Boulieu-lès-Annonay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boulieu-lès-Annonay
L'entrée sud du village.
L'entrée sud du village.
Blason de Boulieu-lès-Annonay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Annonay-Nord
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin d'Annonay
Maire
Mandat
Céline Bonnet
2014-2020
Code postal 07100
Code commune 07041
Démographie
Gentilé Bonloculiens
Population
municipale
2 141 hab. (2011)
Densité 227 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 18″ N 4° 40′ 02″ E / 45.2716666667, 4.6672222222245° 16′ 18″ Nord 4° 40′ 02″ Est / 45.2716666667, 4.66722222222  
Altitude Min. 358 m – Max. 915 m
Superficie 9,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boulieu-lès-Annonay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boulieu-lès-Annonay

Boulieu-lès-Annonay est une commune française située dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes. Sa proximité de la ville d'Annonay lui a donné une vocation résidentielle. Elle offre l'attrait touristique d'un centre village médiéval assez bien conservé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

À 3,0 km à vol d'oiseau au nord d'Annonay[1], la commune se situe à 28,9 km de Saint-Étienne[2], 42,0 km de Valence[3] et à 55,9 km de Lyon[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Marcel-lès-Annonay Savas Rose des vents
Burdignes (Loire) N Saint-Clair
O    Boulieu-lès-Annonay    E
S
Annonay Davézieux

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 945 hectares ; son altitude varie entre 358 et 915 mètres[5]. Son territoire se répartit de part et d'autre de la rivière Deûme.

La partie nord-est, au relief moins accentué, a été propice à l'urbanisation, qui se poursuit d'ailleurs ensuite sur la commune de Saint-Clair. Aux limites nord de la commune, un secteur boisé plus pentu est resté intact, derrière la Madone du Colombier.

La partie ouest de la commune est un vallon plus rural qui monte jusqu'aux 915 mètres de la Croix de Chirol.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Cance traverse la commune dans un fond de vallée le plus souvent encaissé. Les crues épisodiques se limitent généralement à s'étaler sur les prés du quartier des Sables[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village est traversé d'ouest en est par l'ancienne nationale 82. Cette nationale, qui reliait Roanne à Andance, avait été créée et aménagée à partir de 1824. Son objectif était d'éviter aux usagers de la Nationale 7 et aux vacanciers les encombrements de Lyon. D'où son surnom de "route bleue"[7]. Son passage en plein centre a obligé en 1845 à élargir la rue principale[8]. En 1958, un contournement nord a permis d'éviter le centre[9].

Une voie ferrée a traversé la commune entre 1885 et 1987 : la ligne de Firminy à Saint-Rambert-d'Albon

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Une partie urbanisée et une autre plus rurale.

C'est la partie nord-est de la commune et ses espaces relativement plats qui ont vu se développer le village ancien, à l'intérieur puis autour de fortifications. Depuis les années 1960, l'exposition ensoleillée de cette partie de Boulieu, face au sud, n'a pas manqué d'attirer les résidences qui s'y sont multipliées, jusqu'au voisinage de l'agglomération voisine de Saint-Clair. Des industries se sont aussi installées près de l'ancienne nationale 82.

Le vallon ouest de la commune est occupé, à mi-hauteur, par trois hameaux contigus: les Seux, le Mouriol et Eyvas. Ils ont abrité pendant longtemps environ un tiers de la population communale[10]. De nouvelles résidences se sont récemment installées dans ce secteur tranquille. Au nord-ouest, c'est ensuite la commune de St-Marcel.

Le fond de la vallée a vu s'installer au XIXe siècle une industrie papetière[11]. Ses bâtiments abandonnés ont été repris par de nouvelles activités artisanales.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 1 026, alors qu'il était de 895 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 89,4 % étaient des résidences principales, 4,1 % des résidences secondaires et 6,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 79,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 18,7 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 72,5 %, en hausse par rapport à 1999 (66,8 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 5,0 % contre 8,6 % en 1999, leur nombre ayant diminué de 69 à 46[I 3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La signification du nom de la commune reste assez mystérieuse. On trouve en latin les noms de Bellilocus (lieu de guerre), Bolliacus, Bonus locus (bon lieu)[12]. En ancien français Bolieu (v. 1095), Boylieu (1275), Boilieu (XIVe siècle)[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie des faits historiques[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Les ouvrages cités en bibliographie permettent d'établir la chronologie suivante:

  • Moyen Âge culture de la vigne
  • Moyen Âge relais muletier
  • 1095 1er document parlant de Boulieu
  • 1381 construction des fortifications
  • 1575 destruction des faubourgs
  • 1594 conflit de 62 ans avec les Célestins
  • 1635 fondation du couvent des Ursulines
  • 1656 agrandissement de l'église
  • 1685 destruction du temple
  • 1817 usine papetière de Grosberty
  • 1817 retour des Ursulines
  • 1823 école des frères Maristes pour les garçons
  • 1864 usine du Pont de la Pierre
  • 1885 ouverture de la ligne de chemin de fer
  • 1904 fermeture définitive du couvent
  • 1944 8 août représailles allemandes
  • 1958 arrivée de l'eau du Rhône
  • 1958 contournement nord du village
  • 1969 fermeture de l'école du Mouriol
  • 1971 HLM de Grusse
  • 1972 mixité dans les écoles privées
  • 1979 agrandissement et rénovation de la mairie
  • 1983 salle polyvalente
  • 1986 nouvelle usine des tissages Vincent
  • 1987 fermeture de la voie ferrée
  • 1990 extension de l'école publique
  • 1994 Maison d'accueil des personnes âgées
  • 2003 jumelage avec Bonheiden (Belgique)
  • 2012 nouvelle cantine à l'Arc en Ciel
  • 2012 la halle

Un lieu de passage[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Un labyrinthe de caves.

Aucune trace n'a été trouvée, jusqu'à présent, de présence gallo-romaine à Boulieu. Mais on peut supposer que le site a forcément été occupé depuis longtemps: en exposition sud, entre bois et terres cultivables, en proximité d'une rivière, et surtout peut-être sur une voie de passage entre Vallée du Rhône et Forez. Un village devait être installé là dès le Moyen Âge, avec un premier bâtiment d'église dès la généralisation du christianisme au VIe siècle. Malgré tout, la première preuve écrite de l'existence de Boulieu ne date que de 1095[14].


Au Moyen Âge, la bourgade semble avoir été très fréquentée par les convois de muletiers, car la plupart des maisons de Boulieu disposent de caves spacieuses, qui communiquent parfois. Ces "caves d'enfer" ont sans doute servi d'entrepôts aux convois de passage qui transportaient les denrées d'échange entre vallée du Rhône et Velay. Ils montaient le sel de la Méditerranée, des épices, de la soie, les vins du Vivarais et de la vallée du Rhône. Ils redescendaient des céréales, des fromages, des pois, des lentilles, des écorces, des peaux, des produits artisanaux... Les caves ont pu conserver aussi la production de vin locale, car la viticulture a été autrefois très développée sur les coteaux bien exposés de Boulieu[15].

Un village fortifié[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Des tours d'enceinte, ici autour de la mairie.

En 1381, pour se protéger contre les pillards de l'époque, Boulieu a obtenu du seigneur d'Annonay de s'abriter derrière des murailles[14]. Une enceinte de forme carrée a ainsi été réalisée autour du centre du village. Les murs des maisons donnant sur l'extérieur ont été puissamment renforcés. Neuf tours ont consolidé les angles de murs, en ne laissant que quelques portes d'entrée. Ces fortifications ont effectivement joué leur rôle de protection, notamment pendant les Guerres de Religion. Elles ont aussi donné à Boulieu l'allure d'une petite ville plus que d'un village: dans la région, ses habitants étaient considérés, à tort ou à raison, comme plus bourgeois que d'autres.

Le centre village a conservé en grande partie la configuration qu'il avait au Moyen Âge. L'enceinte carrée reste bien visible, d'autant que les anciens fossés sont devenus des rues. Assez souvent, cependant, les murailles primitives ont été annexées ou dépassées par des maisons en mal d'agrandissement. C'est le cas de la mairie, installée dans un bâtiment qui a été acheté en 1791 aux religieux Célestins. C'est aussi le cas pour l'église dont le nouveau chœur a été construit en 1656 en débordant de l'enceinte[16].

Sept des 9 tours d'origine sont toujours bien en place. Les principales portes d'accès n'existent plus, de part et d'autre de la rue principale. Il reste quand même quatre autres accès typiques, au sud et à l'est, par des rues secondaires. Leurs larges voûtes permettent d'apprécier l'épaisseur étonnante de l'ancien mur d'enceinte.

Une vie religieuse parfois agitée[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
La partie Nord de l'église, construite en dépassant les fortifications.

Au XVIe siècle, Boulieu n'a pas échappé aux désordres causés par les Guerres de Religion, mais le bourg n'a pas connu les massacres fratricides de la ville d'Annonay. La majorité de sa population était restée catholique, et à plusieurs moments, la présence en résidence de troupes catholiques l'a préservée de toute attaque. Ses faubourgs n'ont cependant pas échappé à une dévastation en 1575, et les champs et les vignes ont été pillés à plusieurs reprises. En 1577, les protestants (une centaine d'habitants) ont pu établir un lieu de culte, et ont partagé avec les catholiques les responsabilités consulaires. Mais cette entente n'a pas duré indéfiniment: leur temple a été détruit en 1685 par les troupes royales[17].

A l'entrée de la nouvelle église, le rappel de la négociation entre les paroissiens et les religieux Célestins.

La paroisse a dépendu à partir de 1476 des religieux Célestins de Colombier le Cardinal. Ces derniers percevaient des redevances des paroissiens, mais ils étaient en contrepartie chargés d'entretenir l'église. En 1594, une demande des habitants pour agrandir l'église a entraîné avec les Célestins réticents un long conflit juridique qui a duré 62 ans. L'église a fini par être agrandie en 1656, puis voûtée intérieurement en 1688[17].

Le couvent des Ursulines[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Les anciens bâtiments du couvent des Ursulines.

En 1635, à la demande des habitants, c'est un couvent de religieuses Ursulines qui a ouvert dans le faubourg ouest. Il assurait aussi l'éducation des filles. Malgré tout, à la Révolution, le bâtiment a été confisqué et vendu. Un peu plus tard, en 1817, de nouveaux bâtiments construits avec l'aide de la population ont permis un retour de la communauté. Ils comprenaient des salles de classe, un hospice de 15 lits et des ateliers de tissage qui employaient 8 personnes. Le couvent a fermé définitivement en 1904. L'ancienne chapelle a été utilisée comme théâtre. Les grands bâtiments ont servi de logements. Mais la plus grande partie a été démolie en 1980, pour cause de vétusté[18].

Le temps des écoles[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
L'ancienne cloche de l'école des hameaux.

Pour l'éducation des filles, les religieuses Ursulines, dans leur couvent, ont été les premières à assurer un enseignement. Après leur départ en 1904, elles ont été remplacées par des sœurs de St Joseph, jusqu'en 1981. Mais une école a aussi fonctionné dans les hameaux, au moins à partir de 1906, d'abord aux Seux, puis au Mouriol. Elle a fermé en 1969, avec le décès de la dernière sœur Dominicaine. En souvenir, l'ancienne cloche de l'école a été remise en valeur près de l'emplacement de l'ancienne école[19].

Pour les garçons, ce sont des frères Maristes qui ont encadré l'école des garçons du bourg, à partir de 1823. Des frères de St-Gabriel leur ont ensuite succédé[19]. Les deux écoles privées ont adopté la mixité en 1972, par un référendum quasi unanime[20].

La présence d'une école publique à Boulieu date au moins de 1891. Son bâtiment actuel a été construit au début des années 1900, avec agrandissement en 1980 et en 1990[21].

Le château de Mars[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
L'ancien château de Mars a été démoli en 1896.

En 1762, il semblerait que la propriété appartenait à un M. Lombard, élu municipal de Toulouse. Il s'agissait au moins d'une grande exploitation agricole. En 1822, Mars a été racheté par la famille Mignot, qui l'a conservé jusqu'à présent. Le château était déjà une grande maison flanquée de deux tours rondes.

Le château de Mars, toujours occupé aujourd'hui par la famille Mignot.

Mais en 1896, Louis Mignot décida de faire raser la bâtisse pour construire le château actuel. Avec ses grandes pièces difficiles à chauffer, il a plus facilement servi de résidence d'été. Il est toujours résidence de vacances pour les descendants de la famille[22]. Le domaine bénéficiait d'une adduction d'eau fiable grâce à l'eau de trois sources captées depuis les collines et amenées à un réservoir par de hautes canalisations. Certains étés, ces réserves d'eau ont servi à dépanner les villageois de Boulieu[23].

L'ancienne voie ferrée[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Un nom de rue original pour rappeler l'ancienne voie ferrée.

Le prolongement de la voie ferrée d'Annonay jusqu'à Firminy a été ouvert en 1885. Il traversait toute la commune d'est en ouest, avec une gare proche du village. Mais le trafic, en perte de vitesse après 1920, a été arrêté en 1940 pour les voyageurs et en 1987 pour les derniers trains de marchandises. Le site de la Gare est en partie occupé par une usine, et le reste de la voie a été rachetée par la municipalité. On peut encore en suivre en suivre le tracé. Il s'embroussaille du côté du viaduc de Vidalon, il est goudronné aux alentours du village, il est piétonnier vers St-Marcel et un passage entre falaises a été équipé en site d'escalade.

L'arrivée des progrès modernes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
La Madone du Colombier a été érigée en 1941 pour protéger la commune.

La consommation de l'eau n'a pas toujours été simple à Boulieu. Pendant longtemps, chaque maison s'organisait avec son puits individuel. Il y a eu ensuite un premier captage de la source du Colombier qui a alimenté quatre fontaines. Deux autres captages, en 1925 et 1935, ont permis d'améliorer l'approvisionnement. Mais dans les étés arides, il fallait compléter avec de l'eau apportée du château de Mars dont le réservoir était alimenté par des captages plus lointains. Les derniers problèmes ont été résolus en 1958 par l'arrivée de l'eau de la nappe phréatique du Rhône dans le cadre d'un syndicat intercommunal[24].

Le village a cherché à s'adapter à la vie moderne.

La Seconde Guerre mondiale a été émaillée de quelques évènements notables. En début de guerre, l'idée a été lancée d'ériger une statue de la Vierge pour protéger Boulieu. La Madone du Colombier a ainsi été installée en 1941[24]. En 1940, plus de 200 enfants de Lyon ont été hébergés pendant quelque temps. En 1943, ce sont 300 Allemands qui ont résidé notamment au château de Mars. L'évènement le plus grave a eu lieu le 7 août 1944: un car et un camion allemand transportant des cigarettes ont été attaqués par des maquisards. Les Allemands se sont d'abord enfui en laissant des habitants s'emparer de cigarettes. Mais le lendemain, une troupe allemande venue faire des fouilles a incendié deux maisons et tué trois personnes[25].

Dans les années 1960, l'implantation de villas s'est fortement accélérée, sur initiatives individuelles mais aussi en lotissements. Cette urbanisation s'est réalisée autour du bourg, mais aussi en divers points de la commune, ce qui a nécessité peu à peu d'imposer des limites réglementaires. Des aménagements collectifs ont dû suivre: réseaux d'énergie, assainissement, voies de circulation, écoles... Des salles et des équipements ont dû être aménagés pour la vie associative qui s'est aussi développée. Aujourd'hui, les problèmes d'espace contraignent à densifier l'habitat près du centre bourg[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1884 1905 Louis Mignot    
1905 1933 Louis Laurent Mignot    
1933 1934 Joseph Voulouzan    
1934 1944 Camille de Montgolfier    
1945 1969 Joseph Monier    
1969 1983 Henri Torre    
1983 1995 Claude Grenier    
mars 2001 mars 2008 Jean Vincent    
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
Céline Bonnet[26] PS  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Bonloculiens.

En 2011, la commune comptait 2 141 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 184 1 163 1 175 1 267 1 225 1 097 1 192 1 203 1 198
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 204 1 178 1 263 1 163 1 238 1 252 1 299 1 277 1 269
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 269 1 286 1 290 1 156 1 208 1 274 1 224 1 155 1 229
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 343 1 459 1 666 1 767 1 942 2 096 2 067 2 141 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2004[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population a connu pendant longtemps une stabilité peu courante dans la région: l'augmentation de l'activité agricole ne s'y fait pas remarquer par un accroissement de la population au XIXe siècle. En début de XXe siècle, l'exode rural est certainement compensé par l'activité industrielle. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, l'implantation de villas commence plus tôt que dans d'autres communes et connait une augmentation régulière.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École publique Saint-Exupéry 5 classes. École Notre Dame 10 classes. Cantine intercommunale.
  • Accueil périscolaire. Crèche halte-garderie L'Arc en Ciel. Centre de loisirs AFR.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • 1er mai: brocante.
  • dernier week-end de juin: Fête de l'Été.
  • en juillet: fête des hameaux.
  • 1er week-end d'octobre: Boulieu Trail (2011)[29].

Santé[modifier | modifier le code]

Maison d'Accueil pour personnes âgées Les Cerisiers.

Médecins généralistes, pédiatre, orthophoniste, sage-femme, pharmacie, dentiste, kinésithérapeutes, ostéopathe, psychologue, infirmiers.[1]

Sports[modifier | modifier le code]

Foot Étoile Sportive, Gym Aurore sportive, Gymnastique volontaire, Tennis, Judo-club, Deûme Basket, Multisport, Fraternelle Boule, pétanque la Bonloculienne…

Cultes[modifier | modifier le code]

Paroisse catholique Saint-Christophe les Annonay

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 29 039 €, ce qui plaçait Boulieu-lès-Annonay au 17 616e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[30].

En 2009, 41,9 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 317 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,7 % d'actifs dont 66,8 % ayant un emploi et 5,9 % de chômeurs[I 5].

On comptait 438 emplois dans la zone d'emploi, contre 409 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 886, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 49,4 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un emploi pour deux habitants actifs[I 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Boulieu-lès-Annonay comptait 141 établissements : 19 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 13 dans l'industrie, 17 dans la construction, 69 dans le commerce-transports-services divers et 23 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

En 2011, 19 entreprises ont été créées à Boulieu-lès-Annonay[I 8], dont 10 par des auto-entrepreneurs[I 9].

Des usines d'autrefois[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
L'ancienne usine papetière de Grosberty, construite en 1817.

En fin de Moyen Âge, plusieurs moulins avaient su tirer parti de la force motrice de la rivière.

Au XIXe siècle, la population de Boulieu a pu profiter de l'extension de l'activité papetière qui avait été développée à Annonay par les familles de Montgolfier et Canson. En 1807, un des cousins, Jean-Baptiste de Montgolfier, avait fait construire une usine dans la commune voisine de St-Marcel. En 1817, il en fait construire une autre sur Boulieu au quartier de Grosberty. En 1864, une autre, moins importante, a été construite au Pont de la Pierre et en 1911 encore une autre à St-Marcel, au Moulin du Roy. Ces usines ont changé plusieurs fois d'appellation officielle et de propriétaire, mais toujours sous la direction de membres de la famille de Montgolfier. La production était orientée vers la fabrication de papiers spéciaux: papier fin pour l'industrie à base de chiffons; papier sulfurisé, papier carbone à base de bois… L'usine de Grosberty a accueilli jusqu'à 300 ouvriers et ouvrières spécialisées, venant pour la plupart de Boulieu. Le travail, organisé en 3x8, a permis à de nombreux ouvriers paysans de prolonger l'existence de leurs exploitations. L'ambiance générale était familiale et a plutôt laissé de bons souvenirs. L'activité a progressivement décliné, notamment dans les années 1970. Face à la crise mondiale, les papeteries de la région ont réuni leurs forces déclinantes, puis ont intégré en 1976 le groupe Arjomari[31]. En 2014, la seule usine restée en fonctionnement est le Moulin du Roy à St-Marcel, avec un site de commercialisation au Grand Mûrier (sur Annonay) pour la marque Canson[32].

Industries actuelles[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
La commune totalise autour de 150 emplois industriels.

À la zone du Rivet, les bâtiments en bord de route ont été construits en 1988 pour abriter les soieries de Jean-Michel Girodet qui se trouvaient auparavant à Bourg-Argental. L'usine a employé jusqu'à 150 salariés vers 1990, mais la crise des années suivantes a conduit à un dépôt de bilan en 1998. La partie impression a été rachetée par la société iséroise Janin Textiles, mais qui a été aussi mise en liquidation en 2009 avec ses 30 employés. La partie teinture avait été reprise en 1998 par la création de la société S.A. Teint au sein du groupe Chrismatex. Lors de la faillite du groupe en 2007, l'activité teinture s'est poursuivie avec la création de la société indépendante Teinture des Cèdres. Celle-ci continue l'activité teinture à façon dans une partie des bâtiments avec une vingtaine d'employés. Les autres bâtiments de cet ensemble ont accueilli en 2011 un atelier de menuiserie et un commerce de matériaux de construction écologiques[33].

Plus loin dans la zone, un bâtiment a été repris en 2013 par une entreprise de travaux publics. Au fond de la zone, depuis 2000, un autre bâtiment indépendant abrite une métallerie[34].

Ces P.M.E. diffusent leurs productions à l'échelon régional ou national.

En arrière de la route, un grand bâtiment de 2 400 m2 a accueilli en 1989 la Sepem (Société d'Exploitation des Plastiques Et des Métaux). Créée en 1964 à Bourg-Argental, cette entreprise familiale pratique l'application de revêtements variés sur objets en acier, aluminium ou bois. Elle emploie en 2013 une quarantaine de personnes[35].

Dans les anciennes papeteries de Grosberty, la société Genplast fabrique des films étirables pour l'industrie avec une vingtaine de salariés.

Sur le site de Marcou, la société Emboutimétal fabrique des pièces en métal pour l'industrie par découpage et emboutissage. La société Texatop réalise de l'outillage pour presses industrielles.

Sur le site de l'ancienne gare, les Soieries Vincent S.A. fabriquent des doublures de vêtements avec une quinzaine de salariés[34].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Place de Boulieu

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Route de Saint-Marcel (actuellement route d'Annonay), en 1905
Dans la rue principale, la maison Renaissance classée Monument Historique.

Un village médiéval[modifier | modifier le code]

Une des ruelles du vieux centre.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Dans la rue principale, on ne retrouvera pas de façades anciennes sur le côté sud: toutes les maisons ont été réduites en 1845 pour élargir le passage de la "Route bleue". Par contre, le côté nord possède encore des façades de maisons bourgeoises. Près de l'entrée Est, une maison seigneuriale du XVIe siècle, style Renaissance, avec fenêtres à meneaux et chapiteaux corinthiens, a été classée monument historique en 1978. À sa suite, trois autres maisons sont aussi remarquables. L'une d'entre elles possédait une petite chapelle gothique.

Dans les rues intérieures, on retrouvera d'autres éléments d'architecture ancienne: fenêtres à meneaux, portes Renaissance, pierres sculptées… La tour d'observation qui se trouvait au centre de l'ancien village a été démolie en 1878. La place de l'église a été agrandie en 1971 par la démolition du "Fort antique", qui était une ancienne prison.

Autour de l'église, la rue des Trois Poupons, avec sa pierre sculptée, rappelle l'existence ancienne d'un cimetière pour enfants, dont on a retrouvé un sarcophage. Le fond de cette ancienne impasse servait de charnier pour les étrangers et les malades contagieux[36].

Des visites guidées sont proposées en été par les Compagnons du Patrimoine. Elles commencent par une présentation historique au rez-de-chaussée de la mairie où ont été rassemblés de multiples souvenirs du passé. Les visiteurs peuvent ensuite descendre dans les "caves d'enfer" où des salles ont été réaménagées selon leurs usages d'autrefois: caves à vin, haltes pour muletiers, ateliers d'artisans. C'est ensuite la visite des rues du village, jusqu'à l'ancien couvent des Ursulines.

L'église[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Un intérieur réaménagé en 1688.

Comme dans la plupart des villages, une église a dû exister à Boulieu dès les premiers siècles du christianisme. On ne connaît l'histoire du bâtiment actuel que depuis le XVIe siècle : l'église était alors plus étroite, et resserrée contre le mur d'enceinte. Elle a été agrandie en 1657, après un long conflit juridique entre les habitants de Boulieu et les religieux Célestins de Colombier le Cardinal, qui en étaient les propriétaires. Le mur sud a été conservé, et on a reconstruit le reste en doublant la surface, avec un chœur qui a dépassé les limites des murailles. En 1688, on a rajouté des piliers intérieurs et des voûtes. Le clocher a été construit aussi à l'extérieur. Il a été rehaussé en 1850, avec un toit de style franc-comtois[37].

Un chœur rénové avec la participation de bénévoles.

L'intérieur de l'église intègre plusieurs petites chapelles, qui étaient autrefois entretenues par des familles fortunées. Au sol, les grandes dalles témoignent que le sous-sol de l'église a servi de caveau. En décoration, on trouve quelques tableaux du XVIIe siècle. Les murs intérieurs ont été restaurés en 1945. Dans le chœur, les stalles du XVe siècle figurent dans les collections des Monuments Historiques. Le grand orgue est un Cavaillé-Coll acheté en 1960 et restauré en 2006. L'autel et le tabernacle ont été réalisés à partir de l'ancienne chaire par les Compagnons du Patrimoine[38].

Cette église, dédiée à saint Martin, est aujourd'hui rattachée à la paroisse catholique Saint-Christophe-lès-Annonay[39].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Une des animations de la Fête de la Musique 2013.

Sapeurs-pompiers (depuis 1886), Fnaca, ACCA (1925), Aînés ruraux (1978), UCAB commerçants et artisans (1984).

Amicale laïque (1927/1952), AEP-Ogec (1947), Apel, AFR Familles Rurales pour yoga, gym, danse et sophrologie (1963).

Fraternelle Boule (1925), Étoile Sportive foot (1930), Aurore sportive (1938) gym (1961), Gymnastique volontaire (1974), Tennis (1983), Judo-club Roiffieux-Boulieu (1990), Deûme Basket (2007), Multisport Boulieu (2008), pétanque la Bonloculienne (1990), Aide aux sports mécaniques, Boulieu Trail (2011), DB Sport Auto (2012).

Société musicale (1890), Fanfare de l'Aurore sportive (1938), Les Accordéonistes Vivarois (1977), Chœur de l'Arc en Ciel (1993), Parents de l'École Départementale de Musique (2002), chorale D'Accord en Accords (2005).

Les Amis du Vieux Boulieu (1970), Les Compagnons du Patrimoine (2003), L'Oiseau Lire (2008)[40].

Les Compagnons du Patrimoine[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

La richesse du patrimoine de Boulieu est à l'origine de la création de l'association ″ Les Compagnons du Patrimoine ″. L'idée en est venue suite à la participation de bénévoles à la restauration de l'église en 1997. Son premier objectif important a été la restauration de la chapelle funéraire des Ursulines, qui restait un des rares souvenirs de leur couvent. Ils ont été une douzaine puis bientôt une trentaine à engager de leur temps dans cette réfection en utilisant leurs savoir-faire professionnels. Une autre association "Les Verriers de la Déôme", s'est créée aussi à cette occasion pour confectionner des vitraux. La chapelle a été inaugurée en 2001, et l'association des Compagnons s'est constituée officiellement en 2003.[2] Les bénévoles les plus motivés ont poursuivi d'autres restaurations de monuments communaux. Ce sont eux qui ont pris en charge les visites commentées du village, en rassemblant aussi dans un local et dans des caves divers témoignages du passé.

Les Accordéonistes Vivarois[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Un ensemble d'accordéonistes performants.

Ce regroupement d'accordéonistes fonctionne en fait comme une chorale, avec des parties différentes selon les regroupements d'instruments. Il travaille un répertoire de concert avec des morceaux classiques, contemporains ou de variétés, avec des partitions adaptées. Il a été fondé en 1977 par Maurice Celette et s'est d'abord appelé "Jeunes Accordéonistes Vivarois". Il compte actuellement une quinzaine de membres. Depuis 2007, il est dirigé par Isabelle Gagnepain[41].

L'AFR "L'Arc en Ciel"[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Le site d'accueil de l'Arc-en-Ciel.

Les Familles Rurales ont proposé dès 1963 des activités de loisirs à Boulieu. L'association a ensuite accueilli volontiers des habitants de St-Clair. En 1985, les habitants de Savas ont préféré eux aussi se rattacher à Boulieu plutôt que de fonder leur propre association. En 1972, c'est l'AFR qui a pris en charge la gestion de la crèche et halte-garderie. Cette structure a été également financée par St-Marcel, St-Clair et Savas. Ses locaux reçoivent aussi l'accueil périscolaire des deux écoles de Boulieu. En 2012, un nouveau bâtiment a permis d'installer sur le même site la cantine communale. Tous ces locaux accueillent aussi hors des temps scolaires les centres de loisirs et de vacances dont l'AFR encadre aussi l'organisation. Une politique volontariste de Boulieu et de ses communes voisines s'attache à donner des moyens conséquents à ces structures, en locaux et en personnel d'animation. L'AFR L'Arc en Ciel compte plus de 300 familles adhérentes et le centre de loisirs accueille une centaine d'enfants en été[42].

Quelques p'Arts le Soar[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Les arts de la rue ont investi l'ancienne usine du quartier de Grusse.

L'ancienne usine de tissage Martin de Grusse, fermée dans les années 1950, a d'abord été réinvestie en 1994 par la Cie Albedo, qui y a accueilli aussi en résidences d'autres troupes des Arts de la Rue. L'association "Quelques p'Arts le Soar" est venue quasiment lui succéder en 2005. Depuis le dernier Festival des Arts de la Rue d'Annonay, en 2002, Quelques p'Arts a continué le développement de ce secteur de création culturelle dans la région: avec une centaine de spectacles annuels dans une cinquantaine de communes, diverses actions d'animation et un soutien à la création. L'ancienne usine accueille notamment des résidences de travail avec espaces plateau, foyer, appartement et bureau. L'équipe de Quelques p'Arts comprend une douzaine de permanents. La structure a été labellisée "Centre National des Arts de la Rue en 2013[42].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Boulieu-lès-Annonay

Les armes de Boulieu-lès-Annonay se blasonnent ainsi :
De gueules à la ville close d'un mur d'or, au chef cousu d'azur chargé de trois abeilles aussi d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Bouchon, Boulieu, un village à découvrir, 2009.
  • Marcel Chaprier, Les guerres religieuses à Boulieu, Le monastère des Ursulines, Historique de nos écoles, Historique de l'eau à Boulieu. (plaquettes déposées à la Bibliothèque municipale).
  • Chanoine Deleuze, Boulieu autrefois, extraits de l’Écho paroissial de 1909 à 1914, réimprimé en 1941.
  • Christiane Gaud-Descouleurs, retranscriptions des rencontres Présents d'histoires entre générations à Boulieu.
  • Albin Mazon, Voyage autour d'Annonay, 1901.
  • Joseph Monier et Camille de Montgolfier, Boulieu, 1967.
  • Anne Boudon, Des grenades sous le plancher: la Résistance à Annonay et dans la Vocance (1939-1945), Carnets de la Vanaude (2001).
  • Guide de l'Union Touristique Ardèche Verte, 1991.
  • archives municipales et bulletins municipaux
  • articles du Dauphiné Libéré, et notamment reportages du 13 juillet 2013 de François Bassaget.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre "Boulieu-lès-Annonay" et "Annonay" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre<.
  2. « Orthodromie entre "Boulieu-lès-Annonay" et "Saint-Étienne" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre<.
  3. « Orthodromie entre "Boulieu-lès-Annonay" et "Valence" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre<.
  4. « Orthodromie entre "Boulieu-lès-Annonay" et "Lyon" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre<.
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  6. voir le Dauphiné Libéré du 5/11/1014
  7. « La route bleue »
  8. voir plaque touristique dans la rue principale
  9. a et b sources municipales
  10. Chanoine Deleuze, Boulieu autrefois, page 239
  11. Archives du Musée des Papeteries de Davézieux
  12. Albin Mazon, Voyage autour d'Annonay (1901) p.57
  13. Guide de l'Union Touristique Ardèche Verte, 1991.
  14. a et b Albin Mazon, Voyage autour d'Annonay, 1901.
  15. Notices historiques locales, d'après les recherches de Michel Faure
  16. visites touristiques locales
  17. a et b Chanoine Deleuze, Boulieu autrefois
  18. Chanoine Deleuze: Boulieu Autrefois, et notices historiques locales
  19. a et b Marcel Chaprier, Historique de nos écoles
  20. Bulletins municipaux
  21. bulletins municipaux
  22. renseignements pris auprès des propriétaires par François Bassaget, correspondant du Dauphiné Libéré
  23. Marcel Chaprier, Histoire de l'eau à Boulieu
  24. a et b Joseph Monier et Camille de Montgolfier, Boulieu,‎ 1967
  25. Anne Boudon, Des grenades sous le plancher: la Résistance à Annonay et dans la Vocance (1939-1945), Carnets de la Vanaude,‎ 2001
  26. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  29. d'après les bulletins municipaux et les annonces du Dauphiné Libéré
  30. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  31. Documentation du Musée des Papeteries de Davézieux
  32. enquêtes du Dauphiné Libéré
  33. articles de revues économiques, consultation des sites des entreprises et enquêtes sur place de François Bassaget
  34. a et b enquêtes sur place de François Bassaget
  35. consultation des sites des entreprises et enquêtes sur place de François Bassaget
  36. visites touristiques guidées
  37. Chanoine Deleuze, Boulieu autrefois, extraits de l’Écho paroissial de 1909 à 1914, réimprimé en 1941.
  38. site 40000clochers.com
  39. site de la paroisse Saint-Christophe-lès-Annonay
  40. compilation des bulletins municipaux
  41. recherches de François Bassaget pour le Dauphiné Libéré
  42. a et b enquêtes de François Bassaget pour le Dauphiné Libéré et notamment reportages du 13 juillet 2013