Offensive d'al-Tanaf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Offensive d'al-Tanaf
Description de cette image, également commentée ci-après

Avancées des armées syrienne et irakienne à leur frontière

  •      Territoire contrôlé par le régime syrien et ses alliés
  •      Territoire contrôlé par l'État islamique
  •      Territoire contrôlé par le régime irakien et ses alliés
  •      Territoire contrôlé par les rebelles
  •      Territoire contrôlé par la Jordanie
Informations générales
Date en cours
(2 mois et 11 jours)
Lieu Région d'al-Tanaf
Issue En cours
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne Hezbollah
Brigades de l'imam Ali
Kataeb Hezbollah
Brigade Abou al-Fadl al-Abbas
Brigade des Fatimides
Harakat Hezbollah al-Nujaba
Force Abou al-Fadl al-Abbas
Brigades Sayyid al-Shuhada
Harakat al-Abdal
Saraya al-Jihad
Ansar Allah al-Awfiya
Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau de la Russie Russie
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre

Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg Coalition

Commandants
Flag of Syria 2011, observed.svg Talas al-Salameh
Flag of Syria 2011, observed.svg Muhannad al-Talla
Forces en présence
Drapeau de la Syrie
inconnues

Milices chiites :
3 000 hommes[1]
Flag of Syria 2011, observed.svg
4 500 à 6 000 hommes[2],[3]

Drapeau des États-Unis
150 à 250 hommes[3],[4]
Pertes
25 morts au moins (par les frappes de la coalition)[5],[6] inconnues

Guerre civile syrienne

Coordonnées 33° 25′ 59,477″ nord, 38° 56′ 14,716″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Offensive d'al-Tanaf

L'offensive d'al-Tanaf a lieu lors de la guerre civile syrienne.

Prélude[modifier | modifier le code]

Offensive des rebelles dans le désert syrien du 6 février au 30 avril.
  •      Territoire contrôlé par le régime syrien et ses alliés
  •      Territoire contrôlé par l'État islamique
  •      Territoire contrôlé par le régime irakien et ses alliés
  •      Territoire contrôlé par les rebelles
  •      Territoire contrôlé par la Jordanie

Lors de la seconde partie du mois de mars 2017, la Force du Martyr Ahmed al-Abdo, Jaych Ossoud al-Charkiya et quelques autres groupes de l'Armée syrienne libre lancent une campagne contre l'État islamique dans les régions désertiques du sud-est du gouvernorat de Rif Dimachq et du nord-est du gouvernorat de Soueïda, près de la frontière avec la Jordanie[7]. Les rebelles attaquent depuis la ville de Bir Kassab et prennent aux djihadistes environ 250 kilomètres carrés de territoire en seize jours de combats[7],[8].

Le 8 avril 2017, les rebelles aidés par la coalition repoussent une attaque menée par l'EI sur al-Tanaf avec au moins 30 inghimasi[9],[10],[11].

Après leur victoire à Bir Kassab, les rebelles tentent de poursuivre leur progression contre l'État islamique dans le nord-est, vers Boukamal, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor[12],[13]. Mais en mai, les troupes du régime et les milices chiites pro-iraniennes interviennent[14],[15],[2].

L'objectif des loyalistes est de chasser les Américains d'al-Tanaf, d'empêcher les rebelles d'atteindre la région de Deir ez-Zor et de reprendre le contrôle de l'autoroute afin de pouvoir ouvrir un « axe chiite », reliant l'Iran au Liban en passant par l'Irak et la Syrie, permettant de déployer plus facilement des milices chiites et des convois d'armes sur les différents théâtres d'opérations[13],[16],[3],[4],[2],[17]. Selon l'universitaire Fabrice Balanche, l'offensive a clairement été décidée par l'Iran[17].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

L'offensive est lancée par l'armée syrienne et surtout par un grand nombre de milices islamistes chiites irakiennes, libanaises et afghanes[18] : le Hezbollah[19], les Brigades de l'imam Ali[20],[21],[1], les Kataeb Hezbollah[21],[1], la Brigade Abou al-Fadl al-Abbas[1], la Force Abou al-Fadl al-Abbas[22], les Brigades Sayyid al-Shuhada (en)[1], la Brigade des Fatimides[23], le Harakat Hezbollah al-Nujaba[22], le Harakat al-Abdal[1], Saraya al-Jihad[22] et Ansar Allah al-Awfiya[22]. Plusieurs milices du régime syrien sont également déployées, avec notamment les Forces de défense nationale[21], le Liwa al-Quds[22] et le PSNS[19]. L'agence de presse iranienne Fars News affirme alors que 12 régiments du Hezbollah avec un millier, puis 3 000 combattants ont été déployés dans le sud de la Syrie, aux abords de la zone d'al-Tanaf[24],[16],[2]. Mais ce nombre concerne plus probablement l'ensemble des milices chiites[1]. Ces forces sont appuyées par des conseillers iraniens et par l'aviation russe[17].

Du côté de l'Armée syrienne libre, les groupes présents dans la zone sont Jaych Ossoud al-Charkiya[24],[25],[3], la Force du Martyr Ahmed al-Abdo[26], l'Armée des tribus libres, Maghaweir Al-Thawrah[24] et la brigade des martyrs d'al-Qaryatayn[25]. Ces groupes sont approvisionnés par les États-Unis, la Jordanie et l'Arabie saoudite et sont notamment équipés de lance-missiles BGM-71 TOW[3]. Environ 4 000 rebelles sont présents à al-Tanaf et 2 000 autres sont actifs près de la frontière avec la Jordanie[3]. Des troupes de la Coalition sont également déployées en permanence à al-Tanaf avec 150 à 250 hommes des forces spéciales américaines, ainsi que des unités britanniques et norvégiennes[3],[4]. De son côté, la Jordanie déploie des chars à sa frontière[12].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Des miliciens de la Brigade des Fatimides avec Qasem Soleimani, le commandant en chef de la Force Al-Qods, à la frontière syro-irakienne au nord d'al-Tanaf, le 12 juin 2017[27].

Dans la nuit du 9 mai, l'aviation syrienne bombarde les positions rebelles, mais sans faire de victimes[28]. Le 9 mai, le régime annonce le début de son offensive[13]. Une course s'engage entre les loyalistes et l'Armée syrienne libre pour le contrôle de la frontière syro-irakienne[14],[15],[13]. Plusieurs centaines de soldats de l'armée syrienne et des miliciens chiites passent à l'offensive contre les rebelles avec des chars et des blindés sur l'autoroute reliant Damas à Bagdad[14],[29],[18]. Le 10 mai, ils s'emparent de la localité de Sabaa Biyar[14],[18].

En mai, un nouveau camp est établi par les rebelles et les Américains à Zaza, à environ 70 kilomètres au nord-est d'al-Tanaf, vers Boukamal[17]. La zone de devient alors le théâtre de combats avec les milices chiites[1]. Le poste est pris par les loyalistes, repris par les rebelles, puis à nouveau reconquis par les loyalistes[25],[30],[31]. Le 31 mai, les rebelles sont visés par une frappe russe à Zaza[17],[1].

Le 18 mai, les forces loyalistes s'élancent sur le poste d'al-Tanaf, tenu par l'Armée syrienne libre à la frontière avec l'Irak et non loin de la frontière avec la Jordanie[32]. Cependant al-Tanaf est aussi la base des forces spéciales américaines, britanniques et norvégiennes de la coalition et selon les États-Unis la localité est située dans une « zone de désescalade » prévue par l'accord d'Astana conclu le 4 mai[28],[20],[32],[13],[1]. Les avions américains effectuent des tirs de sommation, mais les loyalistes continuent leur progression et des combats ont lieu à 27 kilomètres de la base[32]. Les États-Unis décident alors de frapper la colonne[32],[20],[5]. Plusieurs blindés et véhicules sont détruits par l'aviation américaine — un char, un bulldozer, un tracteur et un excavateur selon le Centcom — et au moins huit hommes sont tués selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)[32],[5],[16]. La plupart des morts sont des miliciens chiites irakiens des Brigades de l'imam Ali[20],[5]. C'est alors la première fois depuis le début du conflit que les États-Unis effectuent des frappes aériennes en soutien à des rebelles contre des troupes pro-régime[24]. Ces bombardements sont aussitôt condamnés par le régime syrien et la Russie[33].

Le 1er juin, la coalition affirme avoir renforcé sa présence à al-Tanaf et menace de nouvelles ripostes en cas de nouvelles pénétrations dans la « zone de désescalade » instituée par la coalition, large de 55 kilomètres autour d'al-Tanaf[34].

Le 5 juin, un avion du régime syrien est abattu par les rebelles de Jaych Ossoud al-Charkiya et s'écrase dans le secteur de Tel Dakoua, à une quinzaine de kilomètres à l'est de Bir Kassab[35].

Le 6 juin, la coalition mène une nouvelle frappe contre un groupe de 60 soldats loyalistes avec un char et de l'artillerie qui se trouvaient « bien avancées » dans la « zone de déconfliction »[36]. Selon l'OSDH, 17 soldats sont tués[6]. Le 8 juin, les Américains ouvrent le feu sur deux pick-up armés, puis un drone iranien Shahed 129 est abattu après avoir tiré sans faire de dégât sur des forces de la coalition[37],[38].

Le 9 juin, l'armée syrienne et les milices chiites atteignent la frontière irakienne, à 70 kilomètres au nord-est d'al-Tanaf[39]. Elles remontent par la suite la frontière vers le nord et pénètrent dans le gouvernorat de Deir ez-Zor le 23 juin[40],[41],[42].

Le 15 juin, la Russie accuse les États-Unis d'avoir déployé des lance-roquettes multiples HIMARS à al-Tanaf[43].

Le 17 juin, l'armée irakienne et ses alliés atteignent la frontière irako-syrienne[44].

Dans la nuit du 19 au 20 juin, un deuxième drone est abattu par un F-15E Strike Eagle américain[45].

Le 7 juillet, la Russie annonce avoir conclu un accord avec les États-Unis et la Jordanie pour instaurer un cessez-le-feu dans l'ensemble du sud-ouest syrien à dater du 9 juillet[46],[47]. Le cessez-le-feu est respecté dans les gouvernorats de Deraa et Kuneitra, mais violé dés le 10 juillet dans le gouvernorat de Soueïda[48],[49]. Le régime syrien s'empare de huit villages et affirme avoir affronté l'État islamique, mais ces localités avaient en réalité été prises aux djihadistes fin mars par les groupes de l'Armée syrienne libre[48],[49]. Le 11 juillet, la Force du Martyr Ahmed al-Abdo et Jaych Ossoud al-Charkiya affirment dans un communiqué conjoint avoir abattu un avion du régime syrien dans un village situé près des limites des gouvernorats de Rif Dimachq et Soueïda[50],[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Amir Toumaj et Caleb Weiss, Iran tests the US in southeastern Syria, The Long War Journal, 3 juin 2017.
  2. a, b, c et d Paul Khalifeh, Syrie: les enjeux cruciaux de la bataille du désert, RFI, 26 mai 2017.
  3. a, b, c, d, e, f et g Georges Malbrunot, Syrie : des commandos américains face aux miliciens pro-iraniens, Le Figaro, 31 mai 2017.
  4. a, b et c Mohammad Ersan, Syrian rebel commander: 150 US troops at al-Tanf base, Al-Monitor, 1er juin 2017.
  5. a, b, c et d Les Etats-Unis bombardent un convoi pro-régime en Syrie, AFP, 18 mai 2017.
  6. a et b Maya Gebeily, Syrie: l'alliance anti-EI gagne du terrain à Raqa, AFP, 7 juin 2017.
  7. a et b L'EI bat en retraite dans le sud de la Syrie, Reuters, 30 mars 2017.
  8. Suleiman Al-Khalidi, Syrian rebels seize swathes of south as Islamic State retreats, Reuters, 30 mars 2017.
  9. Syrie: une base de la coalition attaquée par l'EI, AFP, 9 avril 2017.
  10. Alexander McKeever, Jaysh Usud al-Sharqiya: Exiles of the Euphrates, Bellingcat, 17 avril 2017.
  11. Shelly Kittleson, Syrian rebel group just trying to get home, Al-Monitor, 21 avril 2017/
  12. a et b Angélique Ferat, Mouvements de troupes à la frontière jordano-syrienne, RFI, 15 mai 2017.
  13. a, b, c, d et e Madjid Zerrouky,En Syrie, course-poursuite dans l’Est contre l’EI, Le Monde, 17 mai 2017.
  14. a, b, c et d Sammy KentzAprès l'accord d'Astana, l'armée syrienne fait cap vers l'Est, OLJ avec AFP, 11 mai 2017.
  15. a et b Anthony Samrani, Les USA « ouvrent le bal » dans le sud-est de la Syrie, OLJ avec agences, 19 mai 2017.
  16. a, b et c Caroline Hayek, Quand Washington et Téhéran règlent leurs comptes en Syrie, OLJ, 20 mai 2017.
  17. a, b, c, d et e Hélène Sallon, La discrète bataille pour la frontière irako-syrienne, Le Monde, 7 juin 2017.
  18. a, b et c Syrie : l'armée se renforce à la frontière irakienne, Le Figaro avec Reuters, 15 mai 2017.
  19. a et b Chris Tomson, In pictures: Syrian Army reinforcements pour into the Syrian desert despite US airstrikes, Al-Masdar News, 19 mai 2017.
  20. a, b, c et d Syrie: l'aviation américaine bombarde un convoi militaire pro-régime de Damas, lourdes pertes chez les miliciens, France-Soir, 19 mai 2017.
  21. a, b et c Leith Fadel, Syrian government, Iraqi reinforcements reach southeast Damascus for upcoming offensive, Al-Masdar News, 15 mai 2017.
  22. a, b, c, d et e Amir Toumaj, Some of the IRGC-backed militias by Iraqi border in Syria: Saraya al Jihad, Ansar Allah al Awfiya and Kataib Sayyid al Shuhada. All Iraqi., twitter, 12 juin 2017.
  23. Amir Toumaj, Afghan Fatemiyoun Division operative killed near US base in southeastern Syria, The Long War Journal, 7 juin 2017.
  24. a, b, c et d Michael Weiss et Hassan Hassan, With latest airstrikes, US signals to Iran: Containment is back, CNN, 19 mai 2017.
  25. a, b et c Jaysh Usoud al-Sharqiyyah with other fighters continue their attack in the Syrian Desert between the countryside of Homs and the Eastern Qalamoun, OSDH, 9 mai 2017.
  26. Tom Perry, L'armée syrienne progresse au sud-ouest de Palmyre, Reuters, 25 mai 2017.
  27. Stéphane Mantoux, Bataille de Mossoul: l'armée irakienne piétine au nord de la vieille ville tenue par les djihadistes, France Soir, 16 juin 2017.
  28. a et b Souleiman al Khalidi, L'aviation syrienne bombarde des rebelles près de la Jordanie, Reuters, 9 mai 2017.
  29. Syrie: après l’accord d’Astana, l’armée fait cap vers l’est, AFP, 11 mai 2017.
  30. The factions continue their offensive for the second day in the southeastern desert of Homs, OSDH, 10 mai 2017.
  31. Leith Fadel, Syrian Army resumes offensive to seal Iraqi border, Al-Masdar News, 12 mai 2017.
  32. a, b, c, d et e Frappe aérienne US contre des miliciens pro-régime syrien, Reuters, 18 mai 2017.
  33. Syrie : nouveau bombardement américain, Moscou et Damas protestent, Le Point avec AFP, 19 mai 2017.
  34. Syrie: la coalition a renforcé ses positions à Al-Tanaf, AFP, 1er juin 2017.
  35. Un avion militaire syrien aurait été abattu à l'est de Damas, Reuters, 5 juin 2017.
  36. Syrie: la coalition frappe à nouveau des forces pro-régime près d'Al-Tanaf, OLJ avec AFP, 6 juin 2017.
  37. Syrie: un drone attaque les forces de la coalition, Le Figaro avec AFP, 8 juin 2017.
  38. Barbara Starr, Ryan Browne et Zachary Cohen, US aircraft shoots down Iranian-made drone in Syria, CNN, 8 juin 2017.
  39. Syrie: l'armée atteint la frontière irakienne, zone de tension avec la coalition, AFP, 9 juin 2017.
  40. Syrie: l'armée pénètre dans la province de Deir Ezzor tenue par l'EI, AFP, 23 juin 2017.
  41. Paul Khalifeh, Syrie: l’armée entre dans la province de Deir Ezzor, RFI, 24 juin 2017.
  42. Regime’s allied militiamen led by Iraqi Nujabaa enter the administrative borders of Deir Ezzor and expand their controlled areas two weeks after reaching the borders, OSDH, 24 juin 2017.
  43. Syrie: Moscou accuse Washington de déployer à al-Tanaf des missiles contre l'armée syrienne, AFP, 15 juin 2017.
  44. Maher Chmaytelli et Jean-Stéphane Brosse, L'armée irakienne chasse l'EI d'un poste-frontière dans l'Ouest, Reuters, 17 juin 2017.
  45. L’armée américaine abat un drone en Syrie, Le Monde avec AFP et AP, 20 juin 2017.
  46. Anthony Berthelier, Syrie: les États-Unis et la Russie se mettent d'accord sur un cessez-le-feu dans le sud du pays, Le Huffington Post, 7 juillet 2017.
  47. Laure Stephan, Terrain d’entente américano-russe dans le sud de la Syrie, Le Monde, 10 juillet 2017.
  48. a et b Syrie: offensive de l’armée dans la province de Soueida malgré le cessez-le-feu, RFI, 11 juillet 2017.
  49. a et b Syrie: violation du cessez-le-feu par le régime syrien, Le Figaro avec AFP, 10 juillet 2017.
  50. Syrie: les rebelles disent avoir abattu un avion du régime, AFP, 11 juillet 2017.
  51. Des rebelles syriens revendiquent avoir abattu un avion militaire syrien, mais l'armée dément l'information, Xinhua, 12 juillet 2017.