Lamastre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lamastre
Une rue commerçante dans Lamastre
Une rue commerçante dans Lamastre
Blason de Lamastre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Lamastre (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lamastre
Maire
Mandat
Jean-Paul Vallon
2008-2014
Code postal 07270
Code commune 07129
Démographie
Gentilé Lamastrois, Lamastroises
Population
municipale
2 459 hab. (2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 11″ N 4° 34′ 54″ E / 44.9863888889, 4.58166666667 ()44° 59′ 11″ Nord 4° 34′ 54″ Est / 44.9863888889, 4.58166666667 ()  
Altitude Min. 342 m – Max. 860 m
Superficie 25,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Lamastre

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Lamastre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lamastre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lamastre
Liens
Site web http://www.lamastre.fr/

Lamastre, en occitan La Mastra, est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Lamastrois et les Lamastroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Lamastre appartient à l'arrondissement de Tournon-sur-Rhône, sous-préfecture de l'Ardèche. Cette commune est le chef-lieu du canton de Lamastre composé de 10 communes. Sa position stratégique est intrinsèquement liée à son implantation au carrefour de deux axes de communication reliant Valence, préfecture de la Drôme, et le Puy-en-Velay, préfecture de la Haute-Loire ; et celui reliant Annonay, Aubenas et Alès.

À 120 km de Lyon, Lamastre se situe à 30 minutes de Tournon dans la vallée du Rhône et de l’entrée de l’autoroute A7 (Tain-l’Hermitage). La gare de Valence-TGV n’est qu’à 40 minutes de route.

Transports[modifier | modifier le code]

De Lamastre partait le petit train du Vivarais, train à vapeur traversant les gorges du Doux, de Lamastre à Tournon, également connu sous le nom de « Mastrou ». Suite à des difficultés financières le Mastrou ne circule plus depuis 2008. En attendant la reprise du train touristique, un vélorail prototype a été mis en place chaque été. Ce fut un franc succès dès la première année[1] ! Par ailleurs, un projet de remise en route de ce train est en cours pour un retour en circulation dès l'été 2013. En effet, des travaux ont été réalisés depuis, notamment sur le site de Lamastre où un atelier permettant la réhabilitation de nombreux matériels roulants (voitures pour transporter les futurs voyageurs, wagons divers et locomotives) a été construit[2]. La gare est en voie de réhabilitation[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Nozières Empurany Le Crestet Rose des vents
Désaignes N Gilhoc-sur-Ormèze
O    Lamastre    E
S
Saint-Basile Vernoux-en-Vivarais Saint-Barthélemy-Grozon

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire communal, de 2 545 hectares, est constitué d’un ensemble de massifs montagneux. Le point le plus haut de la commune de Lamastre culmine à 833 mètres, le plus bas se situe à 342 mètres. Le substratum géologique local émergeant sur environ 90 % de la zone communale, est formé de : formations granitiques (granites et anatexites) ; et de formations métamorphiques gneissiques (gneiss et leptynites). Ce substratum (ou substrat) est recouvert par les sédiments du quaternaire, constitués de blocs, galets, graviers et sables que l'on trouve principalement dans la vallée du Doux et de la Sumène.

De plus, côté environnement, Lamastre est l’une des 6 villes-portes du nouveau parc naturel régional (P.N.R) des Monts d'Ardèche.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat local est un climat tempéré avec 4 vraies saisons qui varie en fonction de l’altitude des divers lieux de la commune. L'hiver est rigoureux avec des gelées dès le mois de novembre. Les premières chutes de neige apparaissent aussi durant cette période. Les mois de décembre, janvier et février sont généralement très froids. Les températures peuvent descendre jusqu'à -10/-12 °C et ne pas passer au-dessus de 0 °C même au plus chaud de la journée. Le vent du nord soufflant en hiver accentue cette impression de froid. Les chutes de neiges sont fréquentes en hiver mais depuis une décennie, la quantité (5 à 10 cm/chute) et la durée ont diminué. Les derniers flocons peuvent se voir jusqu'à Pâques. Le printemps est doux, souvent pluvieux. L'été est lui relativement chaud, Lamastre se situant dans une cuvette, la sensation de chaleur y est exacerbée. L'automne est très pluvieux, avec des nappes de brouillard fréquentes sur les collines alentour.

Quant aux précipitations, le département de l’Ardèche est touché régulièrement par de fortes pluies, accompagnées de vents violents, appelées « pluies cévenoles ». Ce phénomène saisonnier découle de la combinaison des facteurs climatique et topographique particuliers de cette zone géographique: la présence de reliefs le long de la vallée du Rhône, ce qui concentre la dépression ; les remontées d’air chaud de la mer Méditerranée; les descentes d’air froid des anticyclones mobiles polaires et la présence d’un anticyclone sur l’Europe centrale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lamastre est née en 1790 à la suite d'un regroupement de trois communautés anciennes :

  • Macheville, l'ancien prieuré bénédictin qui a été bâti sur un éperon entre Grozon et Condoie ;
  • La Mastre, avec sa ville haute dominée par le château de Pécheylard et sa ville basse, le Savel, qui s’est construite le long de la très ancienne « voie du Doux » où se tenaient les foires et les marchés ;
  • Retourtour, l'ancien fief des Pagan Retourtour, situé dans une boucle du Doux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lamastre

Les armes de Lamastre se blasonnent ainsi :
De gueules à l'aigle d'argent accompagnée de huit fleurs de lys du même ordonnées en orle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Jean-Paul Vallon[4] Sans étiquette Conseiller général de l'Ardèche
Président de la Communauté de communes du Pays de Lamastre[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 459 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 800 2 090 1 798 2 029 2 218 2 260 2 423 2 561 2 501
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 502 2 925 3 000 3 180 3 313 3 209 3 260 3 693 3 763
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 759 3 735 3 663 3 514 3 712 3 727 3 674 3 241 3 361
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
3 228 3 247 3 058 3 007 2 717 2 467 2 520 2 526 2 480
2011 - - - - - - - -
2 459 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Peychelard (ruines)
  • Château de Retourtour (ruines)
  • Château d'Urbillac
  • Temple protestant
  • Église Saint-Domnin
  • Les Chopes du Moulin, micro-brasserie installée dans une ancienne minoterie (minoterie Mandon)
  • Le Mastrou, train à vapeur circulant dans les gorges du Doux entre Tournon-sur-Rhône et Lamastre

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :