Qassem Soleimani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soleimani.

Qassem Soleimani
Ghassem Soleimani
Qassem Soleimani

Naissance
Rabor (Iran)
Décès (à 62 ans)
Bagdad (Irak)
Origine Iranien
Allégeance Drapeau de l'Iran Iran
Arme Corps des Gardiens de la révolution islamique
Grade Major-général
Années de service 1979-2020
Commandement Force Al-Qods
(1998-2020)
Conflits Rébellion kurde de 1979 (en)
Guerre Iran-Irak
Insurrection du Parti démocratique kurde d'Iran (en)
Guerre du Saada
Guerre d'Irak
Conflit israélo-libanais de 2006
Première guerre civile irakienne
Guerre civile syrienne
Seconde guerre civile irakienne
Faits d'armes Opération Tariq al-Qods (en)
Opération Victoire Indéniable
Opération Beit ol-Moqaddas
Opération Ramadan
Opération Avant l'Aube (en)
Opération Valfajr 1 (en)
Opération Valfajr 3 (en)
Opération Valfajr 4 (en)
Opération Valfajr 5 (en)
Opération Valfajr 6
Bataille des Marais (en)
Opération Badr
Libération de Meimak (fa)
Première bataille d'Al Faw
Bataille de Mehran (en)
Opération Kerbala 4 (en)
Opération Kerbala 5
Opération Kerbala 6
Opération Kerbala 10 (en)
Opération Beit-ol-Moqaddas 7 (fa)
Seconde bataille d'Al Faw (en)
Opération Valfajr 10 (en)
Opération Nasr 4
Opération Mersad
Raid du quartier général de la province de Karbala (en)
Bataille de Qousseir
Siège d'Amerli
Bataille de Jourf al-Sakhr
Bataille de Baïji
Offensive de 2015 dans le sud de la Syrie (en)
Bataille de Tikrit
Offensive de Hama
Siège de l'aéroport militaire de Kuweires (en)
Campagne de Lattaquié (en)
Bataille d'Alep
Bataille d'Al-Anbar
Offensive de la Badiya
Bataille de Boukamal
Distinctions Ordre de Zulfikar

Qassem Soleimani (en persan : قاسم سلیمانی), ou Ghassem Soleimani, né le à Rabor (province de Kerman) et mort le à Bagdad, est un général iranien, commandant de la Force Al-Qods du corps des Gardiens de la révolution islamique.

Après avoir participé à la guerre Iran-Irak, il dirige les opérations extérieures du régime iranien, notamment pendant les guerres d'Afghanistan, la guerre d'Irak, le conflit israélo-libanais de 2006 et la guerre civile syrienne. Lors de cette période, il étend l'influence de l'Iran au Moyen-Orient en chapeautant de nombreuses milices chiites pro-iraniennes, notamment les Hachd al-Chaabi en Irak et le Hezbollah au Liban. En Syrie, il participe à la formation des Forces de défense nationale et dirige les milices chiites étrangères qui viennent en aide au régime de Bachar el-Assad. Il soutient également le Hamas et le Jihad islamique palestinien en Palestine, et les Houthis au Yémen.

Proche du Guide de la Révolution Ali Khamenei, il est élevé au rang d'icône par la République islamique d'Iran. Il est tué à Bagdad dans une frappe de drone ciblée menée par les États-Unis, lors de la crise américano-iranienne de 2019-2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Qassem Soleimani naît en 1957[1] dans une famille de paysans modestes de la région de Kerman[2],[3]. Après cinq années d’école obligatoire, il devient ouvrier à l'âge de 13 ans[3],[4].

En 1979, il participe à la Révolution iranienne et rejoint le corps des Gardiens de la révolution islamique[3].

Guerre Iran-Irak[modifier | modifier le code]

Qassem Soleimani fait ses premières armes en 1980, au début de la guerre Iran-Irak[3]. Soleimani gagne une réputation de bravoure, surtout à la suite des missions de reconnaissance entreprises derrière les lignes irakiennes[5],[3].

Après avoir participé à l'écrasement d'une révolte kurde dans le nord-ouest du pays, il devient lieutenant[5],[4]. Pendant la guerre Iran-Irak, il sert sur le front sud[5]. Après la fin du conflit, il est commandant des Gardiens de la révolution dans sa province natale de Kerman[5],[3]. Il est ensuite envoyé au Sistan-et-Baloutchistan combattre les groupes indépendantistes arabes sunnites et les trafiquants de drogue à la frontière afghane[3].

Il gravit rapidement les grades en raison de son rôle dans les opérations réussies de reconquête face à l'armée irakienne, dans la province du Khouzistan. Il finit par devenir le chef de la 41e division Tharallah[6].

Al-Qods[modifier | modifier le code]

Le Guide de la Révolution Ali Khamenei, le secrétaire-général du Hezbollah Hassan Nasrallah et Qassem Soleimani à Téhéran. Date inconnue, image publiée en 2019.

À la fin de 1997 ou au début de 1998, Qassem Soleimani est nommé à la tête de la Force Al-Qods, les forces spéciales des Gardiens de la Révolution[3]. Reconnu comme un brillant tacticien, y compris par les Occidentaux, il œuvre en faveur des chiites au Moyen-Orient, notamment en bâtissant la branche armée du Hezbollah libanais.

Au Liban et en Palestine, il fournit pendant les années 2000 et 2010 un soutien matériel et une expertise militaire au Hezbollah, au Hamas et au Jihad islamique palestinien[7].

Lors des protestations étudiantes de juillet 1999, Soleimani s'exprime publiquement et menace à demi-mot le président réformateur Mohammad Khatami de le déposer s'il ne vient pas rapidement à bout des manifestations[4].

Lors de la campagne d'Afghanistan de 2001, alors que le régime iranien redoute se retrouver avec des troupes américaines à ses frontières, Soleimani défend devant le Conseil suprême de sécurité nationale l'idée d'une coopération avec les Américains contre les talibans[3]. Des diplomates iraniens pilotés par Soleimani rencontrent alors le diplomate Ryan Crocker et lui livrent de nombreux renseignements sur les talibans[3],[8]. Cette collaboration s'écroule cependant en 2002, alors que les États-Unis préparent l'invasion de l'Irak et que George W. Bush désigne l'Iran comme un membre de l'« Axe du Mal »[3],[4].

Après le début de la guerre d'Irak en 2003, Soleimani développe un réseau de milices chiite pro-iraniennes, inspirées du Hezbollah libanais[3],[9]. Il arme, entraîne et dirige les actions de ces milices contre les forces américaines[10]. Selon les estimations de l'armée américaine, environ 600 militaires américains sont tués par les combattants pro-iraniens lors du conflit irakien[11].

En 2006, au début du conflit israélo-libanais, il se rend au Liban avec Imad Moughniyah[12]. Il reste dans le pays pendant presque toute la durée du conflit[12].

Le , il est nommé major général par l'ayatollah Khamenei. À partir de la fin de 2012, il engage la Force Al-Qods dans le conflit syrien[3]. Tout au long de la guerre civile syrienne, il est la tête de plusieurs dizaines de milliers de miliciens islamistes chiites venus d'Irak, du Liban, d'Afghanistan et du Pakistan qui appuient les forces de Bachar el-Assad[3],[13]. En 2012, il participe à la formation des Forces de défense nationale, qui réunissent l'ensemble des milices pro-régime[13]. En 2013, il dirige les forces du Hezbollah à la bataille de Qousseir[5],[4].

Le , dans les heures qui suivent la chute de Mossoul, l'Iran dépêche Qassem Soleimani en Irak[3],[14]. Au cours des mois suivants, il intervient notamment lors du siège d'Amerli, la bataille d'Al-Anbar, la bataille de Baïji et la bataille de Tikrit[15].

Qassem Soleimani avec des miliciens hazaras afghans de la Division des Fatimides à al-Tanaf, en Syrie, le 12 juin 2017.

Qassem Soleimani poursuit également ses opérations en Syrie, où il se rend régulièrement. Le 22 novembre 2015, il est légèrement blessé à al-Eiss, au sud-ouest d'Alep, lors de combats contre les rebelles[16],[17]. Le 31 mars 2017, il se rend sur le front de Hama[18]. En novembre 2017, il supervise personnellement la bataille de Boukamal[19],[20],[21].

En octobre 2017, après le référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien, Soleimani se rend à Souleimaniye et aurait œuvré pour obtenir le retrait des troupes de l'UPK, lesquelles n'opposent guère de résistance lors de l'offensive de Kirkouk menée le par l'armée irakienne et les Hachd al-Chaabi[22],[23],[24].

En octobre 2019, au début des manifestations contre le gouvernement irakien, politiquement proche de l'Iran, Soleimani organise une réunion à Bagdad avec des responsables de la sécurité irakiens pour faire valoir le savoir-faire de sa milice pour « contrôler » les manifestations[25]. Les milices pro-iraniennes des Hachd al-Chaabi sont particulièrement impliquées dans la répression qui fait 600 morts[26],[27],[28].

Selon l'agence Thomson Reuters, à la mi-octobre 2019, lors d'une réunion à Bagdad, alors que l'Irak commence à être en proie aux manifestations antigouvernementales, Qassem Soleimani donne pour instruction aux milices chiites de mener des attaques sur des cibles américaines afin de provoquer des ripostes de la part de Washington qui pourraient faire tourner la colère des Irakiens vers les États-Unis[29]. Il donne également l'ordre aux Gardiens de la révolution de transférer des roquettes Katioucha et des missiles sol-air portatifs aux Kataeb Hezbollah, qui sont chargées de coordonner ces attaques[29].

L'Iran est également touché en novembre 2019 par un mouvement de protestation anti-gouvernemental[30]. Des portraits de Qassem Soleimani et du Guide de la Révolution Ali Khamenei sont brûlés[30]. Les autorités coupent internet et les Gardiens de la révolution islamique mènent une violente répression qui fait entre 300 et 1 500 morts[31],[32],[33],[30].

Mort et conséquences[modifier | modifier le code]

Passage à travers la foule des cercueils de Soleimani, de Mouhandis et des quatre officiers iraniens, le 6 janvier 2020, à Téhéran.
Le Guide de la Révolution Ali Khamenei, le président Hassan Rohani, le président du Parlement Ali Larijani, le chef de l'Autorité judiciaire Ebrahim Raïssi, le chef des Gardiens de la révolution islamique Hossein Salami et le chef de la Force Al-Qods Ismael Qaani devant le cercueil de Soleimani, le 6 janvier 2020, à Téhéran.

Le 27 décembre 2019, 36 roquettes s'abattent sur la base K1 à Kirkouk, où sont présents des militaires américains. Un sous-traitant américain est tué dans l'attaque. Le 29 décembre, les États-Unis ripostent en bombardant cinq sites tenus par les Kataeb Hezbollah, dont trois dans l'ouest de l'Irak et deux dans l'est de la Syrie, tuant au moins 25 combattants de la milice et faisant 51 blessés[34],[35],[36]. Le 31 décembre, des milliers de miliciens et de partisans des Kataeb Hezbollah pénètrent dans l'enceinte de l'ambassade des États-Unis à Bagdad[37]. Le , le président américain Donald Trump menace l'Iran, affirmant tenir le pays pleinement responsable des précédentes attaques[38].

Le , Qassem Soleimani est tué à sa sortie de l'aéroport de Bagdad par une frappe de drone ciblée ordonnée par le président des États-Unis Donald Trump[9],[39], en représailles à l'attaque du 31 décembre 2019[40],[41]. Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux de la coalition de paramilitaires Hachd al-Chaabi et chef des Kataeb Hezbollah, quatre officiers du Corps des Gardiens de la révolution islamique et quatre autres membres du Hachd trouvent également la mort lors de ce raid[42],[43].

Qassem Soleimani est élevé à titre posthume au grade, inusité depuis des années en Iran, de général de corps d'armée[44]. Le Guide de Révolution nomme dés le 3 janvier le général Ismael Qaani en tant que nouveau commandant en chef de la Force Al-Qods[45].

Des milliers de personnes manifestent à Téhéran le 3 janvier en brandissant des portraits de Qassem Soleimani et en scandant « Mort à l'Amérique »[46]. L'Orient-Le Jour souligne que « ces images tranchent avec celles des manifestants qui brûlaient des portraits de l’ayatollah Ali Khamenei et de l’ancien commandant de la force al-Qods au cours de la dernière vague de manifestations. Elles tranchent également avec les slogans phares qui appelaient à la fin de l’interventionnisme iranien dans la région »[47]. Des rassemblements en hommage à Soleimani ont également lieu à Bagdad, Beyrouth et Sanaa[48]. Sa mort est en revanche célébrée en Syrie dans les zones tenues par les rebelles[49],[50].

En Irak, la mort de Qassem Soleimani est accueillie avec joie par des manifestants anti-gouvernementaux[51]. Nombre d'entre eux dénoncent à la fois l'Iran et les États-Unis[52],[53]. Dans certaines villes, les rencontres entre manifestations anti-gouvernementales et cortèges pro-Iran tournent à l'affrontement[52].

Le 4 janvier, des dizaines de milliers d'Irakiens brandissant les drapeaux des milices des Hachd al-Chaabi défilent en cortège à Bagdad[54],[55]. Le Premier ministre démissionnaire Adel Abdel-Mehdi, l'ancien Premier ministre Nouri al-Maliki, le chef du Hachd Faleh al-Fayyadh, le chef de l'Organisation Badr Hadi al-Ameri et les chefs d'autres milices participent aux obsèques[54],[55]. Le convoi transportant les dix corps traverse ensuite Kerbala et Nadjaf[54],[55]. En Iran, trois jours d'hommage national sont décrétés par les autorités[56],[57]. Le 5 janvier, le convoi funéraire transportant les restes de Soleimani, d'al-Mouhandis et des quatre autres officiers iraniens traversent les villes d'Ahvaz et de Mechhed en présence d'un foule immense[56],[58],[59]. Le 6, le Guide de la Révolution Ali Khamenei prononce une prière en arabe devant les six cercueils à l'Université de Téhéran, puis le convoi traverse Téhéran en présence d'une foule estimée à plusieurs millions de personnes par la télévision d'État[58],[60],[61],[59]. Des drapeaux américains et israéliens sont brûlés[61],[62]. Le cercueil de Soleimani est ensuite transféré vers la ville sainte chiite de Qom[61]. Le corps de Soleimani est enterré à Kerman le 7 janvier, mais une bousculade pendant la procession funéraire fait au moins 56 morts et 212 blessés[63],[64].

Image en Iran[modifier | modifier le code]

Qassem Soleimani reçoit l'ordre de Zulfikar des mains d'Ali Khamenei le 10 mars 2019.
Qassem Soleimani décoré des insignes de l'ordre de Zulfikar.

Vétéran décoré de la guerre Iran-Irak, dans laquelle il est devenu commandant de division à moins de trente ans, Qassem Soleimani est considéré comme un personnage clé de l'influence militaire iranienne au Moyen-Orient[65]. À ce titre, il fédère une grande partie de la population iranienne. Selon un sondage réalisé par le Centre d'étude international et de sécurité de l'université du Maryland en juillet 2017, il est la personnalité publique la plus populaire en Iran, avec 78 % d’opinions favorables ou très favorables[66]. Il renforce sa popularité par l'envoi de photos prises sur les différents théâtres d'opération où il se trouve[67].

Il est élu homme de l'année par le site iranien d'informations Khabaronline.ir (conservateur modéré) à la suite d'un sondage conduit sur le site quelques jours avant le 21 mars 2015 (Nouvel-an iranien)[68].

Pour Maziar Khosravi, journaliste au quotidien réformateur iranien Charq, la popularité de Soleimani s'explique par le fait qu'il « était l'un des rares, si ce n'est le seul des commandants des Gardiens à ne pas intervenir » sur la scène politique intérieure[48]. Il affirme également qu'« il montrait de l'empathie pour les femmes considérées mal voilées selon le système politique iranien, estimant qu'elles ne devaient pas être rejetées »[48].

Après la mort de Soleimani, le journaliste au Figaro Georges Malbrunot écrit : « En venant si nombreux, les Iraniens ont d’abord rendu hommage au chef militaire, qui réussit à sanctuariser leur pays face aux attaques des djihadistes de Daech, depuis l’Irak voisin. Ils lui savent gré également de ne pas avoir eu d’ambitions politiques[69]. » Pierre Alonso, journaliste à Libération, indique : « La propagande officielle a su exploiter cette idée d’un Iran assiégé, entouré de conflits et de forces hostiles, et ériger Soleimani en barrage, alors que les massacres qu’il a ordonnés, notamment en Irak, ont contribué à aliéner les populations sunnites, renforçant ainsi l’État islamique, organisation terroriste très antichiite. […] L’élimination de Soleimani a immédiatement réveillé le puissant nationalisme iranien, qui revient dans le pays ces dernières années. […] Sa mort a condamné au silence ceux qui tentent de protester au sein de la République islamique[70]. »

Azadeh Kian, professeur de sciences politiques à l'Université Paris-VIII, affirme : « Soleimani est vu comme un stratège. Il n’était pas directement impliqué dans la répression des mouvements sociaux ces quinze dernières années, contrairement à Mohammad Ali Jafari et Hossein Salami, qui sont perçus comme des agents de la répression »[70].

D’autres sources sont très critiques. Pour la chercheuse iranienne à Sciences Po Mahnaz Shirali : « pour l'Iranien lambda, Soleimani était un monstre, ce qui se fait de pire dans la République islamique[71]. »

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Legifrance
  2. (en) Adam Taylor, Qasem Soleimani: Who was Iran’s powerful military leader?, washingtonpost.com, 3 janvier 2020
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o Louis Imbert, Ghassem Soleimani, sentinelle de l’Iran, Le Monde, 12 mai 2017.
  4. a b c d et e Pierre Alonso, Iran : Qassem Soleimani, infatigable exportateur de la révolution islamique, Libération, 3 janvier 2020.
  5. a b c d et e (en) Dexter Filkins, « The Shadow Commander », The New Yorker,
  6. The enigma of Qasem Soleimani and his role in Iraq, 13 octobre 2013.
  7. Marc Daou, Qassem Soleimani, bête noire des États-Unis et ennemi numéro un d’Israël, France 24, 3 janvier 2020.
  8. (en) Mohammad Ali Shabani, « Donald Trump’s assassination of Qassem Suleimani will come back to haunt him », sur The Guardian, (consulté le 3 janvier 2020)
  9. a et b Louis Imbert, Le général Soleimani, tué par les Etats-Unis, était l’architecte de la puissance iranienne, Le Monde, 3 janvier 2019.
  10. Frédéric Autran, Mort de Soleimani : «Il y aura des représailles et il faut espérer que l'administration Trump s'y est préparée», Libération, 3 janvier 2020.
  11. James P. Rubin, James P. Rubin : « Une guerre entre les Etats-Unis et l’Iran est aujourd’hui une réelle possibilité », Le Monde, 8 janvier 2020.
  12. a et b Iran: le général Soleimani raconte sa guerre israélo-libanaise de 2006, AFP, 1er octobre 2019.
  13. a et b Weiss et Hassan 2015, p. 196-202.
  14. Irak: le chef d'une unité d'élite iranienne est arrivé dès la prise de Mossoul, AFP, 28 novembre 2014.
  15. Les Gardiens de la révolution iranienne en première ligne contre l’EI en Irak France 24
  16. Le général iranien Souleimani légèrement blessé en Syrie (ONG, source syrienne), AFP, 25 novembre 2015.
  17. Georges Malbrunot, twitter.
  18. Stéphane Mantoux Syrie: les djihadistes d'Hayat Tahrir al-Cham mettent en scène leurs combats au nord d'Hama, France Soir, 14 avril 2017.
  19. La reprise d'Abou Kamal au groupe EI, une «grande victoire» selon l'Iran, RFI, 21 novembre 2017.
  20. La "fin de l'EI" en Syrie et en Irak annoncée depuis Téhéran, France 24 avec AFP et Reuters, 21 novembre 2017.
  21. Adrien Jaulmes, Les quatre visages du Hezbollah libanais, Le Figaro, 26 novembre 2017.
  22. Catherine Gouëset, Irak: comment les Kurdes ont perdu Kirkouk, L'Express, 17 octobre 2017.
  23. [vidéo] Pourquoi la bataille de Kirkouk a-t-elle été si courte ?, France 24, 17 octobre 2017.
  24. Anthony Samrani, Bagdad profite des divisions kurdes pour s’emparer de Kirkouk, OLJ, 17 octobre 2017.
  25. (en) Qassim Abdul-Zahra et Joseph Krauss, « Protests in Iraq and Lebanon pose a challenge to Iran », Associated Press,
  26. Hélène Sallon,« On doit rester unis jusqu’à la chute du régime » : à Bagdad, la contestation de la place Tahrir résiste à la répression, Le Monde, 2 novembre 2019.
  27. Irak: un 3e militant assassiné en 10 jours, l'ONU accuse des "milices", AFP, 11 décembre 2019.
  28. En Irak, une génération est broyée et le système remis en cause, Médiapart, 19 décembre 2019.
  29. a et b Le plan de Soleimani pour intensifier les attaques contre les forces US en Irak dévoilé par Reuters, OLJ, 5 janvier 2020.
  30. a b et c Le bilan de la répression en Iran atteindrait 1.500 morts - sources, Reuters, 23 décembre 2019.
  31. Ghazal Golshiri, Avec le retour d’Internet, les Iraniens découvrent l’ampleur de la répression, Le Monde, 26 novembre 2019.
  32. Soulayma Mardam Bey, Pourquoi l’Iran risque de fermer complètement la parenthèse révolutionnaire, OLJ, 6 janvier 2020.
  33. Ghazal Golshiri, Iran : retour sur un massacre dans le sud du pays, Le Monde, 7 décembre 2019.
  34. Hélène Sallon, Risque d’escalade entre les Etats-Unis et les milices chiites en Irak, Le Monde, 30 décembre 2019.
  35. Irak : les représailles américaines font 19 morts, Le Point avec AFP, 30 décembre 2019.
  36. Frédéric Autran, Irak : derrière les frappes américaines, l’ombre du conflit avec l’Iran, Libération, 30 décembre 2019.
  37. « Mort à l’Amérique » : des manifestants attaquent l’ambassade américaine à Bagdad après des raids, Le Monde avec AFP et Reuters, 31 décembre 2019.
  38. Après l'attaque de l'ambassade des États-Unis à Bagdad, Donald Trump menace l'Iran, L'Express avec AFP, 1er janvier 2020.
  39. « Le puissant général iranien Qassem Soleimani tué en Irak sur ordre de Donald Trump », sur francetvinfo.fr, (consulté le 2 janvier 2020).
  40. « Des unités d’élite irakiennes déployées pour sécuriser l’ambassade américaine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2020)
  41. « Statement by the Department of Defense », sur defense.gov, .
  42. Hala Kodmani, Abou Mehdi Al-Mouhandis, l'autre victime du raid contre Soleimani, Libération, 3 janvier 2020.
  43. Amir Havasi, Iran Threatens Revenge As It Mourns Guards Killed By US, International Business Times, 3 janvier 2020.
  44. Funérailles populaires grandioses, et endeuillées, pour Soleimani, AFP, 8 janvier 2020.
  45. Mort de Soleimani: l'Iran nomme un nouveau chef de la force Al-Qods, Esmaïl Qaani, AFP, 3 janvier 2020.
  46. Iran : des dizaines de milliers de manifestants à Téhéran contre les "crimes" américains, L'Express avec AFP, 3 janvier 2019.
  47. Soulayma Mardam Bey, « Pourquoi l’Iran risque de fermer complètement la parenthèse révolutionnaire », sur L'Orient-Le Jour.com, (consulté le 6 janvier 2020).
  48. a b et c Le général Soleimani, un "martyr" qui transcende les clivages en Iran, AFP, 7 janvier 2020.
  49. Caroline Hayek, L'opposition syrienne célèbre la liquidation du général Soleimani, L'Orient-Le Jour, 4 janvier 2020.
  50. Pour des Syriens d'Idleb, la mort de Soleimani est une "victoire", AFP, 10 janvier 2020.
  51. Gilles Gallinaro et Omar Ouahmane, "On a fêté ça, c’était une grande joie" : de jeunes Irakiens se réjouissent de la mort de Qassem Soleimani, Franceinfo, 6 janvier 2020.
  52. a et b En Irak, les manifestants anti-pouvoir disent non aux "occupants américain et iranien", L'Obs avec AFP, 5 janvier 2020.
  53. Lucile Wassermann, En Irak, les manifestants disent «non à l'Amérique» et «non à l'Iran», RFI, 10 janvier 2020/
  54. a b et c Des dizaines de milliers d’Irakiens aux obsèques du général Soleimani, AFP, 4 janvier 2020.
  55. a b et c Mort du général iranien Soleimani : funérailles à Bagdad, nouveau raid aérien dans la nuit, Le Monde avec AFP et Reuters, 4 janvier 2020.
  56. a et b Des milliers d’Iraniens rendent hommage au général Soleimani, L'Obs avec AFP, 5 janvier 2020.
  57. Iran: le général Soleimani sera enterré mardi dans sa ville natale, Le Figaro avec AFP, 4 janvier 2020.
  58. a et b Marée humaine à Téhéran pour rendre hommage au général Soleimani, Europe 1 avec AFP, 6 janvier 2020.
  59. a et b Pierre Alonso, En Iran, d'immenses foules saluent le général Qassem Soleimani, Libération, 6 janvier 2020.
  60. Le guide suprême iranien prie devant le cercueil du général Soleimani à Téhéran, AFP, 6 janvier 2020.
  61. a b et c Amir Havasi, En Iran, une foule immense appelle à venger un général tué par Washington, AFP, 6 janvier 2020.
  62. En Iran, drapeaux américains brûlés, des milliers pleurent le général Soleimani, AFP, 4 janvier 2020.
  63. Babak Dehghanpisheh et Ahmed Aboulenein, Une bousculade fait 56 morts lors des funérailles de Soleimani, Reuters, 7 janvier 2020.
  64. En Iran, les funérailles du général Soleimani tournent à la tragédie, Le Monde avec AFP, 7 janvier 2020.
  65. (en) Michael Weiss, « Iran’s Top Spy Is the Modern-Day Karla, John Le Carré’s Villainous Mastermind » [archive], (consulté le 3 janvier 2020)
  66. (en-US) Ebrahim Mohseni, Nancy Gallagher et Clay Ramsay, « The Ramifications of Rouhani’s Re-election », Center for International and Security Studies, University of Maryland, , p. 31
  67. Frédéric Pichon, « Qassem Soleimani. L'imam caché de la stratégie iranienne », Conflits, no 6, juillet-septembre 2015, p. 52
  68. « Ghassem Souleimani désigné homme de l'année en Iran », sur lorientlejour.com, .
  69. Georges Malbrunot, « Les obsèques de Qassem Soleimani ressoudent le peuple iranien », sur Le Figaro, (consulté le 7 janvier 2020)
  70. a et b Pierre Alonso, L’unité retrouvée des Iraniens autour du général Soleimani, Libération, 8 janvier 2020.
  71. « Frappe américaine : "Pour l'Iranien lambda, le général Soleimani était un monstre" », sur marianne.net, (consulté le 4 janvier 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Weiss et Hassan Hassan (trad. Anne Giudicelli), EI ; au cœur de l'armée de la terreur : État islamique, Hugo Doc, . 

Bibliographie (articles)[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]