Bataille de Mayadine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Mayadine

Informations générales
Date -
Lieu Mayadine
Issue Victoire des loyalistes
Belligérants
Drapeau de la Syrie République arabe syrienne
InfoboxHez.PNG Hezbollah
Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Souheil al-Hassan
Forces en présence
10 000 hommes[1]2 000 à 10 000 hommes[1],[2]
Pertes
60 morts au moins[3]inconnues

Guerre civile syrienne

Coordonnées 35° 01′ 15″ nord, 40° 27′ 12″ est
Géolocalisation sur la carte : Syrie
(Voir situation sur carte : Syrie)
Bataille de Mayadine

La bataille de Mayadine a lieu du 6 au , lors de la guerre civile syrienne.

Prélude[modifier | modifier le code]

À partir de septembre, les forces de l'État islamique subissent deux offensives dans le gouvernorat de Deir ez-Zor : l'une menée par l'armée syrienne et ses alliés au nord-ouest, sur la rive gauche de l'Euphrate, et l'autre au nord, effectuée par le Forces démocratiques syriennes sur la rive droite[4].

La ville de Mayadine est située sur la rive gauche du fleuve, à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Deir ez-Zor[4]. Depuis début 2017, alors que les Forces démocratiques syriennes commencent à menacer à Raqqa et que Deir ez-Zor n'a jamais été totalement conquise, Mayadine est considérée comme la nouvelle « capitale » de l'État islamique en Syrie, là où se trouve son état-major militaire et le siège de son administration[4],[5],[6],[7].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Carte des évolutions à la frontière irako-syrienne, de fin septembre à fin octobre 2017 :

Après avoir brisé le siège de Deir ez-Zor en septembre, les troupes du régime syrien, soutenues par l'aviation russe commencent à se rapprocher de Mayadine début octobre[4]. Le 5 octobre, elles sont à moins de dix kilomètres de la ville[8].

L'armée syrienne atteint Mayadine le 6 octobre et entre dans la ville par l'ouest[4]. Le 7 octobre, la Russie affirme avoir détruit un poste de commandement de l'État islamique et tué 80 de ses combattants dans la zone de Mayadine lors de frappes aériennes ; elle revendique également la mort de 60 « mercenaires » au sud de Deir ez-Zor et de 40 djihadistes à Boukamal causés par d'autres raids, ainsi que la mort d'Abou Omar al-Chichani, pourtant déjà annoncée en 2016, en Irak, par l'agence Amaq[9].

Mais le 8 octobre, les djihadistes contre-attaquent et repoussent les loyalistes hors de Mayadine ; ces derniers reprennent position à six kilomètres à l'ouest de la ville[10]. Le 12 octobre, l'armée syrienne syrienne, les troupes russes et les miliciens chiites parviennent de nouveau à entrer dans Mayadine[11],[12]. Ils s'emparent de quatre quartiers et encerclent la ville ; toutes les routes menant vers Mayadine — notamment celle de Boukamal — passent sous le contrôle des loyalistes[13],[1],[14]. Selon l'OSDH, les Russes supervisent les opérations militaires, participent aux combats et mènent des frappes aériennes intensives[12]. L'État islamique envoie alors depuis l'Irak un millier de combattants en renfort dans le gouvernorat de Deir ez-Zor[12]. Mais le 14 octobre, l'armée syrienne et ses alliés prennent entièrement le contrôle de la ville[15],[16].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, au moins 38 loyalistes et 11 djihadistes sont tués à Mayadin dans la journée du 8 octobre et au matin du 9 octobre[17]. Le bilan monte ensuite à au moins 60 morts pour les loyalistes entre le 9 et le 12 octobre[3].

Quatre chars de l'État islamique — trois T-55 et un T-62 — sont capturés par les loyalistes pendant la bataille[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Paul Khalifeh, « L'armée syrienne encercle l’un des derniers bastions du groupe EI », RFI, (consulté le 11 février 2020)
  2. Madjid Zerrouky, En Syrie, course-poursuite dans l’Est contre l’EI, Le Monde, 17 mai 2017.
  3. a et b Bachir El-Khoury, « Course de vitesse militaire en Syrie », Orient XXI, (consulté le 11 février 2020)
  4. a b c d et e OLJ avec AFP, « Les forces du régime syrien entrent dans Mayadine, la "capitale sécuritaire et militaire" de l'EI », L'Orient-Le Jour, (consulté le 11 février 2020)
  5. Laurent Lagneau, « Raqqa ne serait plus la "capitale" de l'État islamique en Syrie », Zone Militaire, (consulté le 11 février 2020)
  6. Maxime Macé, « Bataille de Raqqa: le soutien de la coalition sera crucial pour les forces arabo-kurdes, estime Stéphane Mantoux », France Soir, (consulté le 11 février 2020)
  7. Georges Malbrunot, « Syrie : les forcenés de Daech encerclés à Raqqa », Le Figaro, (consulté le 11 février 2020)
  8. Dahlia Nehme, « L'armée syrienne progresse vers Al Mayadine », sur fr.news.yahoo.com, Reuters, (consulté le 11 février 2020)
  9. Le Figaro avec AFP, « La Russie affirme avoir tué 180 jihadistes en Syrie », (consulté le 11 février 2020)
  10. AFP, « Syrie: l'EI chasse les forces du régime entrées dans son bastion de Mayadine », L'Orient-Le Jour, (consulté le 11 février 2020)
  11. Sarah Dadouch, Les forces syriennes entrent dans Al Mayadine, Reuters, 12 octobre 2017.
  12. a b et c AFP, « Syrie: 18 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés », sur Challenges, (consulté le 11 février 2020)
  13. « Les forces du régime prennent des quartiers de Mayadine », L'Orient-Le Jour, (consulté le 11 février 2020)
  14. (en) « The regime forces and Russian forces besiege the “capital of al-Khair State” and close all land roads with the city’s countryside », The Syrian Observatory for Human Rights,
  15. France 24 avec AFP et Reuters, « Syrie : Mayadine reprise à l'EI, Raqqa sur le point d'être libérée », (consulté le 11 février 2020)
  16. (en) « In the first fierce confrontations between them, the regime forces led by the Russians control the “capital of al-Khair State” and beat al-Qaradish in the first city east of Deir Ezzor », The Syrian Observatory for Human Rights,
  17. (en) « After ambushes and violent attacks… ISIS keeps the regime forces away of Al-Mayadin city », The Syrian Observatory for Human Rights,
  18. Stéphane Mantoux, « De la difficulté d'identifier les unités de l'Etat islamique: l'exemple de la division Zubayr ibn al-Awwam », France Soir, (consulté le 11 février 2020)