Cathédrale Saint-Élie d'Alep

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Façade de la cathédrale, devant laquelle se trouve la statue de l'archevêque maronite et poète, Mgr Germain Farhat, 1670-1732, érigée en 1932.

La cathédrale Saint-Élie (en arabe: كاتدرائية القدّيِس الياس) est la cathédrale maronite de la ville d'Alep au nord de la Syrie. Elle se trouve place Farhat, dans le vieux quartier chrétien de Jdeydeh. Construite en 1873 et agrandie en 1914, pendant l'occupation de l'Empire Ottoman, elle remplace une église maronite du XVe siècle[1]. Elle est dédiée au prophète Élie.

Devant la cathédrale, place Farhat, se trouve la statue érigée en 1932 de Mgr Germain Farhat (1670-1732), poète et fondateur de la bibliothèque maronite d'Alep qui regroupe nombre de précieux manuscrits anciens.

La cathédrale a été endommagée en août 2012 pendant la bataille d'Alep par les attaques des rebelles de la Liwa al-Tawhid. L'ancien quartier de Jdeydeh a subi des dommages irréparables.

Le 26 avril 2015, la cathédrale est sévèrement endommagée, à cause de deux grosses explosions à partir de tunnels creusés par des rebelles sous la vieille ville d'Alep[2] : le toit de la nef s'est effondré et l'intérieur a été saccagé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mentionnée par Pietro Della Valle en 1625
  2. « Explosion de la cathédrale maronite d’Alep », sur France Catholique, (consulté le 1er mai 2015)