Davézieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Davézieux
La mairie et le nouveau centre village.
La mairie et le nouveau centre village.
Blason de Davézieux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Annonay-Nord
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin d'Annonay
Maire
Mandat
Alain Zahm
2014-2020
Code postal 07430
Code commune 07078
Démographie
Gentilé Davézoriens, Davézoriennes
Population
municipale
2 991 hab. (2011)
Densité 535 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 21″ N 4° 42′ 29″ E / 45.2558333333, 4.7080555555645° 15′ 21″ Nord 4° 42′ 29″ Est / 45.2558333333, 4.70805555556  
Altitude Min. 352 m – Max. 458 m
Superficie 5,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Davézieux

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Davézieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Davézieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Davézieux

Davézieux est une commune française située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Davézieux occupe une superficie relativement modeste de 5,59 km². La plus grande partie de ce territoire se situe sur le plateau du piémont nord-ardéchois, avec un point culminant au suc de Vaux, à 463 m. Sa situation en bordure nord-est de la commune d'Annonay a abouti, à partir des années 1960, à une extension rapide de l'urbanisation en zones commerciales, zones industrielles et lotissements pavillonnaires.

La partie la plus à l'ouest, le quartier de Vidalon, descend jusqu'à la Deûme, dont les rives ont vu se développer, à partir du XVIIe siècle une importante industrie papetière.

Un tiers environ de la commune a quand même conservé un paysage agricole, dans ses parties les plus extérieures.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Boulieu-lès-Annonay Saint-Clair Peaugres Rose des vents
N Saint-Cyr
O    Davézieux    E
S
Annonay Vernosc-les-Annonay

Histoire[modifier | modifier le code]

De villas romaines en village[modifier | modifier le code]

Les noms finissant en -ieux sont en principe d'origine romaine. Cela laisse imaginer un passé gallo-romain au village et à certains de ses quartiers. Des matériaux d'époque ont d'ailleurs été retrouvés en divers endroits: aux Combes, à Coin Bargieux, à la Croix de Justice, à Tartavel, à Chamieux[1]… Cependant, les premières attestations écrites restent celles de la paroisse, avec une église Sainte-Marguerite signalée en 1055.

Une commune à la Révolution[modifier | modifier le code]

Davézieux est resté longtemps un petit village. L'abside de l'ancienne église est visible sur la gauche,

Les renseignements statistiques manquent ensuite, car le territoire de Davézieux était administrativement rattaché à celui d'Annonay. Ce n'est qu'à la suite de la Révolution que Davézieux a pu avoir le statut de commune à part entière. Le premier recensement y dénombre un peu plus de 500 habitants, dont 200 au site papetier de Vidalon. On peut imaginer jusqu'à cette époque, au village et dans les fermes, une population de paysans vivant modestement de la culture de céréales, de la vigne et de légumes. 

Une papeterie[modifier | modifier le code]

Les papeteries Canson et Montgolfier se sont fortement développées aux XVIIIe et XIXe siècles.

A l'écart du village, le site papetier développé par la famille de Montgolfier s'est rendu célèbre, en 1782, avec l'invention de la montgolfière. Cette manufacture royale a aussi abrité, en milieu de XIXe siècle, jusqu'à un millier de personnes. Au début du XXe siècle, la papeterie va connaître des bas, et Davézieux va redevenir un village de moins d'un millier d'habitants.

L'extension d'Annonay[modifier | modifier le code]

À partir des années 1960, la commune a été une des premières à accueillir l'extension de l'agglomération d'Annonay, grâce à sa situation en terrain plat à l'entrée d'Annonay côté vallée du Rhône. L'urbanisation s'y est développée à la fois en bâtiments industriels et commerciaux et en constructions individuelles.

Les premières constructions de maisons individuelles se sont accélérées avec la construction de lotissements : Chevenas à partir de 1975, le Hameau et les Prés du Médecin, les Demeures et les Résidences du Soleil... La commune a dépassé les 3000 habitants en 2013.

En parallèle, des entreprises et de grandes surfaces commerciales se sont installées dans la zone de La Lombardière et dans la zone du Mas. En 2013, la commune compte plus de 200 commerces, services et entreprises qui emploient 2500 salariés.

Des adaptations nécessaires[modifier | modifier le code]

L'Espace Montgolfier, construit en 2006 par la commune, est maintenant aussi utilisé par l'Agglomération.

Face à l'augmentation de la population, la commune de Davézieux a dû améliorer ses aménagements et ses équipements collectifs. L'assainissement a nécessité des extensions et des remises aux normes. Une salle et des terrains de sports ont été aménagés sur le site de Jossols. Une nouvelle école publique a été construite en 1985. La nouvelle mairie en 1993. Une crèche en 2005. L'Espace Montgolfier en 2006. Plusieurs campagnes de travaux ont été nécessaires pour la sécurisation des grands axes de circulation. Un certain allègement du trafic peut être attendu du contournement extérieur nord-est qui a été ouvert en 2014.

Un nouveau centre a été aménagé avec services publics et petits commerces.

Un nouveau centre[modifier | modifier le code]

La partie la plus ancienne du village, légèrement à l'écart, a pu rester quasiment intacte. Un nouveau centre a été construit et on y trouve la mairie, la poste, mais aussi des petits commerces, une quarantaine au centre village. Les logements collectifs construits aux alentours ont été limités à une hauteur de quatre étages. Un habitat pour personnes âgées s'y est rajouté. Les autres équipements collectifs (gymnase, écoles, salles…) sont installés plus au sud. Les quartiers de villas occupent le reste des terrains.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le site papetier de Vidalon[modifier | modifier le code]

L'accession à la célébrité[modifier | modifier le code]

Le site de Vidalon, dont on voit au loin les usines, a abrité aussi jusqu'à plus de 1000 habitants. Au centre des bâtiments, une chapelle aujourd'hui démolie.

C'est en 1692 que les deux frères Michel et Raymond Montgolfier sont venus travailler à la papeterie d'Antoine Chelles, et en ont épousé les deux filles. En 1720 un second moulin est construit à Vidalon le Bas. En 1735, le site loge déjà 120 habitants. Il en accueille 400 en 1846, plus de 1100 en fin de siècle. La croissance de cette Manufacture devenue Royale est due notamment à l'inventivité de ses dirigeants successifs: Raymond Montgolfier, le premier successeur d'Antoine Chelles, père de 19 enfants; son fils Pierre, père de 16 enfants avec Anne Duret et entrepreneur novateur; ses petits-fils Joseph et Etienne qui se rendront aussi célèbres avec l'invention de la montgolfière. La direction de la papeterie passe ensuite vers 1800 au gendre d'Etienne, Barthélémy Barou de Canson, puis à son fils Etienne, qui améliorent les fabrications, mettent au point les calques et les couleurs[2].

Une politique sociale[modifier | modifier le code]

Au milieu du XIXe siècle, le millier de personnes qui habitait sur ce site profitait de divers avantages sociaux. Les dirigeants des papeteries proposaient des logements aux familles et des pensions aux célibataires. Une coopérative permettait de faire ses achats sur place. Il existait aussi une cantine, une bibliothèque, une crèche, une école de filles, des pompiers et une société musicale. Une caisse de secours prenait en charge certains soins…

Un secteur en crise[modifier | modifier le code]

Vidalon aujourd'hui.

Au cours du XXe siècle, l'industrie papetière locale a rencontré diverses difficultés. Elle a connu des grèves et des licenciements en 1906 et 1911. Après 1950, et surtout à partir de 1970, la nécessité de regroupements s'est peu à peu imposée face à une crise globale, malgré des progrès certains dans l'organisation, les techniques de production et les efforts d'exportation[3]. En 2014, deux sites seulement fonctionnent encore dans la région d'Annonay, pour la production de produits Canson. Mais celui de Vidalon a dû retrouver d'autres vocations.

De nouvelles vocations[modifier | modifier le code]

En 2014, le site de Vidalon présente de nouveaux visages.

Dans la partie sud, qui s'ouvre sur Annonay, la plupart des bâtiments ont été démolis : il ne reste que quelques habitations autour de la chapelle.

Sur la rive droite, en face de Vidalon, l'usine MP Hygiène réinvestit peu à peu l'ancien site papetier.

Au bord de la rivière, rive gauche, l'ancienne maison des de Montgolfier et le parc qui l'entoure abritent depuis 1987 le Musée des Papeteries Canson et Montgolfier. Ses documents, objets et machines parviennent à restituer une partie des ambiances passées.

Les autres bâtiments de cette rive, acquis par la Communauté d'agglomération du Bassin d'Annonay, ont été aménagés en pépinière d'entreprises.

La rive droite, par contre, où les bâtiments s'étagent sur le territoire communal d'Annonay, est redevenue industrielle, et même papetière : c'est la société MP Hygiène, spécialisée dans le papier d'essuyage, qui s'y est implantée et développée à partir de 1997. Une ligne de fabrication ultra moderne y a été créée et tous les bâtiments de cette rive se retrouvent progressivement réoccupés.

Le Musée des Papeteries[modifier | modifier le code]

Le Musée a cherché à ressusciter l'ambiance des grandes papeteries.

Le Musée des Papeteries Canson et Montgolfier a été créé en 1987 à l'initiative d'une élue passionnée d'histoire locale, et par un partenariat entre la commune et l'usine Canson. Il est maintenant soutenu par la Communauté d'agglomération du Bassin d'Annonay, mais toujours animé aussi par une équipe de bénévoles. Il a pu s'installer au cœur du site papetier, dans la maison natale des frères Montgolfier. Le sous-sol du bâtiment présente des maquettes et des machines anciennes qui permettent de comprendre concrètement la fabrication du papier. Les autres salles offrent un vaste panorama du monde de la papeterie d'autrefois: la généalogie de la famille Montgolfier, l'évolution des techniques et de l'usine, la vie des ouvriers, le travail commercial de bureau… D'autres salles rappellent l'invention de la montgolfière. Des expositions temporaires s'y rajoutent en été.[1]

La chapelle de Vidalon a été construite en 1877 et abrite un orgue classé Monument Historique..

La chapelle de Vidalon[modifier | modifier le code]

La chapelle de Vidalon est la troisième construite sur ce site papetier. Une première chapelle avait été construite vers 1735. Une deuxième lui a succédé au début des années 1800. L’actuelle date de 1877. Elle a été construite dans un style néo-gothique particulièrement élancé. Son intérieur est également élancé et lumineux. La décoration a été réalisée par des ouvriers de la papeterie. Les vitraux par exemple représentent les saints patrons de la famille de Montgolfier[4].

Article détaillé : Église Notre-Dame de Davézieux.

L’orgue de la chapelle a une longue histoire qui lui a valu un classement en monument historique[5]. En 1818, il avait été acquis d'occasion par la paroisse d'Annonay auprès de la maison Callinet dans le Haut Rhin. En 1880, Annonay décida de s'en séparer pour acquérir un Cavaillé Coll. L'église de Vidalon le récupéra. On trouva alors dans ses entrailles des partitions datant du XVIe siècle. Sa structure laisse aussi à penser qu'il aurait pu être fabriqué ou restauré à cette époque par la maison Clicquot. Son remontage en 1882 a permis une adaptation améliorée par les techniciens de la maison Cavaillé-Coll[6].

Les deux églises Sainte-Marguerite[modifier | modifier le code]

L'ancienne église a été restaurée pour devenir médiathèque.

Deux bâtiments d'église cohabitent à Davézieux. L'église la plus ancienne se trouve dans la partie Est du village. Sa première date de construction reste inconnue. De dimension moyenne, elle comporte une nef unique et relativement étroite, qui s'achève par une abside semi-circulaire. Son caractère le plus remarquable est son entrée, encadrée par deux colonnettes avec chapiteaux sculptés. Après sa désaffection en fin de XIXe siècle, elle a été utilisée un temps comme mairie, puis comme salle paroissiale. La restauration du bâtiment a finalement été décidée, mais pour accueillir une médiathèque municipale.

L'église actuelle date de la fin du XIXe siècle.

Le bâtiment a conservé globalement son apparence extérieure traditionnelle. Mais de nombreuses ouvertures ont été pratiquées. L'intérieur, avec une surface d'environ 150 m² au sol, a été entièrement modernisé, avec création d'un deuxième niveau. A son ouverture en 2014, la Médiathèque abrite 8000 documents dont 1000 CD, 300 DVD et 200 revues.

L'église qui est utilisée actuellement a été construite entre 1867 et 1869, et son clocher a été achevé en 1886. Sa taille est nettement plus imposante que l'église précédente, avec trois nefs, en style néo-roman[7]mais avec un clocher élancé. Elle fait partie de la paroisse Saint-Christophe-lès-Annonay[8].

Le domaine de la Lombardière[modifier | modifier le code]

La Halle des Muletiers, avec une charpente réalisée par des mariniers.

Ce domaine, appelé jusqu'alors Chambaran, a pris son nom de Lombardière à partir de 1571 aux mains d'Achille Gamon. Cet avocat d'Annonay, protestant modéré, s'est employé à en agrandir la superficie par des acquisitions. La maison d'habitation a été améliorée et enrichie de dépendances. En 1658, Achille Gamon a revendu son domaine à Jean de Barou. Trois générations après, en 1828, son propriétaire était Barthélémy Barou de la Lombardière de Canson qui était devenu, après son mariage avec Alexandrine de Montgolfier en 1798, le dirigeant de la papeterie Canson & Montgolfier . En 1859, il a transmis le domaine à son gendre Barthélémy de Soras. Le district urbain d'Annonay l'a racheté en 1970[9].

Le site offre un espace extérieur important qui permet à la fois le stationnement et la tenue de grandes manifestations. Le "château", réaménagé au XVIIIe siècle, sert de bureaux à plusieurs services de la Communauté d'agglomération du Bassin d'Annonay . Les grandes annexes restaurées et modernisées constituent l'Espace économique Jean Monnet, dont les salles peuvent être louées: caveau en sous-sol, ancienne étable, salles d'exposition et de réunion. La halle des Muletiers est remarquable pour sa charpente en forme de vaisseau renversée, réalisée par des mariniers du Rhône vers 1840. Des vitraux décoratifs ont été rajoutés par l'association des Verriers de la Déôme.

En 2014, le site a profité de réaménagements extérieurs. Il a accueilli en complément des services administratifs départementaux et une résidence pour personnes âgées.

Quelques autres châteaux[modifier | modifier le code]

A partir du XVIe siècle, le territoire de Davézieux a vu l'installation de grands propriétaires bourgeois, souvent membres des familles dirigeantes de la papeterie.

Le château du Mas.

Près de la zone commerciale, le château du Mas a été, entre autres, propriété des de Gerlande et des Barou. Ses tours le font dater des XVIe et XVIIe siècles. Il accueille aujourd'hui des logements en copropriété.

À l'est de la commune, abritée par un bois, la demeure bourgeoise du Puy s'est transmise essentiellement au sein de la famille Béchetoille, banquiers et hommes d'affaires.

Près de l'entrée d'Annonay, la grande maison des Pins a été construite au XIXe siècle par Alexandre Roux, allié de la famille Barou de Canson. Elle s'est transmise par héritage et alliance à des de Montgolfier, Mignot puis Frachon. À côté, le domaine de Sainte-Émilie a appartenu aux familles d'Ayme, de Canson, puis Rostaing. Pavillons et magasins s'y sont construits dans les années 80.

En face, sur les hauteurs de Vidalon, la maison Les Rochers a été érigée en 1830 par le cadre papetier Gabriel Veyre de Soras[10]. Elle a été réaménagée pour offrir plusieurs logements.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'Alumnat a été école agricole, pensionnat puis séminaire, avant de devenir communal.
  • Les bâtiments de l'Alumnat ont été créés en 1886 pour accueillir une école agricole. Ils ont aussi servi de pensionnat jusqu'en 1925. Ils ont été ensuite un séminaire ("alumnat") pour la congrégation des Assomptionnistes. La commune les a rachetés en 1975. Ils servent de lieux de rencontre et d'activités, notamment pour les associations locales.
  • Le barrage de Vidalon a été construit en 1923 sur le ruisseau de Chantecaille pour servir de réserve d'eau aux usines papetières.
  • Deux vestiges subsistent de l'ancienne ligne de chemin de fer entre Firminy, Bourg-Argental, Annonay et Saint-Rambert-d'Albon. Un tunnel qui passe sous le quartier de Vidalon et un viaduc qui passe au-dessus du ruisseau de Chantecaille, à proximité du barrage.

Associations[modifier | modifier le code]

Le stade de Jossols accueille chaque semaine des centaines de sportifs.

Au niveau associatif, la commune avait déjà, au début du XXe siècle, quelques amicales. Après la guerre, des clubs ont organisé la pratique de quelques sports principaux: boules, foot et basket. À partir des années 80, d'autres associations sportives, mais aussi culturelles, se sont créées. Ainsi, Davézieux recensait en 2013 une soixantaine d'associations très variées.

ACCA, Amicale des Sapeurs Pompiers, Amicale des Anciens Artilleurs (1907), Amicale des Anciens Fantassins (1957), FNACA (1960), Association Culturelle et Paroissiale, Aînés La Joie de Vivre (1984), Comité d'Animations Culturelles et de Loisirs (1986), ACAD Commerçants et Artisans, Amicale des Sources Chevenas (1979), Amicale du personnel de mairie (2011).

APEL et OGEC Ste Marguerite, Amicale laïque, Association des Familles Rurales (1978).

Fraternelle Boule (1944), Foot USDV (Union Sportive Davézieux Vidalon) (1947), Basket JSD (1956) / Vernosc Davézieux Basket (2013), Gymnastique volontaire (1975), Judo Club (1983), Tennis Club (1986), Korfbal, AFR Danse Modern Jazz, Eveil corporel, Qi-Gong, Pilates, Sophrologie, OMS Office Municipal des Sports, Karaté Okinawa Te (1986), Golf Club (1986), ABCD Amicale Billard Club de Davézieux (1989), Ardèche Planeurs, Davézieux Auto Passion (1997), Moto Club tout terrain, Bikers de Davézieux, Taz Tuning Club, La Montgolfière pétanque (2008), Nanou Sport Auto (2011), Yoga Détente et Energie (2011), Davézieux Foot Loisir.

Amicale Trompette (1907), Batterie Fanfare (1984), Sonneurs du Haut Vivarais, Chœur Fidèle (2000). Pascal dans l'ombre de Johnny.

Amis du Fonds Vivarois, Gens du Nord (1974), Bibliothèque L'Évasion en lisant (1983), Cercle des Collectionneurs (1986), Amis du Musée des Papeteries (1988), Association de la mise en valeur du Patrimoine (1994), Association pour le renouveau de l'orgue de Vidalon, Atelier Bleu Céleste, Club d'informatique Amiposte Télécom Annonay-Davézieux (1996/2005), Les Fées du Patch (2011).

Club Canin (1978), Informations et Aides aux Stomisés, Vivre sans Nuisance.

Animations[modifier | modifier le code]

Le Comité d'Animation Culturelle, créé en 1986, organise plusieurs animations publiques tout au long de l'année: fougot, marché de la création au printemps, vide-greniers à l'automne, bourse aux jouets et Marché de Noël…

Chaque année en juin : Le Festi’roc 07 [11]. Festival de musiques chrétiennes actuelles, il est organisé par les paroisses catholiques du bassin d'Annonay.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1904 1919 Francis Béchetoille    
1919 1929 Régis de Soras    
1929 1944 Jean Frachon    
1944 1947 Gaston Béraud    
1947 1956 Marius Seive    
1956 1959 Camille Géry    
1959 1971 Benoît Belat    
mars 1971 mars 1989 Jean Sablon UDF  
mars 1989 juin 1995 Jean Besset    
juin 1995 mars 2001 Marie-Hélène Reynaud    
mars 2001 mars 2008 Jacques Roussel    
mars 2008 réélu en 2014 Alain Zahm[12] UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 991 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
618 598 555 709 859 893 893 951 972
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 012 1 110 1 242 1 285 1 315 1 297 1 265 1 253 1 220
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 151 1 201 1 059 836 836 944 964 844 1 036
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 060 1 191 1 309 1 776 2 371 2 629 2 779 2 801 2 991
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

A la formation administrative de la commune, les premiers recensements ont dénombré un peu plus de 500 habitants, dont 200 au site papetier de Vidalon. Leur nombre a ensuite augmenté avec le développement de l'industrie papetière: la commune a atteint le millier d'habitants vers 1850 et 1315 habitants en 1876. En fin de XIXe siècle, la croissance de la population s'est tassée et a même baissé jusqu'à 836 habitants en 1926: il y a eu des grèves et des licenciements aux papeteries en 1906 et 1911. Il y a eu la première guerre mondiale qui a causé 50 morts. La situation s'est redressée progressivement ensuite jusqu'à dépasser les 1000 habitants en 1954.

C'est à partir des années 1960, que la population s'est accrue rapidement. Les premières constructions de maisons individuelles se sont accélérées avec la construction de lotissements: Chevenas à partir de 1975, le Hameau et les Prés du Médecin, les Demeures et les Résidences du Soleil...         

En parallèle, et toujours à partir des années 60-70, des entreprises et de grandes surfaces commerciales se sont installées dans la zone de la Lombardière et dans la zone du Mas. En 2013, la commune compte plus de 200 commerces, services et entreprises qui emploient 2500 salariés. Malgré tout, au sein de la population active de Davézieux, seulement 25% travaillent sur place. 60% travaillent dans une autre commune, 12% hors du département.

Au fil des dernières années, la croissance de la population a subi un certain tassement: les terrains à bâtir sont devenus rares; dans les lotissements, les enfants devenus adultes ont quitté leurs parents: la composition moyenne des ménages est passée de 3,4 à 2,5 personnes en 40 ans. L'ensemble de la population accuse donc un vieillissement.

La traversée est-ouest de Davézieux, dans les années 1900.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1er s.   voie romaine et fermes gallo-romaines
  • M. Age  un village christianisé
  • 1055     1ère trace écrite de la paroisse
  • 1692     arrivée des frères Montgolfier à Vidalon
  • 1719     Vidalon Manufacture Royale
  • 1760     Pierre Montgolfier dirige les papeteries
  • 1783     premier envol public d'une montgolfière
  • 1790     Davézieux devient une commune
  • 1799     Barthélémy Barou de Canson à Vidalon
  • 1845     arrivée d'un instituteur
  • 1877     construction d'une 3e chapelle à Vidalon
  • 1886     achèvement de la nouvelle église
  • 1886     construction des bâtiments de l'Alumnat
  • 1911     grèves à Vidalon
  • 1914     accueil de réfugiés
  • 1927     L'Alumnat séminaire assomptionniste
  • 1940     résistance des Spahis aux Allemands
  • 1968     création du District
  • 1970     rachat de la Lombardière par le district
  • 1975     rachat de l'Alumnat par la commune
    La crèche et l'école publique construite en 1985.
  • 1985     nouvelle école publique
  • 1987     création du Musée des Papeteries
  • 1993     nouveau centre: poste, HLM et mairie
  • 1997     extension de la salle de Jossols
  • 1998     nouveau dépôt des pompiers
  • 1999     création de la Communauté de communes
  • 2005     crèche multi accueil
  • 2006     espace Montgolfier
  • 2010     fermeture de l'école privée de Vidalon
  • 2011     rénovation de la salle de Jossols
  • 2012     arrivée d'étape du Tour de France
  • 2013     unité de vie pour personnes âgées
  • 2014 ouverture de la déviation nord-est
  • 2014     médiathèque dans l'ancienne église

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieu d'origine des frères Montgolfier, évoqués sur le blason de la commune (voir ci dessus) et de Jo Frachon, basse des Compagnons de la chanson.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

d'azur au sautoir estré d'argent, à la montgolfière de huit panneaux de gueules et d'or, d'où s'échappe une nuée aussi d'argent, brochant sur le sautoir et surmontée d'une fleur de lys aussi d'or, à une feuille de papier velin d'argent à dextre et à une gerbe de blé d'or à senestre, brochant sur la montgolfière

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Joëlle Dupraz et Christel Fraisse, Carte archéologique de la Gaule : L’Ardèche.
  2. Marie-HélèneReynaud, Une histoire de papier (1989)
  3. documentation du Musée des Papeteries
  4. site 40000clochers.com
  5. « Orgue de Vidalon »
  6. notice exposée sur place
  7. site 40000clochers.com
  8. site de la paroisse Saint-Christophe lès Annonay
  9. Marie-Hélène Reynaud, Davézieux, des Gallo-romains au 21e siècle (2002).
  10. Marie-Hélène Reynaud, Davézieux, des gallo-romains au 21e siècle (2002)
  11. Le Festi’roc 07
  12. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Marie-Hélène Reynaud: Davézieux, des Gallo-romains au 21e siècle (2002).
  • Marie-HélèneReynaud: Une histoire de papier (1989).
  • Albin Mazon, Voyage autour d'Annonay (1901).
  • Guide de l'Union Touristique Ardèche Verte (1991).
  • notices touristiques locales.
  • archives et bulletins municipaux.
  • documents et archives du Musée des Papeteries
  • articles du Dauphiné Libéré, et notamment reportages du 18 juillet 2013 de François Bassaget.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]