Saint-Anthème

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anthème.
Saint-Anthème
Saint-Anthème en juin 2013
Saint-Anthème en juin 2013
Blason de Saint-Anthème
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert
Canton Saint-Anthème
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Ance
Maire
Mandat
Jean-Claude Gagnaire
2014-2020
Code postal 63660
Code commune 63319
Démographie
Population
municipale
736 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 43″ N 3° 55′ 05″ E / 45.5286111111, 3.9180555555645° 31′ 43″ Nord 3° 55′ 05″ Est / 45.5286111111, 3.91805555556  
Altitude Min. 906 m – Max. 1 423 m
Superficie 68,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Anthème

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Anthème
La jasserie du Coq noir, ancienne ferme d'estive dans le hameau du Grand Genévrier.

Saint-Anthème est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le bourg s'est constitué autour d'un prieuré bâti vers l'an Mil et dédié à saint Anthème, évêque de Poitiers au IVe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mois de décembre 2012.

La commune est située au début de la vallée de l'Ance, rivière qui se décline en plusieurs bras et ruisseaux. Dominé par les monts du Forez dont le plus haut sommet, Pierre-sur-Haute, culmine à 1 600 mètres d'altitude, au cœur du parc naturel régional du Livradois, le village de Saint-Anthème est entouré de forêts verdoyantes où cohabitent plusieurs espèces sauvages.

Cadre communal[modifier | modifier le code]

Le bourg abrite les commerces et la plupart des habitations. De nombreux hameaux sont occupés par des agriculteurs (élevage de vaches laitières et polyculture) mais comprennent aussi des résidences secondaires. Parmi ceux-ci, on peut noter Tronel, Le Bouteillet, Gagnaire, La Faye, Evan, La Folléas, Ronchoux et Sichard. Le lieu-dit le Jas du Mas accueille un gîte rural ainsi que le Coq Noir qui propose restauration et animations. À Sichard se trouve la Jasserie les Airelles avec chambres et table d'hôtes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Autour de l'an mil, un prieuré bénédictin fut établi sur un éperon dominant la rivière l'Ance. Les origines du village de Saint-Anthème remontent au Moyen Âge lorsque le comte de la Roue fit construire le château de la Roue dont on peut encore voir le donjon. Le village se développa à quelques kilomètres en contrebas du château le long de l'Ance. Au XVIe siècle, les seigneurs font bâtir leur résidence dans le bourg qui voit alors arriver artisans et commerçants. Avec l'ouverture de la route royale reliant Ambert à Montbrison à la fin du XVIIIe siècle, Saint-Anthème va connaître pendant plus d'un siècle son plein développement en atteignant une population de 3 000 habitants vers 1900. De nombreuses fermes et jas furent construits au XIXe siècle notamment dans les hautes chaumes, terrain de pâturage pour les vaches en estive. Depuis, l'évolution de la société et l'exode rural font qu'aujourd'hui la commune a perdu beaucoup de ses habitants. Dans la seconde moitié du XXe siècle, la commune s'est découverte une vocation touristique.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Pont-sur-Ance[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Henri Jury PS Conseiller général
mars 2001 mars 2008 Monique Champeix
mars 2008 mars 2014 Yvan Col
mars 2014 en cours Jean-Claude Gagniere[2]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 736 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 493 3 017 3 155 3 003 3 286 3 201 3 425 3 442 3 452
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 350 3 206 3 154 3 155 3 118 3 066 3 108 3 049 3 100
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 079 3 043 2 978 2 563 2 374 2 276 2 261 2 047 1 708
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 521 1 313 1 137 966 880 809 781 773 739
2011 - - - - - - - -
736 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Tourisme et loisirs[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Blaise, de style néo-gothique, fut achevée en 1896.

La chapelle Saint-Just, construite en 1897 sur l'emplacement d'édifices précédents dont le plus ancien remonte au Moyen Âge. Située sur la rue principale du village, elle abrite la statue de Notre-Dame de Bon Rencontre.

La maison forte du Chalard, bâtisse du XVIe siècle établie au nord-est du bourg.

Le château de la Roue[5], tombé en abandon à la fin du XXe siècle, trône sur une partie de la vallée.

La jasserie du Coq noir, ancienne ferme d'estive située à 2,5 km du col des Supeyres

Loisirs[modifier | modifier le code]

Un plan d'eau, créé dans les années 1990 pour donner un nouvel élan touristique, est assez fréquenté en été.

Sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Saint-Anthème dispose sur son territoire de la station de ski alpin de Prabouré, gérée par la Communauté de communes de la Vallée de l'Ance. La station s'échelonne de 1 248 mètres à 1 377 mètres d'altitude et dispose de sept pistes de descente desservies par trois téléskis et un fil-neige. Un second site de ski alpin a également existé sur la commune. Il s'agit de la station de Haute-vallée des Supeyres, inaugurée à la fin des années 1960, fermée en 1981 et démontée en 2007.

On pratique également le ski de fond sur les pistes du site nordique des Crêtes du Forez.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Depuis la pierre Bazanne.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Chartres-de-Bretagne (France)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Anthème sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 23 juillet 2012.
  2. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 9 juin 2014).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. Photos du Château de la Roue

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :