Forces armées syriennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forces armées syriennes
Fondation 1945 - Présent
Quartier-général Damas, Alep
Commandement
Commandant en chef ( ) Président Assad
Chef d'état-major des armées ( ) Général Ali Abdullah Ayyoub
Main-d'œuvre
Âges militaires 18 ans
Actifs 304 000[1],[2]
Réservistes 342 500
Paramilitaires 108 000[2]
Budgets
Budget 935 millions à 2 milliards de $[2]
Pourcentage du PNB 3.8 %[2]
Industrie
Fournisseurs nationaux Industrie de la défense nationale syrienne
Fournisseurs étrangers Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau de l’Iran Iran
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Articles annexes
Histoire Guerre des Six Jours
Guerre du Kippour
Insurrection des Frères musulmans en Syrie
Guerre du Golfe (1990-1991)
Guerre civile syrienne
Grades Grades de l'armée syrienne

Les forces armées syriennes sont constituées de l'armée syrienne, la marine syrienne, l'armée de l'air syrienne et la défense aérienne syrienne.

Histoire militaire[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le , une armée égyptienne vainquit l'armée turque durant la bataille de Konya. Sous la pression diplomatique de la France et du Royaume-Uni craignant que la Russie impériale n'intervienne, un traité est signé et place la Syrie et la Palestine sous contrôle militaire de l'Égypte jusqu'à la mort de Méhémet Ali.

En 1839, l'intervention des forces armées britanniques allié à la Turquie et appuyé par l'Autriche débarquant à Beyrouth et à Acre en septembre 1840 fit que Muhammad Ali ayant ses voies de communication coupées du faire la paix et évacuer la Syrie en février 1841[3].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Pendant la Première Guerre mondiale
  • Sous le Mandat Français
Article connexe : Troupes spéciales du Levant.

Les Troupes spéciales du Levant étaient des unités militaires constituées durant la période du mandat français en Syrie en complément de l'Armée du Levant. Composées de personnel recruté localement, ces troupes constitueront la base des armées nationales de la Syrie et du Liban. Elles sont encadrées par des officiers et sous officiers français, libanais ou syriens formés à l'École militaire d'Homs.

  • L’armée après l'indépendance
T-62 syriens hors de combat sur les hauteurs du Golan lors de la guerre du Kippour

De 1948 à 1990, la Syrie fut en conflit quasi-permanent avec Israël dans le cadre du contexte du conflit israélo-arabe. Elle participa à la guerre israélo-arabe de 1948-1949 à la guerre des Six Jours en 1967 elle a également envoyé de l'aide à l'OLP dans l'évènement du Septembre noir puis à la guerre du Kippour en 1973 et à la guerre du Liban de 1976 à 1990.

Le corps expéditionnaire syrien durant la deuxième guerre du Golfe envoyé pour libérer le Koweït entre 1990 et 1991 compta 21 000 hommes et s'acquitta avec succès de sa mission.

L'armée joue encore un rôle prédominant dans la vie politique syrienne.

Le poids de l'armée dans l'économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie de la Syrie.

L'industrie de la défense nationale syrienne[modifier | modifier le code]

Budget[modifier | modifier le code]

La Syrie consacrait 6,2 % de son PIB aux dépenses d'armement en 2004, contre 2,6 % pour la France la même année.

Armée de terre en 2011[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armée syrienne.

Organisation[modifier | modifier le code]

  • 3 Corps d'Armée (Damas, Zebdani,...)
  • Commandement des missiles (Alep)
  • Garde Républicaine
  • Autres unités indépendantes
  • Unités de réserve

Principaux matériels en service en 2011[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armée syrienne.

Marine de guerre[modifier | modifier le code]

Elle dispose d’une aptitude aux opérations de lutte anti-sous-marine et de surface.

Principaux matériels en 2011[modifier | modifier le code]

Armée de l'air syrienne[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armée de l'air syrienne.

Principaux matériels en service en 2011[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Centre stratégique |des étudiants internationaux
  2. a, b, c et d IISS 2010, pp. 272–273
  3. Nezib Et Beyrout, Souvenirs d'Orient de 1833 à 1841, Baron d'Armagnac

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]