Bataille de Qamichli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Qamichli
Description de cette image, également commentée ci-après
Membres des Assayech lors des combats de Qamichli, le 21 avril 2016.
Informations générales
Date 20
Lieu Qamichli
Issue Cessez-le-feu
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienneFlag of Syrian Democratic Forces.svg Forces démocratiques syriennes
Forces en présence
inconnuesinconnues
Pertes
31 morts au moins[1]
102 prisonniers (relâchés) [1]
16 morts au moins[3],[4]
Civils : 17 morts au moins[1],[2]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 37° 03′ 00″ nord, 41° 13′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Qamichli

La bataille de Qamichli a lieu du 20 au lors de la guerre civile syrienne.

Prélude[modifier | modifier le code]

Situation à Qamichli au terme des combats :
  • Contrôlé par le régime syrien
  • Contrôlé par les Kurdes (YPG, YPJ et Assayech)

Depuis 2012, le contrôle de la ville de Qamichli est partagé entre les troupes loyalistes du régime syrien et les Kurdes du PYD qui observent un pacte de non-agression[5],[6]. La ville est peuplée de 220 000 habitants, dont 80 % de Kurdes[7]. Elle est contrôlée en majeure partie par les forces du PYD, mais les forces du régime occupent certains quartiers ainsi que l'aéroport[7],[8]. Cependant fin 2015, de fortes tensions opposent ces deux forces[5]. Le 17 décembre 2015, deux miliciens loyalistes de Forces de défense nationale sont tués dans un affrontement[5]. Puis, le 31 décembre 2015 et le 24 janvier 2016, la ville de Qamichli est frappée par des attentats qui font 19 morts dans les quartiers chrétiens[5]. Ces attaques sont revendiquées par les djihadistes de l'État islamique, pourtant les Assayech — les forces de police kurdes — accusent les Forces de défense nationale d'en être à l'origine[5].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 20 avril 2016, des affrontements éclatent à un barrage de la ville après une dispute entre des miliciens du régime et une voiture des Assayech[9],[10]. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au terme des premiers échanges de tirs, trois membres des Assayech et quatre miliciens pro-régime sont tués, tandis que 20 autres miliciens sont arrêtés par les forces kurdes[9].

Une partie des miliciens des Forces de défense nationale se replient alors et se retranchent dans la prison Allya[11],[6]. Les Kurdes leur adressent une sommation et leur laissent jusqu'au 21 avril, à midi, pour se rendre[11]. Après l'expiration de l'ultimatum, les Kurdes lancent l'assaut et s'emparent des bâtiments pénitenciers[11]. Environ 40 à 50 miliciens loyalistes sont faits prisonniers[11],[6].

Le même jour, des roquettes sont tirées par les loyalistes sur la prison, le siège du Conseil démocratique syrien et des quartiers résidentiels[11]. Les militaires de l'armée syrienne et les YPG interviennent à leur tour dans la bataille[7]. Les Assayech engagent également leurs unités spéciales d'élite (HAT)[6],[12]

Une moto piégée explose également le 21 avril à un poste de contrôle des Assayech : cette attaque est revendiquée par l'État islamique[11].

Le 22 avril, des émissaires loyalistes et kurdes se rencontrent à l'aéroport de Qamichli, afin d'ouvrir des négociations[7]. Ces dernières aboutissent à une trêve, qui est conclue dans l'après-midi[7],[13]. Le 24 avril, un accord est conclu pour procéder à un échange de prisonniers et de blessés afin de consolider la trêve[1]. Au terme des pourparlers, les Kurdes du PYD conservent les positions conquises pendant la bataille, notamment la prison de la ville[1]. En mai, les Forces de défense nationale sont retirées de Qamichli — où elles sont remplacées par des troupes de l'armée syrienne — et redéployées dans des villages au sud de la ville[14].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Le 24 avril, le bilan des combats est selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), d'au moins 10 tués chez les YPG et les Assayech contre au moins 31 morts du côté des loyalistes[1]. Cependant le 27 avril, l'OSDH revoit son bilan à la hausse à au moins 16 morts pour les combattants kurdes[3],[4]. Les tirs du régime ont également fait au moins 17 morts parmi les civils[2],[1]. Au cours des combats, 102 miliciens et militaires du régime ont également été fait prisonniers par les Kurdes, tandis que le nombre des Kurdes capturés par les loyalistes n'est pas connu[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Syrie : régime et Kurdes trouvent un accord, Le Point avec AFP, 24 avril 2016.
  2. a et b Arrests in Derbassiyeh and 7 children and citizen women are among 17 casualties in Qameshly and aerial bombardment in the vicinity of Deir Ezzor airbase, OSDH, 24 avril 2016.
  3. a et b More casualties in the ranks of “Asayish” and YPG in Al-Qameshly, raising the number to 15, OSDH, 27 avril 2016.
  4. a et b 89 قضوا أمس بينهم 27 عنصراً من قوات النظام والمسلحين الموالين لها، و31 استشهدوا جراء قصف جوي وسقوط قذائف وطلقات نارية وانفجارات وتحت التعذيب وظروف أخرى, OSDH, 27 avril 2017.
  5. a b c d et e Syrie: les Kurdes accusent une milice prorégime d'attaques à Qamichli, AFP, 25 janvier 2016.
  6. a b c et d Kurds Battle Assad's Forces for Second Day in Syria's Qamishli, VICE News, 21 avril 2016.
  7. a b c d et e Syrie: le régime et les Kurdes tentent de calmer la tension à Qamichli, AFP, 22 avril 2016.
  8. Syrie: cessez-le-feu avec les Kurdes à Qamichli, Le Figaro avec AFP, 23 avril 2016.
  9. a et b Syrie: combats meurtriers entre forces du régime et Kurdes dans le nord, AFP, 20 avril 2016.
  10. Anne Barnard, Kurds and Syrian Forces Clash, Adding Wrinkle to War; The New York Times, 21 avril 2016.
  11. a b c d e et f Syrie : au moins 50 miliciens prorégime se rendent aux Kurdes, AFP, 21 avril 2016.
  12. Clashes erupt between Syrian regime and Kurdish forces in Qamishli, ARA News, 20 avril 2016.
  13. Calm in Qameshly and the truce between regime forces and NDF with the Kurdish forces continues, OSDH, 23 avril 2016.
  14. (en-US) Leith Fadel, « Syrian Army replaces NDF in Qamishli », sur Al-Masdar News,