Vesseaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vesseaux
Mairie de Vesseaux
Mairie de Vesseaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Vals-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Aubenas-Vals
Maire
Mandat
Max Tourvieilhe
2014-2020
Code postal 07200
Code commune 07339
Démographie
Gentilé Vesseaudencs, Vesseaudenches
Population
municipale
1 694 hab. (2011)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 09″ N 4° 26′ 28″ E / 44.6525, 4.4411111111144° 39′ 09″ Nord 4° 26′ 28″ Est / 44.6525, 4.44111111111  
Altitude Min. 219 m – Max. 702 m
Superficie 18,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Vesseaux

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Vesseaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vesseaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vesseaux
L'église

Vesseaux est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Vesseaudencs et les Vesseaudenches[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Vesseaux étend ses 1 800 hectares au pied du col de l'Escrinet entre Aubenas au sud et Privas au nord.

L'essentiel de la commune est constitué par le bassin de Liopoux, affluent de Luol qui la borde à l'est, lui-même affluent de l'Ardèche, dans une zone de contact entre le plateau du Coiron, massif volcanique et les premiers contreforts de la Cévenne ardéchoise. Zone de contact également entre le Bas-Vivarais calcaire au sud et les Boutières au nord.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Michel-de-Boulogne Saint-Étienne-de-Boulogne Rose des vents
Saint-Julien-du-Serre N
O    Vesseaux    E
S
Saint-Privat

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La majeure partie de la commune se situe entre 300 et 500 mètres d'altitude avec, dans la partie centrale, un terrain acide du Bajocien particulièrement favorable au châtaignier qui fit la renommée de la commune avec la variété Bouche rouge propice à la confiserie.

Climat[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Vesseaux commence dès la Préhistoire. On peut retrouver les traces des premiers habitants représentées par le dolmen de la Croix de l'Houme, le menhir redressé de l'Épine et des traces d'habitat dans des grottes comme celle de Biberambou sur le plateau calcaire entre Vesseaux et Lussas. La période gallo-romaine laisse des traces toponymiques: la Vallis vessialica ou vicaria vecienlasis qui deviendra Vesseaux : la vallée de Vecius. Après avoir été au centre d'un subdivision de l'Helvie romaine, Vesseaux deviendra le centre d'une viguerie carolingienne avant de dépendre de la baronnie de Boulogne pendant la période féodale jusqu'à la période révolutionnaire où il sera chef-lieu d'un canton pour seulement une dizaine d'années avant de devenir commune ordinaire, aujourd'hui intégrée dans la Communauté de communes du Pays d'Aubenas-Vals.

En 1137, l'évêque-comte de Viviers, donne le territoire de Vesseaux à l'abbaye de la Chaisedieu qui fonde un grand prieuré avec sept moines. Le prieur devient seigneur de Vesseaux avec droit de basse, moyenne et haute justice. Il s'agit pour l'évêque de contenir les ambitions territoriales du puissant comte de Valentinois qui possède le château voisin de Boulogne. Des bâtiments conventuels et leurs dépendances sécurisées sont établis et une église construite ou remaniée dans le style roman du XIIe siècle. Cette église sous le vocable de Saint-Pierre sera plusieurs fois reconstruite en partie, modifiée ou agrandie. Le portail, classé monument historique, est dans le style des grands portails du Velay et d'Auvergne. Le village-centre, Le Fort, verra de nouvelles murailles construites pendant la Guerre de Cent Ans et subira des périodes troublées pendant les guerres de religion. Il sera pris puis repris par les belligérants protestants puis catholiques, en particulier en 1587. Lorsque les biens du prieuré sont vendus comme biens nationaux en 1792, il n'y avait plus de moines ni de prieur depuis longtemps, probablement depuis les troubles des guerres de religions. Sur l'emplacement du prieuré, un couvent de religieuses de Saint-Joseph est édifié à partir de 1816, donations offertes par Dame Chaussadent en 1829. Lorsque la maison-mère du couvent quitte Vesseaux pour Aubenas en 1875, le couvent abrite 300 personnes à des titres divers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2008 Emile Beaume UMP Agent immobilier
mars 2008 mars 2014 Jean Coffin PS  
mars 2014   Max Tourvieilhe DVD Gérant de société
Les données manquantes sont à compléter.

La Commune de Vesseaux fait aujourd'hui partie de la Communauté de Communes du Pays d'Aubenas Vals

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 694 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 150 1 148 1 382 1 404 1 479 1 582 1 504 1 563 1 563
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 454 1 512 1 550 1 501 1 516 1 297 1 221 1 212 1 151
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 063 1 046 1 061 881 809 819 818 746 707
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
745 734 762 839 1 065 1 276 1 510 1 577 1 694
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église comprenant un porche classé du XIIe siècle.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Village fortifié fin XIVe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille maternelle de Georges Charensol (qui vécut pratiquement tout le XXe siècle) était originaire de Vesseaux et le jeune Georges dont les parents vivaient à Privas passa de nombreuses vacances chez ses oncles et tantes en compagnie de ses cousins et cousines avant et pendant la Première Guerre mondiale. Il sera très connu comme critique cinématographique et littéraire, animera l'émission "le masque et la plume" et sera un des cofondateurs du prix Renaudot.
  • Max Ernst fit quelques séjours dans la maison familiale de ses beaux-parents Aurenche jusqu'à son divorce d'avec Marie Berthe qui deviendra la compagne de Soutine jusqu'au décès de celui-ci.
  • Clothilde de Surville vécut à Vesseaux au XVe siècle. Son œuvre poétique tient plus de la légende que de l'histoire. Cette œuvre fut en réalité en grande partie celle d'un lointain descendant, le Marquis de Surville, fusillé en 1797 au Puy-en-Velay pour avoir conspiré contre la République.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]