Raoul de Gaucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Raoul VI de Gaucourt, mort le 10 juin 1462 est seigneur de Gaucourt, d'Hargicourt et de Maisons-sur-Seine.

Fils de Raoul V de Gaucourt, bailli de Rouen mort lors d'une sédition en 1417, il épouse Jeanne de Preuilly.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre à l'âge de 13 ans au service du roi de France Charles VI qui le fait son valet tranchant. Il le suit dans son voyage d'Allemagne en octobre 1388, dans la compagnie du duc de Bourbon. Il se rend en Hongrie avec le Comte de Nevers, et est fait chevalier dès 1396 à Nicopolis. De retour en France, il s'attache au parti des Orléanais et du Dauphin. Il est chambellan du duc d'Orléans en 1411. Il surprend, le 14 octobre 1411, le pont de Saint-Cloud sur les Bourguignons ; fait prisonnier, à la journée du Puiset en Beauce, Jacques de Bourbon, comte de la Marche ; dégage le sire de Barbazan des mains des ennemis ; fait lever au comte de Saint-Pol, les sièges de Dreux et de Tonnerre, en 1414, après avoir battu les troupes du duc de Bourgogne.

Bailli de Rouen en 1415, il défend Harfleur pendant huit mois avant la bataille d'Azincourt puis est fait prisonnier par les Anglais en dépit des termes de la capitulation. Il est libéré après 10 ans de captivité et participe à la rescousse de Montargis en septembre 1427. Au temps du siège d'Orléans (1428-1429), il est conseiller, premier chambellan de Charles VII et bailli d'Orléans par provision du duc d'Orléans, alors prisonnier en Angleterre. Il met en défense la ville, faisant raser ses faubourgs. En 1429, il participe à la levée du siège d'Orléans et à la bataille de Patay aux côtés de Jeanne d'Arc. Il contribue à la prise de Chartres et accompagne le roi de France à son sacre de Reims le 17 juillet. Le 17 octobre, Charles VII l'établit capitaine de la ville et du château de Chinon. Depuis le 1er novembre 1428, il est nommé 18e gouverneur du Dauphiné[1],[2].

Le 20 mai 1430, il réunit les États du Dauphiné à la Côte-Saint-André, pour faire voter un subside et poursuivre la guerre contre Louis de Chalon qu'il bat le 11 juin lors de l'Embuscade d'Anthon [3]. L'année suivante il est employé au secours de Lagny assiégée par les Anglais ; en 1433, à celui du Mont-Saint-Vincent ; il retourne en Dauphiné assembler des troupes ; intervient en Poitou, Anjou, Touraine et Blaisois, puis passe la Loire pour aller au Maine, contre les Anglais. Il est conseiller du roi en 1433, qui l'envoie en mission auprès de l'empereur Sigismond, le 21 février 1434.

Il participe à la prise de Paris par le connétable de Richemont en 1436, puis au siège de Montereau d'aout à octobre 1437. En 1438, années de la Pragmatique Sanction de Bourges, il part en ambassade auprès d'Eugène IV, pape à Rome, pour traiter de la paix entre René d'Anjou et son compétiteur pour le royaume de Sicile Alphonse V d'Aragon.

Il reste fidèle au roi pendant les troubles de la Praguerie en 1440. De nouveau fait prisonnier par les Anglais près d'Harfleur à la fin de 1441, il n'est remis en liberté qu'après avoir donné ses enfants en otage. Il suit le Dauphin Louis au secours de Dieppe, reprise le 15 août 1443. En 1448 il se rend de Bourges à Milan, puis à son retour il est envoyé à Rouen auprès du roi d'Angleterre pour obtenir réparation des trêves violées. En vain. Il est présent lors de l'entrée solennelle du roi Charles VII dans Rouen libérée le 10 novembre 1449 et est nommé capitaine de Rouen et de Gisors.

En février 1451, il est en mission diplomatique avec l'archevêque de Reims, auprès du duc de Bourgogne au sujet notamment du traité d'Arras. Après la mort du seigneur de Chabannes, en 1453, il obtient la charge de grand maître de France.

Il meurt dans la gêne le 10 juin 1462, au commencement du règne de Louis XI, destitué à quatre-vingt-dix ans de l'office de grand maître de l'hôtel qui lui avait été donné.

Descendance[modifier | modifier le code]

De son épouse Jeanne de Preuilly, morte en 1455, fille puînée de Gilles, Baron de Preuilly, et de Marguerite de Naillac, il a :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Allard 1704, p. 175 : il nomme Jean Girard puis, le 26 août 1434, Guillaume Jouvenel des Ursins (renouvelé le 2 août 1435) comme lieutenants. Le roi étant présent en Dauphiné, Gouverneur et Lieutenant sont remplacés par Gabriel de Bernes, Maître d'Hôtel. Gaucourt nomme des baillis le 5 novembre 1428, le 24 juillet 1436, le 25 décembre 1441 et le 9 octobre 1443.
  2. Jules Ollivier, Paul Colomb de Batines (vicomte), Revue du Dauphiné, Volumes 1 à 2, L. Borel., 1837.
  3. citadelle.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]