Savon d'Alep

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Savon d'Alep

Le savon d'Alep est un savon originaire de la ville d'Alep, fabriqué à partir d'huile d'olive, et contenant de l'huile de baies de laurier.

Description[modifier | modifier le code]

Un savon ici est coupé en deux, montrant ses deux couleurs.

Le savon d'Alep traditionnel se présente toujours sous la forme d'un pain cubique marron à l'extérieur et vert à l'intérieur, sur lequel sont inscrits le nom du fabricant, le lieu de fabrication (حلب pour Alep en arabe), ainsi que la qualité du savon. À celui-ci, se sont récemment[Quand ?] ajoutés de nombreux savons moulés, de tailles plus ou moins réduites, de couleurs et de compositions variées.

Fabriqué traditionnellement à partir d'huile d'olive de deuxième pression, d'huile de baies de laurier, d'eau, et de soude végétale, le savon ne contient aucun produit de synthèse, aucun solvant, aucun colorant, aucun fixateur de parfum, aucun dérivé de graisse animale.

Le savon d'Alep est dit « surgras » car il lui est ajouté en fin de saponification de l'huile de baie de laurier, dont la concentration varie pour des utilisations diverses. Cette huile, aussi appelée « beurre de laurier », ne doit pas être confondue avec l'huile essentielle de laurier, obtenue par distillation des feuilles et non pas du fruit (baie).

Le savon d'Alep a la particularité de flotter dans l'eau (sauf si la concentration en huile de baie de laurier est très importante)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le savon d'Alep a été élaboré, à l'origine, dans la ville d'Alep il y a 3 500 ans. Il est considéré comme le plus vieux savon du monde[1],[2].

Sa recette aurait atteint l'Europe au XIIe siècle lors des croisades. Des savonneries virent le jour en Espagne et en Italie. La production reste cependant faible. Il est le lointain ancêtre de l'ensemble des savons durs et, en particulier, celui du savon de Marseille[1],[2], qui lui date de la fin du XVe siècle.

Même si l'appellation d'origine n'est pas protégée[3], il est surtout fabriqué à Alep. La violence de la bataille d'Alep lors de la guerre civile syrienne compromet sa fabrication[2], et pousse les fabricants à délocaliser la production[3].

Fabrication[modifier | modifier le code]

Pour obtenir la saponification, l'huile d'olive est mise dans une cuve enterrée, avec de l'eau et de la soude d'origine végétale (salicorne, salsola kali). Le contenu est chauffé à ébullition pendant trois jours dans des chaudrons de cuivre, durant lesquels la réaction chimique transforme l'huile en savon liquide. L'huile de baie de laurier est ajoutée à la fin de ce processus.

La pâte est étalée sur le sol de l'atelier, recouvert de papier paraffiné. Pendant que le savon refroidit, des ouvriers, avec une planche attachée à chacune de leurs chaussures, marchent sur le savon pour uniformiser son épaisseur. Ensuite, le savon, toujours sur le sol, est coupé en blocs avec un instrument qui ressemble à un râteau et les pains sont estampés.

Ils sont empilés et, après avoir suffisamment séché, sont stockés dans une cave où ils vieillissent entre 6 mois et 3 ans[4]. Pendant le vieillissement, plusieurs modifications se produisent : la soude qui n'a pas réagi avec l'huile se décompose ; le taux d'humidité diminue.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « La Quotidienne - Savon d'Alep : attention aux arnaques ! », sur France5 (consulté le 9 octobre 2015)
  2. a, b et c (en) Golda Arthur, « Aleppo soap: War threatens an ancient tradition », sur BBC News, BBC World Service,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  3. a et b « Le savon d'Alep emporté par la guerre civile en Syrie », sur Le Figaro (consulté le 9 octobre 2015)
  4. (en) Khaled Yacoub Oweis, « Modern threat to Syria's ancient Aleppo soap industry », Reuters,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]