Armée de terre turque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Armée de terre turque
(tr) Türk Kara Kuvvetleri
image illustrative de l’article Armée de terre turque
Drapeau du commandement des forces terrestres.

Création 1923
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Allégeance République de Turquie
Branche Armée de terre
Rôle Défense nationale
Effectif 315 000
Fait partie de Forces armées turques
Ancienne dénomination Armée de terre ottomane
Surnom TKK
Guerres Guerre d'indépendance turque
Guerre de Corée
Opération Attila (1974)
Conflit Turquie-PKK
Incidents de frontière turco-syriens
Commandant Général d'armée Salih Zeki Çolak

L’armée de terre turque (turc : Türk kara kuvvetleri, litt. forces terrestres turques) est l'une des cinq composantes des Forces armées turques. Responsable des opérations militaires terrestres, l'armée de terre tient la place prééminente au sein des forces armées et du commandement militaire. Elle est la deuxième plus grande armée de terre de l'OTAN avec 315 000 personnels en 2014. Le commandant actuel de l'armée de terre turque est le général d'armée Salih Zeki Çolak.

Historique[modifier | modifier le code]

Entrée de l'armée turque à Izmir en 1922

Années 1930[modifier | modifier le code]

En 1934, l'armée reste pauvrement motorisé alors le pays compte environ 14 millions d’habitants avec une économie sous-industrialisé et des infrastructures archaïques.

L'armée turque se compose à cette date de 9 corps d'armées comprenant 18 divisions d'infanterie et 5 divisions de cavalerie, dont 3 divisions actives et 2 divisions de réserve.

Chaque corps d'armée comprend de la cavalerie, un régiment d'artillerie de corps d'armée, un bataillon du génie, un bataillon de transmissions et un bataillon de transport motorisé.

Chaque division comprend 3 régiments d'infanterie et un régiment d'artillerie de campagne à 2 bataillons.

Chaque division de cavalerie comprend 3 ou 4 régiments de cavalerie et 1 escadron d'artillerie à cheval composé de 2 ou 3 batteries.

  • Infanterie : 54 régiments. Chaque régiment d'infanterie est composé de 3 bataillons de 4 compagnies, dont 1 compagnie de fusils mitrailleurs.
  • Cavalerie : 24 régiments (chiffre approximatif). Chaque régiment de cavalerie comprend trois escadrons et un bataillon de mitrailleuses.
  • Artillerie : 27 régiments, 1 escadron d'artillerie à cheval.

L'armée de terre compte officiellement 198 000 hommes en été contre 133 000 en hiver. Pour des raisons d'économie, les effectifs totaux de l'armée de terre n'ont jamais dépassé 120 000 à 150 000 hommes. 175 000 conscrits sont appelés chaque année. Selon la loi en vigueur, un effectif de 250 000 hommes est requis pour la formation des conscrits. Le nombre total d'officiers comprend les officiers militaires, les civils et les cadets des écoles militaires, qui sont au nombre de 5 000.

Elle profite de la Seconde Guerre mondiale pour s'équiper auprès des deux camps belligérants qui veulent l'attirer dans leur orbite. Ainsi elle reçoit en autre 100 chars Renault R35 en deux lots, 50 en février 1940, le second de 50 unités en mars 1940 ;

Guerre froide[modifier | modifier le code]

Elle a été engagée dans différentes opérations, notamment en Corée pendant la guerre de Corée, où elle subit de lourdes pertes. Au cours du conflit la Brigade turque supporta 3 514 pertes dont 741 tués, 2 068 blessé, 163 disparus et 229 prisonniers sur 5 455 soldats envoyés pour cette guerre sous l'égide de l'ONU[1].

De nos jours[modifier | modifier le code]

L'armée de terre turque est toujours engagé dans les combats contre les combattants du PKK

Armée de terre en 2013 (Türk Kara Kuvvetleri)[modifier | modifier le code]

Infanterie de l'armée turque durant un exercice en 1998
Soldats lors d'un exercice de soutien médical

L’armée de terre est apte à une solide défense territoriale et possède une excellente connaissance des zones contiguës à la Turquie. Elle dispose de forces paramilitaires bien équipées et entraînées à la guerre asymétrique mais peu respectueuses des conventions internationales. Des programmes de rééquipement sont en cours, notamment avec le lancement d’un programme de char de 4e génération. Elle est apte à la projection de forces hors de son territoire et connait un rapide développement de l’usage des drones et des systèmes C4ISR.[réf. nécessaire]

En juin 2017, une intoxication alimentaire provoque l'hospitalisation de plus de 700 militaires. Les images diffusées par les médias des soldats se tordant de douleur sur les bancs de la cantine ou à même le sol provoquent la colère de l'opinion publique, et conduisent aux arrestations du patron de l'entreprise de restauration et d'une quarantaine d’employés. Le mois précédent, 200 autres militaires avaient déjà été victimes d'intoxications alimentaires[2].

Organisation[modifier | modifier le code]

  • 10 corps d’armée
  • 2 divisions d’infanterie mécanisée
  • 4 divisions d’infanterie motorisée
  • 1 division d’infanterie et une division d’entraînement
  • 14 brigades blindées
  • 14 brigades d’infanterie mécanisée
  • 12 brigades d’infanterie
  • 5 brigades de forces spéciales
  • 5 brigades d’entraînement
Soldats turcs pendant un entraînement de l'OTAN.
Hélicoptère d'attaque T-129 ATAK de l'armée turque.

Structure[modifier | modifier le code]

L'armée turque est organisée en commandement.

  • Commandement de l'armée de terre (turc : Kara Kuvvetleri Komutanlığı (KKK)) - Ankara
    • 1re armée (Istanbul)
    • IIe Armée (Malatya)
    • IIIe Armée (Erzincan)
      • 8e corps d'armée (Elâzığ)
        • Ire brigade d'infanterie mécanisée (Doğubeyazıt)
        • XIIe brigade d'infanterie mécanisée (Ağrı)
        • Xe brigade d'infanterie motorisée (Tatvan)
        • XXXIVe brigade d'infanterie motorisée (Patnos)
        • XLIXe brigade d'infanterie motorisée (Bingöl)
        • LIe brigade d'infanterie motorisée (Hozat)
        • VIe brigade commando (Tunceli)
        • CVIIIe Régiment d'artillerie (Erciş)
        • XVIIe Brigade d'infanterie motorisée (Kiğı)
      • 9e corps d'armée (Erzurum)
        • VIe Brigade blindée (Palandöken)
        • XIVe Brigade d'infanterie mécanisée (Kars)
        • XXVe Brigade d'infanterie mécanisée (Ardahan)
        • IXe Brigade d'infanterie motorisée (Sarıkamış)
        • XLVIIIe brigade d'infanterie motorisée (Trabzon)
        • CIXe régiment d'artillerie (Erzurum)
    • Armée Égéenne (Izmir)
      • LVIIe brigade d'entraînement d'artillerie (Izmir)
      • XIXe brigade d'infanterie (Edremit
      • XIe brigade d'infanterie motorisée (Denizli)
      • IIIe brigade d'entraînement d'infanterie (Antalya)
      • Ire brigade d'entraînement d'infanterie (Manisa)
    • Commandement de d'entraînement et de doctrine (Ankara)
    • Commandement logistique (Ankara)
    • Académie militaire turque (Kara Harp Okulu) (Ankara)
    • Académie aérienne turque (Hava Harp Okulu)
      • Commandement du personnel (Ankara)
        • Commandement spécial de groupe d'aviation
        • Commandement électronique
        • Commandement de cartographie
        • Commandement central de drone aérien (Batman)
      • Commandement d'aviation terrestre
        • École de Commandement d'aviation terrestre (base de Güvercinlik)
        • Ve commandement central de maintenance
        • Ier Régiment d'aviation terrestre (Güvercinlik Army Air Base)
        • IIe Régiment d'aviation terrestre (base de Malatya Erhaç)
        • IIIe Régiment d'aviation terrestre (base deGaziemir, Izmir)
        • IVe Régiment d'aviation terrestre (base de Samandıra, Istanbul)
        • VIIe Commandement de groupe d'aviation (base de Diyarbakır)
        • Commandement d'aviation de Chypre-Nord (base de Karter, Pınarbaşı)
    • Force de paix turque à Chypre (Nicosie)

Équipement[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/guerrecoree/turquie.htm
  2. « Soldats turcs intoxiqués : le patron d'une entreprise alimentaire arrêté », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]