Siège de Banias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Banias
Informations générales
Date 7 -
Lieu Banias, gouvernorat de Tartous, Syrie
Issue « Rébellion » matée
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne Drapeau de la Syrie Opposition syrienne
Commandants
Maher el-Assad
• Fouad Hamoudeh
• Ramadan Mahmoud Ramadan
• Ghassan Afif[1]
Forces en présence
4e division blindée[2]
Forces spéciales[1]
inconnues
Pertes
inconnues 10 morts au moins[3]
250 à 400 manifestants capturés[3],[4]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 10′ 56″ nord, 35° 56′ 25″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Siège de Banias

Le siège de Banias est une opération lancée par les forces armées syriennes contre des manifestants dans la ville de Banias entre le 7 et le , dans le cadre de la guerre civile syrienne. Elle a pour but de reprendre le contrôle de la ville aux manifestants anti-Assad.

Après une semaine de siège, la ville tombe sous le contrôle de l'armée syrienne et la rébellion est matée.

Contexte[modifier | modifier le code]

Premières manifestations[modifier | modifier le code]

Le 15 mars 2011, un mouvement de protestation contre le gouvernement syrien commence à dégénérer, où ont eu lieu des manifestations simultanées dans les grandes villes de Syrie[5]. Le 18 mars, les organisateurs des manifestations appellent à un «vendredi de la dignité». Des manifestations ont lieu à Damas, Alep, Homs, Hama, Banias et surtout à Deraa[6] où les forces de l'ordre tirent à balles réelles sur les manifestants tuant quatre d'entre eux[7].

Le 9 avril, des hommes armés inconnus ont tiré sur un autobus militaire voyageant à travers Banias tuant neuf soldats. La BBC, Al Jazeera et The Guardian ont cité des témoins affirmant que les neuf soldats tués l'avaient été par l'armée syrienne pour avoir refusé de tirer sur les manifestants[8]. Mais les témoignages des soldats rescapés pointent vers des hommes armés liés aux insurgés. En effet, d'autres témoignages évoquent des distributions d'argent et d'armes aux insurgés par des hommes fidèles à l'ancien vice-président syrien Khaddam[9].

Le 10 avril, des protestations ont eu lieu à Banias où de violents affrontements ont éclaté entre les forces de sécurité et les manifestants. Entre trois et six manifestants auraient été tués, tandis qu'un policier a été tué par des tireurs inconnus[10]. Le 14 avril, un tireur d'élite tue un soldat de l'armée syrienne à Banias selon des médias du régime[11].

Le 10 avril, l'armée syrienne encercle Banias[12]. Le 12 avril, plusieurs dizaines de personnes sont arrêtées dans cette ville, ainsi qu'entre 150 et 200 autres dans la localité voisine de Baïda, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)[12]. Le lendemain, plus de 5 000 femmes se rassemblent sur la route de Tartous à Banias afin de réclamer leur libération[12].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Dans la matinée du 7 mai, les chars de l'armée syrienne entrent à Banias[13],[14]. Les autorités syriennes présentent alors la ville comme un « centre du terrorisme salafiste »[15],[13]. Les chars pénètrent dans les quartiers sud de la ville, bastion des manifestants, que les habitants tentent d'arrêter en formant des « boucliers humains »[14]. L'armée encercle également le même jour le village voisin de Baïda[14]. Elle reprend le contrôle des quartiers sunnites de la ville, qui avaient été sous le contrôle des manifestants lorsque les forces loyalistes avaient tiré à balles réelles sur la foule le 10 avril[16].

Les communications téléphoniques, l'électricité et l'eau sont coupés[17]. Selon l'OSDH, plus de 250 personnes sont arrêtées les 7 et 8 mai, dont plusieurs dizaines de femmes et un enfant[17]. Parmi les personnes arrêtées figurent le cheikh Anas al-Ayrout, considéré comme le leader du mouvement de protestation, Bassam Sahiouni et plusieurs médecins de l'hôpital d'Al-Jamiyyeh[17]. Rami Abdel Rahmane, le président de l'OSDH déclare : « La ville est coupée du monde et dans les quartiers sud, place forte des contestataires, il y a des tireurs embusqués sur les toits. [...] Des chars ont été déployés dimanche sur la corniche et dans les quartiers sud de Banias et des perquisitions ont été effectuées. Des personnes ont été arrêtées sur la base de listes »[17].

Le lendemain, 30 chars de l'armée syrienne patrouillent dans la ville dont certains sont postés au centre-ville. Des navires de la marine syrienne se seraient également postés près de la côte de la ville. Des unités des forces spéciales seraient entrées dans la partie nord de la ville, d'où des tirs nourris ont été entendus[18].

Le 14 mai, après une semaine d'opérations dans cette ville, l'armée se retire et rétablit l'ordre dans la ville[19].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Le 8 mai, la militante des droits de l'homme Razan Zaitouneh déclare qu'au moins dix civils, dont quatre femmes, ont été tués par l'armée à Baniyas[3]. Le même jour, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) affirme pour sa part avoir recensé au moins six tués[13].

L'agence Sana affirme pour sa part le 8 mai que six soldats ont été tués dans l'ensemble des opérations menées à Deraa, Banias et Homs[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Structure and Command of Armed Forces and Intelligence Agencies, Human Right Watch, , consulté le
  2. (en) In unending turmoil, Syria's Assad turns to family, The Guardian, , consulté le
  3. a, b et c (en) SYRIA: At least 10 killed, 250 detained in Baniyas, latimes, , consulté le
  4. (en) Syrian forces use soccer stadiums as prisons, human rights groups say, CNN, , consulté le
  5. (en) Middle East unrest: Syria arrests Damascus protesters, BBC news, , consulté le
  6. Le mouvement de contestation ne fléchit pas en Syrie, RFI, , consulté le
  7. Syrie/manifestations: 4 morts, Le Figaro, , consulté le
  8. (en) Questioning the Syrian “Casualty List”, Al-akhbar, , consulté le
  9. (en) Western Press Misled – Who Shot the Nine Soldiers in Banyas? Not Syrian Security Forces, Joshua Landis, , consulté le
  10. (en) Syria unrest: Shooting erupts in seaport of Baniyas, BBC news, , consulté le
  11. (en) Snipers kill soldier in Baniyas - Syrian state news agency, Gulfnews, , consulté le
  12. a, b et c Syrie: première manifestation à Alep, 150 arrestations mardi près de Banias, L'Express avec AFP, 13 avril 2011.
  13. a, b et c En Syrie, l'armée investit les villes de Homs et Tafas, Le Monde avec AFP et Reuters, 9 mai 2011.
  14. a, b et c Les chars syriens entrent à Banias, Le Point avec AFP, 7 mai 2011.
  15. Syrie : l'armée veut étouffer la contestation à Baniyas, Le Monde avec AFP et Reuters, 8 mai 2011.
  16. (en) Syria army attacks Banias, raising sectarian tension, Reuters, , consulté le
  17. a, b, c et d Le régime intensifie son offensive dans les villes insurgées, AFP, 9 mai 2011.
  18. (en) Syrian tanks enter 'protest hub' Baniyas, Islamweb, , consulté le
  19. (en) Syria army 'pulls back' from Baniyas and Deraa, BBC news, , consulté le
  20. Syrian Forces Arrest Dozens of Protesters in Baniyas, Homs, Reuters, 9 mai 2011.