Bataille d'Afrine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille d'Afrine
Description de cette image, également commentée ci-après
Des rebelles de l'Armée syrienne libre près de Jandiris, au sud-ouest d'Afrine, le 11 février 2018.
Informations générales
Date
(1 mois et 26 jours)
Lieu Afrine
Issue Victoire de la Turquie et des rebelles
Belligérants
Drapeau de la Turquie Turquie
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre

Flag of Ahrar ash-Sham.svg Ahrar al-Cham


Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-Cham
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Forces démocratiques syriennes

Drapeau de la Syrie République arabe syrienne

Commandants
Drapeau de la Turquie Metin Temel
Flag of Syria 2011, observed.svg Yasser Abdel Rahim
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Mahmoud Berxwedan
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Noujin Derik
Forces en présence
Drapeau de la Turquie
inconnues

Flag of Syria 2011, observed.svg
10 000 à 25 000 hommes[1],[2]
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
8 000 à 20 000 hommes[3],[4]

Drapeau de la Syrie
plusieurs centaines d'hommes[5]
Pertes
Drapeau de la Turquie
46 à 80 morts[A 2]
225 blessés au moins[A 2]
1 char détruit[13]
1 hélicoptère détruit[14]

Flag of Syria 2011, observed.svg
302 à 463 morts au moins[A 3]
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
820 à 1 500 morts[A 4]

Drapeau de la Syrie
91 morts au moins[A 5]
Civils :
289 à 500 morts[A 1]
167 000 à 250 000 déplacés[8],[9]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 36° 30′ 43″ nord, 36° 52′ 10″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille d'Afrine

La bataille d'Afrine, baptisée l'opération Rameau d'olivier, a lieu lors de la guerre civile syrienne. L'offensive est lancée le par l'armée turque et les rebelles syriens de l'Armée syrienne libre contre les forces kurdes des YPG, avec l'objectif de chasser ces derniers de la ville et de la région d'Afrine, sous leur contrôle depuis 2012. Au cours de la bataille, les Kurdes opposent initialement une forte résistance, mais l'armée turque finit par prendre l'avantage grâce à son artillerie lourde et ses frappes aériennes. Abandonnée par sa population, la ville d'Afrine est prise presque sans combat le 18 mars par les Turcs et les rebelles.

Prélude[modifier | modifier le code]

Situation à Afrine, dans le nord du gouvernorat d'Alep, au début de la bataille :
Manifestation à Afrine, le 19 janvier 2018, contre l'offensive turque.
Manifestation à Bizah, près d'al-Bab, le 19 janvier 2018, en faveur de l'offensive turque.

Afrine et sa région, comprenant 360 villes et villages dans le nord-ouest du gouvernorat d'Alep, est contrôlée depuis le par le PYD et sa branche armée, les YPG[19],[20]. La population de la région est en très grande majorité kurde[21], mais elle comprend aussi des Arabes, des Assyriens, des Turkmènes et 20 000 réfugiés yézidis rescapés des massacres de Sinjar[22]. En janvier 2018, entre 500 000 et un million de personnes y vivent, dont des milliers de réfugiés[3],[19]. La poche d'Afrine est une région montagneuse[22], bordée au nord et à l'ouest par la frontière turque, au sud et à l'est par les régions sous contrôle rebelle, tandis que la route d'Alep au sud-est est tenue par le régime syrien[19]. La zone rebelle à l'est d'Afrine, dans la région d'al-Bab, est dominée par l'Armée syrienne libre et celle au sud, dans la région d'Idleb, par Hayat Tahrir al-Cham[23].

Après la défaite en 2017, à al-Bab, des djihadistes de l'État islamique lors de l'opération Bouclier de l'Euphrate, les villes d'Afrine et Manbij, contrôlées par les Kurdes des YPG, deviennent les prochains objectifs de la Turquie[24],[25]. En juillet 2017, des dizaines de milliers de personnes manifestent à Afrine contre la Turquie, après des rumeurs sur la préparation par Ankara d'une offensive contre la région[24]. Ponctuellement dans les mois qui suivent, des escarmouches éclatent, des bombardements et des tirs d'artillerie sont effectués par l'armée turque dans la région[26]. Cependant Moscou s'oppose à une offensive turque et afin de veiller au respect du cessez-le-feu, des forces de l'armée russe se déploient le 20 mars 2017 à Afrine auprès des Forces démocratiques syriennes[27],[28],[29]. Pour la Turquie, la lutte contre le PYD et le PKK est la grande priorité, mais elle est isolée sur ce sujet[30],[31].

Le 12 octobre 2017, après un accord avec Hayat Tahrir al-Cham, des forces de l'armée turque entrent dans le gouvernorat d'Idleb et installent des postes de contrôle au sud de la région d'Afrine[29].

Le 13 janvier 2018, l'artillerie turque reprend ses bombardements sur Afrine, qui se poursuivent les jours suivants[32],[33],[34],[35],[36],[37].

Le 14 janvier 2018, la coalition internationale menée par les États-Unis annonce son intention de créer avec les Forces démocratiques syriennes une « Force de sécurité aux frontières » constituée de 30 000 hommes dans le Nord de la Syrie[38],[39]. Cette annonce est dénoncée par le régime syrien, la CNFOR, la Russie, l'Iran et est accueillie avec fureur par la Turquie qui menace de passer à l'offensive à Afrine[38],[40],[41],[42],[43]. Le 15 janvier, le président turc Recep Tayyip Erdoğan déclare : « L'Amérique a avoué qu'elle était en train de constituer une armée terroriste à notre frontière. Ce qui nous revient, à nous autres, c'est de tuer dans l'œuf cette armée terroriste »[44]. Le Secrétaire d'État américain Rex Tillerson tente ensuite de calmer la situation en déclarant que l'annonce a été « mal relayée » et que les États-Unis ne cherchent pas à constituer une force de gardes-frontières[45].

Le 18 janvier, des milliers de personnes manifestent dans les territoires kurdes du Nord de la Syrie pour s'opposer à l'intervention turque[46]. Le même jour, le régime de Damas menace également d'abattre les avions turcs qui survoleraient la Syrie[30].

Le 18 janvier, le général Hulusi Akar, chef d'état-major des forces armées turques, et Hakan Fidan, chef des services de renseignement, se rendent à Moscou, où ils sont reçus par Valéri Guérassimov, le chef d’état-major russe, et Sergueï Choïgou, le ministre de la défense[47],[30],[3]. L'AFP indique le 20 janvier que « les analystes estiment qu'aucune offensive majeure ne peut raisonnablement être lancée en Syrie sans l'accord de la Russie, présente militairement dans la région et qui entretient de bonnes relations avec les YPG »[48],[49],[3],[50]. Pour Marie Jégo, journaliste pour Le Monde : « Le message était le suivant : si Moscou refuse d’ouvrir l’espace aérien au-dessus d’Afrin, les négociations d’Astana parrainées par la Russie, la Turquie et l’Iran pourraient en rester là. Et si le PYD est invité à la table du « dialogue national syrien » à Sotchi, les Turcs n’en seront pas. Ankara croit au succès de sa démarche, misant sur le fait que les Russes tiennent au succès de la réunion de Sotchi, essentielle pour valoriser leur image de « faiseurs de paix » »[30]. La Russie et la Turquie pourraient également s'être accordées pour que la première abandonne Afrine, si l'autre abandonne Idleb[30],[22],[51],[52]. Le 20 janvier, le ministère russe de la Défense annonce que les troupes russes en poste à Afrine se sont retirées[53]. Juste avant le début de l'offensive, la Russie aurait proposé aux Kurdes de céder Afrine au régime syrien en échange de quoi elle s'engageait à ce que la Turquie n'interviennent pas contre eux, mais les Kurdes auraient refusé[54]. Le 22 janvier, le président Erdoğan déclare : « La question d'Afrine sera réglée, il n'y aura pas de marche arrière à Afrine. Nous en avons parlé avec nos amis russes, nous avons un accord avec eux »[21],[55].

Selon Allan Kaval, journaliste au Monde : « Pour la Russie, puissance protectrice de l’enclave d’Afrin avant le déclenchement de l’opération turque, le feu vert donné à Ankara peut s’expliquer par plusieurs facteurs : punir les Kurdes pour leurs relations suivies avec les Américains et autres Occidentaux dans le nord-est de la Syrie, faire comprendre aux Kurdes que cette alliance ne les protège pas à l’ouest de l’Euphrate, et enfin, dégrader les relations déjà très houleuses entre Ankara et les puissances occidentales de l’OTAN avec, pour conséquence ultime, l’affaiblissement de l’Alliance atlantique. L’absence de réaction des puissances occidentales s’explique également par une volonté de ne pas rompre avec la Turquie, de jeter Ankara dans les bras de la Russie quelle que soit l’affiliation idéologique de ses supplétifs sur le terrain syrien »[56].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Un groupe kurde de l'Armée syrienne libre annonçant sa participation à l'offensive d'Afrine contre les YPG aux côtés de l'armée turque, le 26 janvier 2018.
Des membres des HXP, à Afrine, le 21 janvier 2018.

L'offensive est lancée par les mêmes groupes que ceux qui ont pris part à l'opération Bouclier de l'Euphrate[2],[57]. Le 21 janvier 2018, le major Yasser Abdel Rahim, chef militaire de Faylaq al-Cham et membre du centre des opérations conjointes, affirme que 25 000 rebelles de l'Armée syrienne libre prennent part à l'opération aux côtés des forces turques[2],[57]. L'Orient-Le Jour indique cependant que ce nombre apparaît exagéré pour plusieurs observateurs[51],[58]. Pour l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le nombre des combattants rebelles mobilisés auprès de l'armée turque est d'environ 10 000[1]. Un combattant rebelle témoignant pour L'Orient-Le Jour donne le même nombre[59]. Le centre d'études Jussoor, proche de l’opposition syrienne, évoque quant à lui 5 000 à 7 000 combattants[23]. Depuis l'Opération Bouclier de l'Euphrate, les différentes brigades de l'Armée syrienne libre présentes dans le nord du gouvernorat d'Alep sont rassemblées au sein de l'« Armée nationale », forte officiellement de 22 000 hommes et rattachée théoriquement au « gouvernement intérimaire syrien » présent à Gaziantep, mais contrôlée dans les faits par la Turquie[23]. Parmi les principaux groupes impliqués figurent la Division Sultan Mourad[23],[2],[58],[60], Jaych al-Nokhba[61],[60], la Division al-Hamza[23],[62],[63], le Liwa Samarkand[60],[63], la Brigade al-Moutasem[2], le Front du Levant[23],[2],[60], Faylaq al-Cham[23],[2],[58],[60], le Liwa Sultan Souleymane Chah[60], le Liwa Suqour al-Chamal[60], le Liwa Sultan Mehmed Fatih[60], le Liwa al-Muntasir Billah[60], Ahrar al-Charkiya[60], Jaych al-Chamal[60], le Régiment al-Musafa[60], la 1re Brigade des commandos[60], la 9e division[60], la 23e division[60], le Liwa Ousoud al-Fatihin[60], le Liwa al-Vakkas[60], la Brigade de la Tempête du Nord[64], Jaych al-Nasr[63],[65], Jaych al-Ahfad[63], Fastaqim Kama Umirt[63], le Liwa Asifat Hazm[63], le Front de l'authenticité et du développement[63], la brigade du bouclier d'Hassaké[63], Jaych al-Charkiya[63], le Liwa al-Fatah[63], le Liwa Sultan Osman[63], Rejal al-Harb[63], le Liwa al-Shimal[63], le 5e régiment[63], Jaych al-Thani[63] et Ahrar al-Cham[66]. Plusieurs de ces brigades sont constituées de combattants turkmènes[23]. Les rebelles forment le gros de l'infanterie, appuyés par les blindés, l'artillerie et l'aviation turque[58],[13].

Du côté des forces kurdes, les YPG compteraient au début de la bataille entre 8 000 et 10 000 combattants à Afrine selon les déclarations du Premier ministre turc, Binali Yıldırım[3]. Puis, après l'arrivée de renforts, les autorités kurdes affirment fin février que 20 000 combattants défendent la région d'Afrine[4]. Ces forces sont commandées par Mahmoud Berxwedan[67],[68]. La commandante des YPJ est Nujin Derik[69]. Des combattants étrangers du Bataillon international de libération et de la Brigade Michael Israel participent également à la bataille du côté des FDS[70],[71], de même que le Conseil militaire syriaque (MFS)[72] et quelques groupes se revendiquant de l'Armée syrienne libre et combattant au sein des Forces démocratiques syriennes, comme Jaych al-Thuwar et le Liwa Chamal al-Democrati[73]. Des combattants yézidis des YBŞ et des YJÊ arrivent également en renfort à Afrine, au moins à partir de début février[74]. Des dizaines de combattants étrangers se battent aussi au sein des forces kurdes pendant la bataille[75]. Ils forment une unité baptisée les « Forces antifascistes à Afrin » (FAAF)[76]. Pour défendre la région, les Kurdes ont érigés des fortifications et creusés des tunnels dans la montagne[77]. Bien qu'Afrine soit enclavée, le régime syrien laisse cependant les Forces démocratiques syriennes traverser son territoire pour y acheminer des renforts[13],[78].

À partir du 23 janvier 2018, le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham, positionné au sud d'Afrine, dans le gouvernorat d'Idleb, annonce à son tour être passé à l'attaque contre les YPG[79].

Selon l'OSDH, des membres des Loups gris prennent également part aux combats[80].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Réunion de l'état-major de l'armée turque en présence du général Hulusi Akar, chef d'État-Major des armées.

Le 20 janvier, le président turc Erdoğan annonce que « L'opération Afrine a commencé de facto sur le terrain. Ensuite, ce sera Manbij. [...] Plus tard, étape par étape, nous débarrasserons notre pays jusqu'à la frontière irakienne de cette croûte de terreur qui essaye de nous assiéger »[49],[81]. L'armée turque confirme que l'opération, baptisée « Rameau d'olivier », a été lancée à 14 heures UTC[82],[83].

Ankara affirme que le régime de Damas a été informé de l'offensive, mais ce dernier dément et condamne une « brutale agression »[83]. Moscou se déclare « préoccupée » et appelle « les parties opposées à faire preuve de retenue »[84]. Les États-Unis font également part de leur désapprobation ; le département d'État américain déclare : « Nous ne pensons pas qu'une opération militaire aille dans le sens de la stabilité régionale, de la stabilité de la Syrie, ou de l'apaisement des craintes de la Turquie pour la sécurité de sa frontière »[49],[85]. Le Secrétaire d'État Rex Tillerson reconnaît cependant « le droit légitime de la Turquie » à se « protéger »[86]. L'Iran réclame l'arrêt de l'offensive ; le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Qasemi déclare : « L'Iran espère que cette opération va cesser immédiatement afin d'empêcher une aggravation de la crise dans les régions frontalières de Turquie et de Syrie »[87]. Le Qatar, proche allié de la Turquie, apporte quant à lui son soutien à l'opération[88]. Le Royaume-Uni affirme pour sa part reconnaître que la Turquie a « un intérêt légitime à assurer la sécurité de ses frontières »[89],[85]. En revanche, la France appelle le 21 janvier la Turquie à cesser son offensive ; la ministre des Armées Florence Parly déclare que « ces combats doivent être arrêtés » car ils pourraient « détourner les forces combattantes kurdes, qui sont à nos côtés et très engagées au sein de la coalition à laquelle la France appartient, dans le combat primordial contre le terrorisme »[90],[85],[91]. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, demande également une réunion urgente du Conseil de sécurité des Nations unies[92]. Celui-ci se réunit le 22 janvier, mais ne condamne ni ne rédige de déclaration commune concernant l'offensive turque à Afrine[93]. Dans l'ensemble, les États-Unis, la Russie, l'Iran et la France appellent juste la Turquie à la « retenue »[94],[95],[96],[97],[21],[52],[98]. De même, l'OTAN affirme le 25 janvier reconnaître à la Turquie son « droit de se défendre » mais « de manière proportionnée et mesurée »[99].

En Allemagne, des voix s'émeuvent également de l'utilisation par l'armée turque de chars Leopard 2, livrés par Berlin à Ankara entre 2006 et 2011[99],[100]. L'Allemagne suspend alors la modernisation prévue des 354 chars acquis par la Turquie[99].

Le 22 janvier, tout en accusant les États-Unis d'« encourager le séparatisme kurde », le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov annonce que les Kurdes du PYD sont invités au « Congrès de paix pour la Syrie », prévu le 30 janvier à Sotchi[101]. Cependant, ces derniers rejettent l'offre le 28 janvier et annoncent qu'ils boycotteront le Congrès de Sotchi en raison de l'offensive à Afrine[102].

Conférence de presse des Forces démocratiques syriennes, le 22 janvier 2018.

Le 22 janvier, les Forces démocratiques syriennes en appellent à la coalition internationale en lui demandant de « prendre ses responsabilités » vis-à-vis de l'offensive turque[103],[104]. Le même jour Sipan Hemo, le commandant général des YPG, accuse la Russie de « trahison »[105]. Le 25 janvier, Othmane al-Cheikh Issa, co-président du Conseil exécutif du canton d'Afrine, demande l'intervention du régime syrien : « L'Etat syrien (...), avec tous les moyens qu'il a, devrait faire face à cette agression et déclarer qu'il ne permettra pas aux avions turcs de survoler l'espace aérien syrien »[106]. Le 27 janvier, le PYD appelle ensuite « la communauté internationale » et « les forces nationales syriennes » à « faire pression par tous les moyens » pour faire cessez l'offensive d'Ankara[107].

En Turquie, l'offensive est soutenue par l'AKP, le MHP et le CHP, ainsi que par les principaux médias, dont les rédacteurs en chefs ont été convoqués par le gouvernement qui a leur délivré quinze « recommandations » à suivre pour faire du « journalisme patriotique » selon l'ONG Médecins sans frontières[108]. Les imams du pays reçoivent pour instruction de réciter chaque jour la sourate de la victoire, tandis que la mairie de Hatay dépêche sur la frontière un orchestre de mehters, vêtus de costumes traditionnels de l'Empire ottoman, afin de soutenir le moral des troupes[108]. Le HDP prend position contre l'intervention et tente d'organiser des manifestations, mais ces dernières sont interdites par la police et plusieurs dizaines de personnes sont arrêtées[108],[109],[110]. Le président Erdoğan menace alors les membres du HDP : « Laissez-moi vous dire ceci : vous êtes suivis à la trace [...] Quelle que soit la place (publique) où vous sortirez, nos forces de sécurité seront sur vous. [...] Je vous le dis: attention ! Si certains suivent ces appels (à manifester) et commettent l'erreur de sortir dans la rue, ils paieront un prix très élevé. [...] C'est une lutte nationale, et nous écraserons quiconque s'oppose à cette lutte nationale »[109]. Du 20 janvier au 5 février, 573 personnes sont arrêtées en Turquie pour « propagande terroriste » sur les réseaux sociaux selon le ministère de l'Intérieur[111].

Du côté de l'opposition syrienne, la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution (CNFOR) — aussi appelée la Coalition nationale syrienne (CNS) — apporte son soutien à l'offensive turque, mais le Conseil national kurde (CNK), pourtant membre de la CNFOR et opposé au PYD, condamne quant à lui l'offensive[112]. L'offensive turque fait également l'objet de critiques au sein des membres de la rébellion syrienne, certains d'entre-eux acceptant mal que d'importantes forces de l'Armée syrienne libre soient mobilisées dans une offensive majeure contre les troupes kurdes d'Afrine alors qu'elles pourraient être engagées contre les forces de Bachar el-Assad qui progressent au même moment dans la région d'Idleb[113].

Pour le gouvernement turc, l'offensive d'Afrine n'est cependant qu'une première étape contre le PYD. Le 10 mars, le président Erdoğan déclare qu'une fois Afrine « nettoyée des terroristes, nous nettoierons aussi Manbij, Aïn al-Arab (Kobané), Tell Abyad, Ras al-Aïn et Qamichli »[114].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Évolution de la situation à Afrine entre le 20 février et le 18 mars 2018 :

Le 20 janvier, des troupes rebelles syriennes entrent dans la région d'Afrine[83]. Les forces aériennes turques poursuivent pour leur part leurs bombardements[115]. Selon l'armée turque, en une journée, 153 cibles, dont la base aérienne de Menagh, des abris et des caches d'armes, ont été frappées par 72 appareils[116].

Le 21 janvier, à 8 heures UTC, des troupes de l'armée turque entrent à leur tour dans la région d'Afrine[116],[117]. Les combats ont lieu au nord et à l'ouest d'Afrine[118],[119]. La situation évolue peu lors des deux premiers jours d'affrontements[118] : l'agence de presse turque Anadolu déclare que les forces rebelles et turques ont progressé de cinq kilomètres à l'intérieur du territoire syrien[2], mais les YPG affirment avoir repoussé la première incursion[92], tandis que l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) confirme que les Kurdes ont repris une partie du terrain perdu[119],[120].

Le 22 janvier, le Premier ministre turc affirme que onze villages ont été pris aux YPG depuis le début de l'offensive[121]. Les rebelles passent également à l'attaque à l'Est, depuis la ville d'Azaz, située à 20 kilomètres d'Afrine : plusieurs centaines de combattants s'emparent de la colline de Barsaya, mais les Kurdes contre-attaquent et la reprennent au bout de quelques heures[121],[122]. Le 23 janvier, les forces rebelles et kurdes repartent à l'assaut dans le secteur d'Azaz et entrent dans le village de Qastal Jando, cependant les combats se concentrent principalement au nord et au sud-ouest d'Afrine[86],[123]. Le même jour, les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham passent à l'attaque depuis le gouvernorat d'Idleb, au sud d'Afrine : les combats ont lieu près des ruines du monastère Saint-Siméon-le-Stylite et de la localité de Darat Izza[79]. Les autorités kurdes lancent un appel à la « mobilisation générale » et invitent les civils à rejoindre les centres des Forces démocratiques syriennes[124].

Des militaires turcs et des rebelles de l'Armée syrienne libre au sommet de la colline de Barsaya, le 29 janvier 2018.

Dans les premiers jours, les forces kurdes parviennent à contenir les offensives de l'ASL et de l'armée turque[125],[126]. Selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) : « Dès qu'il y a conquête d'un village, il y a automatiquement une contre-offensive des Kurdes qui reprennent le contrôle de ce village »[125]. Au soir du 24 janvier, les forces turques et rebelles ne contrôlent que deux ou trois villages[125].

Le 26 janvier, les vestiges du temple d'Aïn Dara, vieux de trois millénaires, sont touchés par des frappes aériennes de l'armée turque. Selon l'OSDH, « l'ampleur des destructions est de 60% »[127].

Le 28 janvier, après plusieurs jours de pluie et de brouillard, les forces turques et rebelles profitent d'un temps clair pour intensifier leurs bombardements et tenter à nouveau d'emporter la colline stratégique de Barsaya, près d'Azaz[107]. L'assaut est lancé par les rebelles et les forces spéciales turques qui reprennent la colline de Barsaya en début d'après-midi après avoir tué au moins une douzaine de combattants kurdes et fait prisonnier deux autres[128],[18]. Le 1er février, l'ASL s'empare également de la petite ville de Bulbul (en)[129].

Cependant sur l'ensemble des fronts, les forces turques et rebelles piétinent et n'enregistrent qu'une faible progression[130],[13]. Le 30 janvier, ils ne contrôlent qu'une dizaine de villages dans la région d'Afrine selon l'OSDH[131],[132]. Le 2 février, ils en contrôlent 15[133].

Des rebelles de l'Armée syrienne libre avec un blindé ACV-15 lors de l'offensive d'Afrine, le 25 janvier 2018.

Le 3 février, sept soldats turcs sont tués au combat, dont cinq dans un char Leopard 2 détruit par un missile antichar[134],[135],[136],[13]. Le 7 février, la principale usine de traitement et de pompage approvisionnant Afrine en eau est endommagée par des bombardements[137]. La journée du 10 février est particulièrement meurtrière pour l'armée turque : onze soldats sont tués, onze autres sont blessés et un hélicoptère est abattu par les YPG à l'ouest d'Afrine, dans le secteur de Rajo[138],[14],[139].

La progression des forces turques et rebelles est très lente : mi-février, elles ne contrôlent qu'une vingtaine de villages[140],[77].

Le 17 février, les FDS mènent pour la première fois une attaque en Turquie, contre un poste de police près de Kırıkhan, dans la province de Hatay ; les médias turcs font état de deux soldats et cinq rebelles syriens blessés par des tirs de mortier[141].

Entrée de miliciens pro-régime à Afrine, le 20 février 2018.

Mais parallèlement aux combats, les Kurdes du PYD ouvrent des négociations avec le régime de Bachar el-Assad afin d'obtenir un déploiement de forces de l'armée syrienne, espérant ainsi pousser les Turcs et les rebelles à renoncer à prendre Afrine[142],[143],[144],[145],[146]. Le 20 février, l'accord est conclu et les premières forces pro-régime — des miliciens des Forces de défense nationale et du Liwa al-Baqir — entrent dans l'enclave d'Afrine[147],[5],[148]. Les Turcs effectuent alors des « tirs d'avertissement » — qui pourraient avoir fait deux morts et cinq blessés parmi les miliciens — mais qui n'empêchent pas les loyalistes d'entrer dans la ville d'Afrine, où le drapeau du régime syrien n'avait plus été observé depuis 2012[5],[148],[149]. Cependant en dépit de l'intervention loyaliste, la Turquie dépêche le même jour 1 200 hommes en renfort et poursuit son offensive et ses bombardements sur Afrine[150],[148],[151]. Les termes de l'accord définitif auraient également déplu à la Russie, qui aurait souhaité ménager la Turquie avec un désarmement des YPG et la reprise de l'administration d'Afine par le régime syrien[152].

Des centaines de combattants loyalistes entrent dans la région d'Afrine le 20 février[5] et des dizaines d'autres suivent le lendemain[153]. Cependant ces forces sont estimées insuffisantes par les YPG qui demandent un intervention de l'armée syrienne[154]. De son côté, Ankara annonce le 26 février le déploiement des forces spéciales de la police et de la gendarmerie en vue des combats urbains à Afrine[155].

À cette période, la progression des Turcs et des rebelles s'accélère. Le 19 février, ces derniers contrôlent 33 villages[156]. Le 20 février, ils s'emparent en une journée de 11 villages[157]. Les rebelles et l'armée turque continuent d'avancer et occupent 49 villages le 21 février, soit 14 % des villages d'Afrine[158], puis 59 villages le 23 février[159], 65 villages le 24 février[160], 75 villages le 25 février[161], 80 villages le 2 mars[162], 95 villages le 4 mars[163] et 100 villages le 6 mars, soit 30 % des villages de la région d'Afrine[164].

Des combattants de Jaych al-Thuwar et du Liwa Chamal al-Democrati, intégrés aux Forces démocratiques syriennes, le 6 mars 2018, dans le stade de Raqqa, annonçant leur départ pour Afrine afin de défendre la ville contre l'armée turque.

Le 22 février, un convoi de 130 véhicules civils venus de Qamichli pour manifester contre l'offensive est bombardé par l'aviation turque près du village de Basutê, à dix kilomètres au sud d'Afrine ; la frappe fait au moins un mort et 14 blessés[165].

Le 24 février, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte une résolution réclamant un cessez-le-feu humanitaire d'un mois pour l'ensemble de la Syrie, cependant la Turquie refuse d'observer une trêve à Afrine et affirme son intention de continuer à combattre les « terroristes »[166],[167],[168].

Le 1er mars, des soldats turcs tombent dans une embuscade : huit d'entre-eux sont tués et treize blessés[169]. Le même jour dans la soirée, au moins 14 miliciens pro-régime et trois combattants kurdes sont tués par des frappes aériennes turques contre le village de Jamma, au nord-est d'Afrine[170]. Le 2 mars, au moins 36 miliciens loyalistes sont encore tués par des frappes turques contre le même village[171]. Le 3 mars, les Turcs et les rebelles entrent dans la ville de Rajo (en), au nord-ouest d'Afrine[171],[172]. Les miliciens du régime participent aux combats dans cette zone : quatre d'entre-eux y sont tués le 2 mars[171]. Le 4 mars, Rajo est conquise en totalité par les rebelles et les Turcs[163],[173].

Les forces rebelles et turques attaquent ensuite la petite ville de Jandairis (en), située à 17 kilomètres sud-ouest d'Afrine[174]. Le 5 mars, au moins 13 civils sont tués par des bombardements turcs contre cette localités[175],[176]. Le 8 mars, la ville de Jandairis est entièrement conquise[177],[178].

Les forces kurdes sont alors en difficulté et commencent à être dépassées par les forces aériennes, l'artillerie et les armes lourdes de leurs adversaires[179],[174]. Les rebelles et les Turcs se rapprochent d'Afrine par le Nord-Est[179] : le 9 mars, ils sont à 10 kilomètres de la ville[179] et le 10 mars, à quatre kilomètres[180],[181]. À l'intérieur de la ville, la situation s'aggrave pour les civils : des villageois fuyant les combats se réfugient dans le centre-ville, où ils se cachent dans des caves, dorment dans les rues ou dans des bâtiments en construction ; le réseau de distribution d'eau est endommagé et l'eau courante coupée ; les communications téléphoniques sont également coupées, seuls quelques foyers restent reliés au reste du monde par des connexions à Internet par satellite[179]. Le 12 mars, des centaines de civils commencent à fuir la ville[182]. Selon l'OSDH, plus de 200 000 civils fuient Afrine entre le 14 et le 17 mars[183]. L'ONU enregistre pour sa part 98 000 déplacés hors de la région d'Afrine à la date du 19 mars[8].

Évolution de la situation à Afrine au cours de la bataille :
Des militaires turcs et des rebelles brandissant les drapeaux de la Turquie et de l'Armée syrienne libre dans un bâtiment officiel d'Afrine, le 18 mars 2018.

L'armée turque progresse ensuite à l'est d'Afrine et tente d'encercler la ville[184],[185],[186]. Au 14 mars, les Kurdes ne disposent que d'une seule voie de sortie : la route de Nobl et Zahraa, au sud d'Afrine, mais elle est constamment bombardée[186]. Le 14 mars, au moins 10 miliciens loyalistes sont notamment tués par des frappes aériennes turques près de Nobl et Zahraa, deux villes contrôlées par le régime syrien[187]. Le 16 mars, au moins 27 civils sont tués par des tirs d'artillerie turcs[188]. L'unique hôpital de la ville d'Afrine est bombardé par l'aviation turque et au moins 16 civils sont tués selon l'OSDH, dont deux femmes enceintes[189],[190],[191]. Le même jour, l'aviation turque largue des tracts appelant les défenseurs de la ville à se rendre et à « faire confiance à la justice turque »[192].

Le matin du 18 mars, l'armée turque et les rebelles de l'Armée syrienne libre entrent dans la ville d'Afrine par le nord, l'ouest et l'est et s'en emparent en quelques heures quasiment sans combattre[11],[193],[194],[195],[196]. La ville est alors désertée par la grande majorité de sa population civile et les combattants kurdes battent en retraite vers Tall Rifaat, en direction du sud-est[196],[197]. Selon l'OSDH, 13 rebelles sont cependant tués et 25 blessés par l'explosion de mines[198],[16]. Des drapeaux de la Turquie et de l'Armée syrienne libre sont hissés sur plusieurs points de la ville et les portraits d'Abdullah Öcalan sont abattus[196],[193]. La statue de Kaveh, une figure mythique du panthéon kurde, est détruite par les rebelles[199],[197],[8],[196]. Des bâtiments politiques et militaires, des magasins et des habitations civiles sont également pillées par les rebelles[200],[8],[201],[193].

Le jour de la chute d'Afrine, les YPG annoncent leur intention de poursuivre la guérilla[202],[203]. Othman Sheikh Issa, le coprésident de l'autorité exécutive d'Afrine, déclare alors : « Nos forces sont présente partout dans Afrin. Ces forces frapperont les positions de l'ennemi turc et de ses mercenaires à chaque opportunité (...). Partout dans Afrin, nos forces deviendront un véritable cauchemar »[202],[203].

Le 22 mars, trois soldats turcs sont tués et trois sont blessés lors d'une opération de déminage[204]. Le 25 mars, des combats éclatent à Afrine entre deux groupes rebelles, Ahrar al-Charkiya et la Division al-Hamza, initialement à cause du pillage d'une maison à Afrine[205],[206],[207]. Un chef d'Ahrar al-Charkiya est tué tandis que plusieurs hommes de la Division d'al-Hamza sont faits prisonniers[207]. La Division al-Hamza est chassée d'Afrine et les combats s'étendent à al-Raï et al-Bab, jusqu'à ce que la Turquie et d'autres groupes rebelles interviennent pour mettre fin aux affrontements[207].

Après la prise d'Afrine, l'armée turque continue de s'emparer de quelques villages dans les jours qui suivent[208]. Le 25 mars, elle annonce que la région d'Afrine est entièrement sous son contrôle[208]. Le même jour, le président turc Recep Tayyip Erdoğan annonce que l'enclave de Tall Rifaat, située à une vingtaine de kilomètre à l'est d'Afrine, est le prochain objectif de l'opération[209]. Cependant fin mars, les Forces démocratiques syriennes se retirent de Tal Rifaat et l'armée syrienne réinvestit la ville[210].

Déplacés[modifier | modifier le code]

L'offensive d'Afrine provoque l'exode d'une large partie de la population de la région, les Kurdes accusent alors la Turquie de « nettoyage ethnique »[211],[212],[213]. La communauté yézidie, l'une des dernières de Syrie, fuit également massivement la région ; des yézidis sont menacés et insultés par des rebelles et plusieurs de leurs mausolées sont saccagés ou détruits[214]. À la date du 18 mars, après la chute de la ville d'Afrine, l'OSDH affirme que 250 000 civils ont fui l'avancée des forces turques et rebelles[215]. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), environ 167 000 civils se sont enfuis : 137 000 d'entre-eux ont trouvé refuge dans la ville de Tall Rifaat, toujours contrôlée par les Forces démocratiques syriennes, les autres à Nobl et Zahraa, tenues par le régime syrien, ou dans des villages environnants[9],[215]. L'ONU estime alors que 50 000 à 70 000 personnes sont toujours présentes à l'intérieur de la ville d'Afrine fin mars[9].

Exactions[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier, une combattante kurde des YPJ nommée Barîn Kobanê est tuée au combat au nord d'Afrine et son cadavre est mutilé par des rebelles ; la vidéo de ces exactions est publiée le 2 février par l'OSDH et provoque un grand retentissement et une forte indignation dans le camp kurde[216],[217],[218],[219],[13].

Le 22 février, l'OSDH affirme avoir de nouveau reçu deux vidéos montrant l'exécutions de sept civils, dont des femmes, par des rebelles[220].

Amnesty International dénonce également les bombardements effectués dans des zones civiles par les forces turques et, dans une moindre mesure, par les forces kurdes des YPG[221],[222].

Le , le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) affirme que les forces kurdes empêchent la plupart des civils de quitter la ville d'Afrine et s’inquiète du risque que ces derniers soient utilisés comme boucliers humains[223],[224].

Après la prise d'Afrine, les exactions des rebelles contre les civils kurdes se poursuivent dans les mois qui suivent : vols, pillages, saisies des maisons abandonnées, assassinats, enlèvements contre rançon[225].

Le , Amnesty International appelle la Turquie à mettre un terme aux « graves violations des droits de l'homme » à Afrine[226],[227]. L'ONG publie un rapport dans lequel elle indique que les habitants d'Afrine « endurent de multiples atteintes aux droits de l'homme, qui sont pour la plupart le fait de groupes armés syriens équipés et armés par la Turquie. [...] Ces violations, sur lesquelles les forces armées turques ferment les yeux, englobent des détentions arbitraires, des disparitions forcées, la confiscation de biens et des pillages »[226]. Diana Semaan, chercheuse pour Amnesty International, affirme qu'« Il règne à Afrin un climat de terreur. Les groupes armés syriens règnent en maîtres dans l’espace public. Les habitants, majoritairement kurdes, qu’ils perçoivent comme leurs ennemis, se sont vu confisquer leur ville et sentent qu’ils ne sont pas à l’abri de violences arbitraires de leur part. Cette peur paralyse les habitants et rend particulièrement difficile la recherche d’informations. Nous avons la certitude qu’il y a beaucoup plus de cas de disparitions et de tortures que ceux que nous avons pu établir »[228]. Selon le rapport, des civils sont enlevés pour des raison politiques ou bien dans le but d'en retirer des rançons, certains sont torturés, d'autres disparaissent, de nombreuses maisons sont pillées ou confisquées, et la Turquie laisse « toute latitude » aux groupes rebelles qui occupent Afrine[228],[229]. Amnesty indique que « des sources locales ont évoqué au moins 86 cas de détention arbitraire, de torture et de disparition forcée »[227]. Presque toutes les écoles de la ville sont fermées ou occupée par les rebelles, une école de Shara est notamment convertie en quartier général de la police et une autre de Jandiris comme centre de soins d’urgence[227]. L'Université est également fermée après avoir été pillée[227]. Plusieurs témoins interrogés désignent les groupes Front du Levant, la 55e division, Faylaq al-Cham, la Division Sultan Mourad et Ahrar al-Charkiya comme auteurs de ces exactions[227].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 403 rebelles, 469 combattants YPG et HXP, 91 combattants loyalistes, 78 soldats turcs et 289 civils, dont 28 femmes et 43 enfants, ont été tués entre le 20 janvier et le 17 mars 2018[230]. Le 18 mars, l'OSDH hausse les pertes des YPG et des HXP à 1 500 morts — la plupart des pertes ayant été causées par les frappes aériennes et des tirs d'artillerie — et donne un bilan de 437 morts pour les rebelles, 78 morts pour l'armée turque, 91 morts pour les miliciens loyalistes et 289 civils tués[6],[16],[11],[203]. Au 28 mars, l'OSDH estime qu'au moins 463 rebelles, 1 506 combattants YPG et HXP, 91 combattants loyalistes et 80 soldats turcs ont été tués[12].

Le 7 mars, les Forces démocratiques syriennes affirment que les combats ont fait 283 morts dans leurs rangs, contre 1 588 morts pour la Turquie et ses alliés, et que 165 civils ont été tués et 650 blessés[15]. Le 18 mars, les Forces démocratiques syriennes déclarent déplorer 820 morts dans leurs rangs depuis le début de l'offensive et affirment que 500 civils ont été tués et 1 030 blessés[7].

Au 25 mars 2018, la Turquie affirme que 302 rebelles de l'ASL ont été tués et que 3 747 « terroristes » ont été « neutralisés » depuis le début de l'offensive[10]. Le 18 mars, après la prise d'Afrine, l'armée turque déclare que ses pertes sont alors de 46 morts et 225 blessés[11]. À la date du 22 mars, la Turquie déclare que 49 de ses soldats ont été tués lors de l'offensive[231].

À la date du 21 février 2018, le média syrien Aleppo 24, favorable à l'opposition, affirme avoir recensé la mort d'au moins 77 rebelles, 31 soldats turcs, 405 combattants des YPG, dont 46 membres des YPJ et 8 combattants étrangers, ainsi que 47 civils tués par les bombardements et les tirs d'artillerie turcs, 13 civils tués en Syrie par l'artillerie des YPG et 5 civils tués en Turquie par l'artillerie des YPG. Il affirme également qu'au moins 38 membres des YPG ont été faits prisonniers[232].

Les autorités du Rojava affirment le 17 février, en citant l'hôpital d'Afrin, que 180 civils ont été tués et 413 blessés entre le 20 janvier et le 13 février 2018[165].

Selon le Croissant-Rouge kurde, 93 civils ont été tués, dont 24 enfants, et 313 blessés, dont 51 enfants, entre le 22 janvier et le 21 février 2018[221].

En Turquie, quatre civils sont également tués et plusieurs autres blessés par des tirs de roquettes effectués par les YPG depuis la Syrie[126].

Au moins quatre volontaires occidentaux — un Français, un Espagnol, un Islandais et une Britannique — trouvent également la mort à Afrine en combattant au sein des forces kurdes ; tous sont tués par des frappes aériennes turques[233],[234],[235],[236],[237]. Au moins quatre volontaires turcs du Bataillon international de libération — dont deux combattants du TKEP/L, un du DKP et un du THKP-C/MLSPB — et un autre de la Brigade Michael Israel sont également tués pendant la bataille[71].

Le 14 avril 2018, l'état-major turc indique qu'au total 4 157 « terroristes » ont été « neutralisés » depuis le début de l'opération[238].

Conséquences[modifier | modifier le code]

La perte d'Afrine est un rude coup pour les Kurdes du PYD qui perdent un de leurs bastions historiques et une zone à majorité kurde[54],[239],[240]. La Turquie consolide pour sa part son emprise dans le nord-ouest de la Syrie et relie ainsi les régions d'Idleb et d'al-Bab[8],[241].

Le 19 mars, le président turc Recep Tayyip Erdoğan confirme son intention de poursuivre l'offensive en Syrie et même en Irak : « En prenant hier le contrôle du centre de la ville d'Afrin, nous avons réalisé la phase principale de l'opération Rameau d'olivier. Maintenant, nous allons continuer vers Manbij, Aïn al Arab, Tall Abyad, Ras al-Aïn et Qamichli, jusqu'à ce que ce corridor disparaisse »[242]. Il menace également d'intervenir à Sinjar, en Irak, et déclare au gouvernement irakien : « Si vous êtes incapables de repousser cette menace, nous pouvons entrer une nuit dans la région de Sinjar et la nettoyer du PKK. [...] Si vous êtes nos amis, si vous êtes nos frères, alors vous nous aiderez ! »[242]. Cependant si l'armée américaine n'était pas déployée dans la région d'Afrine, elle est en revanche présente dans les autres territoires contrôlés par les Forces démocratiques syriennes[213]. Le 19 mars, la porte-parole du département d'Etat des États-Unis, Heather Nauert, déclare : « Nous avons à plusieurs reprises exprimé notre profonde préoccupation aux autorités turques à propos de la situation à Afrine »[243]. Le 21 mars, la chancelière allemande Angela Merkel déclare : « C'est inacceptable ce qu'il se passe à Afrine où des milliers et des milliers de civils sont réprimés, meurent ou sont forcés à la fuite, nous le condamnons de la manière la plus ferme »[244]. Le régime syrien condamne pour sa part la prise d'Afrine et réclame « le retrait immédiat des envahisseurs »[242].

En avril 2018, la bataille de la Ghouta orientale s'achève près de Damas et les rebelles capitulent en échange de leur évacuation vers le nord de la Syrie. Des dizaines de milliers des combattants et de civils sont alors conduits vers Idleb et Jarablus. Une large partie d'entre-eux s'installe alors dans la région d'Afrine, certains s'établissent dans des maisons abandonnées par leurs anciens propriétaires[245],[246],[247].

Les 17 et 18 novembre 2018, des combats éclatent à Afrine entre groupes rebelles. Ils opposent un seul groupe, Tajamo Chouhada al-Charkiya, accusé selon l'OSDH de ne pas respecter « les décisions des forces turques » et « de multiples abus », à toutes autres factions soutenues par la Turquie. Selon l'OSDH, les combats font au moins 32 morts, dont 14 du côté de Tajamo Chouhada al-Charkiya[248],[249],[250],[251],[252].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Rapports[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Reportages photographiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bilans des pertes civiles :
  2. a et b Bilans des pertes turques :
    • 46 morts et 225 blessés du 20 janvier au 18 mars 2018, selon l'armée turque[10],[11]
    • 80 morts au moins du 20 janvier au 28 mars 2018, selon l'OSDH[12]
  3. Bilans des pertes rebelles :
  4. Bilans des pertes des Forces démocratiques syriennes :
  5. Bilans des pertes loyalistes :
    • 91 morts au moins du 20 janvier au 18 mars 2018, selon l'OSDH[12]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mehmet Guzel et Philip Issa, Turkish jets bombard Kurdislh-run city of Afrin in Syria, AP, 20 janvier 2018.
  2. a b c d e f g et h Qui sont les rebelles engagés dans l'opération turque en Syrie?, AFP, 22 janvier 2018.
  3. a b c d et e Quentin Raverd, La Turquie s'attaque aux Kurdes de Syrie, Libération, 21 janvier 2018.
  4. a et b Eric Schmitt et Rod Nordland, Amid Turkish Assault, Kurdish Forces Are Drawn Away From U.S. Fight With ISIS, The New York Time, 28 février 2018.
  5. a b c et d Syrie : des combattants pro-régime entrent dans l'enclave kurde d'Afrin, France 24 avec AFP, 20 février 2018.
  6. a et b The Turkish forces impose their full control on the entire area of Afrin amid the continuation of the resistance in some areas, OSDH, 18 mars 2018.
  7. a b et c Afrin administration: The war has moved to another stage, ANF, 18 mars 2018.
  8. a b c d et e Marie Jégo, En Syrie, après la chute d’Afrin jusqu’où ira l’armée turque ?, Le Monde, 19 mars 2018.
  9. a b et c Syrie: 167.000 déplacés par les hostilités dans la région d'Afrine indique l'ONU, AFP, 23 mars 2018.
  10. a b c et d Nilay Kar, Erdogan says 3,747 terrorists 'neutralized' in Afrin op, Agence Anadolu, 25 mars 2018.
  11. a b c et d Syrie: Afrine prise par les Turcs, des centaines de milliers de Kurdes fuient, L'Express avec AFP, 18 mars 2018.
  12. a b c d et e YPG fighters continue their operations in Afrin area against “Olive Branch” Operations Forces, OSDH, 18 mars 2018.
  13. a b c d e et f Allan Kaval, Syrie : l’offensive turque piétine à Afrin, Le Monde, 7 février 2018.
  14. a et b Un hélicoptère turc abattu vers Afrin par les Kurdes syriens, Reuters, 10 février 2018.
  15. a b et c The Statistics Of The Military Operations Since The Start Of The Turkish Aggression On Afrin On 20-Jan-2018, sdf-press.com, 7 mars 2018.
  16. a b et c About 40 members of the “Olive Branch” Factions were killed and injured in a mine explosion on the first day of their control of Afrin with the Turkish forces, and the looting operations continue in the city, OSDH, 18 mars 2018.
  17. The fighting continues in Afrin area between the forces of the “Olive Branch” Operation against the Kurdish units and renewed Turkish shelling targets several villages in the townships of Afrin, OSDH, 5 février 2018.
  18. a et b After tens of raids, the Turkish forces and their allied opposition forces control Bersaya town, after several failed attempts within a week, OSDH, 28 janvier 2018.
  19. a b et c Syrie: la région d'Afrine, laboratoire de l'administration kurde autonome, AFP, 20 janvier 2018.
  20. Synthèse des évènements dans le gouvernorat d’Alep, syrianfacts, 3 décembre 2012.
  21. a b et c Allan Kaval, Syrie : les alliés occidentaux de Kurdes impuissants face à l’offensive turque, Le Monde, 23 janvier 2018.
  22. a b et c Chris Den Hond, Escalade aventureuse de la Turquie contre les Kurdes, Orient XXI, 24 janvier 2018.
  23. a b c d e f g et h Benjamin Barthe, L’Armée syrienne libre, de la lutte contre Assad à la milice proturque, Le Monde, 30 janvier 2018.
  24. a et b Caroline Hayek, Pourquoi Afrin est dans la ligne de mire d’Ankara, OLJ, 7 juillet 2017.
  25. Offensive turque en préparation contre les Kurdes en Syrie, Challenges avec Reuters, 7 juillet 2017.
  26. Renewed clashes in the south of Aleppo and the SDF shell the vicinity of Afrin in the western countryside of Aleppo, OSDH, 25 novembre 2017.
  27. Louis Imbert, « La Russie bloque l’offensive de la Turquie en Syrie », Le Monde, 21 mars 2017.
  28. « Moscou dit ne pas projeter de nouvelles bases en Syrie », Reuters, 20 mars 2017.
  29. a et b Marie Jégo, La relation turco-russe à l’épreuve des Kurdes syriens, Le Monde, 13 novembre 2017.
  30. a b c d et e Marie Jégo, Syrie : Erdogan prêt à envahir l’enclave d’Afrin, Le Monde, 19 janvier 2018.
  31. Anthony Samrani, Pourquoi la position turque est intenable en Syrie, OLJ, 18 janvier 2018.
  32. Turkish artillery shelling targets Afrin area and the regime forces target Al-Houla in the north of Homs, OSDH, 13 janvier 2018.
  33. Turkish forces carry out the 2nd round of artillery shelling on the areas controlled by the Kurdish forces in Afrin accompanied with clashes, OSDH, 14 janvier 2018.
  34. Afrin witnesses the fifth round of the Turkish shelling in about 48 hours after the start of the escalation on the area, OSDH, 15 janvier 2018.
  35. In the 6th day of escalation…the Turkish forces shell Afrin countryside with continuation of the military operations and bringing reinforcements at the border line, OSDH, 18 janvier 2018.
  36. Syrie: Ankara bombarde une enclave kurde avant une offensive attendue, AFP, 19 janvier 2018.
  37. Hundreds of the factions’ fighters head to the borders of Turkey and Iskenderun with Afrin in a preparation for the attack which will be carried out through 10 fronts at least, OSDH, 19 janvier 2018.
  38. a et b Syrie : les Kurdes vont constituer une force frontalière avec la coalition internationale, France 24 avec Reuters, 14 janvier 2018.
  39. Georges Malbrunot, Les États-Unis forment 30.000 alliés dans le nord de la Syrie, Le Figaro, 15 janvier 2018.
  40. Damas, Moscou et Ankara dénoncent le projet américain en Syrie, Reuters, 15 janvier 2018.
  41. Syrie: l'opposition condamne le projet de force frontalière voulue par Washington, AFP, 17 janvier 2018.
  42. Téhéran dénonce le projet américain en Syrie, Le Figaro avec Reuters, 16 janvier 2018.
  43. Philippe Gélie, Syrie : Washington pris à revers par Ankara, Le Figaro, 23 janvier 2018.
  44. Syrie: Erdogan menace la "force frontalière" parrainée par Washington, AFP, 15 janvier 2018.
  45. Pas de force frontalière américaine en Syrie, affirme Tillerson, Reuters, 18 janvier 2018.
  46. Syrie: grandes manifestations en territoires kurdes contre Ankara, AFP, 18 janvier 2018.
  47. La Turquie poursuit son offensive contre une enclave kurde en Syrie, AFP, 21 janvier 2018.
  48. Syrie: la Turquie annonce de nouvelles frappes contre des positions kurdes, AFP, 20 janvier 2018.
  49. a b et c Syrie : la Turquie lance une offensive contre une milice kurde, Le Point avec AFP, 20 janvier 2018.
  50. Élie Saïkali, La Turquie ouvre les hostilités à Afrine, OLJ, 20 janvier 2018.
  51. a et b Samia Medawar, Opération rameau d'olivier : les risques d'un embrasement, OLJ, 22 janvier 2018.
  52. a et b Luc Mathieu, Kurdistan syrien : le front qui fait craindre la contagion, Libération, 23 janvier 2018/
  53. Offensive turque en Syrie : les militaires russes retirés de la zone d'Afrine, AFP, 20 janvier 2018.
  54. a et b Georges Malbrunot, Après Afrine, la Turquie veut élargir l'offensive contre les Kurdes syriens, Le Figaro, 20 mars 2018.
  55. Offensive turque au Kurdistan : Erdogan affirme avoir l'aval de Moscou, l'ONU dans l'embarras, L'Obs avec AFP, 22 janvier 2018.
  56. Après la prise d’Afrin, jusqu’où ira l’armée turque en Syrie ?, Le Monde, 20 mars 2018.
  57. a et b Suleiman Al-Khalidi, FSA commander says 25,000 Syrian rebels back Turkish force in Syria, Reuters, 21 janvier 2018.
  58. a b c et d Clément Daniez, "Rameau d'olivier": qui sont ces rebelles syriens alliés à l'armée turque?, L'Express, 23 janvier 2018.
  59. Caroline Hayek, Kurdes et rebelles syriens racontent la bataille d’Afrine, OLJ, 24 janvier 2018.
  60. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Zeytin Dalı Harekâtına Katılan Suriyeli Muhalif Gruplar, Suriye Gündemi, 29 janvier 2018.
  61. (en) Kurdish National Council participates in aggression against Afrin, ANHA, 24 janvier 2018.
  62. Who Are the Pro-Turkey Rebels Advancing on Syria's Afrin, AFP, 22 janvier 2018.
  63. a b c d e f g h i j k l m n et o Syrian Rebel Brigades Participating in the Operation Olive Branch 18 January 2018, Suriye Gündemi, 18 février 2018.
  64. (en) Northern Storm brigade marches for Azaz, preparing for Afrin battle in Aleppo, SMART News Agency, 20 janvier 2018.
  65. QalaatAlMudiq, #Pt. Jaish Nasr on its way to take Diwan Fowqani & nearby hills from #YPG, using at least one Panthera F9. #Afrin, Twitter, 15 février 2018.
  66. Caroline Hayek, D’Idleb à Afrine en passant par Alep : itinéraire d’un jeune rebelle syrien, OLJ, 12 février 2018.
  67. (en) SDF launches revolutionary operation in Afrin, ANHA, 21 janvier 2018.
  68. Turkey, Kurds may be headed towards full-blown conflict in Afrin, Rudaw, 30 juin 2017.
  69. Nujin Derik, Now Turkey Wants to Destroy It., The New York Times, 29 janvier 2018.
  70. (de) Deutsche kämpfen gegen Erdogan, BILD, 27 janvier 2018.
  71. a et b Syrie - Brigade Michael Israel: des volontaires antifascistes contre l'armée turque, France Soir, 16 mai 2018.
  72. SyriacMilitaryMFS, Breaking: #Syriac Military Council, MFS will send fighters to the #Afrin front in support of SDF-YPG/J to the defense of the region and populations against Turkey & allied forces. #Syria (more info & statement will follow), Twitter, 28 janvier 2018.
  73. Thomas van Linge, (en) #Syria: the revolutionary #FSA groups of the #Efrin region (Jaysh al-Thuwar, Jabhat al-Akrad. Liwa Shamal al-Democrati) say they're ready to come to the defense of Efrin and fight the Turkish force of #OperationOliveBranch, Twitter, 26 janvier 2018.
  74. The convoy of Kurdish fighters travelled freely through #Assad-controlled territory in S. #Aleppo.They were accompanied by #PKK-linked Yazidi militia, #YBS, who’d come from #Sinjar in #Iraq., twitter, 8 février 2018.
  75. Sarah Leduc et Wassim Nasr, Aux côtés des Kurdes à Afrin : la litigieuse question du retour des combattants français (2/2), France 24, 23 février 2018.
  76. Allan Kaval, Syrie : des volontaires occidentaux comptent rester « jusqu’au bout » avec les forces kurdes à Afrin, Le Monde, 14 mars 2018.
  77. a et b Delphine Minoui, Syrie : après avoir vaincu Daech, les Kurdes sous le feu de l'armée turque, Le Figaro, 11 février 2018.
  78. Laila Bassam et Tom Perry, Les Kurdes syriens soutenus par Damas contre les raids turcs, Reuters, 12 février 2018.
  79. a et b Madjid Zerrouky, A Afrin, forces turques et djihadistes se côtoient dans les combats, Le Monde, 25 janvier 2018.
  80. With the participation of the Grey Wolves, violent battles are still ongoing in Afrin between the Turkish forces and their allied factions against the YPG, OSDH, 29 janvier 2018.
  81. La Turquie annonce le lancement d’une opération militaire en Syrie, Le Monde avec AFP, 20 janvier 2018.
  82. Syrie : l'armée turque confirme le début de l'opération "Rameau d'olivier", AFP, 20 janvier 2018.
  83. a b et c Offensive turque en Syrie: la Syrie nie avoir été informée par Ankara de l'attaque "brutale" sur Afrine, AFP, 20 janvier 2018.
  84. Offensive turque en Syrie : Moscou "préoccupée", appelle à la "retenue", AFP, 20 janvier 2018.
  85. a b et c La Turquie attaque les alliés de Washington en Syrie, L'Express avec AFP, 21 janvier 2018.
  86. a et b Turquie: des combats acharnés au quatrième jour de l'offensive turque, RFI avec AFP, 23 janvier 2018.
  87. L'Iran réclame l'arrêt immédiat de l'offensive turque en Syrie, Reuters, 21 janvier 2018.
  88. Soutien du Qatar à l'offensive turque contre des Kurdes en Syrie, AFP, 23 janvier 2018.
  89. Syrie : Londres comprend l'"intérêt légitime" de la Turquie à sécuriser sa frontière, AFP, 20 janvier 2018.
  90. Paris appelle Ankara à cesser son offensive contre les Kurdes syriens, L'Obs avec AFP, 21 janvier 2018.
  91. Paris appelle Ankara à cesser son offensive contre les Kurdes syriens, AFP, 21 janvier 2018.
  92. a et b Syrie : l'armée turque affirme être entrée dans Afrin, les Kurdes démentent, France 24 avec AFP et Reuters, 21 janvier 2018.
  93. Offensive turque à Afrine: pas de condamnation du Conseil de sécurité, AFP, 22 janvier 2018.
  94. Offensive en Syrie: Washington appelle Ankara à la "retenue", AFP, 23 janvier 2018.
  95. Paris "comprend" Ankara mais appelle à la retenue en Syrie, Reuters, 23 janvier 2018.
  96. Siavosh Ghazi, Offensive turque en Syrie: Téhéran appelle à la retenue, RFI, 21 janvier 2018.
  97. Offensive turque en Syrie: Moscou "préoccupée" appelle à la "retenue", AFP, 20 janvier 2018.
  98. Offensive turque en Syrie: les Kurdes craignent d'être lâchés par leurs alliés, AFP, 24 janvier 2018.
  99. a b et c Allan Kaval et Jean-Pierre Stroobants, Syrie : l’OTAN s’inquiète des visées turques, Le Monde, 26 janvier 2018.
  100. Pascal Thibault, Offensive turque en Syrie: ces chars allemands «Leopard» qui gênent Berlin, RFI, 24 janvier 2018.
  101. Syrie: Lavrov accuse les Etats-Unis d'encourager le séparatisme kurde, AFP, 22 janvier 2018.
  102. Syrie : après l’opposition, les Kurdes boycottent la conférence de Sotchi, Le Monde avec AFP, 28 janvier 2018.
  103. Offensive turque en Syrie : les Kurdes en appellent au soutien de Washington, AFP, 22 janvier 2018.
  104. [vidéo] Syrie: l'offensive turque est un "soutien clair" à l'EI (FDS), AFP, 22 janvier 2018.
  105. Yaroslav Trofimov, As Turkey Invades, Kurds See Betrayal Once Again, The Wall Street Journal, 23 janvier 2018.
  106. Catherine Gouëset, Les Kurdes d'Afrine appellent le régime d'Assad à les défendre contre la Turquie, L'Express avec AFP, 26 janvier 2018.
  107. a et b Syrie: les bombardements turcs reprennent de plus belle, AFP, 28 janvier 2018.
  108. a b et c Anne Andlauer, La guerre patriotique de la Turquie en Syrie, Le Figaro, 24 janvier 2018.
  109. a et b La Turquie empêche des manifestations contre l’offensive en Syrie, AFP, 21 janvier 2018.
  110. Turquie: arrestations pour "propagande" en lien avec l'offensive en Syrie, AFP, 22 janvier 2018.
  111. 573 arrestations en Turquie pour des critiques contre l'offensive en Syrie, Reuters, 5 février 2018.
  112. Ammar Hamou et Justin Clark, Syrian Kurdish political coalition breaks rank with mainstream opposition to condemn Turkish attack on Afrin, Syria direct, 22 janvier 2018.
  113. Syrie: colère des habitants d’Idleb délaissés des rebelles combattants à Afrin, RFI, 24 janvier 2018.
  114. Erdogan: l'offensive turque en Syrie sera étendue à d'autres villes-clés tenues par les Kurdes, Le Figaro avec AFP, 10 mars 2018.
  115. Syrie : frappes de l'aviation turque contre des positions kurdes, AFP, 20 janvier 2018.
  116. a et b Des soldats turcs entrent en Syrie pour combattre une milice kurde, AFP, 21 janvier 2018.
  117. Syrie : l’armée turque est entrée dans l’enclave kurde d’Afrin, Le Monde avec AFP, 21 janvier 2018.
  118. a et b Syrie: Ankara continue d'envoyer chars et infanterie dans le nord du pays, RFI, 22 janvier 2018.
  119. a et b SDF carry out counterattacks on the northern and western borders of Afrin and the airstrikes renewed targeting the area, OSDH, 21 janvier 2018.
  120. After a night counter attack…the SDF regain the control of two villages in Afrin and cash with the Turkish forces and their allies in two other villages, OSDH, 22 janvier 2018.
  121. a et b Syrie: des combats intenses ont opposé les Kurdes et les Turcs, RFI avec AFP, 23 janvier 2018.
  122. Hours after losing control of it, SDF restore the strategic Highlands of Barsaya and continuous violent clashes take place in several areas, OSDH, 22 janvier 2018.
  123. Syrie: l'offensive d'Ankara se poursuit, Washington s'inquiète, AFP, 23 janvier 2018.
  124. Syrie: les Kurdes appellent à la mobilisation générale pour défendre Afrine, L'Express avec AFP, 23 janvier 2018.
  125. a b et c Georges Malbrunot,À Afrine, les combattants kurdes résistent farouchement à l'offensive turque, Le Figaro, 24 janvier 2018.
  126. a et b Chute de roquettes en Turquie au 5e jour de l'offensive contre une milice en Syrie, AFP, 24 janvier 2018.
  127. Syrie: un temple millénaire endommagé par des tirs turcs, Le Figaro avec AFP, 28 janvier 2018.
  128. Syrie: la Turquie à l'offensive, Erdogan inflexible, AFP, 28 janvier 2018.
  129. Emmanuel Pène, Afrin: first results after 16 days of fighting, Le Courrier du Maghreb et d'Orient, 6 février 2018.
  130. Delphine Minoui, Syrie : l'armée turque marque le pas à Afrine, Le Figaro, 5 février 2018.
  131. L'armée turque intensifie ses raids sur l'enclave kurde d'Afrine en Syrie, AFP, 30 janvier 2018.
  132. The Turkish forces, the Gray Wolves and the factions advance in the west of Afrin and seek to wrap around a new village to expand their scope of control backed by intensive aerial and ground shelling, OSDH, 30 janvier 2018.
  133. Violent clashes witnessed in the north of Afrin and targeting by the forces of the “Olive Branch” Operation raises the number of casualties of their members to at leas 115 since the start of the Afrin Battle, OSDH, 2 février 2018.
  134. Sept soldats turcs tués samedi dans le nord de la Syrie, Europe 1 avec AFP, 3 février 2018.
  135. Syrie : sept soldats turcs tués dans la région d’Afrin, Le Monde, 3 février 2018.
  136. Soldats turcs tués en Syrie: Erdogan juge prématuré d'annoncer quel pays a fourni le missile antichar, AFP, 4 février 2018.
  137. La Turquie accusée d'avoir bombardé une école et une usine à Afrin, Le Figaro avec Reuters, 7 février 2018.
  138. "Nous avons deux martyrs" et 9 autres morts: Samedi noir pour les militaires turcs en Syrie, AFP, 10 février 2018.
  139. Un hélicoptère militaire turc abattu lors d'une opération en Syrie selon Erdogan, AFP, 10 février 2018.
  140. About 3 weeks of Afrin Battles result in controlling about 7% of the total villages in the area by the forces of the “Olive Branch” Operation, OSDH, 13 février 2018.
  141. Syrie: des forces kurdes affirment avoir visé des positions militaires en Turquie, AFP, 18 février 2018.
  142. Benjamin Barthe, Après l’attaque turque à Afrin, le pouvoir de Damas en embuscade, Le Monde, 29 janvier 2018.
  143. Les forces progouvernementales syriennes pourraient se déployer à Afrin, Le Monde avec AFP, AP et Reuters, 19 février 2018.
  144. Georges Malbrunot, Syrie : les pro-Assad bientôt dans Afrine, Le Figaro, 19 février 2018.
  145. Marc Daou, Offensive à Afrin : l’entente entre les Kurdes et le régime syrien, "une question de survie", France 24, 20 février 2018.
  146. Allan Kaval, Syrie : les motifs et les enjeux de la bataille d’Afrin, Le Monde, 21 février 2018.
  147. Turkey shells Assad loyalists trying to cross into Syria's Afrin, Middle East Eye, 20 février 2018.
  148. a b et c Marie Jégo, A Afrin, les Kurdes reçoivent le soutien de milices prorégime, Le Monde, 21 février 2018.
  149. Syrie: l'offensive turque à Afrine tourne à la confrontation avec le régime syrien, AFP, 20 février 2018.
  150. Syrie: La Turquie poursuit son offensive sur Afrin, Le Figaro avec Reuters, 21 février 2018.
  151. Syrie: l'armée turque va assiéger la ville d'Afrine «dans les prochains jours», Le Figaro avec AFP, 20 février 2018.
  152. Georges Malbrunot, Syrie: frictions entre Moscou et Damas, Le Figaro, 23 février 2018.
  153. Syrie : les forces prorégime poursuivent leur déploiement dans une enclave kurde, Europe 1 avec AFP, 21 février 2018.
  154. Ellen Francis, Les YPG kurdes demandent l'aide de l'armée syrienne à Afrin, Reuters, 22 février 2018.
  155. Tuvan Gumrukcu et Daren Butler, La Turquie envoie des forces spéciales à Afrin en Syrie, Reuters, 26 février 2018.
  156. In conjunction with the Turkish warplanes’ bombardment on the area and the violent clashes in it… logistic preparations continue to bring regime forces in Afrin area, OSDH, 19 février 2018.
  157. Les combattants pro-régime seraient entrés à Afrin malgré le pilonnage turc, RFI, 21 février 2018.
  158. The regime forces start to deploy in Afrin area and the Turkish warplanes target Jendires Township with ground shelling leaving wounded in Afrin city, OSDH, 21 février 2018.
  159. The forces of the “Olive Branch” Operation expand their control to about 17% of the total villages of Afrin and reach the outskirts of a strategic town in the south-west of the area in the wake of executions carried out by members of them, OSDH, 23 février 2018.
  160. A violent attack on the Townships of Rajo and Jendires and Turkish forces to cause casualties by shelling positions of forces of the regime in Afrin, OSDH, 24 février 2018.
  161. The Turkish forces and the factions advance into 75 towns and villages in Afrin and control 132 km of the border line with it during more than 5 weeks of Operation “Olive Branch”, OSDH, 25 février 2018.
  162. The death of 15 members of the Turkish forces raises to about 60 the number of their casualties were killed during 6 weeks of clashes in Afrin area, OSDH, 2 mars 2018.
  163. a et b Since the entry of regime forces’ NDF to Afrin; the Turkish forces control villages more than the number of villages they controlled during the first month of their operation, OSDH, 4 mars 2018.
  164. The Turkish forces achieve new advancement and enter the 4th town in Afrin countryside controlling large parts of it, OSDH, 6 mars 2018.
  165. a et b Jérémy André, Syrie : isolés, les Kurdes font appel aux milices pro-Bachar, Le Point, 24 février 2018.
  166. Marc Semo et Marie Bourreau, En Syrie, un cessez-le-feu sans illusions, Le Monde, 26 février 2018.
  167. Syrie: Macron veut que la trêve réclamée par l'ONU s'applique à Afrine, L'Express avec AFP, 26 février 2018.
  168. Alexandre Billette, Ankara poursuit son offensive en Syrie malgré la trêve votée à l'ONU, RFI, 26 février 2018.
  169. Soldats turcs tués dans l’offensive sur Afrin, Le Monde avec AFP et Reuters, 2 mars 2018.
  170. Syrie: 14 combattants prorégime tués dans des raids turcs (ONG), AFP, 2 mars 2018.
  171. a b et c Syrie: 36 combattants prorégime tués par l'aviation turque dans l'enclave d'Afrine, AFP, 3 mars 2018.
  172. Afrin’s battles rage and the Turkish forces fight desperately to take the control of two towns in the western section of the area with the help of intensive aerial and ground shelling, OSDH, 4 mars 2018.
  173. Adham Khako, Adham Khako, Turkey, Free Syrian Army clear town center in NW Syria, Agence Anadolu, 4 mars 2018.
  174. a et b Élie Saïkali, Les Kurdes impuissants face à l’encerclement de Afrine, OLJ, 10 mars 2018.
  175. Syrie: 19 civils tués dans des raids turcs sur une enclave kurde, AFP, 5 mars 2018.
  176. More than 120 casualties and injuries in the violent aerial and ground shelling on Afrin area, OSDH, 5 mars 2018.
  177. Syrie: la Turquie arrache aux combattants kurdes une ville stratégique, AFP, 8 mars 2018.
  178. Syrie: les pro-Turcs prennent une ville aux Kurdes, Le Figaro avec AFP, 8 mars 2018.
  179. a b c et d Allan Kaval, En Syrie, l’offensive turque s’approche du cœur de l’enclave kurde d’Afrin, Le Monde, 10 mars 2018.
  180. Syrie: les forces turques à 4 km d'Afrin, Le Figaro avec AFP, 10 mars 2018.
  181. The Turkish forces become 4 km away from Afrin city and fears for the lives of the citizens in it and its vicinity increase with the continuation of the aerial and ground shelling and the clashes, OSDH, 10 mars 2018.
  182. Des centaines de civils fuient la ville syrienne d'Afrine face aux forces turques, AFP, 12 mars 2018.
  183. Syrie : plus de 200 000 civils ont fui la ville kurde d'Afrine en trois jours, selon l'OSDH, Franceinfo avec AFP, 17 mars 2018.
  184. Syrie: l'armée turque encercle le bastion kurde d'Afrine, AFP, 13 mars 2018.
  185. Syrie: l'armée turque affirme encercler la ville d'Afrine, AFP, 13 mars 2018.
  186. a et b Syrie: la Turquie vise l'encerclement total de la ville kurde d'Afrine, AFP, 14 mars 2018.
  187. Syrie: 10 combattants pro-régime tués dans des raids turcs, Le Figaro avec AFP, 14 mars 2018.
  188. Syrie : une trentaine de civils tués à Afrine par l’armée turque, Le Parisien avec AFP, 16 mars 2018.
  189. Syrie : 16 civils tués dans un raid aérien turc sur un hôpital à Afrine, Le Point avec AFP, 16 mars 2018.
  190. En Syrie, exode massif de civils fuyant deux fronts meurtriers, AFP, 18 mars 2018.
  191. Did Turkey Bomb Afrin’s General Hospital?, Bellingcat, 19 mars 2018.
  192. Syrie. L’armée turque demande aux Kurdes d’Afrine de déposer les armes, Ouest-France avec Reuters, 16 mars 2018.
  193. a b et c Georges Malbrunot, Syrie : les Turcs prennent Afrine aux Kurdes, Le Figaro, 18 mars 2018.
  194. Syrie: les forces turques et leurs alliés contrôlent la ville d'Afrine, AFP, 18 mars 2018.
  195. Syrie : Erdogan affirme que le centre-ville d’Afrin est « totalement » sous contrôle, Le Monde avec AFP, 18 mars 2018.
  196. a b c et d Syrie: le drapeau turc flotte sur la ville kurde d'Afrine, AFP, 18 mars 2018.
  197. a et b Quentin Raverdy, Erdogan s'empare d'Afrin et pérore, Libération, 18 mars 2018.
  198. Syrie : le drapeau turc flotte sur la ville kurde d’Afrine, Le Parisien avec AFP, 18 mars 2018.
  199. La statue de Kawa le forgeron, pourfendeur de tyrans, détruite à Afrine, AFP, 19 mars 2018.
  200. Syrie: scènes de pillage à Afrine après l'entrée des forces pro-turques, AFP, 18 mars 2018.
  201. After they thieved its villages…the forces of the “Olive Branch” Operation start to loot Afrin city after their full control on it, OSDH, 18 mars 2018.
  202. a et b Les Kurdes annoncent une nouvelle phase de guérilla, Reuters, 18 mars 2018.
  203. a b et c Syrie : Erdogan affirme que le centre-ville d'Afrine est « totalement » sous contrôle, Le Point avec AFP, 18 mars 2018.
  204. Syrie: 3 soldats turcs tués à Afrine, Le Figaro avec AFP, 22 mars 2018.
  205. Wassim Nasr, #Syrie après des combats entre Ahrar al-Charkiya (originaires de #DeïrEzzore & ancien allié d’une coalition formée par AbuMaria alQahtani du Front al-Nosra contre l’#EI) et Firkat al-Hamza ces derniers sont chassé d’#Afrin, twitter, 25 mars 2018.
  206. Clashes take place between a faction whose members come from Deir Ezzor against US-backed faction because of looting Afrin, OSDH, 25 mars 2018.
  207. a b et c Syrie: Ahrar al-Sharqiya, ces anciens d'al-Nosra devenus supplétifs de la Turquie, France Soir, 3 mai 2018.
  208. a et b Bulent Usta, L'armée turque contrôle totalement la région d'Afrin en Syrie, Reuters, 25 mars 2018.
  209. Tal Rifaat, prochaine cible de l'opération militaire turque en Syrie (Erdogan), AFP, 25 mars 2018.
  210. Andrew Illingworth, Video confirmation: Tal Riffat under control of Syrian Army Republican Guard and Russian Army, Al Masdars News, 30 mars 2018.
  211. Ankara coupable de "nettoyage ethnique" à Afrine (représentant du Kurdistan syrien en France), AFP, 19 mars 2018.
  212. Défaits à Afrine, les Kurdes syriens amers face l'inaction occidentale, AFP, 20 mars 2018.
  213. a et b Thierry Oberlé, Kendal Nezan : «L'abandon des Kurdes par l'Occident est une grave erreur politique», Le Figaro, 20 mars 2018.
  214. Jérémy André, Avec la chute d’Afrin, les derniers yézidis de Syrie disparaissent, La Croix, 21 mars 2018.
  215. a et b Syrie: livraison d'aide pour les déplacés d'Afrine, Le Figaro avec AFP, 20 mars 2018.
  216. Syrie: les Kurdes indignés par les images du corps mutilé d'une combattante, AFP, 3 février 2018
  217. Syrie: cris de colère et de vengeance après la mort d'une combattante kurde, AFP, 3 février 2018.
  218. Syrie: Des rebelles proturcs accusés d'avoir mutilé une combattante kurde, Reuters, 2 février 2018.
  219. Syrie: tollé après l'exhibition du corps mutilé d'une combattante kurde, RFI, 3 février 2018.
  220. Factions of the “Olive Branch” Operation carry out field executions in the countryside of Afrin, killing 7 persons including women, OSDH, 22 février 2018.
  221. a et b Syrie. La vie de centaines de civils est menacée alors que l'offensive contre Afrin s'intensifie, Amnesty International, 28 février 2018.
  222. Afrin : l'autre drame syrien, Amnesty International, 28 février 2018.
  223. Syrie: des civils utilisés comme "boucliers humains" à Afrine (ONU), AFP, 16 mars 2018.
  224. « Syrie : des civils utilisés comme "boucliers humains" à Afrine, selon l'ONU », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 16 mars 2018)
  225. Effrayés, des Syriens d'Afrine accusent les rebelles de multiples abus, AFP, 12 octobre 2018.
  226. a et b Syrie : Amnesty appelle Ankara à stopper de "graves violations" à Afrine, AFP, 2 août 2018.
  227. a b c d et e Syrie. La Turquie doit mettre un terme aux graves violations des droits humains imputables à ses propres forces et aux groupes alliés à Afrin, Amnesty International, 2 août 2018.
  228. a et b Amnesty International dénonce « un climat de terreur » contre les Kurdes d’Afrin, Le Monde, 3 août 2018.
  229. Afrin les civils privés de leurs droits, Amnesty International, 1er août 2018/
  230. Turkish forces work on going deep in Afrin city and their warplanes and artillery re-target the city amid increased fears for the lives of civilians, OSDH, 17 mars 2018.
  231. The Latest: Hezbollah Says Rebel Group Declares Cease-Fire, AP, 22 mars 2018.
  232. 60 civilians have been killed in a month of clashes in Afrin.. Dozens of deaths by arbitrary shelling of the Turkish army and YPG., Aleppo 24, 21 février 2018.
  233. Syrie: trois combattants occidentaux décédés aux côtés des forces kurdes, RFI, 18 février 2018.
  234. «Kendal Breizh», volontaire français chez les Kurdes, a été tué en Syrie, Le Figaro, 19 février 2018.
  235. Sarah Leduc, Des Occidentaux avec les Kurdes à Afrin : l'ultra-gauche monte au front (1/2), France 24, 22 février 2018.
  236. Larissa Kyzer, Haukur Hilmarsson's Death Confirmed, Iceland Review, 10 mars 2018.
  237. Syrie : une jeune Britannique tuée au côté des Kurdes, Le Parisien avec AFP, 19 mars 2018.
  238. « L'armée turque neutralise 4 157 terroristes à Afrine », sur trt.net.tr, (consulté le 14 avril 2018)
  239. Agnès Gruda, Après Afrine, la fin du rêve d'un État kurde ?, La Presse, 20 mars 2018.
  240. Syrie: pour les déplacés d'Afrine, le nouvel an kurde s'annonce lugubre, AFP, 21 mars 2018.
  241. Gilles Dorronsoro, Syrie : vers un triple protectorat, Libération, 20 mars 2018.
  242. a b et c Erdogan veut poursuivre son offensive contre les Kurdes en Syrie, Reuters, 19 mars 2018.
  243. Les USA critiquent la Turquie pour ses opérations à Afrine en Syrie, Le Figaro avec AFP, 19 mars 2018.
  244. La situation à Afrine est «inacceptable» (Merkel), Le Figaro avec AFP, 21 mars 2018.
  245. After being displaced by an agreement with the Russians, Rahman Corps fighters settle in in Afrin city where hundreds of thousands of civilians have been displaced during an attack by “Olive Branch” Operation Forces, OSDH, 2 avril 2018.
  246. Syrie: des rebelles évacués près de Damas en route pour la région d'Afrine, AFP, 22 avril 2018.
  247. Le régime syrien se consolide à Damas et prépare la reconquête du Nord, RFI, 22 avril 2018.
  248. Syrie. Combats inédits entre rebelles pro-Ankara, 25 morts, Ouest-France, 19 novembre 2018.
  249. Syrie: des combats entre rebelles pro-Ankara font 25 morts, BFMTV avec AFP, 19 novembre 2018.
  250. Syrie: des combats entre factions pro-turques font au moins 25 morts à Afrin, RFI, 19 novembre 2018.
  251. Caroline Hayek, Les luttes fratricides gagnent le camp pro-Ankara, OLJ, 20 novembre 2018.
  252. After clashes caused tens of casualties, Turkish Forces allow the return of Ahrar al-Sharqiyyah to Afrin and mystery wraps the return of its leader Abu Khawla, OSDH, 26 novembre 2018.