Offensive de Raqqa (2016-2017)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Offensive de Raqqa et bataille de Raqqa.
Offensive de Raqqa
Description de cette image, également commentée ci-après

Lignes de démarcation lors de l'offensive.

  •      Territoire contrôlé par les Forces démocratiques syriennes
  •      Territoire contrôlé par l'État islamique
  •      Territoire contrôlé par le régime syrien et ses alliés
  •      Territoire contrôlé par les rebelles
Informations générales
Date - en cours
(10 mois et 14 jours)
Lieu Raqqa et ses environs
Issue En cours
Changements territoriaux Plus de 7 400 km2 conquis par les FDS durant les trois premières phases de l'offensive
Belligérants
Flag of Syrian Democratic Forces.svg Forces démocratiques syriennes

Flag of Syria 2011, observed.svg Forces d'élite syriennes

Seal of Combined Joint Task Force – Operation Inherent Resolve.svg Coalition

Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Flag of Syrian Democratic Forces.svgYPJ Flag.svg Rojda Felat Drapeau de l'État islamique Abou Djandal al-Kouweïti
Forces en présence
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
30 000 hommes[1]

Drapeau des États-Unis
900 hommes[2]
Drapeau de l'État islamique
4 000 à 5 000 hommes[3],[4]
Pertes
Flag of Syrian Democratic Forces.svg
Au moins plusieurs centaines de morts[6],[7],[8]

Drapeau des États-Unis
1 mort[9]
Drapeau de l'État islamique
Au moins plusieurs centaines de morts[10],[11],[6],[7]
Civils :
1 414 morts[5]
(selon Raqqa Is Being Slaughtered Silently, du 6 novembre 2016 au 31 mai 2017)[5]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 57′ 00″ nord, 39° 01′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Offensive de Raqqa

L'offensive de Raqqa, aussi baptisée l'opération Colère de l'Euphrate (en kurde : hemleya Xezeba Firatê), a lieu lors de la guerre civile syrienne. Déclenchée le par les Forces démocratiques syriennes, elle a pour but de prendre la ville de Raqqa occupée par l'État islamique qui en a fait sa « capitale » de facto après l'avoir isolée du territoire environnant que les FDS ont précédemment conquis. L'assaut final contre la ville elle-même a été déclenché le .

Prélude[modifier | modifier le code]

Des combattants des Forces démocratiques syriennes lors de l'offensive, le .

Le , les Forces démocratiques syriennes annoncent à Aïn Issa le début d'une offensive contre l'État islamique en vue de prendre la ville de Raqqa[12]. Selon Jihane Cheikh Ahmad, la porte-parole des FDS, 30 000 combattants sont mobilisés dans l'offensive qui doit être lancée depuis Aïn Issa et Tall Abyad et, ultérieurement, depuis Makman, sur la route de Deir ez-Zor[1],[12]. Cependant le nombre de 30 000 combattants engagés pourrait être surévalué[13]. Les États-Unis confirment le même jour le début des opérations[12]. La France et le Royaume-Uni annoncent à leur tour le soutien de leurs forces aériennes[3]. Les avions belges appuient également l'offensive[14]. L'AFP indique également que « près de 50 conseillers et experts américains sont présents dans le centre d'opérations » d'après une source au sein du commandement des FDS[12]. 300 à 400 soldats des forces spéciales américaines conseillent également les forces des FDS, ainsi que quelques Français, Jordaniens et Émiriens[3],[15]. Ces forces spéciales pourraient également avoir participé aux combats, une vidéo est publiée le 14 novembre par un compte proche des FDS, montrant la destruction au nord de Raqqa d'une voiture kamikaze par des combattants s'exprimant en français, sans qu'il soit possible de savoir s'il s'agit de membres des forces spéciales ou de volontaires au sein des FDS[16].

L'offensive est menée principalement par les YPG et les YPJ[17]. Parmi les autres groupes au sein des FDS qui prennent part aux combats figurent le Liwa Suqour al-Raqqa, le Liwa Shuhada al-Raqqa, la brigade Shuhada Hamam Turkman, la brigade Ahrar al-Raqqa, le Liwa Thuwar Tal Abyad et le Conseil militaire syriaque (MFS)[17]. L'Armée Al-Sanadid annonce à son tour sa participations aux opérations le 14 novembre[18]

Le , le président turc Recep Tayyip Erdoğan avait annoncé son intention de faire progresser ses troupes jusqu'à Raqqa avec le soutien de l'Armée syrienne libre[19]. Cependant les Turcs et les rebelles syriens sont encore loin de cet objectif, elles doivent d'abord prendre al-Bab à l'État islamique et Manbij aux Forces démocratiques syriennes[19]. Erdoğan demande alors aux États-Unis de cesser de soutenir le PYD et sa branche armée les YPG, et d'appuyer plutôt ses forces pour chasser les djihadistes de Raqqa[19]. Cependant, le , les Forces démocratiques syriennes déclarent qu'elles se sont mises d'accord avec la coalition pour écarter la Turquie de l'offensive sur Raqqa[20],[21],[3].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Première phase : combats au nord de Raqqa, du 6 au 20 novembre[modifier | modifier le code]

Des combattants des Forces démocratiques syriennes lors de l'offensive de Raqqa, le 24 décembre 2016.

Les opérations débutent le soir du [15]. Le lendemain, les Forces démocratiques syriennes prennent six villages à l'État islamique près de Aïn Issa, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Raqqa[22],[23],[3],[24].

Le 8 novembre, les troupes kurdes butent sur le village d'al-Hicha, situé à environ 40 kilomètres au nord de Raqqa[25]. La coalition bombarde les positions de l'EI, mais les habitants sont utilisés comme boucliers humains par les djihadistes[25]. D'après les FDS, six hommes de l'EI sont tués par les frappes, mais ces dernières font également au moins 20 morts, dont neuf femmes et deux enfants, et 32 blessés parmi la population civile selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)[25]. Pendant quelques jours, l'offensive des FDS est perturbée par une tempête de sable[26],[27]. Celle-ci se lève le 11 novembre, les avions de la coalition peuvent alors intervenir à nouveau et bombarder intensivement les positions de l'EI[28],[26]. Les FDS s'empare d'al-Hicha dans la journée, ainsi que de trois autres localités[28],[29]. Les FDS ont alors pris 15 villages depuis le début de l'offensive[26]

Le 14 novembre, les FDS se heurtent ensuite aux djihadistes retranchés dans le village de Tall al-Samane, à 25 kilomètres au nord de Raqqa, situé sur une hauteur stratégique dominant toute la région environnante[30],[31],[32]. Ce village est le plus peuplé des environs et sert de quartier-général à l'organisation dans le nord de Raqqa[33]. La localité est encerclée[31],[32], puis conquise le 19 novembre[34].

À la fin de la première phase de la bataille, les FDS revendiquent la conquête de plus de 500 km2, comprenant 34 villages, 31 hameaux et 7 collines stratégiques[11].

Deuxième phase : isolement de Raqqa par l'ouest, du 10 décembre à fin janvier[modifier | modifier le code]

Le 10 décembre, les Forces démocratiques syriennes affirment avoir conquis 700 kilomètres carrés et annoncent le début de la « deuxième phase » de l'offensive, dont l'objectif est de s'emparer des territoires à l'ouest de Raqqa, notamment la ville de Tabqa et son barrage[35]. Selon l'OSDH, les FDS s'emparent de 30 fermes et villages entre les 10 et 17 décembre[36]. Le 21 décembre, ils ne sont plus qu'à 8 kilomètres du barrage de Tabqa[37].

Le 28 décembre, Talal Silo, le porte-parole des FDS, affirme que les troupes ont progressé plus vite que prévu contre les djihadistes en prenant 1 300 kilomètres carrés de territoires en dix jours[38]. Selon lui, les hommes de l'EI ont principalement engagé des véhicules piégés conduits par des kamikazes, mais ces derniers ont presque tous été détruits à distance, en particulier grâce à l'aide des forces spéciales américaines et des nouvelles armes récemment fournies par la coalition[38].

Le 6 janvier 2017, les FDS s'emparent de Qal'at Ja'bar, une forteresse du XIe siècle située sur les bords du lac el-Assad[39], et proche du barrage de Tabqa. Celui-ci a une importance stratégique, puisqu'il alimente la région en eau et en électricité[40]. Il représente également le seul point de passage à pied sec d'une rive à l'autre de l'Euphrate sur des kilomètres, depuis la destruction des ponts par des frappes aériennes en septembre 2016[41]. Si l'État islamique décidait de le détruire, cela provoquerait fort probablement une catastrophe humanitaire et écologique, mais ce n'est pas dans l'intérêt de l'organisation puisque les territoires en aval sont sous son contrôle[42].

À la date du 16 janvier, les FDS revendiquent la conquête de 197 villages depuis le début de la deuxième phase de l'offensive[6].

Combats autour du barrage[modifier | modifier le code]

Des affrontements ont lieu le 18 janvier autour du village de Suwaydiya Kabir, dernier verrou avant le barrage[43]. Le 19 janvier, Daesh lance une contre-attaque utilisant des mortiers et des mitrailleuses lourdes. Plusieurs soldats sont tués[44],[45] mais la contre-attaque est repoussée, et le village pris par les FDS le 22 janvier[46] avec l'aide de forces spéciales américaines[47],[48].

Le 23 janvier, un raid conjoint entre forces spéciales américaines et troupes kurdes est lancé, utilisant des barges pour traverser le lac el-Assad en amont du barrage, avec un résultat inconnu [49].

Dans les jours qui suivent, l'État islamique lance des assauts au nord du barrage[50],[51],[52], et parvient à gagner du terrain[53], mais est repoussé quelques jours plus tard[54]. Le front reste ensuite stable jusqu'au déclenchement de la troisième phase de l'opération Colère de l'Euphrate.

Troisième phase : isolement de Raqqa par l'est et encerclement de la ville, du 4 février au 10 mai[modifier | modifier le code]

Offensive vers la route de Raqqa - Deir ez-Zor[modifier | modifier le code]

Des combattants des YPG et des YPJ au cours de l'offensive de Raqqa, le 7 février 2017.
Un IAG Guardian livré par les États-Unis aux FDS.

Le 31 janvier 2017, les FDS reçoivent des véhicules de transports de troupes des États-Unis, de type SUV[55], en préparation de la troisième phase de l'offensive qui vise à couper la route entre Raqqa et Deir ez-Zor[56].

Dans la nuit du 2 au 3 février, la coalition frappe des ponts et des approvisionnement en eau autour de Raqqa.[57]. Le 4 février, les FDS annoncent le début de la troisième phase de l'offensive, centrée cette fois sur l'est du gouvernorat de Raqqa[55],[58]. 500 militaires américains, dont des démineurs, des formateurs et des membres des forces spéciales, sont engagés pour ces opérations[55]. Au 8 février selon l'OSDH, les FDS ont repris 12 villages, malgré une féroce résistance des djihadistes[59], et sont alors à 11 km de Raqqa[60],[61],[62],[63],[64]. Le 11 février, un mouvement d'encerclement réussit et permet aux FDS de capturer deux villages et des silos à grain[65],[66]. Le lendemain, les forces arabo-kudes tentent de traverser le Balikh au nord-est de Raqqa[67]. Le 17 février, des bombardiers russes à long rayon d'action visent des positions de l'EI aux abords de Raqqa[68]. De plus, le Pentagone annonce que beaucoup de hauts dirigeants de l'EI commencent à quitter Raqqa[69],[70].

Les FDS continuent d'avancer et revendiquent la prise de quinze villages le 21 février, elles atteignent alors les limites du gouvernorat de Deir ez-Zor par l'ouest[71]. Le même jour, les FDS atteignent l'Euphrate en prenant les localités d'Al Kajla, Judayat Khabur, Hamad Assaf et Al Kulayb situées sur la rive gauche à une trentaine de kilomètres en aval de Raqqa[72].

Le 6 mars, les FDS coupent la route de Raqqa à Deir ez-Zor, privant ainsi l'État islamique de sa principale voie de ravitaillement[73]. Les forces djihadistes retranchées à Raqqa — estimées entre 3 000 et 4 000 hommes par l'armée américaine[74] — se retrouvent alors presque sans voie de repli, car la ville est située sur la rive nord de l'Euphrate et les deux seuls ponts accessibles sur le fleuve ont été détruits le 3 février par les forces aériennes de la coalition[75].

Le 9 mars, les États-Unis annonce le déploiement en Syrie de 400 hommes supplémentaires et d'une batterie d'artillerie du Corps des Marines pour appuyer l'offensive sur Raqqa[74],[2]. Par ailleurs, des raids de la coalition internationale sur le village d'al-Matab font 23 morts dont au moins huit enfants et six femmes selon l'OSDH[76].

Entre le 10 et le 11 mars, près de 300 familles de combattants étrangers de l'EI quittent Raqqa pour rejoindre les provinces de Deir Ezzor, plus à l'est, et Hama plus à l'ouest selon l'OSDH[77].

Offensive de Tabqa[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Tabqa (2017).
Des combattants des Forces démocratiques syriennes aux abords du barrage de Tabqa, le 6 avril 2017.

La nuit du 21 au 22 mars, des soldats américains et près de 500 membres des FDS sont héliportés au sud du lac el-Assad, dans une zone située à 15 kilomètres à l'ouest de la ville d'Al-Thawrah (Tabqa), coupant ainsi la route reliant Alep à Raqqa en prenant le contrôle de plusieurs localités situées sur cet axe[78],[79],[80],[81]. Avec cette opération, les Américains et les FDS coupent également la route de Raqqa aux forces du régime syrien, qui progressent alors dans la région de Dayr Hafir[4]. Les troupes héliportées attaquent ensuite par le sud, tandis que le reste des FDS lance l'assaut par le nord sur le barrage de Tabqa[79]. Les Américains appuient l'offensive avec des hélicoptères et de l'artillerie[79].

Cependant, selon l'OSDH, au moins 33 civils sont tués le 21 mars par des bombardements de la coalition sur une école servant de centre pour les déplacés au sud d'al-Mansoura, près de Raqqa[78]. Puis le 22, de nouveaux bombardements touchent une boulangerie et des magasins à Tabqa, faisant encore au moins 18 morts selon l'OSDH, au moins 27 selon le réseau « Rakka se fait massacrer en silence », et 37 selon l'État islamique[78],[81],[82].

Le 24 mars, les FDS atteignent le barrage de Tabqa, situé à 55 kilomètres à l'ouest de Raqqa[83],[84]. Le 26 mars, elles s'emparent de l'aéroport situé à 3 kilomètres au sud de la ville[85],[86]. Les FDS tentent ensuite de s'emparer de Tabqa : les combats ont alors lieu au nord de l'agglomération, près du barrage ; et au sud, entre l'aéroport et la ville[86],[87],[84]. Cependant le barrage est bombardé le 26 mars et son fonctionnement électrique est mis hors service[87],[88],[89]. Le 27 mars, les FDS pénètrent par le nord dans le complexe hydroélectrique, mais l'État islamique résiste dans le reste de l'édifice[90].,[88]. Les FDS annoncent une trêve de quatre heures pour permettre aux ouvriers de rejoindre la centrale électrique du barrage et d'y mener des réparations pour éviter une catastrophe[87],[89],[88],[89]. Si le barrage de Tabqa devait céder, la vallée de l'Euphrate pourrait être inondée jusqu'à Deir ez-Zor, voire jusqu'en Irak, sur une zone peuplée par 100 000 personnes[91],[89]. Des scènes de panique ont lieu[88],[89]. Le 26 mars, les véhicules de la Hisba, la police de l'État islamique, parcourent les rues de Raqqa avec des haut-parleurs, appelant la population à fuir la ville[89]. Quelques heures plus tard, cependant, les djihadistes font machine arrière et demandent aux habitants de rester[89]. Le 28 mars, les djihadistes mènent une contre-offensive au sud de Tabqa. Selon l'OSDH, 900 hommes y sont envoyés en renfort depuis Raqqa[84],[91],[90].

Le 6 avril, les FDS encerclent Tabqa en coupant la dernière route vers Raqqa. De plus, ils prennent le contrôle du village de Safsafah, à près de six kilomètres à l'est de Tabqa, après 38 heures de combat[92]. Le 8 avril, la coalition mène des raids aériens sur le village de Hanida, à une trentaine de km à l'ouest de Raqqa, tuant au moins 15 personnes dont 4 enfants[93]. Dans la nuit du 14 au 15 avril, les troupes arabo-kurdes arrivent aux abords de la ville de Tabqa[94]. Le 24 avril, les FDS entrent dans la ville[95]. Le 10 mai, Tabqa et son barrage tombent entièrement aux mains des Forces démocratiques syriennes[96].

Quatrième phase : isolement de Raqqa par le nord, du 13 avril au 6 juin[modifier | modifier le code]

Le , les FDS annoncent le lancement de la quatrième phase de l'offensive[97],[98]. L'objectif est de capturer la vallée de Jalab et ses alentours afin d'encercler Raqqa et de préparer son siège[98]. Le 21 avril, les FDS prennent la ville de Hazimah[99].

Le 15 mai, l'alliance arabo-kurde reprend 3 villages situés à 4 km au nord de Raqqa ainsi que deux autres villages à 4 km à l'est[100]. Le 30 mai, les Forces d'élite syriennes, un bataillon de combattants arabes allié au FDS, déclare être arrivé à 400 m d'al-Michleb, un quartier à la périphérie est de Raqqa[101]. Le 1er juin, les FDS sont à 3 km du nord de Raqqa et entre 7 et 25 km à l'ouest de la ville[102]. Le 2 juin, les FDS s'emparent de la ville d'al-Mansoura, à environ 20 km au sud-ouest de Raqqa[103]. Le lendemain, elles prennent le barrage d'al-Baath, adjacent à la ville[103]. Le 4 juin, la bataille pour reprendre Raqqa commence selon le premier ministre turc[104].

Cinquième phase : bataille de Raqqa depuis le 6 juin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Raqqa (2017).

Le 6 juin, le commandant de l'« opération Colère de l'Euphrate » annonce que les FDS ont pénètrés dans la ville par l'est, dans le quartier de Mechleb[105],[106], constituant ainsi le début de « la cinquième et dernière phase de l'offensive »[107].

Le 9 juin, les FDS entrent dans le quartier de Jazra, situé à la périphérie ouest de la ville[108].

Offensive du régime syrien à l'ouest de Raqqa[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 7 au 8 juin 2017, un bombardement du régime syrien touche les Forces démocratiques syriennes dans le gouvernorat de Raqqa[109]. Le 9 juin, venues de l'est du gouvernorat d'Alep, les troupes loyalistes atteignent les lignes des FDS au sud du lac el-Assad[110].

Le 18 juin, les loyalistes arrivent aux portes de Resafa, à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Raqqa[111]. Mais des combats éclatent peu après entre l'armée syrienne et les Forces démocratiques syriennes[112]. Le même jour, un avion Su-22 syrien est abattu par un avion F/A-18 Super Hornet américain[113]. L'armée syrienne dénonce cette action et déclare que son appareil était en mission contre l'État islamique dans la région de Resafa, mais la coalition affirme que l'avion a été ciblé pour avoir bombardé des positions des FDS près de Tabqa : « en vertu de nos règles d'engagement et de la légitime défense qui prévaut au sein de la coalition, il a été immédiatement abattu »[113]. Le lendemain, la Russie menace et déclare que tous les avions de la coalition volant à l'ouest de l'Euphrate seront désormais « considérés comme des cibles »[114],[115]. Mais cela n'empêche pas l'aviation américaine de continuer à voler dans ces secteurs ; et la coordination militaire entre la Russie et les États-Unis ne s'interrompt pas[116].

Offensive du régime syrien à l'est de Raqqa[modifier | modifier le code]

Le 25 juillet, les forces loyalistes venues de Resafa atteignent la rive sud de l'Euphrate au niveau de la ville de Huwayjat Shinan située à l'est de Dalha, ville contrôlée par les FDS[117]. Le 27 juillet, les forces du Tigres s'assurent la maitrise de tous les sommets dans la région, entre les villes d’al-Sabkha et Abu Hammad, notamment le contrôle total les villes situées le long de la ceinture agricole qui dépasse la rive méridionale du fleuve en aval de Raqqa : d’al-Sabkha, de Shuraydah, d’al-Jabali et de Ghanim al-Ali[118].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon l'OSDH, à la date du 15 novembre les pertes sont d'au moins 49 morts dans les rangs de l'État islamique[119]. Le 16 novembre, il donne un bilan d'au moins 61 morts et 107 blessés[120]. Puis 72 morts et 133 blessés le 17 novembre[121], 92 morts le 21 novembre[10]. Un commandant de l'EI nommé Abou Djandal al-Kouweïti est tué la nuit du 26 au 27 décembre, dans une tentative de contre-attaque[38].

Selon l'OSDH, au moins 14 civils sont tués le 8 décembre par des frappes aériennes de la coalition dans les villages d'al-Mashrifa et d'al-Abarah, tenus par l'État islamique[122].

Un soldat américain est grièvement touché par l'explosion d'un engin artisanal près de Aïn Issa, il succombe à ses blessures le 24 novembre[9].

Les Forces démocratiques syriennes donnent quant à elles les bilans suivants :

  • Du 5 au 14 novembre 2016 : 4 membres des FDS blessés, 167 djihadistes de l'EI tués — dont 34 corps récupérés — et 4 faits prisonniers[11].
  • Du 10 décembre 2016 au 16 janvier 2017 : 42 membres des FDS tués, 260 djihadistes de l'EI tués — dont 115 corps récupérés — et 18 faits prisonniers[6].
  • Du 4 au 12 février 2017 : 13 membres des FDS tués, 124 djihadistes de l'EI tués et 9 autres faits prisonniers[7].

Selon le général Joseph Dunford, chef d'État-Major des armées (États-Unis, une centaine de membres des Forces démocratiques syriennes sont morts au cours de la bataille de Tabqa, livrée de mars à mai 2017[8].

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins plusieurs centaines de civils ont été tués par les bombardements de la coalition[123]. L'OSDH affirme notamment qu'au moins 250 civils, dont 53 enfants, ont été tués par ces frappes dans le gouvernorat de Raqqa entre le 23 mai et le 23 juin 2017[124]. Selon le collectif Raqqa Is Being Slaughtered Silently, au moins 1 414 civils ont été tués dans le gouvernorat de Raqqa entre le et le , dont 1 075 par les frappes aériennes de la coalition, 274 tués par l'État islamique et 65 tués par les tirs d'artillerie des Forces démocratiques syriennes[5].

Le 14 juin 2017, la commission d'enquête de l'ONU dénonce des « frappes aériennes excessives » et affirme que 300 civils ont été tués par ces bombardements depuis le 1er mars dans l'ensemble du gouvernorat de Raqqa — dont 200 pour la seule ville d'al-Mansoura[125],[126].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Cartes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les Forces démocratiques syriennes lancent une offensive contre l'EI à Raqqa, France 24 avec AFP et Reuters, 6 novembre 2016.
  2. a et b Washington a déployé 400 marines supplémentaires en Syrie, Reuters, 9 mars 2017.
  3. a, b, c, d et e Louis Imbert et Allan Kaval, Les Kurdes de Syrie veulent isoler Rakka, fief de l’EI, Le Monde, 7 novembre 2016.
  4. a et b Georges Malbrunot, Syrie: les enjeux de la difficile bataille de Raqqa contre Daech, Le Figaro, 4 avril 2017.
  5. a, b et c Raqqa Is Being Slaughtered Silently, Violations Statistics Against civilians in Raqqa province from 06.11.2016 to 31.05.2017 ,Full number of victims 1414, twitter, 12 juin 2017.
  6. a, b, c et d Raqqa campaign: Two thousand 480km2 land liberated, ANHA, 16 janvier 2017.
  7. a, b et c Wrath of Euphrates: campaign successfully advances, 98 villages, hamlets liberated, ANHA, 12 février 2017.
  8. a et b Mattis, Dunford Host News Conference on Defeating ISIS, United States Department of Defense, 19 mai 2017.
  9. a et b Un soldat américain tué dans le nord de la Syrie (armée américaine), AFP, 24 novembre 2016.
  10. a et b About 100 IS killed in the battle of “Madness of al-Furat”, OSDH, 21 novembre 2016.
  11. a, b et c 550 km2 liberated, Wrath of Euphrates reveals outcomes, ANHA, 14 novembre 2016.
  12. a, b, c et d Après Mossoul, l'offensive est lancée contre l'EI à Raqa, AFP, 6 novembre 2016.
  13. Alain Barluet, À Raqqa, les forces françaises anticipent de longs et durs combats, Le Figaro, 5 avril 2017.
  14. Coalition anti-EI : la Belgique prolonge la mission de ses F16, AFP, 16 juin 2017.
  15. a et b Georges Malbrunot, Syrie : les forces kurdes lancent la bataille de Raqqa, «capitale» de l'État islamique, Le Figaro, 6 novembre 2016.
  16. Victor Garcia, Syrie: une vidéo sème le doute sur la présence de forces spéciales françaises, L'Express, 16 novembre 2016.
  17. a et b Who is taking part in Ghadab al-Firat campaign?, ANHA, 6 novembre 2016.
  18. Al-Sanadid Forces join the Operation Wrath of Euphrates, ANF, 14 novembre 2016.
  19. a, b et c Syrie : Erdogan annonce que les troupes turques iront jusqu'à Raqqa, France 24 avec AFP, 28 octobre 2016.
  20. Syrie: les Kurdes annoncent qu'ils dirigeront l'offensive sur Raqa, AFP, 3 novembre 2016.
  21. "Accord" avec Washington pour écarter les Turcs de la bataille de Raqqa, AFP, 6 novembre 2016.
  22. Paul Khalifeh, Syrie: «Colère de l'Euphrate», la bataille de Raqqa s'annonce difficile, RFI, 7 novembre 2016.
  23. Sur le front en Syrie, Chawakh est impatient de retrouver sa ville Raqa, AFP, 6 novembre 2016.
  24. Syrie: la bataille de Raqa s'annonce longue et difficile, AFP, 7 novembre 2016.
  25. a, b et c Delil Souleiman, Syrie: des civils tués par un raid de la coalition antijihadistes, AFP, 10 novembre 2016.
  26. a, b et c Irak : vers une reprise de la cité antique de Nimrod ?, Le Point avec AFP, 11 novembre 2016.
  27. Syrie : les combats autour de Raqqa ont poussé les habitants à fuir, Le Figaro avec AFP, AP et Reuters, 11 novembre 2016.
  28. a et b Irak: les forces d'élite progressent dans les rues de Mossoul, AFP, 12 novembre 2016.
  29. Privées de leurs époux, des Syriennes confrontées aux jihadistes, AFP', 12 novembre 2016.
  30. Syrie: Alep sous les bombes, l'aide alimentaire s'épuise, La Voix du Nord avec AFP, 16 novembre 2016.
  31. a et b Syrie : l'État islamique défend avec acharnement une hauteur près de Raqqa, Le Point avec AFP, 18 novembre 2016.
  32. a et b Continued clashes and SDF advance in 33 villages, OSDH, 14 novembre 2016.
  33. « Continued clashes and SDF advance in 33 villages », SOHR,
  34. Controlling Tal al-Samn area north of Al-Raqqah raises the number of areas controlled by The Syria Democratic Forces of “Euphrates Wrath” to 47, OSDH, 19 novembre 2016.
  35. Syrie : une alliance arabo-kurde lance la "seconde phase" de la bataille de Raqqa contre l'EI, Europe 1 avec AFP, 10 décembre 2016.
  36. About 30 farms and villages controlled by the Syria Democratic Forces in the second phase of “Euphrates Wrath”, OSDH, 17 décembre 2016.
  37. Syrie: les forces anti-EI avancent vers Raqqa, Le Figaro avec AFP, 21 décembre 2016.
  38. a, b et c Les FDS disent progresser rapidement à l’ouest de Raqqa, OLJ, 28 décembre 2016.
  39. Syrie : les forces kurdo-arabes chassent l'EI d'une citadelle, se rapprochent de sa plus grande prison, AFP, 6 janvier 2017.
  40. http://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/En-Syrie-Daech-pourrait-etre-bientot-deloge-barrage-Tabqa-2017-01-03-1200814486
  41. Fabrice Balanche, « Syrie : six mois pour libérer Raqqa de l'État islamique », sur Le Figaro, (consulté le 11 février 2017)
  42. « Un barrage sur l'Euphrate comme arme potentielle pour Daesh », sur Direct matin, (consulté le 11 février 2017)
  43. « Violent clashes in the northern countryside of al-Tabaqa and shells target al-Fu’aa », SOHR, (consulté le 17 janvier 2017)
  44. Siber Haci, « ISIS attacks YPG security centre west Raqqa, scores of Kurdish fighters killed », ARA News, (consulté le 20 janvier 2017)
  45. Paul Antonopoulos, « ISIS attacks YPG security center near Raqqa, many casualties reported », al-Masdar News, (consulté le 20 janvier 2017)
  46. « The Syria Democratic Forces achieve a new advancement in the countryside of Al-Raqqah and shelling renewed on the Eastern Ghouta », SOHR, (consulté le 20 janvier 2017)
  47. « SDF forces expel ISIS from strategic town near Raqqa, advance towards Tabqa Dam », ARA News,
  48. « The Syria Democratic Forces and US Special Forces are making a significant advancement towards the Euphrates Dam and near it, and seek to secure their way towards it », SOHR,
  49. « US Special Forces & YPG Units Conduct Saboteur Raid Against ISIS In Tabqa », South Front,
  50. « 7 SDF fighters were killed in battles at the western and northern countryside of Al-Raqqah », SOHR, (consulté le 26 janvier 2017)
  51. « Casualties in violent counter attacks in the western countryside of Al-Raqqah », SOHR, (consulté le 26 janvier 2017)
  52. « Clashes continue in Raqqa and Aerial bombardment targets Der-Ezzor », SOHR, (consulté le 26 janvier 2017)
  53. « IS advances in Tabaqa countryside », SOHR, (consulté le 26 janvier 2017)
  54. « SDF fighters seize ammunition amid foiling attacks », Hawar News Agency, (consulté le 26 janvier 2017)
  55. a, b et c Syrie : nouvelle phase de l'offensive contre les djihadistes à Raqqa, Europe 1 avec AFP, 4 février 2017.
  56. « Kurd-led Syrian militia says Trump sent it armoured vehicles », Middle East Eye,
  57. « Intense raids target bridges in Al-Raqqah and information about cutting off the water of the “Islamic State” organization’s stronghold in Syria », SOHR, (consulté le 4 février 2017)
  58. Syrie: nouvelle phase de l'offensive contre les jihadistes à Raqqa, RFI, 4 février 2017.
  59. Syrie: violents combats à 20 km de Raqqa, AFP, 8 février 2017.
  60. J.O., « Al-Raqqa is encircled from 3 axes by Wrath of Euphrates », Hawar News Agency, (consulté le 9 février 2017)
  61. « SDF forces make new gains north of Raqqa as ISIS retreats: spokeswoman », Zaman al-Wasl, (consulté le 9 février 2017)
  62. D.H., « Wrath of Euphrates is 11km away from al-Raqqa », Hawar News Agency, (consulté le 9 février 2017)
  63. « Raqqa campaign: Sninh village liberated », Hawar News Agency, (consulté le 9 février 2017)
  64. (ar) « ‹قسد› تسيطر على قرية جديدة شرق الرقة », ARA News,‎ (consulté le 9 février 2017)
  65. Mulihan and Badraniye villages liberation
  66. « Raqqa campaign: Khaniz and Makman fronts meet », Hawar News Agency, (consulté le 11 février 2017)
  67. « Airstrikes targets Al-Raqqah countryside with attempts to reduce the advancement distance towards Al-Raqqah city », SOHR, (consulté le 12 février 2017)
  68. « Des avions russes à long rayon d'action bombardent Raqqa », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  69. « Syrie: les dirigeants de l'EI quittent Raqqa, selon le Pentagone », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  70. « Selon le Pentagone, les chefs de l’EI quittent leur fief de Raqqa », sur zone militaire, opex360.com, (consulté le 21 février 2017)
  71. Syrie: avancée vers Raqqa de forces anti EI, Le Figaro avec AFP, 21 février 2017.
  72. (en) Kurdish forces reach Euphrates River east of Raqqa amid massive ISIS collapse, Almasdarnews, 21 février 2017.
  73. Syrie : les forces arabo-kurdes coupent la voie de ravitaillement de l'EI entre Raqqa et Deir Ez-Zor, AFP, 6 mars 2017.
  74. a et b Syrie: les Etats-Unis déploient des canons des Marines, AFP, 9 mars 2017.
  75. Fabrice Balanche, Syrie : six mois pour libérer Raqqa de l'État islamique, Le Figaro, 10 février 2017.
  76. Syrie: 23 civils tués dans des raids présumés de la coalition dans le nord (nouveau bilan), AFP, 9 mars 2017.
  77. « Syrie: 300 familles de jihadistes ont quitté Raqa », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  78. a, b et c Maya Gebeily et Maher Al Mounes, Syrie: 40 civils tués dans des raids attribués à la coalition, AFP, 22 mars 2017.
  79. a, b et c Déploiement de force américain pour reprendre un barrage stratégique en Syrie, VOA avec AFP, 22 mars 2017.
  80. « La coalition anti-EI appuie la conquête du barrage de Taqba par les Forces démocratiques syriennes », sur opex360.com, (consulté le 23 mars 2017)
  81. a et b Gilles Paris et Madjid Zerrouky, Les Etats-Unis multiplient les opérations militaires contre l’EI en Syrie, Le Monde, 23 mars 2017.
  82. Avancée de rebelles alliés à des jihadistes dans le centre de la Syrie, OLJ avec AFP, 23 mars 2017.
  83. Les FDS parviennent au barrage de Tabqa, en route vers Raqqa, Reuters, 24 mars 2017.
  84. a, b et c Syrie: combats près de Tabqa après des contre-offensives de l'EI, AFP, 28 mars 2017.
  85. Syrie : les forces arabo-kurdes disent avoir repris à l'EI l'aéroport de Tabqa, France 24 avec AFP, 27 mars 2017.
  86. a et b Combats dans le nord syrien après la prise d'un aéroport à l'EI, AFP, 27 mars 2017.
  87. a, b et c En Syrie, les forces kurdes progressent après la prise de l'aéroport de Tabqa à l'EI, OLJ avec AFP, 27 mars 2017.
  88. a, b, c et d Madjid Zerrouky, Les Kurdes syriens progressent dans l’encerclement de Rakka, Le Monde, 28 mars 2017.
  89. a, b, c, d, e, f et g Hala Kodmani, Syrie : au barrage de Tabqa, la menace du déluge, Libération, 28 mars 2017.
  90. a et b Célian Macé, Syrie : offensives intenses sur Raqqa, Libération, 28 mars 2017.
  91. a et b Syrie: l’EI contre-attaque pour bloquer l’offensive sur Raqa, AFP, 28 mars 2017.
  92. « Syrie: une force kurdo-arabe encercle Taqba, une ville tenue par l'EI », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  93. « Quinze morts dans un raid aérien à l'ouest de Raqqa », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  94. Syrie: une force de combattants arabes et kurdes anti-EI aux portes de Tabqa, AFP, 15 avril 2017.
  95. Syrie: une force arabo-kurde entre dans un fief de l'EI, AFP, 24 avril 2017.
  96. Syrie : l'alliance kurdo-arabe s'empare de Tabqa et son barrage, AFP, 10 mai 2017.
  97. (en) US-backed Syrian forces set sights on valley north of Raqqa, Fox News, 13 avril 2017.
  98. a et b (en) Syrian Democratic Forces launch fourth phase of anti-ISIS Raqqa campaign, Ara News, 14 avril 2017.
  99. (en) Syrian Civil War Map, Syrian Democratic Forces captured Al-Hazimah and fully besieged several #ISIS-held villages - north of #Raqqa, Twitter, 21 avril 2017.
  100. « Syrie: nouvelle avancée de l'alliance anti-EI près de Raqqa (FDS, OSDH) », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  101. Syrie: une unité de combattants arabes se rapproche de la périphérie de Raqqa, AFP, 30 mai 2017.
  102. Raqqa : les jihadistes de l’EI bientôt encerclés par les forces arabo-kurdes, France 24 avec AFP, 1er juin 2017.
  103. a et b En Syrie, l'alliance anti-EI avance à l'ouest de Raqqa, Le Point avec AFP, 3 juin 2017.
  104. « Syrie : l'assaut sur Raqqa a commencé, selon le Premier ministre turc », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  105. Maya Gebeilly, « Syrie: l'alliance anti-EI gagne du terrain à Raqa », sur lest-eclair.fr, (consulté le 10 juin 2017)
  106. « Syrie : l'alliance arabo-kurde lance "la grande bataille" pour reprendre Raqqa », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 6 juin 2017)
  107. (en) « U.S.-backed anti-IS forces to announce Raqqa assault start date on Tuesday », sur Reuters, (consulté le 10 juin 2017)
  108. Les forces anti-EI progressent à l'ouest de Raqqa, abondamment bombardée, OLJ avec AFP, 9 juin 2017.
  109. Georges Malbrunot, Syrie : Daech résiste en minant la ville de Raqqa, Le Figaro, 8 juin 2017.
  110. (en) Tiger Groups and the Elite of Hezbollah arrive at the contact line with the “Euphrates Wrath” operation forces in Al-Raqqah and control about 500 square kilometers from the western countryside of the province, OSDH, 9 juin 2017.
  111. Syrie : nouvelle avancée de l'armée du régime dans la province de Raqa, Europe 1 avec AFP, 18 juin 2017.
  112. Syrie: combats inédits entre troupes du régime et alliance soutenue par Washington, AFP, 18 juin 2017.
  113. a et b Un avion de l’armée syrienne visé par la coalition internationale, Le Monde, 19 juin 2017.
  114. Catherine Gouëset, Syrie: la dangereuse escalade entre les États-Unis, la Russie, l'Iran, L'Express, 19 juin 2017.
  115. Veronika Dorman, Une escalade dans le ciel syrien?, Libération, 20 juin 2017.
  116. La coordination militaire entre Russes et Américains fonctionne en Syrie, OLJ avec Reuters, 25 août 2017.
  117. (en) « Syrian Army recaptures more villages en route to Deir Ezzor », AMN - Al-Masdar News | المصدر نيوز,‎ (lire en ligne)
  118. MamAfrika TV, « SYRIE. Les Forces du Tigre ont en ligne de mire Deir Ezzor | MamAfrika TV », sur www.mamafrika.tv (consulté le 6 août 2017)
  119. About 100 casualties and injuries of the “Islamic State”, 20 of them were buried in a mass grave, and 5000 displaced people are sleeping outdoors north of Al-Raqqah city, OSDH, 15 novembre 2016.
  120. 61 IS killed by clashes in Raqqa countryside, OSDH, 16 novembre 2016.
  121. More than 130 casualties since the beginning of Madness of al-Furat operation, OSDH, 17 novembre 2016.
  122. Syrie: 34 combattants prorégime tués par l'EI, 22 civils par des raids aériens, AFP, 8 décembre 2016.
  123. Trump n'a pas provoqué une hausse des victimes civiles en Irak et Syrie, selon le Pentagone, AFP, 24 mai 2017.
  124. Syrie: 472 civils tués par les raids de la coalition depuis un mois, AFP, 23 juin 2017.
  125. Syrie : l'ONU juge excessifs les bombardements à Raqqa, France 24 avec AFP, 14 juin 2017.
  126. Syrie: l’ONU juge «excessives» les frappes aériennes à Raqa, AFP, 14 juin 2017.