Souheil al-Hassan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Souheil al-Hassan
Surnom Le Tigre
Naissance 1970 (47-48 ans)
Jablé
Origine Syrien
Allégeance Drapeau de la Syrie République arabe syrienne
Grade Major-général
Années de service 1991-présent
Commandement Forces du Tigre
Conflits Guerre civile syrienne
Faits d'armes Bataille d'Alep
2e Bataille de Jisr al-Choghour
Bataille de Sahl al-Ghab
Bataille de Khanasser
2e Bataille de Palmyre
Offensive de la Badiya

Souheil al-Hassan (arabe : سهيل حسن), né en 1970 à Jablé, est un major-général de l'armée syrienne, surnommé par ses hommes « Le Tigre » (arabe : النمر). Les forces spéciales sous son commandement : Quwat Al Nimr (arabe : قوات النمر) sont pour cela parfois appelées « les Forces du Tigre ». Il est diplômé de l'académie militaire de Homs en 1991, et est particulièrement remarqué depuis 2014 pour ses victoires lors de la guerre civile syrienne[1].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Hassan est un alaouite d'environ 50 ans[2]qui aime la poésie. Il a un fils qui n'a jamais été vu depuis le début de la guerre civile[3].

Parcours militaire avant la guerre civile syrienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre civile syrienne.

En 1991, Souheil al-Hassan sort lieutenant de l'Académie militaire de Homs. Il a servi comme officier dans le service de renseignement des forces aériennes, participant notamment à la lutte contre Al-Qaida en 2005-2006.

Pendant la guerre civile syrienne[modifier | modifier le code]

Insurrection[modifier | modifier le code]

Lors que la révolution syrienne débute en 2011, Souheil al-Hassan est officier au sein du Service de renseignement de l'armée de l'air[4]. Il participe alors à la répression des manifestations dans la région de Damas, puis à Hama où il prend la tête d'une unité paramilitaire[4],[2]. Selon Le Monde, « Ses hommes, placés à l’arrière des forces de répression au contact des manifestants, devaient s’assurer que les ordres de tirer sur la foule étaient bien appliqués »[4].

Bataille d'Ariha (août 2013)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Ariha.

En 2013, les Forces du Tigre sont fondées et Souheil al-Hassan en prend la direction[4]. Cette nouvelle unité effectue ses premières opérations dans la région de Hama[4].

Après dix jours de combat, il sort victorieux de la ville d'Ariha, dans la province d'Idleb[5],[6],[7].

Campagne d'Alep (septembre 2013 - juillet 2014)[modifier | modifier le code]

Le 26 août 2013, les rebelles s'emparent de la ville de Khanasser, coupant la route d'Alep depuis le reste des territoires contrôlés par les loyalistes[8]. Souheil al-Hassan reçoit alors pour mission de dégager la route. Le 3 octobre, après une semaine de combats, Khanasser tombe[9]. Quarante villages sont pris dans la semaine suivante, et la route est à nouveau ouverte[10],[11]. Il poursuit ensuite vers le nord, pour prendre le faubourg industriel d'Alep, ou « Cheikh Najjar » très défendu et comptant plusieurs tunnels[12]. La bataille s'étale de janvier 2014 au 4 juillet 2014, et s'achève par la prise totale de la ville par les hommes de Souheil al-Hassan[12],[13].

Il est alors présenté pour la première fois à la télévision, pendant qu'il passe ses troupes en revue[2].

Le 22 mai 2014, la prison centrale d'Alep est prise, ce qui a un impact[14],[15] majeur.

Au cours de négociations avec les rebelles concernant des échanges de prisonniers, il aurait déclaré, selon un rebelle, à propos de miliciens afghans : « Faites ce que vous voulez avec eux. Vous pouvez les tuer, ce sont juste des mercenaires. Nous pouvons vous en envoyer des milliers »[16].

Campagne de Hama (juillet 2014 à octobre 2014)[modifier | modifier le code]

En juillet 2014, le front al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, lance une offensive d'envergure dans le nord du gouvernorat de Hama, menaçant ainsi la ville de Hama, son aéroport, et la ville chrétienne de Mhardeh à proximité. La situation est considérée comme difficile pour l'armée syrienne[17], et c'est au colonel al-Hassan que revient le commandement des troupes syriennes. Il entame les combats avant l'arrivée de toutes ses troupes[18], et réussit en moins d'un mois à prendre Arzh, Khittab et Helfaya[19]. Il poursuit ensuite son offensive, prenant notamment Morek[20].

Désert de Homs et champ gazier de Shaer (novembre 2014 à mars 2015)[modifier | modifier le code]

Il prend part à la reconquête d'un champ gazier (en) contre les forces de l'État islamique (Daech).

Idleb et Jisr al-Choghour (avril à juin 2015)[modifier | modifier le code]

Fin avril 2015, il fait face à un assaut rebelle à Jisr al-Choghour[21].

Le 13 juin, un de ses gardes du corps meurt d'un tir de sniper[22].

Kweires (octobre à novembre 2015)[modifier | modifier le code]

L'aéroport militaire de Kweires était assiégé par les rebelles du front islamique, puis par ceux de l'État islamique (Daech) depuis 2013. En septembre 2015, une offensive est préparée par l'armée syrienne. En octobre, les forces sous le commandement du général al-Hassan lancent l'attaque, en prenant les villages les uns après les autres. C'est le 11 novembre que le siège est brisé (en). Ses troupes ont alors avancé de 10 km[23],[24]. Le président Bachar el-Assad a alors félicité personnellement Souheil al-Hassan[25]. Il est fait major général le 25 décembre 2015, et devient ainsi le plus jeune porteur de ce grade de l'armée syrienne[26].

Par la suite, ses hommes attaquent vers le Nord-Est, et prennent la centrale électrique d'Alep, après avoir encerclé une partie des forces de l'État islamique près de Rayyan[27],[28].

Palmyre (mars 2016)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Palmyre (mars 2016).

La ville de Palmyre est reprise par les troupes sous le commandement de Souheil al-Hassan.

En 2017, ses troupes sont stationnées près d'al-Bab[29], mais elles ne participent pas à la bataille.

En 2018, il prend part à la bataille de la Ghouta orientale au printemps[30] et à l'offensive de Deraa à l'été[4].

Réputation[modifier | modifier le code]

C'est un des généraux syriens les plus populaires parmi les loyalistes. Certains observateurs considèrent qu'il fait de l'ombre au président Assad ou pourrait lui succéder[31], [32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mohamad Ali Harissi, « Battered but hardened, Syria army adapts to guerrilla war », Yahoo News, (consulté le 14 novembre 2014)
  2. a, b et c url= http://www.worldcrunch.com/syria-crisis/the-syrian-tiger-assad-039-s-biggest-threat-may-be-from-within/samir-geagea-bashar-al-assad-crisis-uprising-alawite/c13s17707/
  3. (en) « An audience with ‘the Tiger’ – Bashar al-Assad’s favourite soldier », The Independent (consulté le 14 novembre 2014)
  4. a, b, c, d, e et f Madjid Zerrouky, « Le Tigre » à la reconquête de la Syrie, Le Monde, 8 juillet 2018.
  5. (en) « Army retakes strategic town in northwest Syria », (consulté le 14 novembre 2014)
  6. (en) « Syrian forces capture strategic northern town: opposition », Reuters (consulté le 14 novembre 2014)
  7. (en) « Syrian regime forces fight on multiple fronts around Aleppo - Al-Monitor: the Pulse of the Middle East », Al-Monitor (consulté le 2 mai 2015)
  8. (en) « Syria rebels take control of strategic town » (consulté le 14 novembre 2014)
  9. (en) « Syria army retakes northern strategic town » (consulté le 14 novembre 2014)
  10. (en) « Syria army retakes 40 villages, opens Hama-Aleppo road » (consulté le 14 novembre 2014)
  11. http://english.al-akhbar.com/content/syrian-army-ends-opposition-siege-aleppo
  12. a et b (en) « Aleppo’s Sheikh Najjar: The death of a once-rich city » (consulté le 14 novembre 2014)
  13. (en) IANS, « Syrian army retakes industrial city in Aleppo province », (consulté le 14 novembre 2014)
  14. (en) « BBC News - Aleppo prison siege 'broken by Syrian troops' », BBC News (consulté le 14 novembre 2014)
  15. (en) « Syrian army fights for last major rebel route into Aleppo », Reuters (consulté le 14 novembre 2014)
  16. (en) Reuter Christopher, « The Afghans Fighting Assad's War », Der Spiegel, (consulté le 10 juin 2015) : « A rebel commander from Aleppo, who is leading negotiations for six other Afghans, at least managed to reach one of the most powerful Syrian officers on the telephone: Colonel Suhail al-Hassan, called Nimr, or tiger, by his supporters. The colonel's answer was succinct: "Do what you want with them. You can kill them, they're just mercenaries. We can send you thousands of them." »
  17. (en) « Syria Analysis: The Assad Regime Is In Serious Trouble Near Hama », EA WorldView (consulté le 14 novembre 2014)
  18. (en) « Syrian Republic - Tiger Forces Arrive in Hama to Combat... - Facebook » (consulté le 14 novembre 2014)
  19. (en) « Syrian forces win battle with rebels in Hama », Reuters (consulté le 14 novembre 2014)
  20. (en) « Army retakes key Syrian town from rebels: monitor », The Daily Star Newspaper - Lebanon (consulté le 14 novembre 2014)
  21. (en) Leith Fadel, « Tiger Forces Arrive at Ariha; Jaysh Al-Fatah Tries to Enter Al-Mastouma », Al-Masdar News (consulté le 2 mai 2015)
  22. (en) « Violent clashes erupt in the countryside of Hama, while the regime forces shell areas in it », SOHR, (consulté le 15 juin 2015) : « One of the guards of the Colonel Sohil al-Hassan known as al-Nemr (the Tiger) died of wounds due to shooting him by a sniper earlier. »
  23. http://www.aljazeera.com/news/2015/11/isil-siege-aleppo-airbase-broken-syrian-forces-151110153254134.html
  24. https://news.yahoo.com/syrian-troops-capture-northern-village-142822644.html
  25. http://www.almasdarnews.com/article/president-assad-congratulates-colonel-hassan-for-liberating-the-kuweires-airport/
  26. (en) « Who is Colonel Suheil Al-Hassan of the Tiger Forces? », sur al-Masdar News, (consulté le 24 juin 2015)
  27. http://www.presstv.ir/DetailFr/2016/02/16/450652/Syrie-Turquie-Kweires-Sirnak-arme-Alep-Daech-couvrefeu
  28. http://francophone.sahartv.ir/infos/moyen_orient-i22597-syrie_l’armée_a_encerclé_daech_aux_alentours_de_la_centrale_thermique_d’alep
  29. Samia Medawar, enjeux de la bataille d’al-Bab, 'OLJ avec agences, 7 février 2017.
  30. Benjamin Barthe, En Syrie, l’offensive terrestre contre la Ghouta orientale a commencé, Le Monde, 2 mars 2018.
  31. Hala Kodmani, « Souhail al-Hassan, l’autre grand fauve du régime de Damas », Liberation,‎ (lire en ligne)
  32. Al-Souria Net (site web pro-opposition syrienne), « Who's Who: Suheil Al-Hassan », sur syrianobserver.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]