Château de Montmelas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Montmelas
Image illustrative de l'article Château de Montmelas
Château de Montmelas
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Propriétaire actuel Maison d'Harcourt
Destination actuelle Domaine viticole
Protection  Inscrit MH (2000)[1]
Coordonnées 46° 00′ 40″ N 4° 37′ 18″ E / 46.011111, 4.621667 ()46° 00′ 40″ Nord 4° 37′ 18″ Est / 46.011111, 4.621667 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Commune Montmelas-Saint-Sorlin

Géolocalisation sur la carte : Rhône

(Voir situation sur carte : Rhône)
Château de Montmelas

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Montmelas

Le château de Montmelas est un ancien château fort, reconstruit aux XIIIe ou XIVe siècle[2] et restauré dans une esthétique néo-gothique au XIXe siècle[2], qui se dresse sur la commune de Montmelas-Saint-Sorlin dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Le château fait l’objet d’une inscription au titre des monument historique par arrêté du 29 juin 2000[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Montmelas est situé dans le département français du Rhône sur les communes de Montmelas-Saint-Sorlin et de Saint-Julien, sur un promontoire d'où la vue s'étend jusqu'au Mont Blanc.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Montmelas vient du latin mons malatus, qui signifie mont chargé de vergers[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est fait mention d'un château dès 977[2].

Au XIe siècle, la place forte appartient aux sires de Beaujeu.

En 1331, la propriétaire est Jeanne de Châteauvillain, troisième épouse de Guichard VI de Beaujeu.

En 1520, le fief appartient à Anne de France, duchesse de Bourbon, fille de Louis XI et veuve de Pierre de Bourbon, sire de Beaujeu. Leurs fille, Suzanne de Bourbon, épouse le connétable de Bourbon. Les bourbons vendent la seigneurie à Philibert de Crozet. Sa veuve revend le fief à Philibert d'Albon Beaujeu baron de Lignières.

Le bien échoit par la suite à Louis de Gonzague, duc de Nevers, époux d'Henriette de Clèves.

Jean Arod, époux de Barbe de Signolles, acquiert le château en 1566 lors d'une vente aux enchères. En 1593, Jean Arod est tué alors qu'il repousse une attaque contre son château. En 1654, Guillaume Arod est seigneur de Montmelas. François Arod (1716-1752), marquis de Montmelas, épouse Marguerite de Cuzieu. En 1766, leur fils aîné, Blaise, marquis de Montmelas, épouse Marguerite-Catherine Haynault, maîtresse de Louis XV. Elle restera à Montmelas jusqu'à sa mort en 1837.

À la Révolution, Gaspard de Montmelas, le frère cadet de Blaise, est emprisonné à Lyon ; une délégation de villageois prend la route pour aller le délivrer. À sa mort, en 1837, Agnès Louise veuve de Gaspard d'Arod comte de Montmelas et fille naturelle et reconnue de Louis XV et de Catherine Haynault, laisse le domaine à son arrière-petite-fille, Louise Hélène Léonie de Tournon Simiane (1829-1899)femme de Philippe comte de Tournon‑Simiane.

En 1906, Louise Hélène Françoise de Tournon‑Simiane, fille des précédents, épouse Jean Victurnien Jacques de Chabannes La Palice. En 1962, Jacqueline Léonie Marie de Chabannes La Palice (1896‑1982), fille des précédents, femme de Jehan Comte de Durat en hérite. Le chateau passe à sa fille ainée, Françoise de Durat femme du comte Henri d'Harcourt. Le domaine appartient aujourd'hui à la famille d'Harcourt.

Armoiries des propriétaires successifs[modifier | modifier le code]

  • Beaujeu (de) : d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, brisé d'un lambel de cinq pendants du même brochant sur le lion
  • Bourbon (de): d'azur aux trois fleurs de lys d'or à la bande de gueules
  • Famille d'Albon (d'): écartelé : aux 1 et 4, de sable, à la croix d'or (Albon) ; aux 2 et 3, d'or, au dauphin d'azur, posé en pal, allumé, langué, crêté, barbé, oreillé, lorré et peautré de gueules (Dauphiné)
  • Arod de Montmelas (d') : d'or, à la fasce échiquetée de vair et de gueules surmonté de trois étoiles d'azur".
  • Tournon-Simiane (de): écartelé : aux 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or, parti de gueules au lion d'or (qui est Tournon), aux 2 et 3 semés de tours et de fleurs de lys d'or (qui est Simiane)
  • Chabannes La Palice (de): de gueules au lion d'hermine, armé, lampassé et couronné d'or
  • Durat (de) : échiqueté d'or et d'azur
  • Harcourt (d') : de gueules à deux fasces d'or
Entrée

Description[modifier | modifier le code]

Corps de logis principal

Construit au XIIe siècle, le château a été profondément remanié au cours des siècles et notamment au XIXe siècle, après 1828, par Louis Dupasquier, architecte lyonnais contemporain de Viollet-le-Duc, d'après un dessin du XVIIe siècle. Il conserve néanmoins de nombreux éléments des XVe et XVIe siècles et les travaux ont visé à restituer une forteresse médiévale complète. L'enceinte extérieure est crénelée.

Il subsiste du château médiéval un donjon cylindrique qui domine une enceinte quadrangulaire munie aux angles de poivrières, ainsi qu'une vaste basse-cour clôturée par des braies.

La propriété est un domaine viticole. Le château de Montmelas est une propriété privée. Il est ouvert à la visite. L'ensemble des bâtiments et des jardins ont été inscrits au titre des monument historique le 29 juin 2000. Cela englobe l'enceinte castrale, le château, les communs, les tours, les porches, la chapelle ainsi que les cours, la basse-cour du château, le cuvage et le panthéon[1].

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

Le château est entouré d'un vaste parc et d'un jardin à la française. Le parc, son mur d'enceinte et ses deux portes d'entrée, le système hydraulique, le jardin, le potager et ses bâtiments ont aussi été inscrits au titre des monument historique le 29 juin 2000[1].

Festivités et animations au château[modifier | modifier le code]

Chaque année, à la fin du mois de juillet, le château accueille un festival de théâtre et d'arts vivants, les Nuits du château de Montmelas avec des pièces et concerts joués en extérieur et dans plusieurs endroits du château.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Château de Montmelas », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a, b et c Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France,‎ 1987, 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 800.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bulletin historique et archéologique du diocèse de Lyon (1906)
  • Bulletin de la Société des sciences et arts du Beaujolais (1901)
  • Châteaux et maisons bourgeoises dans le Rhône, par Corinne Pelletier (Horvath, 1980)
  • La Maison d'Arod, branche de Montmelas accompagnée de fragments généalogiques et historiques concernant la région lyonnaise, le tout extrait des archives du château de Montmelas en Beaujolais, par P. de Varax

Liens externes[modifier | modifier le code]