Zone démilitarisée à Idleb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Zone démilitarisée à Idleb
Description de cette image, également commentée ci-après
Situation dans le gouvernorat d'Idleb, l'ouest du gouvernorat d'Alep et le nord du gouvernorat de Hama. Les carrés rouges représentent les postes d'observations de l'armée turque :
Informations générales
Date – présent
(7 mois et 19 jours)
Lieu Sud du gouvernorat d'Idleb, nord du gouvernorat de Hama et nord-est du gouvernorat de Lattaquié
Issue Sans résultat
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne InfoboxHez.PNG Hezbollah
Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau de la Russie Russie
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre

Drapeau de la Turquie Turquie


Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-Cham
Flag of the Turkistan Islamic Party in Syria.svg Parti islamique du Turkestan
Flag of Ajnad al-Sham.png Ajnad al-Cham
Infobox Ajnad al-Kavkaz flag.png Ajnad al-Kavkaz
Flag of Jihad.svg Jound al-Cham
Flag of Jihad.svg Harakat Fajr al-Cham al-Islamiyya
Flag of Jihad.svg Katibat Jabal al-Islam


Flag of Jihad.svg Wa Harid al-Mumimin

Commandants
Drapeau de la Syrie Souheil al-HassanFlag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Abou Mohammed al-Joulani
Flag of Syria 2011, observed.svg Fadil Allah al-Hajji
Forces en présence
Inconnues50 000 à 100 000 hommes[1],[2]
Pertes
286 morts au moins[3]207 morts au moins[3]
Civils : 485 morts au moins[3]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 56′ nord, 36° 38′ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Zone démilitarisée à Idleb

L'instauration d'une zone démilitarisée à Idleb, pendant la guerre civile syrienne, est décidée le , au terme de négociations entre la Turquie et la Russie. Après l'offensive de Deraa à l'été 2018, le gouvernorat d'Idleb et le nord-ouest du gouvernorat d'Alep forment la dernière grande poche tenue par les rebelles en Syrie. Le régime syrien et ses alliés russes et iraniens affichent alors leur intention de reconquérir cette région, mais ils se heurtent à l'opposition de la Turquie, dont l'armée occupe douze postes militaires près des lignes de front, dans le cadre du processus d'Astana. Après d'intenses négociations, la conclusion de l'accord russo-turc annonçant la mise en place d'une zone démilitarisée suspend l'offensive loyaliste.

Malgré de nombreuses violations, la trêve tient jusqu'au , date où une offensive est lancée par l'armée syrienne avec l'appui des forces aériennes russes.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Les rebelles[modifier | modifier le code]

De nombreux groupes rebelles et djihadistes sont présents dans le gouvernorat d'Idleb[4]. Les deux factions majeures sont Hayat Tahrir al-Cham et le Front national de libération[2]. Organisation djihadiste, Hayat Tahrir al-Cham est né en janvier 2017 de la fusion de l'ex-Front al-Nosra, de transfuges d'Ahrar al-Cham et de quelques autres groupes[5],[6]. Il est davantage implanté dans le nord du gouvernorat d'Idleb : il contrôle la ville d'Idleb, la frontière turque et 60 % du gouvernorat[2],[4],[7]. Le Front national de libération est quant à lui formé au printemps et à l'été 2018 sous l'impulsion de la Turquie, par la fusion de factions de l'Armée syrienne libre — la 1re division côtière, la 2e division côtière, la 23e division, Al-Forqat al-Wasti, l'Armée libre d'Idleb, la Brigade Al-Hurriyat, la Faylaq al-Cham, Jaych al-Nasr, Jaych al-Nokhba, Jaych al-Thani et le Liwa Shuhada al-Islam — et de formations islamistes ou salafistes — Suqour al-Cham, Jaych al-Ahrar, Tajamu Dimashq, et surtout le Jabhat Tahrir Souriya, lui-même né d'une fusion entre Ahrar al-Cham et le Harakat Nour al-Din al-Zenki[8],[9],[10],[2],[4],[7],[11]. Il est plutôt implanté dans le sud du gouvernorat d'Idleb et dans l'ouest du gouvernorat d'Alep[2]. Du côté des autres factions, Jaych al-Ezzah, un groupe de l'Armée syrienne libre, tient plusieurs villages au sud de Khan Cheikhoun[7]. Les djihadistes ouïghours du Parti islamique du Turkestan (PIT) occupent quant à eux la ville de Jisr al-Choghour[2],[12]. Le PIT compte également dans ses rangs des Français rassemblés au sein du groupe Firkatul Ghuraba[13]. Des djihadistes tchétchènes combattent dans les rangs de Jound al-Cham et d'Ajnad al-Kavkaz[12]. Des Ouzbeks sont également présents au sein de la Katiba al-Tawhid wal-Jihad et de la brigade Imam al-Bukhari, deux groupes affiliés à Hayat Tahrir al-Cham[12]. Quelques petites factions djihadistes ayant prêté allégeance à al-Qaïda sont également actives, comme Tanzim Hurras ad-Din[11],[14],[5].

Du côté des effectifs, selon l'ONU, 10 000 djihadistes, pour la plupart affiliés à Hayat Tahrir al-Cham, sont présents dans le gouvernorat d'Idleb[15]. Début septembre, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian parle quant lui de 10 000 à 15 000 djihadistes à Idleb[16]. Selon Vassili Nebenzia, l'ambassadeur russe à l'ONU, Idleb compte 50 000 combattants divisés en 40 à 45 bandes armées, dont 16 000 appartenant à Hayat Tahrir al-Cham — que la Russie continue d'appeler « Front al-Nosra » — et 13 000 combattants que l'ambassadeur juge « prêts à une réconciliation ou une trève »[1]. Pour le reporter Georges Malbrunot, du Figaro, 40 000 rebelles pro-turcs et 15 000 djihadistes, dont 6 000 étrangers, occupent la région[7],[17]. D'après les reporters Luc Mathieu et Hala Kodmani, de Libération, 50 000 hommes armés occupent la poche, dont 10 000 pour Hayat Tahrir al-Cham ; d'après eux les combattants du Front national de libération sont plus nombreux mais moins bien organisés que ceux d'Hayat Tahrir al-Cham[11],[18]. Pour l'universitaire Agnès Levallois, le nombre total des combattants est de 70 000[19]. Selon l'universitaire Fabrice Balanche, avec l'arrivée entre 2016 et 2018 de rebelles évacués d'Alep, Homs, Deraa, Rastane et de la Ghouta orientale, pas moins de 100 000 combattants se trouvent désormais dans le gouvernorat d'Idleb, dont 30 000 djihadistes[20],[2]. Selon lui, Hayat Tahrir al-Cham et le Front national de libération alignent des effectifs équivalents[2]. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) estime également à 30 000 le nombre des combattants de Hayat Tahrir al-Cham[21],[22]. Le Parti islamique du Turkestan compte quant à lui 1 000 à 7 000 combattants[12],[23]. Tanzim Hurras ad-Din compte également 1 000 hommes[24]. Le Front national de libération revendique quant à lui 75 000 hommes[25].

Plus au nord, dans les régions d'Afrine et Al-Bab dominées par les groupes de l'Armée syrienne libre, les rebelles travaillent également avec la Turquie à la formation d'une « Armée nationale », forte de 35 000 hommes[26].

Les loyalistes[modifier | modifier le code]

Selon le média pro-régime Al-Masdar News, en août 2018 les forces de l'armée syrienne déployées pour l'offensive d'Idleb appartiennent à la 1re division, à la 3e division blindée, à la 4e division mécanisée, à la 7e division blindée, à la 9e division, à la 10e division, à la 11e division de chars, à la 15e division des forces spéciales, à la 18e division de chars, aux Forces du Tigre, et aux 105e et 106e brigades de la Garde républicaine[27]. L'armée syrienne est également appuyée par des milices du régime : les Forces de défense nationale, les division Mhardeh et Suqaylabiyah du Parti social nationaliste syrien (PSNS), le Liwa al-Quds et les Brigades du Baas[27]. Des milices islamistes chiites pro-iraniennes sont également présentes dans les rangs loyalistes, ainsi que d'anciens rebelles ayant accepté des accords de « réconciliation » avec le régime[28].

La Russie dispose quant à elle en permanence d'une trentaine d'avions sur la base aérienne de Hmeimim[28]. Elle renforce également sa flotte en mer Méditerranée[20],[28]. Mi-août, la frégate Pitlivi et le navire de débarquement Nikolaï Filthenkov franchissent le détroit du Bosphore, suivis le 23 août par les frégates Amiral Grigorovitch et Amiral Essen (en)[20],[28]. Fin août, Moscou dispose de dix navires et deux sous-marins en Méditerranée, soit le déploiement le plus important de la marine russe depuis l’intervention en Syrie[20]. Début septembre, 25 navires et 30 avions de l'armée russe participent à des manœuvres en Méditerranée sous le commandement du croiseur lance-missiles Maréchal Oustinov (en)[29],[30].

Mi-octobre, le général Souheil al-Hassan, chef des Forces du Tigre, arrive à l'aéroport d'Abou Douhour, à l'est du gouvernorat d'Idleb[31].

L'État islamique[modifier | modifier le code]

Après sa défaite lors de l'offensive d'Abou Douhour, l'État islamique ne contrôle plus de territoires dans les gouvernorats d'Idleb, Hama et Alep, mais il maintient des cellules clandestines dans ces régions[11],[32],[33],[34],[35],[36]. Au cours de l'année 2018, ces cellules mènent de nombreux assassinats, en particulier contre des membres de Hayat Tahrir al-Cham et du Front national de libération[32],[33],[34],[35],[36],[11].

À l'été 2018, les rapts et les assassinats se multiplient dans le gouvernorat d'Idleb, provoquant la colère des habitants[32]. Plusieurs assassinats sont revendiqués par l'État islamique, d'autres auraient été commis par des cellules pro-régime ou par les services turcs et russes[32],[7],[37]. Selon l'OSDH, au moins 354 personnes — dont 242 rebelles syriens, 40 combattants étrangers et 70 civils, parmi lesquels figurent six femmes et douze enfants sont tuées entre le 26 avril et le 14 octobre 2018 dans des attaques visant des dirigeants ou des membres de Hayat Tahrir al-Cham et d'autres groupes rebelles[38],[32]. Du 26 avril au 13 septembre, au moins 80 membres de cellules dormantes de l'État islamique sont également tués, dont 41 exécutés par les membres de Hayat Tahrir al-Cham ou d'autres groupes[39].

Selon l'OSDH, dans la nuit du 23 au 24 septembre 2018, 400 combattants de l'État islamique sont transférés par l'armée syrienne du gouvernorat de Deir ez-Zor à l'est du gouvernorat d'Idleb[40]. L'OSDH indique cependant ne pas être en mesure de dire si les djihadistes de l'EI ont été relâchés dans les zones tenues par Hayat Tahrir al-Cham et les rebelles[40]. Des activistes de l'opposition accusent alors le régime de chercher à provoquer le chaos à Idleb pour affaiblir les rebelles dans de nouveaux combats contre l'EI et justifier des bombardements ou une nouvelle offensive de l'armée syrienne[41].

Situation des civils[modifier | modifier le code]

Environ trois millions de civils sont présents dans le gouvernorat d'Idleb et vivent dans des conditions dramatiques et dans la peur d'une offensive[42],[43],[44],[45],[46],[11]. La moitié d'entre-eux sont des déplacés et les deux tiers dépendent pour survivre, de l'aide humanitaire internationale, convoyée depuis la frontière turque[42],[43]. Des dizaines de camps de déplacés parsèment la province[45]. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), moins de la moitié des installations médicales dans la région restent fonctionnelles[45]. Pour le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), les infrastructures médicales ont déjà connu 38 attaques depuis le début de l'année[45]. Le 29 août, Linda Tom, la porte-parole de l'OCHA, déclare qu'une escalade militaire risque de provoquer une « catastrophe humanitaire » et estime que 800 000 personnes risquent d'être déplacées[42]. Le 31 août, John Ging, haut responsable de l'OCHA, déclare devant le Conseil de sécurité des Nations unies qu'« un scénario du pire à Idleb a le potentiel de créer une urgence humanitaire encore jamais vue tout au long de cette crise »[45]. Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, souligne également « les risques croissants d'une catastrophe humanitaire » en cas d'offensive[45].

Situation à Idleb[modifier | modifier le code]

Objectifs du camp loyaliste[modifier | modifier le code]

À l'été 2018, après la victoire du régime syrien et de ses alliés lors de la bataille de la Ghouta orientale et lors de l'offensive de Deraa, les régions d'Idleb, Afrine et Al-Bab, dans le nord-ouest de la Syrie, forment la dernière poche tenue par les rebelle syriens, à l'exception d'une petite zone à al-Tanaf, sur la frontière avec l'Irak[47]. Le gouvernorat et la ville d'Idleb sont contrôlés par la rébellion depuis 2015. Al-Bab a quant à elle été prise par l'armée turque et l'Armée syrienne libre en février 2017, après une bataille contre l'État islamique, dans le cadre de l'Opération Bouclier de l'Euphrate[48]. Ces mêmes forces se sont ensuite emparés d'Afrine en mars 2018, lors d'une autre offensive, cette fois contre les Forces démocratiques syriennes[48].

Un an auparavant, le , la Russie, la Turquie et l'Iran avaient conclu un accord à Astana, pour créer des « zones de désescalade » dans les territoires rebelles, afin d'instaurer un cessez-le-feu[49],[50],[51]. Quatre zones étaient alors concernées : la poche d'Idleb, la poche de Rastane, la poche de Deraa et la Ghouta orientale[49],[50],[51]. Cependant, le sud-est de la poche d'Idleb est à nouveau le théâtre de combats entre septembre 2017 et février 2018[52],[53]. Une partie du sud-est du gouvernorat d'Idleb est notamment reconquise par le régime lors de l'offensive d'Abou Douhour[4],[21]. Les trois autres poches rebelles sont quant à elles reconquises par les loyalistes entre février et août 2018[20]. Des dizaines de milliers de combattants et de civils sont alors évacués vers Idleb, après la conclusion d'accords de « réconciliation » et d'« évacuation »[45],[37],[14].

Le 26 juillet 2018, après la reconquête de Deraa par ses forces, le président syrien Bachar el-Assad, déclare : « Idleb est désormais notre but, mais ce n'est pas le seul. L'armée, et c'est à sa discrétion, décidera des priorités et Idleb est l'une de ses priorités »[54]. Le 31 juillet 2018, une réunion rassemblant des émissaires russes, turcs, iraniens et des représentants du régime syrien et de la rébellion se tient à Sotchi, en Russie[55]. À l'issue des discussions, l'émissaire russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev, assure qu'« il n'est pas question et il ne peut pas être question pour le moment d'une offensive d'ampleur à Idleb »[55]. Il déclare alors espérer que « l'opposition modérée et nos partenaires turcs, qui ont pris la responsabilité de la stabilisation de cette zone, y parviendront »[55]. En revanche Bachar al-Jaafari, l'émissaire du régime, déclare qu'« il ne peut y avoir aucun compromis concernant la reprise du contrôle du territoire syrien par le gouvernement syrien. La meilleure option pour le gouvernement syrien est la reprise sous son contrôle d'Idleb à la suite d'un accord de réconciliation nationale. Mais si Idleb ne revient pas dans le giron gouvernemental par la voie du règlement, l'armée syrienne a absolument le droit de reprendre ce territoire par la force »[55]. Le 2 août, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, déclare également qu'il faut « achever les terroristes qui restent notamment à Idleb »[56].

Objectifs de la Turquie[modifier | modifier le code]

Cependant la situation à Idleb est plus complexe en raison de la présence de forces de l'armée turque[57]. Alliée à la rébellion tout en entretenant de bonnes relations avec la Russie, la Turquie s'efforce d'empêcher une offensive contre Idleb et tient à maintenir une zone tampon et une sorte de protectorat dans les régions du nord-est de la Syrie[47],[4],[37],[58],[2],[59]. À la mi-juillet, lors d'un entretien téléphonique avec le président Vladimir Poutine, le président Recep Tayyip Erdoğan menace notamment de se retirer du processus d'Astana en cas d'offensive loyaliste sur Idleb[48].

Ankara redoute également un afflux sans précédent de réfugiés en cas de nouvelle offensive, alors qu'elle accueille déjà sur son territoire entre trois et quatre millions de réfugiés syriens[47],[42],[4],[48]. Un mur avait été érigé par la Turquie le long de sa frontière qui demeure fermée et les passages limités[11],[59]. Ankara avait également annoncé à plusieurs reprises sa volonté de commencer à organiser le rapatriement dans le nord-est de la Syrie des réfugiés présents sur son territoire[48].

La présence de l'armée turque est alors le principal obstacle à une offensive du régime[57],[47],[42],[4]. Depuis octobre 2017, la Turquie dispose de plusieurs postes d'observation dans la région d'Idleb, établis près des lignes de front dans le cadre de l'accord d'Astana, conclu avec la Russie et l'Iran[57],[37],[60],[61]. En août 2018, le nombre de ces postes militaires établis en zone rebelle est de douze et ces derniers sont occupés par 1 300 soldats[26],[48],[30]. En face, en zone loyaliste, figurent neuf postes russes et sept postes iraniens[37]. Les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham sont exclus de l'accord d'Astana[20],[37] et la Turquie prend l'engagement auprès de la Russie et de l'Iran de mettre fin à la présence des groupes djihadistes à Idleb[15],[37]. Pourtant, pour s'implanter dans la région, l'armée turque a dû nouer une sorte de pacte de non-agression avec Hayat Tahrir al-Cham[37]. Mais au cours de l'année 2017 et au début de l'année 2018, plusieurs combats éclatent entre Hayat Tahrir al-Cham et les groupes rebelles pro-turcs[2]. Une trentaine de cadres de Hayat Tahrir al-Cham auraient également été assassinés en un an par les services turcs, en coopération avec les services russes[7],[37],[62],[25]. La Turquie cherche également à convaincre les djihadistes de se dissoudre ou de faire défection pour rejoindre une nouvelle coalition qu'elle parraine, le Front national de libération, mais sans succès[7],[2],[28],[11],[59]. La Turquie cherche alors à gagner du temps pour pouvoir maintenir ses engagements contre les djihadistes, tout en protégeant les rebelles[15],[63]. Lors des discussions avec ses partenaires du processus d'Astana, la Turquie concède que les « groupes terroristes » doivent être « éliminés », mais elle demande que la distinction soit faite entre les groupes rebelles sous son influence et les groupes djihadistes[20],[47],[64],[19]. Le 31 août 2018, Ankara désigne officiellement Hayat Tahrir al-Cham comme une organisation terroriste[65],[66]. La Russie cherche à se montrer conciliante avec la Turquie afin de préserver son alliance, elle concède à faire une distinction entre rebelles modérés et djihadistes mais elle la presse également d'agir contre Hayat Tahrir al-Cham[4],[57],[20],[37],[28],[64],[67],[68],[59],[69]. Le 3 septembre, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avertit que « le statu quo ne peut pas durer indéfiniment »[29].

Premiers préparatifs des loyalistes et des rebelles[modifier | modifier le code]

Le 7 août, des renforts de l'armée syrienne commencent à affluer selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)[70]. Le 9 août, des tirs d'artillerie et de roquettes s'abattent sur des positions rebelles et djihadistes près de Jisr al-Choghour[70]. Le même jour, des tracts appelant les rebelles à se soumettre et à accepter le processus de « réconciliation » sont également largués[70]. Le 10 août, de nouveaux bombardements à Orum al-Koubra, dans le gouvernorat d'Alep et dans deux villages du gouvernorat d'Idleb, causent la mort d'au moins 53 civils, dont 28 enfants, selon l'OSDH[71]. Le 12 août, un dépôt d'armes appartenant à un trafiquant travaillant pour Hayat Tahrir al-Cham explose dans la région d'Idleb, causant la mort de 69 personnes, dont 17 combattants djihadistes et 52 civils, pour la plupart des membres des familles des combattants de Hayat Tahrir al-Cham, parmi lesquels figurent 17 enfants selon l'OSDH[72]. Le 15 août, le quotidien pro-régime Al-Watan annonce l'envoi aux abords de la province des renforts les « plus importants depuis le début de la guerre »[4]. De leur côté, les rebelles se préparent à recevoir l'offensive : ils creusent des tranchées, érigent des fortifications et organisent des camps d'entraînement[4]. Le 31 août, le Front national de libération fait sauter deux ponts sur le fleuve Assi dans la plaine de Sahl al-Ghab, au sud de Jisr al-Choghour[73]. Le 22 août, Abou Mohammed al-Joulani, le chef d'Hayat Tahrir al-Cham, déclare qu'aucun accord de « réconciliation » ne sera accepté par son groupe à Idleb[74]. Il met également en garde les autres groupes rebelles qui accepteraient de capituler en affirmant que cela équivaudrait à une « trahison »[74]. En août, Hayat Tahrir al-Cham et le Front national de libération arrêtent notamment des dizaines de personnes soupçonnées de négociations avec des représentants de Damas en vue d'accords avec le régime[74].

Premières réactions internationales[modifier | modifier le code]

À plusieurs reprises au cours des mois d'août et septembre, la Russie et l'Iran réaffirment leur détermination de passer à l'offensive à Idleb[75],[76],[77],[78],[79],[80],[81]. Des voix s'élèvent cependant pour tenter de s'y opposer[82]. L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, appelle à plusieurs reprises à des pourparlers[83]. Le 2 septembre, le pape François évoque « les risques d'une possible catastrophe humanitaire » en Syrie[84]. Le 10 septembre, Mark Lowcock (en), le secrétaire général adjoint du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), déclare que la bataille d'Idleb pourrait être « la pire catastrophe humanitaire du XXIe siècle »[85].

Outre la Turquie, les États-Unis[86] et la France[87] annoncent également désapprouver une offensive du régime syrien et de ses alliés contre Idleb. Le 3 septembre, le président américain Donald Trump écrit sur Twitter : « Le président de la Syrie Bachar al-Assad ne doit pas attaquer imprudemment la province d'Idlib. Les Russes et les Iraniens feraient une grave erreur humanitaire en prenant part à cette tragédie humaine potentielle. Des centaines de milliers de personnes pourraient être tuées. Ne laissons pas cela arriver »[88],[89]. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian évoque aussi le risque d'une catastrophe humanitaire pire encore que celle d'Alep et affirme également redouter une dispersion des djihadistes en cas d'assaut qui pourrait menacer la sécurité de l'Europe[16],[90]. Mais les protestations et les mises en garde des Occidentaux apparaissent comme étant surtout symboliques[91],[92],[93]. Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ne menacent d'intervenir qu'en cas de nouvelles utilisations d'armes chimiques par le régime syrien[11],[14],[94],[95]. En réponse, la Russie accuse en août Hayat Tahrir al-Cham de préparer une attaque chimique au chlore avec l'aide des services secrets britanniques en vue d'accuser le gouvernement syrien[96]. Puis en septembre, Moscou accuse cette fois Hayat Tahrir al-Cham et les Casques blancs de préparer une « mise en scène » d'une fausse attaque chimique à Jisr al-Choghour sous les caméras d'« équipes de télévision de plusieurs chaînes moyen-orientales », ainsi que de la « branche régionale d'une importante chaîne américaine d'informations »[97],[98],[29],[99]. Le 6 septembre, les États-Unis affirment pour leur part avoir de « nombreuses preuves » montrant que le régime syrien prépare des armes chimiques en prévision de l'offensive[100].

Tractations entre la Turquie, la Russie et l'Iran[modifier | modifier le code]

Le 4 septembre, après une pause de 22 jours, les frappes aériennes russes reprennent dans la province d'Idleb : au moins 13 civils sont tués selon l'OSDH, dont six enfants[75],[101],[66]. D'autres frappes ont encore lieu les 5 et 6 septembre[102],[103]. Un centre de Casques blancs est notamment mis hors service après avoir subi des tirs de roquettes et une frappe aérienne russe selon l'OSDH[103]. Des centaines de civils commencent alors à fuir vers le nord de la province[103].

Les présidents Vladimir Poutine, Hassan Rohani et Recep Tayyip Erdoğan, lors du sommet de Téhéran, le 7 septembre 2018.

Le 7 septembre 2018, le président russe Vladimir Poutine, le président turc Recep Tayyip Erdoğan et le président iranien Hassan Rohani se rencontrent à Téhéran pour discuter du sort d'Idleb[104],[15],[1],[69]. Cependant le sommet s'achève sans que les dirigeants ne parviennent à obtenir une position commune[104],[15],[1],[63]. Vladimir Poutine maintient son soutien à Damas en affirmant que « Le gouvernement syrien a le droit de prendre sous son contrôle la totalité de son territoire national, et doit le faire »[15],[1]. Hassan Rohani déclare également que « Combattre le terrorisme à Idleb est une partie inévitable de la mission consistant à ramener la paix et la stabilité en Syrie » en soulignant cependant que « ce combat ne doit pas faire souffrir les civils ou entraîner une politique de la terre brûlée »[1],[104]. Recep Tayyip Erdoğan plaide pour sa part pour un accord de « cessez-le-feu » en affirmant qu'une offensive à Idleb « résulterait en une catastrophe, un massacre et un drame humanitaire »[15],[1]. Le même jour, des centaines d'habitants manifestent à Idleb, Khan Cheikhoun, Jisr al-Choghour et d'autres localités en brandissant des drapeaux de la révolution syrienne pour dénoncer le sommet de Téhéran et appeler la Turquie à empêcher l'offensive[105]. Certains rassemblements sont cependant dispersés par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham[106]. Plus tard dans la journée, une réunion convoquée par les États-Unis se tient au Conseil de sécurité des Nations unies[1],[104]. L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, propose alors d'instaurer des « couloirs humanitaires » pour les civils, mais aussi d'imposer un « ultimatum » aux combattants à quitter les zones peuplées[15],[1]. Cependant cette dernière proposition, jugée irréaliste, est accueillie avec scepticisme par les diplomates[15],[1].

Le 8 septembre, les environs de Khan Cheikhoun, Latamné et al-Tamania, dans le sud et le sud-est de la province d'Idleb, sont bombardés par les forces loyalistes syriennes et les Russes[107],[108]. Selon l'OSDH, il s'agit des raids « les plus intenses » depuis les bombardements du 10 août[107]. En plus des frappes aériennes de l'aviation et des tirs d'artillerie, des hélicoptères de l'armée syrienne larguent une cinquantaine de barils d'explosifs[107]. Le 9 septembre, une quarantaine de barils explosifs sont encore largués par des hélicoptères au-dessus du village de Hbit, provoquant la mort d'un enfant selon l'OSDH, tandis que dix frappes aériennes sont menées à Latamné[109]. Du 1er au 12 septembre, ces bombardements font au moins 38 500 déplacés selon l'OCHA[110]. Le 13 septembre, une attaque est menée par les Forces du Tigre près de Latamné, au nord de Hama, ces combats font des morts des deux côtés, dont Khalid al-Tinawi, dit Abou Omar al-Dimashqi, un chef rebelle de Faylaq al-Rahmane[111],[112],[113]. Cependant les bombardements baissent en intensité mi-septembre[114].

Après le sommet de Téhéran, la Turquie intensifie de son côté ses livraisons d'armes aux rebelles, notamment des lance-roquettes multiples GRAD[115],[116],[18]. L'armée turque envoie également des renforts et des armes lourdes dans ses douze postes d'observation établis autour d'Idleb[115],[116],[117].

Le 14 septembre, des milliers d'habitants manifestent pour s'opposer à l'offensive du régime[106]. Des rassemblement ont lieu à Idleb et dans plusieurs autres villes du gouvernorat[106]. Les drapeaux de la révolution syrienne et parfois de la Turquie sont brandis par les protestataires[106]. Cette fois, les djihadistes d'Hayat Tahrir al-Cham n'interviennent pas[106],[18].

Face à l'impasse des précédentes négociations, une nouvelle rencontre est organisée entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan à Sotchi, le 17 septembre[114],[118],[18]. À l'issue des discussions, la Russie et la Turquie annoncent avoir conclu un accord pour instaurer une « zone démilitarisée » à Idleb[114],[118],[18],[17],[119],[120]. Selon l'accord, cette zone, large de 15 à 20 kilomètres, doit séparer les loyalistes et les rebelles et être contrôlée par les forces turques et la police militaire russe[114]. Toutes les armes lourdes des rebelles — chars, canons, lance-roquettes et mortiers — doivent en être retirées avant le 10 octobre[121],[17],[122],[123]. Tous les combattants djihadistes doivent ensuite se retirer de la zone démilitarisée avant le 15 octobre[121],[124]. La Russie annonce alors qu'aucune offensive ne sera lancée sur Idleb[114],[118],[18]. L'accord est salué le 18 septembre par le secrétaire général des Nations unies António Guterres, ainsi que par Staffan de Mistura l'émissaire de l'ONU pour la Syrie[125]. Il est aussi salué par l'Iran[126],[119], par plusieurs responsables de l'opposition syrienne, ainsi que par le régime syrien, qui pourtant promet de poursuivre sa « guerre contre le terrorisme » pour « libérer » chaque mètre carré du territoire national[127]. Des milliers de civils déplacés par les bombardements commencent alors à rentrer chez eux[128].

Cependant l'accord apparaît difficile à faire appliquer pour la Turquie[124]. Selon l'OSDH, Hayat Tahrir al-Cham et d'autres groupes djihadistes contrôlent près de 70% de la zone démilitarisée envisagée[124]. Hayat Tahrir al-Cham ne répond pas officiellement à l'accord russo-turc, se déclarant seulement sceptique, via son organe de propagande Ebaa, quant aux intentions de la Turquie[124],[129]. Cependant plusieurs chefs du mouvement affichent ouvertement leur hostilité à l'accord et leur refus d'en respecter les termes[130],[17],[131]. Le 22 septembre, les djihadistes de Tanzim Hurras ad-Din, affiliés à al-Qaïda, annoncent également qu'ils rejettent l'accord, qu'ils qualifient de « conspiration »[124],[130],[132]. Le Front national de libération annonce pour sa part accepter l'accord en déclarant le 22 septembre dans un communiqué qu'il « coopérerait pleinement avec son allié turc pour aider au succès des efforts visant à épargner aux civils les souffrances de la guerre », mais il affiche aussi sa prudence en déclarant redouter « une possible trahison de la part des Russes, du régime ou des Iraniens »[124],[132]. Le 29 septembre, Jaych al-Ezzah déclare également rejeter l'accord et demande dans un communiqué à ce que la zone démilitarisée soit située à parts égales sur les territoires contrôlés par le régime et ceux sous domination rebelle[133].

Pour sa part, le président syrien Bachar el-Assad déclare le 7 octobre lors d'une réunion du comité central du Parti Baas, citée par l'agence de presse d'État SANA, que l'« accord est une mesure temporaire. [...] Cette province et d'autres territoires qui sont encore sous le contrôle de terroristes reviendront à l'État syrien »[134].

En octobre, quatre groupes djihadistes proches d'al-Qaïda : Tanzim Hurras ad-Din, Ansar al-Tawhid, le Front Ansar Dine et Ansar al-Islam, forment une nouvelle coalition appelée Wa Harid al-Mumimin et annonce rejeter l'accord russo-turc de Sotchi[135].

Tentative d'application de l'accord russo-turc[modifier | modifier le code]

En septembre, des manifestations contre le régime, et parfois aussi contre Hayat Tahrir al-Cham, se poursuivent chaque vendredi dans la région d'Idleb[136],[137].

Le 25 septembre, l'armée turque dépêche de nouveaux renforts dans la région d'Idleb[138]. Puis le 3 octobre, un nouveau convoi de 40 véhicules vient encore renforcer les postes d'observation[139]. Le nombre de soldats turcs présents dans la région d'Idleb passe alors à 3 000[25].

Le 30 septembre, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) annonce que certaines unités de Faylaq al-Cham, un groupe du Front national de libération, ont commencé leur retrait de la future zone démilitarisée, dans les localités de Khalsa, Rachidine et Al-Mansoura, avec leurs chars et leurs armes lourdes[140],[141],[142]. Cependant ces affirmations sont démenties le même jour par Seif al-Raad, le porte-parole de Faylaq al-Cham et par Naji Moustafa, le porte-parole du Front national de libération,[141],[142]. Les 29 et 30 septembre, des combats ont également lieu entre l'armée syrienne et Jaych al-Ezzah dans nord du gouvernorat de Hama, ainsi qu'entre des loyalistes et des djihadistes dans l'est du gouvernorat de Lattaquié[141].

Le 30 septembre, le Front national de libération déclare également qu'il s'oppose à un déploiement de forces russes dans la zone démilitarisée, affirmant en avoir discuté lors d'une « longue réunion » avec son « allié turc »[143].

De son côté, la Turquie continue de faire activement pression sur Hayat Tahrir al-Cham afin de pousser le groupe à respecter les termes de l'accord, à évacuer ses troupes de la future zone démilitarisée, voire à se dissoudre dans le Front national de libération[24]. Hayat Tahrir al-Cham est cependant tiraillé entre une aile pragmatique, cherchant à éviter une confrontation avec la Turquie, et une aile plus radicale[24],[144],[25]. La Turquie essaye également de ne pas rentrer dans une confrontation directe avec Hayat Tahrir al-Cham, qui serait difficile et coûteuse[145].

Le 5 octobre, des combats éclatent à Kafr Halab, dans l'ouest du gouvernorat d'Alep, entre Hayat Tahir al-Cham et le Harakat Nour al-Din al-Zenki, un groupe affilié au Front national de libération[146]. Selon l'OSDH, les djihadistes s'emparent de Kafr Halab et d'une autre ville ; au moins trois civils, dont deux enfants, trois combattants d'HTC et trois combattants du FNL sont tués dans les combats[146],[147],[148]. En revanche, dans le gouvernorat de Lattaquié, les hommes de Hayat Tahrir al-Cham empêchent ceux de Tanzim Hurras ad-Din de mener une attaque contre des positions du régime[25].

Le 6 octobre, le Front national de libération annonce qu'il débute le retrait de ses armes lourdes de la zone démilitarisée[148],[149],[150],[151]. Le 8 octobre, l'agence Anadolu annonce la fin des opérations de retrait[152]. Le même jour, l'OSDH affirme que Hayat Tahrir al-Cham et d'autres groupes djihadistes, dont Tanzim Hurras ad-Din, ont également retiré depuis deux jours leurs armes lourdes de « larges pans » de la future zone démilitarisée[153],[154],[144]. Ces derniers ne font cependant aucune annonce officielle[153],[154],[144]. Le 10 octobre, la Turquie annonce que le retrait des armes lourdes de la future zone démilitarisée est achevé[155],[144],[156]. L'OSDH affirme pour sa part que la zone tampon a été presque vidée de toutes les armes lourdes, à l'exception du nord du gouvernorat de Lattaquié, où selon l'ONG aucun mouvement de retrait n’a été observé[144].

Cependant l'application de la deuxième étape de l'accord s'avère plus délicate[121]. Les djihadistes ne montrent aucun signe de retrait[157],[121]. Le 12 octobre, des habitants de la future zone tampon reçoivent sur leurs portables des messages de l'armée les appelant à tenir leurs distances avec les insurgés : « Éloignez-vous des combattants. Leur sort est scellé. [...] Ne permettez pas aux terroristes de vous utiliser comme boucliers humains »[158]. Le soir du 13 octobre, des obus sont tirés par des djihadistes pro-al-Qaïda contre une positon militaire à Jourine, dans le nord du gouvernorat de Hama, tuant deux soldats[159],[160],[161]. Le 14 octobre, après plusieurs jours de silence, Hayat Tahrir al-Cham publie un communiqué ambigu dans lequel il affirme vouloir poursuivre « le djihad et le combat » pour défendre la « révolution bénie », mais il ne déclare pas clairement rejeter l'accord russo-turc et affirme, en référence à la Turquie, apprécier « les efforts de tous ceux qui luttent à l'intérieur et à l'extérieur de la Syrie pour (...) empêcher des massacres »[162],[163],[161],[164],[25]. Le 15 octobre, les djihadistes occupent toujours la zone démilitarisée qu'ils étaient censés devoir évacuer avant cette date[163],[165],[164].

La Russie, la Turquie et le régime syrien acceptent un délai supplémentaire[163],[164],[166],[167]. Walid al-Mouallem, le ministre syrien des Affaires étrangères, déclare le 15 octobre que le gouvernement a besoin de « temps » pour vérifier la mise en œuvre de l'accord[163],[168]. Le 16 octobre, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, déclare : « Selon les informations que nous recevons de nos militaires, l’accord est mis en œuvre et l’armée est satisfaite de la façon dont la Turquie travaille »[169].

Violations du cessez-le-feu de octobre 2018 à avril 2019[modifier | modifier le code]

Des incidents ont cependant lieu dans la poche d'Idleb. Le soir du 24 octobre, une petite fille est tuée dans le village de Kafr Hamra, à l'ouest d'Alep, par des tirs d'artillerie loyalistes, tandis que des roquettes tirées par des rebelles ou des djihadistes s'abattent dans des quartiers d'Alep, faisant dix blessés[170]. Le 26 octobre, au moins sept civils, dont trois enfants, sont tués par un bombardement du régime dans le village d'al-Rifa selon l'OSDH[171]. Le 30 octobre, un accrochage entre rebelles a également lieu à Kafr Hamra, dans l'ouest du gouvernorat d'Alep, faisant treize morts, dont sept djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham selon l'OSDH[172],[173],[174]. Le 1er novembre, au moins quatre combattants du régime syrien et un homme de Hayat Tahrir al-Cham sont tués dans une attaque des djihadistes près de l'aéroport d'Abou Douhour, à l'est du gouvernorat d'Idleb[175],[176]. Le 2 novembre, l'artillerie loyaliste bombarde le village de Jarjanaz, au sud-est d'Idleb, tuant au moins huit personnes, parmi lesquels figurent cinq civils dont un enfant[177]. Le 9 novembre avant l'aube, les forces du régime lancent un assaut contre une position de Jaych al-Ezzah dans le nord du gouvernorat de Hama et tuent au moins 22 rebelles, contre quatre tués dans leurs rangs[178],[179]. Le même jour dans la soirée, Hayat Tahrir al-Cham attaque à son tour une position loyaliste dans le nord-ouest du gouvernorat de Hama ; le combat fait huit morts dans les rangs du régime contre deux tués pour les djihadistes[180]. Le 16 novembre, au moins 22 combattants loyalistes sont tués à Sarmaniyé (en), au nord-ouest du gouvernorat de Hama, dans une attaque menée par Tanzim Hurras ad-Din et d'autres groupes djihadistes[181]. Le 24 novembre, au moins neuf civils, dont sept enfants, sont tués par des tirs d'artillerie loyalistes contre le village de Jarjanaz, dans le gouvernorat d'Idleb[182].

Le soir du 24 novembre, des dizaines de personnes souffrant de suffocation sont hospitalisée à Alep[183],[184],[185]. Le régime syrien accuse alors les rebelles d'avoir tiré des roquettes contenant du gaz de chlore sur le quartier d'al-Khalidiya et la rue du Nil, dans l'ouest d'Alep[183],[184],[185]. L'agence Sana fait état de 107 cas d'hospitalisation pour suffocation, l'OSDH recense 94 cas de suffocation, dont la majorité quitte rapidement l'hôpital, et le ministère russe de la Défense évoque 46 blessés, dont huit enfants[183],[184],[185]. Les rebelles du Front national de libération (FNL), qui contrôlent l'ouest du gouvernorat d'Alep, démentent quant à eux avoir tiré des projectiles, chimiques ou non, contre la ville d'Alep[183],[186],[185]. Naji Mustafa, leur porte-parole, estime que le régime a pu avoir bombardé lui-même ses propres quartiers[185]. Nasser al-Hariri, le président du Comité de négociation, accuse également le régime de fabriquer un « prétexte » pour relancer une offensive militaire dans le Nord[186]. Hayat Tahrir al-Cham ne fait de son côté aucune réaction[185]. Le 25 novembre, la Russie mène des frappes aériennes contre des positions rebelles pour la première fois depuis la conclusion de l'accord de Sotchi, deux mois auparavant[183],[184],[186],[185],[187]. La Russie affirme avoir ciblé Hayat Tahrir al-Cham, qu'elle accuse d'être à l'origine de l'attaque[185]. Cependant le FNL déclare que les frappes ont eu lieu dans le secteur d'al-Rachidine, qui est contrôlé par ses troupes et où Hayat Tahrir al-Cham n'est pas présent[185]. Le 7 décembre, les États-Unis affirment que l'attaque du 24 novembre a été commise par l'armée syrienne qui a utilisé des gaz lacrymogènes pour faire croire à une attaque au chlore de la part des rebelles en vue de saper le cessez-le-feu dans la région d'Idleb[188].

Le 1er décembre, lors du Sommet du G20, Vladimir Poutine demande à Recep Tayyip Erdoğan de prendre des « mesures plus énergiques » à Idleb[189].

Article détaillé : Combats de la poche d'Idleb (2019).

Le , des affrontements éclatent subitement dans le gouvernorat d'Idleb et l'ouest du gouvernorat d'Alep entre Hayat Tahrir al-Cham et le Front national de libération[190]. En quelques jours, les rebelles pro-turcs sont complètement battus dans l'ouest du gouvernorat d'Alep qui passe entièrement aux mains des djihadistes[191]. La Turquie ne réagit pas[192]. Le 10 janvier, un accord de trêve est conclu et les factions du FNL acceptent que le gouvernorat d'Idleb passe sous l'administration du gouvernement de salut syrien[193],[192]. De fait, la poche d'Idleb passe presque entièrement sous le contrôle de Hayat Tahrir al-Cham et de groupes djihadistes alliés[193],[192].

Le 28 janvier, les rebelles du FNL quittent Maarat al-Nouman et abandonnent la ville à Hayat Tahrir al-Cham[194]. Le lendemain, au moins onze personnes, dont neuf civils, sont tués par des tirs d'artillerie et des tirs de missile loyalistes effectués contre cette ville[194]. Les 15 et 16 février, des centaines de missiles sont tirés par l'armée syrienne sur le gouvernorat d'Idleb, principalement à Maarat al-Nouman et à Khan Cheikhoun, tuant au moins 18 civils, dont huit enfants[195]. Le 18 février, un attentat dans la ville d'Idleb fait au moins 24 morts[196]. Entre le 24 et le 26, des attaques sont menées par des groupes djihadistes sur divers points de la poche d'Idleb, causant la mort d'au moins 20 loyalistes et 9 djihadistes selon l'OSDH[197]. Le 3 mars, le groupe djihadiste Ansar al-Tawhid attaque deux positions loyalistes dans le village d'al-Massassna, au nord du gouvernorat de Hama : 27 combattants du régime et 6 assaillants sont tués selon l'OSDH[198],[199],[200],[201],[135]. Hamza al-Chichani, le commandant adjoint et émir militaire d'Ajnad al-Kavkaz, figure également parmi les morts[135].

Le 14 février, les présidents Poutine, Rohani et Erdoğan se réunissent de nouveau à Sotchi[202]. Ils saluent ensemble l'annonce du retrait américain faite par Donald Trump[203]. Cependant le président russe exhorte la Turquie à lancer une offensive contre Hayat Tahrir al-Cham, qui contrôle désormais presque tout le gouvernorat d'Idleb[202]. Il encourage également Ankara à renouer avec Damas en rétablissant le traité de sécurité de 1998 et à accepter le déploiement de l'armée syrienne aux frontières tenues par les Kurdes[202]. Mais la Turquie déclare qu'elle ne veut déployer que son armée dans la zone de sécurité du nord-est de la Syrie[204].

En mars 2019, le régime syrien intensifie ses frappes aériennes et ses tirs d'artillerie le long de l'autoroute M5, qui relie Damas à Alep via le gouvernorat d'Idleb[205]. Le 13 mars l'aviation russe mène des frappes dans la région d'Idleb pour la première fois depuis la conclusion de l'accord de Sotchi[206],[207]. Des dizaines de raids sont menés sur plusieurs points, notamment contre les villes d'Idleb et de Saraqeb[206]. Selon l'OSDH, au moins 13 civils sont tués, dont six enfants, et une soixantaine sont blessés[206]. Selon Amnesty International, pendant le mois de mars « un hôpital, une banque de sang et des installations médicales, ainsi qu’une boulangerie et une école » sont frappés à Saraqeb, Cheikh Idriss, Talmans et Khan Cheikhoun[205],[208]. Le 3 avril, l'aviation russe bombarde la région de Jabal al-Zawiya après des tirs d'artillerie de Hayat Tahrir al-Cham sur deux villages du gouvernorat de Hama[209]. Selon l'OSDH, au moins 22 civils, dont douze à Kafranbel, sont tués les 3 et 4 avril par des bombardements du régime[210]. Au cours du mois d'avril plus de 32 500 personnes quittent leur foyers à cause des bombardements et se déplacent vers la frontière turque[211].

Le 20 avril, un groupe djihadiste, l'Armée Abou Bakr al-Siddiq, affilié à Hayat Tahrir al-Cham, attaque des positions du régime sur les limites occidentales de la ville d'Alep[212]. Au moins 13 loyalistes et huit assaillants sont tués dans ce combat selon l'OSDH[212]. Le 25 avril, des roquettes s'abattent sur la base aérienne de Hmeimim[213]. Le 26 avril, l'aviation russe et l'artillerie syrienne mènent plusieurs bombardements dans les régions d'Idleb et Hama[214] ; selon l'OSDH au moins dix civils sont tués par les avions russes à Kafranbel et Tal Hawach[215]. Le 27 avril, des hommes de Hayat Tahrir al-Cham et de Tanzim Hurras ad-Din attaquent des positions du régime à Zammar et Khan Touman, au sud-ouest d'Alep, tuant au moins 22 combattants loyalistes contre huit morts dans leurs rangs[216],[217]. Le 4 mai, un obus loyaliste s'abat sur un poste d'observation turc et blesse deux à quatre soldats[218],[219].

Offensive loyaliste en mai 2019 : échec de l'accord[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Offensive d'Idleb.

Début mai, les frappes aériennes russes et loyalistes s'intensifient[220],[221]. Selon l'OSDH, ces frappes tuent au moins 12 civils le 3 mai[222], puis neuf autres le 4, dont un membre des Casques blancs[223]. Le 5 mai, trois hôpitaux sont bombardés à Kafranbel, Hass et Kafr Zita[224]. Les deux premiers sont mis hors de service et au moins huit civils sont tués[224].

Le 6 mai, les armées syrienne et russe lancent une offensive au sud de l'enclave d'Idleb[225]. Cependant, les djihadistes et les rebelles de Hayat Tahrir al-Cham et du Front national de libération opposent une forte résistance et l'offensive du régime piétine[226]. En deux mois, les deux camps déplorent chacun près d'un millier de morts, plus de 600 civils sont tués dans des raids aériens et les loyalistes ne reprennent qu'une poignée de villages[226].

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, entre le et le , les violences ponctuelles entre loyalistes et rebelles font au moins 946 morts, dont[3] :

  • 286 soldats et miliciens loyalistes tués[3]
  • 207 rebelles tués, dont 96 djihadistes et 23 hommes de Jaych al-Ezzah[3]
  • 453 civils, dont 104 femmes et 127 enfants, tués par les bombardements du régime[3]
  • 32 civils, dont 5 femmes et 6 enfants, tués par des tirs d'artillerie rebelles[3]

Selon l'ONU, au moins 200 civils sont tués dans la région d'Idleb de février à fin avril 2019 et près de 140 000 personnes ont été déplacées par les violences au cours de la même période[211].

Selon le Réseau syrien des droits de l'homme (SNHR), au moins 701 civils, dont 131 femmes et 201 enfants, sont tués par les bombardements du régime et de la Russie entre le 17 septembre 2018 et le 24 mai 2019[227].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Reportages[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

Cartographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Yohan Blavignat, « Syrie : constat de divergences entre Iran, Russie et Turquie sur Idlib », sur Le Figaro, .
  2. a b c d e f g h i j et k Fabrice Balanche, Comprendre la bataille d'Idlib, Le Figaro, 10 septembre 2018.
  3. a b c d e f g et h In a final toll of the 8th day of the fiercest escalation ever…more than 1000 airstrikes and rocket and artillery shells targeted the dilapidated truce areas and the factions target Nayrab Military Airbase by Grad rockets, OSDH, 8 mai 2019.
  4. a b c d e f g h i et j A Idleb, une offensive du régime syrien sera limitée selon les experts, AFP, 18 août 2018.
  5. a et b Cécile De Sèze, Syrie : que se passe-t-il à Idleb, dernier bastion rebelle ?, RTL, 7 septembre 2018.
  6. Qui est Hayat Tahrir al-Cham, dans le viseur du régime à Idleb ?, OLJ avec AFP, 2 septembre 2018.
  7. a b c d e f et g Georges Malbrunot, Idlib : comment éliminer les djihadistes sans que les civils soient massacrés ?, Le Figaro, 10 septembre 2018.
  8. Burak Karacaoglu, Esref Musa, 11 Syrian opposition groups form new front in Idlib, Agence Anadolu, 28 mai 2018.
  9. Syrie: nouvelle coalition de rebelles à Idleb, dans le viseur du régime, AFP, 1er août 2018.
  10. La Syrie en une journée : le 7 juin 2018, Syrie News, 7 juin 2018.
  11. a b c d e f g h et i Luc Mathieu et Hala Kodmani, Veillée d’armes et pourparlers autour d’Idlib, Libération, 6 septembre 2018.
  12. a b c et d Maya Gebeily, Question de vie ou de mort pour les jihadistes étrangers à Idleb, AFP, 11 septembre 2018.
  13. A la veille d'un assaut russo-syrien à Idleb : L'avenir du groupe d'Omar Omsen en question, Dakaractu, 13 septembre 2018.
  14. a b et c [vidéo] Syrie : Idelb, un objectif commun pour Washington, Moscou, Ankara et Téhéran, France 24, 5 septembre 2018.
  15. a b c d e f g h et i Allan Kaval et Marie Bourreau, Syrie : après l’échec à Téhéran, compte à rebours pour Idlib, Le Monde, 7 septembre 2018.
  16. a et b Yohan Blavignat, Syrie : Le Drian juge que l'assaut sur Idlib menacerait la sécurité de l'Europe, Le Figaro avec AFP, 11 septembre 2018.
  17. a b c et d Georges Malbrunot, Syrie : les incertitudes de l'accord Poutine-Erdogan sur Idlib, Le Figaro, 18 septembre 2018.
  18. a b c d e et f Pierre Alonso , Luc Mathieu et Veronika Dorman, Poutine et Erdogan jouent la désescalade en Syrie, Libération, 17 septembre 2018.
  19. a et b Marc Daou, Syrie : le sort de la province rebelle d'Idleb entre les mains de Damas, Moscou et Ankara, France 24 avec AFP, 30 août 2018.
  20. a b c d e f g et h David Nassar La Russie se montre conciliante pour ne compromettre aucun objectif à Idleb, OLJ, 30 août 2018.
  21. a et b Les enjeux de la bataille d'Idlib, ultime bastion rebelle de Syrie, Le Figaro, 5 juillet 2018.
  22. Julie Kebbi, La bataille d’Idleb se rapproche de plus en plus, OLJ, 3 septembre 2018.
  23. The Turkestani Party the friend of Jabhat al-Nusra…7000 fighters came to Syria with facilities by the Turkish authorities, known for their fierceness, crowded out the Syrians with their livelihoods and seized a lot of them, OSDH, 8 octobre 2018.
  24. a b et c Marie Jégo, Benjamin Barthe et Madjid Zerrouky, A Idlib, la Turquie s’emploie à neutraliser les groupes djihadistes, Le Monde, 4 octobre 2018.
  25. a b c d e et f Luc Mathieu,A Idlib, «les plus chanceux n’ont perdu que leur maison», Libération, 14 octobre 2018.
  26. a et b Les rebelles syriens créent une Armée nationale avec la Turquie, Reuters, 12 août 2018.
  27. a et b Leith Aboufadel, Idlib offensive to have largest build-up of Syrian Army troops, full list of troops, Al-Masdars News, 16 août 2018.
  28. a b c d e et f Laure Stephan et Madjid Zerrouky, Syrie : derniers préparatifs avant la bataille d’Idlib, Le Monde, 28 août 2018.
  29. a b et c Idlib : la Russie prépare son opinion à une nouvelle bataille, Le Monde, 4 septembre 2018.
  30. a et b Paul Khalifeh et Jean-Didier Revoin, Syrie: dans la bataille annoncée d'Idleb, chaque camp fourbit ses armes, RFI, 31 août 2018.
  31. Paul Khalifeh, Syrie: Damas envoie un célèbre général sur le front d'Idleb, RFI, 20 octobre 2018.
  32. a b c d et e En Syrie, rapts et assassinats attisent la colère contre les insurgés d'Idleb, AFP, 21 août 2018.
  33. a et b Matteo Puxton, Exclu - Syrie : la guerre des ombres entre les groupes djihadistes à Idlib (1/4), France Soir, 13 août 2018.
  34. a et b Matteo Puxton, Syrie - A Idlib, la traque des djihadistes de l'État islamique par ceux d'Hayat Tahrir al-Cham (2/4), France Soir, 16 août 2018.
  35. a et b Matteo Puxton, Syrie - A Idlib, les assassinats ciblés de l'État islamique contre les djihadistes rivaux (3/4), France Soir, 21 août 2018.
  36. a et b Matteo Puxton, Syrie: Hayat Tahrir al-Cham disperse ses forces pour lutter contre l'État islamique (4/4), France Soir, 24 août 2018.
  37. a b c d e f g h i et j Juliette Rech, L’entente russo-turque face au casse-tête d’Idleb, OLJ, 4 août 2018.
  38. The assassination of a Tunisian commander in Hayyaat Tahrir Al-Sham in Idlib raises to 40, the number of the non-Syrian members who were assassinated by ISIS cells in about 25 weeks, OSDH, 14 octobre 2018.
  39. 5 months of security chaos in Idlib and its surrounding claim the lives of 320 Syrian and non-Syrian civilians and fighters of the factions and 80 of ISIS cells, OSDH, 27 septembre 2018.
  40. a et b Syrie: des centaines de jihadistes de l'EI transférés à Idleb par le régime, AFP, 24 septembre 2018.
  41. Caroline Hayek, Damas instille le poison à petites doses à Idleb, OLJ, 26 septembre 2018.
  42. a b c d et e Syrie: l'ONU craint jusqu'à 800.000 déplacés en cas d'offensive à Idleb, AFP, 29 août 2018.
  43. a et b Laure Stephan, Syrie : en attendant l’offensive, Idlib vit dans la peur, Le Monde, 4 septembre 2018.
  44. Syrie : la peur est « immense » à Idleb, qui craint un massacre, Le Point avec AFP, 8 septembre 2018.
  45. a b c d e f et g Scénario catastrophe pour les habitants d'Idleb en cas d'assaut du régime syrien, AFP, 31 août 2018.
  46. « Où iront désormais ceux qui sont à Idleb ? Il n’y a pas d’autre Idleb », OLJ, 1er septembre 2018.
  47. a b c d et e Delphine Minoui, Syrie : Idlib, le dernier acte de la reconquête pour Bachar el-Assad, Le Figaro, 22 août 2018.
  48. a b c d e et f Marie Jégo, De plus en plus isolé, Erdogan s’en remet à Poutine, Le Monde, 13 août 2018.
  49. a et b Guerre en Syrie : que contient l’accord d’Astana ?, Le Monde, 5 mai 2017.
  50. a et b Pourparlers de paix à Astana : création de zones sécurisées en Syrie, France 24, 4 mai 2017.
  51. a et b Syrie: comment doivent se mettre en place les "zones de désescalade"?, Le Parisien avec AFP, 5 mai 2017.
  52. Syrie: le régime et Moscou bombardent une "zone de désescalade", AFP, 19 septembre 2017.
  53. Benjamin Barthe et Marie Jégo, Syrie : acharnement contre les dernières zones rebelles, Le Monde, 6 février 2018.
  54. Syrie : Assad veut reprendre Idleb, menace de "liquider" les Casques blancs, Europe 1 avec AFP, 27 juillet 2018.
  55. a b c et d Syrie: pas de risque d'offensive d'ampleur à Idleb, assure Moscou, AFP, 31 juillet 2018.
  56. Le régime syrien a repris le contrôle des trois provinces méridionales, Le Figaro avec AFP, 2 août 2018.
  57. a b c et d Syrie: une offensive du régime contre Idleb, un chemin semé d'embûches, AFP, 2 août 2018.
  58. Syrie : Ankara s'efforce d'empêcher une attaque contre Idleb, selon Cavusoglu, AFP, 5 septembre 2018.
  59. a b c et d Élie Saïkali, Comment Ankara voit les préparatifs de l’offensive sur Idleb ?, OLJ, 5 septembre 2018.
  60. Marie Jégo, Syrie : opération turque à haut risque dans la région d’Idlib, Le Monde, 9 octobre 2017.
  61. Benjamin Barthe, En Syrie, les militaires turcs accueillis en sauveurs à Idlib, Le Monde, 14 octobre 2017.
  62. Benjamin Barthe, Laure Stephan, Cécile Hennion, Madjid Zerrouky et Allan Kaval, A Idlib, l’épilogue de l’insurrection syrienne, Le Monde, 14 septembre 2018.
  63. a et b Anthony Samrani, Idleb : Ankara échoue à modifier les plans russo-iraniens, OLJ, 8 septembre 2018.
  64. a et b Syrie : une "solution militaire" à Idleb causerait une "catastrophe", Europe 1 avec AFP, 24 août 2018.
  65. Turkey designates Syria's Tahrir al-Sham as terrorist group, Reuters, 31 août 2018.
  66. a et b Marc Semo, Syrie : reprise des bombardements russes à Idlib, où l’ONU appelle à « éviter un bain de sang », Le Monde, 7 septembre 2018.
  67. Syrie: Lavrov espère que personne ne va «entraver l'opération antiterroriste», Le Figaro avec AFP, 29 août 2018.
  68. Antoine Ajoury, La Russie et l’Iran, des alliés de plus en plus rivaux en Syrie, OLJ, 31 août 2018.
  69. a et b Anthony Samrani, Idleb : pourquoi l’issue de la bataille se joue avant tout en coulisses, OLJ, 6 septembre 2018.
  70. a b et c Bombardements du régime et appel à la reddition à Idleb, AFP, 9 août 2018.
  71. Syrie: les raids dans le nord ont tué 53 civils dont 28 enfants, selon un nouveau bilan de l'OSDH, AFP, 11 août 2018.
  72. Syrie: : l'explosion d'un dépôt d'armes fait des dizaines de morts près d'Idleb, France 24 avec AFP, 13 août 2018.
  73. Syrie: les rebelles consolident leurs positions en prévision d'un assaut, AFP, 31 août 2018.
  74. a b et c A Idleb, un chef jihadiste met en garde les rebelles contre des pourparlers avec Damas, OLJ avec AFP, 22 août 2018.
  75. a et b Idleb sous les bombardements russes, l'ONU craint un "bain de sang", OLJ avec AFP, 4 septembre 2018.
  76. L'armée syrienne "s'apprête à régler" le problème du "terrorisme" à Idleb, selon le Kremlin, AFP, 4 septembre 2018.
  77. Tony Gamal-Gabriel, Craintes accrues d'un "massacre" en cas d'assaut sur Idleb en Syrie, AFP, 5 septembre 2018.
  78. Paul Khalifeh, Syrie: le chef de la diplomatie iranienne soutient une offensive contre Idleb, RFI, 3 septembre 2018.
  79. Syrie: la Russie «tue et tuera les terroristes», à Idleb ou ailleurs, AFP, 6 septembre 2018.
  80. Les alliés d'Assad prônent le "nettoyage" d'Idleb, OLJ avec agences, 3 septembre 2018.
  81. La province d'Idleb, objectif du régime syrien depuis plusieurs mois, OLJ avec AFP, 5 septembre 2018.
  82. Craintes accrues d'un "massacre" en cas d'assaut sur Idleb en Syrie, AFP, 6 septembre 2018.
  83. Idleb: l'ONU exhorte Poutine et Erdogan à parler d'urgence pour éviter un "bain de sang", AFP, 4 septembre 2018.
  84. Syrie : le pape avertit sur le risque de "catastrophe humanitaire", Europe 1 avec AFP, 2 septembre 2018.
  85. Idleb pourrait devenir la "pire catastrophe humanitaire" du XXIe siècle selon l'ONU, AFP, 10 septembre 2018.
  86. Syrie: Washington accuse Moscou de "défendre l'assaut" syrien contre Idleb, AFP, 31 août 2018.
  87. Syrie: la France inquiète d'une offensive du régime à Idlib, L'Express avec AFP, 3 septembre 2018.
  88. Trump appelle la Syrie et ses alliés à ne pas mener d’offensive contre Idlib, Le Monde, 4 septembre 2018.
  89. Offensive à Idlib: Trump met en garde la Syrie et ses alliés, L'Express avec AFP, 4 septembre 2018.
  90. Idleb: Le Drian met en garde contre une "déflagration humanitaire", AFP, 6 septembre 2018.
  91. Valérie Leroux, Les Occidentaux impuissants face aux Russes à Idleb, AFP, 12 septembre 2018.
  92. Syrie: mises en garde symboliques de Washington, résigné à la victoire d'Assad, AFP, 1er septembre 2018.
  93. David Nassar, Idleb : les Occidentaux ne sont pas au cœur du jeu, OLJ, 5 septembre 2018.
  94. Washington réagira "très fortement" si Damas utilise des armes chimiques à Idleb, Europe 1 avec AFP, 22 août 2018.
  95. Armes chimiques : les États-Unis mettent à nouveau la Syrie en garde, Reuters, 10 septembre 2018.
  96. Syrie : Moscou accuse les rebelles de préparer une attaque chimique, Le Figaro avec AFP, 25 août 2018.
  97. Syrie: Moscou accuse les rebelles de «mettre en scène» une attaque chimique, AFP, 11 septembre 2018.
  98. Syrie: Moscou accuse les rebelles de «mettre en scène» une attaque chimique, Le Figaro avec AFP, 11 septembre 2018.
  99. Caroline Hayek, Dans la perspective de la bataille d'Idleb, la propagande russe se met en branle, OLJ, 14 septembre 2018.
  100. Syrie : Washington affirme avoir des preuves que le régime d'Assad prépare des armes chimiques avant d'attaquer d'Idleb, LCI, 7 septembre 2018.
  101. L'aviation russe pilonne à nouveau la province d'Idleb, selon l'OSDH, AFP, 4 septembre 2018.
  102. Idlib en Syrie. L’armée russe confirme avoir bombardé des « cibles terroristes », Ouest-France avec Reuters, 5 septembre 2018.
  103. a b et c Craignant un assaut du régime, des centaines de Syriens fuient Idleb, AFP, 6 septembre 2018.
  104. a b c et d Sommet de Téhéran : constat d'échec entre Iran, Russie et Turquie sur Idleb, France 24 avec AFP, 7 septembre 2018.
  105. Syrie: des manifestants à Idleb appellent Ankara à empêcher l'offensive du régime, AFP, 7 septembre 2018.
  106. a b c d et e Benjamin Barthe et Madjid Zerrouky, Syrie : manifestations de masse à Idlib avant l’offensive du régime Assad, Le Monde, 15 septembre 2018.
  107. a b et c Syrie: bombardements intensifs contre Idleb, après l'échec du sommet de Téhéran, AFP, 8 septembre 2018.
  108. Syrie: frappes russes contre Idleb, les plus "intenses" depuis un mois, AFP, 8 septembre 2018.
  109. Reprise des bombardements russes sur Idleb, OLJ avec AFP, 10 septembre 2018.
  110. Près de 40 000 déplacés en septembre en raison des hostilités à Idleb, OLJ avec AFP, 13 septembre 2018.
  111. Paul Khalifeh, Syrie: opérations préliminaires avant l'offensive générale à Idleb, RFI, 13 septembre 2018.
  112. Zen Adra, Notorious jihadist who had been evacuated from Damascus killed in northern Hama, Al-Masdars News, 13 septembre 2018.
  113. Josko Baric, Syrian War Daily – 13th of September 2018.
  114. a b c d et e Syrie: Poutine et Erdogan se mettent d'accord sur une "zone démilitarisée" à Idleb, AFP, 17 septembre 2018.
  115. a et b Ankara intensifie ses livraisons d’armes aux rebelles d’Idleb, OLJ avec agences, 13 septembre 2018.
  116. a et b Marie Jégo, La Turquie accroît sa présence dans le nord de la Syrie avant l’offensive annoncée du régime Assad, Le Monde, 15 septembre 2018.
  117. Ezzedine Saïd, Des désaccords entre Ankara et Moscou offrent un sursis à Idleb, AFP, 15 septembre 2018.
  118. a b et c Syrie : accord entre la Russie et la Turquie pour créer une zone démilitarisée à Idlib, Le Monde, 17 septembre 2018.
  119. a et b Louis Imbert, Marie Jégo et Benjamin Barthe, Syrie : l’accord russo-turc de Sotchi offre un répit aux rebelles d’Idlib, Le Monde, 18 septembre 2018.
  120. Syrie: une zone démilitarisée sous contrôle de la Russie et de la Turquie à Idleb, RFI, 18 septembre 2018.
  121. a b c et d Syrie : à la veille d'une échéance clé, pas de retrait des jihadistes d'une zone tampon, AFP, 14 octobre 2018.
  122. Luc Mathieu,Syrie : une victoire précaire pour l’opposition, Libération, 18 septembre 2018.
  123. Accord d’Idleb: une solution capitale, mais temporaire, AFP, 18 septembre 2018.
  124. a b c d e et f A Idleb, Ankara va devoir imposer l'accord turco-russe aux jihadistes, AFP, 24 septembre 2018.
  125. Le chef de l'ONU salue l'accord russo-turc sur Idlib, Le Figaro avec AFP, 18 septembre 2018.
  126. Syrie: l'Iran salue l'accord turco-russe pour éviter un assaut sur Idleb, AFP, 18 septembre 2018.
  127. Tom Perry et Ellen Francis, L'opposition syrienne salue l'accord russo-turc, Damas reste offensif, Reuters, 18 septembre 2018.
  128. Des milliers de Syriens déplacés par les combats à Idleb rentrent après l'accord russo-turc, OLJ avec AFP, 19 septembre 2018.
  129. Georges Malbrunot, La pression redouble sur les djihadistes d'Idlib, Le Figaro, 28 septembre 2018.
  130. a et b Paul Khalifeh, Accord russo-turc sur Idleb: pas d'adhésion unanime des jihadistes, RFI, 23 septembre 2018.
  131. Georges Malbrunot, Syrie: le communiqué des djihadistes de HTS rejetant l'accord russo-turc d'Idleb. Pas de retrait de leurs positions ni remise des armes lourdes dans la future zone démilitarisée russo-turque., Twitter, 18 septembre 2018.
  132. a et b Syrie/Accord sur Idleb: accueil prudent chez les rebelles, rejet des jihadistes, AFP, 23 septembre 2018.
  133. Syrie: un groupe rebelle rejette l'accord russo-turc sur Idleb, AFP, 29 septembre 2018.
  134. Syrie: l'accord d'Idleb "temporaire", la Syrie reprendra la zone, selon Assad, AFP, 8 octobre 2018.
  135. a b et c Matteo Puxton, Syrie: Ansar al-Tawhid, l'autre groupe djihadiste affilié à al-Qaïda, France Soir, 5 avril 2019.
  136. Syrie: manifestations à Idleb pour la libération de détenus aux mains du régime, AFP, 28 septembre 2018.
  137. Caroline Hayek, « Nous à Idleb, on ne veut ni du régime ni de Hay'at Tahrir el-Cham », OLJ, 29 septembre 2018.
  138. La Turquie envoie des renforts à Idleb, AFP, 25 septembre 2018.
  139. Syrie: un nouveau convoi militaire turc pénètre dans une zone rebelle, AFP, 3 octobre 2018.
  140. Accord russo-turc: début du retrait d'un premier groupe rebelle dans le nord syrien, AFP, 30 septembre 2018.
  141. a b et c Syrie: des rebelles nient tout retrait d'armes lourdes dans le nord, AFP, 30 septembre 2018.
  142. a et b Syrie : incertitudes sur le premier retrait d’un groupe rebelle après l’accord russo-turc, Le Monde, 30 septembre 2018.
  143. Syrie: des rebelles rejettent la présence russe dans une zone démilitarisée, AFP, 1er octobre 2018.
  144. a b c d et e Caroline Hayek, Ankara remporte le premier round à Idleb, OLJ, 10 octobre 2018.
  145. [vidéo] Syrie : "les jihadistes de HTS ont progressivement pris le contrôle d'Idleb", France 24, 10 janvier 2019.
  146. a et b Syrie: combats entre jihadistes et rebelles près d'une future zone "démilitarisée", AFP, 5 octobre 2018.
  147. After fighting for 36 hours between Hayyaat Tahrir Al-Sham against the National Liberation Front near the “demilitarized zone”…an agreement between the both parties brings the calm back to the area after the death of 10 persons, OSDH, 6 octobre 2018.
  148. a et b Des rebelles d'Idleb retirent leurs armes lourdes de la zone tampon, OLJ avec AFP, 7 octobre 2018.
  149. Idleb : les rebelles entament leur retrait d'une zone tampon, Reuters, 6 octobre 2018.
  150. Syrie/Idleb: le retrait des armes lourdes va durer "plusieurs jours", affirment les rebelles, AFP, 7 octobre 2018.
  151. Près d'Idleb, les rebelles retirent leurs armes lourdes mais restent mobilisés, France 24 avec AFP, 8 octobre 2018.
  152. [www.lorientlejour.com/article/1137875/syrie-le-retrait-des-armes-lourdes-par-les-groupes-rebelles-a-idleb-est-termine.html+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr Syrie : le retrait des armes lourdes par les groupes rebelles à Idleb est terminé], AFP, 8 octobre 2018.
  153. a et b Syrie: les jihadistes ont retiré des armes lourdes de la future "zone démilitarisée" à Idleb, AFP, 8 octobre 2018.
  154. a et b Layal Abou Rahal, En Syrie, la plupart des armes lourdes retirées de la future "zone démilitarisée", AFP, 9 octobre 2018.
  155. Idleb: le retrait des armes lourdes de la future zone démilitarisée achevé, selon Ankara, AFP, 10 octobre 2018.
  156. Alice Hackman, Syrie: les jihadistes face à une nouvelle échéance clé à Idleb, AFP, 10 octobre 2018.
  157. Syrie: des ONG inquiètes pour Idleb à l'approche d'une échéance clé, AFP, 12 octobre 2018.
  158. Syrie: l'armée met en garde les habitants d'Idleb à l'approche d'une échéance clé, AFP, 12 octobre 2018.
  159. Syrie: tirs de roquettes depuis la zone tampon d'Idleb malgré le retrait des armes lourdes, AFP, 14 octobre 2018.
  160. L'accord sur Idleb menacé après des tirs au mortier depuis une zone tampon, OLJ avec AFP, 14 octobre 2018.
  161. a et b [vidéo] Syrie : le brouillard d’Idleb, France 24, 15 octobre 2018.
  162. Syrie: les jihadistes disent vouloir continuer à se battre à Idleb, AFP, 14 octobre 2018.
  163. a b c et d Syrie: les jihadistes ignorent une échéance clé d'un accord sur Idleb, AFP, 15 octobre 2018.
  164. a b et c Georges Malbrunot, Idlib : les djihadistes font capoter l'accord, Le Figaro, 15 octobre 2018.
  165. Syrie: les jihadistes restent sur zone, l'accord sur Idleb fragilisé, AFP, 15 octobre 2018.
  166. Syrie: Ankara et Moscou accordent un délai supplémentaire aux jihadistes d’Idleb, AFP, 16 octobre 2018.
  167. Russie et Turquie accordent plus de temps à l'accord sur Idleb, selon l'ONU, Reuters, 18 octobre 2018.
  168. Accord sur Idleb: Damas a besoin de "temps" pour vérifier sa mise en œuvre, AFP, 15 octobre 2018.
  169. Syrie: le Kremlin assure que l'accord sur Idleb est toujours "mis en oeuvre", AFP, 16 octobre 2018.
  170. Syrie: le régime et les insurgés échangent des tirs dans le nord du pays, Le Figaro avec AFP, 25 octobre 2018.
  171. Syrie: sept civils tués dans des bombardements du régime à Idleb, AFP, 26 octobre 2018.
  172. Syrie: combats entre jihadistes et rebelles dans la future "zone démilitarisée", AFP, 30 octobre 2018.
  173. The fighting between Tahrir Al-Sham against the National Liberation Front leaves more 15 casualties and wounded amid endeavors to break up clashes between the both parties, OSDH, 30 octobre 2018.
  174. Paul Khalifeh, Violents combats entre jihadistes et rebelles pro-turcs dans la province d'Alep, RFI, 31 octobre 2018.
  175. Syrie : 4 combattants pro-régime tués à Idlib, Le Figaro avec AFP, 1er novembre 2018.
  176. Paul Khalifeh, Syrie: à Idleb, un assaut jihadiste viole l’accord sur la «zone démilitarisée», RFI, 2 novembre 2018.
  177. Syrie: 8 morts dans le pilonnage du régime à Idlib, Le Figaro avec AFP, 2 novembre 2018.
  178. Syrie: 22 rebelles tués dans un assaut du régime, Le Figaro avec AFP, 9 novembre 2018.
  179. Paul Khalifeh, Opération de l'armée syrienne derrière les lignes rebelles entre Hama et Idleb, RFI, 10 novembre 2018.
  180. Syrie: huit combattants du régime tués dans un assaut djihadiste, AFP, 10 novembre 2018.
  181. Syrie: le bilan des combattants du régime tués dans un assaut jihadiste s'alourdit (ONG), AFP, 16 novembre 2018.
  182. Syrie : 47 combattants antijihadistes morts dans des attaques de l'EI, AFP, 24 novembre 2018.
  183. a b c d et e Syrie : des frappes aériennes russes en réaction à une possible attaque aux « gaz toxiques », Le Monde avec AFP, 25 novembre 2018.
  184. a b c et d Syrie : des raids aériens en réponse à une attaque au « gaz toxique », Le Point avec AFP, 25 novembre 2018.
  185. a b c d e f g h et i Caroline Hayek, En Syrie, l’accord russo-turc mis à mal après un week-end sous haute tension, OLJ, 26 novembre 2018.
  186. a b et c Madjid Zerrouky, Syrie : la Russie met la pression sur les rebelles, Le Monde, 26 novembre 2018.
  187. Attaque chimique présumée en Syrie : un prélude à une offensive contre Idleb ?, OLJ avec APF, 30 novembre 2018.
  188. Syrie : Washington accuse Moscou d’avoir aidé à mettre en scène une attaque chimique, Le Monde avec AFP, 7 décembre 2018.
  189. Syrie: Poutine appelle Erdogan à des "mesures plus énergiques" pour la trêve à Idleb, AFP, 1er décembre 2018.
  190. Syrie: des combats meurtriers entre jihadistes et rebelles gagnent Idleb, AFP, 2 janvier 2019.
  191. Paul Khalifeh, Les jihadistes chassent les rebelles pro-turcs de l'ouest de la province d'Alep, RFI, 5 janvier 2019.
  192. a b et c Marie Jégo et Madjid Zerrouky, Syrie : l’ordre djihadiste de Hayat Tahrir Al-Cham règne à Idlib, Le Monde, 15 janvier 2019.
  193. a et b Idleb, ultime bastion insurgé syrien, passe intégralement à l'heure jihadiste, AFP, 10 janvier 2019.
  194. a et b Syrie : 11 morts dans des bombardements du régime contre la province d'Idleb, AFP, 29 janvier 2019.
  195. Syrie: 18 civils tués dans des bombardements du régime dans le nord-ouest (OSDH), AFP, 16 février 2019.
  196. Syrie: au moins 24 morts dans un double attentat à Idleb (ONG), AFP, 18 février 2019.
  197. Syrie: 20 combattants pro-régime tués par les djihadistes d'Idleb en trois jours, AFP, 26 février 2019.
  198. Syrie: Au moins 33 combattants prorégime tués dans des attaques djihadistes ce dimanche, 20 Minutes avec agences, 4 mars 2019.
  199. Syrie: 33 combattants prorégime tués par un groupe lié à al-Qaida, Le Figaro avec AFP, 3 mars 2019.
  200. At 33 casualties in the ranks of the regime forces in 2 attacks targeted them within the areas of Putin – Erdogan agreement in Hama and Latakia Mountains in about 12 hours, OSDH, 3 mars 2019.
  201. En Syrie, au moins 33 combattants prorégime tués par un groupe lié à el-Qaëda, OLJ avec AFP, 3 mars 2019.
  202. a b et c Isabelle Mandraud, A Sotchi, Poutine exhorte Erdogan à « détruire le foyer terroriste » d’Idlib, en Syrie, Le Monde, 14 février 2019.
  203. Moscou, Ankara et Téhéran saluent le retrait américain de Syrie, RFI, 15 février 2019.
  204. Syrie-Ankara ne veut que l'armée turque dans la "zone de sécurité", Reuters, 15 février 2019.
  205. a et b Syrie. Attaques illégales des forces gouvernementales contre des civils et des centres médicaux dans le gouvernorat d’Idlib, Amnesty International, 28 mars 2019.
  206. a b et c Syrie: 13 morts dans des frappes russes, les "premières" contre Idleb depuis un accord russo-turc, AFP, 13 mars 2019.
  207. Paul Khalifeh, Syrie: frappes russes contre des positions jihadistes dans la région d'Idleb, RFI, 14 mars 2019.
  208. Maxime Macé, Idleb: le régime de Damas bombarde "systématiquement les installations médicales", France-Soir, 28 mars 2019.
  209. Syrie: violents raids de l'armée russe dans la région d'Idleb, RFI, 4 mars 2019.
  210. Syrie: 22 civils tués dans des frappes du régime dans le nord, Le Figaro avec AFP, 4 avril 2019.
  211. a et b En Syrie, les bombardements du régime dans le nord-ouest font près de 140 000 déplacés, France 24 avec AFP, 2 mai 2019.
  212. a et b Syrie: 13 combattants du régime tués par un groupuscule djihadiste, Le Figaro avec AFP, 20 avril 2019.
  213. Paul Khalifeh, Syrie: les jihadistes bombardent la ville de Lattaquié, principal fief du régime, RFI, 26 avril 2019.
  214. Paul Khalifeh, Syrie: les avions russes pilonnent les régions contrôlées par les jihadistes, RFI, 26 avril 2019.
  215. Syrie: 10 civils tués dans des raids aériens russes à Idleb, AFP, 26 avril 2019.
  216. Syrie : 22 combattants prorégime tués dans des attaques jihadistes, AFP, 27 avril 2019.
  217. More casualties in today’s attacks raise to 60, the death toll of the regime forces and militiamen loyal to them in a week of operations by the jihadi groups within ” Putin – Erdogan ” demilitarized area, OSDH, 27 avril 2019.
  218. Marie Jégo et Benjamin Barthe, La machine de guerre russo-syrienne à la reconquête de la province rebelle d’Idlib, Le Monde, 8 mai 2019.
  219. Syrie: tirs contre un poste d'observation turc depuis des zones contrôlées par Damas, selon Ankara, AFP, 5 mai 2019.
  220. Les bombardements s'intensifient dans le dernier bastion rebelle de Syrie, Reuters, 4 mai 2019.
  221. Syrie: "les pires bombardements" depuis plus d'un an dans les provinces d'Idleb et de Hama, RTBF avec Agences,2 mai 2019.
  222. Syrie: 12 civils tués par des bombardements du régime et de la Russie selon une ONG, AFP, 3 mai 2019.
  223. Syrie: 9 civils tués dans des raids du régime et de la Russie, AFP, 4 mai 2019.
  224. a et b Syrie: trois hôpitaux touchés par des frappes russes dans le nord-ouest, AFP, 5 mai 2019.
  225. Matteo Puxton, Bataille d'Idlib: le régime de Damas à l'assaut de la province rebelle, France Soir, 13 mai 2019.
  226. a et b Benjamin Barthe, Syrie : à Idlib, l’offensive du régime de Bachar Al-Assad piétine, Le Monde, 20 juillet 2019.
  227. Syrian-Russian Alliance Forces Target 24 Medical Facilities in the Fourth De-Escalation Zone Within Four Weeks, SNHR, 29 mai 2019.