Idleb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Idleb
(ar) ادلب
Idleb
Vue sur la ville, 1983
Administration
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Gouvernorat Idleb
Démographie
Population 157 427 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 35° 55′ 47″ nord, 36° 37′ 54″ est
Altitude 442 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Syrie
Voir sur la carte administrative de Syrie
Idleb

Idleb, Idlib ou Edleb (en arabe : إدلب), surnommée Idlib al-Izz (« Idlib la fière ») par l'opposition syrienne, est une ville du nord-ouest de la Syrie, capitale du gouvernorat du même nom. La majeure partie des habitants d'Idleb travaille dans l'agriculture ou dans la ville voisine d'Alep. Les terres se trouvant dans les environs d'Idleb sont très fertiles, produisant du coton, des céréales, des olives, des figues, du raisin, des tomates et du sésame. Elle est située à une altitude de près de 500 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La région d'Idleb est une région importante sur le plan historique et compte un certain nombre de cités antiques dont celle d'Ebla (Tall Mardikh), autrefois capitale d'un grand royaume.

Pendant la guerre civile syrienne, Idleb est prise par les rebelles en 2012 avant d'être reprise par le régime la même année, puis prise à nouveau par les rebelles en 2015. En 2017, ces derniers y instaurent une administration civile concurrente du gouvernement syrien (en), appelée gouvernement de salut.

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupations anciennes[modifier | modifier le code]

Les tablettes d'Ebla (2350 avant JC) mentionnent la ville de 𒁺𒄷𒆷𒇥𒌝 (du-ḫu-la-bu6-um "Duhulabum") qui est très probablement située à Idlib comme suggéré par Michael Astour et Douglas Frayne ; une similitude existe entre les sons des noms anciens et modernes. Dans les tablettes, Duhulabuum est situé à 22 km au sud de "Unqi" ce qui pourrait correspondre au village moderne de Kaukanya ; un village situé à 22 km au nord-est d'Idlib. Thoutmosis III a également mentionné la ville, nommée Ytḥb[1].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Temple de l'époque de Empire byzantin dans la ville morte (village antique de Ruweiha près d'Idleb

Idleb, avec le reste de la Syrie, a été conquise par le roi arménien Tigrane II d'Arménie et incorporée dans l'Empire arménien, puis elle a été conquise par le général romain Pompée vers 64 av. La ville appartenait à la province de la Syrie romaine sous l'Empire romain, et plus tard à la province romaine orientale de Syria Secunda. Il ne reste pas grand-chose de l'époque romaine et byzantine dans la ville, à l'exception de son musée. Au nord de la ville se trouvent les villages antiques ou villes mortes, une collection d'importants sites archéologiques de l'époque byzantine.

Conquête arabe[modifier | modifier le code]

La ville a été conquise par les Arabes vers le milieu du VIIe siècle.

Époque ottomane[modifier | modifier le code]

Au début de la domination ottomane en Syrie, à partir de 1516, Idlib était un petit timar (fief). Le village d'Idleb a été fondé par Fazıl Ahmed Pacha, le fils du grand vizir Mehmet Köprülü (règne 1656–1661) qui l'a nommé gouverneur du Pachalik de Damas. Au cours des années suivantes, elle s'est développée en tant que ville avec des marchés, des bains publics et des caravansérails, dont Khan Abi Ali et Khan al-Ruz[2] .

À partir du règne de Mehmet Köprülü, Idlib est devenu un centre de production d'olives[3] qui a cédé la place par la suite à une industrie prospère du savon à base d'olive. Si les principaux marchés du savon d'Idleb se trouvaient à Alep, Antioche et Hama[4], le produit était exporté jusqu'à la capitale ottomane d'Istanbul. Idleb était également un important producteur de tissus de coton[5]. Le voyageur occidental Josias Leslie Porter a noté qu'Idlib était "entourée d'oliveraies, rares dans cette région sombre"[4] et a fait remarquer que ses oliveraies étaient plus grandes que celles de Damas, Beyrouth ou Gaza. Au milieu du XIXe siècle, la ville comptait environ 8 000 habitants, dont 500 chrétiens[4].

Guerre en Syrie depuis 2011[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre civile syrienne, la ville d'Idleb est le théâtre de nombreux combats. En , les rebelles y sont battus par les forces du régime lors d'une première bataille[6]. Idleb est cependant prise en par la coalition rebelle islamiste « Jaich al-Fatah » (« L'Armée de la conquête »), rassemblant principalement le Front al-Nosra, Ahrar al-Cham et Faylaq al-Cham, et par des factions de l'Armée syrienne libre[7],[8]. Depuis cette date, la ville est régulièrement bombardée par l’aviation du gouvernement syrien et de son allié russe[9],[10],[11].

Dans cette ville vit une communauté d’environ 2 000 chrétiens[8].

Idleb et sa région sont ensuite le théâtre de combats ponctuels entre groupes rebelles. Le , les forces d'Ahrar al-Cham abandonnent Idleb après des combats dans les localités environnantes et la ville passe entièrement sous le contrôle des djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham[12],[13],[14].

En , la Russie et la Turquie se mettent d'accord sur une zone démilitarisée à Idleb que leurs présidents veulent mettre en place aux pourtours de la dernière zone de désescalade à ne pas avoir été reprise par le gouvernement syrien[15].

Dans une situation déjà très précaire, la population de la ville est très durement touchée par les séismes du 6 février 2023. Malgré la guerre civile syrienne, les secours sont coordonnés en lien avec le gouvernement de la Turquie voisine, elle aussi affectée. En revanche, l'aide internationale peine à se déployer en Syrie[16].

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2004 par le Bureau central des statistiques de Syrie, Idleb avait une population de 98 791 et en 2010, la population était d'environ 165 000.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Idlib est divisé en six quartiers principaux : Ashrafiyah (le plus peuplé), Hittin, Hejaz, Downtown, Hurriyah et al-Qusour.

Climat[modifier | modifier le code]

La classification climatique de Köppen classe son climat comme méditerranéen d'été chaud[17]. Les étés sont chauds et sans pluie, tandis que les hivers sont pluvieux et frais.

La température record jamais enregistrée était de 44 ° C (111 ° F) le 16 juin 2012[18].

Economie[modifier | modifier le code]

Vergers d'oliviers à la périphérie de la ville. Idlib est un important centre de production d'olives.

Idlib est un important centre de production d'olives, de coton, de blé et de fruits, en particulier de cerises[19]. Les autres principales cultures sont les amandes, les graines de sésame, les figues, les raisins et les tomates[20]. En 1995, environ 300 hectares étaient plantés de diverses cultures d'agrumes[21]. Le pressage de l'huile d'olive et les textiles font partie des industries locales de la ville[20]. La ville voisine d'Alep a une présence économique importante à Idlib[19].

Idlib est un centre agricole majeur de la Syrie, la région d'Idlib est également historiquement importante, contenant de nombreuses "villes mortes".

En raison de la baisse rapide de la valeur de la livre syrienne, la livre turque s'est généralisée à Idlib et a été adoptée comme monnaie légale dans la ville le 15 juin 2020[22].

Musée[modifier | modifier le code]

Le musée régional d'Idlib dans la ville contient plus de 17 000 tablettes d'Ebla et constitue la principale attraction touristique d'Idlib, à l'exclusion du site antique voisin d'Ebla lui-même. Dans le cadre de l'accord de coopération technique et financière entre les gouvernements italien et syrien, le musée devait faire l'objet d'un projet de restauration et de rénovation à partir de 2010.

Sport[modifier | modifier le code]

Omayya SC (en), fondée en 1972, est l'équipe de football la plus populaire de la ville. Le club a joué dans la Premier League syrienne pour la saison 2011-2012. Le stade municipal d'Idlib est le principal site de football de la ville.

Le réfugié et parathlète Dima Aktaa est originaire de la ville[23].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Timothy P. Harrison, Edward B. Banning, Walls of the Prince: Egyptian Interactions with Southwest Asia in Antiquity: Essays in Honour of John S. Holladay, Jr., (ISBN 9789004302563, lire en ligne [archive du ]), p. 76
  2. Bakhit 2010, p. 60.
  3. (tr) « İdlib, meşhur sadrazam Köprülü Mehmed Paşa'nın en büyük vakıflarından birinin merkezi idi », sur haberturk.com,
  4. a b et c Porter, 1868, p. 580.
  5. Inalcik, 1997, p.501.
  6. Syrie: l'armée contrôle totalement la ville d'Idleb, Le Point avec AFP, 14 mars 2012.
  7. « Syrie : l’Armée de la conquête sur le chemin de Damas », sur Libération, .
  8. a et b « La rébellion syrienne veut faire d’Idlib un modèle de gestion de l’après-Assad », sur Le Monde, .
  9. « Bombardements très intenses sur la région d’Idlib », sur Le Monde 10 octobre 2015.
  10. « Syrie : hôpitaux et écoles bombardés à Alep et à Idlib », sur Sud Ouest, .
  11. « Syrie : le bombardement d’un marché fait 21 morts à Idlib », sur Le Monde, .
  12. Syrie: la ville d'Idleb sous contrôle jihadiste après le retrait des rebelles, AFP, 23 juillet 2017.
  13. Hayat Tahrir al Cham assoit son emprise dans la province d'Idlib, Reuters, 23 juillet 2017.
  14. Madjid Zerrouky et Laure Stephan, La rébellion syrienne en perdition, Le Monde, 26 juillet 2017.
  15. « Zone démilitarisée à Idlib: Moscou et Ankara d'accord sur les frontières », sur lefigaro.fr,
  16. Lou Chabani, « Après la catastrophe, le difficile déploiement de l’aide humanitaire en Syrie et en Turquie », sur National Geographic, (consulté le )
  17. « Climate: Idlib - Climate graph, Temperature graph, Climate table » [archive du ], Climate-Data.org (consulté le )
  18. « Idlib, Syria » [archive du ], Voodoo Skies (consulté le )
  19. a et b Casule, 2008, p.56.
  20. a et b Idlib, Syria « https://web.archive.org/web/20120311200421/https://www.britannica.com/EBchecked/topic/282037/Idlib »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), . Encyclopædia Britannica. Encyclopædia Britannica Inc. 2012. Retrieved on 2012-03-11.
  21. Food and Agriculture Organization of the United Nations, 1996, p. 147.
  22. (en) DAILY SABAH WITH AGENCIES, « Idlib follows suit in adopting Turkish lira to shield region from plummeting Syrian pound », Daily Sabah,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. (en) Rebecca Speare-Cole, « Disabled Syrian refugee helps raise £70k to protect camps from virus », sur Evening Standard, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]