Bataille de Nicopolis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la bataille de 1396. Pour les autres significations, voir Bataille de Nicopolis (homonymie).
Bataille de Nicopolis
Jean Froissart, Chroniques de Gruuthuse, vers 1470-1475. BNF Fr. 2646, fol. 220
Jean Froissart, Chroniques de Gruuthuse, vers 1470-1475. BNF Fr. 2646, fol. 220
Informations générales
Date 25 septembre 1396
Lieu Nicopolis (Bulgarie)
Issue Victoire décisive des Ottomans
Belligérants
Empire Ottoman Empire ottoman Drapeau:Royaume de Hongrie Royaume de Hongrie
Royaume de France Royaume de France
Blason duche fr Savoie.svg Comté de Savoie
Valachie
Commandants
Bayezid Ier Sigismond de Luxembourg
Jean sans Peur
Forces en présence
environ 15 000 hommes[1] environ 12 000 hommes[1]
Conquête ottomane des Balkans
Coordonnées 43° 42′ 21″ N 24° 53′ 45″ E / 43.705833333333, 24.895833333333 ()43° 42′ 21″ Nord 24° 53′ 45″ Est / 43.705833333333, 24.895833333333 ()  

Géolocalisation sur la carte : Bulgarie

(Voir situation sur carte : Bulgarie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Nicopolis.

La bataille de Nicopolis a lieu le 25 septembre 1396 (certains[Qui ?] la datent du 28) sur la rive droite (sud) du Danube (aujourd'hui Nikopol en Bulgarie). Le sultan ottoman Bayezid Ier (Bajazet en français), fils de Mourad Ier) et le prince Stefan Lazarevic de Serbie[2] battent une croisade menée par Sigismond de Luxembourg, roi de Hongrie.

Contexte[modifier | modifier le code]

La bataille constitue un des tournants de la conquête des Balkans par les armées de l’Empire Ottoman. Alors que les Paléologues rivalisent avec les Cantacuzène pour le pouvoir à Constantinople, ces derniers demandent par deux fois — en 1346 et en 1352 — l’aide de l’armée ottomane pour combattre leurs rivaux. Lors de sa dernière intervention, cette armée, au lieu de franchir de nouveau le Bosphore, décide de s’installer en Thrace. Les Ottomans conquièrent la Thrace et asservissent la Bulgarie et la Serbie.

Le basileus Manuel II Paléologue et le roi de Hongrie Sigismond Ier, relayés par le pape Boniface IX, demandent l’organisation d’une croisade qui repousserait les forces ottomanes au-delà du Bosphore. La France et l’Angleterre, qui observent à cette époque une trêve dans les combats de la guerre de Cent Ans, répondent dans un premier temps à l’appel bien qu’en définitive seule la France envoie 10 000 soldats - dont 1 000 chevaliers et écuyers - auxquels viennent s’ajouter des troupes d'Allemands, d’Alsaciens, de Tchèques, de Transylvains et de Valaques, ainsi que des chevaliers teutoniques menés par leur Grand Prieur Frédéric de Hohenzollern.

Principaux chefs de guerre chrétiens[modifier | modifier le code]

Principaux chefs de guerre ottomans[modifier | modifier le code]

Préparatifs de la bataille[modifier | modifier le code]

Les armées alliées à la Hongrie établissent leur jonction à Bud (Buda) en juillet.

Sigismond propose aux chefs chrétiens une stratégie plutôt défensive, conseillant d'attendre l'armée de Bayezid plutôt que de se porter au-devant des troupes ottomanes. Toutefois cette stratégie est rejetée, lors du discours d'Enguerrand de Coucy, porte-parole des chevaliers français. « pour conquérir toute la Turquie, et pour aller en l'Empire de Perse… ».

Sur leur route vers Nicopolis, les croisés capturent Vidin, puis prennent la ville de Rachova (Oryahovo en Bulgarie) dont une partie des habitants est gardée en otage, contre l'avis de Sigismond. Cet épisode marque le début d'une méfiance entre Hongrois et Français qui durera pendant toute la croisade.

Les croisés sont alors accusés de pillage et de maltraitance en traversant les territoires musulmans. Toutefois, il faut garder à l'esprit que les chroniqueurs de l'époque recherchaient une raison à l'échec de la croisade, en blâmant l'immoralité des croisés. Leurs affirmations sont sujettes à caution.

Les croisés continuent vers Nicopolis, prenant quelques places, mais délaissant une citadelle d'où partiront des messagers pour prévenir le sultan turc Bayezid de l'arrivée de l'armée chrétienne.

Le siège[modifier | modifier le code]

Nicopolis est une cité fort bien défendue par des tours et de fortes murailles et les croisés n'ont apporté aucun engin de siège. Après avoir tenté quelques échelades, sans succès, et échoué dans une tentative de sape, il apparaît que la cité ne pourra être prise par la famine qu'après un long siège.

Ainsi qu'ils l'avaient déjà fait pendant leur voyage, les nobles de l'armée chrétienne s'installent dans un faste confortable, profitant de la vie pendant que dure le siège. Ceux-ci pensent que le sultan Bayezid se trouve loin, peut-être même de l'autre côté du Bosphore. La suffisance du commandement est telle qu'il néglige d'organiser des missions de reconnaissance. Ce sont donc les fourrageurs, chargés de rapporter du foin pour les chevaux, qui les premiers signalent des opérations de l'armée ottomane. Ces premiers rapports sont même négligés, notamment par Boucicaut, craignant que la nouvelle ne démoralise les croisés[3].

En réalité, le sultan assiège Constantinople et est en mesure d'accourir au secours de Nicopolis dès l'annonce de son siège. Les Ottomans sont d'autant mieux renseignés que le duc de Milan Gian Galeazzo Visconti les a informés des mouvements de l'armée chrétienne[4].

Sigismond finit par envoyer le comte Jean de Maroth en reconnaissance; ce dernier confirme à son retour que l'armée de Bayezid opère près de Tirnovo, à une centaine de kilomètres du camp croisé. La nouvelle est apprise par les habitants de Nicopolis, qui la célèbrent dans la joie. Malgré cela, le commandement chrétien reste persuadé que le sultan n'attaquera pas[5].

La bataille[modifier | modifier le code]

Bataille de Nicopolis. Miniature de Jean Colombe tirée des Passages d'outremer de Sébastien Mamerot, vers 1474. BNF, Fr.5594, f.263v.

À l'annonce de l'arrivée de l'armée turque, les croisés s'affolent et se préparent en toute hâte. Certains sont encore en train de dîner, d'autres sont saouls, et la confusion s'installe dans plusieurs unités. À ce moment, les prisonniers de Rachowa sont tous exécutés, un acte de barbarie dénoncé jusqu'en Europe occidentale[6].

Jean de Nevers et les chevaliers français ont exigé de constituer l'avant-garde de l'armée chrétienne, par vanité, et ceci contre l'avis du commandement hongrois et valaque, pourtant plus familier des stratégies turques pour les avoir affrontées sur les champs de bataille. Sigismond alors divise ses troupes en trois parties: Nicolas de Gara au centre, à la tête des troupes hongroises, allemandes, tchèques, alsaciennes et flamandes ainsi que les Chevaliers Teutoniques; le flanc droit de cette armée, les Transylvains menés par Stefan Lazkovitch et les Valaques sur le flanc gauche. Sigismond commande directement la réserve.

En face, Bayezid aligne son avant-garde composée d'archers à pied (azab) et de janissaires, qui masque le champ de pieux destiné à briser l'assaut de la cavalerie adverse. Le gros de l'armée ottomane, en particulier sa cavalerie (archers ou akindji et sipahis), et ses alliés serbes reste caché derrière les collines.

La première charge de la chevalerie française se heurte à la présence des pieux et doit poursuivre le combat sans ses chevaux. Les chevaliers, cuirassés dans leurs harnois, résistent aux volées de flèches de l'archerie ottomane et enfoncent l'infanterie adverse. Les Ottomans comptent de très nombreuses victimes et la chevalerie française entend pousser son avantage. Elle attaque et défait la cavalerie ottomane qui fuit vers l'arrière-garde.

Bien que toujours à pied, les chevaliers poursuivent les fuyards en direction des collines et finissent par tomber sur le gros de l'armée de Bayezid. Ils sont écrasés par le nombre ; de nombreux chevaliers sont tués — dont Jean de Vienne — et les principaux chefs de guerre français sont capturés — Jean de Nevers, Enguerrand de Coucy, Boucicaut, Philippe d'Artois…

Voyant l'ost français en difficulté[7], Sigismond tente de rétablir l'équilibre avec l'infanterie restante. Toutefois l'entrée en jeu de la cavalerie lourde serbe de Stefan Lazarevic fait pencher la balance en faveur des Ottomans et Sigismond, comprenant que l'issue de la bataille ne fait plus de doute, choisit de s'échapper. Escorté par le nouveau grand maître des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Philibert de Naillac, et quelques chevaliers hospitaliers, il rejoint les bouches du Danube, d'où il embarque sur un des vaisseaux de la flotte vénitienne.

La bataille est terminée et l'ost des croisés capitule.

Après la bataille, bilan[modifier | modifier le code]

Le massacre des prisonniers chrétiens, miniature issue des Chroniques de Jean Froissart. BNF Fr.2646

En représailles de l'exécution des mille otages de Rachova, en Bulgarie et des lourdes pertes que son armée a dû essuyer dans cette bataille, le sultan Bayezid fait massacrer la plupart des prisonniers croisés, soit environ trois mille.

Seuls les plus fortunés sont épargnés et réduits en esclavage dans l'attente du paiement de rançons très élevées : par exemple, le duc Philippe le Hardi doit payer la somme astronomique de 100 000 florins pour la libération de son fils Jean, et est obligé d'emprunter l'argent à son banquier Dino Rapondi. La somme réclamée par Bayezid pour la libération de ses 24 prisonniers de marque aurait atteint 200 000 ducats. Certains chevaliers français, tels Gui de La Trémoïlle, Philippe d'Artois ou Enguerrand de Coucy meurent néanmoins en captivité ou sur le chemin du retour.

Dans les cours française et bourguignonne, au-delà de la consternation née lorsque la nouvelle de la défaite arrive par un chevalier picard du nom de Jacques de Heilly[8], on fête le retour des chevaliers rançonnés comme de véritables héros et on s'empresse d'imputer la débâcle à Sigismond ou à la lâcheté de certains alliés qui auraient fui le combat - les Valaques ou les Transylvains… Pour sa part, Sigismond n'a guère à souffrir de la défaite de la croisade qu'il avait appelée de ses vœux puisqu'il sera élu « empereur romain germanique » en 1433.

La défaite de Nicopolis marque la fin des croisades pour l'Europe Occidentale. Les combats continuent à l'ouest - jusqu'à l'achèvement de la reconquista dans la Péninsule ibérique - et en Méditerranée mais les nations des Balkans doivent désormais lutter seules face à l'avancée ottomane, avec les conséquences que l'on connaît : la chute de Constantinople le 29 mai 1453.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Certains chroniqueurs ont largement exagéré l'importance des forces en présence. Les historiens Hans Delbruck (History of the Art of War, t. 3 : « Medieval Warfare », 1983) ou Ferdinand Lot (L'art militaire et les Armées au Moyen Âge en Europe et dans le Proche-Orient, T2, Paris, 1946) ont émis des hypothèses beaucoup plus vraisemblables, compte tenu de la topographie des lieux et de la diversité des témoignages. Le général Radu Rosetti, après avoir visité les lieux, limite l'ost croisé à quelque 9 000 à 16 000 hommes, et les troupes ottomanes à environ 10 000 à 20 000 combattants (Considérations sur quelques effectifs d'armées)
  2. Vassal du sultan depuis la bataille de Kossovo (1389)
  3. Chronique du Religieux de Saint Denys
  4. D'après Froissart, la « trahison » du duc de Milan est motivée par la volonté de faire payer à la France son opposition à ses visées sur Gênes. D'autres sources évoquent un courrier du duc au basileus, contenant des informations sur les troupes chrétiennes et intercepté par Bayezid
  5. L'un des rares chefs croisés à se préoccuper de reconnaissance est Coucy. Il organise une sortie avec 500 archers et cavaliers, afin de prendre au piège une colonne de l'armée turque, fraîchement repérée. L'embuscade a lieu dans un défilé, et la petite armée de Coucy obtient une victoire écrasante, anéantissant la colonne turque. Cette bataille sort enfin les croisés de leur léthargie, en admiration devant l'audace et la réussite des chevaliers français. Toutefois, cette victoire attise la jalousie entre les chefs Français, D'Eu n'ayant pas participé à la bataille, et accusant Coucy d'avoir risqué la vie des hommes de son expédition. Cette rivalité deviendra une des grandes causes de la défaite finale.
  6. Tuchman, p. 558-559
  7. Selon Froissart, Sigismond se serait alors adressé en ces termes à Philibert de Naillac : « Nous perdrons huy la journée par le grant orgueil et beubant de ces François ; et, se ils m'euissent creu, nous avions gens a plenté pour combatre nos ennemis »
  8. Histoire de la Maison Royale de France, et des grands officiers de la Couronne [lire en ligne]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Aziz S. Atiya, The Crusades in the Later Middle Ages, New York, 1965.
  • (en) Aziz S. Atiya, The Crusade of Nicopolis, New York, 1978.
  • (en) Norman Housley, ed., Documents on the Later Crusades, 1274-1580. New York, 1996.
  • (en) Jonathan Riley-Smith, The Oxford History of the Crusades. Oxford, 1995.
  • Jean Froissart, Chroniques - Livre IV, 1389-1400.
  • Pierre Naudin, Cycle Gui de Clairbois IV - Les chemins de la honte 1 & 2, Aubéron 2000 & 2001