Opération Chammal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération Chammal

Pendant la Seconde guerre civile irakienne et la guerre civile syrienne

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de l'opération Chammal[1]

Localisation Drapeau de l'Irak Irak
Drapeau de la Syrie Syrie
Planifiée par Drapeau de la France France
Cible ShababFlag.svg État islamique
Date - en cours
(3 ans et 3 jours)
Participant 1 porte-avions (Charles de Gaulle)
1 frégate (le Jean Bart)[2],[3]
1 sous-marin nucléaire d'attaque[3]
18 avions Rafale[4]
6 avions Mirage 2000D
9 avions Super-Étendard[3]
1 avion E-2 Hawkeye[3]
1 avion Atlantique 2
1 avion ravitailleur C-135 Stratolifter.
1 avion E3F AWACS[5]
4 hélicoptères[3]
3 200 hommes[4] dont quelques Forces spéciales [6]
(23 février - 18 avril 2015)

6 avions Rafale[7]
3 avions Mirage 2000D[7]
3 avions Mirage 2000N[7]
1 avion Atlantique 2[7]
1 avion C-135 FR[7]
700 hommes[7]
(en septembre 2015)

1 porte-avions (Charles de Gaulle)[8]
2 frégates (le Chevalier Paul et le La Motte-Picquet)[9]
1 navire ravitailleur (le Marne)[9]
1 sous-marin nucléaire d'attaque[9]
24 avions Rafale[8]
8 avions Super-Étendard[8]
3 avions Mirage 2000D[8]
3 avions Mirage 2000N[8]
(23 novembre 2015 - 22 février 2016)

6 avions Rafale[10],[11]
5 avions Mirage 2000D[10],[11]
3 avions Mirage 2000N[10],[11]
1 avion Atlantique 2[7]
(depuis le 22 février 2016)

L'opération Chammal est le nom donné à partir du à la participation des forces armées françaises, au sein de la coalition contre l'État islamique, aux guerres d'Irak et de Syrie[12]. Ce nom désigne en arabe un vent du nord en Irak.

Cette opération est décrite par le gouvernement français comme une opération engagée le 19 septembre 2014, sur demande du gouvernement irakien. Elle mobilise les armées françaises en Irak pour assurer un soutien aérien aux forces armées locales dans leur lutte contre le groupe terroriste État islamique[13]. À partir de septembre 2015, l'opération est étendue au territoire syrien pour y neutraliser des camps d'entrainement de l'EI (État Islamique).

Motivation de l'intervention française[modifier | modifier le code]

La France prend part aux opérations aériennes en Irak, en excluant initialement toute intervention en Syrie pour ne pas prendre parti par rapport au régime de Bachar el-Assad[14], arguant de plus que l'intervention en Irak répond à une demande officielle des autorités de Bagdad, alors qu'en Syrie il n'y a aucune semblable légitimité[15],[16], et la motivation de la France est affirmée lors de divers discours par les différentes autorités concernées

« Daech a commis au cours de ces derniers mois des massacres, des crimes que l'on peut qualifier de génocide, de purification ethnique et religieuse à l'encontre de milliers de citoyens »

— le président irakien Fouad Massoum, conférence sur la paix et la sécurité en Irak réunie au Quai d’Orsay, le lundi 15 septembre 2014[17]

« Il n'y a pas de temps à perdre face à la menace des djihadistes de Daech qui a pris le contrôle de larges secteurs des territoires irakien et syrien, multipliant les exactions »

— François Hollande lors de son discours d’ouverture de la conférence sur la paix et la sécurité en Irak réunie au Quai d’Orsay, le lundi 15 septembre 2014[17]

« En Irak et en Syrie en particulier, l'organisation terroriste Daesh, qui se prétend État islamique, atteint des degrés de maîtrise territoriale transfrontalière, d'organisation, de capacité financière et d'équipement encore jamais vus. Elle a déjà pris le monde à témoin d'actes barbares. Au quotidien, elle terrorise des populations entières. Elle déstabilise une région déjà très fragilisée et ambitionne de constituer un État terroriste dans le voisinage de l'Europe. »

— ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, discours de clôture de l'université d'été de la défense, mardi 9 septembre 2014, à Bordeaux[18]

« La détermination des égorgeurs de Daesh (acronyme de l'État islamique en arabe) est forte, la nôtre doit l'être plus encore. »

— le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, discours à l'assemblée nationale du 10 septembre 2014[18],[19]

La France considère que la légitimité internationale est offerte par la résolution 2170 du Conseil de sécurité de l'ONU, en date du 15 août. À la suite de ces déclarations, l'opération Chammal est engagée le 19 septembre 2014.

En septembre 2015, le président François Hollande annonce que l'engagement des forces aériennes françaises contre l'EI se fera aussi en Syrie, ce qui nécessite de s'associer à la « coordination de fait scellée entre les forces américaines et celles de Damas »[20], et de manière plus générale c'est « une approche beaucoup plus attentiste [que l'objectif de la chute du régime syrien], calquée sur l’attitude américaine, qui privilégie l’endiguement de la crise et la lutte contre le terrorisme djihadiste »[21]. À cette date, il est prévu que « les frappes viseront des camps de l’EI, sur la base de dossiers d’objectifs préparés, et non les mouvements du groupe armé au gré de ses offensives », pour répondre à des préparatifs d’attentats en France depuis de tels camps[22]. D'après Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, « le périmètre d’action des forces loyalistes à Bachar s’est réduit et aujourd’hui, frapper Daech ne signifie pas militairement favoriser Bachar », et « le cadre légal est l’article 51 de la Charte des Nations unies qui porte sur la légitime défense[23] », justification juridique critiquée par la FIDH[24].

Après avoir longtemps refusé de bombarder la Syrie, pour ne pas aider Bachar el Assad, les premières frappes aériennes françaises en Syrie, le dimanche 27 septembre 2015, à la veille de l’ouverture de l’Assemblée générale de l’ONU, ont été effectuées afin que la voix de la France puisse se faire entendre concernant l’avenir de la Syrie[25].

Commandement[modifier | modifier le code]

Commandée par le chef d’état-major des armées (CEMA) à partir du centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), cette opération est réalisée sous le contrôle opérationnel du contre-amiral commandant la zone océan Indien (ALINDIEN).

Articulation internationale[modifier | modifier le code]

L'opération Inherent Resolve (OIR) a été lancée pour répondre à la demande du gouvernement irakien. Une soixantaine de pays participent à cette coalition. L'opération Chammal s'effectue en coopération avec cette opération. Elle vise initialement à soutenir les forces loyalistes, mais son rôle est ensuite étendu pour contrer la menace terroriste visant la France[26].

Déroulement des opérations[modifier | modifier le code]

En 2014[modifier | modifier le code]

Le Jean Bart et le porte-avion USS Carl Vinson, le .

À la suite de l'offensive lancée en 2014 par l’État islamique repoussant les forces armées irakiennes de vastes zones et menaçant le Kurdistan irakien, une coalition internationale se met en place sous l'impulsion des États-Unis en septembre 2014.

Après avoir envoyé, à partir d'août 2014, de l’aide humanitaire aux réfugiés fuyant l'avancée de l'État Islamiste et de l’armement, dont des canons de 20 mm Tarasque[27], aux forces kurdes et irakiennes le combattant, la France est le deuxième pays à participer militairement et à effectuer des bombardements aériens sur zone depuis l'Implantation militaire française aux Émirats arabes unis[28],[29].

À partir du 15 septembre, deux avions Rafale français basés à Al Dhafra aux Émirats arabes unis effectuent des missions de reconnaissance au-dessus de l’Irak[30],[31] et le 19 septembre, la France effectue ses premières frappes en Irak[32],[33],[34]. Deux Rafale, soutenus par un ravitailleur et un Atlantique-2, détruisent un dépôt logistique de l'EI au sud de Mossoul[35],[36],[37].

Le 25 septembre 2014, deux Rafale en mission de reconnaissance armée bombardent une « cible d'opportunité », qui leur a été transmise par QG opérationnel américain, détruisant quatre hangars à proximité de Falloujah[38]. Le 19 octobre, l’aviation française frappe à nouveau les djihadistes au cours d’un vol de reconnaissance armée effectué par deux Rafale dotés d’une nacelle de désignation Damoclès. Deux « pick-up terroristes », identifiés et confirmés hostiles, sont détruits à l'aide de trois bombes à guidage laser GBU-12[39],[40]. Le 21, lors de l'appui d'une opération terrestre conduite par l’armée irakienne dans la région de Mossoul, un véhicule militaire blindé de type Humvee, conduit par des djihadistes, est détruit par une bombe GBU-12[41]. Le 22 octobre 2014, des Rafale ouvrent le feu avec leurs canons Nexter 30 sur des fantassins djihadistes en train de monter à l'assaut contre une position de l'armée irakienne près de Falloujah. Le lendemain, un poste abritant un véhicule est détruit par une bombe GBU-12 dans la région du mont Sinjar[42].

Le 1er octobre 2014, la France annonce l'appareillage de la frégate Jean Bart pour le golfe Persique[43]. Elle embarque, lors d'une escale à Djibouti, des marins américains chargés d'équiper le vaisseau afin de dialoguer directement avec les centres de commandement alliés[44]. Elle achève sa mission le 28 janvier[45],[2],[46].

Le 5 octobre, trois Rafales basés à Saint-Dizier ainsi qu’une trentaine de personnes chargées de la mise en œuvre et du pilotage des aéronefs, rejoignent le dispositif militaire français engagé dans l’opération Chammal[47].

Ravitaillement de deux avions Rafale, ici en 2013 lors de l'opération Serval.

La nuit du 23 au 24 octobre 2014, la France participe à un « raid massif » effectué par la coalition contre un camp militaire de l'EI près de Mossoul. 70 bombes sont larguées, dont quatre AASM tirées par deux Rafale français et douze bâtiments sont détruits. Ils servaient à produire pièges, bombes et armes[48],[49],[50],[51]. Le matin du 31 octobre, une patrouille de Rafale tire deux bombes AASM sur un bâtiment qui abritait des djihadistes prenant à partie des éléments de l'armée irakienne près de Tikrit[52].

Le matin du 14 novembre, deux Rafale interviennent dans la région de Kirkouk afin de soutenir les forces irakiennes aux prises avec les djihadistes. Les Français tirent plusieurs bombes GBU-12 et détruisent un bunker et un autre poste de combat[53]. Dans la nuit du 18 au 19 novembre, deux avions Rafale armés chacun de 4 bombes AASM participent à un raid de la coalition. Les appareils français ouvrent le feu sur un ensemble de tranchées près de Kirkouk. Ces frappes combinées à celles des autres nations permettent une brèche dans le système de défense de l'EI au niveau de la ligne de front[54].

Le 28 novembre, trois Mirage 2000D viennent renforcer le dispositif français[55].

Le 1er décembre, deux avions Rafale bombardent un check-point de l'EI au sud-ouest du mont Sinjar avec deux GBU-12[56]. Le 5, une quinzaine d'avions de sept pays de la coalition, dont deux Rafale français, mènent un raid contre une vingtaine d'objectifs ; des points d’appui, des postes de tir, des bunkers et des postes de commandement, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Mossoul. Les Français détruisent trois objectifs[57].

Le 12 décembre, les Français effectuent trois frappes à l'ouest et au nord-est de Mossoul, contre des caches de munitions et des groupes de combattants de l'EI. Le 15, une patrouille détruit une cible d’opportunité dans le mont Sinjar. Le 16, un autre objectif est détruit dans la région de Mossoul[58].

Le 17 décembre, trois autres appareils de la 3e Escadre de chasse de Nancy atterrissent sur la base aérienne Prince-Hassan en Jordanie, portant à six le nombre de Mirage actifs dans l'Opération Chammal[58]. Ce dispositif effectue 2 missions de deux avions par jour, six jour sur sept, soit une moyenne de 72 heures de vol hebdomadaires par avion[59].

Un Mirage 2000D de l'armée française, ici en 2013 lors de l'opération Serval.

Lors de la bataille de Sinjar, les troupes kurdes au sol sont soutenues par 17 avions de la coalition qui mènent 45 raids du 15 au 18 décembre et détruisent 50 cibles[60],[61]. Deux chasseurs français participent à ce raid[58]. Le 18, ils bombardent et neutralisent une trentaine de djihadistes engagés dans un combat contre les Peshmergas dans région de Sinjar[62].

Le 20, deux avions interviennent près de Baïji et l'un d'eux neutralise un poste de combat. Le 24 décembre, deux chasseurs interviennent pour soutenir les Peshmergas dans la région de Kirkouk et détruisent un bâtiment dans lequel les djihadistes s'étaient embusqués[62]. Le 26, dans la région de Falloujah, une patrouille de deux appareils détruit un pick-up avec une bombe GBU-12, le même jour des appareils français participent à un raid dans la région de Kirkouk et détruisent trois bâtiments avec des bombes AASM[63].

En 2015[modifier | modifier le code]

Le 2 janvier 2015, près de Kirkouk, deux avions bombardent des combattants de l'EI dans la région de Kirkouk, plusieurs sont tués et un poste de combat est détruit[64]. Le 9, une patrouille de reconnaissance armée détruit deux positions de combat dans la région de Mossoul. Le 11, deux avions bombardent des combattants dans une zone de combat au nord de Falloujah. Le 12, un poste de combat utilisé pour opérer des tirs de mortier est détruit près de Mossoul[65]. La nuit du 21 au 22, les avions français participent à un raid de la coalition dans la région de Sinjar et détruisent une dizaine d'objectifs avec des AASM[66]. Le 24 et le 25, les Français frappent au sud-est de Mossoul et à l'est de Ramadi, tuant une vingtaine de djihadistes[67].

Le 30 janvier, les Français repèrent un groupe de 150 djihadistes en position de combat contre les peshmergas dans une zone entre Mossoul, Kirkouk et Baïji, environ 50 d'entre eux sont « neutralisés » par les tirs des avions. Le 3 février, ils frappent un groupe d'hommes de l'EI dans la région de Tall Afar[68],[69]. Le 8 février, les Français frappent un poste de commandement de l'EI près de Mossoul puis participent pendant la nuit à un raid dans les environs de Tal Ward, au sud-ouest de Kirkouk, contre des lignes de défense fortifiées[70]. Le soir du 13 février, deux Mirage 2000D sont incorporés dans une patrouille mixte composée d’aéronefs australiens, canadiens et français. Lors de cette mission, les Mirage 2000D français délivrent 2 GBU 49 sur une ancienne usine de soda transformée en chaîne de production d'IED dans la ville de Hit[71].

Le porte-avions français Charles-de-Gaulle à gauche, la frégate britannique HMS Kent au centre et le porte-avions américain USS Carl Vinson, le dans le golfe Persique.

Le 23 février 2015, le groupe aéronaval du Charles-de-Gaulle arrive dans le Golfe persique. Commandé par le contre-amiral Éric Chaperon[72], il est composé du porte-avions, d'un sous-marin nucléaire d'attaque, de la frégate de défense anti-aérienne Chevalier Paul et d'une frégate britannique anti sous-marine (HMS Kent), ainsi que du pétrolier ravitailleur Meuse, soit quelque 2 700 marins embarqués[73],[3]. Le Charles-de-Gaulle part le 13 janvier de Toulon pour une mission d'environ cinq mois et il doit être engagé durant huit semaines dans le Golfe[74], il emporte avec lui 12 Rafale, 9 Super-Étendard, 1 E-2 Hawkeye et 4 hélicoptères[3]. L'opération est dirigée par les Américains qui ont eux aussi engagé dans la zone un de leurs porte-avions, l'USS Carl Vinson.

Le matin du 25 février, deux Rafale Marine décollent du porte-avions et détruisent un camp d'entraînement de l'EI près de la ville d'Al-Qa'im[75],[76]. Le 27 février, des chasseurs français réalisent une frappe d'opportunité sur deux bâtiments abritant des combattants de l'EI près de la ville de Khan al Baghdadi, une seconde frappe a lieu dans cette même région le 2 mars. Le 27 également, les chasseurs ciblent un groupe de combattants qui avaient pris position dans une palmeraie dans la région d'Al-Assad, et visent des miradors dans la région de Bashiqa, entre Mossoul et Erbil. Le 4 mars, ils interviennent dans la région d'Ain al-Assad et neutralisent un groupe d'insurgés engagés dans un combat avec les forces irakiennes[77].

Du 5 au 12 mars, les Français effectuent six frappes dans les environs de Falloujah, Kirkouk et Mossoul, l'une d'elles détruit un véhicule blindé chargé d'explosifs qui devait être utilisé pour une attaque-suicide[78]. Dix frappes sont effectuées du 12 au 19 mars[79].

Le 20 mars, une première patrouille frappe un bâtiment abritant une fabrique d'IED dans la région de Ramadi, tandis qu'une seconde détruit deux camions suicides dans la région de Bagdad. Le 21, un poste de combat situé sur un immeuble est neutralisé dans la région de Ramadi. Le 22, les avions français viennent soutenir les peshmergas dans la région de Sinjar et neutralisent une trentaine de combattants abrités dans un immeuble[80].

Les avions français n'effectuent aucune frappe la semaine du 26 mars au 2 avril et poursuivent leurs missions de renseignement[81]. Dix frappes sont effectuées la semaine du 2 au 9 avril, détruisant quinze objectifs ; du matériels logistiques, des positions de tirs et une usine de fabrication d'engins explosifs[82]. Quatorze frappes sont effectuées la semaine du 9 au 16 avril dans les régions de Ramadi, Baiji, Sinjar et Karma ; elles détruisent des groupes de combattants, des positions de tir, des check points, des postes de combat, des véhicules et des bâtiments[83].

Entre le 17 et le 23 avril, 5 frappes d’opportunité sont effectuées par les chasseurs français dans les régions de Tal Affar et Ramadi. Ces frappes ont permis de détruire différentes positions de tir, constituées de mitrailleuses lourdes et de combattants, ainsi que des bâtiments et pickups. Le ''Charles de Gaulle'' et son groupe aéronaval quittent l'opération le 18 avril après huit semaines d'opération[84]. Entre le 24 et le 30 avril, 7 frappes d’opportunité sont effectuées dans les régions de Baïji, Ramadi et Sinjar/Mossoul et ont permis de neutraliser 13 objectifs[85].

Entre le 1er et le 7 mai, 6 frappes d’opportunité ont été effectuées dans les régions de Baïji, Fallujah, Sinjar et Ramadi. Ces frappes ont permis de détruire des positions de tirs, des matériels logistiques, un bâtiment et plusieurs groupes de combattants de l'EI[86]. Entre le 8 et 13 mai, les chasseurs de la force ont effectué 4 frappes d’opportunités, neutralisant 8 objectifs[87]. Entre le 14 et le 20 mai, 13 frappes sont portées contre des objectifs au sol dans les régions de Baïji, Ramadi, Mossoul et Sinjar. Ces actions ont permis de détruire des positions de combat, des bâtiments occupés par des combattants et des véhicules suicides[88]. Entre le 21 et le 28 mai, 10 frappes sont effectuées sur des positions tenues par l'EI, touchant des bâtiments ou véhicules du mouvement terroriste, principalement sur le front Nord, le long d'une ligne Mossoul-Sinjar et plus au Centre dans les régions de Kirkouk et Baïji[89].

Entre le 29 mai et le 4 juin, 3 frappes ont été menées contre des objectifs au sol. Au cours de ces frappes, 4 objectifs ont été neutralisés dans les secteurs de Sinjar et Tal Afar[90]. Entre le 5 et le 11 juin, 8 frappes ont eu lieu. Au cours de celle-ci, 9 objectifs ont été neutralisés dans les secteurs de Mossoul, Sinjar, Tall Afar et Baiji[91]. Entre le 12 et le 18 juin, 7 frappes ont été menées dont la 150e depuis le début de l'opération[92]. Entre le 19 et le 25 juin, 11 frappes ont été réalisées, permettant la neutralisation d’une trentaine d’objectifs dont un bâtiment qui servait à l’élaboration de véhicules suicide, dans un centre logistique du groupe terroriste[93].

Au , selon le point de situation du Ministère de la Défense, l’aviation française a effectué 964 sorties au-dessus de l’Irak et procédé à 162 frappes, lesquelles ont permis de détruire 252 objectifs[94]. D'autre part, l’armée de terre, qui a envoyé 130 instructeurs issus du 31e Régiment du Génie et de la 13e Demi-Brigade de la Légion Etrangère (DBLE), continue son travail de formation des forces irakiennes grâce aux détachements d’instruction opérationnelle (DIO). Au toujours, légionnaires et sapeurs ont formé 1 000 stagiaires de l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS) au combat en zone urbaine (ZURB), au sauvetage au combat (SAN) et à la lutte contre les engins explosifs improvisés (IED). De plus, 300 moniteurs de la 6e division irakienne ont reçu une formation dans les mêmes domaines en plus d’une instruction au travail d’État-major. Ces chiffres ne prennent pas en compte le DIO mis en place auprès des combattants kurdes et formé par des opérateurs des forces spéciales[94].

Entre le 26 juin et le 2 juillet, 6 frappes ont été menées dans les régions de Mossoul, Sinjar et Falloujah permettant la destruction de 13 objectifs[95]. Entre le 3 et le 9 juillet, 4 frappes ont été effectuées dans les régions de Mossoul, Sinjar, Falloujah et Baiji. Elles ont permis la destruction de 7 objectifs constitués par des bâtiments et de l’armement lourd[96]. Entre le 10 et le 16 juillet, 5 frappes ont été réalisées dans les régions de Mossoul, Sinjar et Ramadi, et ont permis la « neutralisation » de 8 objectifs, dont 4 positions de tir et une zone en cours de fortification[97]. Le 17 juillet, un Atlantique 2 de la Marine Nationale effectue la 1000e mission française au-dessus de l'Irak[98]. Entre le 24 et le 31 juillet, 30 objectifs ont été « neutralisé »[99].

À la suite de vols de reconnaissance quelques jours plus tôt, un premier bombardement en Syrie aurait eu lieu, d'après le quotidien Le Monde, le jeudi 24 septembre, et aurait visé un centre de commandement de l'EI dans la ville de Racca considérée comme le fief de cette organisation[100]. D'après le président français, François Hollande, les premières frappes ont eu lieu le dimanche 27 septembre et ont détruit un camp d'entrainement près de la ville Deir ez-Zor (environ trente morts d'après l'OSDH[101]), ajoutant que « d’autres frappes pourraient avoir lieu dans les prochaines semaines si nécessaire »[102]. Les frappes du 27 septembre ont été menées par 6 avions français qui ont détruit un camp d'entraînement de l'EI à Boukamal, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor[103]. 30 djihadistes sont tués dans ce raid selon l'OSDH, dont 12 enfants soldats[104],[105].Les bombardiers français ont opéré près de la base aérienne du régime syrien à Deir ez-Zor depuis laquelle le régime de Assad lance ses raids sur les civils syriens.

Le 9 octobre, la France effectue une deuxième frappe aérienne contre l'EI en Syrie. Deux Rafale délivrent des bombes sur un camp d'entraînement à Racca, faisant 16 morts parmi les djihadistes selon l'OSDH[106],[107], dont un chef, Abou Abdallah al-Belgiki, surnommé « le Belge » et trois enfants soldats. Certaines victimes portaient des noms marocains et ont potentiellement la double nationalité franco-marocaine[108]. L'aviation française mène une troisième frappe le 8 novembre contre une station d'essence[109], puis deux autres la nuit du 9 au 10 novembre contre un poste de distribution de pétrole et une usine de séparation de gaz dans le gouvernorat de Deir ez-Zor[110],[111].

Le lundi 12 octobre 2015, une source gouvernementale déclare que « les frappes françaises ont tué des djihadistes. Il pourrait y avoir des djihadistes français »[112].

Mi-octobre 2015, l'aviation française a effectué 1 100 opérations dont 500 par les avions français de la base Prince-Hassan, 350 objectifs ont été détruits dont 300 depuis la Jordanie. La quasi-totalité des sorties des Mirage 2000 sont des missions d’appui des troupes au sol (5 % seulement étant des frappes sur dossiers d’objectifs préparés)[59].

Le 15 novembre, en représailles aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, 10 chasseurs français effectuent des bombardements massifs en larguant 20 bombes sur Racca[113]. Le raid était constitué de douze appareils dont dix chasseurs (six Rafale, deux Mirage 2000D de la 3e escadre de chasse et deux M2000N de l'Escadron de chasse 2/4 La Fayette). Le premier objectif frappé par la patrouille de deux Mirage 2000 est situé à 6 km au Sud de Racca. Le site était utilisé par l'EI comme poste de commandement, centre de recrutement djihadiste et dépôt d’armes et de munitions. Le deuxième objectif situé à l'ouest de Racca a été frappé par une patrouille mixte de quatre Rafale et deux Mirage 2000 : il abritait un camp d’entraînement terroriste et des cellules de recrutement[114]. Selon l'OSDH, les frappes françaises et russes les 15, 16 et 17 novembre, font au total 33 morts et des dizaines de blessés dans les rangs de l'EI[115]. Le journaliste du Monde Benjamin Barthe affirme quant à lui que selon « des sources à l’intérieur de la ville », le raid du 15 novembre fait douze morts parmi les djihadistes, dont quatre Asiatiques, et aucune victime civile[116]. Quelques autres raids suivent. À la date du 23 février 2016, la France a mené 18 frappes en Syrie[117].

Le 18 novembre 2015, le porte-avions Charles de Gaulle appareille à Toulon pour l'est de la Mer Méditerranée afin de soutenir les opérations de bombardement menées par la coalition internationale[118]. Le 23 novembre, les chasseurs basés sur le porte-avions mènent leurs premières frappes en Syrie[119] ; les frappes en Irak se poursuivent également. Le 19 décembre, le Charles de Gaulle prend le commandement de la composante maritime de la coalition internationale[10].

En 2016[modifier | modifier le code]

En janvier, du fait de la pression des opérations coordonnées de la coalition, Daech a perdu l’initiative sur le terrain et recule. Le groupe terroriste est sur la défensive, la situation tactique témoigne d’une amélioration en faveur des forces arabo-occidentales. La reprise de Ramadi est en cours par les forces irakiennes, qui ont atteint le centre ville. On compte 49 frappes de la force Chammal depuis mai 2015 au profit des troupes au sol engagées. Du 16 décembre 2015 au mardi 5 janvier 2016, les équipages français ont réalisé 209 sorties aériennes au-dessus des zones contrôlées par Daech en Irak et en Syrie, dont 159 de bombardement en appui des troupes irakiennes au sol ou sur objectif planifié, 25 de recueil de renseignement et 18 opérations de ravitaillement en vol. 48 frappes d'appui au sol ont été réalisées au profit des forces irakiennes au sol, et 4 raids ont été menés : le 19 décembre 2015 en Syrie sur un site de production pétrolière dans la région de Raqqah par des Mirage 2000 et des Rafale ; le 22 décembre 2015 en Irak contre un centre logistique situé entre Ramadi et Fallujah par des Super-Etendard du GAN ; le 1er janvier sur deux installations pétrolières dans le Sud de Raqqah par des Mirage 2000 ; et le 2 janvier contre un centre de production et de stockage d’armement au Nord-Est d’Alep en Syrie par des Rafale armés de missiles SCALP[120].

Le 22 février, le Charles de Gaulle franchit le détroit d'Ormuz et quitte le golfe Persique pour la mer Méditerranée. Il se retire avec son groupe aéronaval ; les frégates françaises Chevalier Paul et La Motte-Picquet, la frégate belge Léopold Ier, le destroyer britannique HMS Defender, le navire ravitailleur Marne et un sous-marin nucléaire d'attaque. Le 14 février, il passe le commandement de la composante maritime de la coalition au porte-avions américain USS Harry S. Truman. Du 19 décembre 2015 au 22 février 2016, les 26 avions à son bord ont effectué 370 sorties et 80 frappes[10],[121],[9].

Au 1er septembre, le colonel Patrick Steiger, porte-parole de l'État-major des armées, annonce que la France a effectué du 5 juillet au 30 août « 344 sorties, menant 61 raids, dont dix avaient été planifiés à l'avance et 51 menés sur des cibles d'opportunité ». De plus, il ajoute que « ces frappes ont été concentrées à 80% sur les abords de Mossoul ». Depuis le début de l'opération, les Mirage et Rafale français ont mené en Syrie et en Irak 829 frappes au cours de 4.540 sorties, permettant la neutralisation de 1.415 objectifs[122].

En 2017[modifier | modifier le code]

Composantes[modifier | modifier le code]

L’opération est dotée lors de son déclenchement de deux composantes : une composante aérienne et une composante de formation[26], auxquelles s'est rajoutée en 2016 une composante artillerie.

Composante aérienne[modifier | modifier le code]

Les opérations aériennes concernent trois catégories de mission :

  • des missions d'appui des forces loyalistes irakiennes présentes au sol ;
  • des missions de renseignement déterminent des «leviers d'actions pertinents» pour constituer des dossiers d'objectifs ;
  • des missions de frappe contre des objectifs.

Les missions de frappe sont également suivies de mission de renseignement afin de réaliser une battle damage assesment (évaluation de situation) permettant notamment de garantir l'absence de dommages collatéraux.[réf. nécessaire]

Composante de formation[modifier | modifier le code]

Différentes formations sont dispensées :

  • Une formation assurée par la Task Force Narvik vise l’ICTS (Iraki Counter Terrorism Service). Elle a participé à former 4 300 des 23 000 militaires irakiens formés par la coalition[Quand ?]. Elle porte notamment sur le sauvetage au combat, la lutte contre les engins explosifs, le combat en zone urbaine et le tir de combat.
  • Une formation assurée par la Task Force Monsabert vise les capacités de commandement de la 6e division d’infanterie irakienne, notamment pour assurer la sécurité de la ville de Bagdad[123].

Composante terrestre (artillerie)[modifier | modifier le code]

Un soutien d'artillerie depuis 2016 avec une batterie de quatre camions équipés d'une pièce d'artillerie de 155 mm (canon Caesar) constituant la Task Force Wagram qui comprend environ 150 personnes appuyant la 15e division de l'armée irakienne[124]. Basée sur la base Q-West, le camp militaire de Qayyarah, cette force opère depuis le sol irakien, à 77 km au sud de Mossoul, 130 km à l'ouest d'Erbil et à 350 km au nord de Bagdad[125].

Composante navale[modifier | modifier le code]

Entre novembre 2015 et février 2016, le groupe aéronaval du porte-avions Charles de Gaulle a participé durant 8 semaines à l'opération dans le cadre de la mission Arromanches 2. Sur décision du président de la République, il intègre alors formellement l'opération Chammal. Il était à nouveau présent sur le théâtre entre septembre et décembre 2016, pour une mission Arromanches 3[126].

Afin de maintenir la permanence de l’engagement d’un navire français dans l'opération Chammal, les bâtiments suivants ont également apporté leur concours (en dehors de leur participation au titre du groupe aéronaval) :

Bilan[modifier | modifier le code]

Au , l'aviation française a mené 2 500 sorties aériennes, 321 frappes et détruit 580 objectifs selon le bilan officiel. D'après Le Monde, 680 bombes ont été larguées[129].

Le 14 janvier 2016, l'Armée française annonce 2937 vols en Irak/Syrie, 416 frappes sur Daech pour 762 objectifs détruits [130]. 2 500 militaires irakiens de l'ICQS (Iraqi Counter Terrorism Service) ont été formés par les forces armées françaises [131].

Le , le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian affirme qu'environ 1 000 djihadistes de l'EI ont été tués par l'aviation française[132]. Selon Le Monde, les avions français auraient tué 2 500 djihadistes entre septembre 2014 et décembre 2016[133].

Les frappes de la coalition internationale ont fait des victimes civiles, cependant il n'y a actuellement pas de preuve que la France soit impliquée. Le projet de décompte des victimes civiles Airwars regrette le manque de transparence des autorités françaises sur ce sujet[134],[135],[136].

Le 5 juillet 2017, le porte-parole des armées françaises affirme que 1 307 frappes aériennes en Irak et Syrie ont été menées par les forces françaises depuis septembre 2014, dont 600 pour la bataille de Mossoul, ainsi que 1 200 missions de tirs d'artillerie[137].

Légalité de certaines frappes[modifier | modifier le code]

En octobre 2015, la légitime défense invoquée par la France, au titre de l’article 51 de la Charte des Nations unies, est contestée par Jean-Paul Laborde, directeur exécutif du Comité contre le terrorisme, rattaché au Conseil de sécurité des Nations unies : cet article s'applique « quand un État attaque un autre État », or l'État islamique « on ne peut pas dire que c’est un État » , et « pour ce qui est de la légitime défense individuelle, elle implique, pour être constituée, que le pays qui la met en pratique puisse justifier, éléments à l’appui, que les personnes visées lors des frappes aériennes étaient effectivement sur le point de commettre des attaques sur son sol national », ce qu'a fait le Royaume-Uni pour « justifier, devant son opinion et devant l’ONU, la mort de deux de ses ressortissants », mais pas la France. De plus, « l’article 51 pose un problème juridique qui n’est pas réglé. On peut l’appliquer mais peut-être faudrait-il l’étendre »[138],[139].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CHAMMAL: un nouveau symbole pour l’opération française au Levant », sur defense.gouv.fr (consulté le 7 août 2017)
  2. a et b France 24 : La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak
  3. a, b, c, d, e, f et g Le Figaro : La France engage le Charles-de-Gaulle contre Daech
  4. a et b Ministère de la Défense : Rencontre des CEMA français et américain sur le porte-avions Charles de Gaulle
  5. Laurent Lagneau, « L’armée de l’Air a engagé un avion E3F Awacs en Irak », sur http://www.opex360.com, (consulté le 2 novembre 2014).
  6. « Etat islamique : la France «renforce son dispositif militaire» en Irak », sur leparisien.fr, (consulté le 5 octobre 2014)
  7. a, b, c, d, e, f et g Chammal : Point de situation au 10 septembre, Ministère de la Défense, 21 septembre 2015.
  8. a, b, c, d et e La France a réalisé 12% des frappes non-américaines contre l'EI (Pentagone), AFP, 18 novembre 2015.
  9. a, b, c et d Laurent Lagneau, « Départ de Toulon du porte-avions Charles de Gaulle et de son escorte pour la Méditerranée orientale », opex360.com,‎ (lire en ligne)
  10. a, b, c, d et e Le porte-avions français a quitté le Golfe et passé le commandement aux Etats-Unis, AFP, 26 février 2016.
  11. a, b et c Chammal : Deux Mirage 2000D supplémentaires sur la base aérienne projetée en Jordanie, Ministère de la Défense, 4 mars 2016.
  12. « Irak: l'opération française s'appelle Chammal », sur Le Figaro, (consulté le 20 septembre 2014).
  13. « Infographie de l'opération Chammal, par le ministère français », sur le site du Ministère français de la Défense, (consulté le 30 novembre 2014) « Dossier de présentation de l'opération Chammal, par le ministère français », sur Ministère français de la Défense, (consulté le 30 novembre 2014)
  14. En Syrie, qui de l’EI ou du régime de Bachar Al-Assad a fait le plus de victimes ?, article sur le site lemonde.fr, daté du 8 septembre 2015.
  15. François Hollande annonce un « soutien aérien » en Irak, article sur lemonde.fr, daté du 18 septembre 2014.
  16. Quel cadre légal pour l'intervention contre l'État islamique en Syrie ?, article sur le site lemonde.fr, daté du 26 septembre 2014.
  17. a et b Cécile Mimaut, « Doit dire Daesh ou État islamique ? », France info,‎ lundi 15 septembre 2014 12:31 (lire en ligne)
  18. a et b Jean Guisnel, « Frappes contre l’État islamique : porquoi la France peut peu », Le point,‎ 2014 sép 11 (lire en ligne)
  19. « Irak », dans France diplomatie, Le gouvernement français, 2014 sép 10 (lire en ligne), « 3 »
  20. Des avions Rafale français ont effectué un premier vol de reconnaissance en Syrie, article sur le site lemonde.fr, daté du 8 septembre 2015.
  21. Comment Paris a changé de cible en Syrie, article sur le site lemonde.fr, daté du 8 septembre 2015.
  22. Les limites de l’engagement militaire français en Syrie, article sur le site lemonde.fr, daté du 15 septembre 2015.
  23. Jean-Yves Le Drian dans un entretien au Monde, sur le site lemonde.fr, daté du 18 septembre 2015.
  24. Frappes françaises : « A la limite du détournement de procédure », entretient avec Patrick Baudouin, président d’honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), sur lemonde.fr, daté du 28 septembre 2015.
  25. « Paris revendique sa place sur le front de Syrie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  26. a et b DOSSIER DE PRESSE Opération Chammal Juillet 2016 www.defense.gouv.fr/content/download/461924/7334406/file/20160713%20DP%20Chammal%20VF.pdf
  27. Didier François, « EN IMAGES - Au plus près des forces spéciales françaises en Irak », sur Europe 1, (consulté le 24 octobre 2014).
  28. Isabelle Lasserre, « Les frappes françaises contre les djihadistes en Irak ont commencé », sur Le Figaro, (consulté le 20 septembre 2014).
  29. « Opérations : Irak », sur Ministère français de la défense, (consulté le 20 septembre 2014).
  30. « Irak: première mission de reconnaissance aérienne », sur Ministère de la Défense,
  31. « Irak : Deuxième vol de reconnaissance », sur Ministère de la Défense,
  32. « Irak : Premières frappes françaises », sur Ministère de la Défense,
  33. « Irak : la France n'enverra pas de troupes au sol, annonce François Hollande », sur RTL,
  34. « Chammal: une seconde frappe aérienne française », sur Ouest France,
  35. « Première frappe française contre l’État islamique en Irak », sur Le Monde avec Reuters et AFP,
  36. (en) « French jets strike in Iraq, expanding U.S.-led campaign against Islamic State », sur Reuters,
  37. « État islamique : la France a mené ses premières frappes en Irak », sur Le Point,
  38. Ministère de la Défense : Opération Chammal : deuxième frappe française en Irak
  39. Laurent Lagneau, « Une troisième frappe française a détruit 2 véhicules jihadistes dans la région de Tikrit », sur www.opex360.com, (consulté le 20 octobre 2014)
  40. Ministère de la Défense : Chammal : deux « pick-up » terroristes détruits au cours d’un raid aérien
  41. « Irak : nouvel appui aérien aux troupes irakiennes au contact », sur http://www.defense.gouv.fr/, (consulté le 21 octobre 2014)
  42. Ministère de la Défense : Chammal : l’appui aérien aux forces de sécurité irakiennes se poursuit
  43. « La frégate Jean-Bart va appareiller de Toulon pour le Golfe Persique en Irak », sur Var Matin,
  44. « Les Rafale français ont procédé à une quatrième frappe en Irak », sur France 24,
  45. Ministère de la Défense : Chammal : fin de mission pour le Jean-Bart
  46. « Opération Chammal : Le Jean Bart dépêché dans le golfe Persique », sur Mer et Marine, (consulté le 4 octobre 2014).
  47. « Opération Chammal : arrivée de trois Rafale supplémentaires », sur Ministère de la Défense,
  48. Ministère de la Défense : Chammal : la coalition poursuit ses bombardements ciblés de nuit afin d’affaiblir Daech
  49. « Chammal : mission de bombardement de nuit de la coalition », sur http://www.defense.gouv.fr/, (consulté le 29 octobre 2014)
  50. L'Obs avec AFP :IRAK. La France procède à son premier raid de masse contre l'EI
  51. Le Figaro : VIDÉO - Irak: septième frappe française contre l'EI
  52. Ministère de la Défense : Opération Chammal : l’appui aux forces irakiennes et les opérations au sein de la coalition continuent
  53. Ministère de la Défense : Chammal : Les Rafale appuient les troupes irakiennes au combat
  54. Ministère de la Défense : Chammal : nouveau raid aérien de la coalition contre Daech
  55. Ministère de la Défense : Premier vol opérationnel des Mirage 2000D sur le théâtre irakien
  56. Ministère de la Défense : Chammal : frappe d’opportunité dans la région du Mont Sinjar
  57. Ministère de la Défense : Chammal : participation à un raid de la coalition
  58. a, b et c Ministère de la Défense : Chammal : Rafale et Mirage 2000D unissent leurs forces dans la lutte contre Daech
  59. a et b Nathalie Guibert, « Depuis la Jordanie, des avions de chasse français en « suractivité » face à l’Etat islamique », sur Le Monde, (consulté le 19 octobre 2015).
  60. L'Obs avec AFP : IRAK. 61 raids aériens contre l'État islamique en 3 jours
  61. AFP : La coalition contre le groupe EI a mené 61 raids aériens en Irak depuis lundi
  62. a et b Ministère de la Défense : Chammal: point de situation du 26 décembre 2014
  63. Ministère de la Défense : Chammal : point de situation du 30 décembre 2014
  64. Ministère de la Défense : Chammal : point de situation du 8 janvier
  65. Ministère de la Défense : CHAMMAL : point de situation du 15 janvier 2015
  66. Ministère de la Défense : CHAMMAL : point de situation du 22 janvier 2015
  67. Ministère de la Défense : Chammal : point de situation du 29 janvier
  68. Ministère de la Défense : Chammal : point de situation du 5 février 2015
  69. Le Monde avec AFP : Irak : une cinquantaine de djihadistes « neutralisés » par des frappes françaises
  70. Ministère de la Défense : Chammal : point de situation du 12 février
  71. Ministère de la Défense : Chammal : Point de situation du 19 février
  72. Contre-amiral Chaperon : «L'engagement de la France à partir du Golfe est un signal»
  73. http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-journal-de-7h30-le-charles-de-gaulle-engage-contre-daesh-7776715141
  74. Le porte-avions « Charles-de-Gaulle » s'engage dans la coalition contre l'État islamique
  75. Ministère de la Défense : Chammal : première mission de frappe des Rafale Marine depuis le porte-avions
  76. Ministère de la Défense : Chammal : Point de situation du 26 février
  77. Ministère de la Défense : Chammal: point de situation du 5 mars
  78. Ministère de la Défense : Chammal : point de situation au 12 mars
  79. Ministère de la Défense : Chammal : point de situation au 19 mars
  80. Ministère de la Défense : Chammal : Point de situation au 26 mars
  81. Ministère de la Défense : Chammal : point de situation du 2 avril
  82. Ministère de la Défense : Chammal : Point de situation au 9 avril
  83. Ministère de la Défense : Chammal : Point de situation au 16 avril
  84. « Irak : point de situation au 23 avril 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  85. « Irak : point de situation du 30 avril », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  86. « Irak: point de situation du 7 mai 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  87. « Chammal : point de situation au 13 mai 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  88. « Chammal : point de situation du 20 mai 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  89. « Chammal : point de situation du 28 mai 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  90. « Chammal : point de situation du 4 juin 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  91. « Chammal : Point de situation au 11 juin 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  92. « Chammal : Point de situation au 18 juin 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  93. « Chammal : point de situation au 25 juin 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  94. a et b Zone Militaire : En 3 mois, la force Chammal a formé plus de 1.000 soldats irakiens
  95. « Chammal : point de situation du 2 juillet », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  96. « Chammal : Point de situation au 9 juillet 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  97. « Chammal : Point de situation au 16 juillet 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  98. « Chammal : 1000e mission aérienne », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  99. « Chammal : Point de situation au 31 juillet 2015 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  100. La France a mené ses premières frappes en Syrie, article sur le site lemonde.fr, daté du 27 septembre 2015.
  101. Le raid de l’aviation française sur un camp d’entraînement de l’État islamique a fait au moins trente morts, article sur le site lemonde.fr, daté du 30 septembre 2015.
  102. Syrie : d’autres frappes aériennes françaises auront lieu « si nécessaire », article sur lemonde.fr, daté du 27 septembre 2015.
  103. « France - Syrie : les premières frappes françaises ont visé un camp jihadiste "occupé et actif" » (consulté le 29 septembre 2015)
  104. Raid français en Syrie: le gouvernement réfute le bilan de l'OSDH, RFI, 30 septembre 2015.
  105. More than 50 deaths and wound including “Caliphate cubs” in airstrikes by warplanes thought to be French on a camp in the countryside of Deir Ezzor, OSDH, 30 septembre 2015.
  106. « Syrie: la France a frappé l'EI pour la deuxième fois cette nuit », sur Le Figaro (consulté le 9 octobre 2015)
  107. Les rebelles déboussolés par les frappes russes, l'EI à la lisière d'Alep, OLJ avec AFP, 9 septembre 2015.
  108. Frappes françaises en Syrie : des jihadistes français auraient été tués Le parisien du 12 octobre 2015
  109. Syrie : la France frappe un centre pétrolier de l'EI, Le Point avec AFP, 9 novembre 2015.
  110. Syrie: nouvelles frappes françaises contre des sites d’hydrocarbures du groupe EI, AFP, 10 novembre 2015.
  111. Nouveau raid de l’armée française contre le groupe EI en Syrie, RFI, 10 novembre 2015.
  112. Syrie: Des djihadistes français probablement tués par les frappes des Rafale 20 minutes du 12 octobre 2015
  113. Syrie: bombardement français massif sur le fief de l'EI à Raqa, AFP, 15 novembre 2015.
  114. http://www.defense.gouv.fr/operations/irak/actualites/chammal-raid-aerien-francais-sur-raqqah-en-syrie
  115. Syrie, au moins 33 morts de l’EI dans les raids français et russes en 72 heures, La Croix avec AFP, 18 novembre 2015.
  116. Benjamin Barthe, A Rakka, l’État islamique « se sert des civils comme boucliers humains », Le Monde, 24 novembre 2015.
  117. Christophe Forcari, En Syrie, la France a frappé 18 fois en cinq mois, Libération, 22 février 2016.
  118. « Le porte-avions « Charles-de-Gaulle » a appareillé en direction de la Méditerranée orientale », lemonde.fr, (consulté le 23 novembre 2015).
  119. La France frappe des objectifs du groupe EI en Irak et en Syrie, RFI, 24 novembre 2015.
  120. « Chammal : point de situation au 07 janvier 2016 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  121. Chammal : le porte-avions Charles de Gaulle quitte la TF 50 et franchit Ormuz, Ministère de la Défense, 23 février 2016.
  122. lefigaro.fr, « 61 raids aériens français contre l'EI cet été » (consulté le 1er septembre 2016)
  123. « Chammal : fin de mandat pour la 6e BLB à la TF Monsabert », sur http://www.defense.gouv.fr, (consulté le 27 octobre 2016).
  124. « Irak : Les artilleurs français impliqués dans la bataille de Tal Afar », sur Zone Militaire (consulté le 21 août 2017)
  125. http://fna.artillerie.asso.fr/la-task-force-wagram-111
  126. « Chammal : le Charles de Gaulle repart en mission au Moyen-Orient », sur defens-aero.com, (consulté le 25 août 2017)
  127. a et b « Chammal : la FDA « Chevalier Paul » intègre le groupe naval américain en Méditerranée ; la FREMM Languedoc débute son engagement au Levant », sur defense.gouv.fr, (consulté le 25 août 2017)
  128. a et b « Chammal : la FREMM « Provence » prend le relais du « Montcalm » en Méditerranée orientale », sur defense.gouv.fr, (consulté le 25 août 2017)
  129. Nathalie Guibert, Les non-dits de l’opération « Chammal » en Irak et en Syrie, Le Monde, 4 décembre 2015.
  130. « Chammal - Depuis le 19 sept. 2014 • 2937... - Armée française - Opérations militaires | Facebook », sur www.facebook.com (consulté le 16 janvier 2016)
  131. « Point de situation au 14 janvier 2016 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 16 janvier 2016)
  132. 22 000 jihadistes tués par la coalition anti-État islamique, depuis 2014, selon Le Drian, Francetv info avec AFP, 21 janvier 2016.
  133. Nathalie Guibert et Hélène Sallon, Les forces françaises ont tué au moins 2 500 combattants de l’EI en Irak et Syrie, Le Monde, 13 décembre 2016.
  134. « Frappes contre l’Etat islamique : le délicat bilan des victimes civiles » (consulté le 17 juillet 2016)
  135. « By order of the President of the Republic: a year of France’s Operation Chammal – Airwars », sur airwars.org (consulté le 17 juillet 2016)
  136. Gilles Munier, « Les victimes civiles des bombardements français, il faut en parler… - France-Irak Actualité » (consulté le 17 juillet 2016)
  137. Mossoul: l'aviation française a effectué 600 frappes, Le Figaro avec AFP, 5 juillet 2017.
  138. « On ne résoudra pas le terrorisme par le seul recours à des frappes aériennes », article sur le site lemonde.fr, daté du 20 octobre 2015.
  139. Syrie : le droit et les frappes françaises, article sur le site lemonde.fr, daté du 19 octobre 2015.