Tournon-sur-Rhône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tournon.
Tournon-sur-Rhône
La ville de Tournon-sur-Rhône
La ville de Tournon-sur-Rhône
Blason de Tournon-sur-Rhône
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
(chef-lieu)
Canton Tournon-sur-Rhône
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Tournonais
Maire
Mandat
Frédéric Sausset
2014-2020
Code postal 07300
Code commune 07324
Démographie
Gentilé Tournonais, Tournonaises [1]
Population
municipale
10 689 hab. (2011)
Densité 509 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 05″ N 4° 50′ 00″ E / 45.0680555556, 4.8333333333345° 04′ 05″ Nord 4° 50′ 00″ Est / 45.0680555556, 4.83333333333  
Altitude Min. 115 m – Max. 508 m
Superficie 21,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tournon-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tournon-sur-Rhône
Liens
Site web http://www.ville-tournon.com/

Tournon-sur-Rhône (Tornon en occitan vivaro-alpin) est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes, à 20 km de Valence.

Anciennement appelée Tournon, la commune a ajouté la mention « sur-Rhône » en 1989. En 2008, son agglomération comptait 28 911 habitants, et en 2009, elle en regroupait 29 101.

Ses habitants sont appelés les Tournonais et les Tournonaises[1] .

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, Tournon ou plutôt Tournus est la « banlieue chic » de la cité romaine voisine : Muzolium. Le quartier du Cornilhac, au nord de la ville, semble être celui où l'ont retrouve le plus de vestiges : des thermes, des villas de riches familles romaines, etc. Au centre ville, à la place de l'actuel château, se trouvait un castrum, c'est-à-dire une forteresse romaine qui abritera les habitants de Muzolium lors des invasions barbares au Ve siècle.

Tournon bâtit sa fortune sur le commerce de son vin qui était fort apprécié de l'empereur Charlemagne.

Au Moyen Âge, la population s'agglomère autour du château et donne naissance à un bourg castral[2]. Ses alliances précoces avec le royaume de France lui valurent d'entrer dans le cercle rapproché de la famille royale à la Renaissance. Au XIVe siècle, est fondé le premier couvent de la ville, les Carmes qui s'installent hors de la ville, non loin de la porte de Mauves.La vie Religieuse sera très importante ici car pas moins de quatre couvents différents seront crées, et une collégiale. Les pères jésuites s'installeront et enseigneront dans le collège du Cardinal.

En mars 1469, par ses lettres patentes, le roi Louis XI autorisa deux foires annuelles à Tournon, de sorte que la ville s'accroisse[3]. Le cardinal François II de Tournon, seigneur de la ville au XVIe siècle, rencontre le roi François Ier en 1515 à Lyon. Le Roi, le gardera comme principal conseiller, pendant 30 ans jusqu'à sa mort en 1547.

C'est à ce moment, que la famille obtient le privilège d'arborer la fleur de lys sur fond Azur, sur le côté Gauche de leur blason, symbole réservé au Roi.

L'année 1536 fut marquée par deux événements : la fondation d'un collège par le cardinal de Tournon, qui fut élevé au titre d'université par une bulle papale et la mort du dauphin François (fils du roi François Ier) dont le corps fut conservé dans la collégiale Saint-Julien de Tournon jusqu'en 1547. La famille de Tournon s'éteint au XVIIe siècle car le dernier Seigneur meurt sans descendance et le château est abandonné.

Le premier pont suspendu d'Europe à câble fut construit en 1825 entre Tournon et Tain-l'Hermitage par Marc Seguin. La ville fut le foyer d'une animation intellectuelle et artistique sans précédent, au XIXe XXe, avec des figures comme Marcel Gimond, Charles Forot et Raoul Dufy.

En 1940, sur la rive droite du Rhône, l'arrêt des combats contre la Wehrmacht eut lieu au nord de Tournon, la rivière Doux marquant la limite entre les forces allemandes et l'armée française battue en retraite.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Tournon-sur-Rhône

Les armes de Tournon-sur-Rhône se blasonnent ainsi :
D'azur à trois tours d'argent ouvertes et maçonnées de sable.

Devise : Turris fortissima qui signifie « La tour la plus forte » en latin.

Logotype de tournon-sur-Rhône.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tournon-sur-Rhône est située en plein cœur de la vallée du Rhône.

Le confluent du Doux

La ville est surplombée à l'ouest par les prémices du Vivarais, eux-mêmes étant les contreforts orientaux du Massif central. Sur ces coteaux est cultivé le vin d'appellation d'origine contrôlée Saint-Joseph.

Le petit chemin de fer à vapeur du Vivarais appelé Le Mastrou partait de Tournon pour aller à Lamastre en passant par les gorges du Doux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lemps Saint-Jean-de-Muzols Crozes-Hermitage
Larnage
Rose des vents
Saint-Barthélemy-le-Plain N Tain-l'Hermitage
O    Tournon-sur-Rhône    E
S
Plats Mauves Pont-de-l'Isère

Climatologie[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie d'un climat tempéré dont la principale caractéristique est un vent quasi permanent qui souffle et assèche l'air le long du couloir rhodanien. Baptisé Mistral lorsqu'il vient du nord, il apporte beau temps et fraîcheur en été, mais une impression de froid glacial en hiver. Lorsqu'il provient du sud, il annonce généralement l'arrivée de perturbations orageuses. Il s'appelle alors le vent du Midi ou le vent des fous car, pour certaines personnes, il rend l'atmosphère pénible à supporter, surtout en été.

Relevés météorologiques de la région de Tournon
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 0 2 4 9 13 16 16 12 8 3 1 7,1
Température moyenne (°C) 3,5 4 7 8,5 14,5 18,5 22 22 17,5 13 6,5 3,5 12,1
Température maximale moyenne (°C) 7 8 12 15 20 24 28 28 23 18 10 6 16,9
dont pluie (mm) 52,7 44,7 59,5 71,8 73,9 64,4 42,3 53,6 80,9 98,6 83,2 53,5 722,5
Source : (fr) Données de Tournon 1961 à 1990


À partir de cette latitude, l'influence du climat méditerranéen se fait directement sentir. L'ensoleillement annuel est élevé (environ 2 300 heures à Valence (estimation de Météofrance). Les étés y sont chauds et secs. La température moyenne du mois de juillet est de 22 °C (Montélimar 23 °C). Les hivers froids sans excès s'inscrivent plutôt dans un climat de type semi-continental dégradé. La température moyenne du mois le plus froid (janvier) est ainsi de 3,5 °C.

La pluviométrie annuelle est modérée : environ 430 mm. Les pluies sont particulièrement importantes à la fin de l'été (particulièrement en septembre à cause de l'effet cévenol ou orage cévenol qui déverse des trombes d'eau).

Économie[modifier | modifier le code]

Construction automobile (véhicules de loisirs). Usine de camping-car Chausson (groupe Trigano).

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'enseignement scolaire public est constitué de 3 écoles maternelles, de 4 écoles élémentaires, du collège Marie Curie, du lycée Gabriel-Faure ainsi que du lycée professionnel Marius Bouvier.

L'enseignement scolaire privé est constitué de l'école du Sacré-Cœur (maternelle/primaire), des collèges Notre-Dame et Saint-Louis, du lycée du Sacré-Cœur (général/technique) ainsi que du lycée rural de La Pélissière[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville

La ville est chef-lieu de l'arrondissement de Tournon-sur-Rhône et du canton de Tournon-sur-Rhône. Elle est sous-préfecture de l'Ardèche. La sous-préfecture occupe l'emplacement de l'ancien couvent des Carmes. Le bâtiment partiellement détruit en 1812, en raison de la construction du quai et de la route nationale, disparut presque totalement en 1853, pour laisser place à l'actuelle sous-préfecture.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1926 1941 Camille Arnaud Parti Radical  
1941 1944 Léonce Gazet inconnue  
1944 1959 Camille Arnaud Parti Radical  
mars 1959 mars 1974 Louis Roche-Defrance CNIP puis RI Député de 1958 à 1968
mars 1974 mars 1989 André Tourasse UDF  
mars 1989 mars 2001 Jean Pierre Frachisse UDF  
mars 2001 mars 2008 Jean Pontier PRG Député de 1997 à 2002
mars 2008 en cours Frédéric Sausset[5] UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Tournon-sur-Rhône en 2009 en pourcentages[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90 ans ou +
2,2 
6,9 
75 à 89 ans
11,4 
12,2 
60 à 74 ans
13,1 
20,4 
45 à 59 ans
19,1 
20,7 
30 à 44 ans
18,4 
20,0 
15 à 29 ans
19,2 
19,1 
0 à 14 ans
16,7 
Pyramide des âges en Ardèche en 2009 en pourcentages[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,5 
8,0 
75 à 89 ans
11,7 
16,1 
60 à 74 ans
16,4 
21,5 
45 à 59 ans
20,6 
19,9 
30 à 44 ans
18,9 
15,4 
15 à 29 ans
14,0 
18,7 
0 à 14 ans
16,9 

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 10 689 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 300 3 419 3 984 3 555 3 971 4 174 4 740 4 807 4 861
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 918 5 252 5 509 5 390 6 083 5 092 5 286 5 146 5 344
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 174 5 003 4 719 5 037 5 043 5 332 5 658 5 798 6 785
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
6 878 7 858 8 732 9 099 9 546 9 946 10 582 10 689 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Jumelages[modifier | modifier le code]

Tournon est jumelée avec[10] :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Just de Lyon (+390), évêque de Lyon, mort dans le désert d'Égypte.
  • Le cardinal François II de Tournon (1489-1562).
  • Louis François d'Arlandes de Salton (1752-1793), général des armées de la République, né à Tournon. Traître à la patrie, il passa dans les rangs des Prussiens le 24 août 1793 et fut tué dans les rangs ennemis le 11 septembre 1793.
  • Louis Pierre Delosme (12 mars 1768-29 septembre 1828), militaire français.
  • Marc Seguin (1786-1875), le pont suspendu entre Tain-l'Hermitage et Tournon (le premier du genre en 1825) porte son nom, à l'effigie duquel a été érigée une statue.
  • Stéphane Mallarmé (1842-1898) fut nommé professeur d'anglais au collège de Tournon en 1863.
  • Gustave Toursier, né le 8 octobre 1869 à Serrières, mort en février 1950, fondateur en 1896 des Guides Pol, premiers guides touristiques de France.
  • Marcel Gimond sculpteur, né le 27 avril 1894 à Tournon-sur-Rhône et mort le 13 octobre 1961 à Nogent-sur-Marne.
  • Léon Perrier (1873-1948), homme politique qui fut plusieurs fois ministre.
  • Gabriel Faure (1877-1962), écrivain, un lycée de la ville porte son nom.
  • Germaine L'Herbier-Montagnon (1895-1986), infirmière pilote secouriste de l'air, écrivain et historienne.
  • Joseph Parnin, écrivain qui naquit dans une rue qui porte son nom aujourd'hui.
  • Camille Arnaud (1886-1963), maire de la ville entre 1926 et 1959 (interruption entre 1941 et 1944), a notamment été à l'initiative de la construction du ciné-théâtre de Tournon en 1928 (fin de la construction en 1933)[11].
  • André Bossanne (1907-1996), sénateur de la Drôme et maire de Marsaz
  • Adrienne Durand-Tullou (1914-2000), écrivain, institutrice, ethnologue et historienne.
  • Hervé Giraud (1957-), évêque de Soissons.
  • Sébastien Joly (1979-), coureur cycliste professionnel.
  • Romain Lafourcade (1985-).
  • Kevin Mayer (1992-), athlète français spécialiste des épreuves combinées a débuté l’athlétisme à l’Entente athlétique de Tain-Tournon
  • Denise Astier la catholique et écrivaine à succès mais aussi la grand-mère des comédiens Lionnel et Alexandre Astier

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Portes médiévales
  • Fortifications renaissance (portes et tours)
  • Collégiale Saint-Julien [12], proposée au classement monument historique dès 1840[13], la chapelle des Pénitents et sacristie de l'église sont classées le 17 juin 1922, le chœur orné de peintures est classé le 14 septembre 1965 et la nef est inscrite le 14 septembre 1965[14].
  • Hôtel du Marquis de la Tourette
  • Lycée Gabriel-Faure, fondé en 1536 (second plus vieux lycée de France), anciennement nommé Collège de Tournon. Chapelle Saint-Just du collège.
  • Château de Tournon datant du XIVe au XVIe siècle. C'est l'un des plus beaux châteaux d'Ardèche, avec son musée qui évoque l'histoire des seigneurs de Tournon. Depuis les terrasses, le château offre une vue magnifique sur la vallée du Rhône. Musée de Tournon, triptyque de la Résurrection du Capassin.
  • Le Chemin de fer du Vivarais
  • La bibliothèque municipale, contenant un fonds de 20 000 ouvrages et proposant des activités pour les enfants comme Les bébés lisent ou Pleins les Z'oreilles.
  • Le Jardin d'Éden, ancien parc du couvent des moines des cordeliers, puis des religieuses de Notre Dame, entouré de remparts Renaissance et de sa demi tour.
  • Passerelle Marc Seguin
  • Sépulture de Germaine L'Herbier-Montagnon, plus connue localement, à la suite de son second mariage, sous le nom de Germaine Peyron-Montagnon. Sa sépulture est située rue du Repos, dans le cimetière B, carré 7, allée H, no 24-25. Le Conseil municipal de Tournon-sur-Rhône le 26 juin 2013 a attribué à cette sépulture le caractère de concession perpétuelle honorifique en mémoire des actions menées par Germaine Peyron-Montagnon.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Tournon-sur-Rhône bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[15].

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Festival Fest'Route, festival de musiques populaires, organisé par "Les épicuriens de service" et "Zigoto Productions" - dernier week-end de juin
  • Festival de Musique et Saison musicale "Vochora" [16].
  • Grande fête votive - juillet
  • Exposition de photographies du 1° juillet au 15 août à la papeterie Bonnet
  • Foire aux oignons créée en 1309 - 29 août
  • Festival des humoristes - fin août
  • 10 kilomètres de Tournon : Course à pied - fin novembre
  • Visite guidée et commentée du Jardin d'Eden toute l'année [17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1]
  2. Élisabeth Sirot, Introduction à l'archéologie médiévale.
  3. http://books.google.fr/books?id=OJ-b2-CLz7EC&pg=PA206 Lettres patentes de Louis XI, Amboise, mars 1469 (1468 avant Pâques)
  4. « Annuaire : Résultats de recherche », sur www.education.gouv.fr (consulté le 10 juillet 2014)
  5. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  6. Pyramide des âges à Tournon-sur-Rhône en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 09/02/2013.
  7. Pyramide des âges de l’Ardèche en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 09/02/13.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  10. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères.
  11. Carole Trébor, Il nous faut un théâtre !
  12. Église Saint-Julien-de-Brioude
  13. Voir la liste des monuments pour lesquels des secours ont été demandés de 1840 en PDF.
  14. « Notice no PA00116829 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  16. site Vochora
  17. Eden Parc

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :