Cruas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cruas
Centrale nucléaire de Cruas
Centrale nucléaire de Cruas
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Canton Rochemaure
Intercommunalité Communauté de communes Barrès-Coiron
Maire
Mandat
Robert Cotta
2014-2020
Code postal 07350
Code commune 07076
Démographie
Gentilé Cruassiens, Cruassiennes
Population
municipale
2 806 hab. (2011)
Densité 182 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 28″ N 4° 45′ 49″ E / 44.6577777778, 4.7636111111144° 39′ 28″ Nord 4° 45′ 49″ Est / 44.6577777778, 4.76361111111  
Altitude Min. 72 m – Max. 480 m
Superficie 15,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Cruas

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Cruas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cruas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cruas

Cruas est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Cruassiens et les Cruassiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé au pied des carrières de pierre sur la rive droite du Rhône, entre Montélimar et Valence, non loin de Privas, Cruas doit probablement son nom à un terme de racine indo-européenne : c(a)rud = roche, pierre. Le ruisseau qui traverse le lieu porte le nom de Crûle (en langue d'oc, les ruisseaux et rivières n'ont pas d'article). La commune est arrosée par le Leyne[1].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Lager-Bressac Baix Loriol-sur-Drôme Rose des vents
Saint-Vincent-de-Barres N Les Tourrettes
O    Cruas    E
S
Meysse Savasse

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Massif calcaire, relief : vallée du Rhône et collines forestières agrémentées de pinèdes, maquis et chênes.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est des plus chaleureux, l'été, les températures peuvent être les maximales, parfois, un peu lourdes. Mais si le vent, mistral, se lève, la température peut chuter d'une dizaine de degrés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au VIIIe siècle, une abbaye fut établie à Cruas par Eribert, premier comte de Vivarais. La charta vetus de l'évêché de Viviers permet d'estimer la date de sa fondation aux alentours de 750. En 780, le monastère de Cruas était déjà placée sous l'autorité de saint Benoît d'Aniane, réformateur de la règle de saint Benoît et fils d'Aygulf, comte de Maguelone (en Gothie), lui-même ancien vassal de Pépin le Bref. La Constitutio de servitio monasterium, rédigée en 817, mentionne les abbayes de Cruas et Donzère. Celles-ci ne devaient à l'Empereur "ni dons, ni service de milice, mais des prières seulement"[2].

Dans la suite, pour se protéger des invasions et des inondations, les moines construisirent en hauteur une chapelle qui deviendra le château des moines.

Une très belle basilique, dont certains éléments remontent au VIIIe siècle, s'élève au centre du village. De style roman, couverte par un toit de lauzes (pierres plates), elle est notamment décorée dans l'abside d'une mosaïque de style byzantin. Voûtes magnifiques et crypte remarquable, les chapiteaux des colonnes sont ornés de sculptures d'un grand intérêt. On pouvait y voir un grand tableau portant la mention « Don de l'empereur » (Napoléon Ier). Les escaliers d'accès étaient ornés de pierres miliaires romaines.

Aux XVIe et XVIIe siècles, la ville subit les attaques des huguenots.

château de moines

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1813 novembre 1815[3] Hugues Bernard Vallette (Viallar)[4]   Notaire[5]
novembre 1815 juin 1824[6] Honoré Bouvier   Propriétaire[7]
novembre 1830 décembre 1831[8] Pancrace Mallasagny    
janvier 1832 juillet 1835[9] Joseph Lachamp   Propriétaire[10]
juillet 1835 janvier 1841[11] Antoine Volle   Propriétaire[12]
janvier 1841 octobre 1846[13] Joseph Lachamp[14]   Propriétaire (1813)[10], sans profession (1863)[15]
octobre 1846 avril 1848[16] Charles Denis Berlié   Géomètre en chef du cadastre (1842)[17]
octobre 1947 1956 Jean Blondeau PCF  
1956 mars 1989 Henri Chaze PCF Conseiller général du canton de Rochemaure, député)
mars 1989 juin 1995 Pierre Douce PS  
juin 1995 réélu mars 2014 Robert Cotta[18] PCF Conseiller général du canton de Rochemaure depuis 2001
Les données manquantes sont à compléter.

Cruas fait partie de la Communauté de communes Barrès-Coiron.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 806 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
520 570 646 706 739 870 906 993 1 009
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 059 1 049 1 088 1 001 1 132 1 513 1 445 1 742 1 860
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 894 1 921 1 930 1 511 1 732 1 846 1 740 1 576 1 701
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 079 1 978 1 638 2 370 2 200 2 400 2 635 2 670 2 806
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2004[20].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XXe siècle, outre une filature, un cartonnage, une entreprise textile de tissage une industrie de construction mécanique s'illustraient notamment par la fabrication de velours de soie.

Aujourd'hui :

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Cruas bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. le Leyne sur le site du SANDRE
  2. J. Tardieu, E. Labrot, A. Hullot, Cruas, une abbaye bénédictine en Vivarais, 1985, p. 18 et p. 20.
  3. Archives Municipales de Cruas, 1813-1815.
  4. Son patronyme est orthographié tantôt "Vallette", tantôt "Vallette Viallar" mais il signe constamment "Vallette".
  5. 19 juillet 1836, acte de décès de Hugues Bernard Vallette Viallar. Source : Archives Municipales de Cruas, décès 1836, acte n° 9. La table décennale des actes de décès 1833-1842 de Cruas omet le suffixe "Viallar". De plus, elle orthographie son patronyme de façon erronée, avec une seule "l", en le dénommant "Valette, Hugues Bernard".
  6. Archives Municipales de Cruas, 1815-1824.
  7. 29 janvier 1825, acte de mariage de Honoré Bouvier avec Marie Angélique Dusserre. Source : Archives Municipales de Cruas, mariages 1825, acte n° 4.
  8. Archives Municipales de Cruas, 1830-1832.
  9. Archives Municipales de Cruas, 1832-1835.
  10. a et b 27 juin 1813, acte de mariage de Joseph Lachamp avec Marie Clotilde Berlier. Source : Archives Municipales de Cruas, mariages 1813, acte n° 4.
  11. Archives Municipales de Cruas, 1835-1841.
  12. 22 août 1815, acte de mariage d'Antoine Volle avec Euphémie Corret. Source : Archives Municipales de Cruas, mariages 1815, acte n° 9.
  13. Archives Municipales de Cruas, 1841-1846.
  14. Il s'agit là d'un nouveau mandat, Joseph Lachamp ayant déjà été maire entre janvier 1832 et juillet 1835. Source : Archives Municipales de Cruas, 1832-1835.
  15. 5 août 1863, acte de décès de Joseph Lachamp. Source : Archives Municipales de Cruas, décès 1863, acte n° 17.
  16. Archives Municipales de Cruas, 1846-1848.
  17. 25 avril 1842, acte de mariage de Denis Berlié avec Cécile Octavie de Bernardy. Source : Archives Municipales d'Aubenas, mariages 1842, acte n° 19.
  18. http://www.annuaire-mairie.fr/
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  21. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).