Marea (Syrie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec le site archéologique du même nom, Mari.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marea.

Mari
Marea
Noms
Nom arabe مارع
Administration
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Coordonnées 36° 28′ 58″ nord, 37° 11′ 47″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

Voir sur la carte administrative de Syrie
City locator 14.svg
Mari
Marea

Mari parfois Marea[1] (مارع) est une ville de Syrie située à 25 kilomètres au nord d'Alep. Elle dépend administrativement du gouvernorat d'Alep et du district d'Azaz. Elle est le chef-lieu administratif du canton (nahié) de Mari. Elle ne doit pas être confondue avec le site archéologique du même nom situé à l'Est du pays. Selon le recensement de 2004, la ville comptait alors 16 904 habitants (et pour la nahié 39 306 habitants[2]).

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville (à 426 mètres d'altitude) se trouve proche de Cheikh Issa et Tell Rifaat à l'ouest, Azaz au nord-ouest, Dabiq au nord-est, al-Bab au sud-est, Maarateh Om Hoch et Herbel au sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mari a été touchée par la révolte en opposition au régime de Bachar al-Assad. La brigade Ibn Walid a été formée ici en août 2012, portant allégeance à l'armée syrienne libre[3] et c'est ici que est né Abd al-Qader Salah (tué en 2013) qui a formé les premiers hommes de sa Brigade de l'Unicité d'Allah, soutenue financièrement par la Turquie et le Qatar.

Article détaillé : Bataille de Marea.

Aujourd'hui Mari se trouve dans une zone aux mains du Front islamique[4] et à deux kilomètres seulement de l'État islamique à l'est. Depuis l'avancée des Unités de protection du peuple kurde, appuyées par l'aviation russe, à l'hiver 2015-2016, Mari est dans la ligne de mire[5]. Des négociations ont lieu à la mi-février 2016 pour qu'elle se rende sans combat aux forces kurdes syriennes. Les rebelles tenant Mari, essentiellement issus des rangs d'Ahrar al-Sham alliés entre autres avec des unités du Jabhat Al-Shamiyah, doivent aussi subir les assauts à l'est des milices de l'État islamique qui sont repoussées le 18 février 2016[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]