Irigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Irigny
La mairie
La mairie
Blason de Irigny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Irigny
Intercommunalité Grand Lyon
Maire
Mandat
Jean-Luc da Passano
2014-2020
Code postal 69540
Code commune 69100
Démographie
Gentilé Irignois[1]
Population
municipale
8 266 hab. (2011)
Densité 935 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 27″ N 4° 49′ 24″ E / 45.67416, 4.823333 ()45° 40′ 27″ Nord 4° 49′ 24″ Est / 45.67416, 4.823333 ()  
Altitude Min. 155 m – Max. 271 m
Superficie 8,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Irigny

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Irigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Irigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Irigny
Liens
Site web www.irigny.fr/

Irigny est une commune française de la banlieue sud de Lyon, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Irigny est située le long du Rhône et sur les hauteurs qui dominent le fleuve, entre Pierre-Bénite et Vernaison qui présentent la même configuration.

Le village s'est développé sur la colline, à l'abri des vents qui soufflent dans la vallée, autour de l'ancien château reconverti en bibliothèque et de l'église. Il offre une vue dégagée sur la vallée et la commune de Feyzin en face sur la rive gauche du fleuve.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par deux lignes des Transports en commun lyonnais (TCL) :

  • La ligne 15 qui part de Bellecour à Lyon, passe par Gare d'Oullins et Pierre-Bénite et fait terminus à Irigny Hauts de Selettes. Quelques services, sous le nom de 15E (express) relient directement Bellecour à Irigny et sont prolongés jusqu'à Vernaison.
  • La ligne 18 qui part de la gare d'Oullins, traverse Pierre-Bénite et Irigny et fait terminus à Vernaison Place.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1592, l'archevêque de Lyon était le seigneur d'Irigny. En 1790, le premier maire se nomme Pierre Guillot.

Il subsiste deux tours du château d'Irigny, construit par Renaud de Forez, archevêque de Lyon (1193-1226). L'une d'elles abrite la bibliothèque municipale.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de L'Union-sur-Rhône[2].

Au début de l'année 1946, la municipalité a créé un « Comité pour Bezange » pour venir en aide à la commune de Bezange-la-Petite en Lorraine qui avait été lourdement touchée par les combats de la Libération en septembre 1944. Irigny était l'une des premières communes de France à avoir offert un tel parrainage. Il a été commémoré en 1997 à Irigny et en 1999 à Bezange.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1980 1995 Paul Comte    
juin 1995 en cours Jean-Luc da Passano UDF puis MoDem puis UDI Conseiller général depuis 1985
Vice-président du Grand Lyon
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 266 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 146 1 104 1 098 1 073 1 156 1 156 1 113 1 177 1 170
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 311 1 222 1 345 1 379 1 389 1 366 1 366 1 451 1 451
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 535 1 549 1 580 1 580 1 879 2 025 1 939 2 108 2 558
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
3 337 3 679 5 226 6 828 7 955 8 330 8 279 8 258 8 320
2011 - - - - - - - -
8 266 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Scolarité[modifier | modifier le code]

1700 enfants sont scolarisés à Irigny, répartis dans quatre groupes scolaires dont un privé (le Village, Gilbert Billon, Hilaire Dunand et le groupe scolaire catholique Antoine Truchet) et un collège, le collège d'enseignement général Daisy-Georges Martin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de La Combe

- Il accueille actuellement la bibliothèque municipale.
- Il est situé au centre du bourg, à côté de l'église.

Il est situé dans le bas de la commune, en montant quand on vient de Vernaison. Il a notamment servi de décor pour la série télévisée française Louis la Brocante jusqu'en 2010.

  • Manoir de Moncorin

Le château est une maison carrée de 1646 avec les bâtiments de l'ex-exploitation agricole entourée de 2  ha. Jardin du XVII° s à la française et d'une autre partie XIX° paysagée.

Lavoir de La Combe
  • Le lavoir de La Combe

Il est situé également dans le bas du village vers le château du même nom. Il a été construit dans le lit d'un ruisseau, la Venières vers 1885. À l'origine, il était recouvert par une charpente en bois et des tuiles romanes. Lors de sa réfection en 1934, elle a été remplacée par la couverture actuelle en béton armé.

Ce lavoir constituait un élément important pour les habitants de ce quartier comme point d'eau et pour la lessive jusque dans les années cinquante où l'adduction d'eau l'a rendu obsolète.

Maison de la fondation Dorothée-Petit
  • La grande fresque de la place de l'église

C'est une fresque végétale dans sa partie gauche, représentant des éléments et des personnages symboliques pour la commune, en particulier l'abbé Pierre qui a passé à Irigny une grande partie de sa jeunesse.
Elle se situe place Abbé Pierre, au bout de l'avenue de Bezange, commune de Moselle liée à Irigny. Elle représente :

    • la situation du village, des berges le long du Rhône et le centre d'Irigny sur le plateau ;
    • le passé avec les vignes, la « traille » pour traverser le fleuve, les deux châteaux ;
    • le présent avec les activités économiques, sportives et culturelles, ainsi que l'environnement avec la zone naturelle et agricole ;
    • l'avenir avec le symbole de ces deux enfants, l'un d'Irigny et l'autre de Gochsheim, la ville jumelée allemande.
  • La maison de la fondation Dorothée-Petit

Cette grande bâtisse, du nom de la donatrice, est d'un style post-baroque et possède une belle tour ouvragée.

Ce fort, construit entre 1879 et 1881, faisait partie de la deuxième ceinture de Lyon.

Bâti de 1877 à 1879 pour protéger le fort de Champvillard et la place de Lyon.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Irigny dispose d'équipements culturels :

  • l'École de Musique d'Irigny, actuellement dirigée par Christophe Voidey.
  • Le Sémaphore et la Pastorale, formant un complexe culturel situé au lieu-dit de Champvillard.

Une course reliant les forts de Champvillard et Montcorin est organisée depuis 1994 dans la commune[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicole Corti, ancien chef des chœurs de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le Conseil Municipal d'Irigny a donné le nom « Abbé Pierre » à la place de l'église d'Irigny. La nouvelle place Abbé-Pierre ainsi qu'un monument commémoratif, ont été inaugurés le 1er septembre 2007, en présence de nombreux habitants, des autorités politiques et de représentants cléricaux, des membres et responsables de la Communauté Emmaüs, du scoutisme lyonnais et de neveux et nièces de l'abbé Pierre. Sur cette place a été inaugurée, en 2009, une fresque végétale représentant entre autres l'Abbé Pierre et Daisy-Georges Martin, martyre de la Résistance.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Irigny.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr, consulté le 29/09/2008
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. « Irigny : 448 participants réunis pour la Course des 2 Forts », sur leprogres.fr (consulté le 13 juillet 2012)