Bataille de Raqqa (2017)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Offensive de Raqqa et bataille de Raqqa.
Bataille de Raqqa
Description de cette image, également commentée ci-après

Informations générales
Date en cours
(17 jours)
Lieu Raqqa
Issue En cours
Belligérants
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Forces démocratiques syriennes

Flag of Syria 2011, observed.svg Forces d'élite syriennes

Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg Coalition

Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Flag of Syrian Democratic Forces.svgYPJ Flag.svg Rojda Felat
Forces en présence
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
15 000 hommes[1]
Drapeau de l'État islamique
2 500 à 5 000 hommes[2],[1],[3]
Pertes
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
inconnues
Drapeau de l'État islamique
inconnues
Civils : 79 morts au moins (selon l'OSDH, du 5 au 11 juin 2017)[4]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 57′ 00″ nord, 39° 01′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Raqqa

La bataille de Raqqa a lieu lors de la guerre civile syrienne durant l'opération « Colère de l'Euphrate », dont elle marque la phase finale. Elle est lancée le par les Forces démocratiques syriennes afin de prendre la ville de Raqqa à l'État islamique.

Prélude[modifier | modifier le code]

La ville de Raqqa a souvent été considérée comme la « capitale » officieuse de l'État islamique en Syrie[5],[6]. Cependant quelques mois avant le début de la bataille, l'état-major et l'administration de l'organisation djihadiste auraient quitté la ville pour s'installer à Mayadin, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor[7],[8]. Selon l'ONU, Raqqa comptait 300 000 habitants — dont 80 000 déplacés ayant fui d'autres régions de Syrie — au moment de sa prise de contrôle par l'État islamique en 2014[9],[10]. Des habitants commencent à fuir dans les semaines précédant l'attaque de la ville[11]. Environ 170 000 habitants de Raqqa et de sa région fuient les combats rien qu'en avril et mai 2017[9]. Médecins sans frontières établit un camp de réfugiés à Aïn Issa, à une trentaine de kilomètres au nord de Raqqa, et affirme le 6 juin recevoir 800 déplacés par jour[11]. Lorsque la bataille de Raqqa débute, le nombre des civils à l'intérieur de la ville est alors estimé à 160 000 par l'ONU[3].

Après sept mois d'offensive baptisée « opération Colère de l'Euphrate », la prise de la ville de Raqqa entre dans sa « cinquième et dernière phase »[12],[13],[14]. Ainsi, les Forces démocratiques syriennes (FDS) encerclent presque complètement la ville[15],[11]. Elles sont déployées au nord, à l'ouest et à l'est de la cité[16]. Les djihadistes ne peuvent se replier que par le sud en traversant l'Euphrate, mais la zone est surveillée par les forces aériennes de la coalition[17],[11], qui ont de plus détruit les ponts au mois de février 2017[18],[19]. Fin mai, les États-Unis livrent des véhicules et pour la première fois des armes légères aux FDS[20],[2],[21].

Le 2 juin, les FDS s'emparent de la ville d'al-Mansoura, à environ 20 km au sud-ouest de Raqqa[17]. Le 4 juin, l'artillerie des FDS bombarde pour la première fois des quartiers en périphérie de la ville : al-Machlab et Souk al-Hadid[15].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Les forces de l'État islamique assiégées à Raqqa sont estimées par la coalition entre 3 000 et 4 000 hommes[2]. La Direction du Renseignement militaire française estime que 2 500 à 3 000 hommes de l'EI sont présents à Raqqa, plus 2 000 autres dans les localités plus à l'est[3]. RFI indique, quant à elle, que selon des sources indépendantes syriennes, 3 000 à 5 000 djihadistes font face à 15 000 combattants des FDS[1]. Depuis 2015, les djihadistes ont préparé la défense de la ville en construisant des fortifications et en creusant des tranchées et des tunnels[11]. Ils utilisent leur tactiques habituelles : drones armés, véhicule piégés kamikazes (VBIED) et engins explosifs improvisés (IED)[22].

Les Forces démocratiques syriennes sont appuyées par la coalition qui engage son aviation et ses forces spéciales[11],[15]. Les États-Unis déploient notamment des forces spéciales du 75e régiment de rangers, chargées de guider l'appui aérien, ainsi que des batteries d'obusiers M777 et des hélicoptères AH-64 Apache[15],[23]. Des forces spéciales françaises et britanniques sont également engagées dans les opérations[23]. Les avions belges appuient aussi l'offensive[24].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le , les Forces démocratiques syriennes entrent dans Raqqa par le quartier de Mechleb, à l'est[25],[11]. C'est un groupe arabe, les Forces d'élite syriennes, qui pénètre le premier dans la ville[11]. L'assaut est également lancé sur la base militaire de la Division 17, au nord[16],[11]. Talal Sello, porte-parole des FDS, annonce alors le « début de la grande bataille pour libérer la ville de Raqqa »[26],[25],[16].

Le 7 juin, les FDS capturent le quartier de Mechleb, situé à l'est de Raqqa ainsi que la citadelle de Harqal, située à l'ouest de la ville[27],[28]. Le 9 juin, selon l'OSDH, les FDS entrent dans le quartier de Jazra, situé en périphérie, à l'ouest de Raqqa[29]. Le 10 juin, elles s'emparent de la partie ouest du quartier d'al-Sabahiya, puis avancent vers le quartier adjacent d'al-Roumaniya, plus au nord[30]. Le 11 juin, elles annoncent avoir entièrement conquis le quartier d'al-Roumaniya[28]. En revanche, les djihadistes contiennent les assauts des FDS sur la base de la Division 17[28],[31].

Le 12 juin, les FDS progressent à l'est depuis le quartier de Mechleb et se rapprochent de la vieille ville en prenant le contrôle selon l'OSDH de 70 % du quartier d'al-Senaa[32]. Au nord, les FDS ont pris une partie de la base de la Division 17 et d'une usine de sucre adjacente, mais ils se heurtent toujours à une forte résistance des djihadistes[32],[33].

Le 20 juin, les FDS poursuivent l'encerclement de la ville par le sud en capturant les localités situées sur la rive méridionale de l'Euphrate comme Kasrat al-Farj. Les troupes arabo-kurdes comptent poursuivre leur progression sur la rive sud du fleuve en aval de la ville[34].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes de la coalition tuent au moins 21 civils le 5 juin[35], puis 17 autres sont encore tués dans la nuit du 8 au 9 juin[10]. Au total, au moins 79 civils, dont 9 femmes et 16 enfants ont été tués à Raqqa par les frappes de la coalition et les tirs d'artillerie entre le 5 et le 11 juin 2017[4].

Du phosphore blanc est également utilisé au début de la bataille par la coalition[36],[37],[38],[39],[40].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Paul Khalifeh, « Syrie : début de la bataille pour reprendre Raqqa des mains du groupe EI », RFI, 6 juin 2017.
  2. a, b et c « Washington a commencé à livrer des armes aux combattants kurdes en Syrie », France 24 avec AFP, 31 mai 2017.
  3. a, b et c Georges Malbrunot, « Syrie : Daech résiste en minant la ville de Raqqa », Le Figaro, 8 juin 2017.
  4. a et b « More casualties raise the death toll to about 80 in the continued shelling on Al-Raqqah city », OSDH, 11 juin 2017.
  5. « Syrie : les enjeux de la reprise de Raqqa, la "capitale" de Daech », lejdd.fr, 30 mars 2017.
  6. « Raqa, la “capitale” de l'EI en Syrie », AFP, 6 juin 2017.
  7. Laurent Lagneau, « Raqqa ne serait plus la “capitale” de l’État islamique en Syrie », Opex360, 25 avril 2017.
  8. Maxime Macé, « Bataille de Raqqa : le soutien de la coalition sera crucial pour les forces arabo-kurdes, estime Stéphane Mantoux », France Soir, 9 juin 2017.
  9. a et b Ouverture d'un couloir humanitaire à Raqqa, Le Figaro avec AFP, 15 juin 2017.
  10. a et b « Syrie : violents combats à Raqqa entre forces arabo-kurdes et jihadistes », France 24 avec AFP, 8 juin 2017.
  11. a, b, c, d, e, f, g, h et i Luc Mathieu et Hala Kodmani, « A Raqqa, “les gens sont épuisés par Daech et par la guerre contre Daech” », Libération, 6 juin 2017.
  12. Maya Gebeilly, « Syrie : l'alliance anti-EI gagne du terrain à Raqa », sur lest-eclair.fr, (consulté le 10 juin 2017)
  13. « Les Kurdes en position de force à Raqqa », La Libre Belgique, 10 juin 2017.
  14. (en) « U.S.-backed anti-IS forces to announce Raqqa assault start date on Tuesday », sur Reuters, (consulté le 10 juin 2017)
  15. a, b, c et d Samia Medawar, « La bataille de Raqqa semble bel et bien lancée », L'Orient-Le Jour, 5 juin 2017.
  16. a, b et c « Syrie : les FDS passent à l'attaque dans la banlieue de Raqqa », AFP, 6 juin 2017.
  17. a et b « En Syrie, l'alliance anti-EI avance à l'ouest de Raqqa », Le Point avec AFP, 3 juin 2017.
  18. Fabrice Balanche, « Syrie : six mois pour libérer Raqqa de l'État islamique », Le Figaro, 10 février 2017.
  19. Catherine Gouëset, Syrie: tout comprendre aux enjeux de la bataille de Raqqa, L'Express, 21 juin 2017.
  20. « En dépit de la Turquie, les Etats-Unis ont livré des armes aux combattants kurdes en Syrie », Le Monde avec AFP, 31 mai 2017.
  21. « Syrie : les FDS se délectent d'armes américaines dans la bataille de Raqa », AFP, 8 juin 2017.
  22. Lucile Wassermann, À Raqqa, l’EI tire les leçons de la bataille de Mossoul, OLJ, 21 juin 2017.
  23. a et b Allan Kaval, « Syrie : avec les combattants, à l’assaut de Rakka », Le Monde, 7 juin 2017.
  24. Coalition anti-EI : la Belgique prolonge la mission de ses F16, AFP, 16 juin 2017.
  25. a et b « Syrie : la bataille pour la prise de Raqqa a débuté », Le Point avec AFP, 6 juin 2017.
  26. Camille Bouscasse, « Syrie : l'assaut contre Raqqa est lancé », Le Figaro, 6 juin 2017.
  27. « L’alliance anti-EI gagne du terrain à Raqqa », OLJ avec AFP, 8 juin 2017.
  28. a, b et c « Syrie : un premier quartier repris à l'EI dans l'ouest de Raqqa », Le Point avec AFP, 11 juin 2017.
  29. « Les forces anti-EI progressent à l'ouest de Raqqa, abondamment bombardée », OLJ avec AFP, 9 juin 2017.
  30. « Syrie : les Forces démocratiques syriennes ouvrent un second front à Raqqa », France 24 avec AFP et Reuters, 10 juin 2017.
  31. « Syrie : le groupe Etat islamique sur le recul à Raqqa », RFI, 11 juin 2017.
  32. a et b « Syrie : la force anti-EI s'approche de la vieille ville de Raqa », AFP, 12 juin 2017.
  33. « Syrie : intenses affrontements entre les FDS et le groupe EI à Raqqa », RFI, 15 juin 2017.
  34. Syrie : les FDS poursuivent l'encerclement de Raqqa par le Sud, L'Orient-Le Jour, 21 juin 2017.
  35. « En Syrie, l’assaut est lancé sur Rakka, le fief de l’Etat islamique », Le Monde avec AFP, 6 juin 2017.
  36. Thomas Gibbons-Neff, « U.S.-led forces appear to be using white phosphorus in populated areas in Iraq and Syria », The Washington Post, 9 juin 2017.
  37. Luc Mathieu, « A Raqqa, des obus au phosphore blanc », Libération, 11 juin 2017.
  38. « La coalition internationale bombarde Raqqa au phosphore blanc », France 24, 13 juin 2017.
  39. Catherine Gouëset, « Qu'est le phosphore blanc, que la coalition anti-Daech est accusée d'utiliser ? », L'Express, 13 juin 2017.
  40. « HRW prévient la coalition internationale anti-EI sur le phosphore blanc », AFP, 14 juin 2017.