crossfire-2012-09-16-1.475598
  132. http://www.dailystar.com.lb/News/Middle-East/2012/Sep-15/188038-clashes-shelling-in-aleppo-and-damascus-activists.ashx#axzz26XEsdeKN
  133. http://english.ahram.org.eg/NewsContent/2/8/52978/World/Region/-killed-in-Syria-clashes,-shelling-NGO.aspx
  134. http://armenpress.am/eng/news/693216/dozens-of-rebels-killed-in-armenian-populated-new-village.html
  135. http://sana.sy/eng/337/2012/09/15/441611.htm
  136. http://sana.sy/eng/21/2012/09/15/441772.htm
  137. a et b http://english.alarabiya.net/articles/2012/09/16/238365.html
  138. http://sana.sy/eng/337/2012/09/16/441774.htm
  139. http://www.nowlebanon.com/NewsArticleDetails.aspx?ID=437468
  140. Les combats reprennent à Alep, l'Iran propose l'envoi d'observateurs, Le Monde avec AFP, 18 septembre 2012.
  141. Syrie: L'armée avance à Alep, Brahimi attendu auprès des réfugiés en Turquie, AFP 18 septembre 2012.
  142. http://atwar.blogs.nytimes.com/2012/09/19/syrias-dark-horses-with-lathes-makeshift-arms-production-in-aleppo-governorate-part-i/
  143. http://news.xinhuanet.com/english/world/2012-09/20/c_131862993.htm
  144. http://edition.cnn.com/2012/09/20/world/meast/syria-civil-war/index.html
  145. http://alepponews.blogspot.com/2012_09_01_archive.html
  146. http://news.yahoo.com/rebels-unite-fight-syrias-largest-city-182324423.html
  147. http://www.khaleejtimes.com/kt-article-display-1.asp?xfile=data/middleeast/2012/September/middleeast_September235.xml&section=middleeast
  148. http://www.khaleejtimes.com/kt-article-display-1.asp?xfile=data/middleeast/2012/September/middleeast_September275.xml&section=middleeast
  149. http://www.france24.com/en/20120927-rebels-low-ammo-debriefed-aleppo-hq
  150. a et b http://www.reuters.com/article/2012/09/27/us-syria-crisis-idUSBRE88J0X720120927
  151. (en) The Guardian, article du 27 septembre 2012
  152. a et b http://blogs.aljazeera.com/liveblog/topic/syria-153
  153. a et b http://www.reuters.com/article/2012/09/28/us-syria-crisis-clashes-idUSBRE88R0MJ20120928
  154. (en) Fox News, article du 28 septembre 2012/
  155. Al Jazeera, article du 29 septembre 2012
  156. (en) Al Arabiya, article du 28 septembre 2012
  157. a et b http://www.aljazeera.com/news/middleeast/2012/09/2012928161328889396.html
  158. (en) Daily Star, article du 29 septembre 2012
  159. (en) Reuters, article du 29 septembre 2012
  160. a et b http://sana.sy/eng/337/2012/09/29/444228.htm
  161. (en) Reuters, article du 28 septembre 2012
  162. (en) CNN, article du 29 septembre 2012
  163. (en) Sana, article du 30 septembre 2012
  164. (en) Turkish Weekly, Assad visits Aleppo
  165. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gOYEgqfdJj2eY-sfeZmi-13wds8A?docId=CNG.dbc892dd707cd35467a975f24949b937.91
  166. (en) ABC News, article du 3 octobre 2012
  167. a et b Les leaders kurdes de Syrie jouent la carte du soutien à Bachar al-Assad, France 24, 2 novembre 2012.
  168. (en) Aleppo like Leningrad under siege - Syrian Dep. PM, The Voice of Russia, 29 janvier 2013
  169. « Régime et rébellion s'accusent mutuellement du massacre de l'université d'Alep - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne)
  170. Syrie: 7 soldats tués par des rebelles qui ont subi de lourdes pertes, AFP, 8 février 2013.
  171. Syrie: Au moins 65 jeunes hommes exécutés d'une balle dans la tête à Alep, 20 Minutes avec AFP, 29 janvier 2013.
  172. Rapport mondial 2014: Syrie, Human Rights Watch, 2014.
  173. a et b Syrie: destruction du minaret de la Mosquée des Omeyyades d'Alep, AFP, 24 avril 2013.
  174. Syrie : intenses combats dans la province d'Alep, Le Monde avec AFP, 3 mars 2013.
  175. VIDEO. Syrie : bombardement meurtrier à Alep et violents combats à Damas, Francetv info, 7 avril 2013.
  176. Luc Mathieu, Syrie : sarin, une preuve dure comme pierre, Libération, 26 mars 2014.
  177. Luc Mathieu, Syrie : la preuve de l’horreur chimique, Libération, 4 juin 2013.
  178. Syrie : un 2e reportage sur le gaz chimique, Europe 1 avec AFP, 1er juin 2013.
  179. Alfred de Montesquiou, Alep divisée, Paris Match, 3 mai 2013.
  180. (en) Syrian guns fall silent to allow Aleppo's dead to be collected, Reuters, 17 avril 2013
  181. (en) Syria clashes destroy ancient Aleppo minaret, BBC News, 24 avril 2013
  182. Michael Weiss et Hassan Hassan (trad. Anne Giudicelli), EI ; au cœur de l'armée de la terreur : État islamique, Hugo Doc, , p. 184.
  183. (en) Report: Torture Evidence Found in Syrian Prisons, ABC News, 16 mai 2013
  184. Syrie: l'armée se prépare à lancer la bataille d'Alep, L'Express, 9 juin 2013
  185. (en) FSA: At least 40 Hezbollah fighters, Syrian soldiers killed, Al Arabiya, 12 juin 2013
  186. (en) Dozens dead' in Aleppo car bomb attack, Al Jazeera, 17 juin 2013
  187. (en) Damascus clashes rage, Aleppo rebels in new attack, The Daily Star, 22 juin 2013
  188. (en) 17 people die' in Syria bombings, Express, 24 juin 2013
  189. (en) Syria battles rage in Damascus, Aleppo: NGO, Fox News, 25 juin 2013
  190. Les rebelles syriens prennent un bastion du régime à l'ouest d'Alep, France 24 avec agences, 22 juillet 2013.
  191. Syrie : 150 combattants du régime tués à Khan al-Assal, Le Point avec AFP, 26 juillet 2013.
  192. Hania Mourtada et Rick Gladstone, Soldiers’ Mass Execution Reported by Syria Group, The New York Time, 26 juillet 2013.
  193. (en) Syria rebels seize strategic town, kill dozens of Assad fighters, The Daily Star, 26 août 2013
  194. Syrie: prise stratégique pour les rebelles, Le Figaro et AFP, 26 août 2013.
  195. Syrie : les forces de Bachar Al-Assad rouvrent une voie d'accès à Alep, Le Monde avec AFP et Reuters, 7 octobre 2013.
  196. Syrie: près de 50 morts dans des combats entre djihadistes et rebelles à Alep, Le Monde avec AFP, 12 octobre 2013.
  197. Syrie : l'armée reprend le contrôle d'une base clé près d'Alep, Le Monde avec AFP et Reuters, 10 novembre 2013.
  198. Stéphane Mantoux, La guerre en Syrie (25 septembre-15 novembre 2013), Historicoblog, 18 novembre 2013.
  199. a et b En Syrie, les images du jeune photographe tué à Alep, Le Monde, 22 décembre 2013.
  200. http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/311385-syrie-progression-spectaculaire-de-l%E2%80%99arm%C3%A9e,-%C3%A0-alep
  201. Réouverture de l'aéroport d'Alep, un succès pour Assad, Le Journal de l'Aviation, 22 janvier 2014.
  202. Catherine Gouëset, L'Express : Djihadistes, islamistes, rebelles... La guerre dans la guerre en Syrie
  203. The Daily Star : ISIS condemned for brutal murder of fellow jihadist
  204. Syrie : le quartier général de l'EIIL sous le contrôle des rebelles, Le Monde, 8 janvier 2014.
  205. Benjamin Barthe, Les djihadistes de l’État islamique reculent en Syrie, Le Monde, 9 janvier 2014.
  206. Hélène Sallon, En Syrie, la « deuxième révolution » des insurgés, Le Monde avec AFP et Reuters, 10 janvier 2014.
  207. Syrie : les combats entre rebelles et djihadistes s'enveniment, Le Monde avec AFP, 16 janvier 2014.
  208. Un compagnon de route de Ben Laden tué en Syrie, France 24 avec AFP et Reuters, 24 février 2014.
  209. Syrie: un compagnon de route de Ben Laden tué dans un attentat, AFP, 23 février 2016.
  210. Syrie : des raids aériens font 121 morts en deux jours à Alep, Le Monde avec AFP, 3 août 2016.
  211. Syrian opposition groups fail to capture Aleppo prison, Al Monitor, 7 février 2014.
  212. Jabhat-al-Nusra announces death of-commander Sayfullah-al-Shishani during takeover of Aleppo prison, Memri.
  213. Syrie : combats entre armée et rebelles dans un secteur clé d'Alep, L'Orient Le Jour, 24 février 2014.
  214. AFP : Syrie: près de 50 morts dans l'assaut rebelle d'une caserne
  215. Syria - First report from inside Aleppo central prison, LiveLeak, 22 mai 2014.
  216. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/07/23/97001-20140723FILWWW00068-syrie-6-enfants-d-une-meme-famille-tues.php
  217. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/13/97001-20140813FILWWW00188-syrie-pres-de-40-morts-dans-des-combats.php
  218. Reuters : L'armée syrienne sur le point d'encercler les rebelles à Alep
  219. RFI : Pendant la bataille de Kobane, l’armée syrienne encercle Alep
  220. Le Monde : La bataille de la route de Castello, le combat de la dernière chance pour les rebelles d’Alep
  221. OSDH : Al- Nusra Front and the Islamic battalions take control over the strategic hill of Agoub in Aleppo
  222. Reuters : L'armée syrienne reconquiert des territoires au nord d'Alep
  223. OLJ/AFP : Le régime resserre l'étau sur les rebelles à Alep
  224. AFP : Syrie: l'armée avance pour couper la route reliant Alep à la Turquie
  225. a et b AFP : Syrie: 48 rebelles et civils, dont 10 enfants, "exécutés" mardi par l'armée
  226. OSDH : 150 killed yesterday 20/02/2015
  227. a et b La Croix avec AFP : Offensive incertaine du régime syrien dans la province d’Alep
  228. OSDH : After the death of 90 in its side, regime forces fail in its battle on Aleppo northern countryside
  229. AFP : Syrie: 100 morts lors d'une offensive de l'armée
  230. OSDH : 70 soldiers in regime forces killed after the failure of its attack on Aleppo
  231. AFP : Damas prêt à suspendre ses raids sur Alep meurtrie par les combats
  232. RFI : Syrie: l'ONU échoue à instaurer une trêve à Alep
  233. AP : Les rebelles syriens reprennent le terrain perdu
  234. OSDH : Rebel and Islamic fighters detain 32 soldiers in Retian
  235. OSDH : استمرار الاشتباكات في ريف حلب الشمالي بعد أسر أكثر من 50 عنصراً من قوات النظام والمسلحين الموالين لها
  236. OLJ et AFP : L'offensive de Damas et du Hezbollah dans la province d'Alep piétine
  237. OSDH : Rebels advance in al-Mallah area and kill 15 soldiers in regime forces
  238. OSDH : Rebel and Islamic fighters take a full control on al-Mallah and kill 23 soldiers from regime forces
  239. OSDH : The Islamic factions retake the village of Herdetnin and the regime soldiers escape to Bashkoy
  240. OSDH : More than 150 soldiers in regime forces killed in a “Failed- operation ” in Aleppo
  241. OSDH : Clashes continue in the north of Aleppo, and the helicopters drop parachutes on areas near Nobbol and al- Zahraa
  242. OSDH : 28 members in Hezbollah killed during the unsuccessful attack on the north of Aleppo
  243. OSDH : al-Nusra kills 30 fighters in Hazm and gain control in the western countryside of Aleppo
  244. OSDH : About 20 fighters killed during clashes between al-Nusra and Hazm movement
  245. OSDH : Clashes break out between Hazm and the Nusra in the west of Aleppo
  246. AFP : Syrie: percée du régime au sud, des jihadistes prennent une base au nord
  247. OSDH : 193 killed yesterday 28/02/2015
  248. OSDH : Clashes take place in the north of Aleppo, and the Nusra- Hazm clashes leave 80 bodies
  249. OSDH : The Nusra Front releases 24 fighters of Hazm Movement
  250. AFP : Syrie: des dizaines de morts dans un attentat et des combats à Alep
  251. Al Huffington Post et AFP : Syrie: au moins 14 rebelles et 20 combattants du régime tués dans une attaque à Alep
  252. OSDH : The Nusra Front and Islamic factions advance in the north of Aleppo and seize the village of Handarat
  253. France 24 : Après Idleb, les rebelles entendent bien s'emparer de la totalité d'Alep, par Amara Makhoul-Yatim.
  254. Le Point avec AFP : Syrie : au moins 5 enfants tués dans un raid sur une école d'Alep
  255. AFP : Syrie: écoles fermées du côté rebelle d'Alep après un raid sanglant
  256. OLJ et AFP : Attaque rebelle contre les services de renseignements à Alep
  257. OSDH : Jabhat al-Nusra and Islamic battalions kill 20 soldiers in regime forces in Aleppo city
  258. Le Figaro avec AFP : Alep: au moins 40 rebelles tués dans un raid
  259. Reuters : 34 morts dans les bombardements rebelles sur Alep, selon l'OSDH
  260. Syrie: les rebelles s’emparent d’une position stratégique à Alep, RFI, 4 juillet 2015.
  261. "Infographic: "Fatah Halab" military operations room – coalition of 31 rebel factions", Archicivilians, 18 juin 2015.
  262. Romain Caillet, twitter.
  263. Mark, twitter.
  264. Les combattants islamistes et les rebelles lancent une offensive d'ampleur à Alep, France 24 avec Reuters, 3 juillet 2015.
  265. Syrie: Ansar al-Charia, une nouvelle alliance rebelle à l’offensive à Alep, RFI, 3 juillet 2015.
  266. Le régime syrien perd un important centre militaire à Alep, Le Point avec AFP, 4 juillet 2015.
  267. « Beaucoup de Syriens ont déjà intégré l’idée d’une partition du pays », OLJ, 5 juillet 2015.
  268. a et b Syrie: 25 rebelles tués lors d'une attaque ratée sur une base de l'armée
  269. Syrie : 25 soldats du régime tués dans un attentat suicide à Alep, AFP, 6 juillet 2015.
  270. Syrie: la citadelle d'Alep endommagée par une explosion, AFP, 12 juillet 2015.
  271. Syrie: au moins 50 soldats syriens tués par l'EI, Le Figaro avec Reuters, 24 août 2015.
  272. 50 members in the regime forces and “Islamic State” killed in clashes around Kwayres airbase, OSDH, 16 septembre 2015.
  273. Un général iranien tué près d’Alep, en Syrie, Le Monde avec AFP, 9 octobre 2015.
  274. Wassim Nasr, twitter.
  275. Rana Moussaoui, Avancée de l'EI en Syrie malgré les raids russes et de la coalition, AFP, 9 octobre 2015.
  276. Romain Caillet, twitter.
  277. Syrie: l'armée avance face aux rebelles grâce à l'appui aérien russe, AFP, 11 octobre 2015.
  278. « L'EI combat les rebelles près d'Alep », sur Le Figaro (consulté le 14 octobre 2015)
  279. About 40 deaths and wound in the failed attack by IS in the northern countryside of Aleppo, OSDH, 15 octobre 2015.
  280. Syrie : le régime lance une offensive au sud d'Alep soutenue par Moscou et Téhéran, France 24, 16 octobre 2015.
  281. Syrie: les forces du régime avancent dans la province d'Alep, RFI, 17 octobre 2015.
  282. Le régime syrien avance dans la province d'Alep, peine dans celle de Homs, AFP, 17 octobre 2015.
  283. Trente-cinq mille déplacés récemment près d'Alep en Syrie, Reuters, 19 octobre 2015.
  284. Syrie: les raids russes font 450 morts, l'EI coupe une route vitale près d'Alep, AFP, 23 octobre 2015.
  285. Syrie: le groupe EI coupe la voie d’approvisionnement vers Alep, RFI, 24 octobre 2015.
  286. L'armée syrienne rouvre l'unique route vers les quartiers gouvernementaux d'Alep, AFP, 4 novembre 2015.
  287. Syrie: revers du régime dans le centre, les rebelles prennent Morek, RFI, 6 novembre 2015.
  288. (en) Olivia Blair, Al-Nusra leader Abu Suleiman al-Masri reportedly killed in Aleppo, The Independant, 24 octobre 2015.
  289. Romain Caillet, twitter.
  290. Syrie: nouvelle mort d'un haut gradé iranien, Le Figaro avec AFP, 3 novembre 2015.
  291. Syrie: l'armée brise le siège de l'EI autour d'un aéroport-clé près d'Alep, AFP, 10 novembre 2015.
  292. Syrie-La bataille pour la base de Koueires a fait 100 morts-OSDH, Reuters, 12 novembre 2015.
  293. Luc Mathieu, Damas reprend le contrôle d'un aéroport près d'Alep, Libération, 11 novembre 2015.
  294. Le régime syrien remporte d'importantes victoires, Washington pessimiste, AFP, 12 novembre 2015.
  295. L'armée syrienne s'empare d'un bastion des rebelles près d'Alep, France 24 avec AFP et Reuters, 12 novembre 2015.
  296. Syrie: l'armée prend le contrôle d'une localité stratégique dans le Nord, AFP, 20 décembre 2015.
  297. Syrie : Au moins 71 morts dans un attentat suivi de combats, Libération avec AFP, 26 décembre 2015.
  298. Syrie: 23 morts dans un attentat à Alep, Le Figaro avec AFP, 25 janvier 2016.
  299. Georges Malbrunot, Les troupes syriennes progressent vers Alep, Le Figaro, 4 février 2016.
  300. Tom Batchelor, Russian 'SPETSNAZ' commandos on the ground in Syria to crush ISIS as 70,000 refugees flee, Express, 5 février 2016.
  301. Offensive du régime à Alep: le soutien clé de Moscou et des milices étrangères, AFP, 8 février 2016.
  302. Avancée des forces du régime dans le nord d’Alep, OLJ avec AFP, 2 février 2016.
  303. L'armée syrienne continue de progresser au nord d'Alep, Reuters, 2 février 2016.
  304. Le régime marque des points militaires en Syrie, les discussions de paix au point mort à Genève, AFP, 3 février 2016.
  305. Paul Khalifeh, Syrie: l’armée resserre l’étau sur Alep avec le soutien de la Russie, RFI, 4 février 2016.
  306. [vidéo] SYRIE - Damas poursuit ses objectifs et son armée avance dans le nord d’Alep, France 24, 3 février 2016.
  307. Sam Heller, Le régime syrien près de remporter une victoire qui pourrait changer le cours de la guerre, Vice news, 5 février 2016.
  308. Catherine Gouëset, Syrie: "À Alep, l'armée syrienne pratique la stratégie de la terre brûlée", L'Express, 5 février 2016.
  309. Anthony Samrani, Iraniens, chiites irakiens, hazaras afghans et Hezbollah pour remplacer l’infanterie d’Assad, OLJ, 6 février 2016.
  310. a et b Jean-Pierre Perrin et Luc Mathieu, A Alep, l’opposition en ruines, Libération, 5 février 2016.
  311. Syrie : les dures leçons d’Alep, Le Monde, 8 février 2016.
  312. Sarah Diffalah, "La prise d'Alep consacrerait l'effondrement des forces de l'opposition", L'Obs, 9 février 2016.
  313. Syrie: les rebelles d'Alep menacés d'être totalement assiégés, AFP, 4 février 2016.
  314. The regime forces and militiamen loyal to them control Meyer town adjacent to the Nubl and al-Zahraa, and intense raids target Aleppo neighborhoods and cause casualties and injuries, OSDH, 4 février 2016.
  315. Iranian Revolutionary Guards general, six Basij volunteers killed in Syria: media, Reuters, 5 février 2016.
  316. Un haut gradé du Hezbollah tué à Alep (médias), OLJ, 6 février 2016.
  317. إيران تعترف بمقتل 45 عنصرا من الحرس الثوري في سوريا, alarab, 9 février 2016.
  318. a et b En Syrie, "les rebelles battent en retraite partout", OLJ avec AFP, 5 février 2016.
  319. Des milliers de Syriens fuyant les combats bloqués à la frontière turque, Le Monde avec AFP, 6 février 2016.
  320. (en) Syrian army captures Mayir and Kafr Naya
  321. Iran’s Revolutionary Guards, Hezbollah, and Regime forces take control on Retian, OSDH, 5 février 2016.
  322. Au moins 500 morts dans la région d'Alep depuis le début du mois, Reuters, 10 février 2016.
  323. 'Hundreds killed' in battle for Aleppo as air strikes pound villages, Middle Est Eye avec agences, 10 février 2016.
  324. a et b Près de 100 civils parmi les 500 morts dans l’offensive du régime à Alep, OLJ, 11 février 2016.
  325. Allan Kaval avec Benjamin Barthe, Les Kurdes de Syrie en embuscade, Le Monde, 8 février 2016.
  326. Syrie: les rebelles perdent de nouvelles positions à Alep, AFP, 8 février 2016.
  327. Les Kurdes prennent un aéroport près d'Alep, Le Figaro avec AFP, 10 février 2016.
  328. Syrie: les Kurdes syriens gagnent du terrain dans le Nord, RFI, 11 février 2016.
  329. Syrie: l'armée aux abords d'un bastion rebelle au nord d'Alep, AFP, 11 février 2016.
  330. La Turquie bombarde les kurdes syriens du PYD dans le nord de la Syrie, France 24 avec AFP, 13 février 2016.
  331. Syrie: les Kurdes conquièrent un bastion rebelle, Le Figaro avec AFP, 15 février 2016.
  332. Syrian Kurds kill ten rebels in Aleppo, capture a jihadi in Hasakah, ARA news, 16avril 2016.
  333. Angélique Férat et Paul Khalifeh, Syrie: le point sur les dernières progressions des Kurdes et du régime, RFI, 17 février 2016.
  334. Rita Basbous, Les rebelles d’Alep s’unissent, contre Assad, sous la bannière de Jaych Halab, OLJ, 23 février 2016.
  335. (en) « Militants to Set Up New Coalition in Aleppo, Syria », sur southfront.org (consulté le 23 février 2016)
  336. Archicivilians, #Syria: New coalition of the major Opposition forces in #Aleppo, led by Hashim al-Sheikh (former Ahrar Sham leader)., twitter, 15 février 2016.
  337. Syrie: les forces kurdes veulent entrer sans combat dans un fief rebelle d’Alep, AFP, 16 février 2016.
  338. (en) Al Masdar, article du 21 février 2016
  339. Syrie : 50 djihadistes de l'EI tués à Alep, Le Point avec AFP, 21 février 2016.
  340. Syrie: l'EI coupe une route vitale pour le régime près d'Alep, AFP, 22 février 2016.
  341. Leith Fadel, Syrian Army recapture 2 villages along the Khanasser-Ithriyah Road, Al-Masdar News, 22 février 2016.
  342. L'armée syrienne reprend Khanasser à l'EI, Le Figaro avec Reuters, 25 février 2016.
  343. Syrie: Washington et Moscou annoncent un cessez-le-feu pour samedi, AFP, 23 février 2016.
  344. More than 170 civilians are among the almost 650 people killed in a month of truce in Syria, OSDH, 27 mars 2016.
  345. Neuf morts dans des tirs sur un quartier kurde d'Alep - YPG, Reuters, 6 mars 2016.
  346. Pictures of some of the casualties and the destruction caused by the fall of about 100 shell launched by Jabhat Al-Nusra (al-Qaeda in Levant) and the Caucasian Army al-Osra and the rebel and Islamic factions fighter on Sheikh Maqsood neighborhood in Aleppo, which is inhabited by a majority of Kurds and is under the control of YPG, the shells killed 9 citizens (4 of them are children, and young man, 3 citizen women and an old man), and the death toll is expected to rise because there are some people in critical situation. WARNING: THE PICTURS ARE DISTURBING, OSDH, 7 mars 2016.
  347. Syrie: 18 morts dans un bombardement rebelle sur un quartier kurde d'Alep, AFP, 6 avril 2016.
  348. Syrie : des crimes de guerre commis à Alep, Amnesty International, 13 mai 2016.
  349. Syrie: le porte-parole d’Al-Qaïda et 20 jihadistes tués dans des frappes, AFP, 3 avril 2016.
  350. Les rebelles syriens gagnent du terrain au sud d'Alep, Arcinfo, 2 avril 2016.
  351. Philip Issa, Le cessez-le-feu en Syrie menacé par des combats à Alep, AP, 2 avril 2016.
  352. Syrie : les rebelles abattent un avion de combat du régime, Le Monde avec Reuters, 5 avril 2016.
  353. Romain Caillet, Selon certaines sources, l'avion aurait été abattu par Ahrar ash-Sham et le pilote serait entre les mains de Jabhat an-Nusra., twitter, 5 avril 2016.
  354. Syrie: avion du régime abattu, un groupe rebelle proche d'Al-Qaïda revendique, AFP, 5 avril 2016.
  355. Syrie: 35 combattants tués dans la province d'Alep, AFP, 9 avril 2016.
  356. Syrie: au lendemain d'élections factices, les combats font rage autour d'Alep, RFI, 14 avril 2016.
  357. Plus de 100 morts en 4 jours dans la province d'Alep, OLJ avec AFP, 14 avril 2016.
  358. Syrie : l'armée syrienne se bat sur deux fronts près d'Alep, AFP, 15 avril 2016.
  359. Syrie : plus de 200 morts cette semaine dans les combats dans la région d'Alep, AFP, 15 avril 2016.
  360. Hala Kodmani, Syrie : pendant les négociations, l'embrasement continue, Libération, 16 avril 2016.
  361. À Alep, bombardée par le régime et les rebelles, la trêve n'est plus, France 24 avec AFP et Reuters, 27 avril 2016.
  362. 9 days of blood shedding in Aleppo kill 253 person including 80 children and citizen women, OSDH, 1er mai 2016.
  363. Amaury Peyrach', Syrie : plus de 200 civils tués en une semaine à Alep, Le Figaro avec AFP, AP et Reuters, 29 avril 2016.
  364. Laure Stephan, Syrie : à Alep, « une atmosphère de chaos et de désespoir », Le Monde, 3 mai 2016.
  365. Delphine Minoui, Alep sous les bombes du régime d'Assad, Le Figaro, 29 avril 2016.
  366. Syrie: les raids sur Alep ont fait 30 morts, Le Figaro avec AFP, 28 avril 2016.
  367. Alep pleure le pédiatre "resté dans l'enfer" pour sauver les enfants, OLJ avec AFP, 29 avril 2016.
  368. Syrie: Obama critiqué pour sa passivité face aux raids sur Alep, L'Express, 2 mai 2016.
  369. Les combats en Syrie compliquent les efforts internationaux pour une trêve, AFP, 4 mai 2016.
  370. Syrie : calme relatif à Alep après l'accord de trêve, Le Figaro avec AFP, AP et Reuters, 5 mai 2016.
  371. Edouard Pflimlin, Trêve dans Alep ravagée par les combats, Le Monde, 5 mai 2016.
  372. Hala Kodmani, A Alep, «ça fait du bien de revoir le jour», Libération, 8 mai 2016.
  373. Paul Khalifeh, Syrie: offensive rebelle sur Khan Touman malgré la trêve, RFI, 5 mai 2016.
  374. Trêve à Alep, 28 tués dans un raid contre un camp de déplacés, Reuters, 5 mai 2016.
  375. InfoGraphic: Who is Fighting Who in SW-#Aleppo (Khan Tuman Battle), archicivilians, twitter, 8 mai 2016.
  376. Lina Kennouche, Palmyre, chasse gardée des Russes, OLJ, 13 mai 2016.
  377. Les insurgés syriens prennent un village stratégique près d'Alep, Reuters, 6 mai 2016.
  378. Syrie: 70 morts dans une bataille près d'Alep, Le Figaro avec AFP, 6 mai 2016.
  379. Syrie : la violence des combats filmés par un drone, Le Monde, 6 mai 2016.
  380. Syrie: 13 "conseillers" iraniens tués, Le Figaro avec AFP, 7 mai 2016.
  381. Les corps de 12 militaires iraniens tués en Syrie aux mains de jihadistes, AFP, 10 mai 2016.
  382. Rose to 119 the number of fighters who were killed by clashes against rebels and Jabhat al-Nusra in southern Aleppo, the regime lost control on Khan Toman, al-Khaldia village and hills around it, OSDH, 7 mai 2016.
  383. Syrie: la trêve prolongée à Alep, les écoles rouvrent, AFP, 7 mai 2016.
  384. Syrie: offensive rebelle au sud-ouest d'Alep, Le Figaro avec Reuters, 3 juin 2016.
  385. Rebels take a T90 tank in northern Aleppo, OSDH, 10 juin 2016.
  386. Syrie: au moins 70 combattants tués dans des affrontements à Alep, AFP, 15 juin 2016.
  387. Leith Fadel, Jihadists capture Khalsah in southern Aleppo, Al-Masdar News, 17 jun 2016.
  388. Leith Fadel, Jihadists capture another village in southern Aleppo, Al-Masdar News, 17 jun 2016.
  389. Leith Fadel, Nusra seizes Burnah village in southern Aleppo, Al-Masdar News, 18 juin 2016.
  390. Contre-attaques de l'EI en Syrie, Le Figaro avec AFP, 18 juin 2016.
  391. Nasrallah : Notre financement et nos armes viennent d’Iran et ne passent pas par les banques libanaises, OLJ, 24 juin 2016.
  392. Le Hezbollah va envoyer des renforts à Alep, dit Nasrallah, Reuters, 24 juin 2016.
  393. Le combat pour Alep est "la plus grande bataille" en Syrie, AFP, 24 juin 2016.
  394. La nouvelle hantise des habitants d’Alep-Est : les tuyaux explosifs bourrés de TNT, L'Orient Le Jour, 24 juillet 2016
  395. Syrie: offensive au sol et dans les airs sur la route du Castello à Alep, RFI, 25 juin 2016.
  396. Syrie: près de 70 morts dans des combats au nord d'Alep (ONG), Le Figaro avec AFP, 30 juin 2016.
  397. Paul Khalkifeh, Syrie: violente contre-offensive rebelle dans la région d'Al-Mallah, RFI, 1er juillet 2016.
  398. Syrie : combats près d'Alep pour le contrôle d'une route clé, AFP, 3 juillet 2016.
  399. Syrie: le régime annonce une trêve pendant la fête du Fitr, AFP, 6 juillet 2016.
  400. Syrie-L'armée annonce une pause de trois jours, L'ALS accepte, Reuters, 6 juillet 2016.
  401. Syrie: le cessez-le-feu, une stratégie d’Assad pour reconquérir des territoires?, RFI, 10 juillet 2016.
  402. Comment j’ai fui Alep par ‘la route de la mort’, France24, 22 juillet 2016.
  403. Lisa Barrington et Tom Perry, Damas coupe la seule voie d'accès aux zones rebelles d'Alep, Reuters, 7 juillet 2016.
  404. L'unique route de ravitaillement des rebelles à Alep coupée de facto, OLJ avec AFP, 7 juillet 2016.
  405. Syrie: craintes de pénuries dans les secteurs rebelles d'Alep, AFP, 9 juillet 2016.
  406. Syrie: les rebelles d’Alep échouent à rouvrir une route d’approvisionnement, AFP, 10 juillet 2016.
  407. Syrie: vaste offensive rebelle contre les secteurs prorégime à Alep, AFP, 11 juillet 2016.
  408. Benjamin Barthe, Alep, capitale de la rébellion syrienne, encerclée, Le Monde, 12 juillet 2016.
  409. Syrie: les quartiers rebelles d'Alep totalement assiégés par l'armée, AFP, 17 juillet 2016.
  410. L'est d'Alep désormais complètement coupé du monde extérieur, AFP, 17 juillet 2016.
  411. Hala Kodmani, Les quartiers rebelles d’Alep pris au siège, Libération, 18 juillet 2016.
  412. Syrie: des forces antijihadistes donnent 48H à l'EI pour quitter un fief assiégé, AFP, 21 juillet 2016.
  413. a et b Louis Imbert, Bataille d’Alep : comment la rébellion syrienne joue sa survie, Le Monde, 5 août 2016.
  414. a, b, c, d et e Laure Stephan, Syrie : les rebelles rompent le siège total d’Alep, les combats se poursuivent, Le Monde, 7 août 2016.
  415. Syrie: 38 combattants prorégime tués, Le Figaro avec AFP, 22 juillet 2016.
  416. Syrie: Bombardements aériens sur des hôpitaux à Alep, tirs de roquettes sur Damas, Le Courrier de l'ouest avec AFP, 24 juillet 2016.
  417. Syrie : le régime resserre son siège des quartier rebelles d'Alep, AFP, 26 juillet 2016.
  418. L'armée syrienne dit avoir isolé les quartiers rebelles d'Alep, L'Orient Le Jour avec Reuters, 27 juillet 2016.
  419. Regime forces takes full control on Bani Zaid neighborhood, OSDH, 28 juillet 2016.
  420. Régis Le Sommier, Syrie : Dans Alep martyrisée, Paris Match, 28 septembre 2016.
  421. Le président al-Assad promulgue un décret portant amnistie à toute personne qui se rend aux autorités spécialisées avec son arme, Agence SANA, 28 juillet 2016.
  422. Syrie: Assad offre une amnistie aux rebelles qui rendent les armes, L'Orient Le Jour avec AFP, 28 juillet 2016.
  423. Syrie: la Russie annonce la création de couloirs humanitaires autour d'Alep, L'Orient Le Jour avec AFP, 28 juillet 2016.
  424. Photo du plan de la ville d'Alep avec points de passage humanitaire, Twitter média, 28 juillet 2016.
  425. Alep : les rebelles empêchent les civils d'approcher les corridors humanitaires, France 24 avec AFP, 29 juillet 2016.
  426. Syrie: les rebelles contre-attaquent au sud d'Alep assiégée, AFP, 31 juillet 2016.
  427. Jenan Moussa, twitter, 31 janvier 2016.
  428. Factions continue their most violent attack ever in the decisive battle at Aleppo and tens of airstrikes target the clashing areas, OSDH, 31 juillet 2016.
  429. Stéphane Mantoux, Colère d'Alep : aperçu des armements et tactiques de certains groupes rebelles, Historicoblog, 2 août 2016.
  430. Stéphane Mantoux, Mourir pour Assad 4/Harakat Hezbollah al-Nujaba dans la bataille d'Alep, Historicoblog, 7 août 2016.
  431. Amir Toumaj, Iranian military involvement in the battle for Aleppo, The Long War Journal, 3 août 2016.
  432. a, b et c Alep : « En proportion, il y a davantage de combattants étrangers du côté du régime », OLJ, 9 août 2016.
  433. Amir Toumaj, Iranian media report deployment of elite Iraqi, Lebanese combatants to Aleppo, The Long War Journal, 9 août 2016.
  434. Alep : "Il n'est pas sûr que les gagnants de la bataille soient les vainqueurs de la guerre", ARTE, 9 août 2016.
  435. Syrie: les avions russes freinent les rebelles près d'Alep, Le Figaro avec AFP, 2 août 2016.
  436. Le régime syrien repousse les rebelles près d'Alep, OLJ avec AFP, 3 août 2016.
  437. a, b, c et d Hala Kodmani, Syrie : comment les rebelles ont brisé le siège d'Alep, Libération, 7 août 2016.
  438. a et b Syrie: le régime tente d’éviter le siège de ses quartiers à Alep, AFP, 7 août 2016.
  439. a et b Syrie : plus de 700 combattants tués dans la bataille d'Alep en une semaine, AFP, 6 août 2016.
  440. Alex Rowell, Five generals among 72 Syrian regime casualties buried this week: report, NOW, 9 août 2016.
  441. Stéphane Mantoux, Colère d'Alep (2) : les combats selon la propagande de Jabhat Fateh al-Cham, Historicoblog, 7 août 2016.
  442. Caroline Hayek, « Voilà pourquoi je n’ai pas peur de Fateh al-Cham... », OLJ, 8 août 2016.
  443. a et b Syrie: importants renforts à Alep pour une bataille cruciale, AFP, 8 août 2016.
  444. a et b Syrie - Alep : les enjeux d'une bataille, Le Point avec AFP, 8 août 2016.
  445. Stéphane Mantoux, Mourir pour Assad 5/Harakat Hezbollah al-Nujaba dans la bataille d'Alep (2), Historicoblog, 13 août 2016.
  446. Syrie: intenses raids sur des fiefs rebelles dans le nord, AFP, 18 août 2016.
  447. Grégor Brandy, En Syrie, on en a encore la preuve, la guerre chimique aura bien lieu, BBC, 12 août 2016.
  448. Marc Semo, En Syrie, bombardement au chlore à Alep, Le Monde, 12 août 2016.
  449. More than 610 casualties including 217 children and citizen women in Aleppo city and its countryside were killed by the bombing during the first month of battles at the outskirts of Aleppo city, OSDH, 31 août 2016.
  450. Cette photo d’un petit garçon résume toute l’horreur de la guerre en Syrie, Slate, 18 août 2016.
  451. PHOTO. Omran, 5 ans, symbole de l'horreur du conflit syrien, L'Obs, 18 août 2016.
  452. Louis Chahuneau, Omran, 5 ans : le visage de l'horreur de la guerre en Syrie, Le Point, 18 août 2016.
  453. Roland Gauron, Un enfant de 5 ans devient le symbole de la sanglante bataille d'Alep, Le Figaro, 18 août 2016.
  454. Caroline Hayek, Comment les Turcs ont (re)bouleversé la donne à Alep, OLJ, 6 septembre 2016.
  455. a et b [vidéo] Syrie : le régime coupe en deux les territoires tenus par les rebelles à Alep, France 24, 28 novembre 2016.
  456. a, b, c, d et e Benjamin Barthe, Syrie : pourquoi Alep est tombée aussi vite, Le Monde, 22 mars 2017.
  457. a, b et c Marc Daou, L’entente turco-russe compromet les desseins autonomistes des Kurdes de Syrie, France 24, 8 janvier 2017.
  458. Bachir El Khoury, Le début de la fin pour Alep, Orient XXI, 7 décembre 2016.
  459. Syrie : le régime avance à Alep pour y encercler de nouveau les rebelles, AFP, 4 septembre 2016.
  460. Syrie - Alep : le régime assiège de nouveau les quartiers rebelles, Le Point avec AFP, 4 septembre 2016.
  461. Laure Stephan, Le régime syrien rétablit le siège d’Alep, Le Monde, 5 septembre 2016.
  462. Le plus grand hôpital d'Alep-Est de nouveau bombardé, Libération avec AFP, 1er octobre 2016.
  463. a, b et c Caroline Hayek, Moscou fait-il à Alep en 2016 ce qu’il a commis à Grozny en 1999 ?, OLJ, 26 septembre 2016.
  464. Moins de combattants de l'ex-Front al-Nosra à Alep qu'annoncé, Reuters, 14 octobre 2016.
  465. Syrie: impossible pour les gens d'Alep de refuser l'aide des jihadistes, AFP, 1er novembre 2016.
  466. Georges Malbrunot, Alep : les rebelles reculent dans leur réduit de l'Est, Le Figaro, 28 novembre 2016.
  467. a, b et c Georges Malbrunot, En silence, les rebelles quittent Alep entre des soldats russes, Le Figaro, 22 décembre 2016.
  468. Syrie : un commandant anti-régime tué dans une frappe aérienne, Le Point avec AFP, 9 septembre 2016.
  469. Syrie : le régime approuve l’accord de trêve conclu entre les États-Unis et la Russie, Le Monde avec AFP, 10 septembre 2016.
  470. Syrie : Damas accepte l’accord de trêve russo-américain, l’opposition reste circonspecte, Le Monde avec AFP et Reuters, 11 septembre 2016.
  471. L’opposition syrienne réclame des « garanties » sur l’application de la trêve russo-américaine, Le Monde avec AFP et Reuters, 11 septembre 2016.
  472. Benjamin Barthe, Le sort du cessez-le-feu en Syrie se joue à Alep, Le Monde, 12 septembre 2016.
  473. Madjid Zerrouky, Syrie : l’ex-Front Al-Nosra, pierre d’achoppement des tentatives de trêves, Le Monde, 21 septembre 2016.
  474. a et b La trêve expire en Syrie, l'aide humanitaire pour Alep toujours bloquée, France 24 avec AFP et Reuters, 19 septembre 2016.
  475. En Syrie, la trêve de plus en plus fragile après des frappes contre l’armée et sur Alep, Le Monde avec AFP, AP et Reuters, 18 septembre 2016.
  476. Syrie: fin de la trêve lundi soir, Le Figaro avec AFP, 19 septembre 2016.
  477. a, b et c Luc Mathieu, «Bien sûr que la trêve est morte», Libération, 20 septembre 2016.
  478. Anthony Berthelier, En Syrie, l'armée de Bahar Bachar el-Assad déclare la "fin" de la trêve, Le Hufington Post avec AFP, 19 septembre 2016.
  479. lefigaro.fr, « Syrie: raids aériens et à l'artillerie sur Alep » (consulté le 19 septembre 2016)
  480. Un convoi humanitaire touché par des raids en Syrie, 20 morts, AFP, 20 septembre 2016.
  481. Luc Mathieu, Convoi humanitaire bombardé en Syrie : «Ni le régime ni les Russes ne pourront dire qu’il s’agit d’une erreur», Libération, 20 septembre 2016.
  482. Laure Stephan, Colère après la destruction d’un convoi près d’Alep en Syrie, Le Monde, 21 septembre 2016.
  483. Luc Mathieu, En Syrie, le convoi bombardé était suivi par un drone russe, Libération, 22 septembre 2016.
  484. Eliot Higgins, Confirmed : Russian Bomb Remains Recovered from Syrian Red Crescent Aid Convoy Attack, Bellingcat, 22 septembre 2016.
  485. Marc Semo, Un rapport de l’ONU accuse toutes les parties de la bataille d’Alep de crimes de guerre, Le Monde, 1er mars 2017.
  486. Syrie/Alep: quatre membres d'une ONG tués, Le Figaro avec AFP, 21 septembre 2016.
  487. Syrie : un centre médical détruit par de nouveaux raids meurtriers près d’Alep, Le Monde avec AFP, 21 septembre 2016.
  488. Syrie: l’armée annonce une nouvelle offensive sur Alep, Le Figaro avec Reuters, 22 septembre 2016.
  489. VIDÉO - Syrie: nouvelle offensive sur Alep, échec de la diplomatie, Le Figaro avec AFP, 23 septembre 2016.
  490. Syrie: les combats ont repris avec rage à Alep, RFI, 22 septembre 2016.
  491. Syrie: bombardements intenses sur Alep après l'annonce d'une offensive par l'armée, AFP, 23 septembre 2016.
  492. Marc Semo, Syrie : l’échec d’une négociation « longue, douloureuse et décevante », Le Monde, 23 septembre 2016.
  493. Syrie : Alep sous les bombes, le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit, Le Monde avec AFP, 25 septembre 2016.
  494. Syrie: nouveaux raids sur Alep où l'aide médicale et la nourriture se raréfient, AFP, 25 septembre 2016.
  495. a, b, c, d et e Benjamin Barthe, En Syrie, déluge de feu du régime et de la Russie pour briser Alep, Le Monde, 28 septembre 2016.
  496. a et b Syrie : le principal hôpital d’Alep à nouveau touché par des bombardements, Le Monde avec AFP, 1er octobre 2016.
  497. Delphine Minoui, À Alep, la tactique du champ de ruines, Le Figaro, 29 septembre 2016.
  498. a, b, c, d, e et f Antoine Hasday, A Alep, le crime de guerre a fait office de stratégie militaire, Slate, 14 février 2017.
  499. a et b Russie / Syrie: Crimes de guerre liés aux bombardements d’Alep, Human Rights Watch, 1er décembre 2016.
  500. a et b Alep : de nouvelles preuves de crimes de guerre, Amnesty International, 20 octobre 2016.
  501. Isabelle Lasserre, De Grozny à Alep, un même champ de ruines, Le Figaro, 4 octobre 2016.
  502. Benjamin Barthe, A Alep, sous un déluge de bombes, les secouristes sont tout particulièrement visés, Le Monde, 24 septembre 2016.
  503. Syrie : deux grands hôpitaux d'Alep visés par des frappes, Le Point avec AFP, 28 septembre 2016.
  504. Syrie: le plus grand hôpital d'Alep-Est détruit par des raids, AFP, 3 octobre 2016.
  505. Céline Lussato, Syrie : le régime progresse à Alep, Le Point avec AFP, 4 octobre 2016.
  506. SYRIE. "Vous ne pouvez pas imaginer" : le cri d'alarme d'un médecin à Alep, L'Obs, 11 octobre 2016.
  507. Marie Bourreau, Bombardements à Alep : Moscou accusé de crimes de guerre devant l’ONU, Le Monde, 26 septembre 2016.
  508. Alep : les bombardements syriens et russes "pourraient constituer des crimes de guerre", selon l'UE, AFP, 17 octobre 2016.
  509. Hala Kodmani, A l'ONU, la France trop seule pour sauver Alep, Libération, 9 octobre 2016.
  510. A l’ONU, Paris demande « une action immédiate pour sauver Alep », Moscou oppose son veto, Le Monde, 8 octobre 2016.
  511. Martin Chulov et Kareem Shaheen, Sectarian fighters mass for battle to capture east Aleppo, The Guardian, 29 septembre 2016.
  512. Courtney Kube et Abigail Williams, U.S. Officials: Thousands of Ground Troops Massing Around Aleppo, NBC news, 1er octobre 2016.
  513. Syrie : les rebelles reprennent le camp d'Handarat au nord d'Alep, Reuters, 25 septembre 2016.
  514. Paul Khalifeh, Syrie: au nord d'Alep, d’intenses combats pour le contrôle du camp de Handarat, RFI, 26 septembre 2016.
  515. Après les bombardements, l'armée syrienne avance dans Alep, AFP, 27 septembre 2016.
  516. Après d'intenses bombardements, l'armée syrienne progresse dans Alep, France 24 avec AFP, 27 septembre 2016.
  517. L'armée syrienne s'empare du camp de Handarat au nord d'Alep, Reuters, 29 octobre 2016.
  518. Syrie: avancée du régime à Alep, MSF dénonce "un bain de sang", Le Point avec AFP, 30 septembre 2016.
  519. Syrie : Alep, entre bombardements et offensive militaire, AFP, 2 octobre 2016.
  520. Syrie: le régime progresse à Alep après des combats de rue, AFP, 4 octobre 2016.
  521. Syrie: le régime gagne du terrain à Alep, AFP, 6 octobre 2016.
  522. Syrie : l'ONU travaille sur deux propositions de trêve, Le Point avec AFP, 8 octobre 2016.
  523. Deux jours de frappes sur Alep-Est ont fait 145 morts, Reuters, 13 octobre 2016.
  524. Syrie: au moins 12 civils tués dans des raids aériens sur Alep, AFP, 17 octobre 2016.
  525. Syrie: un couple et ses 3 enfants tués à Alep dans des raids nocturnes (OSDH), AFP, 18 octobre 2016.
  526. Syrie: l'armée russe annonce un arrêt des raids aériens syriens et russes à Alep, AFP, 18 octobre 2016.
  527. Syrie: la trêve "humanitaire" décrétée par Moscou entre en vigueur à Alep, AFP, 20 octobre 2016.
  528. La trêve d'Alep durera trois jours, selon l'armée syrienne, AFP, 20 octobre 2016.
  529. Syrie : l’armée russe annonce avoir arrêté les raids aériens sur Alep, Le Monde, 18 octobre 2016.
  530. Alep-Est : aucun blessé ni civil évacué, Le Monde avec AFP, 21 octobre 2016.
  531. a et b Georges Malbrunot, Les armes parlent de nouveau à Alep, Le Figaro, 23 octobre 2016.
  532. Syrie : violents combats à Alep après une trêve trop fragile, Le Point avec AFP, 23 octobre 2016.
  533. Alep: offensive rebelle pour briser le siège, Le Figaro avec AFP, 28 octobre 2016.
  534. a et b En Syrie, les rebelles à l'attaque pour briser le siège d'Alep, Le Point avec AFP, 28 octobre 2016.
  535. a, b, c et d Benjamin Barthe, A Alep,« si les gens ne meurent pas sous les bombes, ils mourront de faim ou de folie », Le Monde, 19 novembre 2016.
  536. Charles Lister, #pt: At least 20 armed groups are involved so far in the W. #Aleppo offensive - principally Fatah Halab & Jaish al-Fateh factions., twitter, 28 octobre 2016.
  537. Thomas Joscelyn, 1. As in the past, social media sites are littered with images from the jihadis/other rebels' battle to break the siege of #Aleppo., twitter, 28 octobre 2016.
  538. Les rebelles lancent une contre-attaque en Syrie pour briser le siège d'Alep, France 24 avec AFP et Reuters, 28 octobre 2016.
  539. a et b Syrie : les rebelles à l'offensive à Alep, Moscou ne reprend pas les frappes, France 24 avec AFP, 29 octobre 2016.
  540. a et b Laure Stephan, Syrie : les quartiers d’Alep-Ouest sous le feu de l’artillerie rebelle, Le Monde, 2 novembre 2016.
  541. Syrie : violents affrontements à l'ouest d'Alep, Le Point avec AFP, 29 octobre 2016.
  542. Syrie: 38 civils tués dans des tirs rebelles à Alep, AFP, 30 octobre 2016.
  543. a et b Syrie: l'offensive rebelle piétine à Alep, AFP, 31 octobre 2016.
  544. Damas parle d'attaque "terroriste" au gaz toxique à Alep-Ouest, Reuters, 30 octobre 2016.
  545. a et b 320 were killed in 8 days of the large battle of Aleppo, OSDH, 5 novembre 2016.
  546. Violents combats au sud-ouest d'Alep, Le Figaro avec Reuters, 8 novembre 2016.
  547. a et b Syrie : le régime reprend la totalité des secteurs de l’ouest d’Alep conquis par les rebelles, Le Monde avec AFP, 12 novembre 2016.
  548. Syrie: le régime efface tous les progrès des rebelles pour briser le siège à Alep, AFP, 12 novembre 2016.
  549. 209 killed yesterday including 70 regime forces, OSDH, 12 novembre 2016.
  550. Zenki and Abu Amarah control all headquarters of Fastaqim Kama Umirt, the leaders of which go to Ahrar al-Sham, OSDH, 3 novembre 2016.
  551. Bachir El Khoury, Alep : les raisons de la chute, Le JDD, 4 décembre 2016.
  552. Benjamin Barthe, Russes et rebelles mènent des tractations secrètes à Ankara pour sauver Alep, Le Monde, 30 novembre 2016.
  553. a, b, c et d Syrie: semaine noire à Alep sous les bombes du régime, l'ONU «horrifiée», Libération avec AFP, 19 novembre 2016.
  554. Caroline Hayek, À Alep-Est, « on préfère mourir que d’être emprisonné et torturé de l’autre côté », OLJ, 26 novembre 2016.
  555. Syrie: combats à Alep après un nouvel ultimatum de l'armée aux rebelles, AFP, 13 novembre 2016.
  556. a, b et c Amir Toumaj, Array of pro-Syrian government forces advances in Aleppo, The Long War Journal, 9 décembre 2016.
  557. Le régime syrien envoie ses troupes d’élite pour achever la conquête d'Alep-Est, RFI, 1er décembre 2016.
  558. a et b Louis Imbert, Laure Stephan et Benjamin Barthe, A l’assaut d’Alep-Est, une coalition de forces pro-Assad, Le Monde, 6 décembre 2016.
  559. Catherine Gouëset, Ces milices étrangères qui reconquièrent la Syrie pour Bachar el-Assad, L'Express, 7 décembre 2016.
  560. a et b Louis Imbert, Les milices chiites en première ligne dans la bataille d’Alep, Le Monde, 8 décembre 2016.
  561. Hala Kodmani, A Alep, toujours la faim et de nouveau les bombes, Libération, 16 novembre 2016.
  562. a, b et c Hala Kodmani, Week-end d’apocalypse sur Alep-Est, Libération, 20 novembre 2016.
  563. Hala Kodmani, Syrie : des attaques chimiques sur Alep selon une ONG, Libération, 13 février 2017.
  564. Syrie : Des attaques chimiques ont été menées de manière coordonnée contre Alep, Human Rights Watch, 13 février 2017.
  565. a, b, c et d David Gilbert, Nouvelle vague de bombardements à Alep : des centaines de morts chez les civils, Vice news, 21 novembre 2016.
  566. Alep subit ses plus violents bombardements d’artillerie depuis deux ans, Le Monde avec AFP, 19 novembre 2016.
  567. a et b Syrie : tous les hôpitaux des quartiers rebelles d'Alep seraient hors-service, LCI avec Reuters, 19 novembre 2016.
  568. a, b et c Luc Mathieu , Veronika Dorman, Hala Kodmani et Pauline Moullot, Alep : faux et usage de faux, Libération, 16 décembre 2016.
  569. Syrie: très violents combats et pluie de bombes sur Alep, AFP, 18 novembre 2016.
  570. a et b Paul Khalifeh et Marie Bourreau, Syrie: le régime de Damas progresse à Alep, un million d'assiégés, RFI, 22 novembre 2016.
  571. a et b Madjid Zerrouky et Marc Semo, A Alep, en Syrie, les habitants abandonnés sous les bombes, Le Monde, 23 novembre 2016.
  572. Martin Planques, Alep-Est : la situation dégénère alors que plus aucun hôpital ne fonctionne, Le Figaro avec AFP, 22 novembre 2016.
  573. Syrie: le régime avance à Alep, AFP, 21 novembre 2016.
  574. Syrie : le régime appelle les rebelles à quitter Alep, Le Point avec AFP, 22 novembre 2016.
  575. Syrie : à Alep-Est, la détresse des civils, Le Point avec AFP, 25 novembre 2016.
  576. Syrie: le régime affirme avoir repris le plus grand quartier rebelle d'Alep, L'Express avec AFP, 26 novembre 2016.
  577. Syrie: le régime affirme avoir pris le plus grand quartier rebelle d'Alep, Le Figaro avec AFP, 26 novembre 2016.
  578. Syrie : à Alep, le régime reprend deux quartiers-clés aux rebelles, Le Point avec AFP, 27 novembre 2016.
  579. Lisa Barrington, Des centaines de déplacés à Alep-est, où l'armée syrienne avance, Reuters, 27 novembre 2016.
  580. a, b, c et d Laure Stephan, Syrie : à Alep, la percée décisive des forces pro-Assad, Le Monde, 28 novembre 2016.
  581. a, b et c Laure Stephan, Syrie : la rébellion s’effondre à Alep, Le Monde, 26 novembre 2016.
  582. Luis Lema, Les défenses d'Alep-Est s'effondrent, Le Temps, 28 novembre 2016.
  583. Madjid Zerrouky, Les Kurdes d’Alep profitent de l’avancée du régime syrien, Le Monde, 29 novembre 2016.
  584. a et b Syrie : le régime coupe en deux les territoires tenus par les rebelles à Alep
  585. a et b Daniel Vallot, Syrie: à Alep, la rébellion perd pied face à l’offensive du régime, RFI, 28 novembre 2016.
  586. Luc Mathieu, L'implacable offensive contre Alep, Libération, 28 novembre 2016.
  587. Marianne Meunier, À Alep, l’avancée déterminante du régime syrien, La Croix, 28 novembre 2016.
  588. L'armée syrienne prend le contrôle d'un quartier d'Alep-Est, Reuters, 26 novembre 2016.
  589. Caroline Hayek, À Alep-Est meurtrie, le doute s’instille partout, même chez les rebelles, OLJ, 30 novembre 2016.
  590. a et b Luc Mathieu, Alep-est à l’agonie, Libération, 30 novembre 2016.
  591. Syrie: les cadavres jonchent les rues à Alep-Est bombardée, AFP, 30 novembre 2016.
  592. Omar Ouahmane, "Nous avons décidé de rester" : des milliers d'habitants d'Alep tentent encore de survivre sous les bombes, Franceinfo, 30 novembre 2016.
  593. 30.000 personnes ont fui Alep-Est, Le Figaro avec Reuters, 1er décembre 2016.
  594. a et b Georges Malbrunot, Le drame des civils piégés dans Alep-Est, Le Figaro, 1er décembre 2016.
  595. Syrie : à Alep, les civils au coeur de la tourmente, Le Point avec AFP, 29 novembre 2016.
  596. Syrie: des milliers de civils fuient les combats à Alep-Est, AFP, 29 novembre 2016.
  597. More than 50,000 fled eastern Aleppo in 4 days, OSDH, 30 novembre 2016.
  598. a, b, c et d Benjamin Barthe, Syrie : à Alep, un carnage parmi les civils en fuite, Le Monde, 1er décembre 2016.
  599. Des civils syriens embrigadé de force par l’armée à Alep, 45enord.ca, 6 décembre 2016.
  600. a, b et c Alep-Est : "Les civils sont utilisés comme des pions", Le Point avec AFP, 9 décembre 2016.
  601. a et b Catherine Gouëset, Alep: "Des hommes sont placés dans des camps, il y a des rumeurs d'exécutions", L'Express, 9 décembre 2016.
  602. Hélène Sallon, Dans l’est d’Alep : « On ne demande rien d’impossible, seulement d’arrêter le massacre », Le Monde, 3 décembre 2016.
  603. Georges Malbrunot, Le drame des civils piégés dans Alep-Est, le Figaro, 30 novembre 2016.
  604. Syrie : à Alep-Est, les rebelles résistent, Le Point avec AFP, 2 décembre 2016.
  605. Les rebelles syriens tentent de résister face au régime à Alep-Est, ATS, 2 décembre 2016.
  606. Syrie : l'armée fidèle à Bachar Al-Assad s'empare d'un nouveau quartier rebelle à Alep, franceinfo avec AFP, 3 décembre 2016.
  607. Syrie: les forces pro-Assad contrôlent Qadi Askar, quartier rebelle d'Alep, RFI, 5 décembre 2016.
  608. a et b Nouvelle percée des forces prorégime dans Alep, Le Monde avec AFP, 6 décembre 2016.
  609. Reprise d’Alep en Syrie: ce n'est plus qu'une question de temps?, RFI, 6 décembre 2016.
  610. a et b Asphyxiés à Alep, les rebelles appellent à un cessez-le-feu, AFP, 7 décembre 2016.
  611. a et b Hala Kodmani, A Alep, la rébellion perd du terrain d’heure en heure, Libération, 7 décembre 2016.
  612. a, b et c L’armée syrienne annonce la prise de contrôle de la vieille ville d’Alep, les rebelles demandent une trêve, Le Monde avec AFP et Reuters, 8 décembre 2016.
  613. Laure Stephan, Les forces pro-Assad consolident leurs positions dans la Vieille ville d'Alep, RFI, 8 décembre 2016.
  614. Des groupes rebelles bloqueraient les civils à Alep-Est, selon l'Onu, AFP, 14 décembre 2016.
  615. a et b Syrie : Daech reprend le contrôle de Palmyre, Le Point avec AFP, 11 décembre 2016.
  616. L'armée syrienne contrôle 90% d'Alep-Est après s'être emparé d'un nouveau quartier, AFP, 12 décembre 2016.
  617. a et b Des centaines de rebelles se sont rendus à Alep, Le Figaro avec Reuters, 12 décembre 2016.
  618. a et b Les rebelles ont quitté six quartiers clés d’Alep, AFP, 12 décembre 2016.
  619. a et b Syrie: l'opposition s'alarme des exactions à Alep, sur le point de tomber, RFI, 13 décembre 2016.
  620. a, b et c Adrien Jaulmes, Syrie: les rebelles capitulent et évacuent Alep, Le Figaro, 13 décembre 2016.
  621. Luc Mathieu, Bataille d'Alep: «C'est le jour du jugement dernier», Libération, 12 décembre 2016.
  622. a et b L'armée syrienne s'apprête à proclamer sa victoire à Alep-Est, Reuters, 12 décembre 2016.
  623. a et b L'armée syrienne contrôle les quartiers d'Alep abandonnés par les insurgés, Reuters, 13 décembre 2016.
  624. a et b Renaud Février, Alep en passe de tomber, les témoins dénoncent des massacres, L'Obs, 13 décembre 2016.
  625. a et b Syrie : le régime crie victoire, manifestations de joie à Alep-Ouest, France 24 avec AFP et Reuters, 13 décembre 2016.
  626. Syrie : à Alep-Est, des habitants racontent "la fin du monde", Franceinfo, 13 décembre 2016.
  627. Olivier Bénis, À Alep, une fin dans le sang et les flammes, France inter, 13 décembre 2016.
  628. Delphine Minoui, Nuit d'enfer à Alep, entre la vie et la mort, Le Figaro, 13 décembre 2016.
  629. Les cris de détresse des civils d'Alep-Est, en vidéos, OLJ, 13 décembre 2016.
  630. Syrie: l'ONU s'alarme de la situation des civils à Alep, AFP, 13 décembre 2016.
  631. Alep-Est: les forces syriennes ont tué 82 civils, annonce l'ONU, AFP, 13 décembre 2016.
  632. Stephanie Nebehay et Tom Miles, Syrian army, Iraqi militia accused of 'slaughter' of civilians in Aleppo, Reuters, 13 décembre 2016.
  633. a, b et c Benjamin Barthe, Confusion à Alep après la capitulation des rebelles, Le Monde, 14 décembre 2016.
  634. a et b Syrie: l'armée a repris la totalité d'Alep, AFP, 22 décembre 2016.
  635. Breaking Aleppo, Atlantic Council, février 2017, p.51.
  636. Syrie : les rebelles annoncent un accord pour une évacuation d'Alep, Le Point avec AFP, 13 décembre 2016.
  637. a, b et c Benjamin Barthe,L’évacuation d’Alep, une opération organisée par la Russie et la Turquie, Le Monde, 16 décembre 2016.
  638. a et b [1], France 24 avec AFP et Reuters, 14 décembre 2016.
  639. a et b Premières évacuations à Alep, où le cessez-le-feu tient, Reuters, 15 décembre 2016.
  640. Syrie : situation «horrible» à Alep, un nouvel accord trouvé pour l'évacuation, Le Parisien, 14 décembre 2016.
  641. Luis Lema, L’Iran a fait capoter l’accord sur la reddition d’Alep, Le Temps, 14 décembre 2016.
  642. Le Hezbollah conteste la conclusion d'un accord à Alep, Reuters, 14 décembre 2016.
  643. a, b et c Hala Kodmani, Des bus pour évacuer les quartiers Est, Libération, 15 décembre 2016.
  644. Marie Jégo, Syrie : nouvelle tentative pour évacuer les civils et les combattants d’Alep, Le Monde avec AFP, AP et Reuters, 15 décembre 2016.
  645. Benjamin Barthe, « Nous reviendrons » : dans les larmes et le sang, l’adieu des insurgés à Alep, Le Monde, 16 décembre 2016.
  646. Syrie : encore 50 000 personnes piégées à Alep-Est, Le Parisien avec AFP, 15 décembre 2016.
  647. Les premiers évacués quittent les quartiers rebelles d'Alep, Le Temps avec agences, 15 décembre 2016.
  648. Syrie : Bachar Al-Assad revendique la « libération » d’Alep, Le Monde, 15 décembre 2016.
  649. a et b Madjid Zerrouky et Benjamin Barthe, Téhéran pose ses conditions à l’évacuation de l’est d’Alep, Le Monde 17 décembre 2016.
  650. Luc Mathieu, Alep bouclé à nouveau, Libération, 16 décembre 2016.
  651. L'évacuation des rebelles blessés et civils d'Alep en Syrie suspendue, l'armée russe annonce qu'elle est terminée, Le Huffington Post avec AFP, 16 décembre 2016.
  652. A Alep, les évacuations sont suspendues, Le Monde avec AFP et Reuters, 16 décembre 2016.
  653. Des milliers de Syriens évacués d'Alep, AFP, 19 décembre 2016.
  654. a et b Marianne Meunier, Unanimité tardive à l’ONU autour d’Alep-Est, La Croix, 19 décembre 2016.
  655. Blandine Le Cain, Bana, la fillette syrienne aux 300.000 abonnés Twitter, a été évacuée d'Alep, AFP, 19 décembre 2016.
  656. Des navettes évacuent les derniers rebelles d’Alep, Le Monde avec AFP, 22 décembre 2016.
  657. a et b Syrie : l’armée de Bachar Al-Assad déclare avoir repris le contrôle d’Alep, Le Monde avec AFP, 23 décembre 2016.
  658. Ankara demande l'aide de la coalition à Al Bab, Le Figaro avec Reuters, 26 décembre 2016.
  659. The regime forces and Hezbollah deploy in the square which was under the control of factions in Aleppo city with the pass of the last batch from their controlled areas towards al-Rashedin, OSDH, 22 décembre 2016.
  660. Delphine Minoui, Turquie: à Cilvegözü, le terminus des évacués syriens, Le Figaro, 23 décembre 2016.
  661. Delphine Minoui, Le récit de Bader, blessé à Alep, hospitalisé en Turquie, Le Figaro, 23 décembre 2017.
  662. Laure Stephan, Les évacués d’Alep survivent dans l’attente, Le Monde, 23 janvier 2017.
  663. Emile Boutelier, L'ex-maire d'Alep accuse : "Les dirigeants occidentaux ne feront rien pour la Syrie", L'Obs, 15 août 2017.
  664. Benjamin Barthe, Après Alep, le désarroi de l’opposition syrienne, Le Monde, 23 décembre 2016.
  665. Syrie : les forces du régime et leurs alliés investissent Alep, Le Monde avec AFP, 23 décembre 2016.
  666. L'armée syrienne se déploie dans les ex-quartiers rebelles d'Alep, AFP, 23 décembre 2016.
  667. Fabrice Balanche, Syrie : pourquoi l'accord de cessez-le-feu n'annonce pas la fin de la guerre, Le Figaro, 2 janvier 2017.
  668. Laure Stephan, En Syrie, Alep panse ses plaies dans la douleur, Le Monde', 3 février 2017.
  669. Georges Malbrunot, À Alep, dans les ruines de la vieille ville dévastée, Le Figaro, 27 décembre 2016.
  670. Le Monde : 5 307 civils tués en Syrie par les francs-tireurs du régime
  671. Syrie : les bombardements font près de 2 000 morts en cinq mois, à Alep, Francetv info avec AFP, 30 mai 2014.
  672. OSDH : قذائف خالد حياني تقتل وتجرح أكثر من 900 مدني في مدينة حلب خلال 162 يوماً
  673. Syrie : à Alep, les barils d'explosifs répandent la terreur et le sang, Amnesty International (rapport 2015), 5 mai 2015.
  674. Syrie: Amnesty dénonce les "crimes contre l'humanité" à Alep, Le Point, 5 mai 2015.
  675. Bataille d'Alep : les dates clés de 2012 à 2016, L'Orient Le Jour, 4 mai 2015.
  676. a, b, c, d, e et f About 19,000 killed or wounded since the collapse of De Mistora casefire in Aleppo city, OSDH, 22 décembre 2016.
  677. Armin Arefi, Syrie : à Alep-Est, "le régime d'Assad vise clairement les civils", Le Point, 2 décembre 2016.
  678. Alep: Les casques blancs accusent Moscou, Le Figaro avec Reuters, 16 décembre 2016.
  679. Breaking Aleppo, Atlantic Council, février 2017, p.19.
  680. After more than 1600 days and the death of about 21500 civilians… Bashar al-Assad’s regime forces regain control of Aleppo city with the support of its loyal parties, OSDH, 21 décembre 2016.
  681. The regime forces and Hezbollah deploy in the square which was under the control of factions in Aleppo city with the pass of the last batch from their controlled areas towards al-Rashedin, OSDH, 22 décembre 2016.
  682. En images, les derniers instants de la journaliste japonaise tuée à Alep, Le Monde, 22 août 2012.
  683. Mort du réalisateur et journaliste syrien Tamer al-Awam, Télérama, 12 septembre 2012.
  684. a, b, c et d SYRIE. 21 journalistes tués depuis le début de la révolte, L'Obs avec AFP, 24 février 2013
  685. Syrien: un journaliste syrien travaillant pour une chaîne pro-régime tué à Alep, Belga, 4 janvier 2013.
  686. Un journaliste français tué par un tireur embusqué en Syrie, Le Nouvel Observateur avec AFP, 18 janvier 2013.
  687. Fanny Arlandis, Khaled al-Essa, jeune journaliste syrien tué à Alep, Libération, 27 juin 2016.
  688. Reuters, « La Syrie divisée en zones d'influence russe, turque, iranienne? », sur Mediapart, (consulté le 28 décembre 2016).