Mahdi al-Harati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mahdi al-Harati
Mahdi al-Harati en 2011.
Mahdi al-Harati en 2011.

Naissance 1973 (42-43 ans)
Tripoli
Origine Libyen, Irlandais
Allégeance Flag of Libya (1951).svg Armée de libération nationale (2011)
Flag of Syria 2011, observed.svg Liwa al-Umma (2012)
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre (2012)
Drapeau de la Libye Libye (Gouvernement de Tripoli) (depuis 2011)
Grade Colonel
Conflits Première guerre civile libyenne
Guerre civile syrienne
Seconde guerre civile libyenne
Commandement Brigade de Tripoli
Liwa al-Umma
Faits d'armes 1re Bataille de Tripoli
2e Bataille de Tripoli
Bataille d'Idleb
Bataille d'Alep
Autres fonctions Maire de Tripoli (depuis 2014)

Mahdi al-Harati, né vers 1973 à Tripoli en Libye est un chef militaire et politicien irlando-libyen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il vit deux dizaines d'années à Dublin en Irlande où il épouse une Irlandaise et enseigne l'arabe[1].

En mai 2010, il a fait partie de la flottille pour Gaza.

Il se rend en Libye en 2011 pour fonder et commander en tant que colonel la brigade de Tripoli, entrainé par le Qatar, de l'Armée de libération nationale.

En juillet 2011, sa maison à Dublin est cambriolée. 200 000 euros en billets de 500 euros lui sont dérobés. Il déclare à la police irlandaise que cette somme lui avait été donnée par les services secrets américains[2].

En août 2011, à la tête de la Brigade de Tripoli, Harati joue un rôle déterminant dans la seconde bataille de Tripoli. Il devient alors le numéro 2 du Conseil militaire de Tripoli, mais il se brouille rapidement avec son chef, Abdelhakim Belhadj, et démissionne[3].

Il rejoint la Syrie en décembre 2011 en pleine guerre civile. Il forme le groupe Liwa al-Umma et combat à Idleb et Alep. En septembre 2012, sa brigade intègre l'Armée syrienne libre, mais peu après Harati quitte la Syrie et regagne la Libye, officiellement pour raison médicale[4],[5],[3],[6].

Harati est élu maire de Tripoli en 2014[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]