Attentats de Damas du 23 décembre 2011

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir attentat de Damas.

Attentats de Damas

Localisation Damas (Syrie)
Cible Direction de la sûreté générale et sécurité militaire
Coordonnées 33° 30′ 44″ nord, 36° 17′ 54″ est
Date
Type Attentat-suicide au véhicule piégé
Morts 44[1]
Blessés 166[1]
Auteurs 2 kamikazes[2]
Organisations Flag of Jabhat al-Nusra.jpg Front al-Nosra
Mouvance Terrorisme islamiste

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Attentats de Damas du 23 décembre 2011

Les attentats de Damas du ont lieu lors de la guerre civile syrienne.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Les attentats ont lieu le , le lendemain de l'arrivée à Damas, de la mission chargée de préparer la venue des observateurs de la Ligue arabe. Damas est frappée par deux explosions, à quelques minutes d'intervalle. La première vise la Direction de la sûreté générale, le plus important service de renseignement civil, et la seconde un bâtiment de la sécurité militaire dans le quartier de Kafar Soussé, à l'ouest de la ville. Il s'agit des premiers attentats commis en Syrie depuis le début de la révolte, le [1],[2]

Revendication[modifier | modifier le code]

L'attentat n'est pas immédiatement revendiqué, le régime syrien accuse aussitôt al-Qaïda. Fayçal Meqdad, vice-ministre des affaires étrangères, déclare sur les lieux des attaques : « Le terrorisme a voulu que le premier jour des observateurs à Damas soit une journée tragique mais le peuple syrien fera face à la machine à tuer soutenue par les Européens, les Américains et certaines parties arabes ». Le Conseil national syrien accuse quant à lui le régime d'avoir lui-même organisé les attaques, pour dit-il, donner l'impression « au monde qu'il fait face à un danger venu de l'étranger et non pas à une révolution populaire qui demande la liberté et la dignité ». Le Hezbollah accuse de son côté les États-Unis[1],[3].

Cependant le 23 janvier 2012, un groupe alors inconnu, le Front al-Nosra, annonce officiellement sa formation et revendique les attentats de Damas[4],[5].

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Selon un communiqué du ministère de l'intérieur publié le jour même de l'attaque, le bilan est de 44 morts et 166 blessés[1]. Les obsèques ont lieu le lendemain, dans la Grande Mosquée des Omeyyades, et se transforment en rassemblement en faveur de Bachar el-Assad[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Weiss et Hassan Hassan (trad. Anne Giudicelli), EI ; au cœur de l'armée de la terreur : État islamique, Hugo Doc, , 420 p. (ISBN 978-2755622447). 

Références[modifier | modifier le code]