Opération Impact

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Opération Impact

Pendant la Seconde guerre civile irakienne et la guerre civile syrienne

Localisation Drapeau de l'Irak Irak Drapeau de la Syrie Syrie
Planifiée par Drapeau du Canada Canada
Cible ShababFlag.svg État islamique
Date - en cours
(3 ans, 10 mois et 11 jours)

L'opération Impact est une intervention militaire de l'Armée canadienne en Irak et en Syrie dans le cadre de la coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie. Débutée le 4 septembre 2014, avec l'annonce du déploiement initial d'environ 70 militaires en Irak, l'opération a pris de l'ampleur le 3 octobre après l'annonce du premier ministre Stephen Harper de l'envoi de 9 avions militaires, dont 6 de combat. Les frappes en Irak ont débuté le 2 novembre 2014[1]. Le 30 mars 2015, le Parlement du Canada a voté pour étendre la mission en Syrie[2].

Le 8 février 2016, le Parlement du Canada, à la demande du gouvernement Justin Trudeau, octroie 1,6 milliard de dollars supplémentaires pour l'opération sur trois ans. Le 15 février, le gouvernement canadien met fin aux frappes aériennes sans pour autant retirer les troupes au sol ou les avions de la zone de combat[3],[4].

Frappes aériennes[modifier | modifier le code]

En octobre 2015, le Canada avait conduit 172 frappes en Irak et en Syrie[5].

Contexte politique[modifier | modifier le code]

Le Parlement canadien a voté le 7 octobre 2015 à 157 votes contre 134 pour l'intervention du Canada en Irak et en Syrie.

Après le vote, le chef de l'opposition officielle Tom Mulcair du Nouveau Parti démocratique a déclaré que le gouvernement « plonge le Canada dans une guerre prolongée sans mesures concrètes pour venir en aide aux victimes de la terreur de l'État islamique », et « ouvre la porte » à l'implication du Canada dans la guerre civile « sanglante » en Syrie[6].

Le coût des six premiers mois de l’intervention fut annoncé le ministre de la Défense, Jason Kenney. Il se chiffrait selon lui à approximativement 122 millions de dollars[7]. Ces chiffres furent remis en question par le Directeur parlementaire du budget (DPB), Jean-Denis Fréchette, qui a estimé les coûts à entre 128,8 et 166 million de dollars[8],[9]. Le département de la Défense nationale a refusé les demandes d'accès à l'information du DPB qui n'a pu qu'estimer les coûts de l'opération et extrapoler en se basant sur les missions et opérations passés[8],[9]

Opposition à l'intervention[modifier | modifier le code]

Opposition au Québec[modifier | modifier le code]

Manifestation Montréal pour la Paix contre l'intervention canadienne en Irak et en Syrie en mars 2016.

« Ça fait plus de 10 ans que le Canada intervient au Moyen-Orient avec des solutions militaires et des actions qui ont eu comme résultat d’aggraver l’instabilité, la violence et le terreau du terrorisme[10]. »

— Amir Khadir, député de Québec solidaire

Le 8 octobre 2014, le parti provincial Québec solidaire se positionne contre la guerre en Irak et en Syrie[11]. Le 23 octobre 2014, le Collectif Échec à la guerre tient une manifestation à Montréal contre l'intervention militaire canadienne en Irak et en Syrie[10]

Opposition dans le reste du Canada[modifier | modifier le code]

Le Parti communiste du Canada[12], le Parti marxiste–leniniste du Canada[13] et le Parti communiste révolutionnaire du Canada[14] s'opposent officiellement à l'intervention canadienne en Irak et en Syrie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « ISIS mission: Canadian CF-18s drop laser-guided bombs over Iraq », CBC News,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « ISIS mission: MPs pass motion to support extension », CBC News,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Rosemary Barton, « Justin Trudeau to pull fighter jets, keep other military planes in ISIS fight », CBC News,‎ (lire en ligne)
  4. « Canadian Armed Forces cease airstrike operations in Iraq and Syria », Government of Canada,
  5. (en) Lee Berthiaume, « Canada has attacked inside Syria four times since March », Ottawa Citizen,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « ISIS mission: MPs approve Canada’s air combat role », CBC News,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Lee Bertiaume, « Canada’s war against ISIS has cost $122 million, not including salaries and fixed costs, government says », National Post,‎ (lire en ligne)
  8. a et b (en) Kieron Lang, « PBO, government differ on anti-ISIS mission costs: $122M vs. $166M », CTV News,‎ (lire en ligne)
  9. a et b (en) « Iraq mission costs could top $166M for 6 months: budget watchdog », CBC News,‎ (lire en ligne)
  10. a et b Mélanie Loisel, « Plaidoyer pour une réponse pacifique : La lutte contre l’EI en Irak met les Canadiens en danger, dit le Collectif Échec à la guerre », Le Devoir,
  11. Québec solidaire - Entrée en guerre du Canada : Québec solidaire dénonce une opération militaire qui ne résoudra rien
  12. « End all Canadian Military Interventions in Iraq and Syria! », Communist Party of Canada (consulté le 20 mars 2016)
  13. « Hands Off Iraq and Syria! No to the Use of Force to Settle Conflicts! », Marxist-Leninist Party of Canada (consulté le 20 mars 2016)
  14. « Oppose Imperialist Barbarism! Canada Out of the Middle East! », Revolutionary Communist Party of Canada (consulté le 20 mars 2016)