Édit de Roussillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'édit de Roussillon dit aussi édit de Paris est un édit de 1564 qui fait commencer l'année en France le 1er janvier.

Article détaillé : Jour de l'an.

Lors d'un voyage dans différentes parties de son royaume, le roi de France Charles IX constata que selon les diocèses, l'année débutait soit à NoëlLyon par exemple), soit le 25 marsVienne par exemple), soit le 1er mars ou encore à Pâques, ce qui provoquait des confusions[1].

Afin d'uniformiser l'année dans tout le royaume, il ajouta un article à un édit donné à Paris en début janvier 1563 qu'il promulgua à Roussillon le .

Les articles[modifier | modifier le code]

Les 42 articles qui composaient cet édit concernaient la justice exceptés les 4 derniers, ajoutés lors du séjour du roi à Roussillon.

L'article 39 annonce que l'année commencerait désormais le 1er janvier (correspondant au style de la Circoncision):

« Voulons et ordonnons qu'en tous actes, registres, instruments, contracts, ordonnances,
édicts, tant patentes que missives, et toute escripture privé, l'année commence doresénavant
et soit comptée du premier jour de ce moys de janvier.
Donné à Roussillon, le neufiesme lour d'aoust, l'an de grace
mil cinq cens soixante-quatre. Et de notre règne de quatriesme.
Ainsi signé le Roy en son Conseil »

signé Sébastien de l'Aubespine[2].

Cet édit n'est entré en vigueur qu'en 1567, trois ans après avoir été promulgué. Catherine de Médicis qui fuyait la peste déclarée à Lyon, avait alors trouvé refuge, avec son fils Charles IX et une partie de la cour, au château de Roussillon, qui avait été la propriété du cardinal François de Tournon (1489-1562), où elle séjourna du 17 juillet au 15 août 1564. C'est durant ce séjour que Charles IX signa le fameux édit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.caminteresse.fr/questions_reponses/les_qr/histoire/depuis_quand_compte_t_on_les_annees_a_partir_de_la_naissance_de_jesus
  2. texte tiré du Manuel de diplomatique d'Arthur Giry, Éd. Slatkine, Genève, 1975, p. 113