Crise russo-turque de 2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crise russo-turque de 2015
Description de cette image, également commentée ci-après

L'un des Su-24M russes basés à l'aéroport international de Lattaquié.

Informations générales
Date
Lieu Près de Lattaquié
Belligérants
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la Syrie Syrie
Drapeau de la Turquie Turquie
ASL Armée syrienne libre
Forces en présence
Drapeau de la Russie
1 bombardier Su-24
Drapeau de la Turquie
2 chasseurs F-16
Pertes
Drapeau de la Russie
2 morts
1 bombardier Su-24 détruit
1 hélicoptère Mi-8 détruit
Drapeau de la Turquie
aucune

Guerre civile syrienne

La crise russo-turque de 2015 débute le 3 octobre avec l'incursion d'un appareil militaire russe dans l'espace aérien turc[1]. Elle continue durant l'automne 2015 et atteint un point critique le quand l'armée turque abat un Soukhoï Su-24 de l'armée de l'air russe. C'est la première fois qu'un État membre de l’OTAN abat un appareil russe depuis la guerre de Corée. Le pilote du Su-24 a trouvé la mort au cours de cet incident et le navigateur a pu être récupéré lors d'une opération de sauvetage qui a coûté la vie à un soldat de l'infanterie de marine russe[2]. À la suite de cet événement, cette crise s'étend non seulement dans les domaines diplomatiques et militaires, mais aussi économiques, culturels et sportifs. La tension entre la Russie et la Turquie s'apaise le , après un contact direct entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan où ils s'engagent à normaliser les relations bilatérales[3].

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

Tensions entre Turquie et Syrie[modifier | modifier le code]

Les relations entre la Syrie et la Turquie étaient mauvaises bien avant la guerre civile syrienne. En particulier, la Syrie revendique le sandjak d'Alexandrette (pour la Turquie : la province d'Hatay)[4]. Cette revendication peut expliquer une attitude particulièrement nerveuse de l'armée turque quand cette province fait l'objet d'une intrusion[5].

Le jeu des alliances[modifier | modifier le code]

La Russie[modifier | modifier le code]

La Russie est membre fondateur de l'Organisation de coopération de Shanghai et de l'Organisation du traité de sécurité collective.

Alliée du gouvernement syrien et de l'Iran, la Russie intervient militairement dans la guerre civile syrienne le , le jour même d'une demande officielle d'« aide militaire » de la part de Bachar el-Assad[6],[7]. L'aviation russe commence aussitôt une campagne de frappes aériennes en Syrie concentrée sur les provinces de Idleb, d'Hama et d'Alep[8], zones où se concentrent des djihadistes venus du Caucase russe, Tchétchénie et Daghestan en particulier, et des ex-républiques soviétiques d'Asie centrale comme l'Ouzbékistan et le Tadjikistan[9]. Comme le souligne le directeur de l'Observatoire des pays arabes Antoine Basbous, « le Kremlin défend avant tout ses propres bases et veut s’assurer qu’elles ne sont pas à portée des missiles longue portée des rebelles »[10]. L’organisation État islamique (dite aussi « Daech »), dont le porte-parole, Abou Mohamed al-Adnani appelle dans un enregistrement « les musulmans en tous lieux à lancer le djihad contre les Russes et les Américains »[11], est ciblée, de même que l’Armée syrienne libre. Mais l'aviation russe se focalise surtout sur les positions rebelles de l'Armée de la conquête dominée par le Front al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20], dont le chef Abou Mohammed al-Joulani a menacé la Russie en appelant « les moudjahidin du Caucase à soutenir autant qu'ils peuvent le peuple de Syrie (...) Si l'armée russe tue notre population, tuez sa population, si elle tue nos soldats, tuez les siens. Œil pour œil »[21].

La Turquie[modifier | modifier le code]

La Turquie est membre de l'OTAN depuis 1952 et candidate pour devenir membre de l'Organisation de coopération de Shanghai depuis juillet 2015 [22],[23]. Elle est candidate pour rejoindre l'Union européenne depuis 1999 et elle a intégré la plupart des institutions de l'Europe comme le Conseil de l'Europe ou l'OCDE[24]. Selon le journal Le Monde, Erdogan est un « allié obligé de l’Europe » pour résoudre le problème des flux de migrants qui se réfugient en Union européenne[25].

Lors de la guerre civile syrienne, la Turquie soutient l'ensemble de la rébellion syrienne, dont l'Armée de la conquête, une alliance présente dans le gouvernorat d'Idleb et dominée le Front al-Nosra et Ahrar al-Sham[26],[27]. En février 2014, Jonathan Schanzer, expert du Trésor américain en matière de financement du terrorisme, rapporte que la Turquie a failli être inscrite sur la liste du Financial Action Task Force, organisme qui lutte contre le financement du terrorisme international[28].

La Turquie est accusée par la Russie, la Syrie[29], le PYD, le PKK, Parti républicain du peuple[30],[Citation 1],[31], les Anonymous[32], par la vice-présidente du Bundestag et députée verte Claudia Roth[33],[34], par le ministre de la Défense de la République d'Arménie Seyran Ohanian[35], par des intellectuels français comme Jean-François Colosimo[36], Jean-Paul Baquiast[37] ou Éric Zemmour[38], l'essayiste belge Bahar Kimyongür[39] et des médias occidentaux[40],[41] et turcs[Citation 2],[42],[43],[Citation 3],[44] de soutenir l'État islamique notamment en laissant grandes ouvertes ses frontières à tous les candidats au jihad et de lui avoir fourni des armes par le biais du MIT, le service de renseignement turc[45],[46],[47]. Le président turc après avoir toujours nié d'avoir livré des armes, se défend confusément en affirmant qu'il s'agissait d'aide humanitaire[48], ensuite d'une opération de l'imam Fethullah Gülen, un ancien allié qu'il accuse de vouloir renverser le gouvernement[49], puis finalement, Erdogan argue qu'il s'agit d'une aide, non en direction des djihadistes de l'État islamique, mais pour les Turkmènes de Syrie qui combattent Bachar el-Assad[50]. Plusieurs médias turcs sont censurés[51] une dizaine de gendarmes, cinq magistrats[52] et deux journalistes Can Dündar et Erdem Gül sont arrêtés pour « espionnage »[53]. Alain Dusart du journal L'Est républicain rappelle que 21 % des Turcs « estiment que Daech représente l'islam »[54] et Reuters souligne que 10 % des Turcs ne considèrent pas Daech comme un groupe terroriste[55].

En 2014, la Turquie rejoint la coalition internationale menée par les États-Unis, contre l'État islamique. Mais pour la Turquie l'ennemi numéro 1 est le PKK et la lutte contre le régime syrien est considérée comme prioritaire à la lutte contre l'État islamique[56],[57].

La situation évolue à l'été 2015. Le , trois jours après l'attentat de Suruç, la Turquie autorise les États-Unis à utiliser la base aérienne d'Incirlik pour bombarder l'État islamique. La nuit suivante, elle mène ses premières frappes aériennes contre des positions de l'EI en Syrie mais engage également des frappes — plus nombreuses encore — contre les positions du PKK en Turquie et en Irak[58],[59],[60],[61],[62]. Le conflit kurde en Turquie est relancé et l'État islamique déclare la guerre à la Turquie, il qualifie le président Erdoğan de « Satan » et appelle à la prise d'Istanbul[56],[63],[64],[65].

Situation géopolitique[modifier | modifier le code]

Vladimir Poutine devant l'Assemblée générale des Nations unies appelant à une large coalition contre l'État islamique.

La Russie et la Turquie sont opposés sur le dossier de la guerre civile syrienne. La Russie en tant qu'« allié indéfectible[66] » du régime syrien de Bachar el-Assad répond à la demande d'aide militaire du dirigeant syrien du [6],[67]. Depuis l'intervention de la Russie, l'équilibre des forces est dorénavant en faveur du régime syrien et la Turquie est « la grande perdante »[68]. Selon le directeur adjoint de l’Institut de relations internationales et stratégiques, Didier Billion, Recep Tayyip Erdoğan « a développé une obsession quasi pathologique contre Bachar, devenant l’un des principaux soutiens de la rébellion » syrienne en soutenant l’Armée de la conquête et en étant complaisant avec l’État islamique[69].

Le , dans son discours devant l'Assemblée générale des Nations unies, Vladimir Poutine appelle à une « large coalition anti-terroriste » pour combattre les jihadistes[70]. Cette large coalition regrouperait la coalition internationale, la Russie, l'Iran et le régime Syrien. Les attentats du à Paris font changer la stratégie de la France. François Hollande appelle lui aussi à une large coalition anti-daech[71], sa priorité devient la lutte contre l’État islamique et le sort de Bachar Al-Assad passe en second plan[Citation 4],[72], rejoignant ainsi l'avis de la chancelière allemande Angela Merkel[73]. Le , pendant le sommet du G20 à Antalya, Moscou et Washington ont amorcé un dégel et ont rapproché leur position[74]. Jean Marcou, directeur de relations internationales à l’université de Grenoble note que « depuis les attentats de Paris, les Turcs assistent à une sorte de convergence des deux coalitions, celle des Russes avec Bachar Al-Assad et celle des Occidentaux, tous contre Daech »[75] et Didier Billion de l'Institut de relations internationales et stratégiques souligne que ce tournant stratégique isole la Turquie dans le dossier syrien[76].

Politique de Défense de l'espace aérien turc[modifier | modifier le code]

Règles d'engagement[modifier | modifier le code]

Depuis la destruction d'un RF-4E Phantom de reconnaissance par un missile sol-air syrien au-dessus de la mer Méditerranée le [77], la Turquie a annoncé qu'elle changeait ses règles d'engagement et considérerait tout avion syrien en approche comme une menace pour sa sécurité et l’abattrait[78] et elle a abattu avant cet événement quatre drones syriens ou d'origine russe, un hélicoptère Mil Mi-17 franchissant ses frontières[79] et un chasseur MiG-23 syriens qui auraient violé l'espace aérien turc selon Ankara, dans les environs de Kessab, un village syrien situé près de Lattaquié[80].

Les Turcs surveillent toutes intrusions dans leur espace aérien avec des patrouilles en vol vingt-quatre heures et sept jour sur sept, notamment au-dessus de la province de Hatay, ainsi que sur toute la zone frontalière[81] comme le démontre les précédentes interceptions où leurs F-16 interviennent majoritairement lors de décollage d'urgence[82],[83],[84],[85],[86],[87],[88],[89] et lors de patrouille [90],[91].

Zone d'exclusion aérienne[modifier | modifier le code]

En 2012, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan obtient le retrait de l’armée syrienne de Bachar Al-Assad sur une grande partie des 800 kilomètres de frontière qui séparent la Turquie et la Syrie[92]. Selon Fabrice Balanche, « les avions syriens ne pourraient pas survoler ce territoire sous peine d'être abattus. C'est dans ce but que des missiles Patriot ont été installés en Turquie à l'automne 2012 »[93]. La Turquie veut mettre en place une zone tampon qui comprend une zone d'exclusion aérienne, d'une largeur de 20 km en territoire syrien « pour accueillir et protéger les personnes déplacées ». En mai 2015, selon le politologue Ziad Majed, « une zone d'exclusion aérienne signifierait presque la chute du régime » mais aussi une déclaration de guerre contre la Syrie[94]. Ce projet qui a la faveur du président français François Hollande[95], est refusé, le 1er décembre 2014, par les Américains[96] et le 5 octobre 2015, par le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov en déclarant que la proposition de créer une telle zone « ne se fonde ni sur la charte de l'ONU, ni sur le droit international » et qu'il faut respecter « la souveraineté des pays »[97].

Principales étapes[modifier | modifier le code]

La presse parle de crise à partir d'octobre 2015 mais les incidents de frontière se produisent régulièrement dans la zone. Voici les principales étapes.

  •  : un Airbus A-320 reliant Moscou-Damas, a été intercepté par deux avions F-16 de l'armée de l'air turque et forcé d'atterrir à l'aéroport d'Ankara-Esenboga pour des contrôles de sécurité, soupçonné de transporter des armes pour l'armée régulière syrienne[98]. Le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, affirme que l'avion transportait « de l'équipement et des munitions à destination du ministère de la défense syrien »[99]. Or l'avion de ligne transportait 12 caisses contenant des éléments de radar russe destinés à équiper le système syrien de défense antimissiles[100] qui ont été confisqués par les autorités turques. Mohammad Ibrahim Saïd, le ministre syrien des Transports qualifie cette interception de « piraterie ». La PDG de Syrian Air, Ghaidaa Abdul-Latif déclare que cette interception « est contraire aux règles » et va porter plainte auprès des autorités aériennes internationales[101].
  •  : deux F-16 turcs ont décollé et intercepté un Iliouchine Il-20 russe qui circulait dans l'espace aérien international en mer Noire, parallèlement au littoral turc, pour empêcher une tentative potentielle de violation de l'espace aérien turc vers Ordu[102].
  •  : huit F-16 turcs ont décollé et escorté un Il-40 Brawny, un avion de reconnaissance russe volant le long du littoral de la mer Noire dans l'espace aérien international[103],[104].
  •  : à cause de l'annexion de la Crimée, le Premier ministre de la Turquie Recep Tayyip Erdogan téléphone à Vladimir Poutine afin de menacer d’interdiction le passage des détroits du Bosphore aux navires russes[105].
  • 2 avril 2014, le ministre turc des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu déclare que son pays ne reconnaît pas l'annexion de la Crimée par la Russie[106].
  •  : deux F-16 turcs interceptent un chasseur russe qui sera identifié plus tard comme un Soukhoï Su-30[107] violant l'espace aérien turc près de Yayladağı alors qu’il participait à un raid en Syrie[108]. L’ambassadeur russe à Ankara a été convoqué par les autorités turques pour faire part de leur « vive protestation »[109]. Le porte-parole du ministère de la Défense russe, Igor Konachenkov explique que l'« avion militaire russe Su-30 est entré durant quelques secondes dans l'espace aérien turc, lors d'une manœuvre, alors qu'il rentrait à son aérodrome (...) Cet incident est le résultat de mauvaises conditions météorologiques dans cette zone. Il ne faut pas y voir un quelconque complot »[110]. En novembre 2015, le général Viktor Bondarev (en) déclare que le Su-30 est entré dans le territoire turc en exécutant une manœuvre d'évitement alors qu'il était accroché par un système de défense antiaérienne au sol dans le nord de la Syrie[111].
  • 4 octobre : incident entre un MiG-29 non identifié[112] et deux F-16 turcs. Sergueï Lavrov déclare que « nous n’avons même pas de MiG-29 dans nos bases en Syrie »[113]. Par contre, l'armée de l'air syrienne est dotée d’une soixantaine d’appareils de ce type[114].
  • 5 octobre : mise en garde de la Russie par l'OTAN[115].
  • 8 octobre, lors d'un déplacement au Japon, Recep Tayyip Erdogan brandit la menace économique contre la Russie, en lui rappelant ses intérêts commerciaux en Turquie[116].
  • 13 octobre : Ankara convoque les ambassadeurs américains et russe pour les mettre en garde contre toutes formes d'aides aux combattants kurdes de Syrie dans le cadre de la campagne contre Daech[117].
  • 16 octobre : un drone non identifié[118] de fabrication russe qui aurait pu être utilisé par la Russie, la Syrie, l'Iran ou les Kurdes[119] est abattu par la Turquie[120].
  • 20 novembre : lors du sommet du G20 de 2015, Vladimir Poutine déclare que : « j'ai donné des exemples basés sur nos données du financement de Daesh par des individus privés. Cet argent vient de 40 pays, parmi lesquels participent des pays membres du G20 ». Selon le spécialiste du Moyen-Orient, Frédéric Encel, le président russe vise l'Arabie Saoudite et la Turquie[121]. Le même jour, convocation de l'ambassadeur russe par Ankara[122] à la suite du bombardement de villages turkmène qui abritait des groupes rebelles armés et financés par la Turquie[123].
  • 23 novembre : 1 700 réfugiés turkmènes se massent à la frontière turque[81].
  • 24 novembre : destruction d'un Soukhoï Su-24 russe par un F-16 turc à la frontière turco-syrienne dans la zone du mont Turkmène.
  • 25 novembre : rassemblement devant l'ambassade turque à Moscou de plusieurs centaines de manifestants[124] à la suite de la destruction du bombardier russe qui a conduit à la mort de deux militaires russes. L'édifice a été la cible de jet d’œufs, de tomates et de pierres[125].
  • 26 novembre : Ankara convoque l'ambassadeur russe afin de dénoncer les violences visant son ambassade à Moscou. Le même jour, la Douma présente un projet de loi sur la pénalisation de la négation du génocide arménien par la Turquie en 1915[126].
  • 28 novembre : des députés de la Douma, menés par Sergeï Gavrilov du groupe interpartis pour la défense des valeurs chrétiennes[127],[Citation 5], demandent la restitution de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople à l’Église orthodoxe[128].
  • 30 novembre : le groupe de pirates informatiques Turcs, la Turk Hack Team, bloque durant dix minutes la Banque centrale de Russie par une attaque par déni de service[129].
  • 3 décembre : un groupe de hackers turcs a piraté le compte instagram du ministre des communications Nikolai Nikiforov. Pendant plus de neuf heures, des images d'un avion militaire, des drapeaux turcs et un portrait de Mustafa Kemal Atatürk ont été affichés sur le compte de partage de photos et de vidéos du ministre russe[130].
  • 7 décembre : convocation de l'ambassadeur russe à Ankara au motif que le 6 décembre, un soldat russe portait à l'épaule un lance-missile sol-air à bord du bâtiment de débarquement Caesar Kunikov pendant qu'il croisait dans les eaux turques[131]. Ankara a prié l'ambassadeur russe « ne pas voir se répéter des actions non conformes à la convention de Montreux »[132].
  • 13 décembre : le chalutier turc Geçiciler Balıkçılık[133] en approche du destroyer russe de classe Kachine Smetlivy qui avait jeté l'ancre au large de l'île de Lemnos dans le nord de la mer Égée[134] à moins de 600 mètres aurait contraint le navire russe à utiliser des armes à feu contre ce dernier « afin d'éviter une collision »[135],[136]. Le capitaine du chalutier dément les tirs et déclare n'avoir pas eu connaissance de la nationalité du navire de guerre[137],[138].
  • 14 décembre : lors du déplacement d'un convoi maritime de deux installations gazières de la compagnie russe Chernomorneftegaz en mer Noire, un vaisseau battant pavillon turc a croisé la route du convoi et s'est arrêté sur son chemin, provoquant une situation de collision. Un croiseur russe et un remorqueur de garde-côtes sont intervenus pour chasser le navire turc[139].
  • 21 décembre, le groupe Anonymous revendique une vaste cyberattaque des serveurs turcs qui ralentissent ou mettent temporairement hors service, environ 40 000 sites Internet gouvernementaux, bancaires et commerciaux. Cependant, les médias turcs désignent la Russie comme responsable de ces méfaits[140],[141].
  • , début de l'embargo russe sur les produits turcs[142].
  • 21 janvier, un groupe de cyber-pirates turcs nommé WKPF a modifié la page d'accueil de l’Econom Bank russe avec des moqueries sur Poutine. WKPF se vante aussi d'avoir volé des données clients. En même temps, le site officiel de l’ambassade de Russie en Israël est piraté par une équipe de hackers pro-turque de l’Azerbaïdjan, dénommé Börteçine Siber Tim[143].
  • 29 janvier, la Turquie convoque l'ambassadeur russe à la suite d'une allégation de violation de frontière par un Soukhoï Su-34 à 11 h 46 locales hier (h 46 UTC[144] d'une durée de 20 à 30 secondes malgré des avertissements en anglais et en russe[145]. Cependant le porte-parole du ministère de la Défense russe répond à ces accusations en disant que « les déclarations turques concernant la violation présumée de son espace aérien constituent de la propagande sans fondement » et ajoute que les accusateurs « ne peuvent être que des propagandistes qui ont regardé des films d’actions d’Hollywood »[146]. Le porte-parole du département de la Défense des États-Unis, John Kirby confirme qu'un appareil russe a violé l'espace arien turc et otanien, mais ajoute que « ce n'est pas notre responsabilité de fournir la preuve aux Russes qu'ils ont fait quelque chose de mal »[147].
  • 3 février, le ministère de la Défense russe accuse la Turquie d’avoir interdit un vol russe de reconnaissance dans le cadre du traité Ciel ouvert. L’itinéraire du vol russe, prévu du 1er au 5 février, avait été transmis à l’armée turque, mais les Turcs refusent le survol de son territoire au motif qu'ils n'ont jamais reçu le dit itinéraire. « Cela crée un précédent dangereux concernant l'absence de contrôle de l'activité militaire d'un État partie au traité Ciel ouvert »[148].
  • 4 février, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov soupçonne la Turquie de dissimuler des activités militaires en vue d'une intervention militaire en Syrie à la suite du refus, la veille, du survol du territoire turc dans le cadre du traité Ciel ouvert. En outre, le général affirme qu'il a des « preuves irréfutables » que l'artillerie turque a bombardé des villes syriennes au nord de la province de Lattaquié et que des «convois humanitaires» turcs fournissent des armes aux groupes rebelles d'Alep et d'Idleb[149].
  • 5 février, Recep Tayyip Erdogan répond aux accusations formulées la veille par Moscou sur un projet d'intervention militaire turque en Syrie, en dénonçant qu'« actuellement, c'est plutôt la Russie qui est engagée dans une invasion de la Syrie » en faisant référence au soutien militaire russe à la suite de la demande de la Syrie[150].
  • 10 février, la Russie adresse une lettre au Conseil de sécurité des Nations unies pour dénoncer l'aide de la Turquie au recrutement de djihadistes issus des anciennes républiques d'URSS d'Asie centrale, mais aussi au recrutement par la justice turque de détenus turcs dans les prisons du pays. La Russie dénonce aussi le transfert par des avions militaires turcs de terroristes de Syrie jusqu'au Yémen via la Turquie[151]. La porte-parole du ministère des affaires étrangères russe, Maria Zakharova déclare que son ministère étudié la proposition de parlementaires de la Douma de dénoncer le traité d'amitié et de fraternité avec la Turquie signé le [152].
  • 15 février, selon le principe de réciprocité, la Turquie impose un visa à tous les journalistes russes venant travailler en Turquie[153].
  • 16 février, à la fin du match d’Europa League Fenerbahçe-Lokomotiv Moscou, le joueur russe Dmitri Tarasov a exhibé un tee-shirt floqué du portrait de Vladimir Poutine portant un béret vert, avec l’inscription en russe « Le plus poli des présidents ». Plusieurs quotidiens turcs ont dénoncé une « provocation d’un joueur de football russe »[154].
  • 18 février, la Russie a exprimé ses profondes condoléances au peuple turc à la suite de l'attentat terroriste survenu à Ankara la veille[155].
  • 19 février, la Russie convoque le Conseil de sécurité des Nations unies à la suite des déclarations du gouvernement turc pour une intervention militaire terrestre en Syrie[156].
  • 24 février, Erdogan accuse la Russie d'avoir violé l'espace aérien turc[157].
  • 1er mars, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov exige la fermeture de la frontière turco-syrienne pour couper les voies d'approvisionnement des terroristes [Citation 6],[158].
  • 9 mars, lors d'une rencontre avec le président ukrainien Petro Porochenko, Recep Tayyip Erdogan déclare ne pas reconnaître l'annexion de la Crimée par la Russie[159].
  • 13 mars, le ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov accuse la Turquie d'« expansion rampante » au-delà de sa frontière avec la Syrie [Citation 7] et insiste auprès de l'ONU sur la Selon nos informations, ils (les Turcs) fortifient leurs positions à quelques centaines de mètres de la frontière à l'intérieur de la Syrie et insiste auprès de l'ONU d'associer les Kurdes dans les négociations de paix[Citation 8] afin d'éviter le risque d'une partition du territoire syrien[160].
  • 19 mars, le vraquier Lira battant pavillon turc a dévié de son itinéraire et a percuté le pilier no 80 du pont provisoire qui doit relier le kraï de Krasnodar en Russie à l'île de Touzla dans le cadre du projet du pont du détroit de Kertch. Aucun membre d'équipage du navire turc n'a été blessé au cours de cette collision[161].
  • 29 mars, à Istambul, l'équipe féminine de volley-ball du club de Dynamo Krasnodar est la cible d'insultes et de jets d'ordures de la part des supporters du club de Galatasaray[162]. L'attaquante du Dynamo Krasnodar, Tatiana Kocheleva dénonce notamment le comportement de l'entraîneur de Galatasaray qui leur « a adressé un doigt d’honneur »[163].
  • 1er avril, le Conseil de sécurité des Nations Unies publie un courrier daté du de l'ambassadeur de la Russie auprès des Nations unies, Vitali Tchourkine, qui accuse la Turquie d'armer le Daech en Syrie à travers des ONG turques, notamment les fondations Besar, Iyilikder et la Fondation pour les libertés et les droits de l'homme qui sont selon Vitali Tchourkine le front du renseignement turc en Syrie[164],[Citation 9],[165].
  • 8 avril, deux agents des services de renseignement russes, Yuri Anisimov et Aleksandr Smirnov, soupçonnés du meurtre du séparatiste tchétchène Vahid Edelguiriev assassiné par balles et achevé d'un coup de poignard à l'œil[166], le , ont été arrêtés à Istambul par les services de renseignement de la Turquie[167].
  • 9 avril, le premier ministre russe Dimitri Medvedev évoque l'influence extérieure, notamment celle du « facteur turc » sur les incidents frontaliers du Haut-Karabagh d'avril 2016.
  • 11 avril, le lieutenant-général Sergueï Roudskoï accuse la Turquie de continuer de fournir le Front al-Nosra, en hommes et en armes, en dépit du cessez-le-feu[168].
  • 21 avril, la Turquie interdit l'entrée sur son territoire de Toural Kerimov, rédacteur en chef de l'agence de presse russe Sputnik en Turquie[169]. De plus, le site internet de l'agence Sputnik est bloqué par Ankara[170].
  • 22 avril, le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov dénonce vendredi l'attitude « inacceptable » de la Turquie face au conflit du Haut-Karabakh[Citation 10] en réponse aux messages de soutien d'Erdogan à à l'Azerbaïdjan[171]
  • 15 mai, à la suite de la victoire du CSKA Moscou face au Fenerbahce 101-96 lors de la finale de l'Euroligue, le député turc de l'AKP, Samil Tayyar, tweete sur son compte Twitter : « J'ai envie d'abattre un autre avion russe ! »[172].
  • 12 juin, le président turc Recep Tayyip Erdogan envoie un message conciliant à Vladimir Poutine à l'occasion de la fête nationale russe (Fête de la Souveraineté de la Fédération de Russie) pour normaliser les relations bilatérales[173],[174]. Les médias russes rappellent que le Kremlin veut « comme préalable (...) des excuses officielles pour la mort de son pilote et une compensation pour l'avion abattu »[175].
  • 13 juin au 17 juin, la Turquie réalise des missions d'observation au dessus du territoire russe en vertu du traité Ciel ouvert[176].
  • 23 juin, le porte-parole du président turc, Ibrahim Kalin rappelle que la Turquie ne va pas s'excuser ou rembourses pour avoir détruit le Su-24[177].

Destruction du Soukhoï Su-24 russe par l'aviation turque[modifier | modifier le code]

Circonstances[modifier | modifier le code]

Trajectoires du Su-24 selon les versions russes et turques.

Les versions russe et turque des circonstances de cet incident divergent. Les faits en concordances sont les suivants. Le au matin, une paire de Su-24M de la 6 980e base aérienne de la Garde de Shagol-Tcheliabinsk - sur les 24 en Syrie identifiés à l'époque - a décollé de la base aérienne de Khmeimim, située sur l'aéroport international de Lattaquié. Chacun d'eux était armé de 4 bombes à fragmentation OFAB-250-270 de 268 kg[178]. Ils prennent pour cible des positions de la « Première Division côtière », une formation de rebelles turkmènes ayant rejoint l'Armée syrienne libre[179] sur le djebel Zahiya au nord de Lattaquié et à cinq kilomètres de la frontière turque. Une paire de F-16C en patrouille du 182 Filo Atmaca (Escadron Faucon), venant de la base aérienne de Diyarbakır, abat ensuite l'ailier de la patrouille (code 19, no de série 0715323) à la frontière entre la Syrie et la Turquie par le tir au-delà de la portée visuelle d'un missile air-air AIM-120 AMRAAM[81].

Version de l'armée turque[modifier | modifier le code]

La version de l'armée turque s'articule autour de trois points : les sommations par l'aviation turque, le survol du territoire turc par le bombardier russe et la légitime défense plaidée par la Turquie.

  • Les sommations :

Selon les autorités turques, qui à la suite de l'accord du doivent recevoir de la Russie des informations sur chaque mission se déroulant à moins de 15 km de leur frontière, les avions russes font l'objet d'avertissements « dix fois en cinq minutes » étant donné qu'ils étaient à l'intérieur de la zone concernée[180]de la part d'une patrouille de deux F-16C, sur les vingts affectés aux patrouilles aériennes de combat turques à la frontière syrienne[181], se situant à moins de 27 milles marin de leur position[81].

Pendant ce temps, les Su-24M commencent à effectuer une « orbite » parallèlement à la frontière, et n'émettent aucune réponse. Le leader de la formation rentre dans l'espace aérien puis ressort, obtempérant selon la lettre transmise à l'ONU à la Turquie à ses injonctions[182],[183]tandis son ailier entre à son tour en territoire turc en volant vert l'ouest. Un des F-16C effectue alors un tir d'AIM-120C[184] sur le deuxième bombardier. Ces messages sont dévoilés le par l'armée turque. L'enregistrement d'une quinzaine de secondes[185] est jugé de très mauvaise qualité, et les propos du pilote turc dans un « mauvais anglais » sont incompréhensibles[186],[187] : « Ici l'armée de l'air turque. Vous approchez de l'espace aérien turc. Dirigez-vous vers le sud immédiatement »[188],[189]. Dans l'enregistrement de l'armée turque, la voix du pilote russe est absente. L'enregistrement présenté par l'armée turque provient du journal saoudien Al-Arabiya[190], daté du , rapporté par un pilote resté anonyme de la compagnie Middle East Airlines, qui déclare avoir entendu les avertissements en vol[191],[192] et confirme la position des chasseurs turcs à l'intérieur de leur espace aérien, visible sur le TCAS.

Mehmet Fatih Ceylan, représentant permanent turc à l’OTAN signale qu'« avant d’entrer dans notre espace aérien, ils ont été avertis 10 fois en 5 minutes de ne pas pénétrer notre espace aérien »[193]. Or, Jacques Sapir évoque dans son blog qu'en faisant régner une zone tampon au-dessus de la Syrie sans mandat ni délégation des Nations-Unies, les chasseurs turcs auraient tiré de manière juridiquement illégale[194].

Un F-16 turc.
  • Survol de la Turquie :

Un rapport turc transmis à l'ONU révèle que le Su-24, qui volait à 5 800 m d'altitude, a survolé le territoire turc sur une distance d'entre 2,13 et 2,52 km, pendant une durée de 17 à 24 secondes[195],[196]. Cependant, selon les calculs de Tom Van Doorsselaere et Giovanni Lapenta, professeurs de mathématiques à l'université de KUL, l'avion russe abattu n'a passé que 7,5 secondes dans l'espace aérien turc, et non 17 secondes comme l'affirme la Turquie[197]. Selon les calculs de l'historien militaire suisse Daniel Fuhrer, si le Su-24 a survolé 1,85 km de territoire turc en 17 secondes, alors il se déplaçait à l'allure extrêmement faible de 391 km/h, sachant que la vitesse de croisière de ce bombardier est de 980 km/h. L'expert suisse conclut que « les données turques ne correspondent pas aux images radar. Je pense que l'appareil russe a passé un temps beaucoup plus faible au-dessus du territoire turc, bien que techniquement ce type d'avion peut voler à 250 km/h »[198]. Selon les calculs de Tom van Doorsslaere et Giovanni Lapenta, le bombardier russe volait à une vitesse de 980 km/h[199].

La chaîne turque Haberturk TV diffuse des images du bombardier russe en flammes, qui s'écrase dans le nord de la Syrie dans la région connue sous le nom de mont Turkmène[200].

  • Légitime défense :

Erdogan invoque « le droit de la Turquie à défendre ses frontières »[201]. Or, Vladimir Poutine déclare que les pilotes russes « ne menaçaient nullement la Turquie », et qu'ils « remplissaient leur mission principale » en frappant des groupes de terroristes dans le nord de la province de Lattaquié[202], en territoire syrien. Comme le souligne le quotidien suisse Le Temps, l'appareil russe était en train de quitter l'espace aérien turc pour retourner en Syrie, quand il a été abattu. Le Temps conclut qu'il est « difficile pour la Turquie, dans ces conditions, de revendiquer un cas de légitime défense pour justifier son acte »[203].

Version de l'armée russe[modifier | modifier le code]

Carte et chronologie des événements, selon les forces russes.

Selon l'armée russe, une patrouille de deux Su-24 armée de 4 bombes à fragmentation OFAB 250 décolle de sa base à h 42 ; après avoir attaqué une cible à 5,5 km au sud de la frontière turque à 10 h 24, un des deux appareils est abattu par un tir de missile air-air, tiré entre 5 à 7 km de distance par un F-16 turc en patrouille aérienne à proximité à 10 h 24[204]. La version de l'armée russe s'articule autour de trois points : l'absence de sommations par l'aviation turque, le non survol du territoire turc par le bombardier russe, et un tir au-dessus du territoire syrien par la Turquie.

  • Absence de sommation :

Le , le pilote russe Konstantin Mourakhtine raconte devant la presse son témoignage : « Nous étions en train de voler à une altitude de 6 000 mètres, le temps était dégagé, je pouvais voir parfaitement sur la carte et au sol où se trouvait la frontière et où nous étions », mais un missile « a soudainement frappé la queue de l'avion » pendant qu'il était « en train de rentrer à la base aérienne après avoir effectué sa mission de combat. Il n'y a eu aucune sommation. Pas d'échange radio, ni de contact visuel. Il n'y a eu aucun contact ». « Si [l'armée turque] avait voulu nous avertir, ils auraient pu se montrer en volant sur notre parallèle. Il n'y a rien eu du tout »[205]. Cependant, les Turcs affirment avoir averti dix fois en cinq minutes par un message en anglais. Le colonel Steve Warren, porte-parole de l'armée américaine, confirme en disant que « nous étions en mesure d'entendre tout ce qui se passait, c'était sur des canaux ouverts »[206].

Les analystes ont noté que les avertissements de la Turquie ont été émis sur le canal militaire d'urgence 243 MHz, mais la radio R-862M qui équipe les Su-24 n'est pas en mesure de surveiller ce canal sans équipement en option. Il se pourrait que cet équipement n'eût pas été installé sur le bombardier abattu[207],[208]. Kerry Buck, l'ambassadrice du Canada à l'OTAN, incite la Russie à utiliser ces canaux de communication en déclarant que « pour réduire les risques, il faut plus de transparence. Dans le cas qui nous occupe, on constate que les Russes n'ont pas répondu, alors il faut encourager les parties à utiliser les canaux de communication appropriés »[209].

Toutefois, selon Pierre Sprey, analyste militaire américain, le fait que les Russes ne peuvent capter cette fréquence est « un fait qui est bien connu des renseignements américains, otaniens et turcs ». « Ces avertissements peuvent avoir été délibérément transmis uniquement sur la fréquence civile internationale afin que le Su-24 ne puisse jamais les entendre »[210]. De plus, la partie russe remet en cause l'authenticité de l'enregistrement. Alors qu'il a été révélé que cet enregistrement provient du journal saoudien Al-Arabiya[190], le général Igor Konachenkov rapporte que des représentants de l'état-major général turc affirment n'avoir diffusé aucun enregistrement dans les médias, et que ces communications « se référaient à des sources anonymes ou à des radioamateurs »[211]. La porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, Maria Zakharova, raille en déclarant que l'enregistrement présenté par les Turcs est un faux[212] ; elle affirme que « l'Internet est plein d'enregistrements, dont certains très intéressants, d'autres très drôles ... Combien de temps a-t-il fallu pour éditer ce chef-d'œuvre ? Plusieurs jours ? Eh bien, sa valeur est claire, maintenant »[213].

Comme le souligne Mark Galeotti dans The Guardian, lors d'incursions dans l'espace aérien, il est établi qu'on procède à des tirs de semonce et qu'on force l'intrus à quitter ou à atterrir[214]. La procédure d'interception d'un appareil par un avion de chasse suit des règles codifiées internationalement et connues de tous les pilotes. En cas de panne de radio, l'intercepteur effectue d'abord une reconnaissance à distance de l'intrus, lui informant qu'il fait l'objet d'une interception. Puis il établit un contact visuel et lui indique la route à suivre[215]. Lors d'une réunion d'urgence à Bruxelles, qui a confirmé la version turque des appels radios, sur les 28 ambassadeurs de l'OTAN, beaucoup ont dit craindre que la Turquie n'ait pas escorté les avions militaires russes hors de son espace aérien. Selon un diplomate de l'OTAN, qui a voulu garder son anonymat : « Il y a d'autres façons de traiter dans ce genre d'incidents »[216].

  • Non survol de la Turquie :

Le ministère de la défense russe affirme que le bombardier « se trouvait exclusivement dans l'espace aérien syrien »[217]. L'État-major russe ajoute que la défense antiaérienne syrienne confirme que le Su-24 n'avait pas franchi la frontière turco-syrienne[218]. Enfin, Konstantin Mourakhtine, le pilote survivant du Su-24, nie toute violation de l’espace aérien turc[219]. Or, certains militaires américains suggèrent, selon une évaluation basée sur la détection de la signature thermique du bombardier russe, que ce dernier a été touché dans l'espace aérien syrien, après une brève incursion (17 secondes) dans l'espace aérien turc[220]. De plus, la carte de trajectoire des bombardiers russes publiée par la Turquie mettant en évidence une violation a été présentée plus rapidement que la carte russe, qui montre une trajectoire contournant le territoire turc[221].

Toutefois, le site d'informations Contrepoints souligne que les avions russes naviguent avec le système russe de géolocalisation Glonass. Ce système de géolocalisation possède un peu moins de satellites et deux fois moins de plans orbitaux que le système américain GPS et par conséquent « des écarts éventuels de positionnement entre l'aviation turque et l’aviation russe expliquent mieux les différences entre la version turque et la version russe »[222].

  • Tir au-dessus du territoire syrien :

Le vice-Premier ministre turc, Numan Kurtulmus, déclare que « le chasseur russe qui a violé l'espace aérien turc a été abattu à l'intérieur des frontières turques »[223]. Le rapport transmis à l'ONU évoque aussi un tir à partir du territoire turc[182]. Or, le général Sergueï Roudskoï affirme que le F-16 turc a survolé le territoire syrien, entrant dans son espace aérien, ce qui constitue selon lui une « violation flagrante du droit international » avec « les conséquences les plus graves »[224].

De plus, dans un entretien avec Daniel Fuhrer, historien militaire, la RTS rapporte que « le Soukhoï a parcouru au moins six à sept kilomètres en Syrie avant d'être touché. À sa vitesse maximale, il faudrait 17 secondes au Su-24 pour parcourir une distance de 6,5 km. Durant ce laps de temps, le missile de F-16 le plus lent peut parcourir 15 km. Or, toujours selon les images radar turques, le F-16 semble se trouver dans un rayon plus petit »[198].

L'agence de presse russe Sputnik se demande pourquoi le bombardier russe est tombé à 4 kilomètres de la frontière turco-syrienne s'il a été abattu au-dessus du territoire turc[225].

Version de l'OTAN[modifier | modifier le code]

Jens Stoltenberg, Secrétaire général de l'OTAN, annonce (selon la presse turque) l'exactitude des informations turques[226]. Plus exactement, il considère que « les informations fournies par les alliés sont compatibles avec celles que la Turquie [...] a transmises »[227].

Le journal en ligne espagnol El Español du , rappelle que la défense aérienne des États membres de l’Otan est coordonnée par le Centre d’opérations aériennes combinées (CAOC) de Torrejón en Espagne qui gère la frontière orientale turco-irako-irano-syrienne. Le chef d’état-major de l’armée de l’Air turque, le général Abidin Ünal, aurait donc dû informer au préalable de sa décision de détruire l'appareil qui selon la Turquie aurait violé l'espace aérien turc. Cette information aurait dû être transmise au commandant du CAOC, le général Rubén García Servert qui avait rappelé dans le journal El Mundo daté du 2 janvier 2015 que c'est lui qui prend la décision finale d'abattre un aéronef considéré comme hostile[228]. Il se peut que dans l'urgence, la chaîne de commandement otanienne ait été rompue[229].

Analyse de la boite noire[modifier | modifier le code]

Vladimir Poutine, et le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou devant la boîte noire du Su-24 abattu

Le , les autorités russes ont récupéré la boite noire du bombardier abattu, et elle sera déchiffrée avec des spécialistes étrangers pour déterminer la trajectoire et les paramètres de la position du bombardier quand il été abattu par les Turcs[230].

Le , devant des journalistes et les experts britanniques et chinois, Jonathan Gillespie et Liu Wei Chan, les Russes ont ouvert la boite noire du Soukhoï Su-24. Sergueï Bainetov, de l'armée de l'air, déclare que « nos spécialistes ont extrait la carte mémoire, mais elle a malheureusement subi des dommages. La commission va discuter de cette situation et faire appel aux observateurs internationaux »[231]. Andreï Semenov, chef du département d'information analytique du service de sécurité de l'aviation, ajoute que « la boîte noire a enregistré les dernières 40 minutes du vol, mais trois des huit puces de l'enregistreur de vol ont été endommagées et devront être examinées aux rayons X »[232].

Le , les enquêteurs déclarent que la boîte noire est trop endommagée pour être exploitée. Le général Sergueï Baïnetov révèle que « la récupération des données sur la carte mémoire n'est pour l'instant pas possible en raison des dégâts internes » et ajoute qu'il faudra « extraire les informations directement à partir des cristaux » de la carte mémoire[233].

Hypothèse d'une préméditation des Turcs[modifier | modifier le code]

Le , la Russie s'est préparée à tel un scénario. Lors du déploiement de systèmes de missiles antiaériens en Syrie, le général Viktor Bondarev avait déclaré « il peut y avoir plusieurs cas de force majeure. Imaginons qu'un avion militaire soit capturé dans un territoire voisin de la Syrie et dirigé contre nous. Nous devons être prêts à ça »[234].

Le , le ministre des Affaires étrangères russes, Sergueï Lavrov, déclare que « nous avons de sérieux doutes sur le fait qu'il s'agisse d'un acte spontané, cela ressemble beaucoup à une provocation planifiée »[235]. Le ministre russe affirme aussi « nous avons les preuves que la Turquie avait prévu d'abattre un avion de l'armée de l'air russe. Tout cet incident était une embuscade bien préparée »[236].

Un diplomate occidental travaillant en Irak, qui a voulu garder l'anonymat, a qualifié l’incident de « provocation orchestrée et inévitable »[237].

Le , Pete Duncan, maître de conférence en politique et société russe à l'University College de Londres, déclare que la destruction du bombardier russe n'est « pas un accident » et ajoute que « c'est une décision consciente d'abattre un avion russe »[238].

Le , İdris Baluken (en), député du HDP, croit lui aussi à la préméditation en disant qu'« on voit que la destruction de l'avion russe a été décidée et planifiée auparavant, et cela s'est juste mis en œuvre hier »[239].

Fabrice Balanche, maître de conférence à Lyon-II, chercheur invité au Washington Institute, écrit dans le journal Libération que « le tracé radar de l’armée turque montre que l’avion russe a pénétré dans un petit « bec de canard » turc large de 2 km en Syrie, ce qui à la vitesse d’un avion signifie qu’il est resté quelques secondes en Turquie. L’armée turque attendait donc l’avion russe en embuscade pour le frapper »[240].

Vladimir Chizhov, l’ambassadeur russe auprès de l’Union européenne déclare que « ce n’est pas le cas d’une violation de l’espace aérien turc. Que cela soit volontaire ou involontaire. A la vitesse que ces appareils peuvent avoir en vol, l’entrée ou la sortie de l’espace aérien d’un pays voisin serait de quelques secondes. Un temps beaucoup plus court que celui qu’il faut pour mobiliser des avions de combat de turc, les faire décoller et détruire l’appareil russe, c’est donc une indication claire que cet incident a été planifié »[241].

Le , Mark Galeotti (en) professeur à l'Université de New York écrit dans le journal The Guardian que « les Turcs ont abattu l'avion et l'ont fait en 17 secondes - avec le président Recep Tayyip Erdoğan, disant qu'il a lui-même ordonné de tirer - suggère fortement qu'ils attendaient un avion russe entrer ou passer assez proche de l'espace aérien turc dans le but de délivrer un message plutôt pyrotechnique »[214].

Le , dans la chaîne The McLaughlin Group (en), le journaliste et homme politique américain, Pat Buchanan déclare « ce que les Turcs ont fait était stupide et dangereux - abattre un avion russe... Il n'y avait rien d'accidentel. L'avion était au dessus de ce petit coin de la Turquie pendant 17 secondes ou quelque chose comme ça. C'était délibéré. C'était une embuscade contre cet avion. Laissez-moi dire ceci, Erdogan est un gars instable d'après mon jugement et nous ne pouvons pas permettre à Erdoğan, qui est membre de l'OTAN, de mener ce pays (les USA) dans une confrontation avec la Russie »[242].

Avertissement d'un lanceur d'alerte[modifier | modifier le code]

Le , le lanceur d'alerte turc Fuat Avni qui, selon Rue89, « avec ses révélations sidérantes et jusqu’ici avérées [...] est devenu l’ennemi juré du président Erdogan »[243], annonce que « Erdogan a donné l'ordre d'abattre un avion russe opérant en Syrie en clamant qu'il a violé l'espace aérien turc »[244].

Le , la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, fait remarquer qu'il est « très intéressant » que cet événement soit annoncé dès début octobre[245]. Le , WikiLeaks reprend les anciens tweets de Fuat Avni.

Des menaces émanant des Turcs et des Américains[modifier | modifier le code]

Le , à la suite de la violation de l'espace aérien turc par des avions russes, le Premier ministre turc Ahmet Davutoğlu a annoncé que la Turquie agirait conformément à ses règles d'engagement militaire si son espace aérien était violé[246]. Le même jour, le secrétaire d’État américain John Kerry a déclaré que les avions de combat russes auraient pu être abattus en représailles[247].

Le , après que l'armée turque a abattu un drone russe de type Orlan-10 (en) qui s'est écrasé à 3 kilomètres de la frontière en territoire turc[248], Recep Tayyip Erdoğan a déclaré que « même si c’est un oiseau qui viole notre espace aérien, il fera l’objet des mesures nécessaires »[249].

Le , soit quatre jours avant la destruction du bombardier, l'ambassadeur russe est convoqué pour recevoir les protestations officielles d'Ankara pour avoir bombardé des villages turkmènes du nord de la Syrie qui abritaient des groupes rebelles armés et financés par la Turquie. Le ministère turc des Affaires étrangères a menacé que ces raids sur ces villages turkmènes du nord de la Syrie « pourraient avoir de graves conséquences »[250].

La coalition informée de la mission du bombardier russe[modifier | modifier le code]

Dans un entretien à la chaîne France 24, Erdogan déclare que « si nous avions su que c'était un avion russe, peut-être y aurait-il eu des mises en garde de nature un peu différente » et ajoute que l’« on aurait peut-être pu empêcher autrement cette violation de l'espace aérien »[251].

Le , lors d'une conférence de presse avec François Hollande, Vladimir Poutine envisage que Washington ait transmis à la Turquie les plans de vol des avions russes[Citation 11],[252]. Contrairement aux affirmations d'Ankara, Poutine a « exclu » que l'armée turque n'ait pas pu identifier la nationalité de l'aéronef en disant que « c'est absurde, ce sont des prétextes »[253]. Vladimir Poutine fait référence au mémorandum sur le survol de la Syrie par les avions et les drones[254], signé le mardi entre Russes et Américains, après qu'un chasseur russe en mission de bombardement dans la région d'Alep et un chasseur américains se sont croisés dans le ciel syrien[255] et ce afin d'empêcher ce genre d'incidents qui pourraient faire dégénérer la situation[256].

Les Su-24 russes sont d'habitude protégés par des Su-30 armés de missiles air-air à longue portée lors de leurs missions[257]. Or, comme le souligne le journal l'Orient le Jour, les deux Su-24 ne disposaient pas d'escorte pour cette sortie[258].

Le , à la suite des déclarations du vice-premier ministre turc Numan Kurtulmus où il commente en détail la campagne aérienne de la Russie contre Daech[259], le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov, établit que les informations concernant les missions de l'aviation russe en Syrie, transmises aux États-Unis conformément au mémorandum de sécurité des vols, avaient bien été communiquées à la Turquie[260].

Hypothèse d'une embuscade turque[modifier | modifier le code]

Le , Sergueï Lavrov soulève la question de la préméditation en disant : « Nous avons les preuves que la Turquie avait prévu d'abattre un avion de l'armée de l'air russe. Tout cet incident était une embuscade bien préparée »[261].

Après avoir étudié les trajectoires des avions militaires russes et turcs, le journal Novaïa Gazeta écrit qu'« au moment de l’attaque, l’avion russe survolait effectivement le territoire de la Turquie, qui représente à cet endroit une langue de terre d’un peu plus de 2 000 mètres de large. […] Le matin du 23 novembre, le F-16 turc était-il donc en train de guetter le bombardier russe ? »[262] Le journal Moskovski Komsomolets parle d’une « embuscade ».

Fabrice Balanche, maître de conférence à l'université Lyon II, souligne que « le tracé radar de l'armée turque montre que l'avion russe a pénétré dans un petit « bec de canard » turc large de 2 km en Syrie, ce qui à la vitesse d'un avion signifie qu'il est resté quelques secondes en Turquie. L'armée turque attendait donc l'avion russe en embuscade pour le frapper. Vu la vitesse du missile, il a sans doute été frappé une fois qu’il était de nouveau en Syrie »[263].

Selon Novaya Gazeta, dans la région de Lattaquié, à cause des vents forts et constants du Sud, l'unique couloir aérien pour atterrir sur la base de Hmeimim, passe par le côté nord de la frontière turco-syrienne. Les avions russes survolent obligatoirement pendant quelques secondes la Turquie, qui est parfaitement informée de cette nécessité. Le journal russe suppose qu’un F-16 turc a été envoyé « pour attendre le passage de l’avion russe au-dessus du territoire turc »[264].

Le , le commandant suprême des forces aériennes russe, Victor Bondarev, déclare que « les résultats objectifs du contrôle des stations de contrôle aérien syriennes confirment que deux F-16 se trouvaient en service dans la zone de h 11 à 10 h 26 (heure locale) à une altitude de 2 400 mètres, ce qui témoigne d’une action préméditée et de la volonté des chasseurs à tenir une embuscade dans les airs »[265]. Et ajoute que si l'action n'était pas préméditée, les F-16 turcs n’auraient jamais eu le temps de décoller depuis l’aéroport le plus proche[266].

Pierre Sprey, un analyste de la défense américaine qui s'est occupé du développement du F-16, déclare qu'il s'agit d'une « opération pré-planifiée » de la part de la Turquie. L'expert militaire américain arrive à cette déduction en disant que les F-16 turcs ne faisaient pas une patrouille ordinaire le long de la frontière, car ce type de mission se déroule à des altitudes de 6 000 à 10 000 mètres pour économiser du carburant, alors que les avions turcs volaient à une altitude de 2 300 à 4 200 mètres. Pierre Sprey conclut en disant que « les preuves semblent convaincantes que les Turcs ont mis en place une embuscade »[210].

Vladimir Avatkov, spécialiste russe de la Turquie, déclare que « depuis le 23 novembre, les médias turcs s’adonnent à une hystérie antirusse et, comme par hasard, leurs caméras se trouvaient au bon endroit et au bon moment pour filmer la chute du bombardier »[267],[268] en parlant des deux journalistes turcs de Anadolu, l'agence de presse du gouvernement turc[269], le caméraman Erdal Turkoglu et le photographe Fatih Aktas présents à la frontière turco-syrienne qui ont filmé le crash du bombardier russe[270].

Hypothèse d'une complicité américaine[modifier | modifier le code]

Le , Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse accuse les Américains d'avoir transmis les coordonnées de vol du bombardier russe en disant : « et c’est précisément à ce moment et en ce lieu que nous avons été frappés. La question se pose : pourquoi avons-nous fourni ces informations aux Américains ? Soit ils ne contrôlent pas ce que font leurs alliés, soit ils distribuent ces informations à droite et à gauche sans se soucier des conséquences »[271].

Sergueï Lavrov soulève l'hypothèse d'une implication des Américains dans cet incident en disant que « des membres de la coalition, y compris ceux qui fournissent leurs avions de combat pour des frappes contre l'Irak et la Syrie, nous ont confié que pour impliquer des avions de fabrication américaine, les Américains réclament normalement une autorisation pour de telles opérations (...) Notre avion a été abattu par un F-16 de fabrication américaine. Est-ce que l'exigence américaine est applicable à la Turquie et si elle est, je voudrais savoir si la Turquie a demandé aux États-Unis la permission d'envoyer ses avions sur une mission de combat et d'abattre un avion, probablement identifié, sur le territoire syrien »[272]. Sergueï Lavrov fait notamment référence au fait qu'en août 2014, les États-Unis ont interdit à l’Égypte de bombarder des positions islamistes en Libye avec des appareils de fabrication américaine. Or, l'aviation égyptienne est composée de 220 F-16. Cette dépendance de son matériel militaire a précipité l’Égypte à acheter des Rafales à la France[273].

Le journal turc Hürriyet note aussi que le Vice-chef d'État-Major des armées à la retraite James A. Winnefeld, Jr. était reçu à Ankara par Erdogan et Davutoglu le jour même de l'incident[274].

Le , dans son site, le politicien américain Lyndon LaRouche commente la destruction du bombardier russe par la chasse turque en disant que « Obama a organisé un acte de guerre, et a ainsi mis en danger les Etats-Unis, ainsi que l'ensemble de l'humanité »[275].

Barack Obama avait rejeté le projet du président François Hollande sur une large coalition militaire regroupant les États-Unis, la Russie et la France[276], en rappelant notamment que Washington mène déjà une « coalition de 65 pays », et que la Russie est dans une « coalition de deux pays » (Russie et Iran). Pour Cyrille Bret, enseignant en géopolitique à Sciences-Po Paris, la crise russo-turque sape le « marathon diplomatique » du président Hollande concernant une coalition contre l'État islamique[277]. Et Kadri Gürsel, spécialiste de la politique étrangère turque et chroniqueur du site Al-Monitor, estime que « ce sont les Américains qui sont les plus contents. [...] La Turquie s'est éloignée de la Russie, elle a fait saigner du nez Poutine, et l'incident a totalement anéanti les plans d'Ankara en Syrie »[278].

Mission de sauvetage[modifier | modifier le code]

Assassinat d'Oleg Pechkov[modifier | modifier le code]

Alparslan Çelik, le commandant adjoint d'une brigade syrienne turkmène en Syrie appelée dixième brigade[279] qui est présentée comme faisant partie de l'Armée syrienne libre[280], affirme que ses forces ont tué les deux pilotes[281]. Alparslan Çelik est un citoyen turc[282],[283] de la province d'Elâzığ, fils de Ramazan Çelik, maire de la ville de Keban et membre du parti d'extrême droite turc Parti d'action nationaliste (MHP)[284] et membre des Loups gris[285], un mouvement armé néo-fasciste, anti-communiste, anti-Kurdes, qui s'est distingué pour son engagement durant le conflit tchétchène à partir de 1994[286], et la tentative d'assassinat de Jean-Paul II[287]. Les rebelles turkmènes sont formés par les Forces spéciales turques. Le programme d'entraînement était mené avec les Américains jusqu'à ce qu'ils découvrent, durant l'été 2015, que des Turkmènes avaient des « profils suspects »[75]. Certains ont même rejoint l'État islamique[288]. Selon un porte-parole d’une milice turkmène, pas moins de 600 soldats turcs se seraient déployés dans le nord de la Syrie pour se battre au côté des combattants turkmènes depuis le [289]. Le journal libanais L'Orient-Le Jour confirme la « présence directe de forces de sécurité turques dans les villages turkmènes » de Syrie quand le bombardier russe s'est crashé[290].

Fadi Ahmed, porte-parole de la 1re division côtière , déclare que « le pilote russe avait été tué par des tirs en tombant avec son parachute »[291]. Dans une vidéo, Alparslan Çelik a déclaré que « les deux pilotes ont été récupérés, morts. Nos camarades ont ouvert le feu et les ont abattus en l'air »[292] tout en montrant un fragment de parachute. Dans une vidéo, pendant que les parachutistes étaient mitraillés, une personne crie en turc, dans le fond sonore, d'« arrêtez de tirer! On les capture en otage! »[293] pendant que les pilotes descendaient en parachute [294]. Dans une autre vidéo publiée par les rebelles sur les réseaux sociaux, les miliciens turkmènes exhibent un homme vêtu d'un uniforme militaire, des sangles autour de la poitrine et du sang sur le visage, le présentant comme le « pilote russe » et « un porc russe »[291].

Selon un rebelle dénommé Omar Jablaoui « la 10e brigade a transféré le corps du Russe vers la base d'opérations conjointe des rebelles »[291].

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova exige des autorités turques l'arrestation d'Alparslan Çelik et de ses complices et de les traduire en justice pour l'assassinat du pilote russe, car il aurait « avoué son implication directe dans le meurtre du pilote russe » lors d'un interview pour le journal turc Hürriyet en disant que « sa conscience ne pouvait pas être troublée par quelqu'un qui lance des bombes sur les civils turkmènes chaque jour » et ajoute que « la vengeance est le droit le plus naturel »[295].

Pendant que les rebelles turkmènes revendiquent l'assassinat des deux pilotes, les services du premier ministre turc assurent que les deux militaires russes sont toujours en vie et que les services de renseignements turcs tentent de les récupérer[296],[297].

Selon l'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, Oleg Pechkov était « blessé quand il descendait avec son parachute, il a été achevé d'une façon sauvage sur le sol par les djihadistes qui étaient dans la région »[298]. L'autopsie à Moscou révélera qu'Oleg Pechkov a été atteint de huit balles qui ont notamment touché son foie et son estomac. Des traces d'ecchymoses et de blessures montrent de plus qu'il a été battu au sol[299].

Extraction de Konstantin Mourakhtine[modifier | modifier le code]

L'opération de sauvetage pour récupérer le deuxième aviateur, Konstantin Mourakhtine, avec deux Mil Mi-8 a commencé dès dix heures. Le journal russe Novaya Gazeta raconte que quelques Syriens se trouvaient à bord de chaque hélicoptère comme accompagnateurs et interprètes et « les sept ou huit autres personnes étaient des hommes de l’infanterie de marine au service de la direction principale du ministère de la Défense »[300].

Le journal al-Watan ajoute qu'« un drone russe avait communiqué aux forces spéciales syriennes l'emplacement du pilote, ainsi que celui des groupes terroristes. Il a été repéré grâce à son système de géolocalisation, car une balise radio équipe chaque siège éjectable du Su-24[300]. C'était une course contre la montre, car les terroristes le recherchaient aussi »[301].

Les Mi-8 se sont dirigés vers le signal. Mais les hélicoptères russes se heurtent à un feu nourri. Il est impossible de se poser près du site du crash à cause des tirs venus du sol[300].

Le général Sergueï Roudskoï déclare qu'« un des hélicoptères a été endommagé par des tirs et a dû atterrir. Un soldat a été tué »[302], le fusilier-marin, Alexandre Pozynitch, et ajoute que « le reste de l’équipage du Mi-8 a été évacué vers la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie, alors que l’appareil a été détruit par un tir de mortier venant des territoires sous contrôle de rebelles »[303]. Le Mi-8 a été détruit par la « Djabal Al-Turkman » (brigade du Mont Turkmène)[300], qui déclare l'avoir fait par un tir de missile antichar BGM-71 TOW[304] livré par les Américains[305]. Version confirmée par le porte-parole rebelle du nom de Zakaria al-Ahmad[306]. Une vidéo du tir a été publiée sur Youtube par les rebelles, dans lequel on les voit manipuler un BGM-71 TOW. L'opération pour sauver Konstantin Mourakhtine est avortée.

Quant à la suite de la mission d'extraction, plusieurs versions existent à cause de la confidentialité de la mission, et de la discrétion de certains acteurs impliqués dans l'opération[307].

Selon Sahar TV, alors que la Russie préparait une seconde opération de sauvetage, le commandant en chef des Force Al-Qods, le général iranien Qasem Soleimani, propose à Moscou, l'aide de ses hommes, familier avec la géographie de la région, pour mener les opérations de sauvetage[308].

Selon les médias syriens, le commando est composé de « onze membres d'une unité d'élite des services de renseignements de l'armée de l'air (syrienne) et un traducteur, dirigés par un officier. Alors que selon les médias iraniens et libanais, il s'agit d'une unité de 6 combattants du Hezbollah[307] et 16 soldats d'élite syriens[308].

Le commando embarqué dans 5 Mi-8, se sont infiltrés mardi à 3,5 km derrière les lignes ennemies dans la région montagneuse d'Al-Attira » et se sont alors immédiatement dirigés en direction du lieu où se trouvait le pilote qui était en contact avec des responsables militaires russes. Le journal affirme que le mot de passe était Costa (pour Konstantin) et le drapeau de la Syrie[309].

Selon la chaîne de télévision libanaise Al Mayadeen, c'est au bout de six heures de recherches[300] que les soldats syriens retrouvent Konstantin Mourakhtine dans une forêt près du site d'Al-Qom[310]. Version que confirme l'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov[311]. Comme l'aviateur est blessé à la jambe, les commandos syriens l'ont porté et « traversé des forêts et plusieurs collines pour assurer un retour sain et sauf du pilote »[312].

Selon les médias iraniens, les six combattants du Hezbollah et les seize soldats d'élite syriens appuyés par les hélicoptères russes pulvérisent très vite les positions rebelles, pénètrent derrière les lignes ennemies sur six kilomètres et libèrent facilement le pilote russe[308].

Alors que, d'après le journal russe Novaya Gazeta, le navigateur était capturé par des bandits, mais les militaires ont négocié avec leur chef et les ont convaincus de relâcher l’otage. Le journal affirme que dès trois heures de l’après-midi, Konstantin Mourakhtine se trouvait déjà à Lattaquié[300]. Les recherches pour retrouver le corps d'Oleg Pechkov se prolongeant dans la nuit, en vain.

Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou déclare que l'opération de sauvetage, menée conjointement par les forces spéciales russes et syriennes, qui « a duré 12 heures » et s'est terminée à 3 h 40, heure de Moscou (00H40 GMT)[313] est « un succès ». L’aviateur a été rapatrié sur notre base et remercie les militaires russes et syriens « qui ont pris d’énormes risques toute la nuit »[303].

Récupération et rapatriement du corps d'Oleg Pechkov[modifier | modifier le code]

Rapatriement du corps de Oleg Pechkov accueilli par le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou et le général Victor Bondarev à l'aéroport Chkalovsky.

Le , le corps d'Oleg Pechkov qui était entre les mains des Turkmènes[314] est rapatrié en Turquie afin d’être remis à un diplomate russe dans la région de Hatay à la frontière syrienne. Le premier ministre turc Ahmet Davutoğlu déclare que « le pilote qui a perdu la vie lors de la violation de l’espace aérien (turc) nous a été remis à la frontière (syrienne) la nuit dernière »[315] sans expliquer comment le corps a été rendu[316]. Le premier ministre turc ajoute que la dépouille a été traitée dans le respect de la tradition orthodoxe[317]. Le corps du pilote a reçu à Ankara les honneurs militaires par des officiers turcs.

Le , l'avion russe transportant le corps d'Oleg Pechkov est arrivé à l'aéroport Chkalovsky. Le général Bondarev, présent pour accueillir la dépouille du pilote déclare que « ceux qui ont prévu et mené cette trahison mériteront d'être punis »[318].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Distinctions militaires[modifier | modifier le code]

Oleg Pechkov et Alexandre Pozynitch sont respectivement la deuxième et troisième perte officielle russe depuis le début de son intervention militaire en Syrie, après le suicide du soldat Vadim Kostenko, 19 ans, le [319],[320].

Le lieutenant-colonel Oleg Pechkov, 45 ans, né dans le village de Kosikha dans le Kraï de l'Altaï, père d'une fille de 16 ans et d'un fils de 8 ans, a été nommé à titre posthume Héros de la Fédération de Russie. Le capitaine Konstantin Mourakhtine, 39 ans, et le fantassin de marine Alexandre Pozynitch, 29 ans, ont tous deux été décorés de l'ordre du Courage[321],[322].

Le , Oleg Pechkov a été enterré avec les honneurs militaires dans l'allée des Héros du cimetière de Lipetsk en présence d'environ 10 000 personnes[323].

Le navigateur Konstantin Mourakhtine a demandé qu'il soit renvoyé au champ de bataille, en disant : « Je dois rembourser la dette de mon capitaine »[285].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le , l'administration du kraï de l'Altaï nomme une des rues du village de Kosikha, Lieutenant-Colonel Oleg Pechkov et une plaque commémorative a été apposée à Barnaoul, capitale de la région[324].

Le sculpteur syrien Jad al-Bilal a sculpté un buste d'Oleg Pechkov pour remercier la Russie de son intervention contre les terroristes[325].

En février 2016, une pétition circule à Moscou pour renommer la rue Rostovsky Pereoulok (ce qui signifie voie de Rostov) qui abrite l'ambassade de Turquie en Oleg Pechkov[326].

Le poète turc Hussein Haydar a écrit un poème intitulé Excuses auprès du grand peuple russe. Le poète turc conclut sa poésie en écrivant : « Je m'agenouille en demandant pardon à la mère d'Oleg Pechkov »[327].

Destin des participants[modifier | modifier le code]

Le 31 mars 2016, un combattant turkmène ayant revendiqué avoir tiré sur le pilote russe est arrêté en Turquie. La police turque précise toutefois que ce n'est pas pour cette action qu'il est mis en cause[328].

En juillet 2016, deux pilotes turcs ayant participé à l'action contre l'avion russe sont arrêtés, accusés d'avoir participé au coup d'État manqué quelques jours plus tôt[329].

Mesures militaires[modifier | modifier le code]

Représailles[modifier | modifier le code]

L'armée russe affirme avoir éliminé les groupes rebelles turkmènes soutenus par la Turquie qui ont tué le pilote russe. Le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Konachenkov, déclare que « dès que notre pilote s'est trouvé en sécurité, les zones concernées ont essuyé pendant une longue durée des frappes massives des bombardiers russes (de la part de six chasseurs bombardiers et quatre hélicoptères et tir de quatre missiles de croisière[81]) et de l'artillerie des forces gouvernementales syriennes » et « tous les terroristes et les autres groupes obscurs qui opéraient dans la région ont été détruits »[330].

Plus au nord, des Su-34 détruisent un convoi prétendument humanitaire d'une vingtaine de camions d'une ONG turque alors qu'il transitait depuis le point de passage du camp de réfugiés de Bab al-Salama en direction d'Azaz. Selon l'ambassadeur de la Russie auprès des Nations unies, Vitali Tchourkine, la Turquie utilise des ONG comme la fondation Besar, la fondation Iyilikder et la Fondation pour les libertés et les droits de l'homme et deux sociétés, Tevhid Bilisim Merkezi et Trend Limited Sirketi, pour convoyer des armes et des produits chimiques aux factions armés djihadistes, dont Daesh[331].

Malgré les bombardements, la 10e brigade côtière reprend le djebel Zahiya pour la seconde fois aux forces gouvernementales[81].

Déploiement[modifier | modifier le code]

Côté russe

Dans les heures qui suivent l'événement déclencheur de cette crise (l'avion abattu et le meurtre du pilote), l'armée russe envoie son croiseur Moskva (en) équipé de systèmes antiaériens au large de Lattaquié, zone où se sont déroulés ces événements[332].

Le 25 novembre 2015, l'armée russe met en place autour de la base de Hmeimim des batteries de missiles défense antiaériens S-400[333].

Le , Igor Klimov, le porte-parole des forces aériennes militaires russes, annonce que les bombardiers Su-24 seront équipés de missiles air-air dans des buts d'autodéfenses[334].

Le , le sous-marin russe « Rostov-sur-le-Don », alors positionné au large, utilise pour la première fois des missiles Kalibr pour attaquer des sites de Daech comprenant des munitions, des mines et du pétrole[335].

Côté turc

Depuis l'incident, les Turcs font patrouiller au-dessus du sol turc des chasseurs par six au lieu de deux habituellement[336].

Le , la Turquie a déployé vingt chars et dix-huit chasseurs vers les régions frontalières avec la Syrie[337].

Le , l'armée turque suspend provisoirement ses frappes aériennes en Syrie dans la lutte contre l’État islamique[338],[339].

Le , la Turquie déploie son installation de système de brouillage électronique KORAL le long de sa frontière sud avec la Syrie pour contrer les missiles S-400 russes[340].

Les douze avions de combat F-15 déployés le 5 novembre 2015 par l'US Air Force[341] qui garantissait le respect de l'espace aérien de la Turquie et la défense aérienne des bombardiers de la coalition sont renvoyés le sur la base de Lakenheath, au Royaume-Uni[342]. Selon un ancien agent de la CIA, Larry Johnson, le départ précipité des F-15 est dû à la question kurde en déclarant « ils (le gouvernement turc) ne défendent que leurs propres intérêts sans tenir compte de l'avis de Washington »[343].

Le , l'armée turque creuse des tranchées dans la zone minée de la frontière turco-syrienne dans les environs de Nusaybin[344].

Nouvelles alliances[modifier | modifier le code]

Russo-kurde[modifier | modifier le code]

Alors qu'Ankara a mis en garde la Russie contre toutes formes d'aides aux combattants kurdes de Syrie (également soutenus par les Américains) dans le cadre de la campagne contre Daech[117], les Russes ont livré aux 5 000 combattants Kurdes à Afrin des armes[345] et l'aviation russe soutient les offensives des forces kurdes pour la prise du corridor d'Azaz qui sert de « cordon ombilical » entre la Turquie et les forces rebelles. Selon Fabrice Balanche, cette nouvelle alliance qui va à l'encontre de la Turquie « est la revanche de Poutine » pour avoir détruit le Su-24[346].

Le , le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov exige que les Kurdes de Syrie qui sont le « seul groupe qui a fait face avec une détermination et un courage inégalés »[347] et qui a libéré des terroristes de l’État Islamique, les villes de Kobané[348], Tall Abyad[349] et Sinjar[347], participent aux négociations pour parvenir à un accord de paix en Syrie[350] alors que la Turquie refuse catégoriquement leurs présence dans les pourparlers de paix[351], sous prétexte que la Turquie assimile le PYD à des terroristes[352]. La Turquie se retrouve encore plus isolée quand le porte-parole du département d'État américain, John Kirby, affirme que le PYD n'est pas un mouvement terroriste en disant : « comme vous le savez, nous ne considérons pas le PYD comme une organisation terroriste »[353]. Le , le porte-parole turc du ministère des Affaires étrangères Tanju Bilgic critique les propos de John Kirby en disant « nous sommes choqués des propos de Kirby mettant dans un même sac son allié la Turquie et l'organisation terroriste PYD. Nous protestons avec véhémence contre ces propos »[354].

Le , l'artillerie turque bombarde des secteurs contrôlés par les forces kurdes dans la province d'Alep repris le [355] avec le soutien de l'aviation russe aux rebelles islamistes[356] mais également le régime syrien[357] et les Forces démocratiques syriennes[358]. Le , la Russie déclare que les bombardements de l'artillerie turque sur les Kurdes en Syrie est « une menace pour la paix »[359] et que c'est un « soutien non voilé au terrorisme international »[360]. Le politologue russe Alexeï Malachenko, du Centre Carnegie de Moscou déclare que les bombardements turcs en Syrie joue en faveur à la diplomatie russe, en disant que « Moscou a plus d’une fois accusé Ankara d’avoir une influence destructrice sur le processus de paix syrien. Erdogan vient lui-même de donner raison à ces accusations en se lançant dans une opération militaire dangereuse »[361].

Turco-ukrainien[modifier | modifier le code]

Le 8 mars, un exercice conjoint entre les marines turques et ukrainiennes est organisée sur la mer de Marmara[362]. Le 9 mars 2016, Recep Tayyip Erdoğan déclare ne pas reconnaître l'annexion de la Crimée par la Russie[159].

Conséquences sur les relations turco-russes[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Côté russe[modifier | modifier le code]
L'ambassade russe à Londres s'est amusée à publier sur son compte Twitter une affiche de 1915 pour commémorer la Première Guerre mondiale qui montre un soldat russe qui s'amuse devant un petit soldat turc colérique rappelant l'actualité[363]

Quelques heures à peine après les faits, à Sochi, lors d'une rencontre avec le roi de Jordanie Abdallah II[364], Vladimir Poutine parle de « coup de poignard dans le dos » et considère à chaud que l'armée turque est « complice des terroristes »[365]. Selon le président russe, le fait qu'un avion militaire Su-24 soit abattu par la Force aérienne turque aura de graves conséquences pour les relations entre les deux pays[366].

À la suite de la destruction du jet russe, le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, annule sa visite en Turquie qui était prévue pour le [367].

Le lors d’une conférence de presse, Moscou déclare que « la Russie ne fera pas la guerre à la Turquie »[368],[369].

Le , le parlement russe examine un projet de loi pour sanctionner le génocide des Arméniens avec une amende en cas de négation publique pouvant aller jusqu’à 300 000 roubles (environ 4 300 euros) ou 3 ans à 5 ans de prison pour les représentants de l’État et les médias[126].

Le , à la Conférence de Paris de 2015 sur le climat, au Bourget, le président russe Vladimir Poutine refuse de rencontrer son homologue turc le président Recep Tayyip Erdoğan[370].

Le , Vladimir Poutine déclare que « la Turquie regrettera ce geste (...) nous n'avons pas l'intention de nous lancer dans une surenchère, mais que personne ne pense pouvoir s'en tirer avec quelques mesures concernant les tomates, des restrictions dans la construction et dans d'autres secteurs après avoir commis un tel crime de guerre (...) Il semble qu'Allah ait décidé de punir la clique turque au pouvoir en la privant de sagesse et de discernement »[371].

Le jeudi 17 décembre, lors de sa 11e conférence de presse annuelle, Vladimir Poutine, déclare que les Turcs « ont tiré sur notre avion, des gens ont été tués. Voilà ce qui m’a vraiment révolté : si c’était vraiment un accident, comme l’a dit le gouvernement turc [...], on prend son téléphone tout de suite et on s’explique »[372] et ajoute « quelqu’un au sein du gouvernement turc a décidé de lécher les Américains quelque part. Je ne sais pas si les Américains ont besoin de ça »[373].

Côté turc[modifier | modifier le code]

Le , Recep Tayyip Erdoğan se dit « attristé » et qu'il aurait « préféré que cela n'arrive pas » en parlant de la destruction du bombardier russe par la chasse turque[374].

Erdoğan déclare que la Turquie choisira toujours « la paix, la diplomatie et le dialogue »[375] même si une « grande coalition contre Daech » est fortement compromise après un tel événement. Le premier ministre Ahmet Davutoğlu déclare, le que cet « exemple » du Su-24 pourrait se reproduire [376] ; d'où un souci de coordination des informations [377].

Refus des responsabilité et recherche d'un bouc émissaire

Le , sur la chaîne de télévision NTV, Ahmet Davutoğlu déclare n'avoir pas donné l'ordre d'abattre le bombardier russe en disant : « Est-il possible qu'en 17 secondes je sois contacté et que je donne un tel ordre? Non, ce n'est pas possible »[378]. Cependant, le journaliste du Zaman, Abdullah Bozkurt a tweeté le que c'est le premier ministre Ahmet Davutoğlu qui a personnellement donné l'ordre au général en chef d'abattre les jets venant de Syrie[379] et le journal Zaman rappelle que le , lors d'un meeting de l'AKP, Ahmet Davutoğlu avait revendiqué avoir personnellement donné l'ordre d'abattre le jet russe et avait ajouté que « malgré tous les avertissements, nous devions détruire l'avion »[380].

En décembre 2015, le journal turc Sözcü rapporte que plusieurs comptes Twitter de partisans de l'AKP ont mené une campagne contre le commandant de la Force aérienne turque, le général Abidin Ünal, en le présentant comme celui qui a donné l'ordre d'abattre le bombardier russe sans en référer au président turc[381] et exigent sa démission immédiate. Le journal allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten explique cette campagne de désinformation dans les réseaux sociaux dans le seul but de détendre les relations russo-turques en se servant du général Abidin Ünal comme fusible, malgré le fait qu'Erdogan ait revendiqué avoir ordonné d'abattre tous les avions violant l'espace aérien turc[382].

Le , Kemal Kılıçdaroğlu, chef du Parti républicain du peuple, dénonce les agissements des figures de l'AKP qui essaient de faire croire que c'est l'imam Fethullah Gülen qui a donné l'ordre d'abattre l'avion russe et que des pilotes de l'armée de l'air turc sont des pro-Gülen. Le journal Zaman rappelle que Fethullah Gülen et son mouvement sont le bouc émissaire du gouvernement[380].

Le , Erdogan rejette la responsabilité du refroidissement des relations russo-turque sur le pilote décédé Oleg Peshkov en disant que Vladimir Poutine « a sacrifié la Turquie à cause d’une erreur ou d’une faute provenant d’un pilote »[383].

Arrestation et libération d'Alparslan Celik

Le , la police turque arrête Alparslan Celik avec une dizaine d'autres personnes dans un restaurant d'Izmir[384]. Cependant l'arrestation de Alparslan Celik n'est pas liée à l'assassinat de Oleg Pechkov, mais selon son avocat, cela aurait une « motivation politique » [385]. Selon l'ancien chef d'état-major de l'armée turque, le général Ilker Basbug, devant les étudiants et les enseignants de l'Université Atatürk d'Erzurum, déclare qu'Alparslan Celik a commis un crime de guerre et doit être jugé[386]. Le , les autorités russes ont demandé d'avoir accès à la déposition d'Alparslan Çelik[387]. Cependant, le , Alparslan Çelik a affirmé avoir ordonné à ses hommes de ne pas tirer sur le pilote russe. Après avoir visionné une vidéo, le procureur d'Izmir a abandonné toutes les charges retenues contre lui[388].

Des excuses tardives

Le , Ahmet Davutoğlu refuse de présenter des excuses pour avoir abattu un bombardier russe en disant qu'« aucun Premier ministre turc, aucun président, aucune autorité ne s'excusera » et « aucun pays ne peut nous demander des excuses car nous n'avons fait que notre devoir »[389].

Le , le porte-parole du président turc, Ibrahim Kalin rappelle que la Turquie ne va pas s'excuser ou rembourses pour avoir détruit le Su-24 russe[177].

Le , soit 7 mois après la destruction du bombardier russe et la mort de son pilote, le président turc Recep Tayyip Erdoğan s'est enfin excusé dans un message adressé à Vladimir Poutine où notamment il présente les condoléances à la famille d'Oleg Pechkov et appelle à reprendre des relations amicales entre les deux pays[390],[391].

Le 27 juin 2016, sur la chaîne publique turque TRT, le président turc Recep Tayyip Erdogan déclare que « nous avons avancé l'idée que si nécessaire nous sommes prêts à verser des compensations ». Le même jour, le premier ministre turc, Binali Yıldırım affirme que la Turquie est prête « si nécessaire » à verser des compensations à la Russie[392],[393]. Mais le lendemain, le premier ministre turc Binali Yıldırım revient sur ses propos tenus la veille et exclut mardi que la Turquie soit prête à verser des compensations à la Russie en disant qu' « il n’est pas question d’indemniser la Russie, nous leur avons seulement fait part de nos regrets »[394],[395].

Sanctions économiques[modifier | modifier le code]

Côté russe

En 2014, la Russie est le deuxième importateur de la Turquie avec 25,3 milliards de dollars soit 10,4 % du total des importations dont 16,5 milliards d'hydrocarbures[396].

Le , des rétorsions russes commencent dans les relations économiques avec la Turquie dans les secteurs du commerce, de l'investissement, du tourisme et du transports. L'importation de fruits et légumes de Turquie est bloqué aux frontières russes[397]. Selon la banque européenne pour la reconstruction et le développement, les sanctions économiques russes sont évaluées à une perte de 0,7 point de croissance ce qui représenterait jusqu'à 9 milliards de dollars de déficit pour la Turquie[398].

Dès le , le gouvernement russe officialise les mesures de rétorsion économiques sur 17 catégories de produits turcs : principalement des fruits et des légumes[399] comme la viande de poulet, de dinde, les abats, le sel, les clous de girofle, les tomates, les oignons, les échalotes, le chou-fleur, le brocoli, les cornichons, les oranges, les mandarines, le raisin, les pommes, les poires, les raisins, les abricots, les pêches, les prunes, les fraises[400],[401].

Côté turc

Le , le premier ministre turc Ahmet Davutoğlu déclare que la Turquie est prête à lancer des sanctions économiques contre la Russie[402]. La Turquie a exporté en 2014 pour 5,9 milliards de dollars soit 3,8 % du total de ses exportations[403].

Le , une délégation du ministère turc de l’Agriculture, composée de 4 membres, s’est rendue à Moscou, pour réaliser certains entretiens avec les responsables de Rosselhoznadzor, sur les contrôles et analyses techniques des produits agricoles turcs[404].

Commerce[modifier | modifier le code]

Le vice-premier ministre Arkadi Dvorkovitch précise que l'embargo des denrées alimentaires turques se portera sur « deux principaux groupes : le premier, ce sont les légumes, y compris les tomates, et le deuxième, ce sont les fruits »[405] (importé à environ un milliard de dollars en 2014) sous prétexte que selon le ministre de l’agriculture, Alexandre Tkatchev, qu'il y a « des violations répétées des normes russes par les producteurs turcs »[406] et ajoute que « les produits turcs sont très facile à remplacer : les légumes peuvent être fournis par le Maroc, Israël, l'Iran, l'Azerbaïdjan et l'Ouzbékistan. De même pour les mandarines et les oranges, elles sont faciles à remplacer par celles en provenance du Maroc, d'Argentine, de Chine, d’Israël, d'Abkhazie, et de Géorgie »[407].

Le 29 décembre 2015, le ministre du Commerce et de l'Industrie Denis Mantourov laisse envisager une interdiction des importations de biens de consommation venant de la Turquie[408].

Le , les services fédéraux russes du contrôle vétérinaire et phytosanitaire affirment avoir découvert des microorganismes interdits dans la viande de poule et ont donc restreint temporairement les livraisons de poulet de l'entreprise turque Sen Pilic Gida Sanayi S.A, à partir du [409].

Le , le journal turc Yeni Safak rapporte qu'un lot de mandarines de la compagnie Uçak a été détruit par les autorités russes parce que le mot Uçak en turc signifie aviation et que cela a été pris comme une humiliation[410].

Le , le ministre du Commerce iranien, Mohammad Reza Nematzadeh, interdit aux entreprises de réexporter les produits turcs vers la Russie pour ne pas détériorer ses relations avec Moscou à la suite des deux avertissements qu'elle a reçus et du fait que la presse russe a révélé cette « nouvelle route » pour les produits turcs en Russie[411],[412].

Cependant, les sanctions économiques ne concernent pas les citrons, les fruits secs et les pomelos[413]. Pour la période allant du au , la Russie a importé 27 % de la production turque de citron et reste le premier débouché pour le citron turc[414].

À partir du , les autorités russes bannissent les aubergines turques pour des motifs sanitaires[415].

Énergétique[modifier | modifier le code]

Le projet Turkish Stream est enterré, ce qui peut faire le jeu d'autres acteurs. Chaque partie affirmant être l'instigatrice de l'arrêt du projet[416]. Cependant, fin janvier 2016, la ministre bulgare de l'Énergie, Temenoujka Petkova, annonce vouloir reprendre le projet de gazoduc sous la mer Noire. Le chef de la délégation russe, Sergueï Guerassimov, a exprimé son intérêt pour le projet bulgare[417].

Le géant Gazprom met fin à la réduction de 10,25 % à six entreprises turques du secteur privé qui importent 10 milliards de m3 par an[418].

À la suite de l'annulation des accords d’enseignement russo-turcs en novembre 2015, entre l'Université Hacettepe d’Ankara et l’Université Technique d’Istanbul (ITU) avec l'Institut d'ingénierie physique de Moscou (MEPhI) qui devait former les futurs employés de la centrale nucléaire Akkuyu dans la province de Mersin, l’ambassadeur d’Ukraine à Ankara, Sergiy Korsunsky s'est proposé d'aider la Turquie à mettre en place des départements d’énergie nucléaire dans les facultés turques et que l’Ukraine est prête à former les étudiants turcs qui ne pourront pas recevoir un enseignement en Russie[419].

Transport[modifier | modifier le code]

Le vice-Premier ministre Arkadi Dvorkovitch précise que le nombre de sociétés turques de transport routier autorisées à travailler en Russie passe de 8 000 à 2 000[405] dès janvier 2016[420].

Selon la TRT, la Russie n'a délivré aucun visa aux chauffeurs routiers turcs devant se rendre en Asie centrale depuis le début de l'année 2016[421].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Aussitôt que la nouvelle de la destruction du bombardier russe par la chasse turque est répandue, Vladimir Vorobiev le directeur du tour-opérateur Natali Tours, suspend la vente de séjours en Turquie[422].

Le 26 novembre 2015, le ministère russe des Affaires étrangères a demandé aux ressortissants russes qui étaient en Turquie de rentrer au pays pour des raisons de sécurité en déclarant qu'« en raison de l'actuelle menace terroriste en Turquie, nous réitérons notre appel aux citoyens russes de renoncer à visiter la Turquie et nous recommandons à ceux qui se trouvent là-bas pour des raisons personnelles de rentrer dans leur patrie »[423].

Pegas Touristik, l’une des plus grandes agences de voyage russes, annule toutes ses réservations pour la Turquie jusqu’en 2016[406].

La Russie restaure le régime des visas entre la Turquie et la Russie, afin de lutter contre l'infiltration possible de terroristes de l'État islamique ou de l'armée syrienne libre, sur le territoire russe. Le Premier vice-président du gouvernement, Igor Chouvalov, déclare que des mesures gouvernementales prévoient l’interdiction de tous les vols charter entre les deux pays et que les vols réguliers sont soumis à des « contrôles supplémentaires »[405].

Le , à la suite des menaces de l'État islamique, Rostourism, l'agence fédérale du tourisme, met en garde les Russes en vacances en Turquie contre les risques d'enlèvements par les terroristes de Daech[424].

Dans l'année 2015, c'est un total de 5,6 millions de touristes russes qui ont passé leurs vacances en Turquie. À noter qu'en décembre 2015, le nombre de touristes russes en Turquie a chuté de 46 % en comparaison avec les chiffres de décembre 2014[425]. Puis pour la période allant de janvier à avril 2016, le pourcentage de visiteurs russes a chuté entre 68 %[426] à 79,3 %[427].

Profitant de cette situation, des pays tels que l'Italie, Israël[428] ou la Bulgarie[417] font leur promotion auprès des Russes pour les attirer chez eux. Mais les pays qui tirent un bénéfice de cette manne touristique sont la Grèce[429], Chypre et la Bulgarie, où le visa Schengen est plus facile à obtenir qu'en Grèce, la Crimée, les pays de l’ex-URSS comme le Kirghizstan[427] et la Tunisie[430]

Côté turc

Le , le ministère des Affaires étrangères turc recommande à ses citoyens de ne pas aller en Russie, à cause des « difficultés que rencontrent les citoyens turcs qui voyagent ou qui résident »[431].

Depuis le 13 décembre 2015, l'armée turque interdit à son personnel et aux cadets de l'académie militaire d'aller en Russie pour les vacances par « mesure de précaution »[432].

Sportif[modifier | modifier le code]

Le ministre des Sports Vitaly Moutko déclare que les clubs de football russes n'auront pas le droit de recruter des joueurs turcs à partir du [433] en disant que « je pense que si un club russe veut faire signer un joueur turc lors du prochain mercato, il n'en aura pas la possibilité ». Cependant le ministre affirme que les joueurs turcs évoluant déjà dans le championnat de Russie ont le droit de rester, en déclarant que « ceux qui sont sous contrat pourront rester travailler »[434]. Vitaly Moutko a aussi demandé aux clubs de football russes d'annuler les stages programmés en Turquie cet hiver.

Le , à la fin du match d’Europa League Fenerbahçe-Lokomotiv Moscou, le joueur russe Dmitri Tarasov exhibe un tee-shirt à l'effigie de Vladimir Poutine avec l’inscription en russe « Le plus poli des présidents »[154]. Cependant le patriotisme de Dmitri Tarasov n'a pas été très apprécié. Sergueï Poddoubny, le vice-président du Comité chargé du sport à la Douma lui demande plutôt de « courir plus vite, frapper plus fort et marquer plus souvent, ça ce serait du patriotisme ». Pour son geste, le club du Lokomotiv Moscou lui inflige une amende de 300 000 €[435].

Le 29 mars 2016, à Istambul, lors de la rencontre de volley-ball féminin entre les clubs Galatasaray et Dynamo Krasnodar, l'équipe russe a été la cible d'insultes et de jets d'ordure de la part des supporters turcs[Citation 12]. La joueuse russe Tatiana Kosheleva, déclare que l'entraîneur du Galatasaray leur a fait un doigt d'honneur[162].

Implication de la Turquie dans la contrebande du pétrole syrien volé par Daech[modifier | modifier le code]

Accusation de la Russie[modifier | modifier le code]

Le , au-cours d'une conférence de presse en marge de la Conférence de Paris de 2015 sur le climat, au Bourget, Vladimir Poutine déclare « Nous avons toutes les raisons de penser que la décision d'abattre notre avion a été dictée par la volonté de protéger ces chemins d'acheminement de pétrole vers le territoire turc, justement vers ces ports depuis lesquels il est chargé sur des navires-citernes » et que le pétrole produit par Daech « est acheminé massivement, de manière industrielle, vers la Turquie »[436].

Le mercredi , le vice-ministre russe de la Défense, Anatoli Antonov apporte lors d'une conférence de presse devant plus de 300 journalistes les images satellites montrant des colonnes de camions venant de Syrie, apportant du pétrole dans les ports des environs de Dörtyol et dans le port pétrolier d'Alexandrette. Le pétrole est ensuite exporté vers différents pays. Il est également question de la raffinerie de la ville de Batman et enfin de la ville de Cizre[437],[438]. Selon le vice-ministre russe de la Défense, Anatoli Antonov, « la classe dirigeante politique, dont le président Erdogan et sa famille, est impliquée dans ce commerce illégal »[439].

Anatoli Antonov met en cause le gendre du président turc, Berat Albayrak récemment nommé ministre de l'Énergie et l'un des fils d’Erdogan, Bilal Erdoğan (en), dirigeant de BMZ Group (en) spécialisé dans le BTP et le transport maritime[440].

Anna Glazova, experte à l’Institut russe des affaires stratégiques déclare qu'« on peut affirmer avec certitude que de tels volumes de pétrole ne pouvaient pas passer inaperçus aux yeux des dirigeants turcs. Les leaders turcs participaient donc à ce business, d'une façon ou d'une autre »[441].

Réponse de la Turquie[modifier | modifier le code]

Le , Recep Tayyip Erdoğan somme Vladimir Poutine de prouver ces accusations en disant « si ces allégations sont avérées, si tu prouves qu’on achète du pétrole à Daech, je ne resterai pas à mon poste »[442]. Le , face aux éléments apportées en réponse par Anatoli Antonov, le président Erdoğan menace Moscou de représailles si les Russes continuent à « propager des calomnies »[443].

Le , Erdogan passe à la contre-attaque lors d'un discours à Ankara où il met en cause un certain Georges Hasawi, un Syrien détenteur d'un passeport russe, comme étant le plus grand trafiquant de pétrole, mais il implique aussi le célèbre joueur d'échecs Kirsan Ilioumjinov[444].

Témoignage[modifier | modifier le code]

Dans un reportage de l'émission Capital diffusé le sur M6, un ancien combattant de Daech, raconte qu'« une partie du pétrole était raffinée sur place et l'essence était vendue directement pour la consommation locale. En revanche, le pétrole brut était exporté vers la frontière turque » pour une quantité d'« environ 3000 barils par jour »[445].

Autres positions[modifier | modifier le code]
Drapeau des États-Unis États-Unis 

En septembre 2014, le New York Times souligne la difficulté du gouvernement de Barack Obama à « persuader la Turquie, où une grande partie du pétrole est cotée au marché noir, de sévir contre le vaste réseau de vente » et que « les responsables du renseignement occidentaux assurent avoir tracé le trafic de pétrole de l'EI au travers de l'Irak mais aussi dans les régions frontalières au sud de la Turquie »[446].

En octobre 2014, David Cohen, le sous-secrétaire pour le terrorisme et du renseignement financier du Trésor américain déclare que « l'État islamique en Irak et au Levant, connu comme ISIS, gagne pas moins d'un million de dollars par jour grâce à la vente de pétrole à certains de ses plus grands ennemis : les intermédiaires en provenance de Turquie, la communauté kurde d'Irak et le régime de Bachar al-Assad »[447].

En mai 2015, après avoir mené un raid qui a permis d'éliminer Abou Sayyaf, combattant de l'État islamique d'origine tunisienne responsable de la contrebande des champs de pétrole de l'est de la Syrie[448], les Américains découvrent des documents et des disques durs qui mettent au grand jour des liens entre l'État islamique et des officiels turcs dans un marché noir de pétrole et du gaz avéré, pouvant atteindre dix millions de dollars par jour[449],[450].

En octobre 2015, une enquête de l'agence de presse américaine Associated Press conclue, avec des sources provenant d’agences de renseignements, que la principale source de financement de Daesh sont les 50 millions de dollars issu du trafic illégal de pétrole volé en Syrie et en Irak notamment avec les 30 000 barils par jour de pétrole extrait de Syrie à destination de la Turquie[451].

Le , face aux accusations de Moscou contre leur allié turc, les États-Unis font volte-face et renient finalement les preuves qu'ils ont découvertes et défendent la Turquie par les déclarations de Mark Toner le porte-parole du département d'État : « Nous rejetons entièrement l'hypothèse selon laquelle le gouvernement turc est en cheville avec le groupe État islamique pour faire passer du pétrole de contrebande à sa frontière » et ajoute que « nous ne voyons franchement aucune preuve, aucune, soutenant une telle accusation »[452].

Washington est accusé par l'armée russe de « couvrir ces actes »[453]. Sur sa page Facebook, le ministère de la Défense russe écrit « quand des responsables américains déclarent ne pas voir comment le pétrole des terroristes est transporté en Turquie en contrebande, ce n’est même pas de la sournoiserie, cela sent la volonté de couvrir ces actes » et ajoute que « ces derniers temps, les déclarations du Pentagone et du département d’État s’apparentent à un théâtre de l’absurde » et conseille aux Américains de « consulter les vidéos prises par ses drones qui sont d’ailleurs ces derniers temps trois fois plus nombreux qu’avant à la frontière turco-syrienne et au-dessus des zones pétrolières »[454].

Alexeï Pouchkov reproche aux Américains leur attitude en disant qu'« outre la Russie, on voit que la Syrie, l'Irak, la Grèce et Israël accusent la Turquie d'acheter du pétrole à l'État islamique. Il n'y a que les États-Unis qui ne le voient pas à cause de leur myopie géopolitique »[455].

Drapeau de la France France 

Un haut-fonctionnaire français a déclaré avant les faits qu'« on sait pertinemment qu’une partie du pétrole extrait sur le territoire syrien occupé par Daech prend la route de la Turquie et que le baril de pétrole dépasse rarement les 30 dollars »[456].

En mars 2015, la journaliste Martine Gozlan écrit dans un article du journal Marianne que « le président turc, Erdogan, (...) achète du pétrole à Daech »[457].

Le , M6 diffuse dans son émission Capital, un reportage intitulé Dans Daesh, état islamique: d'où proviennent les milliards des nouveaux barbares?, dans lequel les journalistes Eric Declemy et Emanuel Creutze enquêtent sur les sources de financement de l'Etat Islamique et révèlent notamment que les filières de contrebande permettent à Daesh d’écouler, en grande partie via la Turquie, sa production de pétrole, mais aussi de coton[458].

Le 25 novembre 2015, l'ancien premier ministre François Fillon déclare sur France Inter qu'« aujourd’hui, si je regarde du point de vue français, les Russes n’achètent pas le pétrole de l’État islamique, les Russes ne bombardent pas les Kurdes. Donc nous avons en face de nous une Turquie qui est en train de devenir un problème majeur »[459].

Jean-Charles Brisard, président du Centre d'analyse du terrorisme (CAT), rapporte que « le pétrole, mais aussi toute une série d’autres produits, comme des biens alimentaires que les populations ne trouvent pas en Syrie par exemple, transitent de part et d’autre des frontières turques »[460] et que Daech « subit la brutale chute des cours du baril et brade son pétrole aux alentours des 15 dollars. À ce tarif, il n'a guère de peine à écouler ses 35 000 à 40 000 barils par jour, principalement via la frontière entre la Turquie et la Syrie »[461]

Le , Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS, révèle que « depuis de nombreux mois, des sources locales relatent clairement l’existence de convois de camions transportant du pétrole de l’État islamique entre la Syrie et la Turquie »[462].

Le , le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius reconnaît sur RTL que « certains camions de pétrole de Daech partent vers la Turquie »[463].

Le , alors que l'ambassadeur de Turquie a été auditionné par le Sénat français, le sénateur Jean-Pierre Raffarin, président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, déclare que « vu en France, avec les informations dont nous disposons, nous considérons comme un fait que des camions vont en Turquie »[464].

Selon Pierre Terzian, directeur de Pétrostratégies, la Turquie est « allié objectif » de Daech. Il déclare que « si de gros volumes sortent de Syrie, ils sont écoulés en Turquie »[465]. Cependant, Erdogan exercerait ainsi un « chantage constant » envers les Américains et les Européens. « Les Occidentaux sont au courant de ce trafic, mais ils ont tous la trouille de la Turquie »[466].

Le 11 mars 2016, François d'Orcival rappelle que la Turquie « laissait passer les convois de camions-citernes évacuant le pétrole clandestin produit par l’État islamique »[467]

Drapeau de l'Allemagne Allemagne 

Le , sur la chaîne ZDF, la vice-présidente du Bundestag et députée verte Claudia Roth met à l'index le fait qu'« Erdogan n'ait pas empêché le trafic d'armes de la Turquie vers la Syrie. En outre, le gouvernement Erdogan n'a pas empêché ISIS (acronyme anglais d'« État islamique en Irak et au Levant » de vendre du pétrole à la Turquie remportant ainsi beaucoup d'argent »[33]. Le , Claudia Roth réitère ses accusations sur le média kurde Rudaw, à propos des rapports « inacceptables » d'Erdogan avec l'ISIS. Elle déclare : « Je ne pouvais pas croire que la Turquie héberge un camp d'entraînement d'ISIS à Istanbul [...]. La Turquie a ainsi permis que des armes puissent être transportées en Syrie à travers ses frontières. Tout comme le fait que l'État islamique ait été en mesure de vendre son pétrole via la Turquie est extraordinaire »[34].

Le quotidien tabloïd Bild confirme les déclarations de Vladimir Poutine au sujet de la complicité de la Turquie avec les terroristes[468].

Drapeau de la Grèce Grèce 

Le , le ministre de la Défense grec Panos Kammenos déclare « qu'une grande partie de la contrebande du pétrole s'effectue sur le territoire turc. Il s'agit d'un financement du terrorisme. Il est nécessaire que la Turquie change sa position et cesse de coopérer avec des terroristes, qu'elle cesse toutes les actions qui posent problème dans la région »[469].

Drapeau de l'Irak Irak 

Le , lors d'une rencontre avec le ministre allemand des Affaires étrangères[470], le premier ministre irakien Haïder al-Abadi souligne « l'importance de stopper la contrebande de pétrole par les groupes terroristes de l'EI, dont la grande majorité est exportée illégalement via la Turquie »[453].

Drapeau d’Israël Israël 

Le , le ministre de la Défense israélienne Moshe Yaalon a déclaré lors d'une rencontre avec son homologue grec Panos Kammenos que : « Daesh a profité de l'argent turc contre du pétrole pendant une très, très longue période. J'espère que ça sera fini »[471].

Drapeau du Portugal Portugal 

L'eurodéputée portugaise Ana Gomes déclare qu'« il y a sans doute des Etats membres qui achètent ce pétrole depuis la Turquie, sans trop savoir d'où ce pétrole provient exactement » en faisant écho aux accusations de l'ambassadrice de l'Union européenne en Irak, Jana Hybášková (en) qui dénonce certains États membres de l'Union Européenne d'acheter du pétrole à l'État islamique[472].

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 

Un article du Guardian confirme la complicité entre la Turquie et Daech en disant que « des hommes d’affaires turcs ont conclu des contrats juteux avec les extrémistes de Daech qui pratiquent la contrebande de pétrole en versant au moins 10  millions de dollars par semaine dans le trésor des terroristes  »[473].

Drapeau de la Turquie Turquie 

Ali Ediboglu, un législateur CHP de la province de Hatay estime que le montant des ventes de pétrole de l’État islamique en Turquie est d'environ 800 millions de dollars en 2014[474].

Hurşit Güneş (en), un député du Parti républicain du peuple (CHP), accuse les autorités turques d'ignorer la lucrative contrebande de pétrole des djihadistes de Daech à la frontière de la Turquie[475].

Répercussions internationales des tensions entre Moscou et Ankara[modifier | modifier le code]

Artyom Movsesian, directeur général de l’aviation civile arménienne, signale que les 6 et , des hélicoptères militaires turcs ont violé l'espace aérien arménien d'une durée de 2 à 4 minutes. Selon le site d'information, Nouvelles d'Arménie, il pourrait s'agir d'une possible représaille de l'incursion de MIG-29 dans l'espace aérien turc du [476].

Le 24 novembre 2015, les tensions entre la Turquie et la Russie font augmenter le baril de Brent de la mer du Nord qui progresse de 1,8 % à 45,86 dollars[477].

Le , le bourgmestre de Gand, Daniël Termont, refuse d'accueillir les supporters de l'équipe du Zenit Saint-Pétersbourg pour le match La Gantoise - Zenit Saint-Pétersbourg du , pour la dernière journée de la phase de poules de la Ligue des champions, au motif qu'il y a une grande communauté turque dans la ville de Gand et que les supporters du Zenit ont mauvaise réputation[478]. Cependant, après consultation entre le bougmestre, la police et les deux clubs, des garanties ont été apportées, ce qui a permis aux supporters russes d'assister au match dans la Ghelamco Arena[479].

Selon Rainer Seele, le président de la chambre de commerce germano-russe, qui regroupe 850 sociétés, deux tiers des entreprises allemandes actives en Russie qui produisent en Russie, mais qui s'approvisionnent en Turquie ou qui emploient des Turcs, subissent les effets des sanctions économiques imposées par Moscou à la Turquie[480].

En raison des tensions diplomatiques entre la Russie et la Turquie, le grand concile panorthodoxe prévu à la Pentecôte 2016 ne pourrait plus se tenir à Istanbul, siège du Patriarcat œcuménique de Constantinople, mais pourrait se tenir en Crète[481].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Soutien de la Turquie[modifier | modifier le code]

  • Drapeau des États-Unis États-Unis : Barack Obama prend la défense de son allié en disant que « la Turquie, comme tous les pays, a le droit de défendre son territoire et son espace aérien »[482].
  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine : le secrétaire de la Sécurité nationale et du Conseil de Défense ukrainienne, Oleksandr Tourtchynov déclare que l'aviation turque a agi professionnellement comme tout pays civilisé doit fonctionner lorsque son espace souverain est violé par un avion de guerre d'un autre État. Il ajoute que l'Ukraine devrait également abattre tous jets russes qui violent l'espace aérien de l'Ukraine[484].

Condamnation de la Turquie[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Arménie Arménie : le ministre de la Défense de l'Arménie, Seyran Ohanian affirme que la destruction du Su-24, « était un coup aux efforts pour la lutte contre le terrorisme »[486]. En mars 2016, l'ancien secrétaire du Conseil national de sécurité Artur Baghdasaryan (en) affirme que l'Arménie doit soutenir la Russie dans le cas d’une guerre russo-turque[487].
  • Drapeau de Chypre Chypre : le président chypriote Nicos Anastasiades déclare que « tandis que des efforts sont en cours pour coordonner la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme, l'épisode d'hier sape et constitue un coup dur pour tous les efforts déployés par des pays comme les États-Unis, la Russie et l'UE pour travailler ensemble et atteindre cet objectif »[488].
  • Drapeau de la Grèce Grèce : le Premier ministre grec Aléxis Tsípras réagit à l'incident sur Twitter en rappelant que les avions militaires turcs violent régulièrement l'espace aérien grec en disant : « Heureusement que nous n'avons pas la gâchette aussi facile que vous avec les Russes »[489]. Il déclare à l'intention du gouvernement turc que « ce qui se passe en mer Égée est stupide et inconcevable [...]. Nous dépensons des milliards en armements, vous pour violer l’espace aérien, nous pour vous intercepter »[490]. Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Kotzias a exprimé sa solidarité avec la Russie dans une conversation téléphonique avec son homologue russe Sergueï Lavrov[491].
  • Drapeau de l'Irak Irak : le vice-président irakien Nouri al-Maliki déclare qu'« Erdogan clame qu'un avion russe est entré dans l'espace aérien de la Turquie pendant quelques secondes, oubliant que ses propres avions violent l'espace aérien irakien et syrien tous les jours » et ajoute que « le double jeu et la politique agressive d'Erdogan menacent d'une nouvelle guerre mondiale »[492].
  • Drapeau d’Israël Israël: Le ministre de la Défense Moshe Ya'alon déclare que la Russie prévient Israël quand ses forces en Syrie planifient des opérations près de la frontière israélo-syrienne. Il rappelle aussi qu'un incident dans lequel un appareil russe qui avait traversé le territoire israélien a été vite résolu par des communications directes [493]
  • Drapeau du Luxembourg Luxembourg : le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn affirme dans une interview au magazine allemand Spiegel, que la Turquie ne peut pas compter sur l'aide de l'OTAN en invoquant l'article 5 du traité si Ankara est en position d'agresseur[495].
  • Drapeau de la République tchèque République tchèque : le président tchèque Miloš Zeman condamne la réaction de la Turquie en disant qu'« on entend de temps en temps des suppositions concernant la coopération entre la Turquie et l'État islamique. L'aviation russe lutte contre l'EI et l'attaque contre un avion militaire russe est une mesure trop radicale qui ne fera qu'aggraver la situation dans la région »[496].
  • Drapeau de la Serbie Serbie : le président serbe Tomislav Nikolić rappelle que la Turquie a souvent violé l'espace aérien grec et syrien et que « maintenant on ne peut guère espérer l'aide de la Turquie dans la lutte contre le terrorisme »[497].
  • Drapeau de la Syrie Syrie : un officiel syrien dénonce l'attaque turque en déclarant que « dans une agression flagrante contre la souveraineté syrienne, la partie turque a abattu ce matin un avion russe ami sur le territoire syrien, à son retour d'une mission de combat contre le groupe Daech »[498].
  • Drapeau de la Tchétchénie Tchétchénie : Ramzan Kadyrov tweete sur son profil de réseau social que « la Turquie se repentira durant longtemps... Ceux qui parlent à tout moment d’amitié et de coopération ne jouent pas un tel rôle d’une manière si traîtresse »[499].

Appels à l'apaisement[modifier | modifier le code]

  • Flag of NATO.svg OTAN : Jens Stoltenberg, Secrétaire général de l'OTAN, affirme que l'organisation est solidaire de la Turquie (elle-même membre de l'organisation)[501], qu'il faut plus de négociations entre Moscou et Ankara et que les deux protagonistes doivent éviter les accidents pouvant dégénérer. Il en appelle à la paix et à la désescalade.
  • Drapeau des Nations unies ONU : Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU, exprime sa préoccupation, appelant les parties à des mesures urgentes pour améliorer la situation[502].
  • Drapeau de la France France : le président français François Hollande plaide pour un apaisement en disant qu'« il faut éviter toute escalade qui serait dommageable »[503]. Quelques jours plus tard, l'armée française demande à la Turquie l'autorisation de survoler son espace aérien. Le gouvernement turc autorise la France à « utiliser l'espace aérien turc » dans le cadre de la coalition internationale contre le groupe de l'État islamique[504]. Le 19 février 2016, François Hollande rappelle à la désescalade en dénonçant un risque de guerre provoqué par une implication turque en Syrie en disant que « la Turquie est impliquée en Syrie. [...] Là, il y a un risque de guerre ». « C'est pourquoi le Conseil de sécurité (de l'ONU) se réunit en ce moment. [...] Ce ne sera pas une guerre directe mais peut-être une guerre indirecte »[505].

Analyse des experts[modifier | modifier le code]

Le diplomate français Pierre Vimont considère que les différents acteurs de la lutte contre l’État islamique ont des priorités différentes, voire opposées, ce qui explique cette crise[506].

Le chercheur de l'Université de Sydney, Stuart Rollo, déclare que« Vladimir Poutine a qualifié le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan de « complices des terroristes ». Accusation souvent adressée à la Turquie par les occidentaux mais de manière plus diplomatique » et ajoute que la Turquie est devenue un « allié dangereux qui risque de plonger l'Otan dans un conflit indésirable avec la Russie »[507].

Jean-Claude Allard, directeur de recherche à l'IRIS, déclare que « ce geste de la part des Turcs me semble signifier clairement qu'ils ne veulent pas entrer dans la coalition »[508].

Henri Barkey et William Pomeranz, chercheurs au Woodrow Wilson International Center for Scholars, déclarent que « le seul vainqueur de ces derniers développements (la destruction du Su-24 par des F-16 turcs), c'est Assad »[509].

Norhane Al-Sayed, professeure de sciences politiques à l’Université du Caire, affirme que « les forces russes réalisent de grandes avancées en Syrie et ont réussi à fragiliser Daech, ce qui va permettre au régime d’Al-Assad de survivre au grand dam de la Turquie. N’oublions pas non plus que Moscou a réussi à discréditer Ankara sur la scène internationale, affirmant détenir des preuves de l’implication de la Turquie dans le trafic de pétrole de Daech. De plus, la Turquie a commencé à sentir l’effet des sanctions russes dans le secteur du commerce et du tourisme. En janvier, les volumes des exportations turques ont diminué de 65 %. La situation dans le secteur touristique n’est pas meilleure. Au lieu de présenter ses excuses sur le sujet de l’avion russe frappé le 24 novembre, Erdogan ne fait qu’escalader la crise »[510].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le député CHP Eren Erdem affirme que les autorités turques ont laissé transiter du gaz sarin à destination des terroristes de l’État islamique.
  2. Kadri Gürsel, éditorialiste du Milliyet a dit : Il est honteux que des chefs d'État étrangers appellent le principal responsable du terrorisme de l'État islamique en Turquie pour lui présenter des condoléances.
  3. Le journal Cumhuriyet a révélé des échanges téléphoniques entre un membre important de l’organisation Etat islamique et des policiers turcs
  4. François Hollande a dit : Notre ennemi en Syrie, c’est Daech.
  5. Nous attendons de la partie turque un pas amical – la restitution de la basilique Sainte-Sophie à l’Église chrétienne.
  6. Une tâche très spéciale consiste à couper l'approvisionnement des terroristes à partir de l'extérieur. Pour y parvenir, il est important de fermer la frontière entre la Syrie et la Turquie, car à travers elle, ces gangs reçoivent des armes, y compris par le biais de convois humanitaires
  7. La Turquie, tout en demandant que les positions des Kurdes ne se renforcent pas en Syrie, s'est mise à clamer son droit souverain de créer des sortes de zones de sécurité sur le territoire syrien (...) Selon nos informations, ils (les Turcs) fortifient leurs positions à quelques centaines de mètres de la frontière à l'intérieur de la Syrie.
  8. Si on jette les Kurdes des pourparlers sur l'avenir de la Syrie, alors comment peut-on s'attendre à ce qu'ils veuillent continuer à faire partie de cet État?
  9. Le principal fournisseur d'armes et d'équipements militaires à l'EI est la Turquie, qui le fait par l'intermédiaire d'organisations non gouvernementales
  10. Les déclarations faites par les autorités turques sont tout à fait inacceptables pour une simple raison : c'étaient des appels à la guerre, non pas à la paix (...) Malheureusement, nous nous sommes déjà habitués à de telles bizarreries de la part des autorités actuelles turques
  11. Les États-Unis, qui dirigent une coalition dont fait partie la Turquie, connaissaient le lieu et le moment du passage de nos avions, et c'est précisément à cet endroit et à ce moment que nous avons été frappés
  12. La porte-parole de la Fédération russe de Volley-ball, Irina Zolotova dénonce « le comportement inacceptable des supporters locaux »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « La Turquie abat un avion militaire russe à la frontière syrienne », Libération.fr.
  2. (en) « Avion russe abattu en Syrie: Un soldat russe tué lors d'une opération de sauvetage des pilotes », 20minutes.fr.
  3. La Russie annonce un processus de normalisation des relations avec la Turquie RFI du 29 juin 2016
  4. Turkey may regret border violation claims in Hatay
  5. Turkey shoots down Russian plane: Wars have a funny way of taking on a life of their own
  6. a et b Syrie : Bachar el-Assad appelle à l'"aide militaire" de la Russie, Le Point avec AFP, .
  7. « Que visaient les premières frappes russes en Syrie ? », Le Monde,
  8. Syrie : un mois de bombardements russes, pour quel bilan ? Le Monde du
  9. Syrie. La troisième guerre des Russes contre les Tchétchènes Ouest-France du 6 octobre 2015
  10. Syrie : pourquoi les Russes disent viser l’EI, mais frappent les rebelles anti-Assad ? France 24 du
  11. L'Etat islamique appelle au djihad contre la Russie et les Etats-Unis JDD du 14 octobre 2015
  12. (en) « Syria crisis: Russia begins air strikes against Assad foes », ВВС News,‎
  13. Syrie: le pilonnage de l'aviation russe bat désormais son plein, RFI, .
  14. Syrie: un groupe rebelle soutenu par les États-Unis dit avoir été une cible des Russes, AFP, .
  15. Luc Mathieu, Que ciblent vraiment les Russes en Syrie ?, Libération, 1er octobre
  16. L’aviation russe a effectué ses premières frappes en Syrie, article sur le site lemonde.fr, daté du
  17. Yves-Michel Riols, À l’ONU, scepticisme des diplomates occidentaux face aux intentions russes en Syrie, Le Monde, .
  18. La Russie poursuit ses bombardements en Syrie, Le Monde avec AFP et AP, .
  19. [vidéo] SYRIE - Quelles sont les raisons de l’engagement de la Russie ? Explications, France 24, .
  20. Pierre Breteau et Madjid Zerrouky, En Syrie, la Russie frappe plus l’opposition que l’État islamique, Le Monde, .
  21. Syrie : la Russie et les États-Unis dans le viseur de l'EI Le Point du
  22. Sur le site d'information Le Caucase
  23. Sur le site Sputnik News
  24. Le long chemin de l'adhésion turque à l'Union européenne le Monde du
  25. Erdogan, allié obligé de l’Europe le Monde du
  26. Syrie: qui se cache derrière l’Armée de la conquête ? libération du
  27. La rébellion syrienne veut faire d’Idlib un modèle de gestion de l’après-Assad Le Monde du
  28. La Turquie, nouveau sponsor du terrorisme international Atlantico du
  29. La Turquie finance Daech et le Qatar et l'Arabie Saoudite financent le front Al Nosra de Euronews du 15 mars 2016
  30. France 24 : Le gouvernement turc accusé de soutenir les djihadistes en Syrie
  31. CHPli Eren Erdem Sarin Gazı İddiası Gündemde Bomba Etkisi Yarattı!?Eren Erdem Kimdir? Yeni Ülke du
  32. Anonymous attaque la Turquie, accusée de soutenir Daesh Direct Matin du
  33. a et b Claudia Roth'dan, Erdoğan'a IŞİD eleştirisi Hurriyet du
  34. a et b German deputy speaker: NATO must stop Turkey support for ISIS Rudaw du
  35. Les déclarations de l’Arménie sur la Turquie sont « logiques » selon un expert Nouvelles d'Arménie du
  36. Jean-François Colosimo : «L'alliance de la Turquie avec Daech est objective» Le Figaro du
  37. La Turquie, l'Islam sunnite et le grand jeu américain Médiapart du
  38. Éric Zemmour : "La Turquie est décidément bien loin de l'Europe" RTL du
  39. Tweet du 24 novembre 2015 de Bahar Kimyongür
  40. Daniel Pipes, The Washington Times, La Turquie soutient l'EIIL
  41. « La volte-face de la Turquie sur la coalition contre l'État islamique », lemonde.fr, .
  42. «Erdogan a créé une autoroute djihadiste en Turquie» Le Figaro du 19 février 2016
  43. Les conversations téléphoniques entre Daech et la police turque Europe 1 du 24 février 2016
  44. Un journal turc publie les images d’armes livrées par la Turquie aux djihadistes en Syrie Le Monde du 29 mai 2015
  45. Un journal prouve que la Turquie a livré des armes aux djihadistes en Syrie Le Point du
  46. La Turquie a cessé d'être notre alliée Le Figaro du
  47. La position ambiguë de la Turquie face à l'État islamique Le Figaro du
  48. Turquie: une dizaine d'officiers de gendarmerie arrêtés RFI du
  49. Des photos de livraison d'armes gênantes pour la Turquie RFI du
  50. « Un rédacteur turc poursuivi pour avoir révélé des livraisons d'armes aux combattant syriens », sur RT en Français (consulté le 17 décembre 2015)
  51. Turquie: Médias et internet interdits de parler de livraisons d'armes aux islamistes 20 Minutes du
  52. Turquie: une dizaine d'officiers de gendarmerie arrêtés RFI du
  53. Photos des livraison d'armes à l'EI: Erdogan menace le journal Cumhuriyet RFI du
  54. Daech a le chic L'Est Républicain du
  55. Ten percent of Turks do not see Islamic State as terrorist body - survey Reuters du
  56. a et b Wassim Nasr : "la Turquie est dans les faits en guerre contre les djihadistes de l'EI, France 24, .
  57. Propos apaisés entre Ankara et Washington mais pas de stratégie commune sur la Syrie, Le Monde avec AFP, .
  58. Jérôme Bastion, La Turquie met un pied dans la guerre contre le groupe État islamique, RFI, .
  59. Jérôme Bastion, La Turquie bombarde les positions du groupe EI en Syrie, RFI, .
  60. Turquie : au moins neuf morts dans les bombardements contre l'État islamique, AFP, .
  61. Marie Jégo, Les frappes turques en Syrie, tournant dans la guerre contre l’EI, Le Monde, .
  62. Eugénie Bastié, Nicolas Hénin : «La tolérance turque envers Daech n'était plus tenable», Le Figaro, .
  63. « Daech lance un magazine en turc pour... conquérir Istanbul », sur www.zamanfrance.fr (consulté le 17 décembre 2015)
  64. « Daech menace la Turquie et qualifie Erdoğan de « Satan » », sur Middle East Eye (consulté le 17 décembre 2015)
  65. « Le groupe Etat islamique menace la Turquie - Europe - RFI », sur rfi.fr, https://plus.google.com/117722750075017576258/ (consulté le 17 décembre 2015)
  66. Syrie : la rencontre organisée par Moscou débouche sur… un nouveau rendez-vous, article sur le site lemonde.fr, daté du .
  67. Que visaient les premières frappes russes en Syrie ?, article sur le site lemonde.fr, daté du .
  68. Syrie : comment la Russie a redistribué les cartes Le Monde du
  69. Turquie : Erdogan a développé une obsession quasi pathologique contre Bachar L'Opinion du
  70. Poutine demande devant l'ONU une "large coalition anti-terroriste" Figaro du
  71. Hollande prône une "coalition large" contre l'EI, Poutine d'accord pour coopérer Midi Libre du
  72. Attentats du 13 novembre : la stratégie française en Syrie a-t-elle changé ?. Le Monde du .
  73. Syrie : Merkel souhaite impliquer Bachar al-Assad Le Parisien du
  74. G20: Obama et Poutine s’entendent sur la Syrie RFI du
  75. a et b La fièvre monte entre la Russie et la Turquie La Croix du
  76. La politique régionale de la Turquie contribue à son isolement Iris du
  77. « Un missile syrien à l'origine du crash de l'avion turc en juin (rapport) », sur Sputik news (consulté le 30 décembre 2015).
  78. (en) Rufiz Hafizoglu, « Turkish Air Force shoots down not helicopter but Syrian drone - defense ministry », sur trend.az (en), (consulté le 20 décembre 2015)
  79. « Des F-16 turcs abattent un avion de combat syrien », sur latribune.fr, (consulté le 17 août 2014)
  80. La Turquie abat un avion de chasse syrien Le Monde du 23 mars 2014
  81. a, b, c, d, e et f Force aérienne russe : Quel engagement en Syrie ? de Défense et Sécurité internationale numéro 121 de janvier février 2016 par Arnaud Delalande page 28 à 35
  82. L'otan condamne les violations de l'espace aerien turc par la Russie Challenges du
  83. La Turquie a abattu un hélicoptère syrien dans son espace aerien Le Parisien du
  84. MIG-23 syrien abattu par la chasse turque Opex 360 du
  85. Un avion syrien abattu par la défense antiaerienne turque Nouvel Obs du
  86. quatre F-16 turcs ont décollé d'urgence pour intercepter deux SU-24 syriens Xinhua du
  87. Turquie tentative de détournement d'un avion sur Sotchi le pirate maitrisé Le Parisien du
  88. L'aviation turque a accompagné un avion de renseignement russe Opex360 du
  89. Des avions turcs repoussent un SU-24 syrien Turquie News du
  90. La Turquie dit qu'un avion russe a violé son espace aérien Nouvel Obs du
  91. (en) « Russian Su-30SM, Su-24 violate Turkish airspace. Flanker locks on TuAF F-16 for +5 minutes », sur The Avionist, (consulté le 2 janvier 2015).
  92. Pourquoi la Turquie réclame une zone tampon à la frontière Europe 1 du 12 octobre 2014
  93. Et si des zones tampons en Syrie ne s’avéraient pas vraiment utiles ? L'Orient le Jour du 13 juillet 2015
  94. « Une zone d’exclusion aérienne signifierait presque la chute du régime de Bachar » L'Orient le Jour du 27 mai 2015
  95. SYRIE. 4 questions sur la "zone-tampon" voulue par la Turquie L'Obs du 8 octobre 2014
  96. Syrie : Washington refuse d'établir une zone d'exclusion aérienne Le Monde du 1er décembre 2014
  97. La Russie contre la création d'une zone d'exclusion aérienne en Syrie L'Orient le Jour du 5 octobre 2015
  98. Ankara intercepte une cargaison suspecte dans un avion civil syrien Nouvel Obs du
  99. Pour Moscou, l'avion syrien dérouté en Turquie contenait du matériel radar légal Le Monde du
  100. L'avion reliant Moscou à Damas contenait des éléments de radar Nouvel Obs du
  101. L'avion syrien intercepté par la Turquie transportait du matériel de communication militaire Challenges du
  102. Un avion militaire russe détourné par l'armée de l'air turque en mer Noire Atlas Info du
  103. La Turquie fait décoller des chasseurs pour intercepter un avion de reconnaissance russe Sputnik du
  104. Jeux dangereux au dessus de la mer Noire du Courrier international du 26 mars 2014
  105. La Turquie menace d’interdire les détroits du Bosphore aux Russes Témoignages du
  106. La Turquie ne reconnaît pas l’annexion russe de la Crimée TRT du 2 avril 2014
  107. Intrusion d'un avion russe en Turquie : Moscou invoque de "mauvaises conditions météo" FranceTV du
  108. Deux F-16 turcs ont intercepté un avion de combat russe Opex360 du
  109. Les avions de combat turcs interceptent un chasseur russe violant son espace aérien France24 du
  110. Intrusion d'un avion russe en Turquie : Moscou invoque de "mauvaises conditions météo" France Tv du 5 octobre 2015
  111. AFP, « La Russie a déployé des systèmes de missiles antiaériens en Syrie », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 31 janvier 2015).
  112. Entre la Turquie et la Russie, une escalade de tensions depuis plusieurs semaines Le Figaro du
  113. (en) « Vu de Russie. Survol de la Turquie : les pilotes russes ont-ils eux aussi le droit à l'erreur ? - Courrier international », Courrier International
  114. Deux F-16 turcs « harcelés » par un MiG-29 non identifié; Ankara hausse le ton Opex360 du
  115. (en) « Russie : pour l'Otan, les violations de l'espace aérien turc sont "extrêmement dangereuses" », Atlantico.fr
  116. Intérêts économiques russes en Turquie: la mise en garde d'Erdogan RFI du
  117. a et b La Turquie met en garde Russes et Américains Figaro du
  118. Turquie: l'armée abat un appareil aérien Le Figaro du
  119. Turquie: le drone abattu était-il russe? RFI du
  120. (en) « Turquie : l'armée abat un drone, probablement russe, près de la Syrie », leparisien.fr,
  121. Qui sont ces "pays du G20" qui financeraient Daesh ? BFMTV du 20 novembre 2015
  122. (en) « Le ton monte entre la Turquie et la Russie », France Inter
  123. Syrie: colère d’Ankara après des frappes russes près de sa frontière RFI du
  124. Manifestation devant l'ambassade de Turquie à Moscou Libération du
  125. Manifestation devant l’ambassade de Turquie à Moscou Euronews du
  126. a et b Moscou va examiner un projet de loi pour pénaliser la négation du génocide arménien Times of Israel du
  127. Des députés russes proposent la restitution de Sainte-Sophie aux chrétiens La Croix du 1er décembre 2015
  128. Des députés russes proposent la restitution de Sainte-Sophie aux chrétiens La Croix du
  129. Des pirates Turcs s’attaquent à la banque centrale russe Zataz du
  130. Des hackers turcs bloquent le compte Instagram d'un ministre russe Aujourd'hui du
  131. La marine russe passe le Bosphore l’arme à l’épaule ? Mer et Marine du
  132. Nouvel épisode dans la crise diplomatique entre Ankara et Moscou Nouvel Obs du
  133. (en) « Ege Denizi'nde Rus savaş gemisi ile Türk balıkçı teknesi çarpışıyordu », Hürriyet
  134. Regain de tension entre la Russie et la Turquie en mer Egée Huffington Post du 13décembre 2015
  135. (en) « Un destroyer russe ouvre le feu sur un bateau turc », Valeurs Actuelles
  136. (en) « Un destroyer russe tire pour "éviter une collision" avec un bateau turc, selon Moscou », Le Point
  137. http://www.courrierinternational.com/article/vu-de-russie-tirs-dun-destroyer-russe-sur-un-chalutier-turc-une-provocation
  138. « Vu de Russie. Tirs d’un destroyer russe sur un chalutier turc : une provocation ? », sur Courrier international, (consulté le 7 janvier 2016).
  139. Après la Méditerranée, la mer Noire : nouvelle provocation turque en moins de 24 heures RT du
  140. Anonymous revendique une cyber-attaque de grande ampleur en Turquie Figaro du
  141. La Turquie est aux prises avec une vague de cyberattaques Opex 360 du
  142. Russie. L'embargo alimentaire sur la Turquie effectif au 1er janvier Ouest France du
  143. Une ambassade et une banque russes attaqués par des pirates Turcs Zataz du
  144. « Violation de l'espace aérien turc : Russie et Turquie s'écharpent à nouveau », sur Le Point, (consulté le 30 janvier 2016).
  145. Turquie : le Président Erdogan met en garde la Russie Katibin du 2v février 2016
  146. Nouvelles tensions entre la Turquie et la Russie en raison d'une violation d'espace aérien RTL du
  147. Russia Declares There’s No Such Thing as ‘NATO Airspace’ Observer du
  148. Moscou accuse la Turquie d’avoir interdit un vol russe de reconnaissance Le Soir du 3 février 2016
  149. 'Selon la Russie, la Turquie prépare une "intervention militaire" en Syrie Paris Match du
  150. Erdogan: la Russie est engagée "dans une invasion de la Syrie" BFMTV du
  151. Moscou accuse Ankara d'aider Daech à recruter L'Express du 18 février 2016
  152. Le traité d'amitié russo-turc est remis en cause à Moscou de Nouvelles d'Armenie du 12 février 2016
  153. La Turquie impose des visas aux journalistes russes selon le principe de réciprocité TRT du
  154. a et b Russian footballer provokes Turkey with Vladimir Putin T-shirt The Guardian du 17 février 2016
  155. Russia expresses condolences to Turkey after Ankara blast Daily Star du 18 février 2016
  156. Syrie: la Russie convoque le Conseil de sécurité Le Figaro du
  157. Erdogan accuse la Russie de continuer violer l'espace aérien turc de Ouest France de 24 février 2016
  158. La Russie exige la fermeture de la frontière turco-syrienne RTBF du 1er mars 2016
  159. a et b Turkey won't recognize Russia's unlawful annexation of Crimea: President Erdoğan Daily Sabah du 9 mars 2016
  160. La Russie accuse la Turquie d'invasion rampante du Vif du 13 mars 2016
  161. Un cargo turc percute un pont entre la Russie et la Crimée Le courrier de Russie du 23 mars 2016
  162. a et b Doigt d'honneur et jets d'ordures: un match entre russes et turques dérape à Istambul Figaro du 30 mars 2016
  163. Doigt d’honneur, jet d’ordures: un match de volley entre Russes et Turques dérape à Istanbul Le Journal de Montréal du 30 mars 2016
  164. Syrie. La Russie accuse la Turquie d'armer Daech Ouest France du 1er avril 2016
  165. Syrie: Moscou accuse Ankara d'armer l'EI Figaro du 1er avril 2016
  166. Deux espions russes présumés arrêtés en Turquie L'Orient le Jour du 13 avril 2016
  167. Deux agents russes arrêtés en Turquie Ouest France du 13 avril 2016
  168. Turkey aiding al-Nusra ahead of major Aleppo strike: Russia du Press TV du 12 avril 2016
  169. Chief of Turkish Branch of Russia’s Sputnik Agency Barred from Turkey The Moscow Times du 20 avril 2016
  170. Un journaliste russe interdit d'entrée en Turquie Zaman du 21 avril 2016
  171. Karabakh : la Russie dénonce l'attitude "inacceptable" de la Turquie L'Orient le Jour du 22 avril 2016
  172. La Turquie battue en basket: un député turc propose d’abattre un avion russe Sputnik du 16 mai 2016
  173. Erdogan adresse un message à Poutine Figaro du 14 juin 2016
  174. Erdogan a envoyé une lettre à Poutine pour la fête nationale russe BFMTV du 14 juin 2016
  175. Il n'y aura pas de réponse à votre lettre, calmez-vous, monsieur le président Sputnik du 15 juin 2016
  176. Turkey, Finland start observation flights over Russia Anadolu Agece du 15 juin 2016
  177. a et b Turkey won’t apologize to Russia – presidential spokesman APA du 23 juin 2016
  178. (en) « OFAB 250-270 Bombe », sur http://www.cat-uxo.com (consulté le 7 janvier 2015)
  179. Benjamin Barthe, « Guerre en Syrie : les Turkmènes, une minorité en première ligne », sur Le Monde, (consulté le 7 janvier 2016)
  180. (en) « Avion russe abattu par la Turquie : un des pilotes est mort », Ouest-France.fr
  181. (en) Can Kasapoglu, « The Turkish-Russian Military Balance », (consulté le 2 janvier 2016)
  182. a et b Rapport de la Turquie à l'ONU AlJazeera du 24 novembre
  183. Avion russe abattu: Ban veut des mesures urgentes pour apaiser les tensions Romandie du
  184. (en) « http://nationalinterest.org/feature/turkey-shoots-down-russian-su-24-what-we-know-dont-know-fear-14433 », sur The National Interest, (consulté le 7 janvier 2015)
  185. Is this PROOF Russia WAS warned? Recording emerges of moment Russia told GET OUT of Turkey Express du
  186. La Turquie diffuse l'enregistrement des avertissements lancés à l'avion russe 985FM du
  187. Turkish military releases audio of apparent warning to downed Russian jet Today Zaman du
  188. This is Turkish Air Force speaking on guard. You are approaching Turkish airspace. Change your heading south immediately
  189. Avion russe abattu: Ankara campe sur ses positions, Moscou dénonce une "provocation planifiée" La dépêche du
  190. a et b Turkey Releases Audio of Warnings to Downed Russian Jet Breibart du
  191. Clip claims to record Turkish warning to downed Russian jet Times of Israel du
  192. ‘I knew it was going to happen’: MEA pilot recalls downing of Russian jet Al Arabiya du
  193. “Le chasseur russe a violé notre espace aérien à deux reprises”- Ambassadeur turc à l’Otan Euronews du 25 novembre 2015
  194. Russie-Turquie Russeurope de Jacques Sapir du 24 novembre 2015
  195. Avion russe abattu : Ankara et Moscou s'affrontent version contre version Nouvel obs du
  196. (en) H.E. Mr. Matthew Ryeroft, « Permanent Mission of Turkey to the United Nations, Ambassador 2015/10165510 », UN,  : « Disregarding these warning, both aircraft, at an altitude of 19.000 feet [5,800 m], violated Turkish national airspace to a depth of 1,36 miles [2.52 km] and 1,15 miles [2.13 km] in length for 17 seconds from 0.24'.05 local time. »
  197. Les récits turc et russe comportent des erreurs 7/7 du
  198. a et b Incohérences turques et russes sur l'avion abattu à la frontière syrienne, RTS du
  199. Turkey shoots down russian plane, astrophysistics say both official accounts are scientifically impossible du Indépendant du 28 novembre 2015
  200. VIDEO La Turquie a abattu un avion militaire russe, l'Otan se réunit en urgence La Tribune du 24 novembre 2015
  201. La tension entre la Russie et la Turquie complique la lutte contre l’État islamique Le Monde du
  202. Tension au maximum entre Moscou et Ankara après la destruction d'un avion russe L'Express du
  203. L'avion russe qui dévoile le dessous des cartes Le Temps du
  204. (en) « Commander-in-Chief of the Russian Aerospace Forces presents facts of the attack on the Russian Su-24M aircraft carried out by the Turkish F-16 fighter in the sky over Syria on November 24 », sur Ministère de la défense de la fédération russe (consulté le 2 janvier 2015)
  205. Avion russe: «aucune sommation» des Turcs Le Figaro du
  206. La Turquie abat un avion de chasse russe Radio Canada du
  207. Turkish Air Force F-16s ambushed the Su-24 Fencer": here’s Russia’s version of the controversial shootdown The Aviationist du
  208. Russian Su-24M communications equipment blamed for shootdown du Janes du
  209. La Russie n'a pas communiqué ses intentions à l'armée turque, estime Ottawa Radio Canada du
  210. a et b Russian jet shot down by Turkey was AMBUSHED, says defence expert, Daily Express du
  211. Ankara affirme ne pas avoir diffusé les échanges radio avec le Su-24 Sputnik du
  212. You are approaching Turkish airspace New Zealand Herald du
  213. Russia Dismisses Turkey’s Audio Recording of Warnings as Fake Tasmin News du
  214. a et b Why did it take Turkey just 17 seconds to shoot down Russian jet? The Guardian du
  215. La procédure d'interception en vol en France L'Obs du 2 janvier 2004
  216. NATO envoys urge Turkey to show restraint after Russian warplane downed Read more at Reuters http://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-turkey-nato-idUSKBN0TD2C620151124#gH1TvlLRrXyupgQ4.99 Reuters du
  217. Un avion russe abattu par la Turquie Le Monde du
  218. Su-24: un des pilotes abattu pendant sa descente en parachute Sputnik du
  219. Pilote survivant du Su-24: aucune mise en garde de la part de la Turquie Sputnik du
  220. Russian jet hit inside Syria after incursion into Turkey: U.S. official Reuters du
  221. War of the maps: Turkey released a map showing where Russia violated its airspace, and Russia countered
  222. Clash aérien dans le ciel… turc ou syrien ? Contrepoints du
  223. Kurtulmus: "L'avion russe a été abattu à l'intérieur des frontières turques" TRT du
  224. (en) Maxim Shipenkov/POOL/AFP, « La Turquie abat un bombardier russe à la frontière syrienne, colère de la Russie », ladepeche.fr
  225. Russie-Turquie: nouvelle réalité & perspectives Sputnik du
  226. (en) « NATO Genel Sekreteri Jens Stoltenberg: Türkiye'nin Açıklamaları Bizdeki Bilgilerle Uyumlu », Canlı Haber,
  227. (en) « NATO says backs Turkey over Russian plane », Reuters
  228. El guardián del espacio es español El Mundo du 2 janvier 2015
  229. ¿Quién tomó la decisión de derribar al SU-24, Ünal o García? El Español du
  230. SU-24: la Russie va déchiffrer une boîte noire Le Figaro du
  231. La Russie ouvre en direct la boîte noire de son avion abattu par la Turquie 7/7 du
  232. La Russie commence à décoder la boîte noire de l'avion abattu par la Turquie Xinhua du
  233. La boîte noire de l’avion russe abattu par la Turquie reste muette LeSoir du
  234. Syrie: la Russie déploie des systèmes de missiles antiaériens Le Figaro du 5 novembre 2015
  235. « Avion abattu: une "provocation planifiée », Le Figaro du
  236. Avion russe abattu : Moscou dénonce l'ambiguïté d'Ankara vis-à-vis de Daech Les Echos du
  237. Turkish shoot-down of plane is ‘stab in the back’, Putin says McClatchy du
  238. Turkey shot down Russian jet to TEST American loyalty to NATO, says Russia expert Express du
  239. Russian jet incident planned, Turkish opposition member says Hurriyet du
  240. Comment l’escalade entre Turquie et Russie va profiter aux Kurdes Libération du
  241. La Russie ne va pas “déclarer la guerre à la Turquie” Euronews du 25 novembre 2016
  242. Buchanan: Turkey Shooting Down Russian Jet ‘Stupid and Dangerous’, U.S. Cannot Be Drawn Into Shooting Confrontation with Russia’ Breitbart du
  243. Fuat Avni, le mystérieux twitto qui fait trembler le pouvoir turc, Nouvel Obs et Rue 89 du .
  244. Tweet de Wikileaks du
  245. Le président turc a-t-il lui-même ordonné d'abattre un avion russe... début octobre ? Atlantico du
  246. Erdogan exhorte Poutine à conserver son amitié, Le Figaro du .
  247. Syrie: la Turquie et l'Otan haussent le ton contre la Russie, RTBF du .
  248. L'armée turque abat un drone non identifié dans son espace aérien près de la Syrie.
  249. L’avion russe abattu par la Turquie illustre la détérioration des relations entre les deux pays, Slate du .
  250. [vidéo] La Turquie a abattu un avion militaire russe, l'Otan se réunit en urgence, La Tribune du
  251. La Russie dit avoir détruit des groupes rebelles qui opéraient dans la zone du crash, le Vif du
  252. Avion russe abattu par la Turquie : Moscou avait averti Washington de ce vol, Le Parisien du
  253. Moscou avait informé Washington de la mission de l'avion russe abattu par la Turquie (Poutine), Le Parisien du
  254. [1]
  255. http://m.rfi.fr/moyen-orient/20151014-syrie-russie-damas-vol-compagnies-aeriennes-etats-unis-poutine-frappes-guerre Syrie: quand l'aviation russe croise l'aviation américaine RFI du 14 octobre 2015]
  256. Accord entre Washington et Moscou pour un partage du ciel syrien, RFI du
  257. Le Su-30SM, "ange gardien" des bombardiers russes en Syrie Sputnik du
  258. Moscou et Ankara conscients de leurs limites, malgré leurs obsessions respectives L'Orient le Jour du
  259. Numan Kurtulmuş: Vatandaşların mağduriyeti giderilecek, Hurriyet du
  260. Russia Suggests Turkey Planned Downing of Warplane, Wall Street Journal du
  261. Avion russe abattu : Moscou dénonce l'ambiguïté d'Ankara vis-à-vis de Daech, Les Echos du
  262. « Vu de Russie : Le bombardier russe a été pris en « embuscade » », Courrier international,
  263. Comment l’escalade entre Turquie et Russie va profiter aux Kurdes, Libération du
  264. Шесть секунд Novaya Gazeta du
  265. Les chasseurs turcs F-16 avaient planifié d’abattre le Su-24 russe Sputnik du
  266. Défense russe : les F-16 turcs ont tenu l’embuscade à l’avion russe abattu, RT du
  267. Pourquoi la Turquie a-t-elle abattu le Su-24 russe ? Le courrier de Russie du
  268. Без объявления войны Lenta du
  269. Turkey’s Anadolu agency threatens to sue 2 British editors Today Zaman du
  270. Anadolu Agency team witnesses downing of Russian jet Anadolu Agency du
  271. Mon cher Vladimir : bilan de la rencontre Poutine-Hollande à Moscou Le Courrier de Russie du 26 novembre 2015
  272. Russia planning no war with Turkey — FM Tass du 25 novembre 2015
  273. Egypte : l’achat du Rafale traduit le regain du nationalisme L'Opinion du 15 février 2015
  274. Insanity games Hurriyet du 25 novembre 2015
  275. Obama Organized an Act of War
  276. François Hollande coincé entre les positions divergentes des Etats-Unis et de la Russie Le Monde du 25 novembre 2015
  277. (en) « Entre Paris et Moscou, une coopération tactique plutôt qu’un partenariat stratégique », Le Monde.fr
  278. En Turquie, Erdogan affaibli sur tous les fronts JDD du
  279. Un pilote du chasseur russe abattu par la Turquie est décédé 7/7 du
  280. Guerre en Syrie : les Turkmènes, une minorité en première ligne Le Monde du
  281. Turkey downs Russian warplane near Syria border, Putin warns of 'serious consequences'de Reuters UK du
  282. Avion russe abattu: Moscou demande à Ankara l'arrestation de l'assassin présumé du pilote, La Croix du
  283. MHP'li eski başkanın oğlu savaşmak için Irak'a gitti de CNN Turk du
  284. Turquie : le meurtrier présumé du pilote russe dit ne pas craindre Moscou VOA du
  285. a et b Grey Wolves Fascist Killed Russian Pilot Morning Star du
  286. Viatcheslav Avioutski, « Globalisation du conflit tchétchène », sur Strategics International, 1998
  287. Attentat en Thaïlande: la police sur la piste des «Loups gris» turcs RFI du
  288. Les Turkmènes, une minorité exposée dans la guerre en Syrie Le Monde du
  289. Un responsable turkmène confirme la présence de soldats turcs en Syrie RFI du
  290. La politique turque en Syrie : du bon voisinage aux alliances contradictoires et dévastatrices L'Orient le Jour du
  291. a, b et c L'un des deux pilotes russes abattu par des rebelles syriens, la Turquie affirme qu'il est en vie Huffington Post du
  292. Des rebelles disent avoir abattu 2 pilotes russes, Figaro du
  293. Helpless Russian pilots 'were shot dead as they parachuted to the ground': Furious Putin accuses Turkey of 'treachery' after it downs jet over Syrian rebel territory, Daily Mail du
  294. Russian pilots ‘shot dead’ as they parachuted from plane - rebels, BNO News du
  295. Avion russe abattu: Moscou demande à Ankara l'arrestation de l'assassin présumé du pilote Nouvel Obs du
  296. Ankara affirme que les pilotes russes sont vivants, Zaman du
  297. Un avion russe abattu en Turquie provoque l’escalade entre Ankara et Moscou, Les Echos du
  298. Avion russe abattu : la Turquie diffuse l'enregistrement de l'avertissement au pilote Le Parisien du
  299. Russian pilot downed by Turkey died after 'body was riddled with eight bullets' Mirror du
  300. a, b, c, d, e et f Comment le second pilote du Su-24 a été retrouvé Russia beyond the headlines du
  301. #Syrie Sauvetage du pilote russe de l'avion abattu par la Turquie : une opération de 12 heures menée par un commando syrien Nouvel Obs du
  302. Un soldat russe tué en Syrie lors de la mission de sauvetage du Su-24 abattu par la Turquie: un des deux pilotes toujours présumé mort La Nouvelle Gazette du
  303. a et b Le second aviateur du Su-24 russe abattu a été récupéré Opex 360 du
  304. Ekaterina Sinelchtchikova, « Comment le second pilote du Su-24 a été retrouvé », sur Russia Beyond The Headlines, (consulté le 26 novembre 2015).
  305. Syrie: l'EI appelle au jihad contre la Russie et les États-Unis, La République des Pyrénées du
  306. The Latest: US, NATO execs: Russian plane entered Turkey Daily Hearld du
  307. a et b Un rôle-clé pour le Hezbollah en Syrie L'Orient le Jour du
  308. a, b et c Qui a libéré le pilote russe? .....!!! Sahar TV du
  309. Avion russe abattu : un commando d'élite a récupéré le pilote en 12 heures Sud Ouest du
  310. Le meilleur pilote de Russie était aux commandes de l'avion russe abattu Sputnik du
  311. Avion russe abattu : le second pilote "récupéré par l'armée syrienne" Europe 1 du
  312. Syrie: l'opération commando menée pour sauver le pilote russe a duré 12 heures BFMTV du
  313. Avion russe abattu: sauvetage confirmé du second pilote lors d'une opération spéciale La Manchelibre du
  314. Turquie : la dépouille du pilote russe rapatriée à Moscou avec les honneurs militaires Zaman du
  315. Le corps du pilote russe de l’avion abattu rapatrié en Turquie Le Monde du
  316. Turkey to hand over pilot’s body to Russia: Davutoglu The Hindu du
  317. Avion russe abattu: la dépouille du pilote va être remise à Moscou Figaro du
  318. Le corps du pilote du Su-24 russe abattu est arrivé à Moscou Xinhua du
  319. Suicide d'un soldat russe en Syrie Figaro du
  320. Syrie: l’armée russe annonce la mort de son premier soldat RFI du
  321. Relatives honour Siberian-born war hero who 'loved Russia and died for Russia' Siberian Times du
  322. Children of Russian pilot shot down and killed by Turkish jet 'are still hoping he is still alive' say reports as family say he 'loved and died for his country' Daily Mail du
  323. Pilot of Russian plane downed by Turkey buried with military honors de Reuters du
  324. Russian region to name street after pilot killed in anti-ISIS operation in Syria RT du
  325. Un sculpteur syrien rend hommage au pilote du Su-24 abattu par les Turcs Sputnik du
  326. Petition Posted to Rename Moscow Street After Downed Su-24 Pilot Moscow Times du
  327. un poète turc présente ses excuses au peuple russe du Sputnik du 10 mars 2016
  328. Turquie-Le tueur présumé du pilote russe arrêté pour un autre fait
  329. Turquie: 2 pilotes ayant abattu un avion russe en détention
  330. La Russie a "détruit" les rebelles responsables de la mort d'un de ses pilotes L'Express du
  331. Moscou accuse Ankara d'armer Daesh via des ONG 7/7 du 1er avril 2016
  332. « Daesh. Hollande ouvre le front diplomatique », sur Le Telegramme,
  333. Les S-400 russes fermeront le ciel de la Syrie à l'Otan Sputnik du
  334. Les États-Unis espèrent que les missiles russes du bombardier SU-24 ne cibleront pas la coalition RT du
  335. Sur le site du journal belge Le Soir.
  336. Turquie – Russie : la crise peut-elle dégénérer ? Jeune Afrique du
  337. Turkey moves 20 tanks to its border and sends 18 fighter jets on patrol as Russia crisis continues Mirror du
  338. Syrie: la Turquie suspend ses frappes contre l'EI et fait le jeu d'Assad Le Parisien du
  339. La Turquie suspend ses frappes contre l'EI en Syrie Le Figaro du
  340. Turkey Sent to Syrian Border Radar Electronic Attack Systems to Counteract Russian S-400 Southfront du
  341. Turquie : Washington déploie des F-15 de supériorité aérienne Air & Cosmos
  342. Coalition anti-Daesh : Les 12 F-15 américains quittent la Turquie Opex360du
  343. La Turquie hors de contrôle, le Pentagone retire ses chasseurs Sputnik du
  344. La Turquie suit de près les activités militaires russes à sa frontière syrienne I24 du
  345. Les Kurdes à la lisière de l'Euphrate ou la revanche de Poutine Huffington Post du
  346. Syrie: la bataille du corridor d’Azaz pourrait couper les rebelles de la Turquie L'Opinion du
  347. a et b Syrie : pourquoi les Kurdes devraient être à la table des négociations Figaro du
  348. Les Kurdes, absents des négociations de paix pour la Syrie ? Les Échos du
  349. La Turquie contre la présence des Kurdes syriens du PYD aux discussions de paix sur la Syrie L'Orient le Jour du
  350. Pas de solution de paix en Syrie sans les Kurdes, répète la Russie Zaman du
  351. La Turquie opposée à la présence des Kurdes syriens du PYD aux discussions de paix sur la Syrie 20 minutes du
  352. La Turquie contre la présence des Kurdes syriens du PYD aux discussions de paix sur la Syrie Romandie du
  353. #Turquie Turquie : l'ambassadeur américain a été convoqué après des déclarations de Washington sur les Kurdes de Syrie Nouvel Obs du
  354. La Turquie critique l'appel des USA à mettre un terme aux tirs contre le PYD TRT du
  355. Syrie : la France condamne les frappes turques Le Point du
  356. Les Kurdes, cibles prioritaires de la Turquie en Syrie RFI du
  357. La Turquie, prête à affronter Daech au sol, commence par bombarder les Kurdes L'Express du
  358. « Si la Turquie entre en Syrie, il lui faudra éviter à la fois les Russes et les Américains » L'Orient le Jour du
  359. Syrie: la Russie dénonce la politique "provocatrice" de la Turquie BFMTV du
  360. Syrie : Turquie et Russie s'ingèrent et s'opposent de plus en plus dans la guerre TF1 du
  361. Vu de Moscou. Erdogan a ruiné les efforts russes et américains pour la Syrie Courrier international du 15 février 2016
  362. Ukraine and Turkey Launch Joint Naval Drill Amid Stand-Offs With Russia Newsweek du 8 mars 2016
  363. Commemorating WW1 centenary: spectacular Russian poster art from 1915 Twitter de l'ambassade russe du Royaume-Uni
  364. Turkey downing of Russia jet 'stab in the back' – Putin de BBC News du 24 novembre 2015
  365. (en) Andrey Biryukov, Bloomberg News, « Vladimir Putin says Russia ‘received stab in the back from accomplices of terrorism’ after Turkey shoots down jet - National Post », National Post,
  366. (en) « Россия и Турция: насколько связаны экономики двух стран », BBC Русская служба
  367. Avion de combat russe abattu : Lavrov annule sa visite en Turquie Le Monde du
  368. (en) « Actualité - Avion russe abattu en Turquie : y a-t-il eu des sommations ? », republicain-lorrain.fr
  369. (en) « Avion abattu par la Turquie : Moscou dénonce une « provocation planifiée » », La Presse
  370. « La Russie lance un plan de représailles économiques contre la Turquie », sur 20minutes, (consulté le 30 novembre 2015)
  371. Poutine : "Il semble qu'Allah ait décidé de punir la clique turque au pouvoir" Zaman du
  372. Guerre en Syrie, Turquie et Ukraine… : Vladimir Poutine face à la presse mondiale Le Monde du
  373. Poutine distille ses bons mots mais ne change rien Tribune de Genève du
  374. Avion russe abattu : "attristé", Erdogan aurait "préféré que cela n'arrive pas" Europe 1 du 28 novembre 2015
  375. (en) « Crise russo-turque : derrière la guerre de propagande, le souci de ne pas aller trop loin dans l’escalade », Euronews.
  376. « La Russie lance un plan de représailles économiques contre la Turquie », sur Sputnik News, (consulté le 29 novembre 2015).
  377. Citation exacte de Davutoglu : En tenant compte de l'existence de deux coalitions ayant des enjeux différents, des accidents pareils à celui qui est arrivé à l'avion russe pourraient se reproduire.
  378. Davutoglu s'enlave les mains Sputnik du
  379. [2]
  380. a et b ' Zaman du
  381. Aktrolller Rus krizinde suçluyu buldu Sözcü du 15 décemnre 2015
  382. Erdogan rudert zurück: Luftwaffen-Chef soll am Abschuss des russischen Jets schuld sein Deutsche Wirtschafts Nachrichten du
  383. Le refroidissement des relations turc russes lié à l'erreur d'un pilote de Aujourd'hui la Turquie du 1er juin 2016
  384. Le meurtrier présumé d'un pilote russe, arrêté par la policede L'Orient le Jour du 31 mars 2016
  385. Le présumé meurtrier du pilote russe en détention du Figaro du 3 avril 2016
  386. İlker Başbuğ: En büyük hayalim, Türkiye ile Azerbaycan'ın tek devlet olmasıydı de DHA du 14 avril 2016
  387. Pilote russe tué: Moscou souhaite accéder à la déposition du coupable Le Temps du 25 avril 2016
  388. La Turquie relâche l'homme accusé d'avoir tué un pilote russe, Xinhuanet du 10 mai 2016
  389. Avion russe abattu : la Turquie ne s'excusera pas Direct Matin du
  390. Erdogan s'est excusé auprès de Poutine pour l'avion de chasse russe abattu par les Turcs Figaro du 27 juin 2016
  391. Russie. Bombardier abattu : Erdogan présente ses excuses à Poutine Courrier International du 27 juin 2016
  392. Turquie: compensations versées à la Russie pour l'avion abattu Figaro du 28 juin 2016
  393. Avion russe abattu: la Turquie prête à verser des compensations à la Russie BFMTV du 28 juin 2016
  394. Avion de chasse abattu par la Turquie: Ankara fait marche arrière et affime qu'elle ne proposera aucune «compensation» à la Russie 20 minutes du 28 juin 2016
  395. Avion russe abattu: le Premier ministre turc revient sur ses propos et exclut des compensations BFMTV du 28 juin 2016
  396. (en) « Top Turkey Imports from the World » (consulté le 1er janvier 2015).
  397. « La Russie lance un plan de représailles économiques contre la Turquie », sur Les Échos, (consulté le 27 novembre 2015)
  398. La croissance turque affaiblie par les sanctions économiques de Moscou La Tribune du
  399. L'embargo russe sur certains produits turcs entre en vigueur en janvier Challenges du 1er décembre 2015
  400. Les tomates et les mandarines de Turquie privées de marché russe RFI du
  401. En Russie, le premier lot de produits turcs détruit Sputnik du
  402. La Turquie pourrait à son tour sanctionner la Russie 7/7 du
  403. (en) « Top Turkey Exports from the World », sur http://www.worldsrichestcountries.com (consulté le 1er janvier 2015).
  404. Premier contact turco-russe après la crise de l’avion russe abattu TRT du 26 avril 2016
  405. a, b et c La Russie limite son embargo aux fruits et légumes de Turquie Libération du
  406. a et b Poussée de fièvre antiturque en Russie Le Monde du
  407. Crise russo-turque – Le Maroc en bénéficierait Le Mag du
  408. « Russie: les entrepreneurs turcs n'ont pas le cœur à la fête », Le Parisien du
  409. Pas de poule turque sur le marché russe en 2016 Sputnik du
  410. Russia destroys Turkish mandarins over company name Yeni Safak du
  411. L’Iran interdit de réexporter les produits turcs en Russie Agri Maroc du
  412. Iran bans re-export of Turkish goods to Russia Tass du
  413. La Russie ne renonce pas au citron turc. Fructidor du 2 décembre 2015
  414. La Russie absorbe 27 % des exportations de citrons turcs, Agrimaroc du 5 avril 2016
  415. Russia Adds Eggplants to Turkish Food Embargo, Moscow Times du 20 avril 2016
  416. Énergies : la Turquie peut-elle vraiment se passer de la Russie? RFI du
  417. a et b Gaz, tourisme: la Bulgarie veut profiter des opportunités de la crise russo-turque, Romandie du
  418. Le géant Gazprom annulle les réductions aux entreprises turques TRT du
  419. Turquie-Ukraine : Vers une coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire Turquie News du 9 février 2016
  420. La Russie pose un embargo sur les fruits et légumes de Turquie RFI du
  421. Les transporteurs turcs contournent la Russie TRT du
  422. Major Russian operator suspends sales of packages to Turkey Tass du
  423. Avion russe abattu : Moscou demande aux Russes installés en Turquie de rentrer Europe 1 du
  424. La Russie met en garde ses ressortissants en Turquie contre les risques d'enlèvement par l'EI 20 minutes du
  425. La Turquie observe une baisse du nombre de touristes en 2015 Avenir.net du
  426. Sonné par les attentats, le tourisme turc se cherche de nouveaux débouchés Le Mag du 6 juin 2016
  427. a et b Le nombre de visiteurs russes en Turquie s'est effondré RFI du 27 mai 2016
  428. Le tourisme turc victime des représailles russes FranceTV du
  429. 20 000 touristes russes au premier trimestre
  430. La clientèle russe vient au secours du secteur touristique en Tunisie RTS du 27 mai 2016
  431. Moscou toujours en colère contre la Turquie, Ankara met en garde contre les voyages en Russie Le Parisien du
  432. L'armée turque interdit de se rendre en Russie, Le Figaro du
  433. Les joueurs turcs bientôt interdits en Russie ? So Foot du
  434. Vers une interdiction de recrutement de joueurs turcs par des clubs russes, L'Équipe du
  435. Turquie. 300 000 euros d’amende au footballeur russe ayant exhibé un portrait de Poutine courrier International du
  436. (en) « Poutine accuse la Turquie de protéger le trafic de pétrole de l'EI », Nouvel Obs
  437. (en) « Russia presents proof of Turkey’s role in ISIS oil trade », sur www.rt.com, (consulté le 2 décembre 2015)
  438. (en) « "Erdogan et sa famille" accusés de tremper dans le trafic de pétrole avec Daech », L'Express
  439. (en) « Moscou accuse "Erdogan et sa famille" d'être impliqués dans le trafic de pétrole avec l'Etat islamique », France TV Info
  440. La Russie et la Turquie s'accusent de s'enrichir grâce au pétrole de l'État islamique l'Humanité du
  441. Turquie et pétrole de l’EI: pourquoi Erdogan a eu tort d’exiger des preuves Sputnik du
  442. Erdogan à Poutine : « Prouve qu’on achète du pétrole à Daech et je démissionne » Le Soir du
  443. Le pétrole de Daech crée des tensions entre la Turquie et la Russie France Info du
  444. Russian claims 'over family' immoral: Erdoğan Hurriyet du
  445. Au cœur de la multinationale Daech JDD du
  446. Struggling to Starve ISIS of Oil Revenue, U.S. Seeks Assistance From Turkey New York Times du
  447. Isis sells smuggled oil to Turkey and Iraqi Kurds, says US Treasury Financial Time du 23 octobre 2014
  448. Turkey sends in jets as Syria’s agony spills over every border Guardian du
  449. Turkey sends in jets as Syria’s agony spills over every border The Guardian du
  450. Sans la Turquie, Daech n’existerait pas Slate du
  451. Daesh gagnerait 50 millions de dollars chaque mois sur la vente du pétrole du Direct Matin du 24 octobre 2015
  452. Pétrole de l'EI : les USA défendent la Turquie Figaro du
  453. a et b L'Irak accuse la Turquie d'être le principal débouché pour le pétrole de l'EI Itélé du
  454. L’armée russe accuse Washington de «couvrir» le trafic de pétrole de l’EI vers la Turquie Libération du
  455. Relations dangereuses Turquie-Daech: les USA seraient-ils myopes? Sputnik du
  456. Comment traquer l'argent du terrorisme ? Libération du
  457. [Les gugusses et les Tartuffes Marianne n°933 page 42]
  458. Daesh, état islamique: d'où proviennent les milliards des nouveaux barbares? Reportage de M6 sur Dailymotion
  459. François Fillon : "Le régime syrien est nécessaire dans un premier temps pour battre l'État islamique" Le 7/9 de Patrick Cohen sur France Inter du 25 novembre 2015
  460. VIDEO. Le pétrole de Daesh transite-t-il vraiment par la Turquie? 20 minutes du
  461. Daesh. Des finances pour durer. Le Télégramme du .
  462. L'avion russe, l'Otan et Daech : pourquoi la Turquie est de plus en plus isolée Nouvel Obs du
  463. RTL L'invité de Olivier Mazerolles : Laurent Fabius du
  464. Pétrole de Daesh vendu en Turquie : parole contre parole des ambassadeurs russe et turc Public Sénat du
  465. À qui Daech vend-il son pétrole? Huffington Post du 11 octobre 2014
  466. "Si la Turquie ferme sa frontière, Daech s’écroule" La Libre du
  467. Le pacte d’Ankara d’Angela Merkel de Valeurs Actuelles du 11 mars 2016
  468. Macht Erdogan wirklich Öl-Geschäfte mit ISIS? Bild du
  469. Defence Minister Panos Kammenos' statements after his meeting with the Minister of Defence of Israel Moshe Ya'alon at the MOD Site officiel du ministère de la Défense de la Grèce
  470. [. http://www.itele.fr/monde/video/lirak-accuse-la-turquie-detre-le-principal-debouche-pour-le-petrole-de-lei-146113 L'Irak accuse la Turquie d'être le principal débouché pour le pétrole de l'EI de itélé du 8 décembre 2015]
  471. Defense Minister Ya'alon: 'ISIS Enjoyed Turkish Money for Oil' Haaretz du
  472. Du pétrole de l'Etat islamique acheté par des Européens ? Bruxelles sous pression Mediapart du 26 septembre 2014
  473. Is Vladimir Putin right to label Turkey ‘accomplices of terrorists’? Guardian du
  474. Opposition MP says ISIS is selling oil in Turkey du Al Monitor de juin 2014
  475. As Turkey turned blind eye, ISIS took advantage CBS du
  476. Une possible represaille à la violation de l’espace turc par des Migs russes Nouvelles d'Arménie du
  477. La Bourse de Paris plombée par les tensions entre la Russie et la Turquie Les Echos du 24 novembre 2015
  478. 'Le Zenit demande à ses supporters de "tenir compte de la situation en Belgique" 7/7 du
  479. La Gantoise autorise la venue des supporters du Zenit 7/7 du
  480. L'économie allemande, victime collatérale du conflit entre la Turquie et la Russie La Tribune du
  481. Le grand concile panorthodoxe pourrait se tenir en Crête La Croix du
  482. La Turquie a le droit de se défendre BBC du
  483. L.Linkevičius: Rusijos antskrydis Turkijoje nėra netikėtas de lietuvosdiena du 27 novembre 2015
  484. Ukraine should down Russian jets if they violate Ukraine's airspace - Turchynov Ukraine Today du .
  485. Sigmar Gabriel nennt Türkei "unkalkulierbar" du Frankfurter Rundschau du 24 novembre 2015
  486. Armenia Condemns Turkey’s Downing Of Russian Jet Azatutyun du .
  487. L’Arménie doit soutenir la Russie dans la guerre contre la Turquie affirme Artur Baghdasaryan de Nouvelles d'Arménie du 24 mars 2016
  488. Cyprus: Downing of Russian fighter a blow to efforts to combat terrorism de Famagusta gazette du .
  489. Avion russe abattu en Turquie : Tsipras clashe son homologue turc sur Twitter, L'Express.
  490. Avion russe abattu : Tspipras prend la Turquie sur Twitter, 20 minutes.
  491. Turkey violated Greek airspace more than 2,000 times last year The Week du .
  492. Turkey risks sparking world war, says Iraq's Maliki AFP du .
  493. Israel says it averts shooting Russian planes with communication du The Guardian du 30 novembre 2015
  494. What’s Kazakhstan Role in Calming Russia-Turkey Tensions? The Diplomat du
  495. Nato warns Turkey it can't count support in a conflict with Russia as tensions escalate du Daily Mail du 20 février 2016
  496. Avion russe abattu en Syrie: Milos Zeman condamne la Turquie Sputnik du .
  497. Serbian President: Turkey is guilty Inserbia du .
  498. Avion russe abattu en Syrie: Un soldat russe tué lors d'une opération de sauvetage des pilotes 20 minutes du .
  499. Moscow-backed warlord Ramzan Kadyrov says Turkey will 'regret what it has done for a long time' after Russian plane shot down Independant du .
  500. Russia hosts pro-Kurdish Turkish politician who condemns Ankara Reuters du .
  501. (en) ODA LERAAN SKJETNE, « Jens Stoltenberg om krisemøtet i Nato: Støtter Tyrkias versjon av hva som skjedde », Dagbladet.no
  502. (en) « 潘基文对土耳其击落俄罗斯战机一事表示关切 », xinhuanet.com.
  503. Avion russe abattu: "Nous devons éviter toute escalade" prévient Hollande BFMTV du .
  504. « De quoi craindre qu'un Rafale ne soit pris pour un F-16 turc violant la frontière? », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr, . (consulté le 13 décembre 2015)
  505. Syrie : "Un risque de guerre" entre la Turquie et la Russie Europe 1 du 19 février 2016.
  506. (en) David Ramasseul, « Revue de presse internationale - Russie-Turquie: la crise dans la crise », ParisMatch.com,
  507. Turkey’s Dangerous Game in Syria Wall Street Journal du
  508. Les Turkmènes : raison de la discorde entre Turquie et Russie ? Le vif du
  509. Pourquoi la Turquie a rendu service à Assad en abattant l’avion russe L'Orient le Jour du
  510. Turquie-Russie: La crise s’aggrave Al Ahram du

Articles connexes[modifier | modifier le code]