Saint-Priest-en-Jarez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Priest.
Saint-Priest-en-Jarez
L'Église Saint-Prix.
L'Église Saint-Prix.
Blason de Saint-Priest-en-Jarez
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Arrondissement de Saint-Étienne
Canton Canton de Saint-Étienne-Nord-Est-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Michel Pauze
2014-2020
Code postal 42270
Code commune 42275
Démographie
Population
municipale
6 158 hab. (2011)
Densité 2 006 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 30″ N 4° 22′ 44″ E / 45.475, 4.3788888888945° 28′ 30″ Nord 4° 22′ 44″ Est / 45.475, 4.37888888889  
Altitude Min. 437 m – Max. 590 m
Superficie 3,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-en-Jarez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Priest-en-Jarez
Liens
Site web http://www.saint-priest-en-jarez.fr/

Saint-Priest-en-Jarez est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes. Ses habitants sont les Mounards.

Elle fait partie de la paroisse Bienheureux Antoine Chevrier, qui rassemble l'Église Saint-Prix (Saint-Priest-en-Jarez), l'Église Saint-Laurent (Villars) et l'Église du Sacré-Cœur, La Terrasse (Saint-Étienne).

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Priest s'étend sur une superficie de 307 ha.

Le territoire communal est en grande partie situé sur une colline, ainsi le vieux bourg culmine à 605 mètres d'altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents L'Étrat L'Étrat La Tour-en-Jarez Rose des vents
Villars (Loire) N La Tour-en-Jarez
O    Saint-Priest-en-Jarez    E
S
Villars (Loire) Saint-Étienne Saint-Étienne

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.

Saint-Priest ("Sanctus Proejectus") aurait vécu en ermite, avant de devenir évêque de Clermont de 666 à 676[réf. souhaitée]. La légende affirme que vers la même époque, un homme connu sous l'identité d'Oursion, aurait fait construire une église "pour expier sa complicité dans le meurtre de ce Saint d'Auvergne"[réf. souhaitée]. De ces épisodes viennent sans doute le nom actuel.

Le château de Saint-Priest est mentionné en 1167, parmi l'ensemble des places fortes remises par Guy II de Forez au roi Louis VII[1],[2],[3].

En 1173, la permutation entre le comte de Forez et l'Eglise de Lyon stipule que le serment de fidélité de Saint-Priest, ainsi que tout ce que Gaudemar de Jarez tenait au nom de l'Eglise, fut aussi remis au comte de sorte qu’il tienne de l'Eglise le château. Le texte indique également que quiconque aura désormais le château de Saint-Priest devra hommage lige et fidélité au comte[4]. Le fait que le seigneur de Saint-Priest voit ainsi ses possessions enclavées au milieu de celles "laissées à la liberté de l'Eglise de Lyon"[5] explique vraisemblablement la fondation de la paroisse de Saint-Etienne, au milieu des possessions de l'archevêque, dont le seigneur de Saint-Priest nomma dès lors la cure.

Vers 1180-1200, Jocerand Durgel (probablement déjà alors seigneur de Saint-Priest) vend, avec l'accord du comte de Forez, ses terres de la Murette (la Fouillouse) aux Hospitaliés suite à l'implantation d'une commanderie[6].

La graphie du terme évolue au fil des siècles. Comme ses voisines, elle s'intitule longtemps en Jarret[7]. Ce n'est qu'en 1914 que la typographie est définitivement fixée[8].

Au cours de l'été 1911 a eu lieu le premier meeting aérien du département de la Loire, sur le terrain de Champirol (situé à cette époque sur les communes de Villars (Loire) et de Saint-Priest-en-Jarez), à l'emplacement actuel de l'Hôpital Nord. Parmi les huit pilotes présents à cette manifestation se trouvait Roland Garros[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 Antoine Badinand
1793 1794 Jean Palle
1794 1795 Jean-Marie Goujon
1800 1804 Jean Palle
1804 1807 Étienne Tronchon
1830 1840 Louis-Philibert Colcombet
1840 1846 Constant Balay
1846 1848 Jean-Louis Courbon
1848 1871 François Tessey
1871 1874 Mr Bonnefoy
1874 1875 Jean-Marie Seignol
1875 1878 Victor Duchamp
1878 1881 Mr Fayard
1881 1888 Barthélémy Picon
1888 1891 Mr Terrat
1891 1900 Jacques Cornet
1900 1901 Jacques Rey
1901 1908  ?
1908 1913 Jean Javelle
1913 1938 Jean-Baptiste Per
1938 1945 Louis Rousset
1945 1952 Albert Raimond
1952 1975 Claudius Cottier DVG
1975 2001 Claude Chaboissier DVG
mars 2001 2008 Jean Faverjon CNI
mars 2008 Mandat en cours Jean-Michel Pauze DVD
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 158 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
652 693 752 657 665 742 858 900 950
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 068 1 006 1 051 1 084 1 489 1 467 1 468 1 637 1 652
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 736 1 998 1 877 2 343 2 544 2 605 2 473 2 624 2 889
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 485 3 788 4 628 4 563 5 673 5 812 6 022 6 080 6 158
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Malgré une population modeste, Saint-Priest-en-Jarez est la 4e commune la plus dense de la Loire derrière Roanne, Saint-Étienne et Rive-de-Gier. Avec une croissance continue de sa population, une dynamique de construction de logements importante et une activité soutenue, notamment dans les services de santé, on peut penser que la commune va se densifier encore plus à l'avenir.

Desserte[modifier | modifier le code]

La ligne 17 dessert Saint-Priest-en-Jarez

La localité, incluse dans la zone grand Saint-Étienne de la STAS, est desservie par les lignes de bus 8, 15, 17, 27[12] et le tram T1 (parking relais "Escale").

Saint-Priest-en-Jarez est séparée de Villars par l'A72. Il existe un accès incomplet depuis la commune (sortie 11 au niveau du MAM), permettant de rejoindre Roanne/Clermont ou, en sens inverse, sortir avant le tunnel de la Terrasse.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

110 odonymes recensés à Saint-Priest-en-Jarez
au 16 août 2014
Allée Ave. Bld Chemin Côte Cour Esp. Imp. Pass. Place Pont Quai Rd-point Route Rue Ruelle Square Autres Total
6 [N 1] 4 [N 2] 0 6 [N 3] 0 0 0 13 0 5 [N 4] 0 0 0 1 [N 5] 71 [N 6] 0 2 [N 7] 2 [N 8] 110
Notes « N »
  1. Allée Albert Camus, Allée des Cèdres Bleus, Allée du Belvédère, Allée du Parc, Allée Jacques Brel et Allée Louise Michel.
  2. Avenue Albert Raimond, Avenue François Mitterrand, Avenue Jules Ferry et Avenue Pierre Mendes France.
  3. Chemin de la Creuse, Chemin de la Garenne, Chemin de la Marandière, Chemin des Bierces, Chemin des Champs et Chemin du Vieux Chêne.
  4. Place Berlioz, Place Denis Ferréol, Place Jean-Baptiste Per, Place Massenet et Place Victor Hugo.
  5. Route de L'Étrat.
  6. Dont Rue du 8-Mai-1945 et Rue du 19-Mars-1962.
  7. Square Jean Jaurès et Square Roger Salengro.
  8. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Saint-Priest-en-Jarez possède un pont subsistant de la première ligne de chemin de fer de France construite en 1827, et partagé avec la commune de Villars (Loire), inscrit au titre des monument historique par arrêté du 4 octobre 2001[13],[14].

Autres lieux et édifices[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Priest-en Jarez (Loire).svg

Les armoiries de Saint-Priest-en-Jarez se blasonnent ainsi :

Cinq points d’or équipolés à quatre de sinople.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Dasté, acteur et metteur en scène de théâtre, décédé à Saint-Priest-en-Jarez en 1994.
  • Pierre Gagnaire, chef étoilé, qui a commencé sa carrière en reprenant le restaurant de son père, Le Clos Fleuri, à Saint-Priest-en-Jarez, entre 1975 et 1981.
  • Faouzi Ghoulam, footballeur international algérien, né à Saint-Priest-en-Jarez en 1991.

En images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-François MENESTRIER, Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon, justifiée par chartes, titres, chroniques... avec la carte de la ville, comme elle était il y a environ deux siècles, N. et J.-B. de Ville (Lyon), 1696, p. 36. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k95210w/f721.image
  2. Castellum De Sancto Praejecto, 1167, vidimus du XVIIe siècle (La Mure-Chantelauze, t. III, p. 27)
  3. In nomine sanctae et individuae Trinitatis, amen. Ego, Ludovicus, Dei gratia Francorum rex... https://sites.google.com/site/agerjarensis/
  4. Bulle du Pape Alexandre III confirmant la permutation de 1173-1174 Lire en ligne
  5. "L'Église de Lyon s'était en outre réservé, dans les terres de Guy II, une enclave qui comprenait Saint-Victor-sur-Loire, Saint-Genest-Lerpt et Villars (n.d.r.: ainsi que Saint-Jean-Bonnefonds). Mais ces paroisses furent assez vite restituées au Forez. En 1278, c'était fait accompli." J.-E. DUFOUR, Dictionnaire topographique du département de la Loire, PUSE, 1946 (rééd. 2006), p. XXII.
  6. E. PERROY, Les famille nobles du Forez au XIIIe siècle Essai de Filiation vol. 20, Université de Saint-Etienne, 1976, p. 284.
  7. Une commune du Rhône s'appelle toujours Soucieu en Jarrest.
  8. Modifications territoriale et dénomination des communes de la Loire
  9. À l'occasion de la commémoration de cet événement en octobre 2011 a été émis un timbre postal.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  12. Changement de nom des itinéraires, suite à réorganisation du réseau à la rentrée 2010.
  13. « Notice no PA42000008 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Liste des monuments historiques de la commune de Saint-Priest-en-Jarez », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bulletin de couleur rouge du musée de la mine de Villars concernant Saint-Priest-en-Jarez de Jean-Marie Somet, ancien mineur et ancien conservateur du musée des Amis du Vieux Villars (demander à l'Association des amis du vieux Villars)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]