Hervé Giraud (évêque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hervé Giraud.
Hervé Giraud
Biographie
Naissance 26 février 1957 (57 ans)
Tournon-sur-Rhône (France)
Ordination sacerdotale 22 septembre 1985 par
Mgr Jean Hermil
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 25 mai 2003 par le
card. Philippe Barbarin
Dernier titre ou fonction Évêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin
Évêque de Soissons
Depuis le 22 février 2008
Précédent Marcel Herriot
Évêque auxiliaire de Lyon
15 avril 200313 novembre 2007

Blason
« Ressuscités avec le Christ »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Hervé Jean Robert Giraud, né le 26 février 1957 à Tournon-sur-Rhône en Ardèche, est un évêque catholique français, évêque titulaire de Soissons, Laon et Saint-Quentin depuis le 22 février 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Second d'une famille de quatre enfants, son père, Pierre Giraud, chef de cuisine, est décédé en 2005, deux ans après l’ordination épiscopale de son fils. Marie Thérèse Minodier, sa mère, vit toujours dans l’Ardèche.

Hervé Giraud a fait des études de mathématique au lycée du Parc (Lyon) puis à la faculté de mathématique (Lyon 1). Après une année d’enseignement (1978-1979) comme maître auxiliaire au collège Sainte-Marie de La Clayette en Saône-et-Loire et une année de service national à Belfort (1979-1980), il entre au Séminaire Saint-Irénée à Lyon (1980-1985).

Il est ordonné prêtre le 22 septembre 1985 par Mgr Jean Hermil, évêque de Viviers, pour ce diocèse.

Envoyé à l’Université pontificale grégorienne à Rome, il obtient une licence canonique de théologie morale (1985-1987). Il complète ensuite sa formation par un DEA à l’Institut catholique de Paris (1987-1988).

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

Prêtre[modifier | modifier le code]

Après avoir été vicaire à Privas de 1988 à 1992, il enseigne au Séminaire Saint-Irénée à Sainte-Foy-les-Lyon de 1992 à 1997 avant d'être supérieur du Séminaire universitaire de Lyon de 1997 à 2003. En 1999, il est nommé, en outre, secrétaire de la commission épiscopale des ministères ordonnés, chargé des Grands Séminaires et secrétaire du Conseil National des Grands Séminaires. En 2002, il devient aumônier national des Centres de préparation au mariage.

Évêque[modifier | modifier le code]

Nommé évêque auxiliaire de Lyon le 15 avril 2003 avec Mgr Thierry Brac de La Perrière, ils sont consacrés tous deux à Lyon le 25 mai suivant par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, assisté de Mgr François Blondel, évêque de Viviers et de Mgr Jacques Faivre, évêque du Mans.

Au moment de leur double nomination, Hervé Giraud et Thierry Brac de La Perrière étaient les deux plus jeunes évêques de France.

Évêque auxiliaire de Lyon, Hervé Giraud a reçu le titre de Silli. Il est alors vicaire général modérateur du diocèse de Lyon. Le 13 novembre 2007, il est nommé évêque coadjuteur du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin[1].

Le 30 novembre 2007 à 19 h, a eu lieu sa messe d'au revoir et d'action de grâce à la Primatiale Saint-Jean de Lyon. Le 2 décembre 2007, il a été officiellement accueilli en la cathédrale de Soissons.

Il a succédé à Mgr Marcel Herriot comme évêque titulaire de Soissons le 22 février 2008[2]. Le 2 mars 2008, a eu lieu la messe d'adieux de Mgr Marcel Herriot et la réception officielle de Mgr Giraud dans la cathédrale de Soissons.

Au sein de la Conférence des évêques de France, il a été élu en 2005 président de la Commission pour les ministres ordonnés et les laïcs en mission ecclésiale. Le 8 novembre 2008, il a été réélu président de cette commission pour un mandat de trois ans[3]. En 2011, il devient président du Conseil pour la communication[4].

Mgr Hervé Giraud est le premier évêque français présent sur le réseau social Twitter, sous le pseudo @mgrgiraud[5]. Il a édité son premier livre "Twitthomélies" aux éditions Parole et silence.

Devise épiscopale[modifier | modifier le code]

« Ressuscités avec le Christ ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]