Aller au contenu

T-90

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

T-90
Image illustrative de l’article T-90
Un T-90A lors de la répétition précédant le 67e défilé du Jour de la Victoire en 2012.
Caractéristiques de service
Service (31 ans)
Utilisateurs 10 pays
Production
Concepteur bureau d'études de Kartsev-Venediktov
Constructeur Uralvagonzavod
Production Plus de 1 667 exemplaires
Caractéristiques générales
Équipage 3 : chef de char, tireur et pilote
Longueur 6,86 m (caisse)
9,53 m (avec le canon)
Largeur 3,78 m
Hauteur 2,228 m
Masse au combat T-90 : 46,5 tonnes

T-90A : 47 tonnes
T-90M : 50 tonnes

Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage blindage composite sur le glacis et l'avant de la tourelle

T-90, T-90A : blindage réactif explosif Kontakt-5
T-90M : blindage réactif explosif Relikt

Armement
Armement principal T-90 : canon lisse de 125 mm 2A46M-2 (43 obus)

T-90A, T-90M : canon lisse de 125 mm 2A46M-5 (42 et 40 obus)

Armement secondaire une mitrailleuse coaxiale PKTM de 7,62 mm (2 000 cartouches)

T-90 : Une mitrailleuse lourde NSV de 12,7 mm sur le tourelleau du chef de char (300 cartouches)
T-90A : Une mitrailleuse lourde Kord de 12,7 mm sur le tourelleau du chef de char (300 cartouches)
T-90M : mitrailleuse lourde Kord de 12,7 mm sur le viseur panoramique armé

Mobilité
Moteur T-90 : V12 Diesel V-84MS de 840 ch (617 kW)

T-90A : V12 Diesel V-92S2 de 1 000 ch (735,5 kW)
T-90M : V12 Diesel V-92S2F de 1 130 ch (831 kW)

Transmission manuelle à sept rapports (7 AV/1 AR)
Suspension barres de torsion
Vitesse sur route 60 km/h, 4,18 km/h en marche arrière
Puissance massique de 18 ch/tonne à 22,6 ch/tonne suivant les modèles
Réservoir 1 200 l plus deux bidons supplémentaires de 200 l largables
Autonomie 550 km pouvant être portée jusqu'à 700 km avec bidons largables
Chronologie des modèles

Le T-90 est un char de combat russe associant le char T-72B et certains sous-systèmes du T-80U. Entré en service dans l'armée russe en novembre 1992, le T-90 est actuellement utilisé par dix pays.

Développement et production

[modifier | modifier le code]

Les travaux sur l'Objet 188 débutent le 4 juin 1986 au bureau d'études KB Vagonka de Nijni Taguil, le projet porte alors l'appellation de T-72BM (en russe : Modernizirovannyy  : modernisé) et est approuvé officiellement le 19 juin 1986, l'objectif était d'améliorer l'efficacité au combat du T-72B en empruntant certains sous-systèmes utilisés sur le T-80U (conduite de tir, viseurs du tireur, tourelleau du chef de char, canon, système de protection active).

Développement initial

[modifier | modifier le code]

À partir du 1er mars 1990, la dernière version en date de l'Objet 188, l'Objet 188 sb-3SB prend l'appellation T-72B usoveršenstvovannyj (en français : amélioré) ou T-72BU (en russe : Uluchsheniye : amélioré). Le 28 janvier 1991, le prototype Objet 188 sb SB-4 est présenté, bien que relatif au projet du T-72B "amélioré", il est dérivé du projet T-72BM mais possède la conduite de tir 1A40-1 et le canon 2A46M-2 à la place de la conduite de tir 1A45T Irtysh et le canon 2A66 (D-91T) de 125 mm. Le 25 juin 1992, l'Objet 188 sb-6SB prend finalement l'appellation de T-90 conformément au manuel du prototype Objet 188 TO-1 datant de 1990.

Le T-90 fut accepté par l'armée russe le et la production en grande série commença le mois suivant. Actuellement la Russie en posséderait 700 exemplaires, les deux seuls clients étrangers démarchés jusqu'ici étant l'Algérie et l'Inde, qui en posséderaient 300 chacun. Dans les années 2000, le T-90 est le seul char encore produit en Russie par Ouralvagonzavod. En 2008, 175 T-90 auraient été produits dont 62 T-90A pour l’armée russe, 60 T-90S pour l’Inde et 53 T-90SA pour l’Algérie[1].

Histoire opérationnelle

[modifier | modifier le code]

Caractéristiques

[modifier | modifier le code]

Motorisation

[modifier | modifier le code]
Le T-90 reprend le moteur Diesel V-84MS du T-72B.

Le T-90 reprend le moteur V-84MS du T-72B qui développe 840 chevaux à 2 000 tr/min grâce à une suralimentation à impulsions ; le compresseur centrifuge est toujours entraîné mécaniquement par le vilebrequin mais reçoit également la pression nécessaire des gaz d’échappement. Son couple maximal de 3 479 N m atteint à 1 400 tr/min pour une consommation spécifique de carburant de 247 g/kWh.

Le T-90A utilise le moteur V-92S2, plus puissant grâce à l'utilisation d'un système d'injection directe et d'une suralimentation refroidie (intercooler). Le moteur développe une puissance de 1 000 ch à 2 000 tr/min[12]. Son couple maximal est de 3 920 Nm pour une consommation spécifique de carburant de 212 g/kWh.

Le T-90M utilise le moteur V-92S2F développant 1 130 ch, il possède de nouveaux turbos ; l'échappement, le système de refroidissement et le circuit carburant sont revus. Le carter, le vilebrequin et l'ensemble bielles-pistons ayant été renforcés, le moteur est 30 kg plus lourd que le V-92S2 du T-90A ; ce moteur est également utilisé depuis 2016 par les T-72B3 en service dans l'armée russe et est aussi proposé sur la version exportation T-90MS.

Transmission et direction

[modifier | modifier le code]

Le T-90 reprend les deux boîtes de vitesses latérales utilisées sur le T-72. Elles assurent l'entraînement des chenilles et la direction du char. Chacune des boîtes de vitesses comporte sept rapports en marche avant et un en marche arrière, le passage des rapports s'effectue manuellement, à l'aide d'un embrayage et d'un levier de vitesses. Deux leviers assurent la direction du char.

Le T-90M possède un boîtier électronique installé sous le levier de vitesse permettant d'assister le conducteur lors du changement de rapport[13].

Train de roulement

[modifier | modifier le code]

La suspension comporte six galets de roulement en aluminium moulé sous pression d'un diamètre de 750 mm et trois rouleaux porteurs, un barbotin à l'arrière et une poulie tendeuse à l'avant. Le débattement vertical des bras de suspension varie selon la barre de torsion, de 358 à 370 mm. Les premiers, deuxièmes et sixièmes galets de roulement comportent chacun un amortisseur rotatif hydraulique.

Les trois panneaux montés de chaque côté du char font partie du blindage réactif explosif Kontakt-5, ils contiennent chacun six éléments réactifs 4S22 de 1,36 kg renfermant 280 grammes d'explosif.

Le T-90 reprend la tourelle moulée du T-72B, la configuration du blindage est, quant à elle, identique à celle du T-72B obr.1989g (modèle de 1989), les coins avant et une partie du toit de la tourelle étant recouverts par un blindage réactif explosif lourd Kontakt-5, utilisant des éléments réactifs 4S22.

Le T-90A possède une nouvelle tourelle ; son architecture est identique à celle du T-90, mais elle est assemblée par mécano-soudure de tôles d'acier d'une dureté supérieure à celle de l'acier moulé[12].

Le T-90M possède une nouvelle tourelle, très similaire à celle du T-90A, à l'exception de sa nuque plus allongée et la partie avant de son toit présentant une pente moindre (78° contre 84°). Elle est en partie recouverte par un blindage réactif explosif Relikt, utilisant des sandwiches réactifs 4S23, il est plus performant que le Kontakt-5 face aux obus-flèches.

Le glacis présente une inclinaison de 68° : il est constitué d'une plaque externe en acier de 25 mm d'épaisseur protégeant les éléments du blindage réactif explosif Kontakt-5. Ces derniers reposent sur un premier sandwich PAC (50 mm d'acier /5 mm de caoutchouc /3 mm d'acier) séparé du deuxième (3 mm d'acier /5 mm de caoutchouc /60 mm d'acier) par une lame d'air de 19 mm. Un revêtement anti-radiations de 10 mm d'épaisseur sépare le deuxième sandwich PAC de la plaque de fond en acier, épaisse de 60 mm.

Sur le T-90M, le Kontakt-5 présent sur le glacis et les flancs du char est remplacé par du blindage réactif explosif Relikt.

Armement et équipement

[modifier | modifier le code]

Armement principal

[modifier | modifier le code]
Entrainement au T-90A par les forces russes

Le T-90 possède un canon à âme lisse 2A46M-2 de 125 millimètres d'une longueur de 48 calibres (6 mètres). Il est doté d'un système de stabilisation 2E42-4 Zhasmin fonctionnant sur deux plans, la stabilisation en site (plan vertical) étant assurée par un système électrique donnant une marge d'erreur inférieure à 0,4 mil au niveau de la précision, celle en gisement (plan horizontal) fonctionnant à l'aide d'un système électro-hydraulique avec une précision de l'ordre de 0,6 mil. Le canon est recouvert d'un manchon anti-arcure.

Vingt-deux obus sont prêts à l'emploi dans le carrousel du chargement automatique, les 21 autres sont sanglés aux parois du compartiment de combat. Les charges propulsives sont logées individuellement dans des alvéoles formées dans les réservoirs de carburant situés devant et derrière le carrousel. Les réservoirs forment une protection supplémentaire, le gazole ayant un point d'inflammabilité assez élevé.

La gamme de munitions de 125 mm utilisée par les T-90 de l'armée russe comprend :

  • 3BK18 : un obus explosif à charge creuse empenné de 19 kg, il contient 1,76 kg d'explosif OKFOL ou 1,637 kg d'A-IX-1. Il utilise une charge propulsive 4Zh40 ou 4Zh52 lui donnant une vitesse initiale de 905 m/s. Il est capable de perforer une plaque d'acier à blindage de 534 mm d'épaisseur[14].
  • 3BK18M : identique au 3BK-18 à l'exception du cône en acier de sa charge creuse remplacé par un cône en cuivre, plus coûteux mais améliorant de 10% sa capacité de perforation.
  • 3OF26 : un obus explosif à fragmentation. La masse du projectile est de 23,3 kg, il contient 3,4 kg d'explosif A-IX-2 pour une vitesse initiale de 850 m/s. Sa portée maximale est de 12 200 m.
  • 9M119M Invar : un missile guidé antichar tiré par canon, sa portée minimale est de 75 m et sa portée maximale est de 5 000 m qu'il atteint en 17,6 secondes à la vitesse de croisière de 400 m/s. Sa charge militaire comprend deux charges creuses montées en tandem donnant au missile une capacité de perforation de 700 mm.
  • 3BM32 Vant : un obus-flèche en alliage d'uranium appauvri entré en service en 1985. La flèche sans son sabot de lancement pèse 4,7 kg (6,8 kg avec sabot). Il est tiré avec la charge de poudre 4Zh63 lui donnant la vitesse initiale de 1 710 m/s. La flèche est capable de percer un blindage en acier d'une épaisseur de 430 mm ou 250 mm sous une incidence de 60°.
  • 3BM42 Mango : un obus-flèche en alliage de tungstène entré en service en 1986. La flèche sans son sabot de lancement pèse 4,85 kg (7,05 kg avec sabot). Il est tiré avec la charge de poudre 4Zh63 lui donnant la vitesse initiale de 1 700 m/s. La flèche est capable de percer un blindage en acier d'une épaisseur de 450 mm ou 230 mm sous une incidence de 60°.
  • 3BM42M Lekalo : un obus-flèche en alliage de tungstène entré en service en 2020[15]. Il est tiré avec la charge de poudre 4Zh63 lui donnant la vitesse initiale de 1 750 m/s. La flèche est capable de percer un blindage en acier d'une épaisseur de 650 mm.
  • 3BM60 Svinets-2 : un obus-flèche en alliage de tungstène. Il est tiré avec la charge de poudre 4Zh96 Ozon-T lui donnant la vitesse initiale de 1 660 m/s. La flèche est capable de percer un blindage en acier d'une épaisseur égale ou supérieure à 300 mm sous 60° d'incidence. Dévoilée lors du salon de l'armement Army-2020 à Patriot Park, en août 2020, cette munition flèche a été aperçue sur le champ de bataille ukrainien en février 2023[16],[17].

Le fond de panier de la tourelle abrite un carrousel électromécanique AZ-184 d'une contenance de 22 munitions. Chaque munition de 125 mm est stockée en deux fardeaux (projectile et charge propulsive) dans une cassette amovible.

Le T-90A possède un carrousel modernisé conçu pour accueillir des munitions plus longues comme la munition de 125 mm 3BM60 Svinets-2 dont l'obus flèche encartouché mesure 73,5 cm de longueur. La mémoire mécanique fonctionnant à l'aide d'un disque gravé laisse place à une mémoire numérique travaillant avec un algorithme pour optimiser la sélection de la munition à charger en fonction de sa position dans le carrousel.

Armement secondaire

[modifier | modifier le code]

L'armement secondaire comprend une mitrailleuse PKTM de 7,62 mm, montée de façon coaxiale au canon de 125 mm, elle est alimentée à raison de 2 000 coups. Une mitrailleuse lourde NSV de calibre .50 (12,7 mm) montée sur le tourelleau du chef de char et disposant de 300 cartouches est opérée depuis l'intérieur de la tourelle.
Sur le T-90M, la mitrailleuse lourde de 12,7 mm, de typeKord est montée sur le viseur panoramique armé du chef de char.

Optiques et conduite de tir

[modifier | modifier le code]

Le tireur dispose de :

  • un viseur de jour 1G46, lui permettant de repérer des cibles jusqu'à une distance de 5 000 mètres. Le 1G46 est monté sur le toit, à gauche du canon de 125 mm, il possède une capacité de grossissement de × 2,7 avec un angle de vue de 20° à × 12 avec un angle de vue de 4°. Il est stabilisé sur les deux plans avec une marge d'erreur de 0,2 mil sur l'alignement. Il comprend aussi un télémètre laser 1A43 mesurant des distances comprise entre 400 et 5 115 mètres ;
  • un intensificateur de lumière TPN-4-49-23 Buran-PA installé dans un viseur TO1-KO1 stabilisé sur les deux plans. Ce viseur de nuit est monté à gauche du viseur de jour 1G46, mais en retrait, juste devant la trappe du tireur. En mode dit passif, il permet de réaliser des tirs de nuit jusqu'à une distance de 1 200 mètres, cette distance pouvant être portée à 1 500 mètres en utilisant les brouilleurs optiques OTShU-1-7 du système de contre-mesure Shtora comme phare infrarouge.

Sur le T-90A russe et le T-90S indien, le viseur de nuit TO1-KO1 est remplacé par un viseur TO-1-PO2T Agava-2 incorporant une caméra thermique ESSA de la firme biélorusse Peleng. ESSA est développé sur la base de la caméra thermique Catherine-FC[18] de la firme française Thales. La vision thermique offre deux types de zoom, permettant d'identifier des cibles potentielles à une distance de 2 400 mètres et cela par tous les temps, la portée maximale est de 4 600 mètres. L'image filmée est affichée sur les écrans de télévision du tireur et du chef de char. Le champ de vision du viseur de nuit TO-1-PO2T Agava-2 est synchronisé avec le viseur de jour 1G46 pour une plus grande souplesse d'utilisation.

Le chef de char possède :

Le viseur du chef de char T01 K04 TKN-4 AGAT-MP monté dans le tourelleau rotatif du T-90A.
  • un système d'observation PNK-4S comprenant un périscope électro-optique TKN-4S Agat-S permettant l'observation de jour à plus de 4 000 mètres avec un grossissement de × 7,6 avec un angle de vue de 7°. Un intensificateur de lumière intégré au périscope offre une vision la nuit jusqu'à 700 mètres avec un grossissement × 5,2 avec un angle de vue de 7,4°. La vision nocturne peut aussi être assurée par un système infrarouge dit actif ; un phare infrarouge OU-3GA2M[19] peut alors être monté aux côtés de la mitrailleuse, sur le tourelleau, il éclaire jusqu'à une distance de 800 mètres avec des rayons non visibles à l'œil nu. Il est nécessaire de monter des filtres infrarouges sur les optiques pour permettre ce genre de vision nocturne ;
  • un viseur monoculaire PZU-7 est monté sur l'affût supportant la mitrailleuse lourde, il est couplé au mécanisme d'élévation de l'arme. Outre le dispositif de dégivrage, la surbrillance du réticule est ajustable. Le mécanisme ZPU 1ETs29 offre deux modes de pointage pour la mitrailleuse téléopérée : automatique et semi-automatique.

La conduite de tir est assurée par un calculateur balistique 1V528-1 faisant partie du système informatisé 1A45T Irtysh.

Un T-90 à l'extérieur du musée des blindés de Koubinka.
  • T-90 obr.[note 1] 1992 (Objet 188) : version initiale appelée précédemment T-72BU, basée sur le T-72B obr. 1989. Elle reprend certains composants du T-80U comme le système de protection active Shtora, le viseur du tireur 1G46, le tourelleau du chef de char opéré sous blindage avec viseur PNK-4S, la conduite de tir 1A45T (modification de la 1A45), le système de guidage du missile 9S515 permettant de tirer le missile guidé antichar tiré par le canon 9M119M Refleks. Il intègre également le viseur de nuit TPN-4 Buran (T01-K01) et la sonde aérologique DVE-BS. Plus de 120 exemplaires sont fabriqués entre 1992 et 1996.
  • T-90K obr. 1994 (Objet 188K): char de commandement basé sur le T-90. Il est équipé d'un système de navigation GLONASS TNA-4-3 ainsi qu'une radio supplémentaire R-163-50K[20]. Le tireur possède un viseur Agava-2 (T01-P02T) intégrant une caméra thermique à la place du TPN-4 Buran fonctionnant par amplification de la lumière résiduelle. Il est reconnaissable par ses deux grandes antennes sur le toit de sa tourelle. Deux exemplaires sont fabriqués en 2004.
  • T-90 obr. 1996 : remplacement des chenilles à axe sec RMSh par des chenilles à connecteurs UMSh développées initialement pour le T-80. La pointe avant du glacis est équipée d'une plaque de fixation TBS-86 avec six boulons permettant de monter une charrue de déminage. Nouvelle lame d'auto-enfouissement montée sur l'avant de la caisse.
  • T-90K obr. 2005 (Objet 188K): char de commandement basé sur le T-90, il reprend deux des trois améliorations des T-90 fabriqués à partir de 1996 (chenilles et lames d'auto-enfouissement). Le tireur possède le viseur Buran-M comprenant un amplificateur de lumière résiduelle de 3e génération. Le moteur V-84MS est remplacé par le moteur V-92S2 de 1 000 ch.
  • T-90A obr. 2004 (Objet 188A) : entré en service en 2004 dans l'armée russe, le T-90A incorpore une nouvelle tourelle hexagonale assemblée par mécano-soudure ainsi qu'un nouveau moteur plus puissant, le V-92S2 développant 1 000 ch, il possède le viseur de nuit T01-K05 équipé d'un système d'intensification de lumière Buran-PA. 32 exemplaires sont produits entre 2004 et 2005.
  • T-90A obr. 2006 (Objet 188A1) : T-90A dont le viseur T01-K05 est remplacé par un viseur ESSA intégrant une caméra thermique Catherine-FC de la firme Thales. Il est équipé de nouveaux réservoirs auto-obturants augmentant sa capacité en carburant de 100 litres. Le carrousel à munitions du chargement automatique a été modifié pour accueillir des obus flèches plus longs. Il est surnommé Vladimir en l'honneur de l'ingénieur chargé du programme, Vladimir Potkin. 217 exemplaires sont produits entre 2006 et 2011.
  • T-90AK (Objet 188A1K) : version de commandement du T-90A, il est reconnaissable par sa grande antenne radio montée à côté du viseur du tireur. 14 exemplaires produits en 2006.
  • T-90A (Objet 188A2) : T-90A équipé temporairement, en 2010, d'un assistant de navigation Sozvezdie-2M fonctionnant à l'aide du système de positionnement par satellites GLONASS russe. Il était reconnaissable par ses deux grandes antennes montées sur le toit de sa tourelle.
  • T-90AK (Objet 188A2K) : char de commandement T-90AK équipé temporairement, en 2010, d'un assistant de navigation Sozvezdie-2M fonctionnant à l'aide du système de positionnement par satellites GLONASS. Il était reconnaissable par ses deux grandes antennes montées sur le toit de sa tourelle. Un groupe auxiliaire de puissance est monté sur le déport de caisse, au-dessus du barbotin gauche.
Le prototype du T-90M évoluant sur un terrain d'essai situé dans le raïon de Louga, lors des manœuvres militaires Zapad 2017, en 2017.
  • T-90M Proryv-3 (Objet 188M) : revalorisation du T-90A sur la base d'une partie des améliorations proposées sur le T-90MS dont notamment une nouvelle tourelle, le blindage réactif explosif Relikt, le moteur V-92S2F de 1 130 chevaux, le viseur jour-nuit SOSNA-U avec la conduite de tir Kalina, le viseur panoramique armé UDP T05BV-1, le groupe auxiliaire de puissance DGU7-27. Des filets de protection statistiques entourent la jonction tourelle-caisse. Certains exemplaires ont reçu un camouflage multispectral Nakidka et Ternovnik. Les premiers exemplaires ont été livrés à l'armée russe durant le printemps 2020.

Modèles proposés aux marchés étrangers

[modifier | modifier le code]
  • T-90S obr. 1994 (Objet 188S) : version simplifiée du T-90 original destinée au marché de l'exportation. Elle est dépourvue du système de protection active Shtora ainsi que du système de guidage de missile 9S515 permettant le tir de missiles guidés antichars tirés par canon.
  • T-90S obr. 1999 (Objet 188SM) : appelé également T-90SM, ce prototype a servi de base aux T-90S vendus dans différents pays. Il reprend les trois améliorations des T-90 fabriqués à partir de 1996 pour l'armée russe mais possède également une nouvelle tourelle mécanosoudée, un viseur de nuit ESSA pour le tireur intégrant une caméra thermique Catherine-FC de la firme Thales, un moteur V-92S2 de 1 000 ch.
  • T-90S obr. 2001 Bhishma : modèle basé sur le prototype du T-90SM (Objet 188SM) et utilisé par l'armée indienne, le premier lot de 40 exemplaires possédait encore la tourelle moulée héritée du T-72B et il est dépourvu du système de protection active Shtora. Un phare infrarouge est monté sur le tourelleau du chef de char et la batterie de six lance-pots fumigènes montée à droite de la tourelle possède une inclinaison différente.
  • T-90SK obr. 2001 : char de commandement employé par l'armée indienne, il reprend la tourelle moulée du T-72BU. Il est reconnaissable par ses trois grandes antennes radio montées sur la tourelle.
  • T-90S obr. 2002 Bhishma : identique au T-90S obr. 2001 indien à l'exception de sa nouvelle tourelle qui est faite de tôles de blindage mécano-soudées et non plus moulées d'une seule pièce.
  • T-90SK obr. 2002 : char de commandement employé par l'armée indienne, il possède également la tourelle mécano-soudée. Il est reconnaissable par ses trois grandes antennes radio montées sur la tourelle et le coffre à outils monté sur l'avant gauche de la tourelle.
  • T-90SA : T-90S employé par l'armée de terre algérienne, il diffère du prototype de T-90S de 1999 par sa paire de détecteurs d'alerte laser montés au-dessus du canon de 125 mm et par son climatiseur monté sur le flanc droit de sa tourelle.
  • T-90S Ouganda : identique aux T-90SA vendus à l'Algérie à l'exception de l'absence de climatiseur.
  • T-90S Irak : les T-90S employés par l'armée irakienne reprennent les anciennes chenilles à axe secs RMSh, un climatiseur est monté sur le flanc gauche de la tourelle et un groupe auxiliaire de puissance est monté sur le déport de caisse, au-dessus du barbotin gauche. Le train de roulement est protégé sur les deux tiers de la longueur par des pré-blindages latéraux intégrant le blindage réactif explosif Relikt tandis que le dernier tiers est protégé par des grilles de protection statistiques.
Le T-90MS en démonstration lors du salon de l'armement Russian Arms Expo (RAE), en 2013.
  • T-90MS : Dévoilé en septembre 2011 lors du salon RAE-2011 « Russian Arms Expo » de Nijni Taguil. Le T-90MS améliore toutes les fonctions de l'engin. Le tireur possède un nouveau viseur jour-nuit SOSNA-U intégrant une caméra thermique, un télémètre laser et la conduite de tir Kalina avec capacité de suivi automatique des cibles mobiles. Le chef de char dispose d'un nouveau tourelleau offrant une meilleure vision périphérique ainsi que d'un jeu de quatre caméras vidéo TVKT-95N montées sur le mât de la sonde aérologique. Il dispose également d'un viseur panoramique armé Hawkeye intégrant une voie jour vidéo, caméra thermique et un télémètre laser. L'image filmée peut être recopiée sur les deux moniteurs TV du tireur et du chef de char. Le viseur panoramique armé intègre un affût téléopéré UDP T05BV-1 pouvant être armé d'une mitrailleuse 6P7K de 7,62 mm ou d'une mitrailleuse lourde Kord de 12,7 mm. Un blindage réactif explosif Relikt protège le glacis, l'avant, les flancs et le toit de la tourelle ainsi que les deux premiers tiers du train de roulement. Le dernier tiers et l'arrière de la tourelle étant protégés par des grilles de protection statistiques. Dix des quarante obus de 125 mm embarqués sont placés dans un coffre monté à l'extérieur de la tourelle. Le carrousel du système de chargement automatique est entouré d'un carénage en aluminium et un revêtement pare-éclats en fibre d'aramide tapisse l'intérieur du compartiment de combat. La conduite du char est facilitée grâce au remplacement des leviers de direction par un guidon, le passage des vitesses est désormais assisté électroniquement à l'aide d'un boîtier électronique monté sous le levier de vitesses. Le nouveau moteur V-92S2F, développant 1 130 ch compense l'augmentation de la masse du char et possède des sécurités électroniques et un filtre à air plus performant. Un groupe auxiliaire de puissance de 10 ch est monté sur le déport de caisse, au-dessus du barbotin gauche.
  • T-90MSK : char de commandement dérivé du T-90MS, il diffère de ce dernier par l'installation d'un système d'information terminale (SIT) comprenant une liaison satellite GLONASS ou Navstar et un moniteur vidéo multifonction affichant, en temps réel, une carte de la zone d'opération avec les unités amies et ennemies.
Un char-pont MTU-90 lors d'une exposition à Omsk, en 2009.
Char de déminage Prokhod, sur chassis du T-90
  • IMR-2MA / IMR-3 : engin de combat du génie basé sur le châssis du T-90 avec une lame dozer et une grue (2 tonnes). Un système de déminage KMT peut aussi être monté. L’IMR-2MA (ou IMR-3) est entré en production en 1996 pour succéder à l’IMR-2 sur châssis de T-72. Il peut opérer en environnement NBC.
  • MTU-90 Gusenitsa-1 : engin blindé poseur de pont sur châssis du T-90. Il transporte un pont de 24 m replié en trois parties qui peut être mis en place en 2 à 2,5 minutes sans que l’équipage de deux hommes n’ait à sortir du blindé. Ce pont est capable de supporter 50 tonnes pour une capacité de 150 véhicules par heure. Il pèse lui-même 8,6 tonnes. Le MTU-90 est également compatible avec le pont TMM-6 Gusenitsa-2 normalement transporté par un camion 8x8 BAZ-7930.
  • BMR-3M : char de déminage basé sur un châssis de T-90 modifié avec une nouvelle superstructure remplaçant la tourelle, un blindage renforcé du plancher, un blindage réactif plus étendu que sur le T-90, etc. Le BMR-3M est équipé du système de déminage KMT-7 comprenant des rouleaux et un dispositif électromagnétique déclencheur de mines. La vitesse du BRM-3M en mode déminage est de 5 à 12 km/h. Une grue permet de charger le KMT-7 sur le châssis arrière quand il n’est pas utilisé. Des équipements individuels de déminage (protections et détecteurs) sont également transportés. L’équipage se compose de 5 hommes : conducteur, chef de char et 3 sapeurs du génie. Ils peuvent rester deux jours dans leur blindé sans sortir grâce aux équipements de vie à bord. Le BMR-3M pèse 43 tonnes sans le KMT-7 et 51 t avec. Il peut franchir des gués de 5 m de profondeur au schnorchel. Testé par l’armée russe à partir de 1999, il serait entré en service en 2000 avant que la production en série ne débute véritablement en 2004.
  • Prokhod : char de déminage télécommandé basé sur un châssis de T-90 modifié, évolution du BMR-3M.

Opérateurs

[modifier | modifier le code]
  • Drapeau de la Russie Russie : Entre 497 et 550 T-90[21] reçus par l'armée russe entre 1992 et 2011, dont 161 T-90 modèle 1992, 16 T-90K et 320 T-90A[22]. Livraisons à partir du printemps 2020 de T-90M Proryv-3[23]
  • Drapeau de l'Inde Inde : 320 T-90S en 2015, livrés à partir de 2004[24]; 464 autres commandés en 2019 en production depuis 2020. Objectif : 32 régiments à 45 chars en ligne et 17 de réserve soit 1 964 chars[25]. 1150 T-90S en 2022[26].
  • Drapeau de l'Algérie Algérie : en mars 2006, la Russie accepte de supprimer la dette algérienne, s'élevant à 4,7 milliards[27], qui fut contractée du temps de l'Union soviétique en échange d'un contrat visant à acheter pour 7 milliards de dollars d'armement russe[28]. Il s'ensuit l'achat de 185 T-90SA, 30 livrés en 2006, 102 livrés en 2007, 53 livrés en 2008[29]. Un deuxième lot de 187 exemplaires est commandé, 86 sont livrés en 2012 et 101 en 2013[30]. En 2015, un troisième lot de 200 exemplaires est commandé, 67 sont livrés en , 67 en et 66 livrés en [31] pour un total de 572 chars en service à partir du .
  • Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan : 200 T-90S commandés en 2011.
  • Drapeau de l'Irak Irak : 73 T-90S commandés en 2016, les dix premiers sont livrés en . 39 équipent à partir de la 35e brigade de la 9e division[32].
  • Drapeau de l'Ouganda Ouganda : 44 T-90S livrés en 2011[33].
  • Drapeau du Turkménistan Turkménistan : 10 à 12 T-90S commandés et livrés en 2009.
  • Drapeau de la Syrie Syrie: 10 90A provenant des stocks russes livrés à l'Armée Arabe syrienne en 2015[34].
  • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Vietnam : 64 T-90S et T-90SK commandés confirmés en [35]
  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine : 12 T-90A et 2 T-90M[36] capturés[37].

Culture populaire

[modifier | modifier le code]

Deux des variantes du T-90, le T-90A et le T-90M apparaissent dans le jeu vidéo War Thunder, ils sont présents dans l'arbre de recherche soviétique[38]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Obr. est l'abréviation du mot russe Obrazets : spécimen.

Références

[modifier | modifier le code]
  1. (fr) La production de chars russes atteint un niveau record avec le T-90 !, Red Stars, septembre 2009.
  2. Thierry Portes et Mélanie Matarese, « Otages en Algérie: l'interminable dénouement », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  3. Laurent Lagneau, Syrie : Des chars russes T-90 déployés à Lattaquié?, opex360.com, 14 septembre 2015.
  4. Short range (~800m) TOW strike hit T90 with "Shtora" in Sheikh Aqil, 26 février 2016, syria.liveuamap.com
  5. Thomas Gibbons-Neff, WATCH: U.S.-made missile goes up against one of Russia’s most advanced tanks, 26 février 2016, washingtonpost.com
  6. Syrie: l'EI coupe une route vitale pour le régime près d'Alep, lorientlejour.com, 22 février 2016.
  7. Thomas Gibbons-Neff, WATCH: U.S.-made missile goes up against one of Russia’s most advanced tanks, 26 février 2016, www.washingtonpost.com.
  8. (en) « The Fight For Nagorno-Karabakh: Documenting Losses on The Sides Of Armenia and Azerbaijan » [archive], sur Oryx Blog (consulté le )
  9. Oryx, « Attack On Europe: Documenting Russian Equipment Losses During The 2022 Russian Invasion Of Ukraine », sur Oryx (consulté le )
  10. « Guerre en Ukraine : ces armes abandonnées par les Russes, utilisées contre eux sur le front par les Ukrainiens - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  11. « Guerre en Ukraine : la Russie envoie 200 de ses chars les plus modernes, des T-90M, dans le Donbass », sur LEFIGARO, (consulté le )
  12. a et b (ru) Andrei Tarasenko, « Основной боевой танк Т-90А » Accès libre, sur btvt.narod.ru (consulté le ).
  13. (en) ElentirENG, « New humiliation for Russia: Ukraine captures a T-90M, the most modern active Russian tank » Accès libre, sur outono.net, (consulté le ).
    La dernière photo de l'article montre un boîtier électronique en dessous du levier de vitesse identique à celui que l'on retrouve dans la brochure du T-90MS publiée par UralVagonZavod.
  14. (en) Iron Drapes, « T-72: Part 1 » Accès libre, sur thesovietarmourblog.blogspot.com, (consulté le )
  15. (ru) Anton Lavrov, Romain Kretsul et Alexeï Ramm, « Снаряд вне очереди: Минобороны закупит новейшие боеприпасы », iz.ru,‎ (lire en ligne Accès libre)
  16. (ru) Violetta Orlova, « ВСУ затрофеили уникальные российские снаряды "Свинец-2": что известно (фото) », unian.net,‎ (lire en ligne Accès libre)
  17. (ru) Alexeï Mirny, « В зоне СВО появились новые бронебойные снаряды 3БМ60 "Свинец-2" », DixiNews,‎ (lire en ligne Accès libre)
  18. Non trouvé le 12 mars 2022, army.lv.
  19. Non trouvé le 12 mars 2022, gov.in.
  20. T-90 Russian MBT, angelfire.com, consulté le 12 mars 2022.
  21. (en) The International Institute for Strategic Studies, The Military Balance 2021, Londres, Routledge Journals, , 525 p. (ISBN 9781000415452), p. 192
  22. (ru) Arsenal-info, « Т-90 ДАННЫЕ НА 2012 г. (стандартное пополнение)/ T-90 données », sur https://arsenal-info.ru/ (consulté le )
  23. Laurent Lagneau, « L’armée russe a testé son nouveau char T-14 Armata en Syrie », sur OPEX360, (consulté le ).
  24. Jean-François Auran, « Les forces terrestres indiennes », Défense et Sécurité internationale, no 85,‎ , p. 77 (ISSN 1772-788X).
  25. https://www.meta-defense.fr/2020/03/17/linde-entame-la-construction-de-ses-464-nouveaux-chars-lourds-t-90sk-bhishma/
  26. (en) The military balance 2022, , 529 p. (ISBN 978-1-032-27900-8), p. 268
  27. AW, « L’affaire de la dette algérienne devant la justice russe » Accès libre, sur algeria-watch.org, (consulté le )
  28. José GARÇON, « Moscou efface la dette d'Alger pour placer ses armes » Accès libre, sur liberation.fr, (consulté le )
  29. « armstrade », sur armstrade.org (consulté le )
  30. « UN-Register », sur www.un-register.org (consulté le )
  31. (ru) « В Алжир доставлена очередная партия танков Т-90СА », sur bmpd.livejournal.com,‎ (consulté le )
  32. (en) Joseph Trevithick, « Iraqi Armored Brigade Ditches U.S. M1 Abrams For Russian T-90 Tanks », sur thedrive.com, (consulté le ).
  33. (en) « Uganda displays T-90, Type 85 tanks », sur defenceWeb, (consulté le ).
  34. (en) Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, « SIPRI Arms Transfers Database - Trade registers » (consulté le )
  35. (en) Jon Grevatt, « Vietnam confirms order of Russian T-90 tanks », sur janes.com, (consulté le ).
  36. (en-US) « The Ukrainian military captured the Russian T-90M ‘Proryv’ tank », sur Militarnyi (consulté le )
  37. (en-US) Jake Epstein, « Retreating Russian troops are arming Ukraine with modern T-90 tanks as Putin's army digs 60-year-old armor out of storage, Ukraine's military says », sur Business Insider (consulté le )
  38. « T-90A - War Thunder Wiki », sur wiki.warthunder.com (consulté le )

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]