Bataille de Maaloula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Maaloula
Informations générales
Date 4 -
Lieu Maaloula, gouvernorat de Rif Dimachq, Syrie
Issue Victoire de l'armée syrienne
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Logo of the Syrian Islamic Front.svg Front islamique syrien
Flag of the Syrian Islamic Liberation Front.svg Front islamique de libération syrien
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Forces en présence
67e brigade blindée
81e brigade blindée
1 000 hommes
Pertes
80 morts
100 blessés
60 morts
100 blessés
Guerre civile syrienne
Coordonnées 33° 50′ 00″ N 36° 33′ 00″ E / 33.833333333333, 36.5533° 50′ 00″ Nord 36° 33′ 00″ Est / 33.833333333333, 36.55

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Maaloula.

La bataille de Maaloula débute par une offensive des djihadistes venant principalement du front Al-Nosra épaulés par des combattants de l'armée syrienne libre au cours de laquelle, le village de Maaloula tombe au mains des rebelles. Une contre-attaque de l'armée syrienne permettra le départ des rebelles avant que ceux-ci ne reprennent le contrôle du village qui va recevoir du renfort de l'armée syrienne permettant le départ final des forces rebelles qui ont perpétré des massacres envers des civils et saccagés des églises en détruisant notamment la statue de la Vierge.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Attaque djhiadistes[modifier | modifier le code]

Les combats commence le 4 septembre à la suite d'un attentat suicide perpétré par un combattant jordanien du front Al-Nosra près d'un poste de contrôle de l'armée syrienne à l'entrée du village de Maaloula. L'attentat lance le signal d'attaque des forces rebelles qui prennent le contrôle du poste de contrôle faisant huit morts parmi les soldats et capturant deux chars ennemies. L'aviation syrienne riposte en procédant à trois frappes sur le poste de contrôle après sa capture par les combattants du front Al-Nosra[1],[2]. Dans la même journée, les rebelles prennent ensuite le contrôle de l'hôtel Safir et de plusieurs parties de Maaloula[3],[4].

Contre-attaque de l'armée[modifier | modifier le code]

Le 6 septembre, l'armée syrienne envoie des renforts à Maaloula dont notamment des véhicules blindés ainsi que des chars. Le but est de reconquérir les parties perdues du village[5]. Tandis que les rebelles ont laissé tomber les postes de contrôles capturés notamment après l'attaque suicidaire du 4 septembre[6],[7], l'armée renforce le poste de contrôle autrefois ciblé par les rebelles. Puis durant la même journée, des combats ont eu lieu entre djihadistes et soldats syriens. Le lendemain, de nouveaux combats ont lieu entre rebelles retranchés dans l'hôtel Safira au sommet d'une colline et militaires syriens. D'après la télévision syrienne, plusieurs rebelles auraient été tués et des missiles et mortiers en leurs possession auraient été détruits[6].

Nouvelle offensive des rebelles[modifier | modifier le code]

Le 8 septembre, les forces du front Al-Nosra qui ont reçu des renforts lancent une nouvelle offensive après avoir perdu le contrôle de la ville auparavant. L'offensive permet de reprendre Maaloula et de chasser l'armée de la ville[8]. Les pertes du côté des rebelles de la journée sont de 60 morts et d'environ une centaine de blessés[9], tandis que les pertes loyalistes s’élèvent à plusieurs dizaines de morts et de blessés[10].

D'après un habitant de Maaloula, les djihadistes auraient attaqué plusieurs églises et tués des habitants chrétiens du village. Ils auraient également incendié une église et pillé une autre. Les combattants du front Al-Nosra aurait menacé des villageois chrétien de décapitation, s'ils ne se convertissaient pas à l'islam. Beaucoup d'habitants ont fui le village par crainte des djihadistes[6]. Pendant l'arrivée des forces rebelles dans le village, des résidents musulmans auraient salué l'entrée triomphante de ces combattants[11].

Une femme de Maaloula a rapporté aux médias libanais que son mari, un membre de la milice du village, a eu la gorge tranchée par des combattants de l'armée syrienne libre. Selon un responsable djihadiste, l'armée était encore présente à l'une des entrées de Maaloula. En fin d'après-midi, l'armée et la milice des forces de défense nationale se battaient contre les djihadistes dans le but de reprendre le contrôle du village. Les affrontements ont eu lieu autour de Maaloula et dans la zone voisine de Jarajafa[10].

Seconde contre-attaque loyaliste[modifier | modifier le code]

La seconde contre-attaque de l'armée syrienne débuta donc le 9 septembre avec pour but de reprendre le contrôle totale de Maaloula et des collines environnantes qui sont contrôlés par les djihadistes. D'après un habitant, sur les 3 300 villageois, seulement 50 d'entre eux étaient présents durant les combats. Une nouvelle église a été incendiée dans la journée par les islamistes dans la partie ouest du village[12]. Selon certains habitants, les combattants islamistes avaient obligé les habitants de quitter Maaloula par la force[13], tandis que d'après d'autres personnes, les djihadistes auraient obligé certains chrétiens de la ville à se convertir à l'Islam par la force. Certaines personnes ont même été exécuté par les islamistes du front Al-Nosra[14].

Le 10 septembre, les combattants rebelles déclarent qu'ils sont prêts à quitter Maaloula à condition que l'armée syrienne et ses supplétifs n'entrent pas non plus dans le village[15]. Toutefois le lendemain, les islamistes étaient toujours présents à Maaloula et ils luttaient toujours à l'intérieur du village face aux troupes loyalistes[16],[17]. Le 15 septembre, l'armée syrienne déclare avoir sécurisé Maaloula et ses alentours[18].

Fin septembre 2013, les combats ont cependant continué entre loyalistes et rebelles à proximité du Monastère Sainte-Thècle, situé entre la colline de Maaloula (contrôlée par les rebelles) et la place de la ville (contrôlée par l'armée), isolant celui-ci et empêchant le ravitaillement des quarante religieuses et orphelins qui y vivent[19]. Des jeunes de villages voisins ont tenté d'y apporter de la nourriture mais ont été la cible de tirs de djihadistes[20].

Début décembre 2013, les rebelles se sont ré-emparés de la ville et ont enlevé douze religieuses du monastère Sainte-Thècle[21]. Le ministère des affaires étrangères français a exprimé sa préoccupation et demandé la libération des moniales[22]. Le ministère grec des affaires étrangères a également exprimé son inquiétude au sujet de cet enlèvement[23].

Les moniales ont été finalement libérées en mars 2014[24].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des islamistes s’emparent d’une entrée de Maaloula, L'Orient-Le Jour, , consulté le
  2. (en) Jihadist rebels, Assad loyalists fight for control of Syrian countryside, Worthy Christian News, , consulté le
  3. (en) Syrian Rebels And Army Battle Over Regime-Held Christian Village Of Maaloula, Huffington Post, , consulté le
  4. (en) Syrian Christian Village Besieged By Jihadists, Al-Monitor, , consulté le
  5. (en) Syria sends reinforcements to Christian village Maaloula, Goupstate.com, , consulté le
  6. a, b et c Syrie : reprise des combats près d'une ville chrétienne au nord de Damas, L'Orient-Le Jour, , consulté le
  7. (en) Christians in delicate position after rebels briefly capture Syrian town, Trust, , consulté le
  8. (en) Syria Live Blog - Al Jazeera Blogs, Al Jazeera, , consulté le
  9. (en) Syria: Maaloula's Mother Superior Rejects Claims of Rebels Pillaging Monastery, Ibtimes, , consulté le
  10. a et b En Syrie, Maaloula devient "un village fantôme", L'Orient-Le Jour, , consulté le
  11. (en) Jihadists force Syria Christian 'to convert at gunpoint, Dailystar, , consulté le
  12. (en) Syrian army moves to retake Maaloula, Dailystar, , consulté le
  13. (en) Syria crisis: Maaloula resident talks to BBC's Jeremy Bowen, BBC, , consulté le
  14. (en) Syrian rebels to retreat from Christian town of Maaloula, France 24, , consulté le
  15. (en) Syria rebels announce withdrawal from Christian town, FRance 24, , consulté le
  16. Syrie : les rebelles toujours à Maaloula, Le Point.fr, , consulté le
  17. (en) Battle for Syria Christian town of Maaloula continues, BBC, , consulté le
  18. (en) Syria gov’t gains Christian site Maaloula, JN1, , consulté le
  19. http://www.orthodoxie.com/actualites/un-appel-du-patriarcat-dantioche-a-propos-du-monastere-sainte-thecle-a-maaloula-en-syrie/
  20. http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Le-couvent-syrien-de-Mar-Takla-a-Maaloula-toujours-isole-2013-09-26-1025612
  21. http://www.france24.com/fr/20131202-ville-chretienne-maaloula-tombe-mains-rebelles-syrie
  22. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/syrie/la-france-et-la-syrie/evenements-4439/article/syrie-situation-a-maaloula-03-12
  23. http://www.orthodoxie.com/actualites/le-ministere-grec-des-affaires-etrangeres-manifeste-sa-preoccupation-au-sujet-de-lenlevement-des-moniales-orthodoxes-de-maaloula/
  24. http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Syrie-les-religieuses-de-Maaloula-liberees-2014-03-10-1117978